Version classiqueVersion mobile

De la guerre juste à la paix juste

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Françoise Knopper
, 
Anne-Marie Saint-Gille

II. Ruptures et changements de paradigme avant 1933

De Campo Formio à Lunéville : Bonaparte, héros de la paix. Aux origines du mythe du Sauveur

Alain Ruiz

Texte intégral

  • 1 Cité par Richard Friedenthal, Goethe. Sein Leben und seine Zeit, München, Piper, 1963, p. 577.

1Napoléon ! Le seul fait de prononcer ce nom suffit à faire retentir des noms de batailles qui appartiennent à la légende de l’époque où le premier empereur des Français entrait triomphalement à la tête de sa garde dans les capitales conquises du vieux continent, de Vienne à Berlin et de Madrid à Moscou, après avoir, jeune général républicain, porté la gloire de la Grande Nation sur la péninsule italienne et au pays des Pharaons. Des noms de victoires éclatantes – Arcole, Rivoli, les Pyramides, Marengo, Austerlitz, Iéna, Wagram –, mais aussi des noms de défaites retentissantes – la Bérézina, Leipzig, Waterloo –, des défaites qui n’ont cependant en rien entamé l’image de grand homme de guerre qui s’est attachée au nom de Napoléon dès son apparition sur la scène du monde. Cela, au point d’effacer pour la postérité l’autre image qu’il donna aussi de lui et qui lui valut auprès de ses contemporains, particulièrement auprès des Allemands, une popularité au moins aussi grande que la première : l’image d’un homme de paix. En 1812 encore, à la veille de la campagne de Russie, nombreux étaient toujours outre-Rhin ceux qui auraient pu reprendre le jugement porté à ce moment par Goethe sur l’empereur français au zénith de sa gloire : « Celui qui peut tout vouloir veut aussi la paix1. »

  • 2 Jean Tulard, Le mythe de Napoléon, Paris, Armand Colin, 1974, p. 85-92. Cf. infra note 57.

2On n’oublie que trop que le « dieu des batailles » Napoléon – si curieux que cela puisse paraître à première vue – a été glorifié, dès sa campagne d’Italie et jusqu’au Consulat, au moins autant comme héros de la paix que comme guerrier. Plus curieux encore que cette image du héros de la paix se soit associée, dans certains cas, à la figure du Christ, sans que l’on puisse dire que les protestants aient eu plus tendance que les catholiques – ou inversement – à procéder à cet amalgame. Ainsi se constituèrent les premiers éléments d’un nouveau mythe du Sauveur, qui était appelé à devenir, après la mort de l’exilé de Sainte-Hélène, un thème important de la légende napoléonienne2.

3Sans doute le Siècle des lumières a-t-il été marqué en Europe par un vaste mouvement de laïcisation de la vision du monde et par un effort non moins remarquable, de la part des représentants de l’élite intellectuelle, pour en expliquer rationnellement les phénomènes, tant dans le domaine de la nature que dans celui des sociétés humaines. Mais comment aurait-il pu y avoir aussi changement profond dans la mentalité et les réactions du commun, prisonnier d’habitudes ancestrales d’origine religieuse, face à un problème vieux comme le monde tel que celui de la guerre ? On constate qu’au XVIIIe siècle, une grande majorité de gens, notamment en Allemagne, continuait à considérer cette calamité, en définitive, moins comme le résultat de conflits d’intérêts humains que comme un cataclysme naturel ou comme un fléau voulu de Dieu pour punir le monde de ses péchés et contre lequel il n’y avait rien d’autre à faire qu’à s’en remettre à sa miséricorde. D’où, face à ce malheur, une attitude en général fataliste, se traduisant en jérémiades et en vœux appelant le moment béni où, pour reprendre des métaphores familières aux lettrés de ces temps férus de mythologie gréco-latine, cesseraient enfin les maux répandus sur la terre par Mars et Bellone. Ainsi la paix de Westphalie, mettant fin en 1648 à la guerre de Trente Ans, avait-elle été accueillie comme un « vrai miracle du monde », et c’est en définitive moins le produit de tractations politiques humaines que l’effet d’interventions divines que l’on était encore enclin à voir dans les traités de paix qui, au siècle suivant, mirent fin aux conflits européens, de la guerre de Succession d’Espagne aux guerres de Succession d’Autriche et de Sept Ans. D’où la tendance à voir dans les hommes à qui l’on devait ces bienfaits des instruments de la Providence envoyés du ciel sur la terre pour délivrer les humains du plus grand des maux.

  • 3 Adolf Wohlwill, Weltbürgertum und Vaterlandsliebe der Schwaben, insbesondere von 1789 bis 1815, Ham (...)

4Qu’une telle vision des choses ait été encore à l’époque des guerres de la Révolution, en Allemagne, le signe d’un manque persistant de culture politique dans de vastes secteurs de la population : voilà qui ne fait pas de doute, même s’il est indéniable qu’une opinion publique au sens moderne du terme était née outre-Rhin dans les deux décennies qui précédèrent la Révolution française. Pour l’immense majorité des sujets allemands, l’affrontement militaire de l’Europe de l’Ancien Régime avec la grande nation citoyenne des « Nouveaux-Francs » qui commença en 1792 ne devait jamais être, comme au temps de ces « guerres de cabinet » qui se faisaient, dit-on, « en dentelle », autre chose que l’affaire des princes. Une affaire, dont, même quand on ne versait pas son sang comme soldat, il fallait payer les frais en ayant à subir les misères qui frappaient aussi, et même plus encore, les populations civiles sans défense dans les contrées désolées par les armées combattantes. Tel était le cas pour celles de l’Allemagne du Sud, depuis 1794 le principal théâtre de la guerre franco-autrichienne, qui se poursuivit après que la Prusse eut signé avec la République française à Bâle, le 5 avril 1795, un traité de paix séparé, dont bénéficièrent aussi les États de l’Allemagne moyenne désormais neutres. D’autant plus grande était, depuis lors, la nostalgie de la paix qui se manifestait dans la moitié sud du Saint-Empire, surtout en Souabe. En témoignent éloquemment bien des correspondances, des articles de presse et autres témoignages écrits de l’époque3.

  • 4 Immanuel Kant, Zum ewigen Frieden. Ein philosophischer Entwurf, Königsberg, 1795.

5En 1795, Kant publia dans le climat de détente né, pour la moitié nord de l’Allemagne, de la conclusion de la paix de Bâle, son célèbre « projet philosophique » Pour la paix perpétuelle, dont les milieux intellectuels d’outre-Rhin bourdonnaient toujours quand Bonaparte entama au printemps 1796 sa campagne d’Italie et couvrit en quelques mois son nom d’une gloire sans pareille4. Profitant de l’épuisement des Autrichiens, il s’apprêtait à se lancer à travers les Alpes orientales en direction de Vienne, quand, au début de 1797, le « Sage de Königsberg » fit paraître ses Premiers principes métaphysiques de la doctrine du droit, où il écrivait en conclusion :

  • 5 Id., Metaphysische Anfangsgründe der Rechtslehre, Königsberg, 1797.

La question n’est donc plus de savoir si la paix perpétuelle est une chose concevable ou non […], mais il nous faut agir comme si elle l’était […], il nous faut travailler à l’instaurer pour mettre fin […] à la conduite de guerres désastreuses. Et même si cela devait rester un vœu pieux, nous ne nous trompons certainement pas en acceptant l’idée d’une action inlassable dans ce sens, car c’est là le devoir5.

6C’est un langage semblable qu’à sa manière Bonaparte tenait au même moment. Soucieux de soigner sa popularité et déjà grand maître dans l’art de la propagande, il écrivait, dans des lettres destinées à connaître la plus grande publicité, à l’empereur germanique François II de Habsbourg :

  • 6 Napoleon Ier, Correspondance. Publiée par ordre de l’empereur Napoléon III, t. 2, Paris 1859, p. 43 (...)

