Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Citoyens-combattants à Paris, 1848-1851

 | 
Louis Hincker

Deuxième partie. Portraits

Capacités

Texte intégral

Famille Sarre

1L’histoire de la famille Sarre est celle d’un absent, dont on parle beaucoup mais dont nous n’avons pas retrouvé de dossier dans les archives. Or Jeanty Sarre – Jeanty est le diminutif de Jean-Baptiste – bénéficie d’une renommée particulière. Il est une des figures auxquelles s’attache plus particulièrement le récit que fait Victor Hugo des combats du 4 décembre 1851 dans Histoire d’un crime. C’est sur cet écart entre l’archive et le récit historique que nous insisterons.

  • 1 Rappelons qu’Histoire d’un crime - Déposition d’un témoin -, est publié en 1877. Hugo précise cepen (...)
  • 2 Tout au plus apprend-ton que : « Jeanty Sarre a un oncle réactionnaire qu’il ne voit pas et qui dem (...)

2Le travail de mémoire, rétrospectif, n’est pas réservé au seul récit historique1. Bien après la disparition du combattant, les proches peuvent – ici une sœur – se réclamer du héros défunt. Mais la narration hugolienne fait l’impasse sur la position et la socialisation de celui qui devient un modèle d’insurgé par le truchement du talent de l’auteur2. Or les archives révèlent l’existence d’une fratrie, que le récit ne laissait aucunement deviner.

3Qu’est-ce qui, malgré tout, est en partage entre Jeanty Sarre et les siens ? Entre lui et ses frères notamment ? Ces derniers ont vu leur existence bouleversée par les journées révolutionnaires de la Seconde République. Ils ont dû parfois rendre compte de leur relation avec leur frère activement recherché après le coup d’État du 2 décembre. La spécificité de leurs propres expériences des événements n’a pas eu la postérité de celle de Jeanty. C’est précisément de ce type d’oubli que procède la méconnaissance ultérieure de l’enracinement social du citoyen-combattant.

4On ne peut rattacher la famille Sarre aux milieux populaires parisiens des années 1848-1851. Jeanty arbore le statut d’hommes de lettres, et ses deux frères sont commis voyageurs. Chacun incarne la manière dont la « classe moyenne », celle notamment des hommes à capacités, s’est retrouvée impliquée dans l’espace civique et politique propre à la prise d’armes citoyenne.

1881

  • 3 « Tous se pressèrent autour du nouveau venu. Jeanty Sarre lui offrit le commandement. – Non, dit il (...)

5Grâce à la plume de Victor Hugo, Jeanty Sarre apparaît comme un modèle de chef de barricade dans Histoire d’un crime. S’il offre son commandement le 4 décembre 1851 à Denis Dussoubs – dont la mort est magnifiée par le récit –, il est finalement confirmé par ce dernier à la tête de la barricade de la rue du Petit-Carreau en raison de son sens de la « tactique »3.

  • 4 Arch. nat., loi du 30 juillet 1881, F15 3968c, Demandes rejetées par la Commission départementale d (...)

6Trente ans après les faits, l’épisode vaut titre de gloire posthume, et c’est la sœur du héros qui espère – elle a 67 ans – pouvoir en retirer un droit à l’indemnité comme « victime du 2 décembre ». Mais la loi du 30 juillet 1881 n’a pas prévu de reverser des sommes aux collatéraux. La requérante est déclarée « exclue par la loi »4, en contradiction ici avec la parole tutélaire hugolienne, parole souvent invoquée par nombre d’impétrants dans leurs adresses aux autorités.

  • 5 Arch. nat., loi du 30 juillet 1881, F15 4143, rapport du 18/12/1880.
  • 6 Rappelons qu’Étienne Arago est le frère de François Arago, le membre du gouvernement provisoire. Il (...)
  • 7 Arch. nat., loi du 30 juillet 1881, F15 4143, lettre du 23/9/1881.

7Il est tout de même un témoin, venu retracer le trajet du défunt, mort non pas au combat, mais à l’Hôtel-Dieu en 1854 après une arrestation tardive à la fin de l’année précédente5. Ce témoin c’est Étienne Arago, archiviste de l’École des Beaux-Arts en septembre 1881, une figure de la révolution de 18486 : « ce n’est point une banale apostille que je donne à la demande de Mlle Joséphine Sarre Filhoulaud. », écrit-il7. C’est d’abord d’un compagnon politique qu’il se souvient :

  • 8 La notice que consacre le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français à Jeanty Sarre me (...)

« Son frère Jeanty Sarre, rédacteur du journal La Réforme, avait été des plus hardis combattants dans les journées du 23 et 24 février 1848. »8

8C’est donc bien de la mémoire d’un « combattant » dont il s’agit :

« Il fut le jeune et vaillant soldat de la République, dont la sœur demande à participer à l’Indemnité votée par le Parlement. »

9L’Histoire témoigne pour le disparu, sous la plume d’un grand poète :

  • 9 Il n’y a pas, à proprement parler, de quartier de ce nom, mais la rue du Petit-Carreau est bien dan (...)

« Au Coup d’État de Décembre, il ne faillit pas à ses antécédents, et ce fut lui qui commandait la Barricade où tomba l’héroïque Gaston Dussoubs. Je connus ce fait à Bruxelles où j’étais exilé depuis quatre ans et où j’accueillis Jeanty Sarre comme un ami. Et Victor Hugo l’a désigné comme chef de la Barricade du quartier Poissonnière9 dans l’histoire d’un crime. »

10Jeanty Sarre appartiendrait à la catégorie des hommes de lettres prêts à donner de leur sang au combat. Réchappé du feu, il n’en aurait pas pour autant abandonné son engagement dans la presse politique :

« Jeanty Sarre fit un séjour d’un an en Belgique ; mais malgré mes supplications, il voulut rentrer secrètement en France où il espérait se rendre utile au parti républicain, et vivre ignoré en travaillant dans les journaux de l’Opposition sous le voile de l’anonymat. »

11Sa fin fut celle, si ce n’est du combattant, d’une victime, presque d’un blessé :

« Il fut arrêté, incarcéré à Sainte Pélagie d’où malade il fut transporté à l’Hôtel Dieu pour y mourir. »

12Mais que reste-il en propre à la sœur, qui espère aussi que sa situation soit reconnue pour elle-même ? D’abord un héritage ambivalent, qui dit aussi ce qui la sépare de son illustre frère, au nom duquel pourtant elle écrit :

  • 10 Arch. nat., loi du 30 juillet 1881, F15 4143, lettre, sd.

« Je joins mes sollicitations à celles des personnes qui ont compris que ma situation avait été gravement compromise par l’attitude politique de mon frère. »10

13L’illégitimité politique attend sa réparation, mais le mal est fait. Le cortège des difficultés est le reliquat de ce qui fut en partage, en commençant par la perte d’une position qui devait tout à la révolution de février :

« J’ajoute que directeur-général des Postes en 1848, j’avais donné une modeste direction de poste en province à Melle Joséphine Sarre Filhoulaud, et que ce bureau lui fut enlevé par le gouvernement de Napoléon III. »,

  • 11 Ibidem, rapport du 18/12/1880.
  • 12 Idem.

14écrit Étienne Arago. On peut lire sur le dossier de la requérante : « à recommander vivement pour un débit de tabac ». Elle-même parle de son « Existence qui a été abreuvée de bien des amertumes ». Elle vit à Magnac-Bourg en Haute-Vienne, berceau de la famille. Dès le mois de décembre 1880, la préfecture mentionne « sa situation de fortune très précaire ; elle élève un petit garçon qu’elle a recueilli »11. Il est alors révélé l’existence d’« un autre frère vivant qui est à l’abri du besoin »12. Le déclassement n’aurait donc pas été pour tous les membres de la famille la conséquence de la résistance au coup d’État à laquelle participa l’un des leurs. Mais le drame de la disparition de Jeanty Sarre en dissimule d’autres, passés sous silence dans le cadre de l’indemnisation des « victimes du 2 décembre ». Trente ans après les faits, les expériences familiales de la Seconde République sont pour une large partie non dévoilées.

François Sarre en décembre 1851

  • 13 Histoire d’un crime…, ouv. cité, IV, 4, « Les fait de la nuit – Le passage Saumon », pp. 383-387.
  • 14 Arch. min. Guerre, décembre 1851, B 195 45, interrogatoire du 17/12/1851.
  • 15 Ibidem, rapport du 8/12/1851.
  • 16 Signalons cependant qu’une affiche dressant la liste des délégués du comité démocratique-socialiste (...)

15Si Jeanty Sarre parvient à s’échapper, au soir du 4 décembre 1851, par les grilles du passage Saumon, selon le récit là encore particulièrement haletant de Hugo, une fois la barricade de la rue du Petit Carreau aux mains des forces de l’ordre13, ce n’est pas le cas de son frère François, alors âgé de 35 ans, commis en nouveautés, et résidant modestement 18 rue de Poitou dans une chambre au 6e étage. Les deux frères vivent ensemble, mais depuis seulement huit jours d’après le prévenu14. Le concierge, lors de la perquisition du domicile le 8 décembre, précise que le fuyard n’est en effet pas locataire de la maison, mais qu’il y dort souvent depuis quelque temps15. Le 18 de la rue de Poitou est l’adresse du négociant Perrin où est employé François depuis dix ans. Le dossier révèle que d’autres chambres de la maison sont occupées par des collègues du prévenu, il partage d’ailleurs la sienne avec l’un d’eux, un autre commis. Il faut donc considérer le domicile comme un simple pied à terre de Jeanty Sarre ;16

16La perquisition accumule les indices d’une culpabilité supposée partagée entre les deux frères. La chambre garde de nombreuses traces du passage de l’homme politique comme du combattant :

  • 17 Il s’agit des élections partielles du 10 mars 1850 : Hippolyte Carnot, François Vidal et De Flotte, (...)

« une carte d’électeur au nom de Jeanty Sarre, quatre lettres dont trois signées Étienne Arago et une signée Pruvost, deux cartes du comité démocratique socialiste du département de la Seine au nom de Jeanty Sarre, au recto de la deuxième feuille de la lettre cotée no 5 se trouve un paragraphe important commençant par ces mots : Jetez donc parmi les ouvriers l’idée de l’invasion étrangère etc., etc. et finissant par ceux ci : la question est là, l’attaque de la France au printemps prochain [...] sur la cheminée il a été trouvé une trentaine de capsules à pistolets enveloppées dans une vieille enveloppe de lettre portant pour inscription : Rouen 2 rue Herbière Mr Caron Peintre. Il est probable que ce petit paquet de capsules aura été déposé à l’endroit où il a été trouvé par l’un des agents qui nous accompagnait, par le né Jeanty Sarre lors de la visite qu’il a faite à son frère, il y a deux jours, c’est-à-dire le lendemain de la bataille de la rue. L’enveloppe de lettres ci-dessus porte deux timbres l’un de départ 4 juillet 1851 Bourg Achard, l’autre d’arrivée portant Rouen 5 juillet 1851. […] une assez grande quantité de bulletins de vote portant les noms de Carnot et de Vidal ces bulletins étant anciens. »17

17L’activisme de l’opposant politique semble avéré : la dangerosité de son influence sur les « ouvriers », ses relations avec la province, ses discours politiques comme sa possession de munition.

18François Sarre dénie tout fondement à l’accusation. Il doit affronter seul lors de son interrogatoire, en l’absence du principal concerné, l’apprentissage de l’illégitimité politique qui accompagne la répression. Seule la « peur » expliquerait, selon lui, la fuite de Jeanty depuis la multiplication des arrestations.

Demande : « Vous êtes signalé dans votre quartier comme vous occupant activement de propagande socialiste ? »

Réponse : « Je puis prouver le contraire car je ne sors presque pas du magasin et le soir à huit heures je suis toujours couché. »

Demande : « Cependant on a trouvé chez vous différents écrits qui prouvent le contraire. »

19Le travail opposé à l’activité politique, la préservation du lien familial de toute compromission, le rejet des armes, François donne des gages de son adhésion aux normes qu’instaure la répression des journées révolutionnaires :

Réponse : « La lettre signée Étienne Arago écrite il y a trois ans est adressée à mon frère Jeanty Sarre, je l’ai lue et sans y attacher de l’importance. Mon frère était délégué du comité démocratique socialiste, il avait des cartes mais je n’en profitais pas. »

Demande : « Comment expliquez-vous la présence d’un paquet de capsules de pistolet trouvé dans la cheminée ? »

Réponse : « Je ne puis pas dire comment elles se sont trouvées là. À côté de ma chambre existe une autre chambre habitée par plusieurs autres employés de la maison par conséquent le paquet de capsules a pu être apporté par quelques personnes étrangères. Je ne pense pas non plus que ces capsules appartenaient à mon frère Jeanty. »

20Lors de la perquisition, il refuse de signer l’étiquette de saisie des capsules de pistolet, prétextant « ne pas avoir vu la découverte ». En mars 1852, François Sarre bénéficie d’une décision de libération. Il aura dû aussi préciser qu’il n’est pas le Sarre arrêté en juin 1848, et dont « un grand nombre de lettres » ont été retrouvées lors de la perquisition, « datées du bord du ponton de l’Uranie de Belle-Île et de Bône (Algérie) ». Il s’agit d’un troisième frère, Francis, toujours en transportation. Un frère peut en cacher un autre, et la famille n’en est donc pas à sa première confrontation avec les autorités au lendemain d’une journée révolutionnaire.

Francis Sarre : prévenu de juin 184818

  • 18 Le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français lui consacre une notice, mais le nomme p (...)
  • 19 Signalons qu’une note du secrétariat général du Président de la République datée du 15/2/1850 menti (...)

21Avant d’aller plus loin, précisons que l’on ne peut savoir si le frère de Joséphine Sarre, qui est dit en 1881 « à l’abri du besoin », est François, arrêté en décembre 1851 ou Francis, longtemps détenu politique après les journées de juin 1848. Or ce dernier a connu autant l’adversité que son aîné, l’homme politique célébré par Hugo, ce que rien ne laissait présager dans la requête de la sœur en 1881. Et c’est pourtant sur lui que les archives sont les plus prolixes. L’histoire de Francis introduit à d’autres expériences des journées révolutionnaires, reléguées dans l’oubli, parce qu’attachées à un événement dont nous avons dit la mémoire empoisonnée, mais aussi parce que sans lien direct avec le destin posthume de Jeanty Sarre19.

  • 20 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 107 8107, interrogatoire du 29/8/1848.

