Version classiqueVersion mobile

De la guerre juste à la paix juste

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Françoise Knopper
, 
Anne-Marie Saint-Gille

II. Ruptures et changements de paradigme avant 1933

« La paix du monde, pas la paix de l’âme. » Fondements religieux du pacifisme de Leonhard Ragaz (1868-1945)

Anne-Marie Saint-Gille

Texte intégral

  • 1 Romain Rolland, Journal des années de guerre, Paris, Albin Michel, 1952, p. 435-436.

1« Cette guerre est entre Calvin et Luther. » Au début de l’année 1915, Romain Rolland prenait note de cette curieuse affirmation dans son Journal, non sans marquer quelque réserve, et ajoutait : « Un des plus grands esprits protestants de Suisse, le professeur Ragaz de Zurich, [est] du même avis1.» Pour tenter de comprendre les raisons et les implications d’une telle déclaration, émise dans un pays neutre mais idéologiquement déchiré entre une population germanophone majoritairement acquise à la cause allemande et la partie romande portée à soutenir les pays de l’Entente, on retracera tout d’abord brièvement les éléments majeurs caractérisant l’itinéraire spirituel et politique de Leonhard Ragaz, figure tutélaire du mouvement dit du « socialisme religieux » et de l’histoire du pacifisme. Dans un second temps, l’on tentera de circonscrire la « théologie du Royaume de Dieu » développée par Leonhard Ragaz et l’on vérifiera l’hypothèse qui en fait le fondement de son double engagement, en faveur d’un socialisme qu’il conviendra de définir et au service d’une forme de pacifisme juridique.

2Malgré la neutralité confessionnelle de l’expression « socialisme religieux », c’est bien l’identité protestante, avec sa double filiation calviniste et zwinglianiste, qui sous-tend la pensée et l’action de Leonhard Ragaz dans le cadre politique et historique de son engagement et de sa réflexion, soit la Confédération helvétique de la première moitié du XXe siècle. On se penchera sur les caractéristiques de cette identité confessionnelle dans un troisième point, en mettant également au jour la mission particulière assignée par le pasteur à la Confédération helvétique.

3Le pacifisme est un phénomène complexe dont les chercheurs ont établi la transversalité, par delà les couches sociales, les niveaux nationaux et les appartenances politiques. Même si certains milieux sociaux-moraux – intellectuels, protestants, socialistes – ont manifesté une réceptivité plus grande aux idées pacifistes, ni l’identité protestante, ni l’appartenance au mouvement du christianisme social ne recoupent intégralement une sensibilité pacifiste qui serait leur marque de référence. C’est pourquoi il paraît légitime de considérer la pensée religieuse et politique du pasteur Ragaz dans sa singularité.

Itinéraire spirituel et politique de Leonhard Ragaz : le rôle des guerres

4Leonhard Ragaz est né en 1868 à Tamin dans le canton alémanique des Grisons. Après des études de théologie faites en Allemagne, à Iéna et à Berlin, les débuts de sa carrière de pasteur sont marqués, à partir de 1890, par un engagement et un intérêt pour les questions d’éthique sociale.

  • 2 Leonhard Ragaz, « Ein Wort über Christentum und soziale Bewegung », Schweizerische Protestantenblat (...)

5C’est au tout début du XXe siècle que Ragaz, élu pasteur à Bâle en 1902, fonde en collaboration avec Hermann Kutter, alors pasteur à Zurich, le mouvement socialiste religieux. Les biographes de Ragaz ont retenu, comme point de départ de ce mouvement, l’élan de solidarité dont fit montre le pasteur envers le prolétariat industriel en 1903, à l’occasion d’une grève des maçons dont les manifestations avaient été réprimées de manière sanglante par la police. Ragaz publia à cette occasion un article qui contient en germe la réflexion qui va le mener au socialisme religieux2. Il y suggère que renverser l’idolâtrie de l’argent, incarnée dans le capitalisme, est un devoir chrétien, et considère d’autre part que le socialisme religieux conduira à un bouleversement d’importance comparable à celle de la Réforme.

  • 3 Cf. Leonhard Ragaz, Eingriffe in das Zeitgeschehen. Reich Gottes und Politik, Texte von 1900-1945. (...)
  • 4 Après 1945, deux organes du mouvement socialiste religieux, Neue Wege et Aufbau coexistent et marqu (...)

