Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la guerre juste à la paix juste

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Françoise Knopper
, 
Anne-Marie Saint-Gille

I. Paix et guerre à l'époque moderne

Luther et la légitimité de la guerre : la Ligue de Smalkalde et le droit de résistance

Hubert Guicharrousse

Texte intégral

  • 1 Sur la question du droit de résistance, on consultera l’ouvrage fondamental de Eike Wolgast, Die Wi (...)

1Lorsque, en mai 1529, Luther apprit que les princes et villes signataires de la protestatio présentée à la diète de Spire contre le recès d’Empire souhaitaient fonder une alliance défensive, il fit immédiatement part au prince électeur de Saxe Jean le Constant de ses plus grandes réserves vis-à-vis de ce projet, l’une des raisons invoquées étant le risque de guerre qu’entraînait une telle alliance, mais aussi les différences dogmatiques avec les villes du Sud-ouest de l’Allemagne, influencées par la doctrine de Zwingli. C’est à contrecœur que le Réformateur acceptera la création, au début de l’année 1531, de la Ligue de Smalkalde, alliance politico-militaire luthérienne à caractère défensif, de fait dirigée contre l’Empereur habsbourgeois. En effet, Luther ne cessera, pendant les vingt années qui séparent la diète de Spire en 1526 de sa mort en 1546, d’entretenir une relation conflictuelle à la notion de droit de résistance, utilisée pour justifier la possibilité d’une guerre civile entre les princes protestants et leur souverain légitime, Charles Quint et son frère Ferdinand Ier. Luther finira néanmoins par accepter l’idée d’une résistance possible à la tyrannie, celle du pape bien sûr, mais aussi de l’Empereur. C’est le cheminement de Luther après 1526 que nous souhaitons retracer ici. Nous adopterons pour cela un point de vue chronologique, dans la mesure où la position de Luther par rapport au droit de résistance a évolué en fonction des circonstances historico-politiques. Pour cela, nous étudierons dans un premier temps l’argumentation de Luther concernant l’autorité impériale jusqu’en 1529/30, puis sa position face à la création de l’alliance protestante en 1530/31, enfin, nous évoquerons quelques aspects de son évolution après 15311.

Luther et l’autorité impériale jusqu’en 1529/1530

De l’autorité civile (1523) : point de départ de la réflexion de Luther

  • 2 Von welltlicher Uberkeytt, wie weyt man yhr gehorsam schuldig sey, WA 11, 245-281.

2Si Luther a appelé très tôt à la résistance contre le pouvoir pontifical, son attitude envers le pouvoir politique est en revanche caractérisée par une grande loyauté, ce qui conduira le Réformateur, comme on le sait, à condamner sans réserve les soulèvements paysans de 1525. Cette attitude politique se situait en fait dans la droite ligne d’un ouvrage publié par Luther en 1523, De l’autorité civile, des limites dans lesquelles on lui doit obéissance2, dans lequel il préconisait pour l’essentiel la nécessité pour le chrétien d’obéir à l’autorité civile, conformément à ce qu’affirme Paul en Romains 13. Néanmoins, cette recommandation ne valait que pour la sphère « temporelle » (weltlich), conformément à la conception des deux royaumes (royaume terrestre et royaume de Dieu) professée par Luther, inspirée en cela directement d’Augustin. Par conséquent, l’obligation d’obéissance trouvait ses limites en ce qu’elle ne s’appliquait pas au domaine du religieux, comme l’expliquait Luther dans la deuxième partie du traité, consacrée précisément aux limites de l’autorité civile.

  • 3 Ibid., 266, 32.
  • 4 Ibid, p. 267, 22.
  • 5 Cf. Theologische Realenzyklopädie, vol. XXXV, article « Widerstand », Berlin-New York, Walter de Gr (...)

3Dans ce domaine s’applique en effet la fameuse clausula Petri ou clause de Pierre, que les théologiens font traditionnellement découler d’Actes 5, 29 : « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes. » L’autorité civile n’est donc qu’un « pouvoir extérieur3 » qui ne doit en aucune façon contraindre les consciences. Dans le cas contraire, on peut refuser d’obéir, mais la résistance ne peut pas être active4, mais seulement passive, et peut mener jusqu’à une sorte de martyre. Ce que Luther refusait en tout état de cause, c’est la révolte ouverte des sujets contre l’autorité, même si celle-ci est tyrannique. Tout au plus Luther acceptait-il qu’une personne exerçant l’autorité puisse être déposée en cas de folie, mais il n’acceptait pas l’idée de tyrannicide pourtant acceptée par certains penseurs antiques et médiévaux5.

4Le point de départ de Luther par rapport à la question du droit de résistance était donc un refus quasiment total, dans la plus pure tradition paulinienne. Pourtant, la question du droit de résistance se posa assez vite au camp protestant quand celui-ci se constitua, après la Guerre des paysans, en camp politique sur une base territoriale.

La Ligue de Gotha (1526) et ses conséquences

5La politique d’alliance des territoires passés à la Réforme luthérienne prit son essor en 1526 quand le prince électeur de Saxe Jean le Constant et le landgrave de Hesse Philippe se rencontrèrent à Gotha pour y négocier une alliance par laquelle ils se promettaient aide et assistance dans le maintien de la prédication de la parole divine, tout en déclarant cependant leur obéissance vis-à-vis de l’Empereur. Cette alliance fut conclue à Torgau le 2 mai 1526, et de nombreux autres États territoriaux s’y joignirent au cours des années suivantes.

  • 6 WA Br. 4, 77, 1-30.
  • 7 Ibid., 27-29.