22Combattant, Francis Sarre l’est lui aussi, du moins à sa manière. « Je suis garde national et électeur », dit-il lors de son interrogatoire en août 1848, ce qui est la norme depuis la révolution de février20. Mais il déclare aussitôt :

« Je ne sais si ma légion a marché pendant les journées d’insurrection mais je le suppose. Je communique peu avec mes voisins et je ne saurais l’affirmer. Je ne savais pas pourquoi on se battait, je préférais du reste satisfaire ma curiosité en me promenant dans Paris. »

23À 27 ans, il est comme son frère François, commis voyageur. Il est locataire d’une chambre et d’un cabinet 9 rue Croix-des-Petits-Champs depuis le mois de janvier, et réside à Paris depuis dix ans. Il explique sa relative nonchalance vis-à-vis de ses devoirs de garde national par le fait qu’il n’est de retour de sa « tournée de province » que depuis cinq mois. C’est sans scrupule qu’il aurait circulé le 23 juin 1848 dans Paris, attiré comme bien d’autres par les événements :

« Je me suis promené toute la journée dans les quartiers de Paris où il était encore possible de circuler ; étant la plus grande partie du temps en province j’étais curieux de voir de près ce que c’était qu’une insurrection. Je suis rentré chez moi plusieurs fois dans la journée et en dernier lieu je revins me coucher sur les 9 ou 10 heures du soir. »

24Va-et-vient, curiosité et quant-à-soi, voilà un garde national qui s’autorise bien des libertés. Il dit posséder les clefs de sa chambre et pour cette raison n’avoir pas eu besoin du portier, l’entrée de la maison n’était pas fermée à son retour. Mais il est des curiosités compromettantes. Francis Sarre doit répondre du port de cartouches au moment de son arrestation et d’un mouchoir taché de sang. Il s’explique : se promener ne veut pas dire rester à l’écart, et le mouchoir viendrait de soins apportés à un blessé. Francis Sarre sait reconnaître la singularité d’une journée révolutionnaire. Le jour où les armes parlent, d’une manière ou d’une autre, il semblerait qu’il faille qu’il en soit. Les cartouches datent du 24 février :

« et je les ai prises le vendredi sur moi sans but déterminé, parce que ce n’était pas un jour ordinaire et sans intention de m’en servir. »

25Lors d’un premier interrogatoire l’officier de police judiciaire ne cache pas sur ce point sa perplexité :

  • 21 Ibidem, interrogatoire du 7/7/1848.

« Il est peu probable cependant que laissant votre fusil dans votre domicile, vous ayez pris des cartouches, si votre intention n’était pas soit d’en faire usage dans la journée soit de les porter dans le quartier où vous alliez. »21

26Mais le prévenu a au moins pour lui d’être sorti non armé, possesseur qu’il était pourtant de deux fusils, l’un comme garde national, et l’autre, lui aussi, « pris au mois de février ».

27Cependant Francis Sarre ne fait pas assez attention au contenu de ses poches, il doit aussi rendre compte d’une boîte de capsules, et, pire, aux yeux des autorités, d’une carte du club de la révolution signée par Barbès. Il prétend que sa négligence est à la hauteur de sa probité, « oubliant » dit-il de se débarrasser du mouchoir ensanglanté et de la boîte à capsule « en mauvais état » qui se trouvaient dans sa poche « par mégarde » :

« J’avais aussi sur moi une carte du club Barbès, je l’avais trouvée le vendredi sur le boulevard. Je l’avais ramassée croyant que c’était un cachet de restaurant que je laissais tomber de ma poche, on a saisi en même temps sept ou huit cachets de restaurant à peu près semblables. »

28Ce dernier détail n’est pas confirmé par la liste des objets trouvés sur lui, qui ajoute à ceux déjà mentionnés : la somme de 9,70 francs, des balles, une montre en argent, des ciseaux, un couteau, et plusieurs clefs. « J’affirme que je ne suis pas inscrit au club Barbès, je pense qu’il doit y avoir sur la carte un nom autre que le mien. », dit-il. Curiosité et inattention valent à Francis Sarre la transportation.

« Cet homme est du nombre de ceux qui se conduisent le plus mal et qu’il est impossible de changer quant à présent sa position. »,

  • 22 Arch. nat., juin 1848, demande de grâce, BB 21 610.

29peut-on lire dans un rapport du ministère de la Guerre daté du 11 juin 1851, trois ans après son arrestation22. Il faut attendre encore quelques années pour que Francis Sarre se décide à donner des témoignages d’expiation. En décembre 1854, les autorités émettent un avis favorable pour sa libération :

  • 23 Ibidem.

« il aurait été alors rendu à la liberté, si sa conduite en Algérie n’avait pas été mauvaise. Mais voici les derniers renseignements transmis sur son compte par le commandant de l’Établissement pénitentiaire : Sarre se conduit bien. Il est d’une soumission exemplaire, très laborieux et d’une grande sobriété. Sans antécédents judiciaires, ayant mis de côté ses opinions politiques, ce transporté mérite en tout point la bienveillance de sa Majesté. Le commandant de l’Établissement pénitentiaire le propose pour la grâce entière. »23

30Dans sa lettre de demande de grâce, le détenu reconnaît lui-même le temps qui lui aura fallu pour que son apprentissage de l’illégitimité politique porte ses fruits :

  • 24 Ibidem, lettre du 21/9/1854, rédigée à Lambessa.

« Cette détermination pour être tardive n’en est pas moins sincère. Elle est le fruit des réflexions, longtemps mûries, que tout homme sérieux doit porter à l’accomplissement d’un acte important et durable. »24

31Le rapport sur sa condamnation égraine ses fautes et le montant du rachat qu’il aura dû payer :

  • 25 Ibidem, rapport du 25/10/1853.

« Le 21 août, les commissions militaires rendirent une décision de transportation en vertu de laquelle Sarre fut d’abord transféré à Brest, sur le ponton l’Uranie, où il fut soumis à l’examen de la commission des mises en liberté et classé parmi les douteux. Le commandant du ponton l’avait compris dans la même catégorie, en le signalant cependant comme socialiste exalté et pas grand-chose de bon. Envoyé plus tard à Belle Isle, il se trouva porté sur l’état des dangereux. Il figurait également sur l’état des hommes les plus dangereux et les plus exalté du dépôt. Il était, en outre, sur cet état, l’objet de la mention suivante : exalté – homme d’action. »25

32Comme pour bien d’autres, dans les mêmes circonstances, le renoncement est un engagement dont la nature civique et politique est explicite :

« Sire, conformément à votre désir, le soussigné, pur de tout antécédent judiciaire, déclare donner pleine et entière adhésion au gouvernement volontairement consenti et sanctionné par le pays, tel qu’il existe actuellement. Il s’engage en outre à en respecter les institutions et les lois sans que, dans aucun cas, il cherche à leur porter atteinte ou empêchement dans leur libre exécution. De plus, il promet de ne jamais contracter aucun engagement ou affiliation avec une société secrète, quel qu’en soit le caractère et le but. »

33Tels sont les gages convenus d’adhésion à la nouvelle norme politique.

34Les termes de ce nouveau contrat sont placés, comme il se doit, sous la tutelle de la famille du détenu :

  • 26 Ibidem, rapport, décembre 1854.

« Le transporté parait appartenir à une bonne famille. Il fut réclamé par son père, propriétaire à Magnac Bourg au commencement de 1850. »26

35Soulignons tout de même l’ampleur des délais : il s’est passé près de deux ans avant que le père ne réclame son fils, et cinq années encore avant d’obtenir une libération. Quoi qu’il en soit, pour Francis Sarre aussi, l’apprentissage de l’illégitimité politique passe par la prise en charge familiale du devenir du prévenu d’insurrection. On retrouve François, son frère, qui, dès juillet 1848, vient le « réclamer » :

  • 27 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 107 8107, lettre du 7/7/1848.

« [Il] a été arrêté le dimanche en venant me voir, sans doute par erreur ! car depuis dix ans qu’il est Paris, nous nous sommes toujours réunis chaque dimanche : seul jour qu’un employé puisse consacrer à ces entrevues intimes. »27

36François a déjà conscience du type de soumission que les autorités attendent : « Monsieur, mon frère ne s’est jamais occupé de politique ». En février 1850, c’est au tour du père, de réclamer la liberté de son « malheureux fils » :

  • 28 Arch. nat., juin 1848, demande de grâce, BB 21 610, lettre du 6/2/1850.

« Je suis persuadé que l’on s’est trompé en le rangeant dans la catégorie des hommes dangereux et incorrigibles. »28

37La douleur témoigne du malheur partagé :

« C’est le plus jeune de mes fils et le plus faible, son tempérament est délicat et maladif. Cette peine que des hommes plus vigoureux supporteraient le conduira rapidement au tombeau. Je vous supplie d’épargner cette dernière douleur à un pauvre vieillard de 73 ans qui vous supplie les mains jointes. »

38Et derrière l’argument de la faiblesse physique du jeune homme, pointe déjà celui de son incapacité morale à affronter une épreuve dont le sens politique n’échappe pas à l’intercesseur. La requalification par la famille s’accompagne du rejet de tout activisme partisan :

« J’ignore ce qui s’est passé à Paris dans les journées de juin 1848, mais je pourrais jurer que mon fils ne s’est pas mêlé aux troubles ni à la guerre cruelle qui eut lieu alors, car mon fils est un jeune homme paisible et laborieux, exclusivement occupé depuis dix ans de commerce, n’ayant jamais été lié à aucun parti, et que personne au monde ne pourrait accuser d’une mauvaise action. »

39Le père n’oublie pas de garantir la « moralité », la « douceur » de l’« esprit » et des « mœurs » de son fils. À « Monsieur le président » de faire montre de « justice » et de « clémence ».

  • 29 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 107 8107, déposition du 18/8/1848 d’Alexandre, 41 ans, concierge du (...)

40Il aura peut-être manqué à Francis Sarre au moment de son arrestation une position suffisamment solide à offrir en garantie de son honnêteté. En juin 1848, il est un déclassé, qui a fait faillite : « Je ne sais pas quels étaient depuis ses moyens d’existence. », déclare son concierge29. Il expliquait lui-même lors de son interrogatoire :

  • 30 Ibidem, interrogatoire du 29/8/1848.

« J’étais commis voyageur pour le compte de mr Dagran, alors négociant et demeurant maintenant rue de Rochechouart no 65. […] Ma faillite n’est pas encore terminée, je ne sais quel dividende elle produira aux créanciers. »30

41Le témoignage de celui qui est autant son employeur que son associé apporte quelques précisions :

  • 31 Ibidem, déposition du 18/8/1848 de Dagran, 29 ans, négociant, 65 rue Rochechouart.

« Sarre a été mon associé, nous avons fait faillite au mois de janvier dernier et nous nous sommes séparés. Depuis ce temps là je l’ai vu fréquemment. Jamais il n’a manifesté l’intention de se mêler aux troubles. Je ne sais pas ce qu’il a fait pendant l’insurrection. Son frère m’a dit que c’était en allant le voir qu’il a été arrêté. »31

42On aura remarqué que Francis ne dit rien de son frère aîné Jeanty, celui-ci ne semble pas de son côté s’être manifesté pour lui apporter son aide. On ne peut parler pour leurs cas de familialisation des expériences des journées révolutionnaires de 1848. C’est l’unique document rédigé de la main de Jeanty que nous ayons finalement pu trouver qui le confirme à sa manière.

Jeanty Sarre en 1848

  • 32 Arch. nat., Instruction publique, Indemnités littéraires et scientifiques, F17 3168, lettre du 17/1 (...)
  • 33 Ibidem, lettre du 30/11/1848.

43À l’automne 1848, Jeanty Sarre est un homme de lettres dans le besoin. Sa position pâtit de la perte de légitimité de la révolution de février. Il se décide à réclamer auprès du ministère de l’Instruction publique une partie des fonds extraordinaires visant à encourager les sciences et les lettres32. Il essuie un refus, sous le prétexte de l’insuffisance des crédits du ministère, toute demande postérieure à la date du 10 août 1848 n’étant plus prise en compte33. On apprend au passage ce qui le différencie de ses frères qui sont employés comme commis depuis au moins dix ans :

  • 34 La Société des Gens de lettres nous a informé qu’elle ne possède pas de document au nom de Sarre da (...)

« Citoyen Ministre, Je suis membre de la Société des Gens de Lettres, voué exclusivement depuis sept ans à des travaux littéraires parmi lesquels je citerai : L’Hôtel de Mercey, et L’Anneau brisé, romans publiés dans la Réforme (décembre et janvier 1845-1846, août, septembre et octobre 1846). »34

44Pour la circonstance, il doit aussi signifier ses distances avec les bouleversements politiques, malgré sa collaboration à la presse démocratique :

« Mes travaux ayant été presqu’entièrement suspendus à la suite de la Révolution de février, je viens vous prier, citoyen Ministre, de me comprendre dans la répartition des fonds votés en faveur des lettres. Jeanty Sarre, rue de Seine 10, 17 novembre 1848. »

45C’est donc entre les lettres et la politique, que Jeanty Sarre aura navigué. Soulignons que son statut de commandant de barricades en décembre 1851, auquel rétrospectivement Hugo rend hommage, laisse dans l’ombre cette position qui est la sienne au moment où la prise d’armes citoyenne perd en juin 1848 sa légitimité, et quand un de ses frères est victime de la répression.

 

  • 35 Histoire d’un crime…, ouv. cité, III, 10, p. 334.
  • 36 Comme le propose en note l’édition récente que nous utilisons, Charpentier et Jeanty Sarre « appara (...)

46On sait maintenant ce que Histoire d’un crime ne disait pas : Jeanty Sarre, engagé qu’il est dans la carrière des lettres comme en politique, est un confrère de Victor Hugo, certes sans la même envergure. Significativement le récit rejette par l’anecdote la question de l’usage des capacités durant les combats : Jeanty Sarre chef de barricade gronde son second Charpentier au moment où celui-ci ose proposer à Hugo de lire « ‘un de ces jours’ une tragédie » de sa composition. Mais place aux faits, le combat commande, et le grand homme de répondre : « Nous en faisons une. »35 Ambivalence de la réplique qui, rétrospective, envisage non seulement la distance entre réalité et récit mais aussi le décalque de l’œuvre littéraire sur les expériences. La possibilité ultérieure de réécrire une tragédie en tant que telle est finalement réservée à l’auteur, et non à ses compagnons d’armes. Elle légitime le statut du « témoin » – selon le mot utilisé pour le titre de l’ouvrage – et du narrateur d’Histoire d’un crime36. Elle le distingue parmi les personnages du récit historique.

47Récapitulons. Jeanty Sarre ne parvient pas en 1848 à obtenir une indemnité littéraire, et sa sœur voit en 1881 sa demande d’indemnisation comme « victime du 2 décembre » rejetée. En 1851 un frère est en quelque sorte arrêté à la place de Jeanty, qui aurait été une meilleure prise pour la répression. De 1848 à 1855 un autre frère, téméraire combattant de juin 1848, connaît de longues années de transportation. La famille ne connaît donc que l’adversité et n’obtient pas réparation. L’expérience des journées révolutionnaires de Jeanty Sarre comme celle de ses proches sont marquées au sceau d’un déficit de reconnaissance. On peut alors identifier celui-ci comme le propre de ceux qui sont accusés d’avoir dérogé au modèle normatif de la citoyenneté capacitaire, d’avoir œuvré à rebours de leurs ressources et de leurs positions.

