Version classiqueVersion mobile

De la guerre juste à la paix juste

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Françoise Knopper
, 
Anne-Marie Saint-Gille

II. Ruptures et changements de paradigme avant 1933

Représenter la guerre avec véracité pour construire la paix : Jean Norton Cru et 14-18

Rémy Cazals

Texte intégral

1Jean Cru est né à Labâtie d’Andaure, petit village de l’Ardèche, le 9 septembre 1879. Son père, pasteur protestant, avait épousé une Anglaise, Catherine Norton. À l’âge de 4 ans, Jean suit son père, missionnaire à Maré, une île au large de la Nouvelle Calédonie. Il y reste jusqu’à 11 ans. De retour en France, il fait ses études au lycée de Tournon où son adolescence est marquée par l’affaire Dreyfus.

  • 1 Jean Norton Cru, Témoins. Essai d’analyse et de critique des souvenirs de combattants édités en fra (...)
  • 2 Jean Norton Cru, Du témoignage, Paris, Gallimard, 1930. L’édition Pauvert, collection « Libertés », (...)

2Il ne suffit pas d’être protestant, même fils de pasteur, pour figurer dans ce colloque, ni d’avoir été un jeune dreyfusard anonyme, ni même d’avoir fait la guerre de 14-18. Il faut avoir occupé une place dans l’espace public. Et c’est ce qui est arrivé à Jean Norton Cru vers 1930 avec la publication de Témoins1. Dans ce livre, après une longue introduction méthodologique, il présentait, sous forme de notices, 300 ouvrages de 250 acteurs et témoins de la Grande Guerre. Pour un plus large public, qui aurait pu être rebuté par les 727 pages, extrêmement denses, Jean Norton Cru publia en 1930 un ouvrage plus accessible, Du témoignage, comportant en 110 pages une synthèse du précédent et en 150 pages une anthologie de textes de témoins. Il est nécessaire de signaler que des éditions plus récentes n’ont donné que la courte synthèse en supprimant l’anthologie. Un lecteur pressé, se contentant de survoler ces 110 pages, ne pourrait prétendre connaître la pensée de Norton Cru. L’historien consciencieux doit considérer le petit livre comme une invitation à la lecture du plus gros et à la recherche de l’anthologie si elle ne figure pas dans l’édition qu’il a consultée2.

  • 3 Biographie par Hélène Vogel, p. 189.
  • 4 Voir l’enquête de Jean Birnbaum, « 1914-1918. Guerre de tranchées entre historiens », dans Le Monde (...)

3Autour de 1930, le pavé, jeté dans la mare, provoqua de violents remous. Jean Norton Cru reçut des éloges, des critiques nuancées et de virulentes ripostes venant principalement des écrivains professionnels, parfois célèbres, qu’il avait osé critiquer. La réflexion de Norton Cru sur la Grande Guerre, dont l’ombre recouvrait largement « l’après-guerre » avait compté, dans l’espace public français. Du témoignage ayant été traduit en allemand, des exemplaires auraient été brûlés par les nazis arrivés au pouvoir3. La réédition de Témoins en fac-similé par les Presses universitaires de Nancy en 1993 a relancé la polémique. Les acteurs ayant presque tous disparu et ne pouvant plus intervenir, on assista surtout à un affrontement d’historiens, qui continue à occuper une modeste place dans l’espace public4, un retour de flammes étant à prévoir à l’occasion d’une nouvelle réédition préfacée par Frédéric Rousseau en septembre 2006.

4Un des objectifs de Norton Cru en publiant ses ouvrages était de montrer que la guerre ne ressemble pas à ce que nous disent écrivains et journalistes (Barrès…), ni à ce que nous montrent les artistes (les peintres officiels de Napoléon Ier …). La guerre n’est pas belle ; elle est laide, elle est horrible. Pour éviter son retour, c’est-à-dire pour établir la paix, il faut décrire la guerre telle qu’elle est réellement. C’est là que les préoccupations de Jean Norton Cru rejoignent le thème du colloque. Je me propose de les éclairer en présentant d’abord son œuvre, objectifs, méthodes et résultats ; puis en décrivant l’accueil de l’œuvre en 1930 et à l’extrême fin du XXe siècle, les réponses que l’on peut faire aux critiques formulées apportant un complément indispensable à la première partie.

L’œuvre de Jean Norton Cru

5Adversaires et partisans reconnaissent au moins l’énormité du travail fourni et la profonde originalité de la démarche. Un regard sur quelques épisodes de la vie de l’auteur nous permet d’en retrouver les racines.

Expériences préalables

  • 5 Leonard V. Smith, « Jean Norton Cru, lecteur des livres de guerre », Annales du Midi, no 232, « 191 (...)