6Pour Luther, il s’agissait de libérer la prédication de l’Évangile pour éviter de nouveaux troubles. En effet, la situation était inquiétante pour le camp luthérien. Depuis 1524 (Ligue de Ratisbonne) et 1525 (Ligue de Dessau), des princes catholiques s’étaient promis assistance mutuelle en cas de conflit avec des États [Stände] luthériens. C’est pourquoi le prince électeur Jean le Constant chercha, dès 1526, à constituer une alliance luthérienne. Il s’adressa pour cela à la ville de Nuremberg, dont les édiles étaient très réticents à s’engager dans ce qu’ils considéraient comme une coalition contre l’Empereur et d’autres États de l’Empire. Jean demanda pour cette raison l’avis de Luther, qui commença ainsi à jouer un rôle d’expert auprès du prince électeur. Le 14 mai 1526, Luther donna son avis sur l’attitude de la ville de Nuremberg et pour la première fois, ne désapprouva pas un projet d’alliance6. Bien que la parole de Dieu soit en mesure de se défendre elle-même, argumentait-il, on peut prendre des mesures de précaution : « Dieu veut cependant utiliser l’autorité civile comme un masque, aussi sommes-nous tenus de le servir en cela7. » Cet avis était à vrai dire en contradiction avec les expertises que Luther donnera postérieurement sur la question de l’alliance. Cependant, il n’eut pas l’effet escompté, puisque Nuremberg continua à se tenir à l’écart du mouvement en attendant les résultats de la diète qui s’annonçait.

La première diète de Spire (1526)

  • 8 Texte du recès in Ulrich Köpf (Hrsg.) Deutsche Geschichte in Quellen und Darstellung, vol. 3, Refor (...)

7Les négociations en vue d’une alliance ne perdirent pas de leur actualité avec la diète qui se réunit à Spire à partir du 25 juin 1526. Luther n’a manifestement pas été sollicité par les princes pour la préparation de la diète ni pendant son déroulement, car le prince électeur de Saxe était entièrement occupé à négocier avec de nouveaux États susceptibles d’adhérer à l’alliance de Gotha-Torgau. Ni Ferdinand ni les représentants de l’Empereur ne voulurent mettre à exécution les demandes de Charles Quint réclamant le retour de tous les États à l’ancienne religion. La cause en était un nouvel affaiblissement de la Maison d’Autriche. On rechercha une formulation de compromis permettant au camp impérial de ne pas abolir l’édit de Worms de 1521 (condamnant les luthériens). Le recès de la diète affirmait donc qu’en matière d’application de l’édit de Worms, chaque État pourrait « vivre, gouverner et se comporter comme il croit et espère pouvoir le justifier devant Dieu et sa Majesté impériale8 ». Cela signifiait de fait reconnaître un droit de résistance (non armée mais passive) face à l’Empereur, même si Charles Quint fit savoir que la diète n’avait pas autorité en matière religieuse et que toute solution était l’affaire d’un futur concile. Une formulation avait été trouvée, qui permettait la « territorialisation » du problème religieux, laquelle devait cependant être remise en question lors de la deuxième diète de Spire, en 1529.

Luther face à la création de la Ligue de Smalkalde, 1530/1531

La deuxième diète de Spire (1529) et la protestation

8Lorsque la deuxième diète de Spire fut convoquée en 1529, la situation avait radicalement changé. Malgré le sac de Rome de 1527, le pape et l’Empereur s’étaient réconciliés à l’automne 1528. L’Empereur insistait à présent pour que les deux camps religieux se réunifient dans l’unité romaine, et les États catholiques firent pression à la diète pour revenir sur les décisions de 1526, afin d’appliquer enfin l’édit de Worms. Cela signifiait également, dans la pratique, qu’aucun État, à l’avenir, ne pourrait adopter la Réforme luthérienne et que la messe catholique serait rétablie dans les territoires passés à cette même Réforme. Ce fut la cause de la fameuse protestatio du 25 avril 1529, pourvoi en appel adressé à l’Empereur par lequel six princes et quatorze villes d’Empire proclamaient qu’une décision concernant la souveraineté des États, décision prise en bonne et due forme par une diète (celle de 1526), ne pouvait pas être suspendue par une simple décision majoritaire. C’est à cette protestatio que l’on doit l’appellation de protestants. Peu après, la Saxe électorale, le landgraviat de Hesse et les villes d’Ulm, Strasbourg et Nuremberg, sous le choc de la décision de Spire, conclurent une alliance secrète visant à les protéger d’une attaque pour motifs religieux.

Luther et les projets d’alliance

  • 9 WA Br. 5, 76-77.

9Luther ne fut pas consulté préalablement dans cette affaire. Il écrivit le 22 mai 1529 une lettre au prince électeur de Saxe9, car il n’attendait rien de bon de cette alliance, surtout depuis l’affaire von Pack, l’année précédente, qui l’incitait à la plus grande prudence.

10Otto von Pack (1480-1537) était un diplomate intrigant qui avait déclaré en 1528 au landgrave Philippe de Hesse que le (futur) roi Ferdinand préparait une alliance militaire afin d’extirper l’hérésie luthérienne de l’Empire. Le landgrave, ainsi que le prince électeur de Saxe, entreprirent immédiatement des préparatifs militaires. Ils conclurent à Weimar une alliance offensive et se mirent à négocier avec d’autres États de l’Empire, ainsi qu’avec la France, la Hongrie et le Danemark. Une guerre préventive fut évoquée contre les évêchés de Wurtzbourg et Bamberg, que Luther et Melanchthon arrivèrent à empêcher par leurs conseils. Les documents présentés par von Pack sur le prétendu « pacte » catholique se révélèrent cependant être des faux, de sorte que la guerre put être évitée. Depuis cette affaire, dans laquelle Luther et Melanchthon avaient joué un rôle important en tant que conseillers, il était clair que toute alliance luthérienne ne pouvait avoir qu’un caractère strictement défensif.

