Version classiqueVersion mobile

Antiquité et traduction

 | 
Michel Ballard

Saint Jérôme (Stridon, Dalmatie, v. 347 - Bethléem 419/420)

Texte intégral

1Saint Jérôme a laissé derrière lui une œuvre impressionnante. Il convient réellement de parler d’œuvre car sa production fut abondante et variée – même si elle gravite essentiellement autour de la religion – et eut une influence énorme à l’époque et au-delà. Nous envisagerons dans ce chapitre la carrière de saint Jérôme jusqu’à sa rencontre avec Damase, son œuvre de traducteur de la Bible et ses écrits sur la traduction.

Les années de formation

  • 1 Prosper d’Aquitaine (390-463), disciple d’Augustin d’Hippone, est, avec son Epitoma Chronicon, le c (...)
  • 2 « On lui donna un nom traditionnel, donc païen, Hieronymos – celui dont le nom est sacré – (latinis (...)
  • 3 De Viris illustribus, 135.
  • 4 Cette datation repose sur un souvenir de saint Jérôme : l’annonce de la mort de Julien l’Apostat al (...)
  • 5 Née de l’éclatement de la Yougoslavie.

2D’après Prosper d’Aquitaine1, Eusebius Hieronymus2 (qui devait devenir saint Jérôme) serait né à Stridon aux confins de la Dalmatie, comme il l’écrivit lui-même dans le De Viris illustribus3 ; les spécialistes modernes situent généralement cet événement en 3474 sous le règne de Constant, fils de Constantin, c’est-à-dire dans un Empire romain partagé entre les trois fils de Constantin. La fourchette la plus large donnée par Grützmacher (1901-1908 : t. 1, 45) va de 340 à 350. La Dalmatie correspondrait en gros à l’actuelle Croatie occidentale5, et la ville de Stridon fut probablement détruite en 379 lors de l’invasion des Goths ; c’est ainsi qu’il n’en reste pas de traces. D’après Bulic (1898 : 276-280) cependant, Stridon correspondrait à la ville actuelle de Grahovo, située à quelque 30 kilomètres au nord-ouest des Bouches du Kotor.

3Dans cette région, le christianisme était très enraciné. À partir de Constantin (305-337), l’empereur, bien que restant le Pontifex maximus du paganisme, va délibérément favoriser le christianisme, de sorte que religion et État finiront par se confondre. Cette sainte union sera consacrée en 380, lorsque Théodose Ier érigera le christianisme en religion d’État. En 382, l’empereur Gratien abandonnera son titre de Pontifex maximus.

4Parallèlement, on constate depuis le IIe siècle un glissement du pouvoir vers la partie orientale de l’Empire. Si Constantin transfère la capitale de Rome à Constantinople (330) pour des raisons à la fois politiques et économiques, il faut savoir que les empereurs ne résidaient plus à Rome depuis longtemps. Leur choix s'orientait vers Trèves, Nicomédie ou encore Salone, l’actuelle Split, où Dioclétien avait fait construire un magnifique palais en bord de mer. Dioclétien était d’ailleurs originaire de Naissus (Niš) et la Dalmatie participait de l’orbite chrétienne.

  • 6 Jérôme a légué à la postérité 154 lettres, que l’on peut ventiler en trois périodes. Les écrits du (...)

5À l’époque, le christianisme triomphe donc dans la totalité de l’Empire romain et les provinces occidentales, dont la Dalmatie, assistent au recul marqué du paganisme, provoqué notamment par la conversion des empereurs, depuis Constantin et ses fils jusqu’à Théodose Ier. Nous savons de Jérôme qu’il était issu d'une famille assez riche et il avoue dans une de ses lettres (Epistolae) avoir vendu quelques propriétés foncières (villulae) dans le but de faire ériger ses couvents. Toute sa vie, depuis sa plus tendre enfance, sera vouée à la défense et à la propagation de la foi catholique : [...] et ab ipsis, ut ita dicam, incunabulis catholico sumus lacte nutriti… (Ep. LXXXII, 2). Ces lettres nous fournissent de très rares renseignements sur son enfance. Elles furent écrites à ses amis et connaissances lors de sa pénitence dans le désert de Chalcis, à Rome ou pendant la dernière partie de sa vie6.

