Version classiqueVersion mobile

Cirque, cinéma et attractions

 | 
Sébastien Denis
, 
Jérémy Houillère

Partie 3. Cinéma circassien, cirque cinématographique

Les images en piste : incertitude, vitesse et tremblement chez Alexander Calder et Jonas Mekas

Justin Wadlow

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Considérer dans un même regard les mains d’Alexander Calder, qui font s’élancer puis tournoyer en l’air ses personnages en fil de fer, et la caméra tremblante de Jonas Mekas, qui filme le cirque au plus près de ses improvisations, c’est prendre pleinement conscience de l’intense fragilité du mouvement, des gestes et des acrobaties du cirque. C’est également prendre conscience de la fragilité des images censées pouvoir les capter, et donc remettre en cause l’ordre, la stabilité même du cinéma.

Au-delà des lignes de force qui semblent attirer ces œuvres vers des univers opposés (techniques employées, inscription dans l’histoire de l’art, rapport au public), plusieurs points communs relient ainsi profondément Alexander Calder et Jonas Mekas : les notions de légèreté et de vitesse, de tremblement et d’incertitude, voire d’instabilité. Car, au lieu de filmer le spectacle de cirque dans ce qu’il possède de plus spectaculaire et de plus parfait, Alexander Calder comme Jonas Mekas mettent en...

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search