Version classiqueVersion mobile

De la guerre juste à la paix juste

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Françoise Knopper
, 
Anne-Marie Saint-Gille

II. Ruptures et changements de paradigme avant 1933

La presse féminine à l’ère wilhelminienne : la Evangelische Frauenzeitung et la Première Guerre mondiale

Christina Stange-Fayos

Texte intégral

  • 1 Communément abrégé : « EFZ ».
  • 2 Communément abrégé : « DEF ».
  • 3 Communément abrégé : « BDF ».
  • 4 Elle choisit précisément ce moment pour venir renforcer l’aile conservatrice du mouvement des femme (...)
  • 5 Cf. Doris Kaufmann, Frauen zwischen Aufbruch und Reaktion, München, Piper, 1988, p. 23. Pour tous l (...)
  • 6 « Zugeständnis an den modernen Zeitgeist. » Der Alte Glaube, 1. 1899/1900, p. 454. Cf. aussi Christ (...)

1La Evangelische Frauenzeitung1 (Journal des femmes protestantes) est l’organe de « l’Alliance allemande des femmes protestantes » (Deutscher Evangelischer Frauenbund2), créée en 1899 à Kassel. En 1908, l’Alliance rejoignit la « Société centrale du mouvement des femmes allemand » (Bund Deutscher Frauenvereine3), association supra confessionnelle fondée en mars 1894 dans la mouvance du International Council of Women de Chicago de 18934. Les membres de l’Alliance allemande des femmes protestantes étaient pour bon nombre d’entre elles femmes de pasteur ou enseignantes. Ses dirigeantes étaient issues de la grande bourgeoisie ou de la noblesse. Leur objectif était double : apporter des solutions à la question des femmes et à la question sociale dans l’ère moderne, c’est-à-dire industrialisée. Cette alliance (DEF) était la seule organisation protestante du Reich à s’inféoder explicitement au mouvement des femmes : elle déclarait en effet dans son programme vouloir œuvrer au nom de l’Évangile pour la cause des femmes (im Sinne des in Gottes Wort geoffenbarten Evangeliums für die Lösung der Frauenfrage), mais aussi pour un renouveau moral et éthique, ainsi que l’amélioration de la situation économique et sociale de la population (für die religiös-sittliche Erneuerung sowie für die wirtschaftliche und soziale Hebung des Volkslebens5). L’Église ne lui apporta pourtant que peu de soutien, beaucoup d’ecclésiastiques se montrant réservés à leur égard. L’orthodoxie luthérienne, quant à elle, dans la revue Der Alte Glaube, alla jusqu’à condamner sans ambages l’arrivée des femmes dans la sphère publique comme une « concession regrettable à l’air du temps6 ». La réaction du camp luthérien contre toute émancipation féminine, si modeste fût-elle, se radicalisa encore davantage à la veille de la Première Guerre mondiale, comme nous aurons l’occasion de le vérifier.

  • 7 Pour avoir quelques éléments de comparaison, on peut ajouter que la revue des « modérées », publiée (...)

2Néanmoins, l’Alliance allemande des femmes protestantes, le DEF, connut un succès non négligeable et atteignit le nombre de 9 000 membres (somme de ses groupes locaux) en 1908, c’est-à-dire neuf ans seulement après sa création. Ce succès se mesure aussi à l’aune de son périodique, d’abord appelé Bulletin de l’alliance allemande des femmes protestantes (Mitteilungen des Deutsch-Evangelischen Frauenbundes), publié à partir d’octobre 1900, et dont le nom changea en 1904 pour être remplacé par la Evangelische Frauenzeitung, la EFZ. Étant donné que les membres de l’association avaient obligation de s’abonner à cette revue, les tirages augmentaient parallèlement aux effectifs. À la veille de 1914, ils en arrivèrent même à les dépasser : si l’impression se cantonnait à 3 400 exemplaires en 1904, elle passa à 7 750 en 1908 pour atteindre 16 200 exemplaires en 1914, donc plus du double7.

  • 8 « Paula Müller, die ihren Namen seit 1919 durch den ihres Großvaters, den Göttinger Archäologen Otf (...)
  • 9 Cf. Inge Mager, Frauenprofile des Luthertums, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus, 2005, p. 65-73.

3La présidente de l’Alliance entre 1901 et 1934, Paula Müller (Müller-Otfried à partir de 1919) était également la rédactrice en chef de la EFZ. Matériellement indépendante et sans charge de famille, elle s’investissait totalement dans ces deux projets. Dotée d’une forte volonté de s’affirmer, caractéristique de bon nombre de femmes cultivées au tournant du siècle, elle semble en ce sens représentative de tout un pan de la bourgeoisie féminine allemande. Cette émancipation s’avérait néanmoins limitée : elle ne devait pas remettre en cause les rôles traditionnels. Bref, le mode de pensée restait conservateur, mais on cherchait tout de même à s’épanouir en s’engageant professionnellement et socialement8. En vertu de sa longévité à la tête de l’Alliance allemande des femmes protestantes et de sa revue, qu’elle dirigea pendant plus de vingt-cinq ans, Paula Müller-Otfried influença fortement le mouvement sur le plan programmatique et organisationnel. Pour la rédaction de la EFZ, elle était épaulée par de proches collaboratrices (notamment Adelheid von Bennigsen, qui devint même co-éditrice de la revue en 19239), car le rythme de publication (bimensuel) et le volume (190 pages par numéro en moyenne) nécessitaient un travail soutenu et collectif.

4En 1914, la EFZ existe depuis dix ans. Il est intéressant d’analyser sa représentation de la guerre, et ce, à double titre puisqu’il s’agit d’une entreprise à la fois protestante (on pense au message de paix chrétien) et féminine (Bertha von Suttner obtint le prix Nobel de la paix en 1905). Quelle sera donc la réaction de la revue à l’annonce de la Première Guerre mondiale ? Quelles positions adoptera-t-elle entre 1914 et 1918 par rapport aux thèmes de la guerre et de la paix ? La censure y joue-t-elle un rôle ? Les événements extérieurs tels que la situation matérielle du pays ou les revers militaires influeront-ils sur ses orientations ? Le ton évolue-t-il au long des mois, des années de guerre ? Autant de questions auxquelles nous nous efforcerons de répondre au fil de l’analyse de la revue.

 

  • 10 Joh. 14, 6 : « Ich bin der Weg und die Wahrheit und das Leben » ; cf. par ex. EFZ 1909-1910, p. 1.
  • 11 À partir de maintenant, nous utiliserons l’abréviation DEF dans le corps du texte.
  • 12 Cf. EFZ 1909-1910, « Inhaltsübersicht », début de la revue (non paginé).
  • 13 « […] auch in den modernsten Fragen der Zeit den Beweis dafür zu erbringen, das der Maßstab des alt (...)
  • 14 « Wir rechnen uns nicht zur Frauenemanzipation, […] doch mit Überzeugung und mit Loyalität zu der d (...)
  • 15 Cf. Karin Bruhns, « Völkische und deutschnationale Frauenvereine im “zweiten Reich” » in Uwe Puschn (...)
  • 16 « Die letzten Reichstagswahlen haben ein ungeheures Anschwellen der sozialistischen Flut mit sich g (...)
  • 17 « In Deutschland verbreitete sich das Gefühl, eingekreist zu sein, wobei die Angst vor der ständig (...)