6Aux yeux de Ragaz, les prolétaires sont les destinataires prioritaires de la Bonne Nouvelle de l’Évangile, selon la lecture qu’il fait de Luc, 4,183 : « L’esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a consacré pour porter la bonne nouvelle aux pauvres. » L’écho de ce discours de solidarité avec les grévistes fut grand et conduisit à la création, en 1906, de la revue Neue Wege (Voies nouvelles) qui donna le coup d’envoi au mouvement suisse du « socialisme religieux » dont la revue resta le porte parole jusqu’au décès de Leonhard Ragaz en 19454.

7On retiendra surtout, pour notre propos, que cet engagement fit suite à une profonde crise de conscience et de croyance pour Ragaz, déclenchée par l’observation de la Guerre des Boërs de 1899 à 1902. Face à cet événement, et notamment à l’issue du conflit et à la victoire britannique, le pasteur ne comprenait plus le dessein divin, puisque les Boërs avaient le droit de leur côté et que Dieu ne semblait pas leur être venu en aide. De cette première crise datent, chez Ragaz, la fin de la croyance en la possibilité de l’existence d’une « guerre juste » et l’un des éléments de sa future conception du Royaume de Dieu, que l’on pourrait définir par l’assertion suivante : « Le cours des événements ne reflète pas de manière immédiate la volonté de Dieu. »

  • 5 Ragaz se solidarisera, plus tard, avec les acteurs de la « Grève Générale », selon le nom propre qu (...)
  • 6 Eingriffe (note 3), p. 175.
  • 7 Der Kongreß war ein Gericht über unser Christentum. […] Die Sozialisten haben getan, was die Christ (...)

8Après avoir tenté d’agir politiquement, notamment comme publiciste, tout en restant en dehors des partis politiques constitués, Ragaz adhère au parti socialiste suisse (PSS) en 1912 avec son épouse Clara Ragaz-Nadig, elle-même fortement engagée dans le mouvement des femmes en faveur de la paix. Deux événements revêtent dans ce cadre une grande importance pour son parcours : c’est après avoir une nouvelle fois soutenu, dans sa revue, un mouvement de grève et vu la rupture consommée avec la bourgeoisie locale qui le qualifie de « théologien de la grève générale5 » qu’il abandonne l’idée d’éveiller la sensibilité des croyants cultivés et aisés pour la justice sociale et rejoint sciemment une organisation du mouvement ouvrier. La même année il assiste au Congrès de la paix de l’Internationale socialiste qui siège, pour l’une des séances, en la Cathédrale de Bâle. L’article rendant compte des débats qu’il signe dans les Voies Nouvelles reflète sa propre évolution politique : à l’instar « des représentants des classes populaires du monde occidental », il ne se contentera plus de prêcher la paix, mais il s’emploiera à la construire6. Le lieu religieux retenu par les responsables de l’Internationale lui semble, selon l’expression biblique qu’il emploie, un « signe des temps ». Ce disant, il souhaite beaucoup moins voir confluer les forces du mouvement socialiste et celles du christianisme que souligner la carence de ce dernier dans la lutte pour les valeurs de paix. « Ce congrès a été un tribunal pour notre chrétienté. […] Les socialistes ont fait ce que les chrétiens auraient dû faire7

9La Grande Guerre est interprétée par lui comme un jugement, une punition pour toute la société européenne et surtout pour son Église embourgeoisée et passée au service des États nationalistes. Sa position est singulière, car le mouvement socialiste religieux suisse ne se retrouve pas en bloc dans le camp opposé à la Grande Guerre. Une frontière nette s’établit entre Alémaniques soutenant la Triplice et Romands pro-Entente. Leonhard Ragaz, qui dénonce surtout l’identification du nationalisme allemand avec les valeurs chrétiennes et prend parti pour les pays démocratiques de l’Entente contre les régimes autocratiques, rompt alors définitivement avec Hermann Kutter, l’autre père fondateur du mouvement socialiste religieux en Suisse alémanique, après que ce dernier eut appuyé la politique de guerre allemande dans un opuscule paru en 1916 et intitulé Reden an die deutsche Nation.

10Doublement isolé, Ragaz publie l’année suivante Die neue Schweiz, livre dans lequel il propose, afin de dépasser le gouffre séparant germanophones et francophones au sein de la Confédération, une prise de distance par rapport au modèle germanique et assigne à la Suisse une mission de rapprochement entre les peuples.

  • 8 Il écrit notamment : Wenn der Kapitalismus sich mit der Gewalt verbindet, so entspricht das seinem (...)
  • 9 Cf. « Warum ich meine Professur aufgegeben habe », Eingriffe (note 3), p. 50sq.