  • 10 WA Br. 5, 76, 20-22.
  • 11 Ibid., 77, 29-33.

11Dans sa lettre à Jean du 22 mai 1529, Luther considérait Philippe de Hesse comme la force motrice de cette alliance, et il conseillait à Jean de s’en retirer, car de grands malheurs pouvaient résulter de ces projets. Dans cette lettre à Jean, Luther critiquait principalement le fait que cette alliance n’avait pas été conclue dans la confiance en Dieu, mais seulement sur la base de « l’intelligence humaine, en cherchant seulement l’aide des hommes10 ». Luther ne voyait pas la nécessité d’une telle alliance, car il ne pensait pas que les catholiques puissent nuire à ce point à la cause évangélique. Il craignait que les adversaires du camp évangélique ne soient conduits eux-mêmes à créer leur alliance militaire. En outre, Luther était très réservé vis-à-vis de la personnalité de Philippe de Hesse et de son sens politique11. Or, pour lui, la guerre préventive constituait une pratique impie. La deuxième raison invoquée par Luther pour ne pas participer à l’alliance était la participation à celle-ci des « adversaires de l’Eucharistie », c’est-à-dire des villes d’Allemagne du Sud-ouest influencées par la doctrine de Zwingli, ce qui faisait rejaillir les « blasphèmes » de ces derniers sur le camp luthérien.

12La clarté du message était incontestable. Si Luther avait encore défendu, en 1526, la possibilité d’une alliance face aux Nurembergeois, il est évident que les événements de l’année 1528 (l’affaire von Pack) l’avaient fait changer d’avis. Toute alliance, pensait-il, pouvait facilement être utilisée pour mener une guerre d’agression, qui constituait par définition une guerre injuste et contre Dieu. D’autre part, et il conservera cette méfiance, Luther désapprouvait la politique d’alliance du margrave de Hesse avec les villes du Sud-ouest de l’Allemagne, dont la doctrine eucharistique était « blasphématoire ». Il préconisera toujours, pour cette raison, qu’une politique d’alliance aille de pair avec un approfondissement des positions du camp luthérien. L’alliance ne devait donc pas seulement être défensive, mais aussi claire sur le plan théologique. Il fut suivi, en cela, par l’électeur de Saxe, qui exigea qu’on ne mène des négociations d’alliance qu’avec des villes où on professait une doctrine « correcte » de l’eucharistie.

  • 12 WA Br. 5, 78-81.

13Luther a adressé à la suite de sa lettre du 22 mai un rapport à Jean le Constant, au nom des théologiens de Wittenberg, dans lequel il rappelait son opinion concernant l’alliance12. Il mettait en garde face à la faiblesse des villes d’Empire, dont le soutien risquait de faire défaut à la première attaque impériale. Luther émettait une fois encore des doutes quant à la personnalité du landgrave de Hesse et craignait que certains partenaires de l’alliance ne soient impliqués dans des conflits juridiques, notamment à propos de la sécularisation des biens ecclésiastiques, qui constitueraient un fardeau pour les autres. Le Réformateur rappelait ses réticences face à une alliance avec des villes d’obédience zwinglienne et recommandait au prince électeur d’écrire à l’Empereur que la Saxe électorale ne faisait pas cause commune avec l’hérésie zwinglienne. Au lieu de l’alliance de tous les protestants souhaitée par Philippe, il recommandait une politique autonome de la Saxe. En revanche, il considérait comme licite une alliance avec des puissances catholiques contre des attaques de l’extérieur, par exemple contre les Turcs. Mais ce qu’il refusait clairement, c’était un pacte ou même un accord de défense sans l’existence d’un danger préalable. Il continuait également à refuser une alliance dirigée contre l’Empereur, qui restait pour lui une autorité instituée par Dieu, et donc légitime.

  • 13 WA Br 5, 180-183.

14La question de l’alliance se compliquait donc. Philippe de Hesse demanda expressément au prince électeur Jean quelle attitude la Saxe adopterait en cas d’attaque impériale. Entre-temps, le landgrave avait organisé le colloque de Marbourg en octobre 1529, destiné à mettre d’accord les deux tendances réformatrices (luthérienne et zwinglienne), en vue d’une alliance avec les villes du Sud-ouest de l’Allemagne. Dans un avis donné après le colloque par Luther, Bugenhagen et Melanchthon, les théologiens de Wittenberg conseillèrent au prince électeur de ne pas associer les villes d’Empire du Sud-ouest à une future alliance, par peur d’avoir à assumer leurs erreurs théologiques13. Luther prêcha donc ici une passivité qui contrastait fortement avec la réalité politique du moment. Il conseilla à son prince un attentisme qui ne serait bientôt plus de mise, dans la mesure où la politique de Charles Quint allait rapidement se révéler radicalement antiprotestante.

  • 14 Gerhard Müller, « Luthers Beziehungen zu Reich und Rom », in Helmar Junghans (Hrsg.), Leben und Wer (...)

15Après la paix de Barcelone (1529), que Charles Quint avait signée avec le pape Clément VII, la Paix des Dames fut signée à Cambrai le 5 août 1529 entre la France et la Maison d’Autriche, ce qui permit à l’Empereur de se consacrer davantage à la politique intérieure du Saint-Empire. Charles Quint renvoya la délégation des États protestants qui lui apportaient le texte de la protestatio, ce qui préludait à une politique très dure vis-à-vis du protestantisme. Luther et Melanchthon conseillèrent au prince électeur de ne pas accepter le recès de la diète de 1529, comme le camp protestant envisageait de le faire dans cette situation difficile14.

