Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la guerre juste à la paix juste

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Françoise Knopper
, 
Anne-Marie Saint-Gille

II. Ruptures et changements de paradigme avant 1933

Message de paix et devoir de guerre. Controverse et débats autour du service armé des pasteurs allemands en 1914-1916

Mechthild Coustillac

Texte intégral

  • 1 « Ich kenne keine Parteien mehr, ich kenne nur noch Deutsche ! ». Günter Schönbrunn, Weltkriege und (...)

1Les pasteurs protestants allemands iront-ils au front pour prendre les armes ? À partir du déclenchement de la Première Guerre mondiale le 3 août 1914, le débat sur cette question, avec ses dimensions doctrinale, morale, légale et politique, se déploie dans un contexte de forte mobilisation nationale. L’élan patriotique qui s’empare de l’Allemagne a pour effet de sceller, à l’intérieur du pays, une Union sacrée pour laquelle les Allemands consacrent le terme de Burgfrieden, évoquant la paix qui règne dans une forteresse assiégée. On rappellera le revirement du parti social-démocrate qui, jusque-là fervent défenseur du maintien de la paix, vota les crédits de guerre le 4 août, tandis que Guillaume II déclarait, au cours de la même séance du Reichstag : « Je ne connais plus de partis, je ne connais plus que des Allemands1. » Les Églises protestantes et leurs organes de presse sont en première ligne de la mobilisation patriotique et se rangent massivement derrière l’Empereur, attitude dont le rapport traditionnel du protestantisme allemand à l’autorité publique et à la nation concourt à éclairer les raisons.

  • 2 « Heilige[s] Evangelische[s] Reich Deutscher Nation ». Martin Jung, Der Protestantismus in Deutschl (...)
  • 3 « Den Entscheidungskampf gegen Germanentum und Protestantismus ». « Aufruf deutscher Kirchenmänner (...)
  • 4 Cf. Heinrich August Winckler, Der lange Weg nach Westen. Deutsche Geschichte 1806-1933, Bonn, Bunde (...)
  • 5 « Der Retter, ein Reformator mit furchtbarem Antlitz ». « Neujahrsartikel », Allgemeine evangelisch (...)
  • 6 « Vaterlandsliebe, Opferfreudigkeit und Todesmut. » Ibid., p. 132.

2En 1871, la fondation du premier État-nation allemand, qui excluait l’Autriche catholique, avait été saluée comme la naissance d’un « Saint-Empire évangélique germanique2 », en référence au défunt Saint-Empire romain germanique (962-1806). Identité nationale et identité protestante avaient eu alors tendance à se confondre, si bien qu’avec l’empire wilhelmien, c’est aussi le protestantisme allemand qui paraît visé par l’ennemi en 1914. Ainsi vingt-neuf hommes d’Église et théologiens protestants, signataires d’un Appel aux chrétiens évangéliques à l’étranger daté du 4 septembre 1914, accusent-ils le tsar Nicolas II de vouloir faire de cette guerre un « combat décisif mené contre la civilisation germanique et le protestantisme3 ». Aux puissances occidentales héritières de la Révolution française, on oppose « les idées de 1914 » fondées sur des valeurs que l’on juge authentiquement allemandes, mais aussi, bien souvent, protestantes : le devoir, l’ordre, la justice, la soumission de la volonté particulière aux intérêts de la communauté et à l’autorité, la piété religieuse4. À la guerre, que l’auteur d’un long article du très conservateur Bulletin ecclésiastique général évangélique-luthérien accueille comme un « sauveur » et comme un « réformateur à la face effroyable5 », reviendrait le mérite d’avoir initié ce grand retour aux sources et d’avoir ainsi permis aux Allemands de renouer avec leurs vertus originelles : la fidélité, l’honnêteté, la noblesse de cœur, la discipline et l’obéissance, mais aussi, comme le souligne le pasteur Schneider d’Elberfeld dans les Annales ecclésiastiques des Églises évangéliques territoriales d’Allemagne de juillet-août 1915, « l’amour de la patrie, le sens du sacrifice et le courage devant la mort6 ».

  • 7 Cf. Johannes Wallmann, Kirchengeschichte Deutschlands seit der Reformation, Tübingen, Mohr, 2000, p (...)

3À l’identification d’une large partie de la communauté protestante allemande à l’État-nation de 1871 et aux « idées de 1914 » s’ajoute l’étroite imbrication des institutions ecclésiastiques et séculières dans le cadre de ce qu’il est convenu d’appeler le « régime ecclésiastique princier » (landesherrliches Kirchenregiment), héritage de la Réforme et de la conception luthérienne d’une coopération des ordres spirituel et temporel fondée sur l’Épître de Paul aux Romains (Rom. 13, 1-7). Ce régime ecclésiastique, qui fait du souverain le chef suprême de l’Église (summus episcopus), place celle-ci sous la tutelle de l’autorité civile et fait des pasteurs des fonctionnaires de l’État7.

  • 8 Cf. Heinz Deike, Der Waffendienst der Theologen als Problem des neuzeitlichen Protestantismus, Müns (...)
  • 9 Cf. Hermann Mulert, Der Waffendienst der evangelischen Pfarrer, Leipzig, J. C. Hinrichs’sche Buchha (...)

4Il n’est donc pas étonnant, dans ces conditions, que l’on compte en 1914, parmi les pasteurs protestants, un nombre élevé de patriotes demandant à partir au front, par dérogation à la législation en vigueur et contre les résistances de leurs autorités de tutelle, civiles et ecclésiastiques. La controverse déclenchée par cette revendication ravive alors un débat aussi ancien que le service militaire obligatoire, instauré en Prusse en 1814, dans le contexte des « Guerres de libération » anti-napoléoniennes. À partir de 1816, on avait progressivement introduit une série de dérogations au profit des ecclésiastiques des deux confessions chrétiennes, renouant ainsi avec une tradition qui remonte à l’Empire romain8. En 1871, en revanche, la Constitution du Reich ne leur réserve aucun statut militaire spécifique. Mais en 1874, la loi militaire (Reichsmilitärgesetz), tout en maintenant leurs obligations militaires en temps de paix, prévoit des dispositions spécifiques pour les réservistes chargés d’un ministère religieux en cas de mobilisation. Si ces hommes d’Église sont jugés irremplaçables dans leurs fonctions (unabkömmlich), ils pourront, comme les autres catégories de fonctionnaires, être exemptés. S’ils sont mobilisés, ils ne prendront cependant pas les armes. En 1888, la constitution militaire (Wehrordnung) précisera qu’ils seront alors « affectés à des tâches sanitaires et d’aumônerie9 ». Le caractère contradictoire de la loi militaire, qui prévoit de former les ecclésiastiques au maniement des armes en temps de paix pour leur interdire le service armé en temps de guerre, ne manquera pas de susciter la contestation des deux confessions. Les catholiques, politiquement représentés par le parti du Centre (Zentrum), militeront en faveur d’une extension de l’exemption au plus grand nombre d’ecclésiastiques et de théologiens possible. La situation semble plus confuse dans le camp protestant, mais une tendance au refus des privilèges accordés aux hommes d’Église s’affirmera progressivement.