11Lors de la création de la IIIe Internationale en 1919, Ragaz prit position contre l’adhésion du Parti socialiste suisse et publia à ce propos une brochure dont le titre Sozialismus und Gewalt (Socialisme et violence) résume l’antagonisme majeur entre les deux notions citées, antagonisme fondateur du socialisme religieux défendu par Ragaz8. En 1921, il quitte avec éclat le poste de professeur de théologie qu’il occupait depuis 1908 à l’université de Zurich, s’estimant, en conscience, incapable de former des pasteurs pour une Église restant volontairement ignorante des problèmes du monde contemporain et souhaitant se consacrer pleinement et en toute indépendance à la cause de Dieu et à celle des hommes9. Il s’établit alors dans un quartier ouvrier de Zurich et y fonde une institution d’éducation populaire « Travail et culture » à laquelle il consacrera la fin de sa vie tout en poursuivant son œuvre de publiciste.

12En 1928 est enfin fondée la « Ligue internationale des socialistes religieux » sous la présidence de Ragaz. Ce projet avait été évoqué avant le conflit mondial lors d’un premier congrès international tenu à Besançon en 1910 et ses activités avaient déjà été significatives malgré le retard pris par le processus d’institutionnalisation.

  • 10 Ragaz, qui dans les années vingt, s’était employé à mettre au jour les convergences entre judaïsme (...)
  • 11 Cf. « Oktober 1938 », Eingriffe (note 3), p. 300.

13Loin d’adhérer aux thèses du libéralisme économique et politique, Leonhard Ragaz associe le plus souvent, dans l’évocation des menaces pour la paix, capitalisme et nationalisme, le produit commun de ces deux notions étant, sous sa plume, le militarisme. L’expression paroxystique de cette alliance se trouve incarnée dans le national-socialisme, dont la revue Voies Nouvelles dénonce dès le mois de février 1933 la nature sanguinaire dans des articles où le pasteur Ragaz puise son argumentation à la source des différents livres de la Bible et annonce l’une « des plus grandes catastrophes de l’Histoire10 ». Dans les années trente, époque où les courants pacifistes sont tragiquement divisés par la nécessité de choisir entre la non-violence et l’opposition active au fascisme et au national-socialisme, Ragaz fait immédiatement preuve d’une grande lucidité. En 1938, il se situera, au reste, du côté des anti-munichois et dénoncera le faux pacifisme d’accords qui « ne sauvent pas la paix dans le monde, mais Hitler et Mussolini11 ».

  • 12 Eingriffe (note 3), p. 100.

14En 1935, Clara et Leonhard Ragaz quittent tout deux le PSS après le Congrès de Lucerne (Janvier 1935) au cours duquel furent votés le ralliement à la thèse de la défense nationale et l’appui aux crédits militaires correspondants. Il écrit, dans un article consacré aux raisons de son départ que « l’antimilitarisme n’est pas un vêtement que le socialisme peut, selon le temps qu’il fait, revêtir ou ôter, mais qu’il est l’âme du socialisme12 ».

15On voit poindre là le lien entre les différentes facettes de l’engagement de Ragaz : la violence, définie comme la force la plus anti-chrétienne, est évidemment à l’œuvre dans le processus de guerre, mais se révèle être aussi comme le pouvoir structurant l’injustice sociale. Apparue avec netteté dans les écrits sur la Grande Guerre, la notion de violence peut être considérée comme le terme-clé apte à expliquer que dans la pensée de Ragaz, socialisme et pacifisme forment un tout organique à fondement spirituel.

La théologie du Royaume de Dieu de Leonhard Ragaz

16La dénomination « socialisme religieux », désignant le mouvement cofondé par Ragaz, correspond à une terminologie courante en Suisse et se distingue du christianisme social, terme généralement employé pour la Grande-Bretagne ou la France. Les divergences de termes n’impliquent pas seulement une distinction géographique ou culturelle, mais recouvrent une différence de nature qui donne au socialisme religieux une radicalité absente des mouvements chrétiens sociaux. Pour Ragaz notamment, le terme n’implique pas seulement un engagement social ou pacifiste comme conséquence de la foi évangélique, mais bien une conception rénovée du christianisme.

  • 13 Comme Christoph Blumhardt (1842-1919), qui se vit rapidement marginalisé par sa lutte contre la Gra (...)