16Lorsque les États protestants se réunirent le 6 janvier 1530 à Nuremberg, les envoyés saxons firent comprendre que Luther n’approuverait aucune décision qu’il ne pourrait concilier avec sa conscience. Cela concernait surtout l’obéissance envers Dieu et sa parole. L’obéissance envers l’Empereur connaissait donc pour la première fois une limite nettement exprimée. Mais Luther affirmait aussi que, depuis les expériences des années 1528/29, les alliances politiques devaient être maniées avec la plus grande prudence. Il continuait d’autre part à refuser toute alliance avec les adversaires de la présence réelle du Christ dans l’eucharistie. Le prince électeur et ses conseillers adoptèrent tous ces points de vue. La clarté de la confession devenait donc plus importante que toute forme d’alliance. Mais que se passerait-il si l’Empereur s’attaquait à ceux qui professaient cette confession ?

Un droit de résistance contre l’Empereur ?

  • 15 WA Br. 5, 208-211.

17En décembre 1529, l’électeur Jean demanda à Luther son avis sur cette question, ainsi que sur l’éventualité de préparatifs militaires pouvant conduire à des attaques de territoires catholiques. Luther déconseilla dans sa réponse tout préparatif de guerre qui irriterait le camp adverse, soulignant que l’Empereur était une autorité légitime, qu’il fallait donc honorer comme telle. Il s’éleva enfin, de façon catégorique, contre toute attaque d’un territoire catholique, qui condamnerait la cause protestante15. Cependant, la position du Réformateur sur la question du droit de résistance, qui était en fait celle que se posaient prioritairement les princes protestants à cette époque, n’était toujours pas formulée clairement. Dans les années qui suivirent et surtout après la diète d’Augsbourg de 1530, il sera soumis à une pression de plus en plus grande et devra finalement donner (à contrecœur) des réponses fermes aux questions politiques agitant le camp protestant.

18En janvier 1530 commencèrent à Nuremberg des négociations d’alliance des États luthériens. Les représentants saxons y défendirent la ligne de Luther, celle de la clarté confessionnelle. Les prémisses des négociations excluaient donc l’alliance avec les villes libres du Sud-ouest, mais stipulaient en revanche l’idée d’un droit de résistance face à un Empereur qui tenterait de rétablir par la force l’ancienne religion. Cette dernière idée ne provenait pas de Luther : elle fut formulée sur la base d’un avis donné peu avant par Johannes Bugenhagen, le Réformateur luthérien de l’Allemagne du Nord et plus tard du Danemark. Mais un certain nombre d’États, dont Nuremberg, continuaient à refuser la notion même de droit de résistance à l’Empereur.

  • 16 WA Br. 5, 223-225.

19Pour cette raison, le prince électeur demanda aux théologiens de Wittenberg d’émettre un avis sur cette notion. La question était de savoir si l’on pouvait tolérer que la parole de Dieu fût opprimée. L’avis de Luther, Melanchthon, Bugenhagen et Justus Jonas fut transmis le 6 mars 1530 au prince16 ; il partait du principe que, s’il existait des raisons politiques et juridiques qui pouvaient motiver des droits séculiers de se défendre, il n’existait en revanche aucune argumentation théologique pour le montrer. La Bible, ajoutaient les théologiens, montre qu’il faut supporter l’injustice imposée par l’autorité, aussi longtemps que cette autorité reste en place. Cela signifiait en pratique que tant que Charles Quint n’avait pas été déposé par les sept princes électeurs, il restait une autorité légitime à laquelle on ne pouvait pas s’opposer. Les théologiens brandissaient le spectre de l’anarchie politique qui menacerait l’Empire si chacun se croyait en droit de remettre en cause les décisions de l’autorité politique. L’Empereur restait donc Empereur, et le principe selon lequel il est licite d’user de la violence pour répondre à la violence (vim vi repellere licet) ne s’appliquait pas à l’autorité suprême. En effet, comme Luther l’avait souvent répété au cours de la Guerre des paysans, « personne ne doit être son propre juge ». Il fallait donc supporter l’injustice de la part de l’Empereur, « aussi longtemps que celui-ci est Empereur ». Le prince protestant n’est certes pas obligé de prendre une part active à l’injustice. Mais il n’est pas habilité à protéger ses sujets et doit laisser faire l’Empereur. La protection est l’affaire de Dieu, auquel il faut faire confiance. Luther ajoutait que ceux qui sont favorables au droit de résistance devaient prendre en compte le fait que l’Empereur avait la force pour lui et que les protestants n’étaient qu’une petite minorité dans l’Empire. Il évoquait le risque de guerre civile qui guetterait l’Empire si Charles n’était plus Empereur.

20Cette prise de position fut très mal reçue par les juristes de la cour de Saxe, qui essayèrent d’empêcher sa publication. En effet, le landgrave de Hesse avait bien fait comprendre que la « liberté » princière rendait impossible une attitude qui consistait à subir l’injustice. En outre, la politique d’alliance en cours depuis la deuxième diète de Spire (1529) était ainsi privée de son but principal, la résistance à l’injustice, y compris contre l’Empereur ou ses obligés. Bugenhagen, qui, dans son avis de septembre 1529, avait donné la priorité au devoir de protection de l’autorité territoriale vis-à-vis de ses sujets, avait à présent cédé à Luther. Cependant, en restant sur la ligne qu’il avait défendue depuis son écrit de 1523 jusqu’en 1526, l’argumentation de Luther conservait une faille que les juristes s’efforcèrent d’exploiter par la suite : si l’Empereur était l’autorité instituée par Dieu, comment était-il possible qu’il puisse être déposé par les hommes, à savoir par la diète et les princes électeurs ? Cependant, pour l’instant, la résistance à l’Empereur ne semblait pas à l’ordre du jour : c’est sur un ton très conciliant que Charles Quint convoqua la diète d’Augsbourg en 1530, en promettant une discussion sur la question religieuse, à laquelle le camp protestant dut se préparer sérieusement.