5La Evangelische Frauenzeitung paraît entre 1904 et 1941. Chaque numéro commence par une citation de l’Évangile selon Jean (14, 6) : « [Jésus lui dit :] Je suis le chemin de la vérité et la vie10. » Pourtant, le contenu de la revue semble plutôt profane. Ses rubriques correspondent en effet strictement au champ d’action de l’Alliance allemande des femmes protestantes11 : éducation, travail, droit des femmes (Frauenbildung, Frauenberufe, Frauenrecht), société, mœurs (Soziales, Sittlichkeitsfrage), organisation et actions de l’Alliance tels que les comptes rendus de réunions, les pétitions et requêtes ou les créations de groupes locaux (Versammlungsberichte, Petitionen und Eingaben, Ortsgruppengründungen12), une actualité somme toute fortement thématisée et orientée. Les articles révèlent qu’on y mélange allègrement politique et religion. L’organisation concurrente, à savoir l’Entraide des femmes protestantes (Evangelische Frauenhilfe), lui reprochait d’ailleurs de ne pas s’en tenir au champ strictement religieux et à la caritas traditionnellement dévolue aux femmes des associations confessionnelles. Il est vrai que, sous couvert d’Évangile, la EFZ s’aventurait dans des domaines nouveaux et réclamait des réformes sur le plan social notamment. Selon l’Alliance allemande des femmes protestantes, la véritable pensée évangélique impliquait non seulement l’engagement de la personne, mais aussi le devoir de démontrer que les critères de l’Évangile restaient pertinents dans les problèmes de société les plus contemporains13. Toutefois, en voulant réconcilier vie moderne et Évangile, le DEF dépassait ses compétences de l’avis de certains milieux ecclésiastiques. Il avait beau affirmer par le biais de sa revue que ses membres n’adhéraient pas au mouvement d’émancipation de la femme, mais à celui des femmes tout court14, son existence inquiétait comme un facteur de trouble supplémentaire au sein d’un Reich menacé de toutes parts. C’est ainsi que fut crée en 1912 la « Ligue contre l’émancipation des femmes » (Der deutsche Bund zur Bekämpfung der Frauenemanzipation15) dont Paula Müller retranscrit l’appel dans l’éditorial de la EFZ le 15 juin de la même année, afin de mieux pouvoir contrer les arguments de ce nouvel adversaire. Cet appel apparaît aussi programmatique que révélateur : « Les dernières élections au Reichstag ont eu pour effet une amplitude inouïe de la marée socialiste. Partout à nos frontières, les ennemis guettent – à l’intérieur du pays, le combat entre partis politiques fait rage plus que jamais16. » À cause de l’existence de la Triple Entente (France, Angleterre, Russie), les Allemands avaient en effet l’impression d’être encerclés17. De surcroît, la division politique au sein du parlement semblait affaiblir le pays. C’est ainsi que la Ligue contre l’émancipation des femmes poursuit son avertissement :

  • 18 « Unter solchen Umständen können wir nur mit ernster Sorge gewahren, dass die deutsche Frauenbewegu (...)

Dans de telles conditions, force est de constater que le mouvement allemand des femmes a choisi une voie qui le conduira forcément à ébranler encore davantage les fondements de l’Institution étatique, déjà très menacés. L’assimilation systématique entre hommes et femmes à laquelle il aspire est absurde : il revient à faire violence à la nature, qui, elle, a partout strictement délimité les domaines d’action des deux sexes et introduit un partage des tâches très strict. C’est pourquoi nous nous efforcerons d’endiguer un mouvement qui causera obligatoirement la perte à tous, fera honte à l’homme, et exposera la femme à la malédiction. Il n’est nullement un facteur de réconciliation comme le prétendent ses adeptes, mais jette au contraire de l’huile sur le feu déjà bien assez ardent des antagonismes sociaux et politiques18.

6Pour Paula Müller, ces propos sont tout bonnement insultants. En tant que conservatrice, elle est la première à se préoccuper de la progression des sociaux-démocrates et à s’inquiéter de la cohésion nationale. Dire que son action va à l’encontre de l’intérêt public, et qu’on va par conséquent tenter de la contrecarrer, revient à lui faire une déclaration de guerre. Désormais, DEF et EFZ sont donc sur la défensive.

  • 19 EFZ, no 15 du 1/05/1913, p. 113.
  • 20 Ibid., p. 115.
  • 21 EFZ, no 22 du 15/08/1913, p. 169-170.
  • 22 Cf. B.F. Schulte, Vor dem Kriegsausbruch 1914 : Deutschland, die Türkei und der Balkan, Düsseldorf, (...)
  • 23 EFZ, no 22 du 15/08/1913, p. 170.
  • 24 Cf. Ursula Baumann, (note 7), p. 231.
  • 25 « Frauenpflicht in Kriegszeiten », EFZ, no 21 du 1/08/1914, p. 161.
  • 26 « Gewiss, die Frau liebt den Frieden. Sie bangt bei dem Herannahen des schon so lange drohenden Kri (...)
  • 27 « Gewiss » fonctionne comme « zwar » dans l’énoncé concessif, cf. François Schanen et Jean-Paul Con (...)

7Est-ce pour prouver sa loyauté envers l’État, et, à travers elle, sa volonté d’unité intérieure, que la revue ajoute en 1913-1914 une nouvelle rubrique intitulée « Articles et appels patriotiques » ? Elle redouble alors de chroniques qui relatent des événements à caractère patriotique, par exemple en 1913 à Hanovre (Patriotische Frauenfeier in Hannover19), où elle exalte le patriotisme des femmes, aussi prêtes à se sacrifier pour la patrie que les hommes, selon la rédactrice ; ou encore d’articles qui constituent des appels, par exemple sous le titre « Davantage de sentiment national » (Mehr Nationalbewusstsein20) où elle s’adresse aux femmes dans les régions frontalières de la Prusse orientale (Ostmark), afin de les exhorter à acheter allemand et non polonais. La rédactrice de cet article agite le spectre du déclin du Saint-Empire Romain Germanique, pour rappeler qu’il faut, coûte que coûte, défendre les frontières du Reich, c’est-à-dire l’unité nationale. Même si elle se place sur le terrain du patriotisme économique, le verbe « défendre » reste issu du langage militaire. L’opinion publique de l’époque était majoritairement militariste et pouvait entendre un tel discours. Néanmoins, on trouve aussi des articles à caractère pacifiste dans la EFZ, notamment une condamnation véhémente des guerres balkaniques de 1912-1913 ; la critique est d’autant plus virulente que des exactions ont été commises au nom de la religion chrétienne21. La Bulgarie notamment, qui attaqua fin juin 1913 ses anciens alliés (la Serbie, la Grèce et le Monténégro) y est présentée comme une infâme traîtresse. La revue n’explique cependant pas que le désir des peuples balkaniques de réaliser leur union et de créer des états indépendants, se heurte aux intérêts économiques et aux alliances politiques des grandes puissances européennes22. Elle se contente d’énumérer nombre d’atrocités commises lors de ces guerres, et en appelle aux dirigeants politiques pour intervenir en faveur de la paix au nom de l’humanité23. Doit-on en conclure que la EFZ est prête à œuvrer pour la paix ? Malgré l’absence d’analyse de fond sur les enjeux des guerres balkaniques, ignorant (ou feignant d’ignorer) que cet imbroglio politico-militaire pourrait mettre le feu aux poudres dans toute l’Europe, c’est dès l’hiver 1912-1913 que le DEF demande à ses membres de se mettre à disposition de l’Association des Femmes patriotes (Vaterländischer Frauenverein) en cas de guerre24. Et le 1er août 1914, précédent même les déclarations de guerre, la EFZ titre : « Devoirs des femmes en temps de guerre25. » Dans l’article, il sera d’abord question de la paix : « Certes, la femme aime la paix. À l’approche du spectre de la guerre qui menace depuis déjà bien longtemps, elle tremble pour la vie des hommes, des fils, pères, frères. La paix honorable […] compte les femmes parmi ses plus fidèles adeptes26. » L’adverbe (Gewiss, die Frau liebt den Frieden) placé en tête d’énoncé interpelle le lecteur, qui attend forcément une restriction en aval (certes… mais)27, qui arrive effectivement aussitôt :

  • 28 « Aber auch nur der ehrenvolle Friede. Steht die Ehre des Vaterlandes in Gefahr, ist der Krieg durc (...)

Mais seulement la paix honorable. Si l’honneur de la patrie est en péril, si la guerre est exigée par le respect des alliances militaires, alors la vraie femme allemande verra partir au combat ceux qu’elle aurait tant aimé voir préservés et protégés avec compréhension, voire avec enthousiasme. Elle accompagnera les hommes de ses prières et saura remplir son devoir tout en restant au pays28

  • 29 Ibid.
  • 30 Cf. le chapitre « Der Entwurf einer geschlechtsspezifischen Aufgabenteilung im Ersten Weltkrieg », (...)
  • 31 « Kaiser Franz-Joseph könne sich aber darauf verlassen, dass seine Majestät im Einklang mit seinen (...)