Majesté, l’Europe veut la paix. Cette guerre désastreuse dure depuis trop longtemps. […] Je désire que Votre Majesté soit sensible aux malheurs qui menacent ses sujets et rende le repos et la tranquillité au monde6.

7et, le 31 mars 1797, à l’archiduc Charles d’Autriche qui ne pouvait contenir la progression de l’armée française d’Italie au cœur des États héréditaires des Habsbourg :

  • 7 Ibid., p. 568-569, no 1663, Klagenfurt, 11 germinal an V (31 mars 1797).

Monsieur le général en chef, les braves militaires font la guerre et désirent la paix. Celle-ci ne dure-t-elle pas depuis six ans ? Avons-nous assez tué de monde et commis assez de maux à la triste humanité. Elle réclame de tout côté. […] Êtes-vous décidé à mériter le titre de bienfaiteur de l’humanité entière et de vrai sauveur de l’Allemagne ? […] Si l’ouverture que j’ai l’honneur de vous faire peut sauver la vie à un seul homme, je m’estimerai plus fier de la couronne civique que je me trouverais avoir méritée que de la triste gloire qui peut revenir des succès militaires7.

  • 8 Ibid., p. 575-577, no 1667, Klagenfurt, 12 germinal an V (1er avril 1797).

8Même souci, dans la proclamation bien calculée pour frapper l’opinion que Bonaparte lança alors au peuple de Carinthie, de se présenter comme porteur de paix à la tête d’une armée française, « amie de toutes les nations, et particulièrement des peuples de Germanie8 ».

  • 9 Titre d’une revue d’actualité allemande de l’époque : Annalen der leidenden Menschheit (« Annales d (...)

9On sait que l’offre de paix, qui mena des préliminaires signés à Leoben, le 18 avril 1797, au traité de Campoformio conclu le 17 octobre suivant, fut dictée à Bonaparte avant tout par la conscience qu’il lui était impossible, en dépit de son avancée victorieuse vers Vienne, de résoudre seul le conflit militaire avec l’Autriche. Cependant, quel qu’ait pu être le jugement des hommes politiques sur les raisons véritables du pacifisme qu’il affichait, il apparaissait alors aux masses, non plus seulement comme un homme de la guerre, mais aussi comme l’homme de la paix tant attendue, prometteuse de temps meilleurs pour l’« humanité souffrante9 ».

  • 10 Alain Ruiz, « 1796-7797 : Bonaparte en Italie vu par un périodique allemand de l’époque, les Europä (...)
  • 11 Friedrich Ludwig Posselt, Briefe an Cotta. Hrsg. von Maria Fehling, Stuttgart, Berlin, 1925, t. 1, (...)
  • 12 Ibid., lettre de Karslruhe, 25 avril 1797.
  • 13 Friedrich Lehne, « Dem Helden Napoleon Buonaparte », Mayence, Pluviôse an VI. Le poème parut d’abor (...)

10Réaction à l’annonce de la conclusion des préliminaires de Leoben, voici une voix allemande parmi bien d’autres, mais une voix remarquable, celle d’un des publicistes d’outre-Rhin les plus en vue de l’époque, Ernst Ludwig Posselt, rédacteur des Europäische Annalen (« Annales européennes »)10. Ce Badois gagné aux idéaux de 1789, qui, depuis le début, avait suivi avec enthousiasme les exploits militaires et politiques de Bonaparte en Italie11, écrivait de Karlsruhe, le 19 avril 1797, à son éditeur Cotta, à Tübingen : « Ici, tout le monde exulte d’apprendre la paix avec l’Autriche12 », et il ajoutait quelques jours plus tard : « En effet, à cette heure commence une nouvelle ère politique13. » Ce qui, à ses yeux comme à ceux de bien d’autres admirateurs du vainqueur d’Arcole, se confirma six mois plus tard, quand celui-ci signa le traité de Campo Formio et apparut dans tout l’éclat d’un héros humain qui avait eu la grandeur – pour le dire dans le style volontiers pompeux alors à la mode – d’« échanger son glaive triomphant contre le rameau d’olivier ».

11Ainsi le présentait par exemple l’ex-jacobin mayençais et ardent républicain Friedrich Lehne dans son poème Au héros Napoléon Buonaparte :

Porteur de paix, sois loué,
La reconnaissance
Le laurier verdit, la palme pousse
Pour toi, noble fils de la gloire.
Même aux cohortes les plus braves
Redoutable était ton nom.
Les peuples, par toi libérés,
T’aiment, te louent, te bénissent.

Étonnée, l’Europe regarde
Le tableau de tes exploits.
Tous cherchent à deviner
Comment un seul homme peut tout ainsi ;
Comment, si terrible au combat,
Si grande dans le danger et la victoire,
Ta dextre, habituée au combat,
A aussi fermé le temple de Janus.

12Et après avoir évoqué le héros, drapeau tricolore à la main, forçant la victoire sur le pont de Lodi, à Arcole et dans d’autres batailles encore :

Elle est belle, certes, la couronne de lauriers
Qui ceint ton jeune front,
Mais plus belle est celle qu’en récompense
L’humanité te décerne ;
Plus belles sont les palmes
Dont elle enroula ton glaive,
Quand, au soir de ce siècle,
Grâce à toi, elle trouva la paix

13Et, pour terminer, après avoir encore exhorté le nouveau Persée à libérer Andromède de l’Angleterre, « tyran des mers » :

  • 14 Ode auf Buonaparte, v. O., Jahr VI (1798). Cf. Holzhausen (note 13), p. 5.

Toi qui donnes la paix, sois loué !
Entend notre chant de grâces !
Ne fais pousser que des palmes autour de toi,
Et achève vite la chanson de gestes14.

14De même, dans cette ode, répandue sur feuille volante, dont l’auteur anonyme, après avoir évoqué les horreurs de la guerre comme un violent orage après lequel revient le charme d’une nature apaisée, montre Bonaparte, « le fils des dieux », suivant « l’impulsion du génie » au milieu des batailles et préparant déjà la paix :

Mais, loin d’aimer le sang, son œil perle
De la belle larme de l’amour des hommes.
La compassion n’ennoblit-elle pas encore plus le héros ?
La branche d’olivier ne se marie-t-elle pas, belle fiancée, au fier laurier ?
Il s’est battu ! Halte ! Humain,
Le héros arrête d’un signe la destruction. Et voilà,
Son épée est rentrée au fourreau. Noble,
Grand dans l’humain, le vainqueur offre la palme de la paix.

15Et après avoir encore jeté un regard sur les champs de bataille et les jeunes républiques fondées par Bonaparte de l’autre côté des Alpes :

  • 15 Holzhausen (note 13), p. 5.

Homme superbe, […] tu m’apparais ami,
Tel un génie tutélaire. Un beau jour ne point-il pas
Pour nous, grâce à toi, ô toi qui fonde la paix ?
Étonné, ton temps te regarde. Sur les tables d’or de l’immortalité
La postérité écrira un jour, juge au regard sévère,
Et elle te fera ovation : Grand, oui, grand
Il fut pour les délices de l’humanité15.

16Il est indéniable que le prestige de Bonaparte avait atteint un premier sommet quand, une fois signé avec l’Autriche le traité de Campo Formio, il foula pour la première fois le sol de l’Allemagne, se rendant par la Suisse à Rastatt, où il devait prendre part, comme « premier plénipotentiaire de la République française », au congrès de paix générale avec l’Empire germanique. Le voyage fut une marche triomphale. Partout, un accueil délirant attendait l’homme providentiel auquel on devait enfin la paix. Partout, couronnes et bouquets de fleurs, ovations, allocutions de bienvenue et poèmes dithyrambiques. À Berne, une certaine madame Langhans-Stettler en composa un – plus que médiocre échantillon de ce genre de vers de circonstance – qui fut remis au héros, à son entrée dans la ville :

  • 16 Ibid., p. 4.