6Dans un article du numéro à thème des Annales du Midi dont j’avais la responsabilité, l’historien américain Leonard Smith cherche à expliquer l’ouvre de Jean Norton Cru par son protestantisme. Cette appartenance aurait façonné son individualisme et lui aurait donné la « conviction qu’il avait la responsabilité de partager les résultats de sa lecture avec ses propres lecteurs ». En référence à l’Évangile selon saint Jean, témoigner « signifie détenir une responsabilité passionnée en tant que lecteur pour distinguer publiquement, et sans égard pour la position littéraire, entre la sincérité et le mensonge, entre les bons et les mauvais témoignages ». Smith ajoute : « Le texte de guerre est pratiquement devenu pour Norton Cru une forme d’Écriture sainte, en laquelle il était possible de trouver la vérité ou les mensonges, la lumière ou l’obscurité à propos de la guerre et du poilu qui la faisait5

  • 6 Voir Laurent Gambarotto, Foi et Patrie ? La prédication du protestantisme français pendant la Premi (...)

7Les remarques de l’historien américain sont intéressantes, mais on pourrait se demander : pourquoi Norton Cru, seul parmi les milliers de combattants protestants qui avaient la même connaissance de l’Évangile selon saint Jean, s’est-il lancé dans cette œuvre aussi originale ? Beaucoup de protestants ont fait preuve d’un conformisme égal à celui de beaucoup de catholiques6. Henri Barbusse, que Norton Cru critique durement, était protestant… Le général Nivelle, principal responsable de l’hécatombe du Chemin des Dames en avril 1917, était protestant…

8On aurait tort, cependant, de ne retenir de l’article de Leonard Smith que ce qui précède. Le texte est fortement nuancé par la référence à d’autres sources de la démarche de Norton Cru : son enfance « sauvage » ; son statut universitaire original ; son expérience de la guerre. Sans doute faut-il ajouter l’affaire Dreyfus.

  • 7 Lettre de J.N.C à ses sœurs, 11 mars 1932, citée par Hélène Vogel (note 2), p. 157. « Williams » év (...)

9Jean Norton Cru lui-même, pour expliquer la formation de son caractère, a évoqué les sept années de vie libre au milieu des Canaques de l’île de Maré : « Témoins est dû au petit primitif de Maré qui survit en moi, qui a survécu aux tentatives de conformisme au lycée, au régiment, à Aubenas, à Williams, au front7

  • 8 Lettre de J.N.C à ses sœurs, 5 mars 1931, citée par Hélène Vogel (note 2), p. 159-160.
  • 9 André Bach, Fusillés pour l’exemple, 1914-1915, Paris, Tallandier, 2003 et L’Armée de Dreyfus, Une (...)

10Autres années importantes, celles de l’affaire Dreyfus : « Ce fut mon initiation à la vie nationale, la révélation de la sottise et de la cruauté du grand nombre, des préjugés dont sont capables des gens dits intelligents. […] Les six ou sept ans qui suivirent me donnèrent d’ailleurs l’immense satisfaction de voir l’injustice à peu près réparée, condamnée par la majorité de l’opinion qui avait évolué. Cette réparation m’inspira sur le moment une confiance peut-être exagérée dans la revanche de la vérité et de la justice8. » Il est vrai que l’Affaire fut un grand moment de fabrication de faux par quelques-uns, longtemps acceptés par le conformisme du plus grand nombre. Ce n’est pas non plus un hasard si André Bach, par ailleurs général de brigade, soucieux de construire sans a priori une histoire de la guerre de 14-18, a également cherché à comprendre le fonctionnement de l’armée à l’époque de l’Affaire9.

11Enfin, l’expérience de la guerre est capitale, épreuve directe d’une réalité terrible, prise du discours traditionnel en flagrant délit de mensonge. Comme il a cherché à connaître le séjour au front de chacun des auteurs qu’il étudie, Norton Cru a donné sa propre biographie : 28 mois aux tranchées, 10 mois à la liaison avec l’armée britannique, 10 mois à l’arrière front avec l’armée américaine. C’est dans les tranchées qu’il a pris conscience du caractère légendaire des idées courantes « sur le courage et la peur, l’héroïsme ou la lâcheté, l’agressivité et l’esprit combatif ».

  • 10 « Courage and Fear in Battle : According to Tradition and in the Great War », manuscrit d’une confé (...)

Là, dans ma tranchée, j’ai fait le serment solennel de ne jamais aider ces mensonges, et, si Dieu m’épargnait, de ramener la relation sincère et pure de mon expérience. J’ai juré de ne jamais laisser mon imagination ou tout désir d’expression littéraire faire de mon moi d’après-guerre le calomniateur de mon précédent moi de combattant. […] J’ai juré de ne jamais trahir mes camarades en peignant leur angoisse dans les couleurs brillantes du sentiment héroïque et chevaleresque10.

12Mais, se demandait Norton Cru, suis-je le seul à éprouver de tels sentiments ? Pour donner réponse à cette question, il fallait lire les écrits des autres acteurs, et si possible les lire tous. C’est pourquoi son travail, commencé dès 1915, se poursuivit jusqu’en 1928.