8Puis de rappeler, dans la suite de l’article, son appel antérieur en faveur de l’Association des Femmes patriotes en cas de guerre29. Les femmes sont donc prêtes, selon la EFZ, à accomplir leur devoir national ; on relève également ici la stricte répartition des rôles entre front intérieur (réservé aux femmes) et front extérieur (réservé aux hommes)30. La paix juste est une paix qualifiée d’« honorable » (ehrenvoller Frieden), et respecter les alliances militaires est précisément une question d’honneur (cf. l’exemple négatif de la Bulgarie, qui avait rompu ses alliances en 1913, et sur laquelle l’opprobre était, de ce fait, jeté). Si le respect des alliances (en l’occurrence avec l’Autriche-Hongrie qui, suite à l’attentat de Sarajevo du 28 juin 1914, avait rompu ses relations diplomatiques avec la Serbie, amie de la Russie) l’exige, il convient d’entrer en guerre, l’enjeu n’étant rien de moins que l’honneur de la patrie. Le contexte historique de l’époque semble conforter la revue dans cette conviction. Une attaque autrichienne contre la Serbie nécessitait une couverture allemande ; dans un télégramme daté du 6 juillet 1914, le chancelier Bethmann-Hollweg, au nom de Guillaume II, assurait à ce propos à l’empereur François-Joseph qu’il pouvait fermement compter sur le soutien du Reich31. On passe donc de la paix juste à la guerre juste par le levier de la fidélité et de l’honneur national. L’argumentation de la EFZ progresse, partant du constat de l’amour de la paix comme une spécificité féminine (« la femme aime la paix », avec un singulier générique), à une approbation plus ou moins rationnelle (« avec compréhension, voire avec enthousiasme ») de la guerre. Répétons qu’à l’heure où ce numéro est rédigé, cette dernière n’est pas encore déclarée (les déclarations de guerre auront lieu entre le 1er et le 4 août 1914).

  • 32 « Nun ist der Krieg da. » EFZ, no 22 du 15/08/1914, p. 170.
  • 33 Notamment Ursula Baumann (note 7), p. 230.
  • 34 « Alle die bösen, hässlichen und gemeinen Dinge, die an unserer Volkseele hafteten, sie sind heute (...)
  • 35 Elle cite des titres aussi évocateurs que « Die schöne Ehebrecherin » ou « der Juxbaron » ; cf. EFZ (...)

9Quinze jours plus tard, lorsque paraît le numéro du 15 août, c’est donc chose faite. Paula Müller y rédige un article solennel intitulé « L’éveil de l’Allemagne » (Deutschlands Erwachen), qui commence sobrement par les mots : « Désormais, c’est la guerre32. » Cette formulation laconique, basée sur un simple constat, neutre, ne permet pas encore d’affirmer, comme l’ont fait certains critiques33, que Paula Müller célèbre l’arrivée de la guerre. En effet, elle ajoute immédiatement, en toute simplicité, que ce que tout le monde craignait depuis longtemps a fini par arriver et il n’y a aucune forme de jubilation dans son discours. Cependant, elle voit effectivement aussi un côté positif dans l’éclatement de la guerre : la chance pour le renouveau moral et éthique du peuple que le DEF appelait de ses vœux depuis sa création (cf. son programme, op. cit.). Paula Müller écrit en effet : « Toutes ces dispositions mauvaises, laides et viles qui collaient à l’âme de notre peuple, nous en sommes aujourd’hui débarrassés. Le sérieux terrible de notre situation, dont chacun s’aperçoit malgré toute la volonté de combattre et l’espoir inaltérable de remporter la victoire, a mis un terme à bien des choses34. » Et pour étayer son propos (on peut effectivement se demander ce qu’elle entend par « bien des choses »), elle donne l’exemple de la décadence des métropoles, où les affiches vantant des comédies légères35 côtoyaient il y a peu de temps encore les annonces de mobilisation générale. Elle ajoute ensuite, et il faut concéder que ses propos ne sont pas dénués de satisfaction :

  • 36 « Jetzt sind sie [die Theaterplakate] mit eisernem Besen weggefegt. Jetzt zeigt es sich, dass es do (...)

Désormais, elles [les affiches de spectacle] ont été nettoyées au balai d’acier. Désormais, il apparaît finalement que c’est tout de même autre chose qui compte. Désormais, il apparaît que ceux qui avaient entrepris systématiquement d’empoisonner le peuple allemand, n’ont pas réussi à éliminer sa force vitale, son sens de l’honneur et sa foi en Dieu. Et qu’il nous ait été donné de vivre cela, de voir aujourd’hui devant nous des milliers, que dis-je : des millions d’hommes et de femmes uniquement guidés par le sentiment de l’honneur et du devoir, c’est ce qui fait la grandeur de ces jours graves, l’éveil de l’Allemagne36.

  • 37 Cf. l’avalanche de sermons et d’adresses qui exprimaient ce qui était connu sous le nom « d’esprit (...)
  • 38 Heinrich August Winkler, Deutsche Geschichte vom Ende des Alten Reiches bis zum Untergang der Weima (...)
  • 39 EFZ, no 22 du 15/08/1914, p. 170.
  • 40 « In ernster Stunde ein ernstes Wort. » Ibid., p. 170-171.

10La répétition de l’adverbe temporel « désormais » (« jetzt ») montre l’importance du moment présent, et la reprise de la tournure « désormais, il apparaît que » souligne la solennité de l’instant, qui devient ainsi un moment historique. On est loin ici des préoccupations des intellectuels qui cherchaient à s’opposer à la France ou à la Grande-Bretagne par le biais de ce nouveau conflit37 ; dans ces lignes, c’est la guerre en soi qui apparaît comme cathartique, voire salvatrice. Paula Müller, comme beaucoup d’autres, y voyait un moyen de délivrance du pessimisme culturel (Kulturpessimismus) ambiant et de la médiocrité de la société de masse. Sous sa plume, le peuple allemand semble appelé à s’engager pour une noble cause, et à se montrer héroïque (« de voir aujourd’hui devant nous des milliers, que dis-je : des millions d’hommes et de femmes uniquement guidés par le sentiment d’honneur et du devoir »). De là, il n’y a qu’un pas vers les idées diffusées à l’époque par Werner Sombart notamment, à savoir la représentation des Allemands comme le « peuple élu », voire le « peuple de Dieu38 ». Paula Müller clôt son article par les premiers vers du « Lied der Deutschen » de Hoffmann von Fallersleben (1841), un chant qui ne devint d’ailleurs véritablement populaire qu’au cours de la Première Guerre mondiale39. L’unité intérieure se crée face à la menace extérieure ; qu’elle puisse être factice et de courte durée ne semble pas effleurer la rédactrice à ce moment-là. Elle insère en suivant dans ce numéro du 15 août un article signé par un certain Prof. Dr. Wurster, qui résume sa propre position de manière plus concrète. Cette contribution s’intitule : « À heure grave, discours grave » (In ernster Stunde ein ernstes Wort40). Citons-en un extrait significatif :

  • 41 « Wir wollen allen Hader vergessen, ein einig Volk von Brüdern ! Es gibt jetzt keinen konfessionell (...)

Oublions toutes nos discordes, soyons un peuple uni et fraternel ! Il n’y a désormais plus d’antagonismes entre les confessions. Oublions tous les griefs qui ont pu s’accumuler pendant la lutte ! Le conflit idéologique entre les partis politiques doit cesser ! Il a d’ailleurs déjà cessé en partie. N’ayons plus de mots durs pour la social-démocratie, pas même pour elle. Elle a souvent été corrompue, mais nombre de ses dirigeants devraient s’apercevoir maintenant que le monde n’est pas comme les préjugés doctrinaires le représentaient, et qu’il est bon d’appartenir à un peuple qui sait se protéger quand l’heure est grave41.

  • 42 « Unser deutsches Vaterland das seit Jahren, trotz aller gegenteiligen Versicherungen ringsum, von (...)
  • 43 Cf. Ursula Baumann (note 7), p. 232.
  • 44 Cf. Luther et l’autorité temporelle. Textes allemands originaux, traduction, notes par J. Lefèbvre, (...)
  • 45 John A. Moses (note 37), p. 145.