17Comme les tenants du christianisme social en général, Ragaz déploie une théologie du Royaume de Dieu. La question de son articulation avec le royaume humain, sur les plans économique, social et politique, est au cœur d’une réflexion menée par le pasteur dès ses premières années d’enseignement à la Faculté de théologie de Zurich, enrichie par des rencontres avec Christoph Blumhardt13 et véritablement mûrie dans le contexte de la Première Guerre mondiale.

18Cette théologie du Royaume de Dieu est du reste plutôt une spiritualité qu’une véritable théologie, et en tout cas ni une dogmatique, ni une doctrine. Les notions de justice et de paix sont les marques du Royaume de Dieu, la paix étant conçue comme le fruit de la justice. Ces deux notions ont un antagoniste commun dans la notion de violence. Le rôle dévolu aux hommes est non pas de réaliser le Royaume de Dieu, qui reste œuvre divine, mais d’en préparer l’avènement, par la lutte pour la justice et pour la paix, autrement dit par l’engagement socialiste et pacifiste. On le voit, le Royaume de Dieu n’est pas un royaume des âmes, mais doit être accompli sur terre.

  • 14 Je reprends ici l’analyse, convaincante, de Klauspeter Blaser dans Le christianisme social, Paris, (...)

19Les conséquences d’une telle prémisse théologique sont évidemment nombreuses sur les plans religieux et politique. La thèse fondamentale qui sous-tend, dans la pensée de Ragaz, engagement socialiste et pacifiste14 peut être formulée ainsi : préparer l’avènement du Royaume de Dieu, c’est éradiquer les sources de violence. Celles-ci sont principalement au nombre de deux, apparaissant sous la forme de « Moloch » ou de « Mammon », incarnant donc le capitalisme, et de « Baal », ce dernier faux Dieu représentant le militarisme.

  • 15 Eingriffe (note 3), p. 253-258. On notera que le singulier heurterait les historiens spécialistes d (...)
  • 16 Jean-Jacques Becker et al, Guerres et Cultures. 1914-1918, Paris, Armand Colin, 1994, p. 60.

20C’est peu après l’éclatement de la Grande Guerre, en septembre 1914, que Ragaz pose l’équation : capitalisme + nationalisme = militarisme dans un texte intitulé Über die Ursache des Krieges (sur la cause de la guerre)15. Il y mène une analyse différente de celle opérée par le mouvement ouvrier en général, pour qui, comme le montrent les discussions menées au sein de la IIe Internationale, « le capitalisme était à l’origine des guerres, dont il était aussi le principal bénéficiaire et une organisation anti-capitaliste se devait donc de lutter contre le risque d’éclatement d’une guerre16 ». Telle est, au fond, à la veille de la Grande Guerre, la position des socialistes autrichiens (Otto Bauer), français (Jean Jaurès) ou même allemands, même si, d’un point de vue théorique, on n’avait pas abandonné le principe de Marx et d’Engels, selon lequel les événements guerriers pourraient être des leviers d’action révolutionnaire. Sans doute le mouvement ouvrier avait-il fait l’économie d’une réflexion sur le rôle des sentiments nationaux et patriotiques, dont on connaît l’importance, y compris pour ce camp, à l’été 1914. Citoyen d’un pays neutre, Ragaz a sans doute plus de facilité à se distancier de l’enthousiasme belliciste des premiers moments du conflit, malgré la division linguistique et politique de la Suisse. Mais les conditions spécifiques qui purent déterminer les attitudes vis-à-vis du pacifisme, telle l’appartenance à la « génération du feu » ou plus tard au milieu des « anciens combattants », ne jouent ici aucun rôle, ce qui projette encore la dimension religieuse au premier plan.

21De cette thèse découle la double nature de l’engagement nécessaire : le but en sera de supprimer le mamonnisme grâce au service de Dieu et de remplacer le glaive par la Croix.

 

22Du point de vue religieux, ce noyau central de la pensée de Ragaz implique que le salut individuel prend sa valeur quand il se met au service de la rédemption sociale. C’est ainsi que le pasteur interprète cette formulation de Mathieu, 6, 33 : « Cherchez d’abord son royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît. » D’autre part, le fondement religieux du socialisme constitue, selon Ragaz, l’essentiel du message chrétien et est aussi à l’origine de son interprétation de l’histoire, selon laquelle les Églises ayant échoué sur tous les plans, c’est précisément leur échec qui explique l’irruption d’un mouvement socialiste athée. Enfin, le socialisme religieux n’identifie pas le Royaume de Dieu avec le socialisme. Dans le Royaume de Dieu, ni le socialisme, ni le socialisme religieux ne seront plus nécessaires. Au plan théologique, Ragaz opère en permanence une critique virulente du quiétisme et s’oppose également à la « théologie dialectique » d’un Karl Barth, pour qui l’engagement politique se cantonne à la sphère de la prédication.