Léon et Antonio Watripon

  • 37 Voir Jean-Claude Caron, Générations romantiques. Les étudiants de Paris et le Quartier latin (1814- (...)

48Antonio Watripon est un homme public qui doit toute sa notoriété à l’année 1848. À l’âge de 27 ans, il se retrouve à la tête de la Jeunesse des Écoles, ce mouvement des étudiants des facultés de droits et de médecine qui manifestent leur opinion politique depuis la Restauration37. La documentation le concernant est plus foisonnante que celle de la majorité des autres personnes que nous avons rencontrées. Nous ne prétendons pas en avoir épuisé toute la signification. De plain-pied dans l’espace public, Watripon écrit et publie beaucoup. Il s’érige comme l’un des porte-parole des hommes à capacités engagés dans la révolution. C’est pourquoi la singularité de son mode d’apprentissage de l’illégitimité politique des journées révolutionnaires éclaire d’une lumière plus crue ce qu’il est advenu de ces quelques individus de la « classe moyenne » qui ont voulu participer aux événements. Il se qualifie lui-même de « fils de la bourgeoisie ». Jusqu’à la fin de sa vie, il apparaît véritablement habité par la question du rapport entre les générations. Cette obsession explique en grande partie son ascension à la faveur de la révolution de février, comme sa déchéance ensuite. Son trajet doit être rapporté, et comparé, à celui de ses proches, ici principalement un de ses frères, Léon, lui aussi un temps prévenu d’insurrection. Plus que d’autres, les frères Watripon ont voulu s’émanciper de leur éducation familiale pour se rapprocher du « Peuple ». En ce sens, ils se distinguent de la plupart des hommes politiques qui conservent une haute idée d’eux-mêmes et qui ne témoignent pas autant qu’eux d’une conception inquiète de leur fonction dans l’espace public en révolution. Les frères Watripon disent aussi, sur le long terme, ce qu’il leur en a coûté de vouloir ainsi s’affranchir des normes de la citoyenneté capacitaire, jusqu’à parfois les transgresser volontairement.

La prophétie : le père

  • 38 Arch. min. Guerre, décembre 1851, B 211 844, lettre du 2/3/1852.

49C’est une lettre en mars 1852 du père Watripon pour réclamer l’indulgence du ministre de la Guerre à l’égard de son fils Léon, « prévenu de décembre 1851 », qui donne le ton à l’ensemble des documents que nous avons pu réunir sur cette famille38. C’est la portée générale qu’elle s’autorise, le niveau d’analyse qui est le sien, qui éclairent les ambitions et les aspirations des hommes à capacités engagés en politique durant la Seconde République. Une note de police nous apprend que le rédacteur de cette lettre est l’ancien directeur de l’hospice de Beauvais, ville où il réside, et qu’il est père d’une nombreuse famille.

50Le prévenu a en effet :

  • 39 Ibidem, rapport du 9/1/1852.

« un frère présentement sergent major d’infanterie, un autre qui exerce le métier d’épicier, un troisième qui termine ses études, puis Antonio qui a publié divers ouvrages et journaux démocratiques, et enfin une sœur. »39

  • 40 Arch. nat., Société des Gens de Lettres, 454 AP 448.

51Autorisons-nous une anticipation. À l’époque du décès d’Antonio en 1864, l’un des frères est capitaine d’État-major à Moutiers en Savoie, un autre est chef de gare sur la ligne du Bourbonnais à Moulins, la sœur est professeur de musique dans la maison des Ursulines au Havre40. Le profil de la famille correspond bien à celui de la « classe moyenne », sans aisance particulière, occupant simplement des emplois qui font valoir une compétence professionnelle, ni dans l’industrie ni dans le commerce, mais au service d’une institution, d’une communauté, à l’image de la direction par le père des hospices de Beauvais.

52Ce père est ancien soldat de l’empire, et en 1851, il se porte garant du passé familial de son fils « détenu politique » :

« Watripon capitaine retraité de l’ex Armée Impériale, Légionnaire de 1810, A Mr le Ministre de la Guerre, N’ayant jamais servi que sous le régime impérial, je crois pouvoir déroger à la ligne de conduite que je m’étais imposée jusqu’ici de ne rien solliciter d’aucun gouvernement, si ce n’est sous celui du grand Capitaine, au nombre des plus fidèles serviteurs duquel j’éprouve la satisfaction de pouvoir me compter ; c’est à ce titre, monsieur le ministre, que je viens invoquer votre indulgence pour l’un de mes fils, Léon Watripon, maintenant détenu au fort d’Ivry, pour délit politique. […] vous qui approchez Monsieur le Président de la République veuillez être assez officieux pour solliciter son indulgence en faveur du fils de l’un des anciens serviteurs de son oncle. »

53L’épreuve du feu partagée dans le passé permet de s’adresser à une autorité, de famille à famille, en ravivant des liens entretenus jusqu’ici dans le silence. Le père sait le caractère du « délit » imputé à son fils :

« Ce jeune homme, qui a servi comme volontaire dans le 41me de ligne, n’est point un mauvais sujet, et c’est plutôt pour se faire une position que par conviction, qu’il s’est lancé dans la Presse de l’Opposition. »

54Même rapporté à une question de carrière, l’écart de conduite demande des explications. L’ancien soldat prédit alors, en parlant de son fils, le possible devenir de la nouvelle « génération ». Il lui assigne presque une mission, et tente de compenser son « délit politique » par sa foi dans l’« ordre » et le « progrès », selon lui consubstantielle au temps présent :

« Mr le Président de la République doit maintenant connaître mieux que personne l’Opinion générale de la France, et il est prudent de lui tenir compte des changements qu’elle a éprouvés depuis près de 40 ans ; ce qui était possible alors ne l’est plus aujourd’hui et la génération qui nous pousse est pour un Ordre de chose compatible avec les progrès des Sciences et des Arts, et partout avec ces rapides communications qui doivent nécessairement aboutir à une fusion générale de toutes les nations. »

55C’est dire que le temps des guerres est passé, et avec lui les conflits civils. Si l’expérience est encore du côté du soldat, l’avenir est à ses enfants :

« Ces considérations doivent le porter à une extrême indulgence envers une jeunesse d’autant plus prompte à s’enflammer qu’elle est sans expérience et qu’elle est poussée vers ce nouvel ordre des choses pour des innovations dont le résultat est au dessus de toute prévoyance humaine. »

  • 41 Rappelons que la devise « Ordre et Progrès » qui date de 1848, est celle de la Société Positiviste (...)

56« Jeunesse », le mot est lâché ! Le père pense-t-il alors à l’importance qu’il revêt, non pas pour Léon mais, comme nous le verrons, pour l’autre de ses fils engagé dans les turbulences du moment ? Quoi qu’il en soit, le devenir de deux de ses fils dont nous allons parler montre en quoi leur père se trompe. L’optimisme de ce dernier, assuré de la marche de l’ordre vers le progrès41, ne mesure pas ce qu’il en coûte d’être accusé de s’occuper de politique. Pour Léon et Antonio Watripon, l’illégitimité de la « classe moyenne » engagée en révolution aura pesé plus lourd que leur mission prophétisée par leur père.

Ce qu’est devenu Léon Watripon

  • 42 Arch. nat., loi du 30 juillet 1881, F 15 4082, lettre du 28/2/1883.

57En février 1883, à 60 ans, Léon Watripon se plaint « du chiffre minime de 200 francs par an » qui lui a été alloué comme « victime du 2 décembre », et pense « mériter davantage »42. Deux ans plus tôt, le rapport faisant suite à sa demande d’indemnisation accumule les renseignements défavorables :

« Moralité douteuse […] entièrement abruti par la boisson, c’est un drogué de la pire espèce, il a été plusieurs fois ramassé dans les rues de la ville ivre mort. […] sans ressource, il s’occupe à Nice de petits journaux et vit d’expédients. »

58Il est même fait état de précédentes condamnations ; on croirait lire un extrait des sommiers judiciaires :

« Condamné le 8 novembre 1851 à neuf mois de prison et 1400 francs d’amende (Assises) pour diffamation envers les autorités pour la publication d’un journal dont il était le gérant, poursuivi en 1852 pour faillite, condamné en 1862 (tribunal correctionnel de Nice) à 10 jours de prison pour coups et blessures, condamné en 1869 à un mois de prison pour outrage à la gendarmerie. »

59Dès avril 1881, attentif au débat parlementaire, Léon Watripon se fait connaître comme combattant de décembre :

  • 43 Ibidem, lettre du 20/4/1881.

« Rédacteur gérant du journal la Révolution de Xavier Durrieu en 1851. Combattant du 3 et du 4 décembre à la barricade du faubourg Saint Antoine et à celles de la rue Thévenot et de la rue Montorgueil [...] embarqué pour l’Angleterre le 10 mars 1852, rentré en France avec une femme malade en juin 1859. »43

60Combattant il était, auprès d’hommes politiques dont il peut encore se réclamer :

  • 44 Idem.

« Je puis à la rigueur me recommander des noms de Victor Schœlcher et de Louis Blanc dont j’ai eu l’honneur d’être secrétaire à Londres. »44

  • 45 Idem.
  • 46 Ibidem, lettre du 16/12/1881.

61En 1881, à cause de ses difficultés financières, il réclame toutes sortes d’aides et de secours : « un secours quelconque pour passer en Algérie et y obtenir une concession »45, « une subvention pour les publications que je fais à Nice, dans l’intérêt public »46. Déçu par la somme qui lui est octroyée, il rappelle que son état de nécessité garde sa signification politique venue du passé :

  • 47 Ibidem, lettre du 27/3/1882.

« Je suis dans un état précaire attendu que j’ai perdu des leçons d’anglais données à des élèves insolvables. Je ne viens donc pas demander l’aumône, je réclame ce que la loi nous a octroyé. [...] j’ai été mis en faillite par le coup d’État quand j’étais dans les casemates d’Ivry, ça ne serait pas une raison de me priver de mes droits politiques. »47

62Il demande en raison de son âge et de ses infirmités que sa pension soit augmentée. Mécontent, il redit qu’elle était à l’époque le prix d’une participation à une journée révolutionnaire :

  • 48 Ibidem, lettre du 28/2/1883.

« Les 3 et 4 décembre j’ai risqué dix fois ma vie sur les barricades. »48

63À sa manière il garde certaines traces de son rapport aux armes, revendique encore son passé militaire sans vraiment le séparer de son activisme politique :

  • 49 Idem.

« J’ai 60 ans, huit ans de service. En quittant l’armée j’ai pris un journal qui a été confisqué par le Coup d’État. »49

  • 50 Rachel est restée célèbre pour s’être produite en chantant la Marseillaise sur la scène parisienne (...)
  • 51 Rappelons que Guiseppe Garibaldi est né à Nice en 1807.
  • 52 Roi de Sardaigne de 1821 à 1831. Rappelons qu’en 1860, le traité de Turin offre Nice et la Savoie à (...)

64Il fait parvenir le « numéro programme » du journal dont il semble être l’unique rédacteur : Le Cicerone de Nice de Monaco, saison 1880-1881. La feuille se propose d’offrir une large publicité pour les ventes et les locations de propriétés. Une chronique mondaine fait part des « arrivages signalés dans les Hôtels », complétées par « une liste des étrangers » vivant à Nice. Vient ensuite un commentaire sur la saison théâtrale. Seules les quatre illustrations ont une signification politique : la villa où est morte la tragédienne Rachel50, la tombe du père de Garibaldi51, et deux monuments en l’honneur du roi de Piémont-Sardaigne Carlo Felice52, détruits en 1862 « pour cause de procession ».

65On trouve par ailleurs à la Bibliothèque nationale un certain nombre de brochures dont il est l’auteur, publiées de 1862 à 1889, vantant les paysages situés le long des lignes de chemin de fer qui longent la côte ou se dirigent vers l’intérieur des terres. Ces brochures sont agrémentées parfois de petits récits historiques, de légendes locales, de propositions d’excursion. Elles témoignent de ses restes du goût pour l’innovation et le progrès dont parlait son père trente ans plus tôt :

« Nous sommes, quoiqu’on en dise, dans l’ère scientifique : ‘Ceci tuera cela’ a déjà dit notre immortel poète. Ceci c’est la science ; cela c’est la guerre ! Le jour où l’Exposition affirme la vitalité de la France industrielle et la virilité de ses audacieux et robustes travailleurs, voici venir l’ouverture d’une nouvelle ligne de la Compagnie du Sud au cœur de la Provence. Il est le commencement d’un réseau important et d’une ligne stratégique. »,

  • 53 La question des chemins de fer à Nice. de Meyrargues à Draguignan à Nice par Grasse, et de Nice à D (...)

66peut-on lire en introduction de la dernière d’entre elles53. Même dans une condition plus ou moins précaire, Watripon met sa plume au service du développement économique et touristique de la région qui est sa terre d’accueil. Il ne manque pas non plus de retranscrire, dans la brochure à l’instant citée, le discours vantant le développement des transports du ministre des Travaux publics, venu exprès à Draguignan le 22 mars 1889 s’adresser :

« aux populations républicaines, non seulement de raison, mais de tradition de la famille. »

67Mais Léon Watripon est resté un homme de lettres hanté par le souvenir des armes. À sa manière, il n’a pas abdiqué sa qualité de combattant.

Culture des armes et politique : Léon Watripon

68Dans l’interrogatoire qu’il subit le 19 décembre 1851, Léon Watripon relate son passage de l’armée à la vie politique :

  • 54 Arch. min. Guerre, décembre 1851, B 211 844, interrogatoire du 19/12/1851.

« Je suis entré au 41me de ligne comme enrôlé volontaire en 1843 et j’ai reçu mon congé au mois d’avril 1850. Du mois de décembre 1847 au commencement de 1850 j’ai été sergent, mais deux mois environ avant ma libération du service j’ai été cassé pour une faute contre la discipline qui n’avait aucun rapport avec la politique. Pendant ces sept années je me suis occupé de mon service et nullement de propagande socialiste. Je n’ai appartenu à aucune société secrète et n’ai été en rapport avec aucune. En quittant le service, je suis venu à Paris et j’ai travaillé pendant un an environ aux appointements de 80 francs par mois comme clerc d’avoué chez Mr. Péan avoué et représentant du Peuple. J’ai quitté son étude au printemps de cette année parce que Mr. Xavier Durrieu mon ami s’occupait de la rédaction du Journal la Révolution dont il m’avait proposé la gérance. Pendant les quelques mois que ces négociations ont duré j’ai vécu sur mes économies et depuis le 1er août je suis gérant de la Révolution aux appointements de 250 francs par mois. »54

  • 55 Arch. Min. Guerre, 34 YC 1882.