De la méthode

13Tout lire, cela signifiait analyser plus de 300 titres pouvant entrer dans la catégorie des témoignages. Plus toutes sortes d’ouvrages de techniciens, historiens, essayistes. Relire deux ou trois fois en prenant des notes, confronter les témoignages, effectuer les comparaisons d’un auteur à l’autre, combattants de même régiment, membres de mêmes catégories (médecins, aumôniers…), situer chaque témoignage sur les cartes du front, vérifier les dates…

14Après l’introduction générale, chaque auteur a une notice. Chacune commence par des éléments de biographie, en particulier ceux qui concernent le séjour sur le front. Norton Cru a bien compris qu’il était utile de connaître les auteurs : âge, niveau d’études, profession civile, œuvres antérieures (car beaucoup sont des intellectuels), arme (car l’expérience d’un artilleur n’est pas celle d’un fantassin). Surtout, l’enquête a pour but de répondre à la question simple, mais capitale quand on discute de témoignage : l’auteur a-t-il été le témoin de ce qu’il raconte ?

15Vient ensuite la critique de l’œuvre, plus ou moins longue : une à deux pages pour des ouvrages sans grand intérêt ; sept pages pour André Pézard, dont le témoignage est considéré comme très bon ; dix pages pour Barbusse, contenant beaucoup de critiques ; douze pages pour Maurice Genevoix, excellent témoin. Les notices contiennent de nombreuses citations et des renvois à d’autres auteurs qui disent la même chose ou qui s’expriment différemment.

16Les annexes sont particulièrement riches. On a d’abord un classement qualitatif en six catégories : 63 auteurs en catégorie 1 ou 2 (les plus fiables), 51 en catégorie 3. Barbusse et Dorgelès ne sont qu’en 4e classe. Norton Cru a fourni ensuite des listes d’auteurs par date de naissance, par profession (nette majorité des intellectuels), par unités (divisions, régiments), par périodes et batailles, par maisons d’édition et dates de publication : 12 titres en 1915 ; 50 en 1916 ; 68 en 1917 ; 58 en 1918 ; 40 encore en 1919 ; puis 13 par an en moyenne de 1920 à 1923 et 5 en moyenne de 1924 à 1928. Suivent la bibliographie des 304 titres, un index des personnes citées dans les 727 pages et un index des thèmes principaux.

17Donc, un bel instrument de travail.

Objectifs atteints ?

18Un des objectifs de Norton Cru a été signalé plus haut. En fait, son œuvre cherchait à en atteindre trois principaux. Le premier était de travailler pour les historiens qui auraient à étudier la guerre de 1914-1918. Les historiens de l’avenir n’en auraient pas l’expérience directe ; les historiens du présent (années 1920-1930) l’auraient peut-être connue seulement depuis leur cabinet de travail. Tous risqueraient de ne pas distinguer les témoignages fiables. De fait, marqués par la rhétorique conformiste du « bourrage de crâne », les historiens officiels de l’après-guerre citaient avec délectation les récits épiques privilégiant les attaques à la baïonnette. Or le thème « l’arme favorite du poilu est la baïonnette » était, dans Témoins (chapitre V) une des « idées fausses sur la guerre », et même, dans Du témoignage (chapitre II), une des « légendes » de 14-18. Un chercheur consciencieux, lecteur infatigable, soucieux de confronter les textes, et qui aurait vécu par lui-même l’expérience des tranchées, un tel personnage serait indispensable. Son expérience, sa probité intellectuelle et son énorme capacité de travail ont permis à Norton Cru d’attirer l’attention des historiens sur les témoins les plus solides, avec une gradation de la classe 1 à la classe 6.

  • 11 Témoins, p. 13.

19Deuxième objectif : faire connaître les témoignages de ceux qui ont vu la guerre de plus près, textes qui risqueraient de se trouver noyés dans « la gangue » de la littérature de guerre. « Ils y étaient si bien perdus qu’on n’avait aucune idée de leur nombre, de leur nature, de leur valeur documentaire, des idées sur lesquelles ils étaient à peu près unanimes. On ne se doutait pas qu’ils représentent une manifestation unique de la pensée française, un accès de sincérité collective, une confession à la fois audacieuse et poignante, une répudiation énergique de pseudo-vérités millénaires11. » L’objectif est atteint dans Témoins qui fait ressortir cette « manifestation unique de la pensée française » en multipliant les citations et les renvois d’un auteur à l’autre. En complément, Norton Cru a donné, dans Du témoignage, une anthologie de textes plus longs, écrits par trente et un auteurs, parmi lesquels un texte inédit.

20Reste l’idée selon laquelle représenter la guerre avec véracité et attirer sur cette vérité l’attention de l’opinion contribuerait à construire la paix. On pourrait conclure à l’échec de Norton Cru sur ce point : son livre et les récits des témoins les plus fiables n’ont pas empêché le retour de la guerre. Sans doute y avait-il d’autres éléments à prendre en considération, diplomatiques, économiques, politiques. Mais, pour en rester à la manière de représenter la guerre, Norton Cru était loin d’avoir pu se faire entendre.