  • 10 Cf. Deike (note 8), p. 107 sq.

5La révision de la loi militaire du 6 mai 1880, qui dispense les ecclésiastiques ordonnés des deux confessions de la participation aux exercices d’entraînement militaire en temps de paix, est diversement appréciée par les protestants. Mais lorsque, en 1886 et en 1889, le parti catholique revient à la charge pour obtenir que les étudiants en théologie des deux confessions soient eux aussi exemptés du service militaire, l’opposition est vive dans leurs rangs. Des milliers d’étudiants en théologie protestante, soutenus par un grand nombre de professeurs, de pasteurs et d’institutions protestantes, signent des pétitions pour faire savoir leur refus de toute mesure d’exemption à leur égard. Dans ce contexte, un consensus se dessine au sein de la communauté évangélique, appuyé sur des positions qu’elle défendra également en 1914. On rappelle ainsi que contrairement aux catholiques, les protestants n’accordent aucun statut spécifique au ministère pastoral, et l’on affirme qu’une exemption des étudiants en théologie protestante serait vécue comme un déshonneur et une privation de leurs droits de citoyens patriotes10.

  • 11 Cf. Mulert (note 9), p. 8 sq.
  • 12 Cf. Deike (note 8), p. 121 sq.

6Cette controverse débouche sur le compromis de la loi du 8 février 1890, qui accorde aux étudiants en théologie catholique un sursis renouvelable six fois en temps de paix, ce qui revient à une exemption de fait, tandis que leurs homologues protestants continueront à faire leur service militaire ; en temps de guerre, les étudiants des deux confessions seront appelés sous les drapeaux11. Contre l’avis des catholiques et à la satisfaction des protestants, cette loi instaure donc une exception à la parité légale des deux confessions chrétiennes12.

  • 13 Cf. Mulert (note 9), p. 12.

7Quand la guerre éclate en 1914, les étudiants en théologie protestante comme les théologiens protestants professeurs de lycée ou d’université – non ordonnés, contrairement à leurs homologues catholiques13 – sont donc mobilisables, les pasteurs seulement s’ils sont « abkömmlich », c’est-à-dire si leur présence dans leur paroisse n’est pas jugée indispensable par les autorités ecclésiastiques. Mais le service armé au front leur reste, en principe, interdit. Ils se mobilisent alors massivement contre ce qu’ils interprètent comme des contraintes et des interdits qui leur seraient injustement imposés.

  • 14 Ibid., p. 13 sq.
  • 15 « Dogmatische Gründe für eine Sonderstellung der Geistlichen auf dem Gebiete der Wehrpflicht kennt (...)
  • 16 « So erscheint es als den evangelischen Grundsätzen allein entsprechend, daß, so gewiß der Soldat a (...)

8Comme en 1886 et en 1889, l’enjeu doctrinal du débat est fondamental, ainsi que le rappelle en 1915 le théologien Hermann Mulert dans sa brochure Le service armé des pasteurs protestants14. À la conception catholique du sacerdoce ministériel, qui est fondé sur la succession apostolique et fait des prêtres les intermédiaires entre Dieu et les hommes, on oppose la doctrine protestante du sacerdoce universel de tous les croyants, qui repose sur l’égalité entre laïcs et pasteurs dans la mission évangélique. En conséquence de quoi « le bon protestant, dans les termes de Mulert, ne connaît aucune raison dogmatique susceptible de justifier qu’un statut spécifique soit reconnu aux pasteurs dans le domaine des obligations militaires15 ». Au-delà de ce constat, ce théologien politiquement et théologiquement libéral postule une parenté de nature entre le sacerdoce universel et le service militaire obligatoire car, ni le combat du chrétien contre le mal, ni celui du soldat contre l’ennemi de son peuple, ne seraient de la compétence exclusive d’un corps de métier, clergé ou armée de métier. Et de conclure : « Autant le soldat doit indéniablement partager le sacerdoce universel des croyants, autant les principes évangéliques semblent exiger que le pasteur, dès lors que le service militaire obligatoire existe, soit appelé aux armes pour défendre sa patrie et ses compatriotes16. » Si cette question de doctrine est de moins en moins souvent évoquée dans le cadre du débat public au cours des premiers mois de la guerre, c’est que le consensus en faveur du service armé des pasteurs se consolide rapidement sous l’effet de l’élan patriotique généralisé, reléguant au second plan les aspects doctrinaux du problème. Ceux-ci restent cependant l’objet de réflexions au sein de la communauté protestante et d’échanges entre les pasteurs et leurs autorités de tutelle.

  • 17 « Ein gewisser Protest gegen den Krieg, ein stilles Eingeständnis, dass das Evangelium Christi und (...)
  • 18 « Hierüber sind wir in Deutschland gerade durch diesen Krieg bekanntlich anderer Ansicht geworden » (...)
  • 19 « Die unlösbare Spannung von Krieg und Christentum ». « Von der Kanzel zur Kanone », Christliche We (...)
  • 20 Cf. Mulert (note 9), p. 19.

9La question de la compatibilité de la guerre et du message d’amour et de paix de l’Évangile n’est pas davantage au centre du débat. L’auteur d’un article du Bulletin ecclésiastique du Wurtemberg, reproduit dans le Bulletin des pasteurs de la Province rhénane du 15 janvier 1915, admet que l’exemption des pasteurs pratiquée par les autres nations traduit « une certaine protestation, l’aveu tacite que l’Évangile du Christ et la guerre meurtrière ne font pas bon ménage17 », mais le rédacteur du Bulletin des pasteurs commente, dans une note de bas de page : « Chacun sait qu’en Allemagne nous avons, précisément grâce à cette guerre, changé d’avis sur ce point18. » D’autres admettent que le problème n’est pas résolu. Ainsi le pasteur Walter Lehmann, qui signe un récit fictif intitulé De la chaire du prédicateur au canon dans la revue bimensuelle Le Monde chrétien du théologien libéral Martin Rade, met-il en scène un ministre du culte tourmenté par « cet antagonisme irréductible entre guerre et christianisme19 ». Pasteur d’une petite paroisse rurale et père de famille, celui-ci interroge longuement sa conscience, mais considère finalement que son sens du devoir l’appelle au front. Si l’argument de l’incompatibilité du message évangélique et de la guerre devait être opposé aux pasteurs, il devrait, au même titre, l’être à tous les chrétiens, comme le souligne H. Mulert, qui rappelle que seules de rares sectes estiment que tout bon chrétien doit refuser de combattre20.

  • 21 « Kriegsbuch des lebendigen Gottes », Kirchliches Jahrbuch (note 3), p. 143.
  • 22 « Eine Zuchtrute Gottes » ; « Gott ist ein gnädiger und barmherziger Gott, und seine Gedanken sind (...)