La diète d’Augsbourg (1530) et le droit de résistance

  • 17 WA 30 II, 268-356.
  • 18 WA 30 II, 397-412.
  • 19 Cité par Gerhard Müller (note 14), p. 383.
  • 20 WA Br. 5, 454, 27-455, 65 (lettre du 9 juillet 1530).

21Le prince électeur Jean demanda à ses conseillers de Wittenberg de définir ce qu’était la « vraie doctrine », afin de savoir sur quoi on pouvait négocier avec l’Empereur et les États catholiques. En effet, les protestants espéraient que la diète d’Augsbourg allait se transformer en une sorte de « concile national » qui réglerait la question religieuse dans l’Empire. Luther, toujours au ban de l’Empire, suivit la diète depuis la forteresse de Cobourg, cependant que Melanchthon négociait sur place. Dans son Exhortation aux ecclésiastiques rassemblés a la diète d’Augsbourg17, Luther appela à une réforme urgente de l’Église de l’Empire, mais ne dit que du bien de l’Empereur. En revanche, dans sa lettre ouverte à l’archevêque Albert de Mayence18, il accusa le pape Clément VII, inspiré par le diable, d’être la cheville ouvrière d’une future guerre civile en Allemagne, guerre qu’il fallait à tout prix éviter en se réconciliant entre Allemands. Pendant les négociations à la diète, Luther continua de considérer Charles Quint comme « une brebis parmi les loups19 » bien que celui-ci exigeât qu’on le reconnaisse comme juge suprême en matière de foi, ce qui inquiétait naturellement le camp protestant. Luther recommanda à Jean le Constant de déclarer que pour lui, la parole de Dieu était le critère décisif et que, si l’Empereur s’y soumettait, son arbitrage serait reconnu. Dans le cas contraire, il montrerait qu’il n’était pas un prince chrétien20. L’obéissance exigée par Luther trouvait ainsi une limite claire, même si le Réformateur n’appelait pas ouvertement à la désobéissance face à un Empereur injuste.

  • 21 Cf. Martin Brecht, Martin Luther, vol. 2, Ordnung und Abgrenzung der Reformation, Stuttgart, Calwer (...)

22Après la réfutation de la Confession d’Augsbourg par la Confutatio, l’Empereur exigea des États protestants qu’ils se soumettent, c’est-à-dire que soit rétablie l’ancienne religion, jusqu’à ce qu’un concile prenne une décision définitive. Les États avaient un délai de six mois pour cela. Passé ce délai, l’Empereur se réservait le droit de prendre les mesures qui s’imposaient. Cela revenait en fait à remettre en vigueur l’édit de Worms suspendu en 1526. La tentative de conciliation avait donc échoué, et le risque de guerre n’en devenait que plus grand21.

La Ligue de Smalkalde et la défense de la foi22

  • 22 Sur la situation après la diète d’Augsbourg et la discussion sur la légitimité de la résistance, cf (...)
  • 23 WA Br. 5, 654, 41-46.
  • 24 Ibid., 654, 59-655, 91.

23La question de la résistance à l’Empereur se posait donc avec une acuité plus grande encore pour les États protestants. Le 21 octobre 1530, le landgrave de Hesse écrivit à Luther et lui rappela sa position de 1526 sur le droit de résistance. Il argumentait dans cette lettre en faveur de ce droit, notamment en insistant sur le fait que les princes étaient des seigneurs héréditaires, alors que l’Empereur n’était qu’un souverain élu, ce qui impliquait un certain nombre d’engagements de sa part, notamment le fait de respecter les libertés princières. S’il ne respectait pas ses engagements, il ne pouvait être considéré comme un souverain légitime, mais devenait un « briseur de paix » (Friedbrecher23). D’autre part, la décision d’Augsbourg n’ayant pas été prise à l’unanimité, elle n’était pas juridiquement valide24. Avant que Luther puisse lui répondre, il avait été convié avec Melanchthon et Justus Jonas par le prince électeur à Torgau à des discussions avec les juristes de la cour sur le droit de résistance (26-28 octobre 1530). Les théologiens de Wittenberg se retrouvaient dans une situation difficile et étaient contraints de suivre les exigences des politiques et donc de rechercher un accord sur ce thème. La controverse fut vive, car les juristes saxons avaient depuis longtemps pris position en faveur du droit de résistance. Comme Philippe de Hesse, ils étaient d’avis que l’obéissance à l’Empereur était limitée par le droit positif. Luther finit par changer d’avis, en adoptant un compromis juridique assez formel stipulant que, puisque l’Empereur avait agi illégalement, la résistance était licite. Cela permettait d’affirmer que l’obligation d’obéissance était ainsi néanmoins respectée.

24Cette prise de position permit à Jean le Constant d’accélérer les négociations en vue de la constitution d’une alliance protestante, qui eurent lieu à Smalkalde, à mi-chemin entre la Saxe électorale et le landgraviat de Hesse, à la fin de l’année 1530. S’étant mis d’accord sur le principe de l’assistance mutuelle, sept principautés et vingt-deux villes libres fondèrent la Ligue de Smalkalde le 27 février 1531.

25Luther n’avait donc accepté qu’à contrecœur la création de la Ligue, et il ne cessa, dans ses prises de positions, de recommander la modération aux souverains protestants. Néanmoins, Jean continua sa politique anti-habsbourgeoise, dans un camp protestant qui n’avait d’ailleurs pas réussi à rassembler l’ensemble des États luthériens, puisque Nuremberg et le margraviat de Brandebourg ne faisaient pas partie de l’alliance. C’est auprès des théologiens de Nuremberg que Luther dut justifier sa position et se défendre de l’accusation d’avoir subitement changé d’avis. Dans une lettre en date du 18 mars 1531, il s’explique ainsi :

  • 25 WA Br. 6, 56, 6-57, 26.