69Le registre de matricule du 41e de ligne aux archives du ministère de la Guerre confirme ses états de service55. Engagé volontaire à 19 ans, il devient sergent en décembre 1848, est libéré en avril 1850 sans certificat de bonne conduite du fait de sa rétrogradation comme simple fusilier le mois précédent. Il aura passé un an et demi en Algérie de mai 1846 à novembre 1847.

  • 56 Voir la notice le concernant dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, ouv. (...)
  • 57 Voir la notice concernant Xavier Durrieu dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier fra (...)

70À lire son interrogatoire, le service des armes ne s’accommodait pas de politique. Cependant à Paris, il est accueilli par les démocrates-socialistes, notamment par Péan, représentant du Loiret56 et intègre La Révolution, un de leurs organes fondés il y a peu57. On aura noté que son entrée dans le journalisme a triplé ses revenus : 250 francs contre 80 comme clerc de notaire. La perquisition effectuée chez lui reste infructueuse comme il s’y attendait :

« Je ne crois pas qu’aucune perquisition ait été pratiquée chez moi ; dans tous les cas elle n’aurait rien produit car je n’ai chez moi ni armes de guerre ni papiers suspects. J’ai été condamné comme gérant du journal la Révolution en novembre dernier à neuf mois de prison et 3000 francs d’amende pour diffamation. Je n’ai jamais subi d’autre condamnation et je n’ai pris aucune part aux événements des 3 et 4 décembre dernier. »

71Pour l’accusation, sa participation au combat en compagnie de ses collègues de La Révolution est plus que probable :

  • 58 Voir les notices les concernant dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, ou (...)

« Quant à sa participation aux événements du 4 décembre et jours suivants, il paraît évident qu’il a été mis en relation avec les débris des sociétés secrètes par les sieurs Freville et Merlet58 qui faisaient partie de la Société des Droits de l’Homme et qu’il s’est battu rue faubourg Saint Denis et rue Rambuteau. On le présente comme un homme d’un esprit étroit et borné, ayant une grande exaltation. »

72Niée comme prévenu, revendiquée comme requérant trente ans plus tard, la participation à la prise d’armes lui vaut entre-temps l’expulsion. En exil, il prend la plume comme opposant politique.

  • 59 Le Coup d’État de Louis Bonaparte. Histoire de la persécution de décembre. Événements, prisons, cas (...)

73On le retrouve parmi les témoins à charge dans le récit que fait précisément Xavier Durrieu du coup d’État59. Sa lettre sert de pièce justificative à l’auteur qui dit n’avoir besoin de rien y ajouter ; elle est datée du 15 mai 1852 à Londres.

« De malheureux prisonniers avaient été amenés dans ce fort, dans la nuit du 5 au 6, et jamais ceux-là n’ont reparu. Je vous prie, mon cher ami, de ne pas oublier ce fait. Salut fraternel »,

74sont les mots qui terminent le souvenir de sa détention dans les casemates du fort de Bicêtre. Il est aussi le rédacteur, un an après, d’une charge satirique contre la famille Bonaparte, éditée à Jersey et lancée comme un feuilleton :

  • 60 Léon Watripon, Napoléon III ou l’Empereur pour rire, avant, pendant et après le Coup d’État du 2 Dé (...)

« Il nous reste à compléter la biographie de l’Empereur pour rire, par le récit des tours d’escamotage, des sauts périlleux sur la corde, des exercices de tous genres exécutés par cet habile escamoteur, ce fameux acrobate, éclipsant tous les Robert Macaire, les Paillasses, les Polichinelles, qui ont paru jusqu’alors, autour du Palais de l’Élysée. »60

  • 61 Léon Watripon, Sous les palmiers. Souvenirs des Alpes-Maritimes, Nice, Paris, 1862, 96 p.

75Cette diatribe contre Napoléon III, où par ailleurs pointe un anticléricalisme certain, sert à annoncer la parution hebdomadaire de la suite au prix de deux sous le numéro. Mais il faut attendre ensuite près de dix ans, en 1862, sans doute la fin de son exil, pour relever une nouvelle publication à son nom. L’anecdote historique s’y mêle à la chronique niçoise locale61. C’est aussi pour lui l’occasion de faire admirer l’armée des volontaires de Garibaldi et de s’essayer à un genre, le récit militaire, dont il semble apprécier l’expressivité édifiante :

  • 62 Idem, p. 16.

« Beaucoup de nos grands peintres sont allés chercher des inspirations sur les champs de bataille. Après avoir vécu de la vie de soldat, après avoir admiré, selon l’expression énergique de Proudhon, la sublime horreur de la fusillade, et secouru les blessés, les mourants ; après avoir croqué, saisi d’un rapide coup d’œil les scènes pittoresques, les lazzis piquants de nos troupiers qui savent si bien mêler les lauriers de Mars à ceux de la gibelotte, ils livrent à notre admiration des toiles vivantes pleines d’originalité, de couleurs séduisantes et variées. »62

  • 63 Léon Watripon, La Muraille républicaine. Légendes des drapeaux de l’armée française ou les drames d (...)

76Il semble bien avoir reconverti son passé militaire dans l’art littéraire. Dans un écrit tardif, en 1879, il glorifie l’histoire de quelques régiments ayant particulièrement manifesté leur sentiment républicain depuis la Révolution française63.

77Au détour de cette publication, il donne à une anecdote un relief particulier. L’épisode est d’autant plus chargé de signification pour nous qu’il réintroduit de manière indirecte la question de la filiation et de la transmission entre les générations dont parlait son père en 1851. Mais les propos de ce dernier se trouvent pris à contre-pied. En 1845 à Périgueux, un jeune soldat corse du 14e de ligne en faction aurait tué un prisonnier qui s’échappait : c’était son père. Précisons qu’aux archives du ministère de la Guerre, les états de services de Léon Watripon mentionnent son incorporation dans ce même régiment, le 14e de ligne, du 5 juillet 1845 au 1er mars 1846, à l’époque des faits. Il ajoute alors ce commentaire :

« Aujourd’hui ce jeune soldat est mort sur le champ de bataille, afin de réhabiliter son nom. Toute l’armée se résume dans ce drame. Nos soldats sont de grands héros, nos sublimes martyrs qui meurent obscurément pour la patrie… et la famille. »

  • 64 Arch. nat., décembre 1851, demande de grâce, BB 30 476, rapport du 17/4/1853.

78Proposons une interprétation de ces lignes qui précédent de quelques années la demande d’indemnisation comme « victime du 2 décembre ». Ce meurtre du père par son fils puis le décès au combat de ce dernier contredisent la prophétie optimiste de 1851 du père de Léon Watripon. Devenu historien, Watripon dramatise le rapport entre les générations. Relisons : « Toute l’armée se résume dans ce drame. » L’attrait pour les armes n’aura finalement pas disparu, se reproduisant, lui, de génération en génération, à peine modifié, avec son tragique aussi. Léon Watripon n’aura contribué que très modestement en Provence au « progrès », et son passage dans l’opposition politique aura altéré son devenir car il est resté en partie illégitime, toujours en quête de réhabilitation. Ajoutons qu’il dut essuyer en avril 1853 un refus de la part des autorités de pouvoir rentrer momentanément en France à l’occasion du décès de son père64, épisode qui s’ajoute aux différents obstacles empêchant de faire honneur à la figure paternelle.

79Mais voyons maintenant comment Antonio, le plus illustre des Watripon, s’est trouvé de son côté investi de la mission imputée par son père aux générations nouvelles.

Culture des armes et politique : Antonio Watripon

Demande : « Vous êtes inculpé d’avoir pris part à l’insurrection des journées de juin. »

  • 65 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 110 8289, interrogatoire du 24/7/1848.

Réponse : « Je nie l’avoir fait ; je le dirais si je l’avais fait. »65

80Antonio Watripon se considère comme un homme de principes et de devoir. Le matin du 23 juin, il n’aurait cherché, à lire son interrogatoire, qu’à effectuer son service de garde national. Rencontrant son capitaine, il s’apprêtait selon ses instructions à se joindre à sa compagnie :

« Il partit d’un air résolu me promettant de me rejoindre bientôt. Je ne sais s’il a été au lieu du rendez-vous sur la place de la Sorbonne car je n’ai pas pu moi-même pénétrer jusque-là. Watripon quand je l’ai vu paraissait bien décidé à marcher avec nous. »,

  • 66 Ibidem, déposition du 28/7/1848 de Mathieu, 31 ans, mécanicien, capitaine en second de la 11e batte (...)
  • 67 Voir la notice dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, ouv. cité, de Poule (...)
  • 68 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 112 8321, dossier Poulet-Malassis.

81rapporte son supérieur66. Le prévenu explique avoir pris chez lui son fusil sans revêtir son uniforme, en compagnie de son ami Poulet-Malassis, à l’époque élève à l’École des Chartes et lui aussi arrêté67. Interrogés chacun de leur côté, les versions de l’un et de l’autre divergent sur la manière dont ils ont dû se séparer de leurs armes : pour Watripon des insurgés les auraient désarmés dans la rue, pour Poulet-Malassis ils auraient remis leurs fusils au concierge de sa propre maison, non loin de là, rue du cloître Saint-Benoît, pour les dissimuler dans la cave par sécurité68. Un troisième comparse, sur lequel nous reviendrons, Alfred Delvau, homme de lettres, confirme la seconde version :

  • 69 Ibidem, déposition du 11/8/1848 d’Alfred Delvau, 24 ans, 25 rue d’Enfer

« Il était impossible de sortir, nous restâmes Watripon et moi chez Malassis, et dans la crainte que les insurgés n’envahissent la maison et ne s’emparassent de nos armes, nous confiâmes nos fusils au maître de l’hôtel qui les cacha dans la cave. Nous nous déterminâmes à prendre cette précaution parce que plusieurs insurgés refoulés par la force publique étaient venus se réfugier dans l’hôtel. »69

82Les trois jeunes gens ont entre 24 et 26 ans. Seul Poulet-Malassis, locataire des lieux, est arrêté le lendemain, une fois les combats interrompus. Les deux autres font valoir, grâce à un laisser-passer, leur fonction au ministère de l’Intérieur, qui les emploie depuis la révolution de février.

  • 70 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 110 8289.

83Watripon n’est pas rentré chez lui, il est allé se réfugier chez sa maîtresse, Rose Clary, une passementière de 21 ans, rue Dauphine, si l’on en croit les déclarations du couple70. Il n’est d’ailleurs pas plus inquiété, malgré une dénonciation, et est libéré début août. Un témoin bienveillant déclare :

  • 71 Ibidem, déposition du 25/7/1848 de Patin, 26 ans, marchand de papier, 4 rue Hautefeuille.

« Watripon était un jeune homme fort doux, fort heureux d’avoir trouvé un emploi au ministère de l’Intérieur et il m’étonnerait beaucoup qu’il eût compromis sa position en se jetant dans l’insurrection. »71

84Watripon est un homme politique, qui doit son ascension à sa participation à la presse démocratique :

  • 72 Ibidem, interrogatoire du 24/7/1848.

« Je suis entré comme correcteur alors que Godefroy Cavaignac vivait encore ; j’ai rédigé La Lanterne du quartier latin que je signais, et enfin j’ai été employé par Cabet pour le journal Le Populaire. Je dois dire d’ailleurs que je ne partage pas entièrement les idées de cet économiste. Je n’avais pas de relations personnelles avec M. Ledru Rollin et c’est par un de mes amis que j’ai été placé au ministère de l’Intérieur. »72

  • 73 Sur ce point, le cas de Watripon est emblématique. Jean-Claude Caron a insisté sur le fait qu’en 18 (...)

85Antonio Watripon ne semble pas avoir été un homme de juin. Son impuissance ces jours-là contraste, on va le voir, avec son activisme durant la révolution de février73. Libéré, il se décide à réclamer une récompense pour :

  • 74 Arch. préf. pol. Paris, février 1848, Aa 417 ; sa lettre ne porte pas de date précise, mais il expl (...)

« la part d’efforts que j’ai consacrés au triomphe de la République de février. »74

86C’est donc tardivement et six mois après les événements qu’Antonio, du fait aussi de la perte de son emploi à la suite de son arrestation, se décide à demander ce qu’il appelle lui-même de l’« aide », étant dans le « besoin » et dans une « position précaire ». Homme de principes, il suppose que c’est à la répression de ses opinions qu’il doit sa déchéance :

« Mon but a toujours été et sera toujours l’avènement de la Démocratie avec toutes ses conséquences. Nommé, après février, rédacteur au ministère de l’Intérieur, j’ai été révoqué de mes fonctions comme républicain démocrate. »

  • 75 Ibidem. Le document est daté du 8/9/1848, les signataires sont : Blancourt, étudiant en droit 2 pas (...)

87Il pense trouver encore en septembre 1848 auprès de la commission des récompenses nationales une oreille attentive et bienveillante. Watripon ne semble pas avoir pris conscience du renversement de légitimité qui vient pourtant de s’opérer. Le certificat qu’il joint à sa requête est une longue pétition de « Membres du Comité Démocratique des Écoles », honorant à travers un de ses principaux représentants leur rôle à l’origine de la révolution75 :

« Le citoyen Antonio Watripon n’a cessé depuis plus de trois années de prendre un part à tous les actes par lesquels la Jeunesse des Écoles a contribué à amener le triomphe de la République. »

88Il est salué comme le rédacteur et le directeur de La Lanterne du Quartier latin, journal :

« qui a pendant tout cet intervalle entretenu parmi les jeunes gens l’agitation démocratique et leur a servi de point de ralliement. »

  • 76 Sur l’agitation politique des Écoles à la veille et durant la révolution de février 1848, voir Jean (...)

89Manifestation du 3 février en faveur du rétablissement des cours au collège de France de Michelet, Quinet et Mickiewicz, Banquet des Écoles, manifestation des Écoles en faveur du droit de réunion, entrevues avec les députés de l’opposition parlementaire pour préparer le Banquet du XIIe arrondissement puis de nouveau le 21 février dans les bureaux du Siècle, Watripon est, selon ses amis, de tous les préparatifs annonciateurs des combats76. Ayant mis en application ses principes et ses opinions, on le retrouve le 22 février enlevant « les premiers pavés en face du ministère de la Marine », « heurté violemment par le cheval d’un des cavaliers » lors d’une charge de la garde municipale rue de Rivoli, protégeant un de ses collègues journaliste, présidant le soir la réunion des Écoles au bureau de l’Avant-Garde, mobilisant les élèves de l’École Polytechnique le 23 février, distribuant des cartouches le 24 février sur les barricades du quartier Saint-Jacques. C’est dire à quel point, selon les signataires, il aurait pesé de tout son poids sur les événements. Mais la requête arrive trop tard, on ne peut savoir par ailleurs s’il a reçu le secours escompté.