11Au-delà de l’emphase du discours, et de l’hommage aux catholiques et aux protestants qui ont su oublier leurs divergences théologiques pour se concentrer sur l’unité de la Nation, l’argumentation du rédacteur se fait politique. Il est vrai qu’en Allemagne, la seule force qui aurait pu alors s’opposer avec quelque succès à la guerre était la social-démocratie. Traditionnellement pacifiste, elle représentait depuis 1912 la fraction la plus importante au parlement. Fin juillet 1912, elle organisa des manifestations contre la guerre dans la plupart des grandes villes, mais s’engagea parallèlement auprès du gouvernement à cesser toute action en cas de déclenchement des hostilités. Après la mobilisation générale en Russie (le 30 juillet 1914), les députés du SPD votent les crédits de guerre (le 3 août 1914). C’est la trêve entre les partis dont parle le professeur Wurster (« Le conflit idéologique […] doit cesser ! Il a d’ailleurs déjà cessé en partie »), partis qui promettent également de renoncer à l’opposition au gouvernement du Reich pendant toute la durée de la guerre. Unie en apparence, la nation défend la thèse de la guerre juste et défensive. Paula Müller ne déroge pas non plus à la règle. « Notre patrie allemande, encerclée de tous les côtés depuis des années, et ce, malgré tous les démentis officiels, est attaquée de toutes parts » note-t-elle, toujours dans ce numéro du 15 août 191442. L’Allemagne n’est pas coupable du déclenchement de la guerre – une opinion partagée de (presque) tous à l’époque, il s’agit donc d’une guerre juste dans laquelle on attend, en toute légitimité, la victoire de l’Allemagne43. À cet effet, il était possible de se référer à Luther, dont la théologie conférait à l’État une fonction divine dans le monde44. Luther s’inspirait de saint Paul dans le chapitre 13 de l’Épître aux Romains : « Les autorités qui existent ont été instaurées par Dieu. » L’exercice de l’autorité, l’obéissance au gouvernement et l’utilisation de la force pour assurer la justice relèvent du devoir d’obéissance envers Dieu. L’État a pour rôle de préserver l’ordre public, qui permettra aux bons chrétiens d’accomplir leurs tâches quotidiennes, sans la peur d’être molestés par les malfaiteurs. C’est pourquoi il a aussi pour responsabilité suprême de protéger ses sujets face à l’attaque d’États voisins prédateurs. De ce point de vue, la guerre est justifiée et devient obligatoire dès lors que le royaume et la sécurité des sujets sont mis en péril. Ce faisant, l’enseignement de Luther justifie les guerres défensives45.

  • 46 « Darum ehrt auch Gott das Schwert [den Krieg] mit so hohen Worten, dass er es seine eigene Ordnung (...)
  • 47 « So ist es auch : Wenn ich das Amt ansehe, das Krieg führt, wie es die Bösen bestraft, die, die Un (...)
  • 48 Cf. Doris Kaufmann (note 5), p. 27-28.
  • 49 « Zur Kellnerinnenfrage », « Bekämpfung des Mädchenhandels », « Kampf gegen den Schmutz in Wort und (...)
  • 50 « Not tat es, dringend not. » EFZ, no 22 du 15/08/1914, p. 170.
  • 51 Cf. Doris Kaufmann (note 5), p. 36-37.

12Quinze jours plus tard, dans son numéro du 1er septembre 1914, la EFZ fait d’ailleurs explicitement appel au Réformateur, en publiant l’éditorial : « Luther au sujet de la guerre » (Luther über den Krieg), où elle cite sans référence explicite ni ajout de commentaires un extrait de ce qu’on peut identifier comme un passage du sermon de 1526, Si les gens de guerre peuvent être eux aussi en état de béatitude (Ob Kriegsleute in seligem Stande sein können) : « C’est pourquoi Dieu honore l’épée [la guerre] en des termes si élogieux qu’il la nomme son autorité propre et ne veut pas qu’on dise ou pense que ce sont les hommes qui l’ont inventée et instaurée46. » Dans ce sermon, la guerre est présentée par Luther comme un moindre mal, qui sert à éviter les dommages plus importants47. Reste à savoir ce qu’on entend par là. Pour l’Alliance protestante des femmes allemandes, c’est avant tout la déchéance morale de la société qu’il faut combattre. D’après son programme, opus citatum, sa tâche principale consistait à mobiliser les forces féminines pour un renouveau éthique et moral de la population, et elle se comprenait comme un mouvement sociopolitique censé améliorer la condition du sexe faible48. L’Alliance se battait contre les mœurs licencieuses qu’elle voyait comme un avatar de l’ère industrialisée et moderne (sur le mode : o tempora, o mores). La EFZ publie d’ailleurs une rubrique qui concerne les mœurs (Sittlichkeitsfragen), avec des articles comme « Le problème des serveuses », « Contre la traite des Blanches », « Lutter contre l’ordure dans le langage et l’image » ou encore « Réglementation de la prostitution49 ». Le DEF qui entendait appartenir à titre égal au protestantisme et au mouvement des femmes pensait avoir fort à faire dans ce domaine là, c’est aussi pourquoi Paula Müller voit la guerre comme « l’éveil de l’Allemagne » (dans son article éponyme du 15 août 1914), en précisant qu’un tel événement devait surgir : « Il était temps, grand temps », écrit-elle50. La guerre est finalement un moindre mal, puisqu’elle permet à la nation de se ressaisir, d’échapper à la décadence. Notons au passage que la prostitution ne fit qu’augmenter pendant la Première Guerre mondiale, au grand dam du DEF et de sa présidente qui considéraient ce phénomène comme le pire des fléaux51.

  • 52 « Deutschland wird sein Haus neu bauen in schwerer Zeit. An uns ist es, jetzt schon die Bausteine h (...)
  • 53 Au sujet de la comtesse Sophie von der Gröben, cf. Inge Mager (note 9), p. 47-65.
  • 54 Cf. par exemple EFZ, no 24 du 15/09/1916, « Zeichnet die 5. Kriegsanleihe ! », p. 184.
  • 55 « Klar zum Gefecht / Feinde ringsum ! / Frühwind streicht um die Hügel / Scharf, mit schattendem Fl (...)
  • 56 John A. Moses (note 37), p. 152.

13Globalement, l’annonce du déclenchement des hostilités en août 1914 fut donc favorablement accueillie par la revue (qui porte désormais un nouveau sous-titre : « Revue pour les intérêts du monde des femmes protestantes » (Zeitschrift für die Interessen der evangelischen Frauenwelt). La guerre y est présentée comme une chance pour surmonter la désunion intérieure de la nation, et pour régénérer la société allemande. Même après deux ans de guerre, alors qu’on avait compris combien elle était sanglante et serait longue, la comtesse Sophie von der Gröben, proche collaboratrice de Paula Müller, continue de la présenter ainsi : « L’Allemagne va rebâtir sa maison en des temps difficiles. C’est à nous d’apporter au plus tôt les pierres à cet édifice. C’est à nous d’y collaborer à travers le travail sur nous-mêmes et sur d’autres, afin qu’un peuple purifié puisse y emménager52. » On retrouve sous la plume de la comtesse53 la même équation qu’en 1914 sous celle de Paula Müller : guerre égale purification, égale donc chance. Pourtant, la situation extérieure évoluait. En décembre 1916, le Reich rechercha pour la première fois une paix négociée. Les Alliés refusèrent, ce qui fit le jeu des forces qui s’étaient fixées pour but d’empêcher tout « ramollissement » démocratique ; notons au passage que le DEF, s’il réclamait le droit de vote pour les femmes au niveau des églises, récusait le droit de vote sur le plan politique. Selon ses dirigeantes, il ne convient de flancher ni sur le front intérieur, ni sur le front extérieur. La EFZ appelle d’ailleurs régulièrement ses lecteurs et lectrices à souscrire aux emprunts de guerre (Kriegsanleihen) pour soutenir l’effort national54. La revue reste fidèle à la ligne patriotique qu’elle a choisi de suivre depuis le début de la guerre, avec notamment la publication de petits poèmes comme par exemple « Prêts au combat ! » (Klar zum Gefecht !), signé d’une certaine Therese Köstlin, collaboratrice occasionnelle de la revue : « Prêts au combat / Partout des ennemis ! / La bise du matin balaie les collines / Cinglante, de son aile spectrale. / La mort rôde… / Droit au combat ! / Dans le lointain, un scintillement rougeoie. / Intensément sur les soleils et étoiles / Rayonne notre droit sacré55 ! » Nous ne nous attarderons pas sur la qualité littéraire de cette œuvre, mais nous attacherons plutôt à l’analyse de son contenu. L’Allemagne n’est plus seulement perçue comme la patrie de la Réforme (le deuxième vers, « Partout des ennemis », rappelle le concept de la guerre défensive, cautionné par la théologie de Luther), mais comme la « nation de Dieu » ayant pour double tâche de défendre les vraies valeurs chrétiennes (« droit sacré ») et de punir les nations qui leur portent atteinte56. C’est la raison pour laquelle il faut poursuivre l’effort de guerre coûte que coûte.