10Mais ce sont les conservateurs qui parviennent le plus facilement à résoudre la contradiction évoquée. Certains se réfèrent au Dieu guerrier de l’Ancien Testament, « livre de guerre du Dieu vivant21 », selon l’auteur d’un article précédemment cité. Nombreux sont ceux qui interprètent la guerre comme un châtiment divin infligé aux peuples pécheurs afin de les ramener dans le droit chemin. Ainsi l’auteur d’un article paru dans la revue Lumière et Vie du 16 août 1914 qualifie-t-il la guerre de « fléau de Dieu » tout en affirmant : « Dieu est un Dieu indulgent et miséricordieux et ses pensées sont des pensées de paix, et non de souffrance22

  • 23 « Weil Sünde da ist als eine unbestreitbare Wirklichkeit, darum wird auch immer in dieser Welt Krie (...)
  • 24 « Wir sind im tiefsten Frieden in des Wortes wahrster Bedeutung überfallen worden. Durch den Neid u (...)
  • 25 Cf. Winckler (note 4), p. 336.
  • 26 « Das Vaterland von seinen mächtigen Drängern zu befreien, Geld und Gut und Leib und Leben zu opfer (...)
  • 27 « So ist der Krieg die ultima ratio, um das Recht durchzusetzen », Kirchliche Rundschau, 1914, 22, (...)
  • 28 « Das Recht schafft uns die Voraussetzung und Möglichkeit, das Liebesgebot zu erfüllen », Ibid.

11D’autres résolvent la difficulté en réaffirmant la doctrine luthérienne de la « guerre juste » héritée d’Augustin et de Thomas d’Aquin, dont nous avons retrouvé les principaux éléments dans les documents analysés. La guerre est, dans la tradition augustinienne et thomiste, acceptée comme un corollaire inéluctable du péché. « Parce que le péché existe comme une incontestable réalité », rappelle en novembre 1914 la Revue ecclésiastique pour les paroisses de Rhénanie et de Westphalie, « il y aura toujours la guerre en ce monde23 ». Le conflit de 1914, comme semble le penser un grand nombre de protestants, remplit tous les critères du ius ad bellum, définissant les conditions du déclenchement d’une « guerre juste ». La iusta causa est celle de la légitime défense proclamée par l’empereur Guillaume II, qui avait affirmé publiquement le jour de la déclaration de guerre : « Nous avons été, au sens littéral du terme, assaillis en pleine paix. Par la jalousie de l’ennemi qui nous entoure24. » Cette explication officielle des causes du conflit n’est guère mise en doute par l’opinion publique allemande. Les milieux protestants la reprennent massivement à leur compte et les pasteurs, à l’instar du prédicateur de la Cour Ernst von Dryander, s’en font l’écho dans leurs « prêches de guerre » (Kriegspredigten25). La recta intentio est celle de défendre les plus hautes valeurs chrétiennes et, pour citer un message adressé aux paroisses par le Synode provincial du Brandebourg le 14 décembre 1914, celle « de libérer la patrie de ses puissants assaillants, de sacrifier notre argent et nos biens, notre corps et notre vie afin de gagner une victoire honorable et une paix noble et stable26 ». Quant à l’ultima ratio, le terme figure dans l’article de la revue ecclésiastique rhénane cité plus haut : « La guerre est l’ultima ratio pour imposer le droit27 », lequel « crée les conditions et nous offre la possibilité d’honorer le message d’amour [de l’Evangile]28 ». La legitima auctoritas est celle de Guillaume II, reconnu non seulement comme autorité légitime, séculière et ecclésiastique, mais, au-delà, comme modèle d’honnêteté politique et de vertu chrétienne. Quant à l’espoir d’une issue positive (pax), il est, bien évidemment, de rigueur en 1914.

12On constate donc, au sein des Églises protestantes, une tendance croissante à affirmer une double compatibilité : celle de la foi chrétienne et de la guerre ou, pour le moins, de cette guerre-là, et celle de la fonction ecclésiastique et du service armé. Si des voix discordantes se font encore entendre au début de la guerre, de nombreux pasteurs revendiquent leur droit légitime de se porter volontaires pour un départ au front.

  • 29 Cf. Mulert (note 9), p. 25.
  • 30 Cf. Kirchliches Jahrbuch (note 3), p. 194. Au 1er avril 1915, une vingtaine de pasteurs wurtemberge (...)
  • 31 Cf. Mulert, ibid.

13Dès le 3 août, le Consistoire du Wurtemberg, sans autre forme de débat, prend l’initiative d’autoriser les pasteurs volontaires de son Église territoriale à rejoindre les rangs des combattants29. L’Église wurtembergeoise possédera ainsi le plus grand nombre d’ecclésiastiques en armes. Selon un courrier du Consistoire adressé aux pasteurs combattants, 151 d’entre eux étaient au front à la date du 12 novembre 1914, dont 92 armés30, si bien que le cas de cette Église territoriale est jugé exemplaire31.

  • 32 « Im Interesse des geistlichen Amtes und in Rücksicht auf die sehr verschiedenen Anschauungen, die (...)
  • 33 « Dass es dem Geistlichen nicht zu verstatten sei, heute den Talar und morgen den Waffenrock zu tra (...)
  • 34 Cf. Mulert (note 9), p. 32.
  • 35 Ibid., p. 26.

14Il en va autrement en Prusse. Le 9 août 1914, le Consistoire suprême de l’Église territoriale prussienne (Preußischer evangelischer Oberkirchenrat), tout en rendant hommage au patriotisme et à l’esprit de sacrifice des pasteurs, refuse d’accéder à leur désir de s’engager au front, « dans l’intérêt de la fonction sacerdotale et eu égard aux divergences de vue au sein de nos paroisses dans ce domaine32 ». Une semaine après le déclenchement du conflit, les autorités ecclésiastiques prussiennes, arguant des résistances constatées au sein des paroisses, hésitent donc à se rallier à la thèse d’une compatibilité des fonctions sacerdotale et militaire. Par conséquent, les pasteurs prussiens ne seront pas autorisés, conclut le Consistoire suprême, « à porter aujourd’hui la robe pastorale et demain la tunique militaire33 ». Cette formule suscita de nombreuses protestations car on crut y déceler une vision davantage catholique que protestante34. Plusieurs autres consistoires adoptent la même attitude de refus, notamment ceux de Hesse (Cassel) et de Hanovre, lequel va jusqu’à rappeler des pasteurs déjà engagés35.

15L’argument des intérêts de la fonction sacerdotale est repris, de manière plus explicite cette fois, par Guillaume II qui, le 22 septembre 1914, oppose un refus catégorique à la requête de vingt-six superintendants rhénans :

  • 36 « Angesichts der grossen Arbeit in der Militärseelsorge und der bedeutungsvollen Aufgaben auf dem G (...)

Vu la lourdeur des tâches dans le domaine de l’aumônerie militaire et l’importance que revêt l’assistance spirituelle aux blessés et aux familles des héros tombés au combat ou luttant au front, Sa Majesté n’est pas en mesure d’accéder à votre requête concernant le service armé des pasteurs36.