Tout d’abord, nous avons laissé ces sujets aux juristes. S’ils considèrent, comme c’est l’avis de certains, que le droit impérial implique dans ce cas la résistance comme un droit de légitime défense, alors, nous ne pouvons pas suspendre le droit séculier. En effet, comme théologiens, nous devons enseigner qu’un chrétien ne doit pas résister mais tout subir et ne pas utiliser le prétexte : Vim vi repellere licet. Donc, les juristes ont raison d’affirmer qu’un chrétien peut résister non comme chrétien mais comme citoyen [Bürger] et membrum corporis : nous ne nous opposons pas à cela. […] Mais conseiller le membrum politicum en vue d’une telle résistance, notre fonction ne le souffre pas – nous ne connaissons pas leur droit, et ils doivent le prendre eux-mêmes sur leur conscience et voir s’ils ont le droit, dans le cas présent, de résister à l’autorité, en tant que membra corporis politici. S’il s’avère qu’un tel droit existe, alors l’alliance est par le fait même nécessaire, en vertu de ce même droit. Mais cependant, il ne convient pas que nous théologiens conseillions une telle alliance, et ce serait périlleux pour nos consciences […]25

26Le Réformateur n’a donc approuvé que du bout des lèvres la décision de Torgau et de Smalkalde. Il reconnut une certaine nécessité politique, mais restait mal à l’aise face à la politique d’alliance.

  • 26 WA 30 III, 276-320.
  • 27 WA 30 III, 331-388.
  • 28 WA 30 III, 276, 1-283, 6.

27Luther a écrit encore deux œuvres dans lesquelles il traite des conséquences de la diète d’Augsbourg : l’Avertissement à ses chers Allemands26 et la Glose sur le prétendu édit impérial27. Dans le premier écrit, Luther affirmait, conformément à la position juridique à laquelle il s’était rallié, que si la partie adverse déclenchait une guerre, il était possible de se défendre. En tant que prédicateur, il avait toujours appelé à la paix, affirmait-il, mais la légitime défense est autorisée et ne constitue donc pas une révolte. Ceux qui agissent ainsi, ajoutait-il, n’ont pas à avoir de remords. Pour la première fois dans un écrit publié, Luther tirait donc les conséquences de la réunion de Torgau et de la création de la Ligue de Smalkalde. Il rappelait qu’en tant que théologien, il recommandait la soumission à l’autorité légitime. Mais il reconnaissait que le droit permettait la résistance dans le cas où l’adversaire déclenchait une guerre ayant pour but d’opprimer l’Évangile. Dans ce cas, les autorités protestantes pouvaient appeler à la légitime défense, et leurs sujets pouvaient les suivre avec bonne conscience. En effet, les partisans de Rome agissaient « contre le droit d’Empire et contre le droit naturel28 ». En conséquence, Luther affirmait que personne n’était dans l’obligation de participer à une guerre dirigée contre les protestants, déclarée à cause du pape et des doctrines papistes. Il allait même jusqu’à dire que Dieu interdit dans un tel cas d’obéir à l’Empereur. Ceux qui étaient ainsi attaqués, en revanche, avaient le droit légitime de se défendre. Dans sa Glose sur le prétendu édit impérial, Luther commentait le recès de la diète d’Augsbourg et contestait le fait que la Confessio Augustana ait été réfutée. Il s’opposait à l’idée que le recès légitimait une guerre contre les protestants. Il maintenait donc l’idée de la légitime défense dans le cas d’une guerre injuste dirigée contre la foi. L’argumentation de Luther permit à la Ligue de Smalkalde de s’affermir dans ses objectifs de défense de la foi, sans pour autant que l’idée de la clarté confessionnelle chère à Luther soit abandonnée. Au contraire, la Confession d’Augsbourg fut déclarée seul document engageant l’alliance en matière de foi, et tous les États souhaitant s’y rallier devaient la reconnaître auparavant, ce qui fut le cas du royaume de Danemark, qui adhéra à la Ligue en 1538.

Luther et le droit de résistance après 1531 : quelques aspects

La paix de Nuremberg (1532)

  • 29 Cf. Gerhard Müller (note 14), p. 388.
  • 30 Ibid., p. 390.

28Dans la période qui suivit, aucune guerre n’éclata. En effet, aucune puissance catholique, si ce n’est la papauté elle-même, n’était prête à suivre l’Empereur dans une guerre de religion. La négociation l’emporta et les protestants se demandèrent quelles concessions ils pouvaient faire pour obtenir la paix. Luther et Melanchthon n’étaient pas prêts à faire des concessions doctrinales, mais acceptaient l’idée de concessions en matière de culte29. Les projets impériaux de reconquête furent contrecarrés par un nouveau conflit entre Charles Quint et la papauté en Italie, ainsi que par l’avancée des Turcs, qui rendait un compromis nécessaire avec les protestants allemands. Ceux-ci s’étaient déclarés prêts à participer à l’effort de guerre, à condition que les procès menés contre les protestants au Tribunal d’Empire depuis la diète d’Augsbourg soient suspendus. Quand, au début de 1532, Charles Quint proposa une paix aux protestants, Luther conseilla aux princes de la Ligue de Smalkalde d’accepter sa proposition. Luther écrivit en février 1532 au prince électeur de Saxe pour lui conseiller de rechercher la paix, car des conséquences graves pouvaient résulter d’une guerre pour le camp protestant. Le prince électeur le fit venir dans sa résidence de Torgau pour discuter des pourparlers de paix30. Une fois de plus, Luther et les théologiens de Wittenberg s’opposaient à la politique moins conciliante du landgrave de Hesse.