L’accueil de Témoins

21L’édition, puis la réédition de Témoins provoquèrent des polémiques à deux générations d’intervalle. Des critiques, pas toujours de bonne foi, furent portées ; on peut leur faire réponse. En particulier sur la dernière trouvaille, aberrante, des ennemis de Norton Cru : en faire le précurseur des négationnistes.

Deux moments de polémique12

  • 12 Pour les développements sur cette question, je renvoie à Frédéric Rousseau, Le procès des témoins d (...)
  • 13 Voir Rémy Cazals, « Plutarque a-t-il menti ? », dans Sylvie Caucanas, Rémy Cazals et Pascal Payen ( (...)

22Non conformiste, ne respectant pas les célébrités établies, peu soucieux des usages universitaires de combat à perfidies mouchetées, Norton Cru n’hésitait pas à critiquer les historiens officiels, victimes ou complices de « témoins » falsificateurs adeptes des charges héroïques, des baïonnettes ensanglantées, des paroles patriotiques prononcées juste avant de mourir… Pour être juste, il faut dire que Norton Cru avait été précédé dans cette voie par Jean de Pierrefeu, « Barrésien repenti » comme il se désignait lui-même, témoin sans complaisance de la vie au Grand Quartier Général, puis de la série Plutarque a menti, L’Anti-Plutarque, Nouveaux mensonges de Plutarque, dans laquelle l’auteur des Vies parallèles était pris comme l’archétype, le modèle de l’historien officiel13.

  • 14 Voir Roland Dorgelès, Je t’écris de la tranchée, Correspondance de guerre 1914-1917, Paris, Albin M (...)

23Comme Pierrefeu, Norton Cru critiquait l’Académie française, garante du conformisme. Il s’en prenait aussi aux romanciers à succès, principalement Barbusse et Dorgelès, placés seulement en classe 4, c’est-à-dire au-dessous de la moyenne, et accessoirement Benjamin, Géraldy et Massis (classe 5) ou Montherlant (classe 6). La publication de Témoins provoqua la « colère suffoquée » des écrivains statufiés, dont on avait osé ébranler le piédestal sur lequel ils s’étaient installés. Aujourd’hui, on admet que Norton Cru a été trop sévère : Barbusse et Dorgelès ont été de vrais combattants des tranchées (même si le dernier, très tôt, a demandé à entrer dans l’aviation pour échapper à la guerre de taupes14). On comprend cependant ce qui agaçait Norton Cru : l’ajout d’effets littéraires à la description de la guerre. Pour qui enquêtait sur le témoignage, Barbusse et Dorgelès étaient loin d’être fiables.

  • 15 Expression de Frédéric Rousseau (note 12), p. 172.
  • 16 André Ducasse, La guerre racontée par les combattants, Anthologie des écrivains du front, Paris, Fl (...)
  • 17 Voir Rémy Cazals et Frédéric Rousseau, 14-18, le cri d’une génération, Toulouse, Privat, 2001.

24D’autre part, comme il fallait s’y attendre, les médias avaient monté en épingle la critique des écrivains célèbres. Norton Cru dut expliquer qu’il avait critiqué bien d’autres romans, dont Le Valet de gloire de Joseph Jolinon, classé dans la même catégorie que Dorgelès et Barbusse. Jolinon protesta dans Les Nouvelles littéraires du 11 janvier 1930, mais de manière constructive et avec des arguments autrement solides que les invectives des « grands » ou l’expression de « l’amertume aigrelette de quelques autres mal classés15 ». Inversement, Norton Cru reçut l’approbation d’intellectuels anciens combattants, Maurice Genevoix, Léon Werth, Charles Delvert, Jules Isaac, Alain, Daniel Mornet, André Ducasse… Ce dernier allait publier peu après une autre anthologie, citant 22 des 31 auteurs présents dans celle de Du témoignage, et bien d’autres car le volume est beaucoup plus épais16. Les œuvres de Norton Cru et de Ducasse appartiennent à cette « révolte des témoins », autour de 1930, considérant que les historiens officiels avaient trop tendance à oublier de tenir compte de leur expérience de la guerre17.

  • 18 Sylvie Caucanas et Rémy Cazals (dir), Traces de 14-18, Carcassonne, Les Audois, 1997.
  • 19 Notamment dans 14-18. Retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000.
  • 20 Lettre de septembre 1917 citée par Hélène Vogel (note 2), p. 177.

25Lorsque Jean-Charles Jauffret donna une réédition très attendue de Témoins en 1993, il reçut l’approbation des nombreux historiens qui avaient déjà eu l’occasion d’utiliser la grande œuvre : Marc Ferro, Antoine Prost, Jules Maurin, Leonard Smith, Jean-Pierre Rioux, Frédéric Rousseau, etc. On en débattit lors du colloque Traces de 14-18 en 199618, Jean-Charles Jauffret s’étonnant de la vive hostilité de certains autres historiens à partir d’un article rapide de Jean-Jacques Becker paru dans L’histoire en décembre 1993, repris par Annette Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau19. Peu de temps avant la parution de Témoins, Norton Cru avait très justement noté : « J’ai lieu de craindre l’opinion de ceux qui en feront une lecture rapide et incomplète. » Il ajoutait : « Mais ceux qui prendront la peine de tout lire auront de quoi réfléchir20. » Ceux-là disposeront d’arguments à opposer aux principales critiques adressées à l’œuvre de Norton Cru, autour de 1930 et à la fin du XXe siècle.