  • 37 « Wenn diese Verwendung nach den persönlichen Verhältnissen des Geistlichen sowie nach denjenigen s (...)
  • 38 « Der Widerstand der Kirchenregierungen gegen ein Hinausgehen kriegstüchtiger Pfarrer ins Feld sche (...)
  • 39 « Eine prinzipielle Entscheidung der Frage, nach der heute laut gerufen wird, wird auch in Zukunft (...)

16L’Empereur semblait ignorer que quatre jours auparavant, le Consistoire suprême prussien, devant l’insistance des hommes d’Église, était revenu sur sa première décision en donnant son feu vert à ceux désireux de prendre les armes, « à condition que cette affectation paraisse acceptable au regard de la situation personnelle du pasteur et de celle de sa paroisse, et que sa requête reçoive un avis favorable de l’autorité militaire compétente37 ». Par la suite, les autres consistoires s’aligneront sur cette position, si bien que Le Monde chrétien peut annoncer, dans son édition du 22 octobre 1914 : « La résistance des gouvernements ecclésiastiques contre le départ au front des pasteurs aptes au service militaire semble avoir été abandonnée dans presque toutes les Églises territoriales38. » Ces dernières considéreront désormais qu’il appartient à la conscience de chacun de choisir entre la fonction pastorale et le combat armé, position qui recueille une large adhésion dans le monde protestant. Ainsi, l’auteur d’un article de la très conservatrice « Kreuz-Zeitung », bien que personnellement favorable au maintien des ministres du culte dans leurs fonctions pastorales – au sein de leurs paroisses ou dans le cadre de l’aumônerie militaire – affirme : « Il sera à jamais impossible de régler cette question par une décision de principe telle qu’on la réclame haut et fort aujourd’hui. Car c’est une affaire de conscience individuelle. » Et de conclure : « L’autorité ecclésiastique, en tout cas, ne mérite pas qu’on lui reproche cette prise de position, elle mérite la gratitude de tous ceux qui aiment notre Église multitudiniste évangélique39

  • 40 Cf. Deike (note 8), p. 153. Cependant, nous avons trouvé très peu d’éléments concernant l’année 191 (...)

17Si les Églises territoriales semblent ainsi avoir trouvé assez rapidement un consensus sur le principe à appliquer, ceci ne met pas pour autant un terme à la controverse car, dans bien des cas, les autorités ecclésiastiques – parce qu’elles sont réticentes à renoncer aux services de leurs pasteurs, mais aussi parce que des doutes et des réserves éthiques persistent – useront de leur droit de veto en déclarant les pasteurs irremplaçables. Les dérogations sont donc accordées trop parcimonieusement, au goût des pasteurs. De ce fait, les requêtes, individuelles ou collectives, se poursuivent jusqu’au milieu de l’année 191640, et la presse protestante, les annales ecclésiastiques, les comptes-rendus de synodes et les bulletins des associations de pasteurs s’en font l’écho et mêlent leurs voix au débat.

18Tandis que les réticences d’ordre doctrinal s’effacent progressivement, le choix entre la mission évangélique et le combat armé sera avant tout, pour les pasteurs, une question de priorité à donner à l’une ou à l’autre de ces deux options en fonction de critères moraux ou, tout simplement, d’efficacité.

  • 41 « Du musst nun, da die Gelegenheit gegeben ist, endlich einmal deine großen Gedanken, deine großen (...)
  • 42 « Berufstreue, Vaterlandsliebe, Todesverachtung » ; « diese Tugenden unter Einsatz des eigenen Lebe (...)
  • 43 « Der alte ehrwürdige kategorische Imperativ in ihm », Christliche Welt, 1915, 6, p. 111.

19Les argumentaires que nous avons analysés tournent en grande partie autour des concepts du droit et du devoir. Ceux parmi les nombreux pasteurs qui font du sens du devoir le critère de leur choix, présentent la question de leur engagement militaire comme une question de morale (eine sittliche Frage), à l’instar du protagoniste du récit de W. Lehmann précédemment cité. Son devoir de partir au front lui est dicté par une voix intérieure qui lui intime : « Tu dois enfin, maintenant que l’occasion s’en présente, traduire en actes tes grandes idées, tes grandes paroles41. » L’argument du manque de crédibilité de celui qui prêche « la fidélité à la vocation reçue, l’amour de la patrie et le mépris de la mort », mais reste chez lui lorsqu’il s’agit « de pratiquer ces vertus au péril de sa vie42 », est fréquemment invoqué, mais rarement de manière aussi pathétique que dans le récit de Lehmann. Au cours d’un douloureux combat intérieur, le pasteur mis en scène par l’auteur écarte le trouble que lui inspire l’antagonisme entre le message évangélique et le combat armé, de même que la douleur d’avoir à abandonner paroissiens, femme et enfants, pour se soumettre à ce que l’auteur appelle, en référence à Kant, « le vénérable vieil impératif catégorique en lui43 ».

  • 44 « Oberste Tugend des Gemeinsinns ». Kirchliches Jahrbuch (note 3), p. 154.
  • 45 « Der Philosoph von Königsberg, der bei Lebzeiten viel verkannte, ist glänzend gerechtfertigt. Er h (...)
  • 46 « Friderizianisch[er] Geist ». Georg Wünsch, « Der Waffendienst der evangelischen Pfarrer », Christ (...)

20La guerre, se félicite aussi le pasteur Schneider dans les Annales ecclésiastiques, fait reculer l’égoïsme et consacre le triomphe du devoir, cette « vertu suprême de l’esprit public » dont la patrie serait l’Allemagne44. Et d’ajouter, en convoquant à son tour l’auteur de la Critique de la raison pratique (1788) : « Le philosophe de Königsberg, si souvent méconnu de son vivant, se trouve brillamment justifié. Il aurait conçu beaucoup de fierté de vivre cette époque45. » Les références à l’éthique kantienne – dans son interprétation protestante et prussienne – ainsi qu’à « l’esprit frédéricien46 » et à l’éthique chrétienne se mêlent et se font écho sous la plume des théologiens et des ecclésiastiques protestants.

  • 47 « Gleichzeitig […] Staats-und Reich-Gottesbürger », ibid., p. 585.
  • 48 « Es ist preußisch-deutscher Grundsatz, daß in Kriegszeiten die militärischen Interessen vorangehen (...)
  • 49 « Um seine höchsten Güter, ja um seine völkische Existenz » ; « Erlaß des Oberkirchenrats in Schwer (...)

21Dans l’esprit des hommes d’Église, qui sont « à la fois citoyens de l’État et citoyens du Royaume de Dieu47 », comme le rappelle le pasteur Georg Wünsch dans Le Monde chrétien du 22 juillet 1915, devoir patriotique, civique, éthique et religieux sont souvent étroitement liés. Le devoir civique du pasteur est celui de répondre, comme tout autre citoyen, à l’appel de l’autorité civile et militaire dès lors qu’il s’agit de combler les brèches causées par les pertes humaines au front. « C’est un principe prussien et allemand que de considérer qu’en temps de guerre, les intérêts militaires sont prioritaires48 », juge H. Mulert. Et ce d’autant plus que les enjeux du combat semblent décisifs. On s’accorde à penser qu’il en va, pour l’Allemagne, de la défense « de ses plus hautes valeurs, voire de sa survie nationale », comme le rappelle le Consistoire suprême du Mecklembourg dans un décret daté du 25 août 191449, et l’on estime que personne ne doit donc manquer à l’appel.