29Mais l’attitude conciliante réclamée par Luther ne fut pas suivie par beaucoup de membres de la Ligue de Smalkalde, qui pensaient extorquer des concessions à l’Empereur en raison de l’imminence du péril turc. Luther, sollicité une fois de plus par son prince, tenta de faire pression sur l’électeur Jean afin qu’il fasse accepter à ses alliés les conditions impériales. Il soupçonnait les alliés de la Saxe de ne pas vouloir la paix et n’excluait pas, en outre, de rendre public l’avis ainsi formulé auprès du prince. Les impériaux accordèrent à la Saxe et à ses alliés une paix publique (Landfriede) contre une participation à la défense contre les Turcs. Charles Quint édicta un mandat suspendant tous les procès à caractère religieux. Il ne s’agissait pas d’un traité de paix, mais d’une sorte d’armistice (Anstand) ne valant que pour une période limitée. En effet, en l’absence de convocation d’un concile et d’une diète dans les années qui suivirent, le camp protestant put consolider ses bases et, même gagner de nouveaux adeptes. Le risque de guerre était banni pour un certain temps, et Luther consacra son énergie à la question du concile qui, depuis l’entrevue entre Charles Quint et Clément VII à Bologne au cours de l’hiver 1532/33, était à l’ordre du jour. Cela le conduisit, en 1536, à rédiger à la demande de l’électeur Jean Frédéric les Articles de Smalkalde, qui constituent à la fois une nouvelle mise au point confessionnelle et une réponse à la convocation pontificale du concile de Mantoue.

Luther et la guerre préventive, 1538/39

  • 31 Cf. Gerhard Müller (note 14), p. 395.

30La question de la guerre revint à l’ordre du jour à la fin des années 1530, lorsque, malgré la paix de Nuremberg, les procès de religion reprirent au tribunal d’Empire de Spire. Tous les États luthériens en procès à Spire se mirent à redouter une intervention de l’Empereur contre leurs intérêts. La question suivante se posa donc : les princes et les villes de la Ligue de Smalkalde pouvaient-ils intervenir contre l’Empereur ou ceux qui agissaient pour lui, par des guerres préventives ? Luther, Melanchthon, Justus Jonas et Martin Bucer prirent position en novembre 1538 sur le droit de résistance, rappelant leur opinion favorable sur ce sujet. Mais cette position ne suffisait pas aux politiques, qui souhaitaient non seulement être légitimés dans leur résistance à l’Empereur, mais auraient aussi voulu pouvoir intervenir préventivement contre les dangers de conflit. Cependant, les théologiens avaient certes avancé des justifications en relation avec le droit naturel en faveur du principe de la guerre préventive, mais avaient soigneusement évité toute prise de position théologique sur le sujet. Ils avaient même déconseillé de commencer tout de suite par une guerre préventive et préconisé un examen de la situation permettant de se demander si une telle guerre était vraiment nécessaire et si il n’y avait pas d’autre voie de résolution des conflits31.

  • 32 Ibid., p. 395.

31Luther avait pris nettement position en 1526 contre le principe de la guerre préventive, au moment de l’affaire von Pack, et en 1530, il avait demandé à son prince d’éviter toute mesure irréfléchie. En février 1539, il rappela dans une lettre à l’électeur Jean Frédéric sa position de 1530 concernant le droit de résistance à l’Empereur, sans se faire d’illusions sur l’influence de ses avis sur les membres de la Ligue. Il espérait toujours, à ce moment, que l’Empereur ne déclencherait pas de guerre, mais rappelait que si une telle guerre avait lieu, ce serait sous l’influence des évêques et du pape, contre lesquels il était licite de se défendre. Dans une telle guerre, pensait Luther, l’Empereur n’interviendrait pas en tant qu’Empereur, mais en tant que « soldat et brigand du pape32 ». Rappelant qu’il faut rendre à César ce qui est à César, il remarquait que si l’Empereur ne se comportait pas de façon conforme à sa fonction, les autorités protestantes étaient libres de prendre les mesures qui s’imposaient.

  • 33 Zirkulardisputation über Mt. 19, 21, WA 39 II, 39-51. Cf. également Marc Lienhard, Martin Luther, u (...)

32On remarquera la dimension fortement eschatologique de cette prise de position. Le pape reste pour Luther l’Antéchrist, la « bête de l’abîme » de l’Apocalypse, dominée par le diable. C’est ce qu’il rappelle dans ses thèses destinées à une disputation académique en date du 9 mai 153933. Contre ce tyran apocalyptique qu’il voit préfiguré dans le livre de Daniel (11,36), Luther voit un devoir de révolte. Si le diable aveugle les princes, rois et Empereurs de sorte que ceux-ci combattent pour lui, alors la damnation éternelle les attend. Par cette conception eschatologique du conflit entre les États protestants et l’Empereur, Luther acceptait pleinement l’idée du droit de résistance. Pour la première fois, le Réformateur s’exprimait ouvertement contre l’Empereur, en affirmant que si le chrétien ne peut qu’endurer en souffrant une autorité païenne, le prince chrétien qui agit sciemment contre la volonté divine ne peut s’attendre qu’à une réaction de résistance.

33Après la paix de religion de Francfort du 19 avril 1539, cependant, le danger de guerre s’éloignait et la prédiction apocalyptique de Luther se révélait illusoire. Cependant, cette prise de position, que le Réformateur maintint dans ses écrits ultérieurs, allait dans le sens demandé par les politiques de la Ligue de Smalkalde.