Bienvenue, des cimes des Alpes,
Dans notre pays libre !
Ô toi, héros porteur de paix,
Le rameau d’olivier à la main. […]
Il se hâte, le héros, qui, pour son peuple
Veut établir la paix. […]
[…] Oui, salut à toi, tu n’as pas été
Conquérant seulement ;
Les peuples d’Italie te louent,
Tu leur as dit d’être heureux.
[…] Tu ne fais pas la guerre à un peuple libre,
Qui aime le droit et la vérité,
Qui aide le pauvre, protège l’ innocence
Et pratique la vertu.
Non, tu n’as soif que de paix,
Aussi, que la paix soit tienne16 […]

17Le congrès de Rastadt s’ouvrit au début décembre 1797 avec les représentants des princes du Saint-Empire, devant lesquels Bonaparte fit parade, non de ses victoires, mais de son amour de l’humanité et de son désir de donner la paix aux peuples. C’est ainsi, par exemple, qu’il dit publiquement à l’envoyé de Saxe, comme le rapporte un témoin :

  • 17 Johann Georg Heinzmann, Meine Frühstunden in Paris. Beobachtungen, Anmerkungen und Wünsche Frankrei (...)

Oui, croyez-moi, je connais toutes les horreurs de la guerre, mais qui nous empêche de faire ici la paix immédiatement et de faire le bonheur de l’Allemagne et de la France ? En vingt-quatre heures on règle beaucoup de choses, et combien plus parvient-on à faire en vingt-quatre jours17 !

  • 18 Michel Poniatowski, Talleyrand et le Directoire, Paris, Perrin, p. 411. Cf. Luigi Mascilli Migliori (...)

18Mais Bonaparte comprit tout de suite qu’il n’avait aucune gloire à tirer des difficiles négociations qui s’annonçaient. Aussi se hâta-t-il de rejoindre Paris où il arriva le 5 décembre 1797 et fut accueilli en triomphe. Lors de la cérémonie organisée le 10 décembre pour la ratification solennelle du traité de Campo Formio, le ministre des Affaires étrangères Talleyrand évoqua devant une assemblée enthousiaste « le libérateur de l’Italie et le pacificateur du continent18 » ; la presse l’encensait aussi comme tel, et c’est de cette époque que datent les premières associations de son image avec celle du Christ.

  • 19 Alain Ruiz, « “Regulator der Geschicke der Welt”. Carl Friedrich Cramer und Napoleon », dans « Ein (...)
  • 20 Ibid., lettre datée de Paris, 8 janvier 1798.

19Dans une lettre adressée à un ami le 7 décembre 1797, un professeur allemand révoqué à l’université de Kiel pour ses sympathies révolutionnaires et qui vivait depuis deux ans en exil à Paris comme libraire-éditeur, Carl Friedrich Cramer, appelait le vainqueur d’Italie, dont il fut un des admirateurs germaniques les plus ardents, « le Sauveur du monde Bonaparte19 ». Peu après, il rapportait au même ami une curieuse anecdote : une vieille femme, à Paris, avait, disait-on, collé sur une gravure représentant Jésus en croix un portrait de Bonaparte de manière telle qu’au-dessous n’apparaissait plus que la légende Salvator mundi et « un petit bout de la queue du serpent20 ». Au même moment paraissait outre-Rhin, dans la revue Neue Weltkunde (« La nouvelle cosmologie »), un poème pour rire du poète alsacien Gottlieb Conrad Pfeffel, Nouveau projet de paix entre la France et l’Allemagne, évoquant Bonaparte et les diplomates de l’Empire germanique négociant au congrès de Rastatt le mariage d’un jeune Allemand et d’une jolie Française pour fonder la paix et « le salut de toute la chrétienté » :

  • 21 G. C. Pfeffel « Neues Friedensprojekt zwischen Frankreich und Deutschland », Neue Weltkunde, no 40, (...)

Les voilà siégeant là-bas, le héros des Francs
Et l’armée des diplomates d’Allemagne,
Appliqués, au nom des deux États,
Pour le salut de toute la chrétienté,
De forger un instrument de paix,
Pour les enfants et petits-enfants21.

20Et voici encore, datant de la même époque, une farce intitulée La Passion ou le congrès de Rastadt, due à une plume allemande anonyme, où Bonaparte est présenté au milieu des diplomates germaniques comme Jésus au milieu des marchands du temple :

  • 22 Die Passion oder der Kongress zu Rastadt, s. l., 1798. À noter que l’auteur présente ici le Reich c (...)

Et voici, Bonaparte accomplit ces choses : les grands-prêtres, les scribes et les pharisiens se rassemblèrent dans une ville alors nommée Rastadt et ils tinrent conseil, et ils y délibérèrent pour savoir comment ils s’empareraient par ruse du Saint-Empire et le mettraient à mort22.

  • 23 Tulard (note 2), p. 31-32.

21Comment expliquer, de façon très générale, de tels rapprochements plus ou moins pertinents entre Bonaparte et Jésus Christ ? Sans doute peut-on penser que le général français comblait l’espèce d’attente messianique qui habitait encore à cette époque les amis de la République du fait qu’en délivrant les Italiens de l’Ancien Régime et en faisant d’eux les citoyens de jeunes États libres, il était apparu en Italie comme un messager de l’Évangile des temps nouveaux proclamé en 1789. Mais on ne saurait ignorer le rôle certain que joua aussi dans ce contexte la propagande personnelle de Bonaparte lui-même, qui, durant la campagne d’Italie, ne veilla pas seulement à forger déjà sa légende militaire par ses proclamations à l’armée et ses bulletins de victoires23. Dans ses rapports officiels, en effet, il ne manqua pas non plus de donner la plus grande publicité à ses actes politiques, en particulier aux leçons qu’il entendait administrer aux représentants du pape en leur rappelant le précepte de l’Évangile, selon lequel on doit rendre à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César. Ainsi reprocha-t-il au cardinal Mattei, « l’oubli d’un principe dont, écrivait-il, vous avez trop de lumières et de connaissance de l’Évangile pour ne point être convaincu : que tout prêtre qui se mêle des affaires politiques ne mérite point les égards qui sont dus à son caractère ». Et de poursuivre :

  • 24 Napoleon (note 6), p. 17, no 1036, Milan, 5 vendémiaire an V (26 septembre 1796. Cf. aussi lettre a (...)

Rentrez dans votre diocèse, pratiquez-y la vertu que l’on vous accorde unanimement, mais ne vous mêlez jamais de la politique d’un État. Soyez sûr, du reste, que le clergé et tous les gens qui se dévouent au culte seront spécialement protégés par la République française24.

  • 25 Hüffer (note 22), t. 1, p. 7 ; Sorel (note 22), p. 269.

22De même à Rastadt, où il traita rudement les ministres des princes ecclésiastiques et apostropha en particulier le comte de Stadion, qui se présentait en chanoine de Wurtzbourg, en lui demandant comment les évêques allemands pouvaient, au regard de l’Évangile, être à la fois des ecclésiastiques et des guerriers. Et ces archevêques-princes électeurs de Trèves, Cologne et Mayence, qui parlaient toujours du royaume du ciel ! Ne savaient-ils donc pas que, selon Jésus, les riches n’entreront pas au royaume de Dieu25 ?

  • 26 Napoleon (note 6), t. 5, p. 519-520, no 4097 : ordre du jour, Quartier général, devant Acre, 29 ger (...)
  • 27 Ibid., p. 528, no 4107 : ordre du jour, Quartier général, devant Acre, 2 floréal an VII (21 avril 1 (...)
  • 28 Jean Tulard (dir.), Histoire de Napoléon par la peinture, Paris, Belfond, 1991, p. 37.