  • 50 Cf. Christliche Welt, 1914, 41, p. 910.
  • 51 « Gelegenheit, auf eine menschliche Kriegführung hinzuwirken und so den Krieg, soweit es überhaupt (...)
  • 52 « Im Felde predigt Gott selbst […] im Donner der Schlacht » ; « Pastorale Kriegsseelsorge », Licht (...)

22Mais c’est également en leur qualité de pasteurs que les engagés volontaires auraient d’importantes missions à accomplir. Martin Rade escompte que leur présence auprès des combattants contribue à renforcer la moralité (der ernste Geist) de la troupe50, tandis que G. Wünsch, lui-même engagé au front, voit « l’occasion de s’engager pour que la guerre soit conduite de manière humaine et de l’imprégner, dans la mesure du possible, d’esprit chrétien51 ». Le devoir d’assistance spirituelle aux soldats de première ligne est également invoqué, mais ne semble tenir qu’une place secondaire dans le cadre du débat. Certains auteurs considèrent du reste que, face à la mort, le soldat a moins que les autres fidèles besoin de la parole du pasteur car « au front, c’est Dieu lui-même qui prêche […] dans le vacarme de la bataille52 ».

  • 53 Le terme de « Theologen » englobe les théologiens et les ecclésiastiques.
  • 54 « Im Heere dienen sollen die evangelischen Theologen einfach, weil es für den Tauglichen eine vater (...)
  • 55 « Sie sollen zunächst Zeugnisse vor den Soldaten ablegen voll festen Gottvertrauens und glühender p (...)
  • 56 « Gehorsame und pflichtgetreue Untertanen », Karl Holl, « Das Verhältnis von Staat und Kirche im Li (...)

23Cependant, la première des motivations des pasteurs volontaires reste, bien souvent, le devoir patriotique. « Les théologiens53 protestants doivent servir dans l’armée parce que pour tout homme apte au service militaire, il s’agit tout simplement d’un devoir patriotique », déclare ainsi H. Mulert54. Nombreux sont ceux qui insistent sur l’effet bénéfique de leur présence en première ligne sur le moral des troupes et leur esprit combatif. Dans une conférence présentée devant une assemblée de pasteurs à Bonn, l’aumônier de régiment Weber définit ainsi les tâches des pasteurs en poste au front : ils « doivent, en premier lieu, témoigner devant les soldats d’une solide confiance en Dieu et d’une grande ardeur patriotique. Ils doivent exhorter les soldats à faire leur devoir, à la fidélité et au sacrifice joyeux de leur vie » et amener le combattant à consentir « librement et de bon cœur » à ne jamais quitter « le poste auquel son chef l’a placé ». Et de conclure : « C’est alors qu’il agit en bon soldat et en bon chrétien55. » Nous trouvons ici, comme sous la plume de nombreux auteurs, les traces de la conception luthérienne d’une coopération étroite des « deux règnes » qui attribue à l’Église la tâche d’employer sa bonne parole à éduquer les hommes pour en faire de « bons sujets, obéissants et fidèles à leur devoir56 ».

  • 57 « Die Zurücksetzung ihres Standes in der […] Ehre, mit den Waffen das Vaterland zu verteidigen », M (...)
  • 58 « Aber das alles vermag den Makel nicht von ihm zu nehmen, daß er, der einzige, um seines Standes w (...)

24Mais la possibilité de prendre les armes est également revendiquée comme un droit. Les 172 signataires d’une pétition datée du 22 novembre 1914, pasteurs du Grand Berlin de toutes obédiences protestantes, qualifient ainsi le droit citoyen de s’engager au front de « privilège » (Vorrecht), et ils protestent contre « l’injustice qui prive leur profession de l’honneur de défendre leur patrie par les armes57 ». La revue Chronique du monde chrétien, dans un article de janvier 1915, reconnaît l’importance des tâches spirituelles qui incombent au pasteur en temps de guerre, mais l’auteur constate : « Tout ceci n’effacera pas pour autant la tare d’être, lui seul, en raison de sa profession, écarté de la “sainte flamme58”. »

  • 59 « Das Erleben des Krieges in der Front », Christliche Welt, 1914, 41, p. 909.
  • 60 « Dennoch müssen [souligné dans le texte] wir daheim bleiben, während unsere Brüder, unsere Schulka (...)

25Cependant, si le droit de prendre les armes est généralement revendiqué au nom du sens civique et patriotique ou au nom de l’éthique chrétienne, certains pasteurs avancent des motifs moins désintéressés. Dans le courrier des lecteurs du Monde chrétien du 8 octobre 1914, un jeune pasteur déclaré irremplaçable se plaint amèrement d’être privé de « l’expérience de la guerre au front59 », un autre se désespère en ces termes : « Et pourtant, nous devons rester chez nous alors que nos frères, nos camarades de classe, nos camarades d’études sont au front et reçoivent pour la vie des impressions profondes et indélébiles » et qu’ils auront la chance d’en revenir « plus mûrs et plus riches d’expériences60 ». Mais ce type de discours, minoritaire, semble être l’apanage de très jeunes pasteurs entraînés par l’exaltation et la soif d’expérience de leur génération.

  • 61 « Dass wir unseres Volkes Seele immer besser verstehen lernen, dass wir immer mehr mit denen zusamm (...)
  • 62 « Jetzt ist die Gelegenheit gekommen, für die Kirche und ihre Diener, den Fluch der Unpopularität a (...)
  • 63 Loi de 1889 qui supprime l’exemption du service militaire des clercs.
  • 64 Rheinisches Pfarrerblatt, 1915 (note 17), p. 3 sq.

26Au-delà des devoirs et des droits individuels, on évoque également les retombées positives de l’engagement des pasteurs pour l’Église dans son ensemble. En combattant en première ligne, comme le pense H. Mulert, les pasteurs apprendront à mieux connaître « l’âme de [leur] peuple », et ils « se rapprocheront de ceux qu’ils ont vocation à servir61 », tandis que le Bulletin de la Fédération des associations allemandes de pasteurs évangéliques se réjouit de l’occasion offerte à l’Église et à ses serviteurs « d’échapper à la malédiction de l’impopularité et de devenir populaires, dans le meilleur sens du terme62 ». En France, la loi des « curés sac-au-dos63 », comme l’affirme le Bulletin ecclésiastique du Wurtemberg, aurait ainsi contribué au renouveau du sentiment religieux en créant un nouveau type de héros, celui du « soldat prêtre » (Priester-Soldat64), modèle de courage et proche du peuple.

  • 65 « Was Opferfreudigkeit und Bereitwilligkeit anlangt, so würde gewiß jeder gern mit der Waffe dem Va (...)
  • 66 Ibid., p. 316.
  • 67 « So werden die Familien in Wirklichkeit für den zurückkehrenden Soldaten der Friedenshafen, in dem (...)
  • 68 Cf. ibid., p. 667.