 

  • 34 Cf. WA 39 II, 46, 27-32 : « Dann gleich wie Oberkeit, welcher du ein glied bist, selbst widersteht, (...)

34La position de Luther sur le droit de résistance a donc évolué au cours des décennies. À aucun moment, il n’a accepté un droit de résistance politique en tant que tel contre l’Empereur, cantonnant cette notion à la lutte contre la papauté, même s’il a finalement accepté que l’Empereur puisse mener une guerre « par procuration » contre la foi évangélique. Luther n’a en fin de compte jamais cessé d’identifier la résistance à l’émeute, acceptant finalement de reconnaître que le droit de résistance des États vis-à-vis de l’Empereur pouvait être fondé en droit séculier, sans toutefois lui donner la moindre caution théologique, maintenant que le chrétien doit obéir à l’autorité légitime, sa résistance ne pouvant se servir que de moyens spirituels. Le prince chrétien, en revanche, a le devoir de protéger ses sujets de la tyrannie, et la résistance contre le pape a pour Luther des fondements théologiques évidents, dans la mesure où elle s’inscrit dans une perspective eschatologique, celle de la lutte contre le tyran universel, destructeur de la vraie religion. Cette lutte légitime du chrétien inclut naturellement les soutiens séculiers de la papauté, donc aussi l’Empereur ou les princes catholiques. Dans l’atmosphère apocalyptique des années 1530, Luther ira jusqu’à stipuler un devoir de résistance fondé sur l’Écriture, et même jusqu’à accepter la participation populaire à la résistance princière34, qu’il avait jusqu’à présent refusée.

35Ce n’est donc pas par la pensée de Luther que l’idée de résistance s’est imposée dans la tradition luthérienne, mais bien par l’influence des juristes de la cour de Saxe, comme une réponse aux difficultés politiques du moment. Luther n’a fait qu’accompagner cette évolution. Après la mort du Réformateur en 1546, ce sont paradoxalement les « gnésioluthériens » (luthériens « fondamentalistes ») de Magdebourg, autour de l’hébraïste Matthias Flaccius Illyricus (1520-1575), en désaccord avec Melanchthon, qui développèrent avec le plus de ténacité une théorie de la résistance.

Notes

1 Sur la question du droit de résistance, on consultera l’ouvrage fondamental de Eike Wolgast, Die Wittenberger Theologie und die Politik der evangelischen Stände, in Quellen und Forschungen zur Reformationsgeschichte (QFRG) 47, Gütersloh, Mohr, 1977. Voir également Hermann Dörries, « Luther und das Widerstandsrecht », in Wort und Stunde Band 3, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1970, p. 194-270 ; Ekkehard Fabian, « Die Entstehung des Schmalkaldischen Bundes und seiner Verfassung 1524/29-1531/35 », in Schriften zur Kirchen-und Rechtsgeschichte (SKRG) 1, Tübingen, Osiandersche Buchhandlung, 1962.

2 Von welltlicher Uberkeytt, wie weyt man yhr gehorsam schuldig sey, WA 11, 245-281.

3 Ibid., 266, 32.

4 Ibid, p. 267, 22.

5 Cf. Theologische Realenzyklopädie, vol. XXXV, article « Widerstand », Berlin-New York, Walter de Gruyter, 2003, p. 744-748.

6 WA Br. 4, 77, 1-30.

7 Ibid., 27-29.

8 Texte du recès in Ulrich Köpf (Hrsg.) Deutsche Geschichte in Quellen und Darstellung, vol. 3, Reformationszeit 1495-1555, Stuttgart, Reclam, 2001, p. 348.

9 WA Br. 5, 76-77.

10 WA Br. 5, 76, 20-22.

11 Ibid., 77, 29-33.

12 WA Br. 5, 78-81.

13 WA Br 5, 180-183.

14 Gerhard Müller, « Luthers Beziehungen zu Reich und Rom », in Helmar Junghans (Hrsg.), Leben und Werk Martin Luthers von 1526 bis 1546, Berlin, Evangelische Verlagsanstalt, 1983, p. 369-401, ici p. 377.

15 WA Br. 5, 208-211.

16 WA Br. 5, 223-225.

17 WA 30 II, 268-356.

18 WA 30 II, 397-412.

19 Cité par Gerhard Müller (note 14), p. 383.

20 WA Br. 5, 454, 27-455, 65 (lettre du 9 juillet 1530).

21 Cf. Martin Brecht, Martin Luther, vol. 2, Ordnung und Abgrenzung der Reformation, Stuttgart, Calwer, 1986, p. 391.

22 Sur la situation après la diète d’Augsbourg et la discussion sur la légitimité de la résistance, cf. Martin Brecht, ibid., p. 396-405.

23 WA Br. 5, 654, 41-46.

24 Ibid., 654, 59-655, 91.

25 WA Br. 6, 56, 6-57, 26.

26 WA 30 III, 276-320.

27 WA 30 III, 331-388.

28 WA 30 III, 276, 1-283, 6.

29 Cf. Gerhard Müller (note 14), p. 388.

30 Ibid., p. 390.

31 Cf. Gerhard Müller (note 14), p. 395.

32 Ibid., p. 395.

33 Zirkulardisputation über Mt. 19, 21, WA 39 II, 39-51. Cf. également Marc Lienhard, Martin Luther, un temps, une vie, un message, Genève, Labor et Fides, 1991, p. 251-252.

34 Cf. WA 39 II, 46, 27-32 : « Dann gleich wie Oberkeit, welcher du ein glied bist, selbst widersteht, also gebeut sie dir widerstand zuthun […], welcher du gehorsam zu sein schuldig bist. » Cf. également thèse 44.

Auteur

Germaniste, maître de conférence, université de Paris x-Nanterre

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540