23Un halo vaguement christique auréolait donc le héros de la paix Bonaparte déjà plus ou moins à la veille de son départ pour la campagne d’Egypte, qui devait le mener sur les pas de Jésus en Palestine. En effet, passé en Syrie au mois de février 1799 pour affronter l’armée turque qui se préparait à reconquérir l’Égypte et ayant pris Gaza, puis Jaffa, pour aller assiéger Saint-Jean-d’Acre, il dut se porter au cœur de la Galilée. Le 16 avril 1799, il repoussait une armée ennemie très supérieure en nombre au pied du mont Thabor et se rendit ensuite à Nazareth, où les moines du monastère lui offrirent l’hospitalité pour la nuit. Le lendemain, il revint sur le champ de bataille, fit peut-être l’ascension du mont Thabor, où la tradition place la « transfiguration du Christ », et organisa la défense de la ligne du Jourdain, où le Messie, jadis, reçut le baptême. Dans ses ordres du jour et rapports au Directoire, on trouve alors encore d’autres noms de lieux, comme Cana et Tibériade, rappelant encore le souvenir de Jésus26. Sans doute ce nom n’apparaît nulle part dans ces documents officiels, mais comment douter un instant que Bonaparte, avec le sens de la publicité qui était le sien, n’a pas cherché, implicitement, à exploiter à son profit les souvenirs du Nouveau Testament attachés à la personne du Sauveur ? Est-ce pur hasard, par exemple, qu’il ait proposé un prix pour le meilleur tableau qui représenterait justement le combat de Nazareth, où son fidèle lieutenant Junot, à la tête de 300 braves, avaient repoussé 3 000 cavaliers ennemis27 ? Que d’harmoniques, en effet, autour de ce seul nom de la ville où la Sainte Famille vécut depuis son retour d’Égypte jusqu’au baptême de Jésus ! En 1802, Bonaparte, Premier consul, ne fera-t-il pas de même la commande officielle au peintre Gros d’un tableau devant montrer le général en chef de l’armée d’Égypte, pendant l’expédition de Palestine, visitant le 11 mars 1799 les pestiférés de Jaffa dans la cour d’une mosquée convertie en lazaret et prêt, comme le Christ et les rois thaumaturges, à opérer des guérisons miraculeuses en touchant les bubons des soldats moribonds qui le regardent comme leur sauveur28.

24Le passage du vainqueur des Pyramides en Terre sainte et l’utilisation qu’il en fit à des fins de propagande personnelle ne purent manquer de projeter sur son image des reflets de l’histoire de Jésus, mais ce n’est que de son retour d’Égypte, en octobre 1799, que date vraiment l’éclosion du mythe du nouveau Sauveur qui était appelé à devenir un thème important de la légende napoléonienne. En effet, tandis qu’il était encore à se battre contre les Turcs dans les sables du Proche-Orient, une nouvelle coalition infligeait en Europe de sévères défaites aux armées françaises, inquiétant en Allemagne les amis de la République, dont plus d’un tournaient maintenant leurs regards vers celui qui leur semblait le seul à pouvoir rétablir la situation. Ainsi le poète rhénan et sincère partisan de la France Karl Geib s’écriait alors dans une ode dédiée au général en chef de l’armée d’Égypte :

  • 29 « An Buonaparte », Journal der neuesten Weltbegenbenheiten, Hambourg und Altona, 1799, Heft 2, p. 9 (...)

Mais voilà qu’impatient, mon regard se tourna bientôt vers l’est,
Souhaitant ton retour pour le salut des peuples ;
Car, dans les campagnes de l’Hespérie,
Bruissait l’aile du noir démon. […]
O Buonaparte, m’écriai-je, que n’es-tu de retour !
Le sang baigne la plus belle contrée du monde sous les nuages de la nuit !
Viens, toi qui conquiers les cœurs, et que ton génie sublime
Apaise les flammes du brasier mugissant29.

25Et c’est aussi le poète germano-danois Jens Baggesen, autre fervent partisan de la Grande Nation, qui, alors en excursion dans les Alpes, composait du haut du grand Saint-Bernard, où le Premier Consul, en route vers Marengo, devait bientôt passer, une ode évoquant le héros au pays des Pyramides :

  • 30 Jens Baggesen, Poetische Werke in deutscher Sprache. Hrsg. von Carl und August Baggesen, t. 2, Leip (...)

[…] O toi, prince des héros, sauveur du monde,
Que je cherchais en vain sur la cime du Saint-Bernard,
Sur les hauteurs et les abîmes des vastes alentours
Reviens vite ! vite ! hâte toi, les râles de l’Europe t’appellent30 !

  • 31 Cité dans Paul Holzhausen, « Literatur-und Stimmungsbilder aus den ersten Koalitionskriegen, IV », (...)
  • 32 Anonyme, Der neu entstandene ägyptische Prophet Bonaparte. Cité dans Ludwig Geiger, Berlin, 1688-18 (...)

26Alimentant un besoin de paix croissant en Allemagne, dont la partie sud était à nouveau un des principaux théâtres d’opération et attisant l’attente d’un héros providentiel qui apporterait enfin la paix, la situation était devenue plus que critique quand Bonaparte revint d’Egypte à l’automne 1799 et ranima partout les espoirs des amis de la République. Ainsi Caroline Schlegel, prêtresse révolutionnaire du romantisme allemand, écrivait à sa fille : « Bonaparte est à Paris ! O, mon enfant ! Songe que tout va bien à nouveau31. » Une feuille volante, portant le titre curieux Le prophète égyptien ressuscité Bonaparte, circulait alors à Berlin, racontant qu’un énorme dragon qui désolait le pays serait tué par un « homme inspiré, hautement illuminé par Dieu, dont vient tout le bien32 ». Et tout alla en effet si bien que, nouveau saint Georges, Bonaparte, revenu du pays des Pharaons, tua l’hydre à cinq têtes du Directoire et prit le pouvoir en France comme Premier consul.

  • 33 Un exemplaire de cette lithographie est conservé au musée du Vieux-Marseille. Reproduction dans le (...)

27C’est justement dans la position de saint Michel terrassant le dragon qu’une lithographie de l’époque, coloriée en bleu, blanc et rouge, présente le nouveau maître de la France au pied de la Croix33. Et c’est à la même image que renvoie aussi cette Ode à Bonaparte, inspirée à Jens Baggesen par le 18-Brumaire. Voyant dans ce coup d’État un événement concernant pas seulement les Français, mais l’humanité civilisée tout entière, ce fervent cosmopolite appelait la « troupe réunie des personnes cultivées » dispersées dans toute l’Europe à chanter en chœur un hymne à la gloire du héros, sauveur des peuples :

  • 34 Baggesen (note 30), p. 84-85. Cité dans Holzhausen (note 31), p. 6.

Terre ! Le jour brille pour toi après neuf interminables nuits !
Le héros des héros s’est avancé,
Et voilà que son pied puissant
Marcha sur les cinq têtes du dragon cabré de l’anarchie !
Le monstre sursauta, enfla et enfla encore, éclata,
Se fit fumée, et un souffle
Du vainqueur en marche l’emporta34.

28Ressenti comme un événement providentiel, le coup d’État du 18 Brumaire fut accueilli avec satisfaction par l’immense majorité des contemporains qui y voyaient la promesse d’un retour à l’ordre et d’une stabilisation prochaine d’une situation trop dangereusement mouvante depuis 1789, tant en France qu’en Europe. Républicain sincère, le publiciste d’Altona Piter Poel observait, en faisant référence à la morale de Kant :

  • 35 Aus Friedrich Heinrich Jacobis Nachlass. Ungedruckte Briefe von und an Jacobi und andere. Hrsg. von (...)