Critiques et réponses

  • 21 Un ethnologue dans les tranchées, août 1914 – avril 1915. Lettres de Robert Hertz à sa femme Alice,(...)

261. Dans sa préface à l’édition des lettres de l’ethnologue Robert Hertz, Jean-Jacques Becker écrit que « le spécialiste du témoignage Jean Norton Cru rejetait tout ce qui n’avait pas été publié21 ». En réalité, Norton Cru ne rejetait pas les inédits. Dans l’anthologie de Du témoignage, il cite des pages d’un carnet inédit. Dans Témoins (p. 492), il écrit : « Il y a en France plusieurs millions de liasses de lettres de guerre dans les tiroirs. Sur cette masse il n’est pas téméraire de supposer que 400 à 500 recueils uniraient la valeur littéraire à la valeur documentaire. Espérons qu’on les publiera d’ici à 1950 et le plus tôt sera le mieux. » Lui-même avait fourni un travail colossal en analysant plus de 300 titres publiés.

  • 22 Expressions d’Henri Barbusse citées par Frédéric Rousseau (note 12), p. 141.

272. Mais ce travail « de bénédictin » est parfois retenu contre lui. Norton Cru aurait fait œuvre de « pion » ; il serait un « pédant pédagogue américain22 » qui n’aurait que le souci de la critique des détails. On peut répondre que relever les erreurs de détail est une opération utile et même indispensable pour les historiens qui n’ont pas vécu la guerre de 14-18. D’autre part Norton Cru s’élève le plus souvent à des considérations sur la psychologie des soldats, l’angoisse, la peur et le courage, les légendes à combattre, l’attitude devant l’ennemi, etc., qui ne sont pas des détails.

283. Norton Cru jugeait-il de toutes choses d’après sa seule expérience ? Cette critique lui fut faite notamment par Pierre Renouvin dans un article de la Revue d’histoire de la Guerre mondiale, par ailleurs plutôt favorable et que Norton Cru commentait ainsi :

  • 23 Passage cité par Hélène Vogel (note 2), p. 181-182.

Bon article, très net, mais qui se termine sur les réserves que l’on peut attendre d’un historien sérieux. Le critérium de mon expérience personnelle lui semble insuffisant. À moi aussi l’expérience toute nue d’un combattant, quelque intelligent qu’il soit, serait un critérium insuffisant. Mais l’expérience qui me sert de base est beaucoup plus qu’une expérience personnelle. Cela, je l’expliquerai sans doute à Renouvin, sans pouvoir l’expliquer au public, car je semblerais me mettre au-dessus de tous les combattants. Mon expérience de critique est une expérience de combattant incessamment enrichie, étendue, élargie par quinze années de lectures assidues, lectures commencées dans la tranchée et qui me permirent d’observer la guerre avec un esprit plus averti que mes camarades. Si je n’avais utilisé que mon expérience strictement personnelle, mon travail aurait été entièrement subjectif et Renouvin n’aurait pas pu me prendre au sérieux, en tant qu’historien, comme il l’a fait23.

  • 24 Passage cité par Frédéric Rousseau (note 12), p. 169. Voir Les Carnets de guerre de Louis Barthas, (...)
  • 25 Ce qu’affirme, à tort, Jean-Jacques Becker dans la préface aux Lettres de Robert Hertz (note 21) : (...)
  • 26 Sur les notions indispensables de front, front arrière et arrière front, voir François Cochet, Surv (...)

294. Norton Cru a pu commettre des erreurs. Jolinon a fait remarquer en 1930 au sergent Jean Norton Cru qu’il n’avait pas compris l’état d’esprit des soldats en août 1914 et au printemps 1917 lors des mutineries, « qu’un abîme existe entre l’état d’âme du poilu et celui de ses chefs, sauf du caporal, homme de toutes les misères, le plus souffrant de tous », opinion confirmée depuis par les Carnets du caporal Barthas24. Mais Norton Cru n’a jamais dit qu’un combattant – lui-même – « pouvait porter un témoignage valable pour tous les moments et tous les lieux de la guerre25 ». Il a dit et répété dans ses 727 pages qu’il fallait prendre en considération toutes les situations avec leurs spécificités : fantassin et artilleur, 2e classe et officier, infirmier, médecin… Que chacun témoigne de son expérience particulière avec honnêteté, mot préféré à « objectivité » car celle-ci n’a pas sa place dans un témoignage personnel. Dans Témoins (p. 332), il écrit : « L’historien ne redoute nullement la partialité dans les documents du temps ; je dirais presque que l’impartialité jetterait des doutes sur leur originalité. C’est affaire à l’historien de confronter et compenser les partialités opposées, les préjugés qui se contredisent. » Il faut accepter aussi « la différence qui résulte des divers tempéraments individuels » (p. 190). Ce que Norton Cru a voulu montrer, par contre, c’est le caractère particulier des expériences des fantassins de première ligne en secteur agité : l’angoisse sous le bombardement et au moment de sortir de la tranchée pour attaquer au devant des mitrailleuses26.