23À la paix de l’âme, il préfère la paix du monde, reléguant ainsi au second plan la question, si centrale pour Luther, de la justification. On peut avancer que la théologie du Royaume de Dieu de Ragaz est en opposition à la thèse luthérienne de la justification par la foi seule. Du point de vue ecclésiologique, Leonhard Ragaz opère une critique virulente qui va jusqu’à une forme d’anticléricalisme. À ses yeux, les Églises incarnent l’esprit militariste, c’est-à-dire nationaliste et capitaliste.

  • 17 Lénine fustigea du reste à plusieurs reprises les prises de position de celui qu’il nommait le « pa (...)
  • 18 Cf. Leonhard Ragaz, « Welche Weltanschauung gehört zum Sozialismus ? », Eingriffe (note 3), p. 137- (...)

24Au plan des idées politiques, l’incompatibilité avec le socialisme scientifique et la pensée marxiste en général, et léniniste en particulier, est évidente. En effet, l’explication historique pour Ragaz de l’émergence d’un mouvement ouvrier est la réaction (ou plutôt l’absence de réaction) des Églises à la question sociale, analyse qui ne ressortit pas précisément au matérialisme dialectique17. Pour Ragaz, qui voyait dans le mouvement socialiste athée une épreuve envoyée par Dieu pour punir la bourgeoisie, le marxisme est déterminé par les mêmes catégories que le capitalisme (sacralisation de la créature ; recours à la violence ; système explicatif de type déterministe). Sur le plan de l’organisation économique et sociale, sa vision se rapproche des conceptions du socialisme utopique d’un Proudhon ou des premiers penseurs socialistes du monde germanique, tels Wilhelm Weitling ou Stefan Born : c’est en effet dans les coopératives de production associées à une structure politique fédéraliste et démocratique que Leonhard Ragaz aperçoit la meilleure forme d’organisation sociale. Cela explique qu’il ait pu s’insérer dans le courant de la social-démocratie modérée, qui était l’une des sensibilités du Parti socialiste suisse. Pour autant, il critiqua violemment les révisionnistes allemands qui, dans un souci de conciliation, faisaient de la religion une affaire privée. On le voit, Leonhard Ragaz se démarque à la fois d’un socialisme à teinture religieuse et d’un christianisme à vernis social pour se prononcer en faveur d’un christianisme intégral, tout en interprétant le christianisme dans un sens social18.

25Si le christianisme peut être intégral, le pacifisme ne peut être que relatif. On peut risquer la définition suivante du pacifisme de Leonhard Ragaz : ce n’est pas un principe auquel on ne peut déroger, quelles que soient les circonstances et au nom d’une conscience individuelle, mais une foi en la paix, partie intégrante du Royaume de Dieu à venir, dont il importe de créer les conditions de l’avènement. À la vision statique et individuelle de certains objecteurs de conscience, Ragaz oppose une vision dynamique et collective.

26Tout en défendant le droit à l’objection de conscience au nom de la liberté individuelle, Ragaz demande en effet à ce que l’on distingue antimilitarisme et non-violence, attitude qu’il juge trop passive, trop uniquement négative, surtout lorsqu’elle devient dogmatique et donc, comme toute dogmatique, aveugle aux véritables desseins divins. C’est ce que révèle l’analyse d’un texte écrit en octobre 1935, en réaction au coup de force de Mussolini en Abyssinie. Ragaz y dénonce l’attitude de ceux qui s’opposent, au nom d’un pacifisme radical – attitude qu’il attribue aux Tolstoïens ou à certains Quaker – à ce que la Société des Nations envisage des sanctions militaires et proposent que l’organisation internationale limite sa réaction à des sanctions économiques. Ragaz prêche alors en faveur d’une attitude réaliste et réclame, pour la SDN, un pouvoir de contrainte, y compris sous la forme d’une menace militaire, car elle doit être en mesure de s’opposer aux États fauteurs de troubles ; c’est du reste la condition indispensable de l’efficacité des sanctions économiques. Pour l’avenir, il se prononce en faveur d’un désarmement collectif, suivi de la création d’une police de la SDN.