  • 57 EFZ, no 14 du 15/04/1915, p. 105-107.
  • 58 John A. Moses (note 37), p. 152. Par rapport à Moses, nous changeons la datation, car l’auteur évoq (...)
  • 59 Cf. l’énoncé : « Die Kinder sollen sich mit freudigem Stolze bewusst werden, dass sie Glieder eines (...)

14D’après un article d’avril 1915 intitulé « Faut-il parler de l’ennemi à nos enfants ? » (« Sollen unsere Kinder von Feinden wissen ? »), signé F. v. d. Elst57, même les très jeunes doivent savoir qu’ils font partie d’un « grand » peuple, d’un peuple élu pour ainsi dire. Cette idée d’élection s’est installée vers la fin du XIXe siècle en Allemagne, victorieuse par deux fois, en 1813-1815 et 1870-1871, aidée sans aucun doute par Dieu contre les déprédations des Français papistes et dégénérés58. La réponse à la question posée en titre est « oui » s’il faut en croire l’auteur de cette contribution, et ce, pour les raisons que nous venons d’énoncer59. Ce qui s’avère intéressant, c’est que cette notice suscita une petite polémique au sein de la revue : au mois d’août suivant paraîtra en effet une réfutation « De la colère, de la haine et de l’amour » (Vom Zorn, vom Hass und von der Liebe) de M. von Hindersin (à part Paula Müller, beaucoup de collaboratrices sont issues de la noblesse, cf. nos remarques sur la composition socioprofessionnelle du DEF en introduction) qui récuse cet article en disant qu’on ne doit pas parler aux enfants des autres peuples comme à des ennemis. Elle adopte, ce faisant, une position pacifiste :

  • 60 « Wohl hat es sich gezeigt, dass wir noch weit entfernt sind von jenem Friedensreiche, das wir als (...)

Preuve a bien été faite que nous sommes encore très loin de ce royaume de paix, auquel nous rêvons en tant qu’êtres humains et aspirons en tant que chrétiens ; mais en tant que femmes protestantes allemandes, il me semble que nous devrions œuvrer afin que l’humanité aille en ce sens60.

  • 61 Cf. J.A. Moses (note 37), p. 152. Cf. aussi Martin Greschart, « Krieg und Kriegsbereitschaft im deu (...)
  • 62 EFZ, no 22 du 15/08/1915, p. 169-170.
  • 63 « […] die Wahrheit hat ihnen nichts geschadet und wird auch dem heutigen Geschlecht nichts tun. » I (...)
  • 64 Elle s’était déjà frottée à la censure, notamment en 1910, cf. Ursula Baumann (note 7), p. 138-139.
  • 65 EFZ, no 3/4, novembre 1917, p. 12.
  • 66 Cf. Christina Stange-Fayos, « Le dilemme de Theophil Wurm face au pouvoir politique sous le IIIe Re (...)

15M. von Hindersinn se souvient ici des préceptes du Sermon sur la Montagne (Mathieu 5-8) et de l’injonction dominicale de rechercher la paix entre les nations61. Cela n’est pas du goût de Frau v. d. Elst, qui reprend aussitôt la plume pour faire publier dès le numéro suivant une contre réfutation62 (intitulée « Voir clair », Mit klaren Augen sehen), où elle se réfère à une génération à laquelle on a appris que les guerres de 1813-15 et 1870-1871 prouvaient l’héroïsme de ses pères. « Or » poursuit-elle « la vérité ne leur a point nui et ne nuira point non plus à la génération actuelle63. » La pauvreté de cette argumentation amène sans doute la rédaction à venir à la rescousse de Frau v. d. Elst, qui prête le flanc à une nouvelle intervention de son opposante pacifiste. Aussi Paula Müller ajoute-t-elle d’emblée une note de bas de page au titre : « Par ces développements, nous devrions avoir fait le tour du problème. La discussion est close » (Mit diesen Ausführungen dürfte der Gegenstand wohl hinreichend beleuchtet sein. Wir schliessen die Besprechung). Et elle signe : « La rédaction » (Schriftleitung ; en allemand, on relève l’absence même d’article défini devant le substantif qui ferme totalement le discours). Le commentaire est laconique, il montre bien que la rédactrice en chef de la revue ne souhaite pas faire plus largement place au débat. Est-ce une mesure autoritaire relevant de l’arbitraire ? Ou bien Paula Müller se méfiait-elle de la censure si elle quittait la ligne officielle, c’est-à-dire patriotique, pour s’orienter vers les rivages incertains des positions pacifistes64 ? Après 1916, le volume des numéros diminue, Paula Müller parle du manque de papier (Papierknappheit)65 et ne souhaite sans doute pas s’exposer davantage en donnant la parole à des collaboratrices dont elle ne partage de surcroît pas forcément les opinions. Le manque de papier en temps de guerre peut en effet constituer un argument commode pour des autorités qui souhaitent enrayer certaines publications66.

  • 67 Cf. Ursula Baumann (note 7), p. 243.
  • 68 EFZ, no 20 du 15/07/1915, p. 158.
  • 69 EFZ, no 24 du 15/06/1916, p. 185.

16Plus la situation militaire du Reich se dégrade, plus les organisations de femmes protestantes (dont le DEF) appellent à tenir bon. Les aspirations pacifistes de la population déclenchent de façon dialectique une vague de publications belliqueuses67. On rappelle aux femmes qu’il est de leur devoir de soutenir l’effort de guerre sur le front intérieur68, on exhorte encore à la souscription des crédits de guerre69. Sans doute ces positions nationalistes sont-elles en partie motivées par le désir d’acquérir un nouveau statut pour les femmes, qui auraient pu prouver, par leur action dans le pays, que leur rôle était indispensable. Leur loyauté était en quelque sorte censée en faire des citoyennes à part entière. Le 1er janvier 1917, en guise de vœux de nouvel an, Paula Müller publie l’éditorial « Pour la nouvelle année » (Zum neuen Jahre) :

  • 70 « Wohl mehren sich die Stimmen, die vom Frieden sprechen. Es gibt viele Frauen, die sich der Erfüll (...)

Certes, les appels en faveur de la paix se multiplient et maintes femmes croient que leurs espoirs vont bientôt se réaliser. Cela est tout à fait compréhensible pour des femmes, pour des proches de ceux qui sont sur les champs de bataille. Mais la plupart ne peuvent pourtant pas encore partager cet espoir, et telles que les choses se présentent aujourd’hui, nous osons à peine espérer la fin des hostilités. Car personne ne veut, et nous autres femmes non plus, d’une paix fragile qui n’assure pas, dans l’absolu, l’honneur et la grandeur de l’Allemagne70.

  • 71 EFZ, no 7 du 1/01/1917, p. 50.

17Au-delà de la pointe de regret qui transparaît dans ces lignes, on peut se poser la question du contexte politique qui les motive. En 1917, le SPD, le Centre et le Parti Populaire du Progrès forment la commission inter-groupes du Reichstag. Son objectif est l’instauration de la monarchie parlementaire (Paula Müller publie un article contre le droit de vote des femmes en décembre 1917) et une paix négociée, où il n’y aurait ni vainqueurs ni vaincus, ce qui ne convient pas à la rédactrice en chef de la EFZ qui souhaite clairement une victoire du Reich (« Car personne ne veut, et nous autres femmes non plus, d’une paix fragile qui n’assure pas, dans l’absolu, l’honneur et la grandeur de l’Allemagne »). Paula Müller se fait la porte-parole des femmes protestantes (était-ce justifié ?) pour réclamer la poursuite des combats. La EFZ adopte donc une position qu’on pourrait qualifier de « jusqu’au-boutiste ». Ses rédactrices sont-elles à ce point insensibles aux souffrances de leurs compatriotes ? Non, elles sont conscientes de leur calvaire, du moins l’évoquent-elles. Mais Dieu leur donnera la force de poursuivre le combat, telle est la conclusion pour le moins mystique de cet éditorial de janvier 191771.