305. En rapport avec les critiques ci-dessus exposées, on a dit de Norton Cru qu’il avait une vision étroite, bornée, avec une obsession du classement. Il est vrai qu’il a réparti les témoignages en six classes, mais il indique les passages les plus solides chez des auteurs classés au total comme de médiocres témoins. Et il cherche toujours à comprendre pourquoi certains s’éloignent de la description des réalités de la guerre : la trahison de l’expérience a parfois pour motif la volonté de plaire au public, ou l’expression de passions politiques, ou le respect de fortes traditions militaires familiales. Loin d’être borné, Norton Cru a compris qu’un homme pouvait se caractériser par « un dualisme déconcertant de la pensée » (Témoins, p. 194). Tout en fournissant des analyses rigoureuses, il sait manifester de l’humour et attirer l’attention sur la part d’humour dans les récits des témoins. Norton Cru était loin de ressembler à la caricature qu’on a quelquefois dessinée de lui pour pouvoir le dénigrer.

  • 27 Voir Rémy Cazals, Les mots de 14-18, Toulouse, PUM, 2003.

316. Jean-Jacques et Annette Becker reprochent à l’œuvre de Norton Cru d’être marquée par « les idées pacifistes de l’après-guerre ». On peut répondre en contestant d’abord les étiquetages sommaires : poilus patriotes pendant la guerre ; Français pacifistes après la guerre. Si on lit des carnets de combattants d’origine populaire, on constate que beaucoup ont exprimé leur aspiration à la paix en 1915, voire dès l’automne 1914 ; d’un autre côté, discours chauvin et discours pacifiste ont coexisté après l’armistice. Si on lit Témoins, on découvre, de la part de Norton Cru, une dure critique des pacifistes professionnels (par exemple p. 567). Car il y a plusieurs formes de pacifisme et plusieurs formes de patriotisme27. Norton Cru voulait la paix et il pensait que, si on voulait la construire, il fallait représenter la guerre avec exactitude. Peut-être s’agissait-il d’une illusion, mais une telle démarche est pour nous une garantie de recherche du véridique.

  • 28 Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, « Violence et consentement : la “culture de guerre” du p (...)
  • 29 Un des reproches (qui ne tient d’ailleurs pas) faits par les historiens hostiles à J.N.C est de rec (...)

327. Parmi les critiques adressées par Norton Cru aux militants du pacifisme figure celle-ci : pour mieux condamner la guerre, ils pratiquent une sorte d’esthétisme de l’horreur et rejoignent les chauvins sur le thème de la mort donnée à l’arme blanche et des flots de sang répandus. Les remarques de bon sens de l’ancien combattant Norton Cru sont considérées par Annette Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau comme caractéristiques d’un « souci d’aseptisation ». « S’agissant de la confrontation des corps humains aux moyens modernes de destruction, l’auteur [Jean Norton Cru] nie par exemple toute visibilité des traumatismes physiques28. » C’est faux. C’est le même auteur qui a reproduit dans son anthologie des textes sur le combat et sur les postes de secours dont, faute de place, je cite un seul extrait, de Paul Cazin : « Le premier que j’ai trouvé était déculotté, comme si des griffes lui eussent arraché le pantalon. Il avait les fesses à l’air, coupées de long en large comme avec un couteau de charcutier. Le second pendait tout entier à un buisson, et sa tête se balançait au bout de la plus haute branche, pareille à une tête de moineau crevé. Les autres étaient roulés dans une bouillie de fange et de sang. » Après cette lecture, on a du mal à accepter le passage suivant d’Annette Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau ironisant sur la réfutation par Norton Cru de la légende des « flots de sang », et reproduisant cette citation de Témoins : « J’ai vu peu de sang à Verdun et ailleurs. Beaucoup de cadavres n’en offrent pas de trace à moins qu’on ne les soulève : la terre, le gazon absorbent le sang sous les corps. Certaines blessures causent la mort sans couper de gros vaisseaux. Il y a des hémorragies internes […] » Or, si on cherche dans Témoins (p. 31) ce que recouvrent les points de suspension entre crochets, on trouve ceci : « J’ai vu telle égratignure du cuir chevelu ensanglanter la tranchée plus que dix morts. Sous un bombardement meurtrier les obus sèment de la terre dans la tranchée sur les rares flaques de sang comme on sable les arènes29

338. Enfin, contrairement à ce qu’on lui a aussi reproché, Norton Cru ne se posait pas en historien de la guerre. Dès l’avant-propos de Témoins, il affirmait travailler pour les historiens en les aidant à voir clair dans la masse considérable de documents produits par la guerre, en réponse au souhait exprimé par Pierre Caron dans la Revue de Synthèse historique dès 1921. Cette position est défendue tout au long du livre, et il peut arriver à Norton Cru (p. 332 par exemple) de dire d’un témoin qui a cherché à effacer la subjectivité de l’instant : « Penserait-il donc que ce qu’il a écrit est de l’histoire ? C’est un document de témoin, utilisable par les historiens, ce qui est fort différent. » Il demande aux auteurs de se comporter en témoins, avec leur subjectivité. Il ne récuse pas les témoignages. Et pourtant, il lui est arrivé un avatar inattendu.