Helvétisme et tradition protestante

27Dans ce qui a été explicité jusque-là, nous avons vu Leonhard Ragaz raisonner essentiellement comme un chrétien, dont la lecture de l’Évangile est avant tout sociale. À ses yeux, le Royaume de Dieu s’est manifesté en Jésus-Christ – l’incarnation étant pour lui le fait central du christianisme – mais attend encore son accomplissement. À cette lecture de l’Évangile s’ajoute une interprétation de l’histoire des Églises chrétiennes qui peut se ramener à un refus du christianisme institué de choisir le parti des pauvres et des opprimés. D’autre part, à la base de la vision de l’Histoire de Ragaz se trouve la certitude que l’histoire des hommes est une histoire des manifestations divines, dont l’évolution n’est pas linéaire, mais marquée par des progrès et des reculs. Ainsi, le Royaume de Dieu, dont l’avènement signifierait une fin de l’histoire caractérisée par l’instauration de la justice et de la paix, effectue des percées, mais se trouve en conflit avec son antithèse, le royaume du monde.

28Sous la plume de Ragaz, la construction de la Société des Nations correspond à l’une de ces percées du Royaume de Dieu. C’est pourquoi Ragaz, en rupture avec la direction de son parti qui voyait dans la future organisation internationale un nouvel instrument de domination du capitalisme, milita activement en faveur du « oui » au référendum devant décider de l’adhésion de la Confédération helvétique à la SDN en 1920. Ses nombreux articles, destinés à persuader ses concitoyens qu’il s’agissait d’une question vitale pour la Suisse, témoignent tous d’une certaine emphase, faisant de l’organisation internationale naissante « l’aurore du Royaume de Dieu ». C’est l’idée de l’abolition de la guerre comme moyen politique et son remplacement par l’arbitrage international qui est mise en avant, Ragaz rejoignant là les principes fondateurs du pacifisme juridique tel qu’il existait activement en Europe depuis le début du siècle et dont l’association « La Paix par le droit » s’était fait l’écho.

  • 19 Was einst aus religiöser Wurzel emporwachsend, zur Demokratie in den einzelnen Völkern geworden ist (...)

29Le choix de la ville de Genève comme siège du Palais des Nations lui apparaît dans une dimension éminemment symbolique. Nommé précisément en mai 1920 docteur honoris causa de l’université de Genève, il accepte cette distinction en soulignant le caractère pionnier de la ville de Calvin en matière de démocratie et en ancrant l’idée d’une Ligue des Nations pour le droit et la paix dans la tradition calviniste19.

  • 20 Ibid., p. 202.

30Il se définit ainsi comme un chrétien, comme un citoyen helvétique dont Genève est « la ville d’origine spirituelle » et Zurich l’une des sources de culture. De fait, il souhaite explicitement « poursuivre, par son action, une partie de l’œuvre de Zwingli, qui s’apparente à celle de Calvin20 ». Cette volonté explique plusieurs aspects de son engagement, les efforts de réconciliation entre la partie romande et la partie alémanique de la Confédération, mais – et surtout – la mise au service d’un prophétisme de type théocratique de la mémoire confessionnelle helvétique.

 

  • 21 Ibid., p. 201.

31Après les accords de Locarno d’octobre 1925, qui écartaient notamment la menace d’un conflit franco-allemand, Ragaz put croire possible la réalisation d’un désarmement unilatéral de la Suisse, désormais sans ennemi potentiel à ses frontières. Il proposa donc, suivi en cela par de nombreux socialistes – et par les communistes – la suppression pure et simple de l’armée, et l’affectation des crédits de défense militaire à des tâches de solidarité sociale. Les textes écrits à l’appui de ces prises de position, comme ceux qui salueront le pacte Briand-Kellogg mettant la guerre hors-la-loi trois ans plus tard, font apparaître la promotion de l’idée de paix universelle et celle d’un désarmement comme une mission spécifiquement suisse. Ragaz en appelle à la conscience patriotique de ses concitoyens pour les exhorter à honorer par leurs actes la mémoire de Zwingli, présenté comme un « berger spirituel de notre peuple, qui nous assigne la mission et le devoir de rappeler aux puissants de ce monde la loi divine, sans hésiter à ébranler leur conscience21 ».

  • 22 Cf. Leonhard von Muralt, « Zum Problem der Theokratie bei Zwingli » in Discordia Concors. Festgabe (...)