  • 72 EFZ, no 1/2, octobre 1918, p. 1.
  • 73 Ibid., p. 2.
  • 74 « Einen unberechtigten Optimismus beim Niederschreiben dieses Aufsatzes […] » EFZ, no 5/6, décembre (...)
  • 75 Issus de la scission du SPD en 1917.
  • 76 « […] die, die sich vor kurzem noch Anhängerinnen der Monarchie nannten, […] erklären sich heute al (...)
  • 77 « Es ist nicht leicht, heute nicht zum Menschenverächter zu werden. » EFZ, no 5/6, décembre 1918, p (...)
  • 78 Depuis juin 1917 au plus tard.

18En octobre 1918, la revue soutient toujours et encore le haut commandement de l’armée (Oberste Heeresleitung) en publiant une déclaration de Hindenburg – qu’elle appelle affectueusement « notre Hindenburg » – visant à révéler que les mauvaises nouvelles du front ne sont que propagande72. Le fait que la revue publie cette déclaration sans autre forme de commentaires que « notre Hindenburg », prouve qu’elle adhère aux dires du Feld-maréchal. Par delà, elle incite ses lectrices à faire de même. Paula Müller ajoute ensuite un article de sa plume, qui porte un titre évocateur : « Fidélité » (« Treue »). Il constitue en fait un appel à souscrire aux 9e crédits de guerre (die 9. Kriegsanleihe73), et ce un mois seulement avant l’armistice. En décembre 1918, elle revient sur cet article (« Treue ») et admet avoir cédé à un excès d’optimisme lors de sa rédaction74. Il semblerait donc qu’elle n’ait vraiment compris qu’en novembre 1918 que c’en était fini, que l’Allemagne ne gagnerait pas la guerre. Amère, elle évoque alors le « Gewaltfrieden » imposé par les vainqueurs, avec ses conditions humiliantes (demütigende Bedingungen), et fustige l’ennemi intérieur (innerer Feind, c’est-à-dire USPD et MSPD75) qui a, selon elle, triomphé. Elle relève une forme d’opportunisme chez ses consœurs : « […] celles qui se définissaient encore très récemment comme des adeptes de la monarchie disent aujourd’hui être républicaines76. » Cette trahison la mortifie, aussi écrit-elle en conclusion de son article : « Il n’est pas aisé de nos jours de ne pas devenir misanthrope77. » Cette affirmation prouve également que la présidente du DEF reste persuadée du bien fondé de sa position en faveur de la guerre, les forces républicaines qu’elle combat s’étant de leur côté engagées pour la paix78.

 

  • 79 Schroeder, Hildtrud, 1991. Sophie & Co. Bedeutende Frauen Hannovers, biographische Porträts, Hannov (...)
  • 80 J.A. Moses (note 37), p. 161.

19Jamais, en quatre années de guerre, la Evangelische Frauenzeitung n’appellera donc la paix de ses vœux. Il n’y aura pas de revirement pacifiste, loin s’en faut, de cette revue. Elle accueille favorablement le déclenchement des hostilités en 1914, et sa position n’évoluera pas, malgré les massacres résultant du recours à la technologie moderne (sous-marins, bombardiers, gaz, lance-flammes, etc.), ni même malgré la tournure critique que prennent les événements à partir de 1917. Sous la férule de Paula Müller, rédactrice en chef, le ton des articles reste homogène. La guerre continue d’être présentée comme une guerre sainte. Au-delà de cette représentation, les motivations du DEF sont sans doute plus pragmatiques : gagner du terrain dans le combat pour la cause des femmes, et éviter la pire modernisation politique et sociale qui soit, c’est-à-dire l’instauration de l’ordre républicain. Paula Müller-Otfried, après avoir récusé le droit de vote des femmes (cf. son article de décembre 1917, op. cit.) devient cependant elle-même l’une des premières femmes siégeant au Reichstag dans les rangs conservateurs79. On pourrait aller en ce sens jusqu’à parler d’une instrumentalisation de la guerre. La constance de la EFZ dans son combat contre la République dépasse le cadre temporel de la Première Guerre mondiale, dont la sortie s’avère difficile pour les rédactrices. Il ne semble pas véritablement y avoir de spécificité féminine dans les prises de position de la revue : le souci de venir à bout de l’absence d’unité des Allemands (qui se reflétait dans le nombre et la taille des partis politiques d’obédience idéologique opposée) fut longtemps cultivé par les théologiens protestants. « Lorsqu’un grand consensus national sembla exister en août 1914, les théologiens et les pasteurs le perçurent comme étant essentiellement le fruit de leurs prédications et de leurs enseignements tout au long des années antérieures80. » Pour la EFZ aussi, à l’heure critique du péril national, le peuple allemand avait compris que la réelle source de la force était la foi, et cela le rendait prêt à se mettre au service de la Patrie. Cette foi ne l’abandonnerait jamais, et le pousserait à aller jusqu’au bout. En ce sens, la revue s’avère finalement plus protestante que féminine. Et on est ici bien loin des positions théologiques que défendra Dietrich Bonhoeffer pendant la Seconde Guerre mondiale, pour qui il fallait déposer les armes au nom du Christ et qui voyait dans le Sermon sur la Montagne un message de paix.

Notes

1 Communément abrégé : « EFZ ».

2 Communément abrégé : « DEF ».

3 Communément abrégé : « BDF ».

4 Elle choisit précisément ce moment pour venir renforcer l’aile conservatrice du mouvement des femmes dans la discussion sur le § 219 du Code pénal de 1871 (Abtreibungsparagraph). Cf. Barbara Greven-Aschoff, Die bürgerliche Frauenbewegung in Deutschland 1894-1933, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1981. Cf. aussi Ute Gerhard, Unerhört. Die Geschichte der deutschen Frauenbewegung, Hamburg, Rowohlt, 1990, p. 169-213.

5 Cf. Doris Kaufmann, Frauen zwischen Aufbruch und Reaktion, München, Piper, 1988, p. 23. Pour tous les programmes et directives de l’alliance jusqu’en 1919, cf. Paula Müller, Zwanzig Jahre Deutsch-Evangelischer Frauenbund, Berlin, Runge, 1919.

6 « Zugeständnis an den modernen Zeitgeist. » Der Alte Glaube, 1. 1899/1900, p. 454. Cf. aussi Christina Stange-Fayos, « Die Evangelische Frauenzeitung zwischen Wilhelminischem Reich und Weimarer Republik (1904-1924) », dans Michel Grunewald, Le milieu intellectuel protestant en Allemagne, sa presse et ses réseaux (1871-1963), Berne, Peter Lang, 2008, p. 185-206.

7 Pour avoir quelques éléments de comparaison, on peut ajouter que la revue des « modérées », publiée depuis 1893 par Helene Lange et Gertrud Bäumer, Femme (Frau), atteignit 5 700 exemplaires en 1908 et celle des « radicales » (Blatt der Radikalen) rédigée par Minna Cauer seulement 3 400 exemplaires en 1912. Cf. l’ouvrage standard : Ursula Baumann, Protestantismus und Frauenemanzipation in Deutschland, Frankfurt am Main, Campus-Verlag, 1992, p. 134. (Par ailleurs, la littérature secondaire sur l’Alliance allemande des femmes protestantes est relativement mince.)

8 « Paula Müller, die ihren Namen seit 1919 durch den ihres Großvaters, den Göttinger Archäologen Otfried Müller, ergänzte, verkörperte den Selbstbehauptungswillen der gebildeten bürgerlichen Frauen der Jahrhundertwende, die auch ohne Preisgabe traditioneller, konservativer Rollenvorstellungen neue Formen der persönlichen Entfaltung in beruflichem und gesellschaftlichem Engagement entwickelten ». Cf. Ursula Baumann, (note 7), p. 134.