Le dernier avatar : Jean Norton Cru et les négationnistes

  • 30 Valérie Igounet, Histoire du négationnisme en France, Paris, Seuil, 2000, p. 47-48.
  • 31 Christophe Prochasson, « Témoignages et expériences. Les usages du “vrai” et du “faux” de Norton Cr (...)

34Dans son importante recherche sur le négationnisme, Valérie Igounet rappelle l’intérêt de Paul Rassinier, Maurice Bardèche, Robert Faurisson et la librairie Ogmios, « spécialisée dans la publication d’ouvrages apologétiques sur la Collaboration et le IIIe Reich », pour l’œuvre de Norton Cru. Celui-ci aurait démontré que la majorité des témoins d’un fait historique travestissent la réalité30. Qui a lu Norton Cru ne peut ignorer que cette affirmation est infondée. Et on ne parlerait plus des négationnistes si l’historien Christophe Prochasson n’avait écrit, sans hésiter : « Chez l’un et l’autre [Norton Cru et Rassinier], le témoin est par nature suspect31. » Il s’agit là d’un contresens éclatant. Quand on a lu Norton Cru, on ne peut pas dire que, pour lui, le témoin est par nature suspect. Toute son œuvre, comme il l’annonce dans les premières pages de Témoins, a pour but de montrer la valeur des récits de guerre de « ceux qui l’ont vue de plus près ». Ensemble, « ils représentent une manifestation unique de la pensée française, un accès de sincérité collective, une confession à la fois audacieuse et poignante ». Et encore (p. 13) : « Ce livre a pour but de faire un faisceau des témoignages des combattants sur la guerre, de leur impartir la force et l’influence qu’ils ne peuvent avoir que par le groupement des voix du front, les seules autorisées à parler de la guerre, non pas comme un art, mais comme un phénomène humain. » Et, plus loin (p. 548) : « Laissez la parole aux combattants ; ils sont assez nombreux, ceux d’entre eux qui ont écrit, pour que les erreurs de quelques-uns se trouvent corrigées par la majorité des déclarations des autres. On aura beau faire, on n’étouffera pas le témoignage collectif de la génération qui a fait la guerre. »

  • 32 R. Dulong, Le Témoin oculaire. Les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, édition (...)

35Renaud Dulong et Frédéric Rousseau ont suffisamment réfuté l’affirmation des négationnistes pour qu’on s’en tienne là32.

 

  • 33 Le Collectif de Recherches Internationales et de Débat sur la Première Guerre mondiale (www.crid141 (...)

36Les lignes qui précèdent ont montré que l’œuvre de Jean Norton Cru a dérangé en 1930 et continue à déranger des postures ou des positions établies. Tous les moyens sont bons pour l’attaquer. Ceci est peut-être déjà un critère à prendre en considération pour définir un grand livre. Ce qui est certain, c’est que Témoins est un livre qui reste, un ouvrage incontournable de référence, heureusement encore réédité en 2006, et dont la lecture procure une intense satisfaction intellectuelle à ceux qui acceptent de l’entreprendre et de comprendre la méthode suivie. Mais le travail de Norton Cru s’arrête en 1929. Il faut le poursuivre au-delà en analysant les témoignages de combattants édités depuis, ces lettres et carnets dont Norton Cru signalait l’existence et prévoyait la publication. Et il faut faire également un travail de même ordre pour les prisonniers de guerre, pour les témoignages de civils. Un groupe d’historiens a jeté les bases de cet importante œuvre collective33.

Notes

1 Jean Norton Cru, Témoins. Essai d’analyse et de critique des souvenirs de combattants édités en français de 1915 à 1928, Paris, Les Étincelles, 1929.

2 Jean Norton Cru, Du témoignage, Paris, Gallimard, 1930. L’édition Pauvert, collection « Libertés », 1967, ne donne pas l’anthologie, mais ajoute une biographie de l’auteur par Hélène Vogel, p. 155-189.

3 Biographie par Hélène Vogel, p. 189.

4 Voir l’enquête de Jean Birnbaum, « 1914-1918. Guerre de tranchées entre historiens », dans Le Monde, 11 mars 2006.

5 Leonard V. Smith, « Jean Norton Cru, lecteur des livres de guerre », Annales du Midi, no 232, « 1914-1918 », 2000, p. 519-520.