27Si certains pasteurs se déclarent tout de même opposés à l’engagement militaire des ministres du culte, cela n’est pas toujours dû à une divergence de principe. Ainsi le pasteur Arthur Neuberg de Dresde, éditeur des Feuillets pastoraux pour la prédication, le soin des âmes et l’instruction religieuse, admet-il, en février 1915, que « le sens du sacrifice et le dévouement pousseraient sans doute tout un chacun à prendre les armes pour servir sa patrie65 », mais il estime que c’est au sein de sa paroisse que le pasteur accomplira le mieux son devoir patriotique en y générant des forces qui se communiqueraient aux combattants du front en enrichissant leur vie spirituelle et en renforçant leur courage et leur endurance66. L’auteur de l’article Aumônerie militaire en temps de guerre paru dans la revue piétiste Lumière et Vie le 17 octobre 1915, juge lui aussi les motivations des engagés volontaires honorables, mais il estime qu’en cette heure décisive, la place de tous les pasteurs, sans exception, est dans les paroisses. Ils doivent, selon ses vœux, y tisser tout autour d’eux un réseau de confiance pour ouvrir le cœur des hommes et des femmes au message évangélique – en envoyant des lectures édifiantes aux combattants, en devenant les confidents de leurs familles. « Ainsi les familles seront-elles pour le soldat de retour du front un havre de paix où Dieu pourra poursuivre l’œuvre qu’il a entrepris sur son âme67. » Les pasteurs doivent aussi, souligne le même auteur, préparer le terrain de la grande reconstruction que l’Église entamera une fois la paix revenue68.

  • 69 « Aller evangelischen Geistlichen höchste Aufgabe wie schönstes Vorrecht bleibt : mit Wort und Werk (...)
  • 70 « Gleichsam Schützengraben um Schützengraben », Christliche Welt, 1915, 6, p. 111.

28Ce qui nous conduit à faire le point sur le rôle de l’idée de paix dans le débat qui nous intéresse ici. Dieu est un Dieu de paix, ne cessent de répéter les théologiens et les hommes d’Église, et les autorités ecclésiastiques rappellent que la prédication de « l’Évangile de la paix éternelle, en paroles et en actes », comme l’exprime le Consistoire wurtembergeois dans un message de Noël adressé aux pasteurs dans l’armée, reste, surtout en temps de guerre, « la tâche la plus importante et le plus beau privilège du pasteur protestant69 ». Quant à la paix intérieure, celle de l’âme déchirée entre sa foi dans le Dieu de l’amour et de la paix et son sens du devoir civique et patriotique, elle est offerte à ceux qui, face à ce dilemme, parviennent à préserver leur intégrité morale à l’exemple du pasteur dans le récit de W. Lehmann qui, faute de réponse théologique au problème, s’en remet à l’impératif catégorique. Sa décision de prendre les armes est décrite comme une victoire conquise au terme d’une véritable guerre de la conscience, « pour ainsi dire tranchée après tranchée70 », dont il sort purifié et en paix avec lui-même. Nous avons vu que la contradiction évoquée paraît être moins insurmontable pour les conservateurs qui, tout en rendant les peuples impies et pécheurs responsables du châtiment qu’ils subissent, font de la volonté divine la cause immédiate du conflit et interprètent la guerre comme un instrument d’amour et de paix aux mains de Dieu. De ce fait, les pasteurs conservateurs hésitent moins souvent à prendre les armes.

  • 71 « Der Krieg an sich schafft nicht religiöse Belebung, er schafft nur Raum für diese. Die religiöse (...)

29Si ces conservateurs pensent que selon les desseins de Dieu, cette « guerre juste » instaurera forcément une paix juste, ils soulignent, comme tous les autres, qu’il convient de préparer celle-ci activement. « La guerre ne suffit pas à revitaliser la pratique religieuse, elle en prépare seulement le terrain », met ainsi en garde le théologien ultra-nationaliste Reinhold Seeberg dans le journal protestant conservateur La Réformation : « La revitalisation religieuse du peuple allemand ne sera pas un don de la guerre, mais une tâche à accomplir pendant et après celle-ci71

  • 72 « So hat schließlich der den sittlichen Bedürfnissen Rechnung tragende Standpunkt den rechtlichen ü (...)
  • 73 Ibid.
  • 74 Cf. Mulert (note 9), p. 21.
  • 75 Cf. Mulert (note 9), p. 24

30Préparer la paix, c’est aussi, pour les pasteurs protestants, préparer une réforme de leur statut militaire. Les dérogations accordées aux ministres du culte ont créé un précédent, comme le constate G. Wünsch : « Ainsi les aspirations morales ont-elles fini par l’emporter sur les lois en vigueur, et elles auront aussi la force d’initier une rénovation de la législation72. » Cette révision des lois militaires est réclamée dès les premières semaines du conflit. Si les desiderata exprimés à ce sujet présentent une grande diversité, certaines revendications semblent faire l’objet d’un large consensus. On s’accorde à penser que la loi militaire, sans exempter les pasteurs, devrait prendre en compte leur vocation spécifique. En temps de paix, on propose ainsi, de manière récurrente, d’aligner le traitement réservé aux pasteurs sur celui dont bénéficient alors les médecins qui, après six mois d’instruction militaire de base, sont affectés à des tâches en rapport avec leurs compétences professionnelles. Mais on s’accorde à penser que les tâches sanitaires, auxquelles ils ne sont pas formés et qui ne leur offrent que peu de possibilités d’accéder au grade d’officier73, ne leur conviennent pas. On pourrait, en revanche, les employer dans les domaines de l’instruction populaire et de l’enseignement moral et religieux, selon les propositions de H. Mulert74. En temps de guerre, le service armé ne devrait être, de l’avis général, interdit à personne, mais nombreux sont ceux qui estiment qu’il convient de respecter la liberté de conscience des hommes d’Église qui s’y refusent et que le principe du volontariat pratiqué depuis les premières semaines du conflit devrait être officialisé par le législateur75.

  • 76 Cf. Deike (note 8), p. 154 sq.

31Le 19 mars 1918, le Comité ecclésiastique évangélique allemand (Deutscher Evangelischer Kirchenausschuss) présente un projet unitaire qui propose de maintenir l’intégralité des obligations militaires des pasteurs en temps de paix et, dans le cas d’une guerre, de les affecter de préférence à des tâches d’aumônerie, « sinon au service armé ». Quant aux Églises territoriales, elles continueraient à pouvoir déclarer irremplaçables leurs ministres du culte, mais devraient participer à l’effort de guerre en remplaçant dans les paroisses, autant que faire se peut, les pasteurs aptes par des pasteurs « moins aptes au service militaire76 ». On constate donc qu’au terme du conflit, les Églises protestantes affirment, plus radicalement encore que les débats des années 1914-1916 ne le laissaient prévoir, leur désaccord avec le point de vue catholique, en souhaitant le moins de dérogations possible en faveur des pasteurs, et en abandonnant très largement à l’autorité séculière la gestion de leurs obligations militaires. Mais après la guerre, ce projet s’avérera sans objet quand le Traité de Versailles (1919) interdira le service militaire obligatoire en Allemagne.

