Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Machines. Magie. Médias.

 | 
Frank Kessler
, 
Jean-Marc Larrue
, 
Giusy Pisano

Chapitre 2. L’art magique mis en scène

Du visible au visuel : pouvoirs du noir dans la Magie nouvelle

Véronique Perruchon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La « Magie nouvelle1 » est un art trompeur dont une partie des déclinaisons scéniques s’appuie sur les illusions d’optique et la perturbation des repères. Le noir invité sur ses plateaux offre un cadre propice à révéler les apparitions les plus irréelles : les corps en scène, affranchis des contraintes du réel, provoquent la rencontre avec le « sentiment magique ». À travers une expérience sensorielle, le spectateur plonge dans un univers irrationnel et envoûtant qui a le pouvoir évocatoire de « l’image ouverte » (Georges Didi-Huberman). Le noir immersif a la faculté de détourner l’opacité de l’écran du visible jusqu’à revêtir les qualités du visuel. Des spectacles comme Vibrations (2010) et Notte (Cie 14:20) ou encore Les Limbes (Cie Monstre[s], 2014) permettront d’en décliner les occurrences. Cependant, si cette approche magique du noir semble des plus « nouvelles », sa mobilisation a jalonné l’histoire de la magie. Cet article va donc se pencher dans un premier temps sur une reco...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540