  • 7 En 398, Jérôme envoya son frère Paulinius vendre ce qui restait de la propriété et en tira suffisam (...)

6Ainsi, le père de Jérôme, Eusebius, chrétien, riche propriétaire terrien7, fut en mesure de lui payer des études coûteuses. Après avoir fréquenté l’école de Stridon, Jérôme fut envoyé par son père à Rome à l’âge de douze ans (vers 360), pour y recevoir un enseignement de qualité. À Rome, il fréquenta l’école de Donat, le célèbre grammairien, pendant quatre ou cinq ans. Il n’est pas certain qu’il y ait appris le grec, l’étude de cette langue ayant fortement décliné en Occident depuis l’époque de Cicéron ou même de Quintilien. On estime que ce n’est que dans les années 370, lors de son séjour à Antioche, qu’il se familiarisa avec cette langue.

7Sous l’influence de Donat, commentateur des œuvres de Virgile et de Térence, il fit des progrès fulgurants dans la connaissance de la langue latine. Ses études comprennent les disciplines de l’époque : le trivium classique (grammaire, dialectique, rhétorique) et la philosophie.

8C’est probablement à l’âge de seize ans qu’il commence à fréquenter, avec son ami Bonose, le cours de rhétorique, qui représentait à l’époque l’équivalent d’un établissement d’enseignement supérieur. La rhétorique occupe pendant sa jeunesse une place importante dans ses préférences. On peut citer par exemple le De Institutione Oratoria, où Quintilien estime qu'une traduction respectueuse du génie de la langue d'arrivée est un remarquable « exercice qui permet d’améliorer la maîtrise de la langue maternelle » (Viré 2009 : 160). À cette occasion, « il se fait des amis parmi ses condisciples : Pammachius, d’une riche famille romaine, Héliodore et Rufin, tous deux originaires de villes de Vénétie » (Maraval 1995 : 12). À Rome, il se lie d’amitié avec un jeune homme de sa région, Rufin d’Aquilée, avec lequel il se brouillera plus tard. Jérôme demande vraisemblablement le baptême en 366 (Maraval 1995 : 13).

  • 8 L’érémitisme (du grec eremos : désert) désigne la pénitence faite dans le désert et diffère donc du (...)
  • 9 Hilaire de Poitiers (315-367), défenseur de l’orthodoxie nicéenne contre l’arianisme. Il rédige un (...)

9En 367, à l’âge de vingt ans, il entreprend un long voyage en Gaule, avec l’intention de faire une carrière dans l’administration à Trèves, la capitale. On y connaissait la Vie d’Antoine d’Athanase et il se peut que Jérôme ait lu cet ouvrage qui promouvait l’ascétisme et l’érémitisme8. De façon plus précise, on sait que Jérôme « recopie pour son ami Rufin deux ouvrages de l’évêque Hilaire de Poitiers9 (qui a lui-même favorisé l’implantation du monachisme) » (Maraval 1995 : 15). Sous ces influences, la vie de Jérôme change d’orientation ; il décide de consacrer sa vie au Christ et entreprend des études théologiques.

10Il redescend alors vers Aquilée, où il s’intègre à un groupe de réflexion intéressé par l’ascétisme. Il y retrouve Bonose et Rufin, et fait la connaissance d’Évagre « un prêtre d’Antioche venu en Italie vers 362 » (Maraval 1995 : 16). À un moment, le groupe se disloque, attiré par l’Orient et la vie solitaire.