90Or nous verrons que jusqu’à la fin de ses jours, Watripon reste un homme de la révolution de février, et de la « Jeunesse des Écoles » de ce moment-là. Son activisme politique date pour l’essentiel des premiers mois de la Seconde République. Ce n’est que sur long terme qu’il est possible de se rendre compte des effets sur son devenir de l’apprentissage de l’illégitimité de la prise d’armes citoyenne.

Antonio Watripon : homme politique

  • 77 Les Murailles révolutionnaires, Paris, 1856, pp. 415-416. Le texte est daté de mars 1848. Notons qu (...)

91En 1848, Antonio Watripon a aussi envisagé d’avoir un rôle politique plus personnel, détaché de ses activités étudiantes. Il s’est présenté comme candidat à l’Assemblée constituante dans l’Oise, département où il est né comme son frère Léon, voulant peut-être aussi profiter de la notoriété de son père, ancien directeur des hospices de la ville de Beauvais. Il a rédigé en mars une profession de foi imprimée dans cette ville à destination des électeurs du département77. Comme pour tous ceux qui se sont pliés à cet exercice, il livre à cette occasion sa conception du candidat idéal en prétendant offrir ses services. Il se désigne comme un de ces « hommes nouveaux », un de ces « interprètes » dont ont besoin les « classes déshéritées ». Il désire être élu par les « Travailleurs des villes et des campagnes de l’Oise », et pour les convaincre retrace son curriculum vitae à l’instar de celui d’un transfuge social :

« Ouvrier d’abord, puis soldat de la presse démocratique, j’ai compris et sondé les douleurs du prolétariat ; je les ai notées jour après jour. J’ai protesté dans la presse au nom des droits les plus chers et les plus sacrés, ceux de l’infortune. »

92La révolution aurait sonné l’heure des droits dévolus à ceux non encore émancipés de l’emprise de la nécessité. À vrai dire, sa propre ascension, à bien le lire, ne prend toute sa valeur qu’au regard d’un rapprochement préalable avec la condition ouvrière. Son plaidoyer est un bon exemple du populisme de l’époque propre aux hommes à capacités engagés dans la révolution de 1848, cherchant à communier autour des valeurs du travail avec ceux dont ils pensent pouvoir être les représentants :

« Après avoir reçu le bienfait d’une éducation que l’État doit à tous ses enfants et qui jusqu’ici a été le privilège de quelques-uns, je résolus de demander mon indépendance à un travail manuel. J’appris le métier de compositeur d’imprimerie et je devins ouvrier. »

  • 78 En novembre 1844, Ledru-Rollin lance dans La Réforme l’idée que les ouvriers usent de leur droit de (...)
  • 79 Ceci explique sans doute qu’un rapport de police du 14 janvier 1848 considère Watripon comme un par (...)
  • 80 L’ouvrage n’est pas daté.

93L’essentiel de sa profession de foi relate son activité dans la presse, dans l’Oise puis à Paris, sans omettre son rôle en février aux côtés de la Jeunesse des Écoles avant de se mêler « complètement au Peuple ». Il se dit préoccupé avant tout de « rapprochement entre la Bourgeoisie et le Peuple », depuis sa collaboration à la Réforme du temps de l’« Enquête sur les travailleurs »78, faisant des « études approfondies sur le paupérisme » comme employé du Populaire79. Sa valeur politique se reconnaîtrait à ses « principes », ce dont témoignerait sa « conduite ». « Enfant de la Révolution », « serviteur du Peuple », conclut-il, mais il n’en demeure pas moins, en dépit des précautions de sa profession de foi, un éducateur du peuple, rédacteur à la même époque d’un Petit catéchisme républicain ou politique élémentaire mise à la portée de tout le monde, imprimé lui aussi à Beauvais80.

94La pédagogie politique de Watripon se présente dans cet ouvrage sous la forme d’une succession de questions et de réponses, selon le mode canonique de tout catéchisme. Elle guide, elle instruit, elle s’adresse « à toutes les intelligences », mais en particulier « à ceux qui sont esclaves de la faim du corps et de l’ignorance, cette faim de l’esprit », à ceux qui viennent d’obtenir des « droits politiques grâce à la Glorieuse Révolution de Février ». La « Politique », si elle est « bien comprise », ne sera plus cette « fausse science » du temps des « charlatans de toutes les monarchies ». Son catéchisme entend œuvrer pour les « progrès de l’Humanité et de son bonheur ». « Obéir religieusement aux magistrats et aux agents du Gouvernement » s’ils sont les « exécuteurs de la Loi », tout en ayant le droit d’« apprécier » si cette dernière est « mauvaise », résume sa conception de « l’ère de Rédemption sociale » commencée avec la révolution de février et durant laquelle on ne doit viser que « l’application intelligente et progressive des trois principes immortels de la Révolution Française : Liberté, Egalité, Fraternité. » Mais Watripon échoue aux élections.

  • 81 Bib. nat., La Lanterne du Quartier latin, prospectus, sd. L’enregistrement du journal auprès du min (...)

95Beauvais et l’Oise ne sont pas si éloignés du quartier latin, ce sont ses terrains politiques de mise en pratique de ces fameux « principes », dont il ne cesse de se réclamer. Watripon est certes un homme politique mais il reste, quoiqu’il en dise, un homme des Écoles. La misère du « Peuple », cela s’étudie, la « Politique » est une science, cela s’enseigne, et Watripon est un de ceux qui cherchent à la fois à éclairer et à rallier par sa « lanterne », selon la métaphore expliquée par le prospectus de son propre journal lancée un an plus tôt81.

  • 82 Le journal connaît une première année de publication en 1847. Au douzième numéro, daté de décembre (...)

96Arrêtons-nous précisément sur la vignette qui illustre l’en-tête de La Lanterne du Quartier latin. Suspendue dans l’obscurité, une lanterne éclaire de ses faibles rayons un amas de planches de bois et de pavés sur le sol. On devinerait une barricade. Une corde, presque un cordon ombilical, relie la lanterne à ce qu’elle fait surgir de la nuit. Le prospectus qui reproduit des extraits de l’introduction du premier numéro de janvier 184782, s’adresse aux étudiants qui ont une mission politique et qui ne doivent pas s’en tenir à la défense de leurs intérêts de classe :

« Le peuple est privé de ses droits les plus sacrés ; il souffre d’une triple faim : celle du corps, celle de l’esprit et celle du cœur : beaucoup ferment les yeux pour ne pas voir, les oreilles pour ne pas entendre ; nous n’avons pas ce triste courage. – La Jeunesse a des devoirs sérieux à remplir envers la nation ; une éducation notoirement vicieuse tend à l’en détourner pour absorber ses facultés dans la satisfaction des appétits matériels. Nous venons rappeler son attention sur les douleurs et les espérances de la Patrie. »

  • 83 Voir la notice dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, ouv. cité, concerna (...)
  • 84 Salvandy est ministre de l’Instruction publique depuis 1845.
  • 85 En mars 1847, une manifestation réunit 1.200 étudiants à Paris célébrer cet anniversaire, Jean-Clau (...)

97Le premier numéro de la Lanterne du Quartier latin propose : une chronique satirique de la vie des Écoles, un critique de la vie parlementaire, des comptes rendus de cours de Michelet et de Michel Chevalier au Collège de France, un compte rendu de l’Histoire de la Révolution de Louis Blanc, un hommage à Godefroy Cavaignac83, des articles sur la question de l’enseignement et sur les manifestations au Collège de France contre la politique du ministre de l’Instruction publique Salvandy84, des articles sur l’anniversaire du soulèvement de Cracovie contre son annexion par l’Autriche85, sur le 14 juillet, le 10 août, juillet 1830, le lancement enfin d’une souscription en faveur des familles des détenus politiques. Le journal s’inscrit de plain-pied dans le débat public et de la manière la plus radicale, loin de se cantonner à n’être qu’un organe d’une corporation ou d’un groupe politique et social. C’est que l’on retrouve, sous une forme quasi théorisée la question de la filiation entre les générations, traitée au prisme de l’histoire et de l’opinion publique :

« La Révolution française est notre mère à tous : ses fils aînés l’ont, pour la plupart, oubliée ou reniée. – Que les plus jeunes leur donnent une leçon de mémoire ! »,

  • 86 Watripon radicalise le programme morale et politique que Michelet propose aux étudiants dans un cou (...)
  • 87 Bib. nat., Compte-rendu du Banquet démocratique socialiste des Écoles de Paris [extrait de la Révol (...)

98peut-on lire en guise d’introduction au premier numéro. On le voit, Watripon n’est pas de ceux qui œuvrent contre l’héritage révolutionnaire, son combat est bien plutôt tourné contre la trahison des pères. Là est l’originalité politique de la « Jeunesse des Écoles » qui lutte contre le poids de son hérédité sociale et politique86. Cette idée, Watripon la répète encore en présence de l’essentiel des forces politiques républicaines opposées à la montée du bonapartisme le 3 décembre 1848 au grand Banquet démocratique socialiste organisé à Vaugirard précisément par les Écoles, près d’un an après la révolution, six mois après les journées de juin87 :

« Citoyens, pour que la mission de la jeunesse actuelle soit à la hauteur de l’avenir, il est nécessaire qu’elle se dégage naturellement de la tradition démocratique de chaque génération nouvelle qui lui a frayé la route. […] Fils de la bourgeoisie, nous étions les intermédiaires entre elle et nos frères du peuple. Nos pères ont dédaigné notre supplique en faveur de ceux qui souffrent ; eh bien ! nous les renions, et désertant à jamais le camp des privilégiés, nous passons dans celui des prolétaires, et nous sommes à eux à la vie à la mort ! »

99Le toast qu’il prononce ce jour-là exprime de la manière la plus explicite la mission politique de sa classe d’âge et de sa classe sociale. On verra aussi que ce programme est à l’origine de la conversion de son engagement politique en carrière littéraire.

  • 88 Le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français mentionne sa participation à la presse d (...)
  • 89 Selon ses propres propos dans sa conclusion à Histoire politique des Écoles et des Étudiants depuis (...)

100On perd alors pour un temps sa trace88. Exilé momentanément en Angleterre pour éviter des poursuites après le 13 juin 184989, on le retrouve l’année suivante rédacteur en chef d’une petite revue, la Démocratie de l’Oise, continuant à défendre :

  • 90 Bib. nat., La Démocratie de l’Oise, revue mensuelle, juin 1850, 8 p.

« la réalisation progressive et pacifique des réformes sociales réclamées par tous après la révolution de Février. »90

101Mais l’homme, qui craint dorénavant la répression, a quelque peu changé son fusil d’épaule. Il s’est consacré à son grand projet, annoncé dans La Lanterne du Quartier latin dès son numéro de décembre 1847 :

  • 91 Bib. nat., La Lanterne du Quartier latin, no 12, décembre 1847.

« une grande Histoire des écoles, avant et depuis 1830, composée de documents inédits et d’après les détails fournis par des personnes qui ont pris une part active aux événements. »91

L’historien des Écoles : retour sur la jeunesse en politique

  • 92 Histoire politique des Écoles…, ouv. cité, p. 155.
  • 93 Bib. nat., Les Étudiants de Paris, Paris, 1851, 48 p.

102C’est, comme il l’explique lui-même, profitant de son exil forcé à Londres après le 13 juin 1849, que Watripon s’attèle à son ouvrage92. Seule la première partie est publiée en 1850 à Paris, couvrant les années 1815-1830. Cet essai reste sans suite, malgré la parution l’année suivante de ce qui peut être lu comme le premier volet du grand projet annoncé en 1847 Les Étudiants de Paris, qui remonte jusqu’à la figure d’Abélard au XIIe siècle pour se terminer avec la création de l’École Polytechnique en 179493. C’est dans la préface à son Histoire politique des Écoles et des Étudiants qu’il explique la nouveauté, si ce n’est de son sujet, de sa démarche : écrire une histoire documentée de « l’Étudiant » qui se démarque du « pittoresque » de la « littérature moderne », entendez « la romantique ». Sans fantaisie, ni excentricité, qui ne correspondent pas au « bouillonnement des idées » des « jeunes hommes » :

« Ce livre a pour but de montrer l’initiative de la jeunesse dans les étapes successives que la révolution française a parcourues depuis son point de départ. »

103L’horizon du projet historien de Watripon reste politique :

« Je me suis moins attaché à l’histoire des études prises en elles-mêmes qu’à la narration des faits ayant pour but de prouver ceci : que l’esprit des Écoles a été de tout temps indépendant et hardi, et qu’en s’associant toujours à la marche des idées, il a préparé l’avènement de la démocratie. »

  • 94 L’auteur de l’article « Étudiant » du Grand dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larouss (...)
  • 95 Bib. nat, la lettre de Louis Blanc est datée du 27 juillet 1850 de Londres.

104La seconde partie du livre à paraître, sur les années 1830-1850 est annoncée avec une préface de Louis Blanc. Elle n’a jamais vu le jour mais nous avons retrouvé le texte qui en toute probabilité devait effectivement servir à présenter le projet de l’auteur94. En effet, le troisième numéro de La Démocratie de l’Oise en date du 14 août 1850 comporte une lettre de Louis Blanc intitulée : « Du rôle de la génération nouvelle, à propos de l’Histoire des Écoles et des Étudiants (1815-1830) par Antonio Watripon. »95

105L’horizon politique du projet de l’historien y est de nouveau formulé, et la caution de Louis Blanc redouble la valeur théorique de la mission civique attribuée à la « Jeunesse ». La lettre révèle toute l’ampleur subversive de l’engagement politique des étudiants au regard du rapport entre les générations que les études sont censées perpétrer. Les rôles s’en trouvent inversés :

« C’est une idée généralement répandue que les jeunes gens ne doivent point s’occuper de politique, parce qu’ils n’ont pour cela, assure-t-on, ni la maturité du jugement nécessaire, ni l’expérience requise. Pour moi, dût cette position être traitée de paradoxe, je dirais volontiers, au contraire, que c’est dans la jeunesse surtout que l’homme est apte à juger sainement de ce qui touche à l’intérêt de ses semblables. L’âge donne la science de ce qui est utile à soi, rarement de ce qui est utile aux autres. »

106Pour Louis Blanc, on ne peut bannir de la politique « la période de la vie où l’esprit s’ouvre si aisément aux larges idées », l’âge où la « pensée » s’appuie sur « l’énergie du sentiment ». Au contraire, « l’expérience » qui amène « défiance » et « mépris » ne saurait contribuer à la politique comprise comme « l’art de conduire les hommes au bonheur par la justice ». Les étudiants ont donc une mission politique et sociale, ce que montre l’ouvrage de Watripon : opérer la « fusion de la bourgeoisie et du peuple ». Il conclut :

« Or, quels seront ici les intermédiaires naturels, sinon ces jeunes hommes riches et studieux qui appartiennent au présent par l’éducation première et à l’avenir par leurs études, à la bourgeoisie par la position sociale et au peuple par la générosité de leurs sentiments ? »

107Ce panégyrique de l’ambition civilisatrice des hommes à capacités contraste cependant avec ce qu’est devenu Antonio Watripon. La répression de la participation aux journées révolutionnaires sera passée par là. Sous le Second Empire, il suit une toute autre carrière, très éloignée de celle espérée par Louis Blanc, mais aussi très étrangère à la prophétie, elle aussi très progressiste mais moins subversive, énoncée par son père. Les dernières années de la vie de Watripon, sont celles de « l’école buissonnière », teintées d’amertume, avec leur mode singulier de déclassement.