6 Voir Laurent Gambarotto, Foi et Patrie ? La prédication du protestantisme français pendant la Première Guerre mondiale, Genève, Labor et Fides, 1996.

7 Lettre de J.N.C à ses sœurs, 11 mars 1932, citée par Hélène Vogel (note 2), p. 157. « Williams » évoque Williams College, Massachusetts, où J.N.C enseigna de 1908 à 1914 et après la guerre.

8 Lettre de J.N.C à ses sœurs, 5 mars 1931, citée par Hélène Vogel (note 2), p. 159-160.

9 André Bach, Fusillés pour l’exemple, 1914-1915, Paris, Tallandier, 2003 et L’Armée de Dreyfus, Une histoire politique de l’armée française de Charles X à « l’Affaire », Paris, Tallandier, 2004.

10 « Courage and Fear in Battle : According to Tradition and in the Great War », manuscrit d’une conférence faite le 14 février 1922 à Williams College par JNC, Bibliothèque universitaire d’Aix-en-Provence, cité par L. Smith (note 5).

11 Témoins, p. 13.

12 Pour les développements sur cette question, je renvoie à Frédéric Rousseau, Le procès des témoins de la Grande Guerre. L’affaire Norton Cru, Paris, Seuil, 2003.

13 Voir Rémy Cazals, « Plutarque a-t-il menti ? », dans Sylvie Caucanas, Rémy Cazals et Pascal Payen (dir.), Retrouver, imaginer, utiliser l’Antiquité, Toulouse, Privat, 2001, p. 141-146.

14 Voir Roland Dorgelès, Je t’écris de la tranchée, Correspondance de guerre 1914-1917, Paris, Albin Michel, 2003. Dans une lettre de juillet 1915, Dorgelès écrit qu’un ami s’en occupe « beaucoup », donc que le processus est engagé depuis quelque temps déjà.

15 Expression de Frédéric Rousseau (note 12), p. 172.

16 André Ducasse, La guerre racontée par les combattants, Anthologie des écrivains du front, Paris, Flammarion, 1932, 2 volumes de 295 et 249 p.

17 Voir Rémy Cazals et Frédéric Rousseau, 14-18, le cri d’une génération, Toulouse, Privat, 2001.

18 Sylvie Caucanas et Rémy Cazals (dir), Traces de 14-18, Carcassonne, Les Audois, 1997.

19 Notamment dans 14-18. Retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000.

20 Lettre de septembre 1917 citée par Hélène Vogel (note 2), p. 177.

21 Un ethnologue dans les tranchées, août 1914 – avril 1915. Lettres de Robert Hertz à sa femme Alice, Paris, CNRS éditions, 2002, p. 24.

22 Expressions d’Henri Barbusse citées par Frédéric Rousseau (note 12), p. 141.

23 Passage cité par Hélène Vogel (note 2), p. 181-182.

24 Passage cité par Frédéric Rousseau (note 12), p. 169. Voir Les Carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918, Paris, La Découverte, 1997 [1re éd. 1978].

25 Ce qu’affirme, à tort, Jean-Jacques Becker dans la préface aux Lettres de Robert Hertz (note 21) : « Contrairement à ce que croyait Jean Norton Cru – même si lui-même était un ancien combattant-, personne ne pouvait porter un témoignage valable pour tous les moments et tous les lieux de la guerre. »

26 Sur les notions indispensables de front, front arrière et arrière front, voir François Cochet, Survivre au front 1914-1918, Paris, 14-18 éditions, 2005.

27 Voir Rémy Cazals, Les mots de 14-18, Toulouse, PUM, 2003.

28 Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, « Violence et consentement : la “culture de guerre” du premier conflit mondial », dans Jean-Pierre Rioux, et Jean-François Sirinelli (dir.), Pour une histoire culturelle, Paris, Seuil, 1997, p. 261.

29 Un des reproches (qui ne tient d’ailleurs pas) faits par les historiens hostiles à J.N.C est de recourir à des « citations tronquées ». Voir la critique de la réédition 1993 de Témoins par Annette Becker, dans Guerres mondiales et conflits contemporains, juillet 1994.

30 Valérie Igounet, Histoire du négationnisme en France, Paris, Seuil, 2000, p. 47-48.

31 Christophe Prochasson, « Témoignages et expériences. Les usages du “vrai” et du “faux” de Norton Cru à Paul Rassinier », dans Christophe Prochasson et Anne Rasmussen (dir.) Vrai et faux dans la Grande Guerre, Paris, La Découverte, 2004, p. 321.

32 R. Dulong, Le Témoin oculaire. Les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, éditions de l’EHESS, 1998. Du même auteur, 2004. « Rumeurs et témoignages », dans Prochasson et Rasmussen (dir.) (note 31), p. 327-349. Frédéric Rousseau, 2003 (note 12).

33 Le Collectif de Recherches Internationales et de Débat sur la Première Guerre mondiale (www.crid1418.org).

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search