9 Cf. Inge Mager, Frauenprofile des Luthertums, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus, 2005, p. 65-73.

10 Joh. 14, 6 : « Ich bin der Weg und die Wahrheit und das Leben » ; cf. par ex. EFZ 1909-1910, p. 1.

11 À partir de maintenant, nous utiliserons l’abréviation DEF dans le corps du texte.

12 Cf. EFZ 1909-1910, « Inhaltsübersicht », début de la revue (non paginé).

13 « […] auch in den modernsten Fragen der Zeit den Beweis dafür zu erbringen, das der Maßstab des alten Evangeliums auch für unsere modernsten Lebensverhältnisse noch durchaus zutreffend ist », cité dans Ursula Baumann, (note 7), p. 189.

14 « Wir rechnen uns nicht zur Frauenemanzipation, […] doch mit Überzeugung und mit Loyalität zu der deutschen Frauenbewegung », EFZ, no 18 du 15/06/1912, p. 137.

15 Cf. Karin Bruhns, « Völkische und deutschnationale Frauenvereine im “zweiten Reich” » in Uwe Puschner, W. Schmitz, J ; H. Ulbricht, Handbuch zur völkischen Bewegung, München, Saur, 1996, p. 378.

16 « Die letzten Reichstagswahlen haben ein ungeheures Anschwellen der sozialistischen Flut mit sich gebracht. Ringsum lauern Feinde an unseren Grenzen – im Inneren wütet der Kampf der Parteien schlimmer als je. » EFZ, no 18 du 15/06/1912, p. 137.

17 « In Deutschland verbreitete sich das Gefühl, eingekreist zu sein, wobei die Angst vor der ständig wachsenden Stärke Russlands besondere Beklemmungen verursachte. […] ». J. Rohlfes, Das 19. Jahrhundert. Informationen zur politischen Bildung 163, Bonn, 1975, p. 30.

18 « Unter solchen Umständen können wir nur mit ernster Sorge gewahren, dass die deutsche Frauenbewegung eine Bahn eingeschlagen hat, auf der sie notgedrungen dazu gelangen muss, die Grundfesten unseres arg bedrohten Staatswesens noch mehr zu erschüttern. Die schematische Gleichstellung von Mann und Frau, die man erstrebt, ist widersinnig : sie versucht, der Natur Gewalt anzutun, die überall die Wirkungskreise der beiden Geschlechter scharf abgegrenzt und strenge Arbeitsteilung durchgeführt hat. Wir wollen uns darum bemühen, eine Bewegung einzudämmen, die der Gesamtheit zum Verderben, dem Manne zum Unsegen, der Frau zum Fluch gereichen muss. Sie ist nicht ein Element der Versöhnung, wie ihre Anhängerinnen es behaupten, sondern sie gießt frisches Öl in das schon heftig genug lodernde Feuer politischer und sozialer Gegensätze. » EFZ, no 18 du 15/06/1912, p. 137. C’est nous qui soulignons.

19 EFZ, no 15 du 1/05/1913, p. 113.

20 Ibid., p. 115.

21 EFZ, no 22 du 15/08/1913, p. 169-170.

22 Cf. B.F. Schulte, Vor dem Kriegsausbruch 1914 : Deutschland, die Türkei und der Balkan, Düsseldorf, Droste, 1980.

23 EFZ, no 22 du 15/08/1913, p. 170.

24 Cf. Ursula Baumann, (note 7), p. 231.

25 « Frauenpflicht in Kriegszeiten », EFZ, no 21 du 1/08/1914, p. 161.

26 « Gewiss, die Frau liebt den Frieden. Sie bangt bei dem Herannahen des schon so lange drohenden Kriegsgespenstes um das Leben der Männer, Söhne, Väter, Brüder. Der ehrenvolle Friede, der dem Lande die Segnung wohltätiger Entwicklung gönnt, der dem Volke das Glück fruchtbringender, die Wohlfahrt mehrender Arbeit verheißt, er zählt die Frauen zu seinen treuesten Anhängern. » Ibid.

27 « Gewiss » fonctionne comme « zwar » dans l’énoncé concessif, cf. François Schanen et Jean-Paul Confais, Grammaire de l’allemand. Formes et fonctions, Paris, Nathan, 1989, p. 477.

28 « Aber auch nur der ehrenvolle Friede. Steht die Ehre des Vaterlandes in Gefahr, ist der Krieg durch die Bundestreue gegeben, so wird die echt deutsche Frau, mit vollem Verständnis, ja mit Begeisterung die ins Feld hinausziehen sehen, die sie so gern behütet und beschützt sehen möchte. Sie wird die Männer fürbittend begleiten und sie wird ihre Pflicht in der Heimat zu erfüllen wissen. » EFZ, no 21 du 1/08/1914, p. 161.

29 Ibid.

30 Cf. le chapitre « Der Entwurf einer geschlechtsspezifischen Aufgabenteilung im Ersten Weltkrieg », dans Doris Kaufmann (note 5), p. 36-39.

31 « Kaiser Franz-Joseph könne sich aber darauf verlassen, dass seine Majestät im Einklang mit seinen Bündnispflichten und seiner alten Freundschaft treu an der Seite Österreichs-Ungarn stehen würde. » Cf. Günther Schönbrunn, Geschichte in Quellen, Bd. 5, Weltkriege und Revolutionen 1914-1945, München, Bayrischer Schulbuch-Verlag, 1961, p. 14. La EFZ dira quant à elle : « […] unser Kaiser hat das Menschenmögliche getan, uns den Frieden zu erhalten. » Cf. EFZ, no 22 du 15 août 1914, p. 170.

32 « Nun ist der Krieg da. » EFZ, no 22 du 15/08/1914, p. 170.

33 Notamment Ursula Baumann (note 7), p. 230.

34 « Alle die bösen, hässlichen und gemeinen Dinge, die an unserer Volkseele hafteten, sie sind heute abgetan. Der furchtbare Ernst unserer Lage, den wohl jeder, trotz aller Kriegsbereitschaft, und unerschütterlichen Siegeshoffnung, erkennt, er hat so vielem ein Ende gemacht. » EFZ, no 22 du 15/08/1914, p. 170.

35 Elle cite des titres aussi évocateurs que « Die schöne Ehebrecherin » ou « der Juxbaron » ; cf. EFZ, no 22 du 15/08/1914, p. 170.

36 « Jetzt sind sie [die Theaterplakate] mit eisernem Besen weggefegt. Jetzt zeigt es sich, dass es doch andere Dinge sind, um die es sich letzten Endes handelt. Jetzt zeigt es sich, dass es denjenigen, die systematisch an der Arbeit waren, das deutsche Volk zu vergiften, doch nicht gelungen ist, ihm seine Lebenskraft, sein Ehrgefühl und sein Gottvertrauen zu ertöten. Und das wir das miterleben dürfen, dass wir Tausende, nein Millionen von Männern und Frauen heute nun vor uns sehen, die sich nur von Ehr-und Pflichtgefühl bestimmen lassen, das ist das Große dieser ernsten Tage, das Erwachen Deutschlands. » Ibid.

37 Cf. l’avalanche de sermons et d’adresses qui exprimaient ce qui était connu sous le nom « d’esprit de 1914 » ou « idées de 1914 » par opposition aux célèbres « idées de 1789 » qui célébraient les valeurs cosmopolites de « liberté, égalité, fraternité ». John A. Moses, « La théorie de la guerre juste dans l’Empire allemand (1871-1918) : un phénomène protestant », in Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, no 23, 2005, p. 145 : « Les intellectuels étaient emportés dans une euphorie tribale teutonique. »

38 Heinrich August Winkler, Deutsche Geschichte vom Ende des Alten Reiches bis zum Untergang der Weimarer Republik, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 2000, p. 339.

39 EFZ, no 22 du 15/08/1914, p. 170.

40 « In ernster Stunde ein ernstes Wort. » Ibid., p. 170-171.

41 « Wir wollen allen Hader vergessen, ein einig Volk von Brüdern ! Es gibt jetzt keinen konfessionellen Gegensatz mehr. Weg mit aller Bitterkeit, die sich etwa in den Zeiten des Kampfes angesammelt hatte ! Der Parteigegensatz soll verstummen ! Er ist zum Teil schon verstummt. Aber auch der Sozialdemokratie gegenüber wollen wir keine scharfen Worte führen. Sie ist vielfach missleitet, auch von den Führern mögen nun manche sehen, dass die Welt eben doch anders ist, als sie doktrinäres Vorurteil gesehen hatte, und dass es doch etwas wert ist, zu einem Volke zu gehören, das sich in ernster Stunde zu schützen weiß. » Ibid., p. 171.

