Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Machines. Magie. Médias.

 | 
Frank Kessler
, 
Jean-Marc Larrue
, 
Giusy Pisano

Chapitre 1. Magie et dispositifs scéniques

Le flou vivant : l’effet de fumée dans la création de la magie scénique

Liina Keevallik

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le floutage a toujours été un moyen pratique pour représenter des endroits énigmatiques et inconnus, comme l’enfer ou le paradis, que ce soit sur les plateaux scéniques ou dans la peinture. Aujourd’hui où tout doit être aussi net que possible, où il y a plus de pixels dans l’air que jamais, on fait le contraire et on cache ce que l’on sait : on floute des scènes que l’on n’a pas envie de voir. Au théâtre, on met en marche la machine à fumée pour cacher les défauts du décor, pour faire apparaître les faisceaux de lumière, dans le but d’occuper la scène ou pour ajouter un peu d’épaisseur ou de mystère à une scène trop lisse. Dans tous les cas, il s’agit moins d’ombrager et de mystifier ce qui nous est inconnu, et dont on ne connaît pas la forme, que de modérer et de brouiller les contours de ce que l’on connaît. En saurait-on trop ?

Le « trop-savoir » visuel semble avoir totalement débordé à l’époque des impressionnistes – ces sauveteurs qui, après le choc de la photographie, se mettai...

Auteur

Université de Tallinn

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540