Si Bonaparte avait consulté l’impératif catégorique, il n’aurait pas exécuté le coup d’État auquel l’Europe entière a cependant applaudi, et s’il devenait vraiment le sauveur de la France, le fondateur de la paix générale et le restaurateur de l’ordre public, je devrais penser que même le père dudit impératif ne pourrait que lui pardonner au fond de son cœur la grave atteinte qui lui a été faite35.

29De fait, Bonaparte apparut d’emblée, sous le drapé républicain d’un consul romain, comme le dompteur des forces chaotiques de la Révolution et le seul dont on pouvait aussi attendre la paix à l’heure où la guerre se poursuivait encore en 1800, en Italie et en Allemagne du Sud.

  • 36 Karl Theodor Heigel, « Das Projekt einer süddeutschen Republik im Jahre 1800 », Historisches Tasche (...)

30Là, du Pays badois et de la Souabe jusqu’à la Bavière, un mouvement visant à la création, d’une république d’Allemagne du Sud sous protectorat français se développait, porté par des « jacobins » qui plaçaient tous leurs espoirs dans le Premier consul. Une parodie du Notre Père, qui circulait alors à Munich, commençait ainsi : « Notre Père Bonaparte, qui êtes aux cieux de la gloire et de l’honneur, que votre nom soit sanctifié au temple de la liberté36.» De même, une brochure, parue encore en Bavière vers la fin septembre 1800 sous le titre Les sujets d’Allemagne du Sud à propos de la guerre et de la paix avec la France adressait à « Bonaparte, citoyen Consul » l’instante prière de délivrer les paysans de leurs tyrans et se terminait par ces mots :

  • 37 « Die süddeutschen Untertanen über Krieg und Frieden mit Frankreich », dans Heinrich Scheel, Jakobi (...)

Bonaparte, qui est le seul à avoir donné la liberté à tant de peuples, exaucera aussi nos justes prières, il fera de leur réalisation des conditions de la paix et méritera alors le nom de bienfaiteur du monde. […] Lui qui commande sur l’heure la paix à l’Europe exaucera aussi les prières de millions de paysans, car, ce faisant, il fonde le bonheur des peuples, la sécurité des gouvernements avec lesquels il veut conclure la paix.
Bonaparte, fais ton œuvre, […] les peuples de l’Allemagne du Sud espèrent, ils ont confiance en toi37.

31Et c’est encore, dans un recueil intitulé Chants nationaux bavarois à la fin du XVIIIe siècle et dans la dernière année de la servitude paru en septembre-octobre 1800, ce poème anonyme de dix-huit strophes à la gloire de Bonaparte que « la main sûre de la Providence a placé à la tête des légions de la France ». Le grand homme, dont « la vie riche en actes est un prodige » y apparaît dans la lumière d’une vision mystique, tel le Messie dans toute sa gloire :

  • 38 Parus en septembre-octobre 1800, les Bayerische Nationallieder am Ende des achtzehnten Jahrhunderts (...)

[…] O divine Providence ! Ton esprit descend sur terre ;
La lumière se fait devant mes yeux,
Un frisson sacré me parcourt
À la vue de cette apparition céleste.
Je vois Bonaparte devant moi,
Non dans l’habit d’un mortel de cette terre ;
Dégagé de tous les liens de la vie,
Son esprit libre baigne dans une sublime clarté.
Au-dessus de tous les honneurs terrestres,
Je vois en lui le génie du Créateur
Remplir sa mission divine. […]
Conquérir la paix pour le monde entier,
Voilà le devoir sacré de son existence. […]
[…] Et achever ainsi le bonheur de l’humanité
Pour lequel Dieu l’a créée ici-bas,
La Providence le confie aux mains de Bonaparte,
C’est la haute mission de sa vie38.

32À la même époque, Jens Baggesen entreprit une épopée en hexamètres intitulée Napoleon, où, la nuit, Virgile apparaît en rêve au poète et l’exhorte à chanter « l’homme-dieu » venu sur terre pour le salut de l’humanité :

Une vie divine lui est dévolue, il parle en prophète,
Lui-même un dieu, il règne avec les dieux. Au héros des héros
Les héros rendent hommage et devant lui, l’étoile, les astres s’inclinent.[…]
Il anéantira l’engeance des vipères, arrachera la racine de l’arbre vénéneux
Et répandra alentour la semence de la paix éternelle. […]

33Et de poursuivre :

  • 39 Gottlieb Mohnicke, Napoleon. Stimmen aus dem Norden und Süden, Stralsund, Löffler, 1829, p. 58-59. (...)

Chante-le au monde d’aujourd’hui plein d’admiration,
Chante-le au monde de demain plein d’étonnement,
Dis comment, luttant pour le salut des Gaules et la délivrance des peuples,
[…] triomphant dans trois parties du monde, Il fonda la liberté, conquit la paix et força l’ennoblissement de l’humanité.[…]
Jamais homme-dieu, aussi rayonnant, n’a invité au chant
Et jamais appelé d’une voix si puissante à changer le monde39.

  • 40 Cf. Paul Holzhausen, « Stimmungsbilder aus den Tagen von Lunéville », Beilage zur Vossischen Zeitun (...)

34Comme déjà pendant la campagne d’Italie de 1796-1797, avant Leoben et Campo Formio, de nombreux poèmes d’auteurs aujourd’hui oubliés disaient alors à nouveau en vers plus ou moins habiles, mais avec une réelle ferveur, l’attente du bienfait divin de la paix. C’est là un des thèmes les plus fréquents de la plus qu’abondante littérature en vers et en prose suscitée par le passage du XVIIIe siècle, qui s’achevait dans le sang, au XIXe dont on espérait qu’il apporterait enfin la paix au monde40.

35Voici cet anonyme qui, après avoir évoqué les horreurs de la guerre, s’adresse directement à Bonaparte, le « héros de deux siècles » :

Consul, entend la voix de l’humanité souffrante !
Ô, entends-la et sois-y attentif !
Consens à prêter l’oreille à l’appel des peuples implorants
Comme tu l’as prêtée à la voix de la gloire. […]
Peux-tu entendre et rester sourd, sourd à la voix de l’Europe,
Sourd à l’appel du monde ?
Peux-tu entendre et rester sourd, sourd à la voix de l’humanité ? […]

36Et, se rappelant l’œuvre de paix de Bonaparte en Italie :

Qui fut plus grand, le vainqueur de Lodi ou le héros
Qui offrit la paix, plein d’humanité ? […]

37Et pour terminer :

  • 41 Genius der Zeit, Bd. 21, Stück 9 (1800), p. 511 sq. Extraits cités dans Holzhausen (note 39), p. 4, (...)

Ô toi, qui escalade les sommets ! Une chose t’attend encore, le pas final
Vers le degré de la gloire éternelle.
Fais-le vite ; répand la coupe du céleste bienfait,
Héros, ne tarde pas.
Vois, le grand siècle finissant te tend la main
Pour accomplir la sublime grande action.
Dois-je la dire ? Paix, tel est son nom, l’Europe la réclame,
L’humanité la réclame de ta main.
La paix ! demande l’armée, la paix ! demande avidement le paysan ;
La paix ! crie le monde en pleurs.
Ceins ton front, sublime héros, de lauriers et de rameaux d’olivier,
Ha ! oui, ceins-le de la couronne deux fois superbe41.

38C’est la même exhortation qu’au même moment le Mayençais Friedrich Lehne lançait, lui aussi, à la fin d’un long poème Au Consul Napoléon Buonaparte où était évoqué, après les exploits du héros en Égypte, son retour à l’appel de la France attendant le sauveur qui mettrait un terme aux maux de l’anarchie intérieure et de la guerre extérieure :

À peine te reposes-tu au milieu de tes trophées,
Les cris de victoire ne se sont pas encore tus
Que tu entends, hélas ! l’anxieuse prière de la liberté
Qui vient de la patrie, […]
Tu l’entends et tu te hâtes ; des devoirs sacrés t’appellent,
La liberté, l’humanité, la patrie t’appellent
Pour calmer la guerre civile et la lutte des peuples.