Les Lettres ou le renoncement

108Le catalogue de la Bibliothèque nationale permet de se donner une idée de la carrière littéraire d’Antonio Watripon durant les années 1850 jusqu’à sa mort précoce en 1864 à l’âge de 43 ans.

  • 96 Bib. nat, Antonio Watripon, La vie et la mort du comte de Cavour, Paris, 1861, 16 p.
  • 97 Bib. nat, Antonio Watripon, Les cosaques pontificaux, Paris, 1861, 32 p. Pour Watripon, « l’allianc (...)

109Il lui arrive parfois de reprendre une plume politique : pour célébrer Cavour comme principal ouvrier de l’indépendance et de l’unité italiennes96, pour polémiquer contre l’opinion ultramontaine défendue par Louis Veuillot et contre ce qu’il appelle l’alliance « christicole » de la Sainte-Alliance liguée face à « la France fille aînée de l’Église » et « la Révolution »97.

  • 98 Bib. nat, Les Amis du Peuple, biographies, romans, histoire, voyage, poésie et musique, Paris, 1858 (...)

110Il signe une série de biographies historiques à forte morale civique et patriotique dans Les Amis du peuple, périodique ayant connu cinquantedeux numéros de mars 1858 à février 1859, principalement rédigé par Alfred Delvau, son ancien condisciple au ministère de l’Intérieur en 184898 : Gutenberg (le grand inventeur), Saint-Vincent de Paul (au « Panthéon de la patrie »), Nicolas Flamel (précurseur de la science), Abélard (le maître de la montagne Sainte Geneviève), Louis XI (ouvrier de l’unité française), le baron Thenard (serviteur de la science).

  • 99 Bib. nat, Alexandre Dumas embêté par M. Croton-Duvivier, 1854, 10 p., et Publication nouvelle de M. (...)

111Il se fend par ailleurs d’une passe d’armes contre Alexandre Dumas, accusé « d’esprit créole » auquel il l’oppose « l’esprit français », c’est-à-dire « la narration qui va au fond des choses et des cœurs » pour « observer, pénétrer, interpréter », au « sens éminemment philosophique », étant sans commune mesure avec ce qui « amuse le public », ou « narration pour badauds ou cabinet de lecture », « superficielle »99.

  • 100 Antonio Watripon, Les Génies de la tradition française. François Villon, Paris, 1857.

112Son modèle littéraire, c’est François Villon, avec lequel il s’identifie, car le poète est comme lui picard et a vécu dans le quartier latin100. Villon c’est le « filon gaulois », « l’esprit gaulois », continué par Rabelais, Molière, Diderot, Voltaire, Beaumarchais :

« L’esprit gaulois brise impétueusement l’écorce informe qui le comprime ; il lui faut une autre langue, une langue simple, précise énergique. C’est un enfant du peuple qui le premier le bégaie. »

113L’écriture est donc son nouvel engagement, et pour l’étudiant reconverti en hommes de lettres l’esthétique tient lieu de politique :

« N’oubliez pas qu’il s’agit d’un illustre enfant de cette France qui a semé le vent et la tempête, par l’audace de ses écrivains, et qui, après avoir tué le mensonge sous le sarcasme, nous a gaiement transportés sur les ailes radieuses de la liberté, à travers les anathèmes et les supplices, vers la terre promise. »,

  • 101 Idem.
  • 102 Il aussi l’auteur d’une satire des bals parisiens : Bib. nat., Paris qui danse. Études, Types, Mœur (...)

114écrit-il, toujours à propos de François Villon101. Mais c’est aussi sous le haut patronage du poète qu’il se fait le nostalgique d’un temps qui n’est plus. Il développe sa propre conception de la Bohême en jetant un regard amer désabusé sur ses propres années de jeunesse102. Quelques vers publiés dès 1853 annoncent et résument ce qui constitue peu à peu son principal thème littéraire :

  • 103 Bib. nat., « La Bohême du temps jadis », dans Chants et Chansons de la Bohême, Paris, 1853, 104 p., (...)

« Mes amis, un singulier tour
M’est advenu la nuit dernière :
Ayant bu d’un vin de barrière,
J’eus l’esprit clair comme le jour ;
Le passé s’ouvrit comme un livre,
Et j’y vis briller nos aînés :
Avec eux j’aurais voulu vivre,
Tant nous sommes dégénérés
Maître François, où es donc tu ? »103

  • 104 Bib. nat, Antonio Watripon, Échos de jeunesse. Les Trois âges du pays latin, Paris, 1863, préface d (...)

115C’est en 1863 que Watripon publie un recueil de ses poèmes. « Le dernier des Escholiers », « vétéran du Pays latin », « enfant perdu des lettres » : son préfacier retrace les écarts non seulement de l’étudiant qui aurait pu « arborer la cravate blanche du notariat » mais aussi ceux de « cet escholier d’autrefois attardé parmi les étudiants d’aujourd’hui »104. Watripon a pris des chemins de traverse, « conservant naïvement ses mœurs d’un autre âge ». Et l’on comprend, sous le couvert d’un tempérament supposé imperturbable, ce que le devenir doit à l’engagement passé durant la révolution de 1848 :

« Donc, il se mit à faire l’école buissonnière, jetant sa prose aux journaux et ses vers aux fillettes, se complaisant à écrire l’histoire de son quartier d’adoption, chantant par grâce spéciale les joies et les misères du Pays latin, sifflant à la Sorbonne, applaudissant au Collège de France, philosophant, politiquant, montant des cabales, – je parle de 1848. »,

116lit-on toujours dans la préface. Les vers de Watripon célèbrent de plus belle François Villon, – « mon cher cousin de Picardie » – en même temps que le « vieux » et le « vrai » quartier latin. L’ouvrage contient une effigie de l’auteur : le regard du poète, à la fois inspiré et déterminé, est tourné vers un ailleurs, où se mêlent peut-être les désirs aux souvenirs. Le cadre surchargé d’une guirlande de feuillage, auréole ou couronne mortuaire, s’accompagne de quatre vers placés là comme une épitaphe :

« J’étais dru comme un moineau franc,
Dont j’eus la tête et l’encolure ;
Toujours agir de but en blanc
Est le défaut de ma nature. »

  • 105 Bib. nat, Antonio Watripon, Souvenirs du Quartier Latin. Les Lolottes. Histoire de Carmagnole, Pari (...)

117Mais c’est dans une publication précédente que l’on peut lire comme le testament littéraire de celui qui décide d’écrire des Souvenirs, non pas exactement les siens, mais toujours ceux de son quartier, et à travers eux d’effectuer un ultime retour sur son propre passé105. Il en rédige lui-même la préface pour expliquer qu’à l’âge de devenir « l’homme sérieux qu’avaient rêvé de leur vivant mes braves et chers parents » – encore la figure paternelle –, devant quitter le « nouveau Paris » et ses démolitions » pour s’exiler à Montmartre, il n’a pu cependant résister à la tentation de revenir vers la « fière montagne d’ambition (mons ambitionis, comme on l’appelait au beau temps), cette montagne Sainte-Geneviève », et reprendre « le chemin des écoliers ». On comprend alors la nature de sa conversion, de la politique vers les lettres :

« Le Pays latin est la source de jouvence, où l’on boit du vin d’une éternelle jeunesse. […] Les moralistes ont beau prêcher qu’il n’y a que les sots qui ne savent pas vieillir ; les poètes ont beau chanter qu’il n’y a qu’eux qui meurent jeunes pour être aimés des dieux… – Eh bien ! soit ! Je demande à mourir jeune, vers cent ans comme Fontenelle !… »

118L’apprentissage de l’illégitimité politique aura commandé de devenir poète pour conserver la jeunesse, à défaut de rester un homme politique, c’est finalement la seule relique du programme révolutionnaire de l’ancien étudiant.

119L’ouvrage s’ouvre sur une « physiologie sociale » qui a pour objet les « Lolottes », « dégénérescence de la grisette », ou encore « demi-vertu » et « demi-état » qui ont leur « pigeon » et « tondent les moutons ». La seconde partie est un roman macabre qui relate le dégoût des études de médecine. Deux amis, « étudiants insolvables », se retrouvent dans la position d’avoir à disséquer, en guise d’exercice, l’ancienne maîtresse d’un de leurs amis, appelée « la dernière grisette » ou « Carmagnole ». Le roman a son avant-propos, entre autobiographie et fiction, qui s’adresse à des anciens condisciples pour leur expliquer son écœurement :

« Prenez ceci et lisez. Notre petite révolution a aussi son énigme ; il ne tient qu’à vous d’en connaître le mot. »

120Entre aveu et littérature, le récit se rapproche de la parabole, et Watripon de livrer une ultime morale à son propre devenir : il est finalement bien amer de faire le récit de sa propre expérience. Le poète qu’il est devenu est quelque peu errant. Historien des Écoles il était encore homme politique, il défendait une mission civilisatrice. Il passe dorénavant parmi les siens pour quelqu’un qui a échoué, même aux yeux d’Alfred Delvau son ami, dorénavant prolixe chroniqueur des cafés et cabarets de Paris dans les années 1860 et qui fait de lui, dans l’un de ses ouvrages, un portait à l’ironie acide après l’avoir croisé rue Saint-André-des-Arts :

  • 106 Bib. nat., Alfred Delvau, Histoire anecdotique des cafés et cabarets de Paris, Paris, 1862, 300 p., (...)

« Les paresseux sont la réserve de l’avenir. Watripon ne travaille peut-être pas assez pour un homme seul, – bien que ses ennemis prétendent qu’il a toujours ses poches bourrées d’articles allant à tous les journaux, journaux de selle ou journaux de trait. Il aime peut-être trop les bois ombreux, les chemins ensoleillés, les rêvasseries au clair de lune. Peut-être aussi qu’il a fondé trop de petits journaux et écrit trop de livres. Il s’est dépensé en petite monnaie, – mais il lui reste encore, je crois, quelques billets de banque. Il fait un peu comme Bougainville, – qui faisait, comme toute le monde : il se dissipe après s’être appliqué et s’applique après s’être dissipé. Qu’importe ! il s’applique en tout cas, et c’est quelque chose, il me semble. D’ailleurs, lisez-le : il n’écrit que pour être lu. »106

121Vers la fin de sa vie, le déclassement littéraire semble prendre la suite de la déchéance précédente de l’homme politique.

Postérités

122C’est la Société des Gens de Lettres qui en juillet 1864 prend en charge les obsèques d’Antonio Watripon :

« Je prends comme corbillard celui qui est tarifé au prix le plus bas avant le corbillard des pauvres. Le service à la chapelle coûtera 17 francs. Nous ne pouvons pas, il me semble refuser à notre confrère Watripon ce que nous avons accordé à d’autres ; j’entends une concession temporaire au cimetière soit 50 francs pour cinq ans. L’ensemble des frais représente une somme de 100 à 120 francs. »,

  • 107 Arch. nat., Société des Gens de Lettres, 454 AP 448, lettre du 23/7/1864. Le nom du rédacteur de la (...)
  • 108 Ibidem, Watripon signe son adhésion le 9 novembre 1854.
  • 109 Ibidem, lettre du 30 octobre 1864 de Marie Aycard.

123peut-on lire dans un échange de lettres entre membres du Bureau107. L’admission du défunt à la Société date du 30 octobre 1854, autrement dit à l’époque de la querelle littéraire avec Alexandre Dumas108. Ce jour-là, il peut présenter une recommandation d’un certain Marie Aycard qui explique l’avoir connu dès les années 1847-1848 au journal La Réforme109. Le portait qui est fait du candidat à cette occasion montre que l’homme de lettres ne conserve plus grand-chose de l’impétueux jeune homme de ces années-là. L’éloge sert aussi à rappeler que le temps où le fusil et la plume faisaient bon ménage n’est plus d’actualité :

« C’était un jeune homme ardent et plutôt apte à se servir du fusil que de la plume, pour satisfaire ses passions politiques : je le jugeais du moins ainsi et après avoir lu les Étudiants de Paris, je reconnais que je le jugeais mal. »

124Et de conclure à l’admission de Watripon au vu de son talent littéraire. Le 22 juillet 1864, il meurt donc en homme de lettres reconnu et il est enterré par ses pairs.

  • 110 Arch. nat., F18 387, presse parisienne 1820-1894, rapport du 7/11/1862. Il est aussi mentionné une (...)
  • 111 Plus précisément : fondation en 1845 de l’Athénée du Beauvaisis ; sur le point de faire paraître le (...)

125Cependant le passé politique de Watripon ne sombre pas nécessairement si facilement dans l’oubli. On peut par exemple se rendre compte que l’administration tient ses archives. Deux ans avant sa mort, à la suite de sa demande auprès du ministère de l’Intérieur de pouvoir publier Le Moniteur des Lettres, « organe des intérêts de la presse et tribune des écrivains » selon les mots du bureau du ministère, une petite enquête sur son compte rappelle son « rôle politique de 1848 à 1852 par la propagande démocratique qu’il n’a cessé de faire parmi la jeunesse des écoles ». On relève aussi son arrestation en juin 1848. Même si « les opinions politiques du sieur Watripon seraient, dit-on, moins exaltées », il n’aurait pas « abjuré ses anciens sentiments »110. Pourtant, cela ne l’empêche pas de demander, en décembre 1859 puis en juin 1863, une indemnité littéraire auprès du ministère de l’Instruction publique : « à titre d’encouragement ou même de secours aux gens de lettres. » Il se dit essentiellement érudit du Beauvaisis111 et se plaint d’une maladie chronique des bronches. En 1863 il dit être marié et avoir un petit enfant. En 1859, il se réclame de son père, soldat de l’empire, révérence à la génération précédente qui contredit ses discours de 1848 :

  • 112 Arch. nat., F17 3238, Indemnités littéraires et scientifiques, lettres du 9/12/1859 et du 10/6/1863 (...)

« Si ma propre recommandation était insuffisante, je me recommanderais des services de mon père (Antoine Paul Watripon), ancien capitaine de la vieille garde, membre de la légion d’honneur, ami et compagnon d’armes du maréchal Castellane (alors simple lieutenant), avec qui il entra en Espagne en 1807. »112

126Le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larousse veut bien entendu garder de Watripon un tout autre souvenir. Il a donc droit à sa notice qui égraine ses contributions à la presse démocratique jusqu’en 1848 : le Progrès de l’Oise, la Réforme, la Lanterne du Quartier latin, l’Aimable faubourien journal de la canaille, la Révolution démocratique et sociale. Son arrestation en juin 1848 n’est pas éludée, ni son exil après le 13 juin 1849, mais sa déchéance est rapportée au seul 2 décembre :

« Le Coup d’État avait brisé la plume de l’écrivain politique. À partir de ce moment, Antoine Watripon n’eut plus à lutter que contre la misère. »

127Ce tournant de sa vie est baptisé dans des termes que nous avons déjà rencontrés :

« Il se mit à faire l’école buissonnière, jetant sa prose légère aux journaux épigrammatiques. »

  • 113 Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, 1866-1876.