42 « Unser deutsches Vaterland das seit Jahren, trotz aller gegenteiligen Versicherungen ringsum, von Feinden umgeben war, wird von allen Seiten angegriffen. » EFZ, no 22 du 15/08/1914, p. 170.

43 Cf. Ursula Baumann (note 7), p. 232.

44 Cf. Luther et l’autorité temporelle. Textes allemands originaux, traduction, notes par J. Lefèbvre, Paris, Aubier-Montaigne, 1973.

45 John A. Moses (note 37), p. 145.

46 « Darum ehrt auch Gott das Schwert [den Krieg] mit so hohen Worten, dass er es seine eigene Ordnung nennt (Römer 13, 1) und nicht will, dass man sage oder denke, die Menschen hätten es erfunden und eingesetzt. » EFZ, no 23 du 1/09/194, p. 177. Comparer à Martin Luther, Ob Kriegsleute in seligem Stande sein können, 1526. Luther ajoute, ibid. : « Denn weil das Schwert von Gott eingesetzt worden ist, um die Bösen zu bestrafen, die Gerechten zu beschützen und den Frieden zu bewahren, Römer 13, 4 ; 1. Petrus 2, 14, ist auch überzeugend genug bewiesen, dass Kriegführen und Töten von Gott eingesetzt sind und, was der Lauf des Krieges und das Kriegsrecht mit sich bringen. Was ist ein Krieg anderes als Strafe für das Unrecht und das Böse ? Warum führt man Krieg, außer dass man Frieden und Gehorsam haben will ? »

47 « So ist es auch : Wenn ich das Amt ansehe, das Krieg führt, wie es die Bösen bestraft, die, die Unrecht haben, tötet und solchen Jammer ausrichtet, da scheint es ein durchaus unchristliches Werk zu sein und in jeder Hinsicht gegen die christliche Liebe. Sehe ich aber darauf, wie es die Gerechten beschützt, Frau und Kind, Haus und Hof, Gut, Ehre und Frieden damit erhält und bewahrt, so ergibt es sich, wie wichtig und göttlich das Werk ist. Und ich merke, dass es auch ein Bein oder eine Hand abhaut, damit nicht der ganze Leib stirbt. Denn wenn nicht das Schwert entgegentritt und den Frieden bewahrt, müsste alles, was es in der Welt gibt, im Unfrieden verderben. Deshalb ist ein solcher Krieg nichts anderes als ein kleiner, kurzer Unfriede, der einem ewigen, unermesslichen Unfrieden wehrt, ein kleines Unglück, das einem großen wehrt », Martin Luther, ibid.

48 Cf. Doris Kaufmann (note 5), p. 27-28.

49 « Zur Kellnerinnenfrage », « Bekämpfung des Mädchenhandels », « Kampf gegen den Schmutz in Wort und Bild », « Regelung der Prostitution » Cf. EFZ 1909 / 1910, Inhaltsübersicht, non paginé.

50 « Not tat es, dringend not. » EFZ, no 22 du 15/08/1914, p. 170.

51 Cf. Doris Kaufmann (note 5), p. 36-37.

52 « Deutschland wird sein Haus neu bauen in schwerer Zeit. An uns ist es, jetzt schon die Bausteine herbeizutragen. An uns, mitzuschaffen durch Arbeit an uns selber und an anderen, dass ein geläutertes Volk hineinziehen kann. » EFZ, no 21 du 1/08/1916, p. 161.

53 Au sujet de la comtesse Sophie von der Gröben, cf. Inge Mager (note 9), p. 47-65.

54 Cf. par exemple EFZ, no 24 du 15/09/1916, « Zeichnet die 5. Kriegsanleihe ! », p. 184.

55 « Klar zum Gefecht / Feinde ringsum ! / Frühwind streicht um die Hügel / Scharf, mit schattendem Flügel. / Tod geht um… / Klar zum Gefecht ! / Rötlich schimmern die Fernen. / Stark über Sonnen und Sternen / Strahlt unser heiliges Recht ! » EFZ, no 4 du 15/11/1914, p. 26. C’est nous qui soulignons.

56 John A. Moses (note 37), p. 152.

57 EFZ, no 14 du 15/04/1915, p. 105-107.

58 John A. Moses (note 37), p. 152. Par rapport à Moses, nous changeons la datation, car l’auteur évoque « 1806-1815 », ce qui correspond à l’occupation napoléonienne, et non aux guerres de libération.

59 Cf. l’énoncé : « Die Kinder sollen sich mit freudigem Stolze bewusst werden, dass sie Glieder eines großen Volkes sind, das in gerechtem Kampf gegen eine erdrückende Übermacht heldenhafte Opfer bringt » EFZ, no 14 du 15/04/1915, p. 107.

60 « Wohl hat es sich gezeigt, dass wir noch weit entfernt sind von jenem Friedensreiche, das wir als Menschen erträumen und als Christen erstreben ; aber als deutsch-evangelische Frauen sollen wir m. E. daran arbeiten, dass die Menschheit dazu heranreife. » EFZ, no 21 du 1/08/1915, p. 162.

61 Cf. J.A. Moses (note 37), p. 152. Cf. aussi Martin Greschart, « Krieg und Kriegsbereitschaft im deutschen Protestantismus » in J. Düllfer, J. / K. Holl, Bereit zum Krieg. Kriegsmentalität im wilhelminischen Deutschland 1890-1914, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1986, p. 33-36.

62 EFZ, no 22 du 15/08/1915, p. 169-170.

63 « […] die Wahrheit hat ihnen nichts geschadet und wird auch dem heutigen Geschlecht nichts tun. » Ibid.

64 Elle s’était déjà frottée à la censure, notamment en 1910, cf. Ursula Baumann (note 7), p. 138-139.

65 EFZ, no 3/4, novembre 1917, p. 12.

66 Cf. Christina Stange-Fayos, « Le dilemme de Theophil Wurm face au pouvoir politique sous le IIIe Reich : entre loyauté et combat. À l’exemple de son opposition à la censure de la presse religieuse », in Françoise Knopper / Alain Cozic, Le Déchirement. Formes et figures de la « Zerrissenheit » dans les lettres et la pensée allemandes, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 303-323.

67 Cf. Ursula Baumann (note 7), p. 243.

68 EFZ, no 20 du 15/07/1915, p. 158.

69 EFZ, no 24 du 15/06/1916, p. 185.

70 « Wohl mehren sich die Stimmen, die vom Frieden sprechen. Es gibt viele Frauen, die sich der Erfüllung ihrer Sehnsucht nahe gerückt glauben. Das ist für Frauen, das ist für die Angehörigen der im Felde stehenden im Besonderen nur begreiflich. Aber die meisten vermögen diesen Glauben doch noch nicht zu teilen, und so, wie die Dinge heute noch liegen, können wir kaum den Frieden zu erhoffen wagen. Denn ein schwächlicher Frieden, der Deutschlands Ehre und Größe nicht unbedingt sicherstellt, wollen wir alle, auch wir Frauen nicht. » EFZ, no 7 du 1/01/1917, p. 48.

71 EFZ, no 7 du 1/01/1917, p. 50.

72 EFZ, no 1/2, octobre 1918, p. 1.

73 Ibid., p. 2.

74 « Einen unberechtigten Optimismus beim Niederschreiben dieses Aufsatzes […] » EFZ, no 5/6, décembre 1918, p. 17.

75 Issus de la scission du SPD en 1917.

76 « […] die, die sich vor kurzem noch Anhängerinnen der Monarchie nannten, […] erklären sich heute als Republikaner » EFZ, no 5/6, décembre 1918, p. 17.

77 « Es ist nicht leicht, heute nicht zum Menschenverächter zu werden. » EFZ, no 5/6, décembre 1918, p. 18.

78 Depuis juin 1917 au plus tard.

79 Schroeder, Hildtrud, 1991. Sophie & Co. Bedeutende Frauen Hannovers, biographische Porträts, Hannover, Fackelträger-Verlag, p. 251.

80 J.A. Moses (note 37), p. 161.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search