39Et le poète d’accompagner le héros de ses vœux de victoire dans la guerre :

  • 42 Friedrich Lehne, Dem Consul Napoleon Buonaparte, Mainz, gedruckt bei Pfeiffer, Departements-buchdru (...)

Allons ! Marche donc vers ton but sublime,
Jusqu’à ce que la paix te couronne du rameau d’olivier
Et que, dans le sentiment divin de l’œuvre accomplie,
L’immortalité t’accueille dans tout son éclat. […]
C’est pourquoi achève ce que tu as hardiment commencé,
Réconcilie-les, les partis déchaînés ![…]
Tu vas encore une fois, à travers la fumée des batailles,
Au temple ouvert de Janus,
Tu écrases ceux qui pensaient ne jamais le fermer,
Plein d’un noble courroux, tu y montes et tu le fermes.
Quand enfin les palmes fraîches de la paix
Caresseront de leur souffle l’asile protecteur de l’humanité, […]
Alors s’offrira à toi aussi la moisson la plus riche de la gratitude,
Alors la France t’appellera Timoléon,
Le sauveur qui lui a appris à aimer la concorde,
Et le cœur de tous sera ton Panthéon42.

40On comprend qu’après pareille attente, la conclusion, le 9 février 1801, de la paix de Lunéville entre la France et l’Autriche ait été accueillie avec des réactions qui n’étaient pas sans rappeler celles qu’on avait observées, un siècle et demi plus tôt, à l’annonce, après trente années de guerre, du « miracle » de la paix de Westphalie : de part et d’autre du Rhin, ce fut un enthousiasme à peu près unanime. Le pasteur et fécond publiciste souabe Johann Gottfried Pahl raconte :

  • 43 Cité dans Paul Holzhausen, « Stimmungsbilder aus den Tagen von Lunéville », Beilage zur Vossischen (...)

Quand la nouvelle de la signature de la paix passa le Rhin, un sentiment de joie s’empara de l’Allemagne tout entière, de Strasbourg à Vienne, et de Bâle à Dantzig. Chacun courait, aussi vite qu’il pouvait, annoncer au voisin la merveilleuse nouveauté du jour, et qui l’apprenait, sautait de joie ou embrassait le porteur de la bonne nouvelle (das Evangelium), on levait les bras en remerciant le ciel. […] Français et Allemands s’embrassaient fraternellement ; on voyait des larmes de joie dans les yeux des gens les plus durs ; des inimitiés implacables furent effacées par l’annonce du salut de l’humanité43.

  • 44 Extraits cités dans Holzhausen (note 39), p. 4-5.

41De ce sentiment général à connotation nettement religieuse témoigne un grand nombre d’écrits de toutes sortes célébrant l’événement : articles de presse, déclarations épistolaires, poèmes, etc. Ainsi le pasteur alsacien Gottlieb Jakob Schaller, qui avait publié à Strasbourg au lendemain du 18-Brumaire une élégie en latin à la gloire du nouveau maître de la France Elegia ad Heroa Bonaparte, civitatis gallicae Consulem, traduite aussi en allemand, en français et en hébreux44, réunit dans un recueil de 40 pages des Chants de paix, dont voici un échantillon :

  • 45 Gottlieb Jakob Schaller, Friedensgesänge, Straßburg, gedruckt bei J.H. Silbermann, 1800. Cité dans (...)

Triomphe ! la paix est conquise,
Oui, frères ! conquise avec audace et en beauté !
Élevons bien haut son artisan
En un cantique solennel,
Saluez-le avec les palmes de la paix
Et criez d’allégresse : « À toi, Bonaparte, toi le faiseur de miracles,
Nous rendons grâce,
À toi nos lauriers et branches de palmier !
À toi, le grand, nous disons merci,
La branche de palmier dans la main levée,
Salut à toi ! Salut à toi,
Toi, l’unique ! Vive notre patrie45 !»

  • 46 Niklas Müller, Gedichte, t. 1, Mainz 1810, p. 81-82 : « An den fränkischen Krieger ». Cf. Holzhause (...)

42Faisait écho à cet alléluia, de l’autre côté du Rhin, par exemple une ode tout aussi enthousiaste que l’ancien clubiste mayençais Niklas Müller dédiait au « guerrier franc » et « conquérant de la paix » que la France « béni[ssai]t au nom de l’humanité46 ».

  • 47 Anthologie bilingue de la poésie allemande. Edition établie par Jean-Pierre Lefebvre, Paris, Gallim (...)
  • 48 Friedrich Hölderlin, Friedensfeier. Hrsg. und erläutert von Friedrich Beißner, Stuttgart, 1954.
  • 49 Beda Alleman, Hölderlins Friedensfeier, Pfullingen, 1955. Voir la bibliographie, p. 108-109.
  • 50 Friedrich Hölderlin, Poèmes. Traduction et préface de Geneviève Bianquis, édition revue et corrigée (...)

43Ce climat général d’allégresse et de fervente gratitude, où frappe une fréquente référence au ciel, inspira tout naturellement à un poète aussi épris de divin que l’ex-étudiant en théologie protestante Friedrich Hölderlin cet hymne intitulé Fête de la paix qu’on a justement qualifié de « pendant poétique et philosophique de ce que serait une messe47 ». Qui est donc le « prince de la fête » qu’évoquent ces vers au premier abord sibyllins ? Bonaparte ou le Christ ? La question a fait, après qu’on eut découvert le poème en 195448, l’objet d’une vive controverse parmi les meilleurs spécialistes du poète49, mais le seul fait que cette question ait pu se poser ainsi prouve qu’un tel rapprochement entre le Premier consul de la République française et le Messie des chrétiens n’a rien qui puisse paraître inconcevable dans le contexte de l’époque où Hölderlin, ardent partisan des principes de 1789 et grand admirateur de Bonaparte depuis la campagne d’Italie50, composa l’hymne en question. De fait, une première ébauche restée fragment devrait écarter d’emblée toute incertitude : elle date du printemps 1801, et personne n’a jamais remis en question le fait que l’hymne christique que Hölderlin projetait ait été inspiré par l’œuvre de paix de Lunéville accomplie peu auparavant par Bonaparte :

  • 51 Ibid., p. 366-373, ici p. 366.

Génie de paix à qui l’on n’avait jamais cru,
Maintenant que tu es là, […]
O messager céleste, que je te demande :
Que me veux-tu et d’où viens-tu, divine Paix51 ?

  • 52 Lefebvre (note 47), p. 1532.
  • 53 Gravure de Monnet : « Concordat entre le Premier consul et le Saint-Siège » (Paris, Bibliothèque na (...)
  • 54 Cité dans Alain Ruiz, « Kant und Napoleon. Eine unmögliche Begegnung », Francia, t. 19/2, 1992, p.  (...)