Notes

1 « Ich kenne keine Parteien mehr, ich kenne nur noch Deutsche ! ». Günter Schönbrunn, Weltkriege und Revolutionen. 1914-1945. Geschichte in Quellen V, Munich, Bayerischer Schulbuchverlag, 1961, p. 36.

2 « Heilige[s] Evangelische[s] Reich Deutscher Nation ». Martin Jung, Der Protestantismus in Deutschland von 1870 bis 1945, Leipzig, Evangelische Verlagsanstalt, 2002, p. 38.

3 « Den Entscheidungskampf gegen Germanentum und Protestantismus ». « Aufruf deutscher Kirchenmänner und Professoren : An die evangelischen Christen im Ausland », J. Schneider (éd.), Kirchliches Jahrbuch für die evangelischen Landeskirchen Deutschlands. Ein Hilfsbuch zur Kirchenkunde der Gegenwart, 1915, p. 211.

4 Cf. Heinrich August Winckler, Der lange Weg nach Westen. Deutsche Geschichte 1806-1933, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 2002, p. 337 sq.

5 « Der Retter, ein Reformator mit furchtbarem Antlitz ». « Neujahrsartikel », Allgemeine evangelisch-lutherische Kirchenzeitung, reproduit dans Kirchliches Jahrbuch (note 3), p. 140.

6 « Vaterlandsliebe, Opferfreudigkeit und Todesmut. » Ibid., p. 132.

7 Cf. Johannes Wallmann, Kirchengeschichte Deutschlands seit der Reformation, Tübingen, Mohr, 2000, p. 60 sq.

8 Cf. Heinz Deike, Der Waffendienst der Theologen als Problem des neuzeitlichen Protestantismus, Münster, LIT Verlag, 1999, p. 24 sq.

9 Cf. Hermann Mulert, Der Waffendienst der evangelischen Pfarrer, Leipzig, J. C. Hinrichs’sche Buchhandlung, 1915, p. 11.

10 Cf. Deike (note 8), p. 107 sq.

11 Cf. Mulert (note 9), p. 8 sq.

12 Cf. Deike (note 8), p. 121 sq.

13 Cf. Mulert (note 9), p. 12.

14 Ibid., p. 13 sq.

15 « Dogmatische Gründe für eine Sonderstellung der Geistlichen auf dem Gebiete der Wehrpflicht kennt der rechte Protestant nicht ». Ibid., p. 14.

16 « So erscheint es als den evangelischen Grundsätzen allein entsprechend, daß, so gewiß der Soldat auch seinen Anteil am allgemeinen Priestertum haben soll, der Pfarrer, sobald allgemeine Wehrpflicht besteht, mit zum Waffendienst für Vaterland und Volksgenossen herangezogen wird ». Ibid.

17 « Ein gewisser Protest gegen den Krieg, ein stilles Eingeständnis, dass das Evangelium Christi und der mordende Krieg sich nicht miteinander vertragen ». « Die Priester-Soldaten », Kirchlicher Anzeiger für Württemberg, dans Rheinisches Pfarrerblatt. Mitteilungen des Evangelischen Pfarrervereins der Rheinprovinz, 1915, 1, p. 3.

18 « Hierüber sind wir in Deutschland gerade durch diesen Krieg bekanntlich anderer Ansicht geworden ». Ibid.

19 « Die unlösbare Spannung von Krieg und Christentum ». « Von der Kanzel zur Kanone », Christliche Welt, 1915, 6, p. 111.

20 Cf. Mulert (note 9), p. 19.

21 « Kriegsbuch des lebendigen Gottes », Kirchliches Jahrbuch (note 3), p. 143.

22 « Eine Zuchtrute Gottes » ; « Gott ist ein gnädiger und barmherziger Gott, und seine Gedanken sind Gedanken des Friedens und nicht des Leides », Licht und Leben, 1914, 33, p. 517.

23 « Weil Sünde da ist als eine unbestreitbare Wirklichkeit, darum wird auch immer in dieser Welt Krieg sein ». Kirchliche Rundschau für die evangelischen Gemeinden Rheinlands und Westfalens, 1914, 22, p. 517.

24 « Wir sind im tiefsten Frieden in des Wortes wahrster Bedeutung überfallen worden. Durch den Neid unseres Feindes, der uns rings umgibt », Kirchliches Jahrbuch (note 3), p. 186.

25 Cf. Winckler (note 4), p. 336.

26 « Das Vaterland von seinen mächtigen Drängern zu befreien, Geld und Gut und Leib und Leben zu opfern, um den ehrenvollen Sieg und den festen edlen Frieden zu erringen ». « Ansprache der brandenburg. Provinzialsynode an die ev.-märkischen Gemeinden », Kirchliches Jahrbuch (note 3), p. 198.

27 « So ist der Krieg die ultima ratio, um das Recht durchzusetzen », Kirchliche Rundschau, 1914, 22, p. 518.

28 « Das Recht schafft uns die Voraussetzung und Möglichkeit, das Liebesgebot zu erfüllen », Ibid.

29 Cf. Mulert (note 9), p. 25.

30 Cf. Kirchliches Jahrbuch (note 3), p. 194. Au 1er avril 1915, une vingtaine de pasteurs wurtembergeois serait tombée au combat. Cf. ibid., p. 279. Mulert fait quant à lui état de 22 morts fin 1914. Cf. ibid.

31 Cf. Mulert, ibid.

32 « Im Interesse des geistlichen Amtes und in Rücksicht auf die sehr verschiedenen Anschauungen, die in unseren landeskirchlichen Gemeinden bezüglich dieser Fragen herrschen ». Mulert (note 9), p. 26.

33 « Dass es dem Geistlichen nicht zu verstatten sei, heute den Talar und morgen den Waffenrock zu tragen ». Ibid.

34 Cf. Mulert (note 9), p. 32.

35 Ibid., p. 26.

36 « Angesichts der grossen Arbeit in der Militärseelsorge und der bedeutungsvollen Aufgaben auf dem Gebiet der Seelsorge für die Verwundeten und die Familien der im Felde gefallenen und noch kämpfenden Helden vermögen Se Majestät die erbetene Erlaubnis zum Waffendienst der Geistlichen nicht zu erteilen », Kirchliches Jahrbuch (note 3), p. 260.

37 « Wenn diese Verwendung nach den persönlichen Verhältnissen des Geistlichen sowie nach denjenigen seiner Gemeinde angängig erscheint, und das Gesuch von der zuständigen Militärinstanz befürwortet wird », Mulert (note 9), p. 26 sq.

38 « Der Widerstand der Kirchenregierungen gegen ein Hinausgehen kriegstüchtiger Pfarrer ins Feld scheint fast in allen Landeskirchen aufgegeben », Christliche Welt 1914, 43, p. 954.