32On peut effectivement dire que Zwingli, qui se sentait membre de la Confédération et plus tard citoyen et patricien de la ville de Zurich, voyait le cœur de sa tâche d’annonciateur de l’Évangile dans le fait de porter la Réforme et l’Évangile sur le terrain de l’ordre politique et social22. Ainsi n’a-t-il pas, contrairement à Luther, séparé de manière nette les deux royaumes, spirituel et temporel. La conscience patriotique « suisse » de Zwingli est une réalité, le Réformateur étant né dans le district du Toggenburg, lié par traité avec Schwyz, l’un des cantons primitifs de la Confédération.

  • 23 On le sait, Zwingli ne recula pas devant la force, et préconisa une offensive contre les cantons so (...)

33Un certain christocentrisme avait poussé Zwingli à faire sien le double idéal du christianisme et de la lutte contre le mercenariat, notamment après l’expérience de la bataille de Marignan, au cours de laquelle il avait été aumônier des troupes suisses. Si Zwingli avait étudié et adopté une partie des thèses luthériennes, il a constamment lié les problèmes de la foi personnelle à ceux du salut du peuple, c’est-à-dire de Zurich et de la Confédération, avec les implications morales, sociales et politiques que cela comportait. Bien que l’on peine quelquefois à dater avec précision la rupture de Zwingli avec l’Église catholique, il existe une nette césure théologique en 1522, date à laquelle Zwingli renonça au mandat qu’il tenait de l’évêque pour se mettre à la disposition du magistrat. La réforme zurichoise prit alors la forme d’une église populaire (Volkskirche) bénéficiant de l’appui du pouvoir séculier. Mais cette absorption par le pouvoir temporel eut pour corollaire, à Zurich, l’affirmation des pasteurs comme conseillers spirituels, rôle que Zwingli lui-même a tenu. La conséquence en est que l’idéal religieux commun, puisé dans l’Écriture, est censé guider la vie sociale comme la vie ecclésiale. C’est dans ce sens qu’on a pu parler de théocratie dans le cas de Zwingli et de Zurich23. Si l’on ne retrouve pas, dans la pensée de Ragaz, la conviction optimiste de Zwingli pour qui les pouvoirs publics se hausseraient jusqu’à l’idéal évangélique (sur ce point Ragaz diffère car cet avènement reste du ressort divin), il reste qu’aucun des deux n’abdique la primauté du spirituel tout en préconisant aux chrétiens de vivre leur foi par un engagement temporel.

34Ragaz est lui aussi à la recherche d’une continuité entre règne de Dieu et règne du monde et, par là, met évidemment à mal la séparation luthérienne des deux royaumes. Dans ses critiques de cet aspect du luthéranisme, Ragaz tient en effet la séparation des deux règnes pour nuisible à l’évolution historique de l’Allemagne, mais aussi à la cause du Christ car elle signifie l’abandon de la revendication de Dieu sur toute réalité. Il convient, en effet, selon lui, de dépasser l’individualisme religieux.

35Dans l’héritage de Zwingli, c’est donc l’ouverture de l’Église au monde qui renverse la position luthérienne et cet esprit est pleinement revendiqué par la pensée politique, elle aussi théocratique, de Leonhard Ragaz.

 

36Le sens de la citation consignée par Romain Rolland nous est donc livré par l’analyse des écrits de Leonhard Ragaz ; il s’agit d’une prise de position contre les « idées de 14 » qui justifiaient d’une manière providentialiste le déclenchement du conflit en y voyant s’accomplir le destin allemand. Ragaz interprète ces idées dans le sens traditionnel d’un Sonderweg allemand tracé notamment par le Réformateur allemand et ses théories sur l’autorité civile. Cette opposition n’épuise cependant pas la pensée du théologien suisse ; la théologie du Royaume de Dieu qu’il développe dans le cadre de ses réflexions sur la société en guerre aboutit à une vision théocratique de la société et de l’État idéal, au sein duquel l’interpénétration des royaumes temporel et spirituel garantirait l’avènement de la justice et donc celui de la paix.

Notes

1 Romain Rolland, Journal des années de guerre, Paris, Albin Michel, 1952, p. 435-436.

2 Leonhard Ragaz, « Ein Wort über Christentum und soziale Bewegung », Schweizerische Protestantenblatt, 25. 04. 1903.

3 Cf. Leonhard Ragaz, Eingriffe in das Zeitgeschehen. Reich Gottes und Politik, Texte von 1900-1945. Hrsg. von Ruedi Brassel und Willy Spieler, Lucerne, Exodus, 1995, p. 20.