44D’ailleurs, Hölderlin aurait-il invoqué le Christ dans la version définitive en l’appelant « toi que tout le monde connaît » (du Allbekannter) ? N’est-ce pas là plutôt le terme attendu pour désigner un contemporain personnage aussi célèbre que Bonaparte l’était alors ? De plus, on a très justement fait remarquer que la formule « prince de la fête » (Fürst des Festes) renvoie à l’epitheton ornans attaché durant toute cette période au nom de Bonaparte, le « prince de la paix » (Friedensfürst52). Après avoir pacifié le continent par le traité de Lunéville avec l’Autriche, le Premier consul ne mit-il pas aussi un terme à la guerre sur mer avec l’Angleterre par le traité d’Amiens en mars 1802, avant de rétablir peu après également la « paix de l’Église » par les lois concordataires négociées avec le Pape et promulguées officiellement lors d’une cérémonie célébrée à Notre-Dame de Paris, le 18 avril 1802, jour de la fête de Pâques commémorant la résurrection du Christ ? Une gravure bien connue de l’époque dessinée par Monnet montre le Premier consul dans le chœur de la cathédrale, assis près de l’autel, et recevant le serment de fidélité que les nouveaux évêques prêtent sur l’Évangile53. Aussi peut-on bien dire qu’il était dans l’air du temps d’associer Bonaparte à Jésus, comme Hölderlin l’a fait dans la solemnia pacis qu’il célébrait dans son hymne dicté non par un rêve irénique intemporel, mais par une situation historique bien précise, dominée par la figure exceptionnelle d’un homme, dont pas seulement des âmes pieuses pouvaient penser qu’il était le Messie attendu depuis si longtemps par l’humanité souffrante. L’historien berlinois Friedrich von Klöden écrit dans ses mémoires : « C’était l’époque où Bonaparte était là, vraiment grand. Tout le monde attendait de lui un nouvel avenir heureux […]. Il n’était pas seulement le héros du jour, il était le héros rayonnant de l’histoire universelle54

45La paix générale apportée par ce héros de l’humanité pouvait faire croire qu’avait sonné l’heure du millenium attendu par ceux qui croient que le Messie règnera mille ans sur la Terre avant le jour du Jugement dernier. Expression pour ainsi dire laïcisée en termes kantiens de ce credo : cet appel que le vieux poète prussien Gleim, chanoine protestant à Halberstadt, qui avait honnis la Révolution française dès 1789, adressait à « Napoléon, le Sublime, à Saint-Cloud » encore après la conclusion de la paix d’Amiens, en octobre 1802 :

  • 55 An Napoleon den Erhabenen, zu St. Cloud, im Oktober 1802, dans Johann Wilhelm Ludwig Gleim, Sämmtli (...)

Couronne ton œuvre par la paix perpétuelle, sublime guerrier !
Vois, l’histoire écrit la guerre perpétuelle avec du sang !
Fais la écrire maintenant la paix perpétuelle avec de l’or pur :
Ne te couronne pas toi-même, couronne l’œuvre55 !

46Ce serait sortir des limites imposées à la présente étude que d’analyser comment l’image du nouveau Christ évolua, quand Bonaparte fut devenu l’empereur Napoléon, puis le proscrit mort en 1821 à Sainte-Hélène. Qu’il suffise donc, ici, de dire qu’après la période, de la campagne d’Italie au Consulat, où se mirent en place les bases d’un véritable nouveau mythe du Sauveur sous les traits du guerrier pacificateur de Campo-Formio, de Lunéville et d’Amiens, vinrent les années où le culte impérial contribua – notamment en transformant en fête officielle la Saint-Napoléon, le 15 août, fête de l’Assomption – à créer dans les esprits une confusion faisant apparaître l’Empereur en quelque sorte comme un nouveau Jésus, fruit béni des entrailles de la Vierge Marie.

  • 56 Cf. supra note 1.
  • 57 Alain Ruiz, « Napoléon dans les “Tableaux de voyage” de Heinrich Heine. Un nouveau mythe du Sauveur (...)

47À l’image de ce nouveau Christ triomphant (Christus triumphans), considéré par beaucoup de contemporains jusqu’à la fin de l’Empire comme l’espoir de toute paix56, devait succéder bientôt celle – popularisée outre-Rhin tout particulièrement par Heinrich Heine57 – d’un nouveau Christ martyr, nouveau Rédempteur crucifié sur le Golgotha de Sainte-Hélène. Et cette image, Napoléon en exil a lui-même puissamment contribué à la répandre en se présentant comme la victime des forces du passé, opposées aux intentions qui l’avaient guidé dans ses combats : sauver l’humanité en instaurant enfin, après de trop longs siècles de tragiques affrontements, une ère de paix définitive, basée sur le principe de la religion des temps nouveaux, celle de la liberté.

Notes

1 Cité par Richard Friedenthal, Goethe. Sein Leben und seine Zeit, München, Piper, 1963, p. 577.

2 Jean Tulard, Le mythe de Napoléon, Paris, Armand Colin, 1974, p. 85-92. Cf. infra note 57.

3 Adolf Wohlwill, Weltbürgertum und Vaterlandsliebe der Schwaben, insbesondere von 1789 bis 1815, Hamburg, 1875, p. 46-47 ; Wilhelm Lang, « Für und wider die Revolution », dans Id., Von und aus Schwaben, 3. Heft, Stuttgart 1886, p. 57-130, ici p. 93-94.

4 Immanuel Kant, Zum ewigen Frieden. Ein philosophischer Entwurf, Königsberg, 1795.

5 Id., Metaphysische Anfangsgründe der Rechtslehre, Königsberg, 1797.

6 Napoleon Ier, Correspondance. Publiée par ordre de l’empereur Napoléon III, t. 2, Paris 1859, p. 43, no 1061, Milan, 11 vendémiaire an V (2 octobre 1796).

7 Ibid., p. 568-569, no 1663, Klagenfurt, 11 germinal an V (31 mars 1797).

8 Ibid., p. 575-577, no 1667, Klagenfurt, 12 germinal an V (1er avril 1797).

9 Titre d’une revue d’actualité allemande de l’époque : Annalen der leidenden Menschheit (« Annales de l’humanité souffrante »), Altona 1795-1801.

10 Alain Ruiz, « 1796-7797 : Bonaparte en Italie vu par un périodique allemand de l’époque, les Europäische Annalen d’Ernst Ludwig Posselt », dans Jean-Paul Barbe et Roland Bernecker (éd.), Les intellectuels européens et la campagne d’Italie 1796-1798, Münster, Nodus Publikationen, 1999, p. 9-27.

11 Friedrich Ludwig Posselt, Briefe an Cotta. Hrsg. von Maria Fehling, Stuttgart, Berlin, 1925, t. 1, p. 418, lettre de Karlsruhe, 19 avril 1797. Cf. Ruiz (note 10), p. 26.

12 Ibid., lettre de Karslruhe, 25 avril 1797.

13 Friedrich Lehne, « Dem Helden Napoleon Buonaparte », Mayence, Pluviôse an VI. Le poème parut d’abord séparément dans diverses revues et recueils républicains de l’époque, et il fut repris dans Friedrich Lehne, Gesammelte Schriften. Hrsg. von Ph. H. Külb, 5 vol., Mainz 1836-1839, t. 5, p. 358-362. Cf. Paul Holzhausen, « Literatur-und Stimmungsbilder aus den ersten Koalitionskriegen, II », Beilage zur Allgemeinen Zeitung, 15 octobre 1898, no 234, p. 3-6, p. 5.

14 Ode auf Buonaparte, v. O., Jahr VI (1798). Cf. Holzhausen (note 13), p. 5.

15 Holzhausen (note 13), p. 5.

16 Ibid., p. 4.

17 Johann Georg Heinzmann, Meine Frühstunden in Paris. Beobachtungen, Anmerkungen und Wünsche Frankreich und die Revolution betreffend, 2 vol., Basel 1800, t. 1, p. 240.

18 Michel Poniatowski, Talleyrand et le Directoire, Paris, Perrin, p. 411. Cf. Luigi Mascilli Migliorini, Napoléon. Traduit de l’italien par Jean-Michel Gardair, Paris, Perrin, 2004, p. 140.

19 Alain Ruiz, « “Regulator der Geschicke der Welt”. Carl Friedrich Cramer und Napoleon », dans « Ein Mann voll Feuer und Talente ». Leben und Werk von Carl Friedrich Cramer. Hrsg. von Rüdiger Schütt, Göttingen, Wallstein Verlag, 2005, p. 209-244, ici p. 212.