128Même s’« il toucha à tout », demeure son Histoire des Écoles qui, pour le Larousse, se détache de l’ensemble de ses publications, avec le parrainage de Louis Blanc dûment mentionné113.

  • 114 Jules Vallès, Souvenirs d’un étudiant pauvre paru en feuilleton dans Le Cri du Peuple du 8 janvier (...)

129En 1884, dans ses Souvenirs d’un étudiant pauvre, Jules Vallès relate l’avoir rencontré chez son ami Chassin dans la fameuse et très authentique chambre de l’Hôtel Lisbonne du Bachelier114. Il ne veut se rappeler, lui aussi, que l’étudiant historien qui montrait la voie au nouveau venu dans la capitale :

« Et cette signature s’étalait sur la couverture d’un livre qui portait pour titre : Histoire des Écoles. Notre histoire – celle des morts et celle des vivants ! C’était lui, ce fuseau à tête de rat, qui était le Tacite de notre Mont-Aventin ! Nous pouvions un jour mériter d’avoir notre place, glorieuse ou sanglante, dans les feuillets qu’il coudrait à son livre. »

130Vallès interprète rétrospectivement cette rencontre comme le passage de témoin non seulement entre deux générations d’étudiants amis, mais aussi entre deux manières de s’engager en politique :

« Une phrase de la fin parlait des journées de la Saint-Jean, c’est-à-dire de la bataille de Juin. Toutes les pages sur les conspirations des Écoles ne valaient pas, pour moi, ces lignes que j’éclairais des lueurs sombres du combat social. »

131Le narrateur des années 1880 mêle à ses souvenirs ses propres obsessions sur la question de la filiation : « Sans doute ? Mon origine pesait sur la pensée. » Et Vallès de ressasser son conflit avec ses parents qui ont opté l’un pour « l’habit de monsieur » et l’autre pour le « chapeau des bourgeoises ».

132Le dernier mot revient à Alfred Delvau, l’ami, et l’ancien condisciple au ministère de l’Intérieur, réfugié avec lui chez Poulet-Malassis le 23 juin 1848. Dans un style piquant, il rapporte, dans un ouvrage publié l’année même de la mort de Watripon, que l’homme de lettres a acquis une popularité inattendue auprès des propriétaires du Bal Constant, « établissement le plus important de la rue de la Gaîté ». Perplexe sur le talent de son ami, Delvau rend compte de l’image léguée à la postérité par les maîtres des lieux, véritable icône, finalement peut-être la plus fidèle représentation du chemin parcouru par l’ancien étudiant :

  • 115 Bib. nat., Alfred Delvau, Les Cythères parisiennes. Histoire anecdotique des Bals de Paris, Paris, (...)

« Cette admiration, que je respecte – sans la partager, – M. Constant fils a voulu la manifester hautement, et, parmi les fresques fort habiles, peintes par Paul de la Garde sur les murs de la véranda située au fond du jardin, il y en a une, celle du milieu, où l’on voit Antoine Watripon en chemise et en collant, assis devant une table, une plume à la main, l’œil inspiré, écrivant l’Histoire des Écoles, entouré d’étudiants moyen âge. »115

 

  • 116 C’est la thèse de l’ouvrage de Dolf Oelher, Le spleen contre l’oubli. Juin 1848. Baudelaire, Flaube (...)
  • 117 Voir Jean Dufournet, Villon et sa fortune littéraire, Éditions Ducros, Bordeaux, 1970, 167 p., qui (...)

133Comme pour tous les personnages dont nous avons parlé dans l’ensemble de notre travail, il n’a pas été seulement demandé, en 1848 ou en 1851, à Léon et à Antonio Watripon de ne plus porter un fusil, mais aussi de se défaire des aspects les plus subversifs de leur culture des armes en général. Pour l’un comme pour l’autre, les Lettres ont été le terrain de leur reconversion, comme un refuge de leur engagement politique. À leur manière, ils témoignent des symptômes du « spleen contre l’oubli », dont a parlé Dolf Oehler dans un bel ouvrage récent. Leur relative résignation et les indices d’une certaine mélancolie les désignent effectivement comme parmi ces écrivains et ces artistes traumatisés par leur expérience de la révolution de 1848. Peut-on alors se permettre de les placer auprès de ceux qui ont fondé la modernité littéraire en réaction au romantisme et contre le refoulement de la répression des journées de juin116 ? D’un côté, Antonio Watripon peut en effet paraître « moderne » comme historien méthodique des Écoles, comme romancier amer de la vie des étudiants du quartier latin, même si son Histoire reste un programme civique et politique tout imprégné de l’esprit quarante-huitard. Son modèle littéraire, François Villon, peu apprécié par les romantiques, fait l’objet d’un regain d’intérêt après 1850 pour sa langue crue et son goût du réel117. Cependant si l’écriture d’Antonio Watripon est à charge contre les normes d’une société qui n’est pas la sienne, c’est pour regretter de voir disparaître le Paris de sa jeunesse, avec une note passéiste.

134De son côté Léon Watripon, son frère, semble féru d’économie et de science, mais il garde en lui une part de mémoire empoisonnée qui l’empêche, comme Antonio, d’envisager la marche certaine de l’« ordre » vers le « progrès », comme pouvait encore le prophétiser leur père en décembre 1851 pour la génération nouvelle.

135Mais ce n’est pas seulement une question de vieillissement de la langue de la révolution de 1848. Soulignons un détail dont nous n’avons pas parlé. En 1881, au moment de réclamer une « réparation », Léon n’évoque à aucun moment son défunt frère, pourtant relativement célèbre. Ce silence ne témoigne-t-il pas d’une difficulté persistante à s’inscrire pleinement dans l’histoire de la part de ceux qui gardent les traces stigmatisantes de l’accusation de « délit politique », malgré leur appartenance aux capacités ?

Le premier numéro de La Lanterne du Quartier latin

Le premier numéro de La Lanterne du Quartier latin

L’effigie d’Antonio Watripon dans Échos de jeunesse. Les Trois âges du pays latin, 1863

L’effigie d’Antonio Watripon dans Échos de jeunesse. Les Trois âges du pays latin, 1863

Notes

1 Rappelons qu’Histoire d’un crime - Déposition d’un témoin -, est publié en 1877. Hugo précise cependant dans une note introductive que le récit « a été commencé le 14 décembre 1851, le lendemain de l’arrivée de l’auteur en Belgique, et terminé le 5 mai 1852 », Œuvres complètes, tome Histoire, Robert Laffont, 1987, p. 155.

2 Tout au plus apprend-ton que : « Jeanty Sarre a un oncle réactionnaire qu’il ne voit pas et qui demeure tout près du Petit-Carreau, no 1. – Quelle peur nous lui ferons tout à l’heure ! m’a dit Jeanty Sarre en riant. » Histoire d’un crime…, ouv. cité, III, 10, p. 335. Charpentier de Bellecour, qui combat sous les ordres de Jeanty Sarre est plus précisément identifié : « Il me présente son second, Charpentier, homme de trente-six ans, lettré et savant. Charpentier s’occupe d’expériences ayant pour but de remplacer le charbon et le bois par le gaz dans la cuisson de porcelaine, et il me demande la permission de me lire ‘un de ces jours’ une tragédie. », Idem, p. 334. Sur Charpentier de Bellecour qui meurt au combat ce jour-là, voir sa notice dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, CD-Rom, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1997.

3 « Tous se pressèrent autour du nouveau venu. Jeanty Sarre lui offrit le commandement. – Non, dit il, il y a une tactique de barricade que je ne sais pas. Je serais mauvais chef, mais je suis bon soldat. Donnez-moi un fusil. », Histoire d’un crime…, ouv. cité, IV, 3, p. 377. Denis Dussoubs après une harangue aux forces de l’ordre meurt sur la barricade de la rue du Petit-Carreau. Il est resté célèbre pour avoir parlé sur la barricade ceint de l’écharpe tricolore de son frère Martial Dussoubs dit Marcellin, représentant du peuple. Notons qu’avec Charpentier de Bellecour, le bras droit de Jeanty Sarre sur la barricade, et Dussoubs, ils sont tous trois originaires de la Haute-Vienne.

4 Arch. nat., loi du 30 juillet 1881, F15 3968c, Demandes rejetées par la Commission départementale de la Seine, 17/2/1882.

5 Arch. nat., loi du 30 juillet 1881, F15 4143, rapport du 18/12/1880.

6 Rappelons qu’Étienne Arago est le frère de François Arago, le membre du gouvernement provisoire. Il dirige la prise de l’Hôtel des Postes à Paris le 24 février 1848 et en devient le directeur jusqu’à sa démission le 10 décembre de la même année. Voir l’étude que lui a consacrée Muriel Toulotte, Étienne Arago. 1802-1892. Une vie, un siècle, Perpignan, Publications de l’Olivier, 1993, 367 p. Indiquons qu’il est aussi acclamé maire de Paris le 4 septembre 1870.

7 Arch. nat., loi du 30 juillet 1881, F15 4143, lettre du 23/9/1881.

8 La notice que consacre le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français à Jeanty Sarre mentionne sa participation à la prise de l’Hôtel des Postes le 24 février 1848 en compagnie des journalistes de La Réforme.

9 Il n’y a pas, à proprement parler, de quartier de ce nom, mais la rue du Petit-Carreau est bien dans le prolongement de la rue Poissonnière. Étienne Arago était en exil depuis le lendemain de la manifestation du 13 juin 1849. La Haute Cour de Versailles l’avait condamné à l’époque à la déportation par contumace.

10 Arch. nat., loi du 30 juillet 1881, F15 4143, lettre, sd.

11 Ibidem, rapport du 18/12/1880.

12 Idem.

13 Histoire d’un crime…, ouv. cité, IV, 4, « Les fait de la nuit – Le passage Saumon », pp. 383-387.

14 Arch. min. Guerre, décembre 1851, B 195 45, interrogatoire du 17/12/1851.

15 Ibidem, rapport du 8/12/1851.

16 Signalons cependant qu’une affiche dressant la liste des délégués du comité démocratique-socialiste pour les élections du 28 avril 1850 indique pour le VIIe arrondissement, au milieu d’un groupe de quinze délégués : « Jeanty Sarre, hommes de lettres, rue de Poitou 18 », Arch. min. Guerre, décembre 1851, pièce saisie.

17 Il s’agit des élections partielles du 10 mars 1850 : Hippolyte Carnot, François Vidal et De Flotte, candidats républicains, sont élus dans la Seine.

18 Le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français lui consacre une notice, mais le nomme par erreur François, ce qui introduit une confusion avec son frère arrêté en décembre 1851, qui lui n’est pas mentionné dans le dictionnaire.

19 Signalons qu’une note du secrétariat général du Président de la République datée du 15/2/1850 mentionne une demande de grâce déposée par Victor Hugo en faveur du détenu. Arch. nat., juin 1848, demande de grâce, BB 21 610. Hugo connaissait donc un peu mieux la famille Sarre que ne le laisse deviner Histoire d’un crime.

20 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 107 8107, interrogatoire du 29/8/1848.

21 Ibidem, interrogatoire du 7/7/1848.

22 Arch. nat., juin 1848, demande de grâce, BB 21 610.

23 Ibidem.

24 Ibidem, lettre du 21/9/1854, rédigée à Lambessa.

25 Ibidem, rapport du 25/10/1853.

26 Ibidem, rapport, décembre 1854.

27 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 107 8107, lettre du 7/7/1848.

28 Arch. nat., juin 1848, demande de grâce, BB 21 610, lettre du 6/2/1850.

29 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 107 8107, déposition du 18/8/1848 d’Alexandre, 41 ans, concierge du no 9 rue Croix-des-Petits-Champs.

30 Ibidem, interrogatoire du 29/8/1848.

31 Ibidem, déposition du 18/8/1848 de Dagran, 29 ans, négociant, 65 rue Rochechouart.

32 Arch. nat., Instruction publique, Indemnités littéraires et scientifiques, F17 3168, lettre du 17/11/1848.

33 Ibidem, lettre du 30/11/1848.

34 La Société des Gens de lettres nous a informé qu’elle ne possède pas de document au nom de Sarre dans ses archives.

35 Histoire d’un crime…, ouv. cité, III, 10, p. 334.

36 Comme le propose en note l’édition récente que nous utilisons, Charpentier et Jeanty Sarre « apparaissent comme des ‘types’ du combattant de décembre 1851 et aussi comme des exemples réels des personnages d’insurgés décrits dans Les Misérables. », voir « Notice et notes », Histoire d’un crime…, ouv. cité, p. 1389.

37 Voir Jean-Claude Caron, Générations romantiques. Les étudiants de Paris et le Quartier latin (1814-1851), Paris, Armand Colin, 1991, 435 p., qui indique qu’il y avait en 1846 environs 5.000 étudiants (7.500 en 1835), dont les deux tiers à Paris, dans les cinq facultés (théologie catholique, lettres, sciences, droit, médecine) et dans l’École de pharmacie de Paris, p. 51.

38 Arch. min. Guerre, décembre 1851, B 211 844, lettre du 2/3/1852.

39 Ibidem, rapport du 9/1/1852.

40 Arch. nat., Société des Gens de Lettres, 454 AP 448.

41 Rappelons que la devise « Ordre et Progrès » qui date de 1848, est celle de la Société Positiviste d’Auguste Comte ; la lettre du père Watripon semble la répéter.

42 Arch. nat., loi du 30 juillet 1881, F 15 4082, lettre du 28/2/1883.

43 Ibidem, lettre du 20/4/1881.

44 Idem.

45 Idem.

46 Ibidem, lettre du 16/12/1881.

47 Ibidem, lettre du 27/3/1882.

48 Ibidem, lettre du 28/2/1883.

49 Idem.

50 Rachel est restée célèbre pour s’être produite en chantant la Marseillaise sur la scène parisienne en 1848 : Sylvie Chevalley, « Rachel et la Marseillaise », 1848. Révolutions et mutations au XIXe siècle, 1988, no 4, pp. 109-111.

51 Rappelons que Guiseppe Garibaldi est né à Nice en 1807.

52 Roi de Sardaigne de 1821 à 1831. Rappelons qu’en 1860, le traité de Turin offre Nice et la Savoie à la France pour son soutien à la politique du roi Victor Emmanuel II de Piémont-Sardaigne visant à former un royaume d’Italie face à l’influence autrichienne.