4 Après 1945, deux organes du mouvement socialiste religieux, Neue Wege et Aufbau coexistent et marquent la division politique du mouvement, Neue Wege étant moins radicalement anti-soviétique que Aufbau.

5 Ragaz se solidarisera, plus tard, avec les acteurs de la « Grève Générale », selon le nom propre qui désigne, dans l’histoire de la Confédération helvétique, les débrayages multiples et les manifestations ouvrières qui accompagnèrent la fin de la Première Guerre mondiale en décembre 1918 et fut l’une des crises majeures de l’État fédéral.

6 Eingriffe (note 3), p. 175.

7 Der Kongreß war ein Gericht über unser Christentum. […] Die Sozialisten haben getan, was die Christen hätten tun sollen. Eingriffe (note 3), p. 181.

8 Il écrit notamment : Wenn der Kapitalismus sich mit der Gewalt verbindet, so entspricht das seinem Wesen, aber wenn der Sozialismus es tut, so ist es Abfall von sich selbst ; es ist Untreue, und Untreue ist Selbstauflösung. Sozialistischer Mörtel, der mit Gewalt angerührt wird, hält schlecht. Eingriffe (note 3), p. 97.

9 Cf. « Warum ich meine Professur aufgegeben habe », Eingriffe (note 3), p. 50sq.

10 Ragaz, qui dans les années vingt, s’était employé à mettre au jour les convergences entre judaïsme et christianisme, déplore en premier lieu la compromission aveugle de ceux qui donnent la caution de la religion chrétienne à ce régime et met nommément en cause von Papen ; c’est du Livre de Daniel, par exemple, qu’il tire l’espoir (Daniel, 2, 21sq) que la chute de la barbarie est inéluctable, car le mal périra par l’intervention divine finale.

11 Cf. « Oktober 1938 », Eingriffe (note 3), p. 300.

12 Eingriffe (note 3), p. 100.

13 Comme Christoph Blumhardt (1842-1919), qui se vit rapidement marginalisé par sa lutte contre la Grande Guerre, Ragaz conçoit la paix comme « une partie de Dieu ».

14 Je reprends ici l’analyse, convaincante, de Klauspeter Blaser dans Le christianisme social, Paris, Van Dieren, 2003.

15 Eingriffe (note 3), p. 253-258. On notera que le singulier heurterait les historiens spécialistes de la question, mais la réflexion de Ragaz se situe à un autre niveau.

16 Jean-Jacques Becker et al, Guerres et Cultures. 1914-1918, Paris, Armand Colin, 1994, p. 60.

17 Lénine fustigea du reste à plusieurs reprises les prises de position de celui qu’il nommait le « pasteur pleurnichard ».

18 Cf. Leonhard Ragaz, « Welche Weltanschauung gehört zum Sozialismus ? », Eingriffe (note 3), p. 137-148.

19 Was einst aus religiöser Wurzel emporwachsend, zur Demokratie in den einzelnen Völkern geworden ist, muß nun zur Demokratie der Völkerwelt werden, dieses Ideal aber seinen Grund finden in jener Theokratie, deren menschliche Trägerin Genf in den Tagen seiner größten geschichtlichen Höhe war und die immer Freiheit bedeutete. Christine Ragaz et al., Leonhard Ragaz in seinen Briefen, 2. Band : 1914-1932, Zurich, Theologischer Verlag, 1982, p. 203.

20 Ibid., p. 202.

21 Ibid., p. 201.

22 Cf. Leonhard von Muralt, « Zum Problem der Theokratie bei Zwingli » in Discordia Concors. Festgabe für Edgar Bonjour zu seinem siebzigsten Geburtstag am 21. August 1968, Basel, Helbing & Lichtenhain, 1968, tome II, p. 369-390.

23 On le sait, Zwingli ne recula pas devant la force, et préconisa une offensive contre les cantons soutenus par les Habsbourg. Au lendemain du désastre de Kappel en 1531, les pasteurs renoncèrent à toute ingérence dans les affaires civiles.

Auteur

Professeur de littérature et civilisation germaniques à l’suniversité Lumière-Lyon 2. Vice-présidente de la Société des Études Germaniques (Paris) et membre du comité de lecture de la revue ; membre du « comité de pilotage » du CIERA ; directrice de la collection « Regards sur l’Allemagne » aux Presses universitaires de Lyon.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search