20 Ibid., lettre datée de Paris, 8 janvier 1798.

21 G. C. Pfeffel « Neues Friedensprojekt zwischen Frankreich und Deutschland », Neue Weltkunde, no 40, 9 février 1798.

22 Die Passion oder der Kongress zu Rastadt, s. l., 1798. À noter que l’auteur présente ici le Reich comme Jésus trahi qui va être cruficié, et Bonaparte comme le juge représentant la loi imposant sa mise à mort. Cf. Hermann Hüffer, Der Rastatter Congress und die zweite Koalition, 2 vol., Vienne 1878-1879, t. 1, p. 59-60 ; Albert Sorel, L’Europe et la Révolution française, t. 5, Paris, Plon, 1903, p. 271, note 1.

23 Tulard (note 2), p. 31-32.

24 Napoleon (note 6), p. 17, no 1036, Milan, 5 vendémiaire an V (26 septembre 1796. Cf. aussi lettre au même, p. 47-48, no 1068, Milan, 14 vendémiaire an V (5 octobre 1796).

25 Hüffer (note 22), t. 1, p. 7 ; Sorel (note 22), p. 269.

26 Napoleon (note 6), t. 5, p. 519-520, no 4097 : ordre du jour, Quartier général, devant Acre, 29 germinal an VII (18 avril 1798) ; p. 540-545, no 4124 : Au Directoire exécutif, Quartier général, devant Acre, 21 floréal an VII (10 mai).

27 Ibid., p. 528, no 4107 : ordre du jour, Quartier général, devant Acre, 2 floréal an VII (21 avril 1798).

28 Jean Tulard (dir.), Histoire de Napoléon par la peinture, Paris, Belfond, 1991, p. 37.

29 « An Buonaparte », Journal der neuesten Weltbegenbenheiten, Hambourg und Altona, 1799, Heft 2, p. 97-99. Extrait cité dans Paul Holzhausen, « Literatur-und Stimmungsbilder aus den ersten Koalitionskriegen, III », Beilage zur Allgemeinen Zeitung, 9 février 1899, p. 1-4, ici p. 3.

30 Jens Baggesen, Poetische Werke in deutscher Sprache. Hrsg. von Carl und August Baggesen, t. 2, Leipzig, 1836, p. 79-80.

31 Cité dans Paul Holzhausen, « Literatur-und Stimmungsbilder aus den ersten Koalitionskriegen, IV », Beilage zur allgemeinen Zeitung, 1899, no 64, p. 3-7, p. 4.

32 Anonyme, Der neu entstandene ägyptische Prophet Bonaparte. Cité dans Ludwig Geiger, Berlin, 1688-1840. Geschichte des geistigen Lebens der preussischen Hauptstadt, Berlin, Paetel, 2 vol., 1892-1895, t. 2, p. 57.

33 Un exemplaire de cette lithographie est conservé au musée du Vieux-Marseille. Reproduction dans le catalogue d’exposition Religions et traditions populaires, Musée national des Arts et Traditions populaires, 1980, p. 57.

34 Baggesen (note 30), p. 84-85. Cité dans Holzhausen (note 31), p. 6.

35 Aus Friedrich Heinrich Jacobis Nachlass. Ungedruckte Briefe von und an Jacobi und andere. Hrsg. von Zöppritz, 2 vol., Leipzig 1869, t. 1, p. 229-230 : lettre de Poel à Jacobi, 1799.

36 Karl Theodor Heigel, « Das Projekt einer süddeutschen Republik im Jahre 1800 », Historisches Taschenbuch, 5. Folge, 1. Jg, Leipzig 1871, p. 167. Cf. Holzhausen (note 31), p. 5.

37 « Die süddeutschen Untertanen über Krieg und Frieden mit Frankreich », dans Heinrich Scheel, Jakobinische Flugschriften aus dem deutschen Süden Ende des 18. Jahrhunderts, Berlin, Akademie-Verlag, 1965, p. 445-450, ici p. 445 et 450.

38 Parus en septembre-octobre 1800, les Bayerische Nationallieder am Ende des achtzehnten Jahrhunderts und im letzten Jahre der Sklaverei, 80 p., ont été réédités dans Scheel (note 37), p. 332-390. Le poème A Bonaparte est reproduit p. 380-383.

39 Gottlieb Mohnicke, Napoleon. Stimmen aus dem Norden und Süden, Stralsund, Löffler, 1829, p. 58-59. Cité dans Paul Holzhausen, « Literatur-und Stimmungsbilder aus den ersten Koalitionskriegen, V », Beilage zur allgemeinen Zeitung, 1899, no 86, p. 4-7, ici p. 5.

40 Cf. Paul Holzhausen, « Stimmungsbilder aus den Tagen von Lunéville », Beilage zur Vossischen Zeitung, no 18, 5 mai 1901 ; Id., Der Urgroßväter Jahrhundertfeier. Eine literar-und kulturhistorische Studie, Leipzig 1901.

41 Genius der Zeit, Bd. 21, Stück 9 (1800), p. 511 sq. Extraits cités dans Holzhausen (note 39), p. 4, et Id. (note 40), p. 139.

42 Friedrich Lehne, Dem Consul Napoleon Buonaparte, Mainz, gedruckt bei Pfeiffer, Departements-buchdrucker, s.d. (1800). Reproduit dans Lehne, Gesammelte Schriften (note 13), t. 5, p. 364-369.

43 Cité dans Paul Holzhausen, « Stimmungsbilder aus den Tagen von Lunéville », Beilage zur Vossischen Zeitung, no 19, 12 mai 1901, p. 147-149, ici p. 147.

44 Extraits cités dans Holzhausen (note 39), p. 4-5.

45 Gottlieb Jakob Schaller, Friedensgesänge, Straßburg, gedruckt bei J.H. Silbermann, 1800. Cité dans Paul Holzhausen, « Literatur-und Stimmungsbilder aus den ersten Koalitionskriegen, V », Beilage zur allgemeinen Zeitung, 1899, no 87, p. 4-5 ; Id., « Stimmungsbilder aus den Tagen von Lunéville » (note 43), p. 147.

46 Niklas Müller, Gedichte, t. 1, Mainz 1810, p. 81-82 : « An den fränkischen Krieger ». Cf. Holzhausen (note 45), p. 5-6, et Id. (note 43), p. 147.

47 Anthologie bilingue de la poésie allemande. Edition établie par Jean-Pierre Lefebvre, Paris, Gallimard, 1993, p. 1531. Le poème Friedensfeier et sa traduction sont reproduits p. 502-511.

48 Friedrich Hölderlin, Friedensfeier. Hrsg. und erläutert von Friedrich Beißner, Stuttgart, 1954.

49 Beda Alleman, Hölderlins Friedensfeier, Pfullingen, 1955. Voir la bibliographie, p. 108-109.

50 Friedrich Hölderlin, Poèmes. Traduction et préface de Geneviève Bianquis, édition revue et corrigée, Paris, Aubier, 1943, p. 154-155.

51 Ibid., p. 366-373, ici p. 366.

52 Lefebvre (note 47), p. 1532.

53 Gravure de Monnet : « Concordat entre le Premier consul et le Saint-Siège » (Paris, Bibliothèque nationale, cabinet des estampes).

54 Cité dans Alain Ruiz, « Kant und Napoleon. Eine unmögliche Begegnung », Francia, t. 19/2, 1992, p. 159-176, ici p. 168.

55 An Napoleon den Erhabenen, zu St. Cloud, im Oktober 1802, dans Johann Wilhelm Ludwig Gleim, Sämmtliche Werke. Hrsg. von Körte, t. 8 (Suppl.) : Zeitgedichte, Leipzig, 1841, p. 91. - Cf. Ruiz (note 54), p. 158.

56 Cf. supra note 1.

57 Alain Ruiz, « Napoléon dans les “Tableaux de voyage” de Heinrich Heine. Un nouveau mythe du Sauveur », dans Heine voyageur. Textes réunis et présentés par Alain Cozic, Françoise Knopper et Alain Ruiz, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1999, p. 203-234.

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search