53 La question des chemins de fer à Nice. de Meyrargues à Draguignan à Nice par Grasse, et de Nice à Digne par Puget-Théniers, Nice, 1889, 14 p.

54 Arch. min. Guerre, décembre 1851, B 211 844, interrogatoire du 19/12/1851.

55 Arch. Min. Guerre, 34 YC 1882.

56 Voir la notice le concernant dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, ouv. cité.

57 Voir la notice concernant Xavier Durrieu dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, ouv. cité, élu en 1848 comme représentant de l’Ariège mais non-réélu en 1849.

58 Voir les notices les concernant dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, ouv. cité. Ils sont à l’époque tous les deux des collaborateurs de La Révolution, poursuivis comme de Xavier Durrieu en décembre 1851.

59 Le Coup d’État de Louis Bonaparte. Histoire de la persécution de décembre. Événements, prisons, casemates et pontons par Xavier Durrieu, ancien représentant du peuple, Genève et New York, 217 p, sd. pp. 195-196.

60 Léon Watripon, Napoléon III ou l’Empereur pour rire, avant, pendant et après le Coup d’État du 2 Décembre, Jersey, 1853, 8. p.

61 Léon Watripon, Sous les palmiers. Souvenirs des Alpes-Maritimes, Nice, Paris, 1862, 96 p.

62 Idem, p. 16.

63 Léon Watripon, La Muraille républicaine. Légendes des drapeaux de l’armée française ou les drames de la patrie. Histoire complète de tous les régiments, 1er fascicule, Paris, 1879, 4 p. A cessé de paraître ensuite.

64 Arch. nat., décembre 1851, demande de grâce, BB 30 476, rapport du 17/4/1853.

65 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 110 8289, interrogatoire du 24/7/1848.

66 Ibidem, déposition du 28/7/1848 de Mathieu, 31 ans, mécanicien, capitaine en second de la 11e batterie, 7 rue des Poitevins.

67 Voir la notice dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, ouv. cité, de Poulet-Malassis, le futur éditeur de Baudelaire.

68 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 112 8321, dossier Poulet-Malassis.

69 Ibidem, déposition du 11/8/1848 d’Alfred Delvau, 24 ans, 25 rue d’Enfer

70 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 110 8289.

71 Ibidem, déposition du 25/7/1848 de Patin, 26 ans, marchand de papier, 4 rue Hautefeuille.

72 Ibidem, interrogatoire du 24/7/1848.

73 Sur ce point, le cas de Watripon est emblématique. Jean-Claude Caron a insisté sur le fait qu’en 1848, les étudiants ne se mêlent pas au « peuple » durant les journées révolutionnaires, mais agissent de manière autonome et parallèle : « Révoltes étudiantes, révoltes agissantes ? Le poids des étudiants dans la vie politique française (1818-1848), dans Révolte et société, Actes du IVe colloque d’histoire au présent, Publications de la Sorbonne, 1989, pp. 194-204.

74 Arch. préf. pol. Paris, février 1848, Aa 417 ; sa lettre ne porte pas de date précise, mais il explique lui même qu’il sort de prison, sa libération datant du 3 août.

75 Ibidem. Le document est daté du 8/9/1848, les signataires sont : Blancourt, étudiant en droit 2 passage du Commerce ; A. Delcary, étudiant, 8 place Saint-Michel ; Alfred Simonin, étudiant en droit, 12 rue de Vaugirard ; Vaïsse, étudiant en droit, 13 rue Racine ; Dangnes, 25 rue des Cannettes, libraire.

76 Sur l’agitation politique des Écoles à la veille et durant la révolution de février 1848, voir Jean-Claude Caron, Générations romantiques…, ouv. cité, pp. 369-381.

77 Les Murailles révolutionnaires, Paris, 1856, pp. 415-416. Le texte est daté de mars 1848. Notons que ces Murailles révolutionnaires ont été compilées par Alfred Delvau, ce qui explique sans doute la présence de la profession de foi de son ami Watripon dans cet ouvrage.

78 En novembre 1844, Ledru-Rollin lance dans La Réforme l’idée que les ouvriers usent de leur droit de pétition pour que le pouvoir entreprenne une enquête sur leurs conditions de vie et de travail. 130.000 signatures sont collectées. Mais la Chambre et le gouvernement opposent une fin de non-recevoir : Antoine Savoye, Les débuts de la sociologie empirique. Étude socio-historique (1830-1930), Paris, Méridiens Klincksieck, 1994, 244 p., pp. 35-38.

79 Ceci explique sans doute qu’un rapport de police du 14 janvier 1848 considère Watripon comme un partisan de Cabet, directeur du dit journal : cité par Albert Crémieux, La révolution de février. Étude critique sur les journées des 21, 22, 23 et 24 février 1848, Paris, 1912, p. 77.

80 L’ouvrage n’est pas daté.

81 Bib. nat., La Lanterne du Quartier latin, prospectus, sd. L’enregistrement du journal auprès du ministère de l’Intérieur date du 20/1/1847, Arch. nat., Presse Parisienne 1820-1894, F18 377.

82 Le journal connaît une première année de publication en 1847. Au douzième numéro, daté de décembre de la même année, il est annoncé qu’en raison de son succès, La Lanterne du Quartier latin passera de 4 à 8 pages, avec un nouveau prix d’abonnement 4 francs pour Paris, et 5 francs pour les départements, contre 2 et 2,50 francs antérieurement. Jean-Claude Caron a expliqué que le journal ne profita pas de la République de 1848, seuls 4 numéros parurent cette année-là avec une pagination et un prix en constante diminution. Son radicalisme politique en 1847 illustre la nouvelle tendance de la presse étudiante durant les dernières années de la monarchie de Juillet : Jean-Claude Caron, « Une approche de la sociabilité de la jeunesse : la presse étudiante à Paris (1829-1850) », dans Jeunesse au XIXe siècle, 1848, révolutions et mutations au XIXe siècle, no 8, 1992, pp. 75-86.

83 Voir la notice dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, ouv. cité, concernant ce fondateur de la Société des droits de l’Homme, entré au journal La Réforme en 1843, frère d’Eugène Cavaignac. Ses funérailles réunissent étudiants et ouvriers le 7 mai 1845, voir Jean-Claude Caron, Générations romantiques…, ouv. cité, p. 369. Dans sa profession de foi, Watripon rapporte son entrée dans la presse parisienne précisément au soutien de Godefroy Cavaignac.

84 Salvandy est ministre de l’Instruction publique depuis 1845.

85 En mars 1847, une manifestation réunit 1.200 étudiants à Paris célébrer cet anniversaire, Jean-Claude Caron, Générations romantiques…, ouv. cité, p. 371.

86 Watripon radicalise le programme morale et politique que Michelet propose aux étudiants dans un cours du 30 décembre 1847 : faire sa « contre-éducation » auprès du peuple., voir Jean-Claude Caron, Générations romantiques…, ouv. cité, p. 223. Michelet désirait avant tout que le « jeune homme » devienne un « médiateur » et un « pacificateur de la cité » (leçon du 23 décembre 1847) ; voir Jules Michelet, Cours au Collège de France. 1845-1851, Paris Gallimard, 1995, 2 volumes, 1995, p. 288.

87 Bib. nat., Compte-rendu du Banquet démocratique socialiste des Écoles de Paris [extrait de la Révolution Démocratique et Sociale], 3 décembre 1848, 49 rue de Sèvres à Vaugirard, 2.000 personnes salle du restaurant Lelion ; sur cet événement voir Jean-Claude Caron, Générations romantiques…, ouv. cité, pp. 389-391.

88 Le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français mentionne sa participation à la presse démocratique sous le pseudonyme de Jules Choux en mars et avril 1849 (La Chandelle démocratique et sociale), comme un an plus tôt au printemps 1848 dans les colonnes du Père Duchêne et du Vieux Cordelier.

89 Selon ses propres propos dans sa conclusion à Histoire politique des Écoles et des Étudiants depuis le Moyen-Age jusqu’à 1850, 1re partie, 1815-1830, Michel et Joubert, 1850, p. 155.

90 Bib. nat., La Démocratie de l’Oise, revue mensuelle, juin 1850, 8 p.

91 Bib. nat., La Lanterne du Quartier latin, no 12, décembre 1847.

92 Histoire politique des Écoles…, ouv. cité, p. 155.

93 Bib. nat., Les Étudiants de Paris, Paris, 1851, 48 p.

94 L’auteur de l’article « Étudiant » du Grand dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larousse dit avoir tenu en main le manuscrit de cette seconde partie. Peut-être faut-il reconnaître ici Alfred Deberle, un des principaux collaborateurs de Larousse, préfacier de l’ouvrage Échos de jeunesse. Les Trois âges du pays latin de Watripon en 1863 (voir plus loin).

95 Bib. nat, la lettre de Louis Blanc est datée du 27 juillet 1850 de Londres.

96 Bib. nat, Antonio Watripon, La vie et la mort du comte de Cavour, Paris, 1861, 16 p.

97 Bib. nat, Antonio Watripon, Les cosaques pontificaux, Paris, 1861, 32 p. Pour Watripon, « l’alliance christicole » contredit la thèse de Veuillot sur la révolution française née du protestantisme. Il reproche au Pape de renoncer « à défendre les pauvres et les opprimés », comme les Polonais par exemple.

98 Bib. nat, Les Amis du Peuple, biographies, romans, histoire, voyage, poésie et musique, Paris, 1858-1859. On relève aussi une biographie historique rédigée par Léon Watripon sur Milton, poète et secrétaire de Cromwell.

99 Bib. nat, Alexandre Dumas embêté par M. Croton-Duvivier, 1854, 10 p., et Publication nouvelle de M. Croton-Duvivier, Paris, 1855, 20 p. Watripon dit préférer Balzac, défend aussi Voltaire et Rousseau, ou encore Hégésippe Moreau (1810-1838) le poète démocratique (voir sa notice dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, ouv. cité), Dumas s’en étant pris à chacun d’eux.

100 Antonio Watripon, Les Génies de la tradition française. François Villon, Paris, 1857.

101 Idem.

102 Il aussi l’auteur d’une satire des bals parisiens : Bib. nat., Paris qui danse. Études, Types, Mœurs, par Tony Fanfan, Boulevard des Folies-Robert, Paris, 1861, 61 p.

103 Bib. nat., « La Bohême du temps jadis », dans Chants et Chansons de la Bohême, Paris, 1853, 104 p., recueil collectif.

104 Bib. nat, Antonio Watripon, Échos de jeunesse. Les Trois âges du pays latin, Paris, 1863, préface d’Alfred Deberle.

105 Bib. nat, Antonio Watripon, Souvenirs du Quartier Latin. Les Lolottes. Histoire de Carmagnole, Paris, 1861, 128 p.

106 Bib. nat., Alfred Delvau, Histoire anecdotique des cafés et cabarets de Paris, Paris, 1862, 300 p., le portrait est au chapitre XII : « La laiterie du paradoxe », pp. 81-96, qui décrit un cabaret de la rue Saint-André-des-Arts.

107 Arch. nat., Société des Gens de Lettres, 454 AP 448, lettre du 23/7/1864. Le nom du rédacteur de la lettre est illisible. Il s’adresse au président de la Société, Emmanuel Gonzalès.

108 Ibidem, Watripon signe son adhésion le 9 novembre 1854.

109 Ibidem, lettre du 30 octobre 1864 de Marie Aycard.

110 Arch. nat., F18 387, presse parisienne 1820-1894, rapport du 7/11/1862. Il est aussi mentionné une condamnation à deux ans d’emprisonnement pour complicité d’adultère par le tribunal correctionnel de la Seine le 7/12/1861 puis un acquittement le 28/12/1861 sur opposition de ce jugement.

111 Plus précisément : fondation en 1845 de l’Athénée du Beauvaisis ; sur le point de faire paraître les Annales de la Picardie et du Beauvaisis ; auteur d’une biographie de l’évêque Lucianus, apôtre du Beauvaisis.

112 Arch. nat., F17 3238, Indemnités littéraires et scientifiques, lettres du 9/12/1859 et du 10/6/1863. Rappelons que Castellane est nommé maréchal de France en décembre 1852, comme Saint-Arnaud et Magnan, par Napoléon III, voir Louis Girard, Napoléon III, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1986, p. 184.

113 Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, 1866-1876.

114 Jules Vallès, Souvenirs d’un étudiant pauvre paru en feuilleton dans Le Cri du Peuple du 8 janvier au 5 mars 1884, réédité avec une introduction et des notes de Roger Bellet, Tusson-Charente, Du Lérot éditeur, 1993, 151 p., pp. 21-23. Sur Charles-Louis Chasssin, le Matoussaint du Bachelier, voir Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, ouv. cité.

115 Bib. nat., Alfred Delvau, Les Cythères parisiennes. Histoire anecdotique des Bals de Paris, Paris, 1864, rééd. Éditions Marcel Valtat, Paris, 1979, 281 p., pp. 198-199. Notons qu’Alfred Delvau est l’auteur d’une Histoire de la Révolution de Février, Paris, 1850, 481 p., dans laquelle il ne dit pas un mot de Watripon ni des Écoles d’ailleurs. Rappelons que la mode « Moyen-Âge » témoigne parmi les étudiants parisiens de leur engouement pour le romantisme au début de la Monarchie de Juillet ; voir Jean-Claude Caron, Générations romantiques…, ouv. cité, pp. 172-173, qui indique par ailleurs que « l’étudiant moyen-âge ne professe pas d’idées politiques ; sur ce terrain, il est nettement en retrait par rapport à l’étudiant républicain. »

116 C’est la thèse de l’ouvrage de Dolf Oelher, Le spleen contre l’oubli. Juin 1848. Baudelaire, Flaubert, Heine, Herzen, Paris, Payot, 1996, 465 p.

117 Voir Jean Dufournet, Villon et sa fortune littéraire, Éditions Ducros, Bordeaux, 1970, 167 p., qui cite le travail de Louis Cons, État présent des études sur Villon, Parsi, Les Belles lettres, 1936, (p. 56) : « Vision réaliste, sensibilité mystique et charnelle, abstention de l’idéalisme oratoire, goût vif de la caricature, de l’économie du trait en vue d’une vérité dépouillée et intense, cela qui est dans l’air après 1850 et aussi dans Villon », p. 40. Jean Dufouret explique qu’à la fin du XIXe siècle, Villon et lu comme un « poète bourgeois », tenant du réel et opposé au romanesque, préférant le bon sens aux mythes usés de la chevalerie et de la courtoisie, n’hésitant pas à rendre compte du sordide et de la misère, tour à tour pathétique et humoriste. Dufournet ne mentionne pas la contribution de Watripon à la réévaluation de Villon.

Table des illustrations

Titre Le premier numéro de La Lanterne du Quartier latin
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/38168/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre L’effigie d’Antonio Watripon dans Échos de jeunesse. Les Trois âges du pays latin, 1863
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/38168/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540