39 « Eine prinzipielle Entscheidung der Frage, nach der heute laut gerufen wird, wird auch in Zukunft unmöglich sein. Denn es ist eine Frage des einzelnen Gewissens. Die Kirchenbehörde hat mit ihrer Stellungnahme jedenfalls keine Vorwürfe verdient, sondern den Dank aller, die unsere evangelische Volkskirche lieb haben ». 1915. Neue Preußische Zeitung (« Kreuz-Zeitung »), p. 50, cité dans Kirchliches Jahrbuch (note 3), p. 262.

40 Cf. Deike (note 8), p. 153. Cependant, nous avons trouvé très peu d’éléments concernant l’année 1916.

41 « Du musst nun, da die Gelegenheit gegeben ist, endlich einmal deine großen Gedanken, deine großen Worte in die Tat umsetzen », Christliche Welt, 1915, 6, p. 111.

42 « Berufstreue, Vaterlandsliebe, Todesverachtung » ; « diese Tugenden unter Einsatz des eigenen Lebens zu beweisen », Mulert (note 9), p. 16.

43 « Der alte ehrwürdige kategorische Imperativ in ihm », Christliche Welt, 1915, 6, p. 111.

44 « Oberste Tugend des Gemeinsinns ». Kirchliches Jahrbuch (note 3), p. 154.

45 « Der Philosoph von Königsberg, der bei Lebzeiten viel verkannte, ist glänzend gerechtfertigt. Er hätte diese Zeit mit Stolz durchlebt ». Ibid., p. 153.

46 « Friderizianisch[er] Geist ». Georg Wünsch, « Der Waffendienst der evangelischen Pfarrer », Christliche Welt, 1915, 29, p. 587.

47 « Gleichzeitig […] Staats-und Reich-Gottesbürger », ibid., p. 585.

48 « Es ist preußisch-deutscher Grundsatz, daß in Kriegszeiten die militärischen Interessen vorangehen », Mulert (note 9), p. 19.

49 « Um seine höchsten Güter, ja um seine völkische Existenz » ; « Erlaß des Oberkirchenrats in Schwerin an die Pastoren der Mecklenburgischen Landeskirche », Kirchliches Jahrbuch (note 3), p. 205.

50 Cf. Christliche Welt, 1914, 41, p. 910.

51 « Gelegenheit, auf eine menschliche Kriegführung hinzuwirken und so den Krieg, soweit es überhaupt möglich ist, mit christlichem Geist zu durchdringen », Christliche Welt, 1915, 29, p. 587.

52 « Im Felde predigt Gott selbst […] im Donner der Schlacht » ; « Pastorale Kriegsseelsorge », Licht und Leben, ev. Wochenblatt, 1915, 42, p. 667.

53 Le terme de « Theologen » englobe les théologiens et les ecclésiastiques.

54 « Im Heere dienen sollen die evangelischen Theologen einfach, weil es für den Tauglichen eine vaterländische Pflicht ist », Mulert (note 9), p. 23.

55 « Sie sollen zunächst Zeugnisse vor den Soldaten ablegen voll festen Gottvertrauens und glühender patriotischer Begeisterung. Sie sollen die Soldaten ermahnen zur Pflichterfüllung, Treue, todesfreudiger Hingabe » ; « mit freiem, freudigem Willen unter allen Umständen auf dem Posten zu bleiben, auf den ihn sein Führer hingestellt hat. Dann handelt er als echter Soldat und Christ », Rheinisches Pfarrerblatt, 1915, 3, p. 4.

56 « Gehorsame und pflichtgetreue Untertanen », Karl Holl, « Das Verhältnis von Staat und Kirche im Licht der Geschichte » (1919), dans Kleine Schriften, Tübingen, J.C.B. Mohr, 1966, p. 21.

57 « Die Zurücksetzung ihres Standes in der […] Ehre, mit den Waffen das Vaterland zu verteidigen », Mulert (note 9), p. 33.

58 « Aber das alles vermag den Makel nicht von ihm zu nehmen, daß er, der einzige, um seines Standes willen […] der “heiligen Flamme” ferngehalten wird », Chronik der Christlichen Welt, 1915, 1, cité dans Kirchliches Jahrbuch (note 3), p. 261.

59 « Das Erleben des Krieges in der Front », Christliche Welt, 1914, 41, p. 909.

60 « Dennoch müssen [souligné dans le texte] wir daheim bleiben, während unsere Brüder, unsere Schulkameraden, unsere Kommilitonen draußen stehen und für ihr ganzes Leben tiefe, bleibende Eindrücke empfangen » ; « reifer und reicher an Erfahrung », Ibid.

61 « Dass wir unseres Volkes Seele immer besser verstehen lernen, dass wir immer mehr mit denen zusammenwachsen, denen zu dienen wir berufen sind », Mulert (note 9), p. 34.

62 « Jetzt ist die Gelegenheit gekommen, für die Kirche und ihre Diener, den Fluch der Unpopularität abzuwerfen und im besten Sinne des Wortes populär zu werden », Verbandsblatt der Deutschen-evangelischen Pfarrervereine, cité dans Kirchliches Jahrbuch (note 3), p. 261.

63 Loi de 1889 qui supprime l’exemption du service militaire des clercs.

64 Rheinisches Pfarrerblatt, 1915 (note 17), p. 3 sq.

65 « Was Opferfreudigkeit und Bereitwilligkeit anlangt, so würde gewiß jeder gern mit der Waffe dem Vaterlande dienen » ; « Ob Geistliche mit der Waffe dienen sollen », Pastoralblätter für Predigt, Seelsorge und kirchliche Unterweisung, 1915, LVII., p. 315.

66 Ibid., p. 316.

67 « So werden die Familien in Wirklichkeit für den zurückkehrenden Soldaten der Friedenshafen, in dem Gott das an seiner Seele begonnene Werk weiterführen kann », Licht und Leben, 1915, 42, p. 668.

68 Cf. ibid., p. 667.

69 « Aller evangelischen Geistlichen höchste Aufgabe wie schönstes Vorrecht bleibt : mit Wort und Werk das Evangelium des ewigen Friedens zu verkündigen » ; « Weihnachtsgruß des Württembergischen Konsistoriums », Kirchliches Jahrbuch (note 3), p. 196.

70 « Gleichsam Schützengraben um Schützengraben », Christliche Welt, 1915, 6, p. 111.

71 « Der Krieg an sich schafft nicht religiöse Belebung, er schafft nur Raum für diese. Die religiöse Wiederbelebung des deutschen Volkes wird nicht Gabe des Krieges, sondern Aufgabe in und nach demselben sein », Die Reformation, 1914, p. 46, cité dans Kirchliches Jahrbuch (note 3), p. 136.

72 « So hat schließlich der den sittlichen Bedürfnissen Rechnung tragende Standpunkt den rechtlichen überwunden und wird ihn auch neu zu gestalten die Kraft haben », Christliche Welt, 1915, 29, p. 588.

73 Ibid.

74 Cf. Mulert (note 9), p. 21.

75 Cf. Mulert (note 9), p. 24

76 Cf. Deike (note 8), p. 154 sq.

Auteur

Germaniste, maître de conférence, université de Toulouse 2 – Le Mirail

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540