Le séjour en Orient et les premières traductions

11En 374, Jérôme part pour l’Orient, sans doute avec l’aide financière de sa famille, puisqu’il y emmène sa bibliothèque. Il prend le bateau jusqu’à Athènes, puis se rend à Constantinople et traverse l’Anatolie jusqu’à Antioche, capitale de la Syrie d’alors (Maraval 1995 : 17).

Séjour à Antioche

  • 10 « […] qui avait traduit en latin, peu après sa parution (360), la Vie d’Antoine d’Athanase » (Marav (...)
  • 11 Antioche fut la tête de pont du christianisme à ses débuts (voir Actes des Apôtres, XI, 22 & 26).

12À Antioche (aujourd’hui Antakya, au sud de la Turquie, près de la frontière syrienne), il est hébergé par son ami Évagre10. Il y étudie le grec, la philosophie et la théologie11.

13Jérôme a été formé par la pratique des grands auteurs latins. Dès son premier séjour à Rome, il commence à lire les auteurs romains classiques et à se constituer une bibliothèque. On sait qu’il a lu les poètes Virgile, Horace, et d’autres ; Quintilien, Sénèque, et divers historiens ; mais celui qu’il considère comme son maître en matière de style est Cicéron (Von Campenhausen 1969 : 157).

14Cet attrait pour la littérature païenne crée chez lui un malaise qui s’exprime dans un songe vécu à Antioche lors d’une maladie (Maraval 1995 : 21), songe dans lequel il est jugé pour ses lectures et où il entend une voix déclarer « tu es cicéronien, pas chrétien » (Maraval 1995 : 22). Cette crise entraînera un abandon de la littérature païenne qui durera plus de quinze ans. Il y reviendra pour des raisons didactiques, se rangeant aux accommodements des Pères de l’époque, qui utilisaient la littérature païenne comme propédeutique ou comme source d’éléments annonciateurs du christianisme.

Le désert de Chalcis

15Dix-huit mois après son arrivée, il se rend dans le désert de Chalcis (dans l’actuelle Syrie, à 90 kilomètres au sud-est d’Antioche) pour vivre, comme les ermites de la région, dans une grotte, et mener une vie ascétique et solitaire ; certains estiment que son séjour a pu se dérouler « dans le domaine de campagne d’Évagre, situé à Maronia près de Bérée (aujourd’hui Alep) où l’on sait que Jérôme fit au moins un séjour » (Maraval 1995 : 23).

  • 12 Ep. III, 3, Ad Ruffinum monachum

16C’est la mort d'un de ses compagnons préférés, Innocentius (ex duobus oculis unum perdidi12.), qui le poussa à se retirer dans ce désert, où il vivra en pénitence jusqu'en 378. C’est là qu'il étudiera la langue hébraïque « sous la direction d’un frère converti du judaïsme » (Maraval 1995 : 25) et c'est là, semble-t-il, qu'il prendra la décision de consacrer sa vie entière à l'étude.

  • 13 Apud Hebraeos.

17Pendant cette période de deux ans environ, il est absorbé par l’étude du grec et la lecture de la Bible. Il utilise les versions latines de l’époque, réalisées à partir de la Septante, qu’il trouve sans charme, sans élégance. C’est peut-être lors de ce séjour ou plus tard à Antioche que Jérôme aurait eu accès à un évangile qu’il appelle « selon les Hébreux »13 et qu’il présente comme l’original en hébreu de l’Évangile de Matthieu. Il prétendra l’avoir transcrit et traduit en latin. Maraval (1995 : 25) estime qu’il s’agit de l’apocryphe que l’on appelle l’Évangile des Nazaréens et que l’on doit penser que Jérôme n’en a traduit que des extraits. Il a déjà autour de lui des élèves qui copient pour lui des manuscrits latins (Maraval 1995 : 26).

18Déjà pris dans les querelles théologiques qui déchirent l’Église en Orient, il sollicite l’avis du nouveau pape, Damase, qui ne lui répond pas (Maraval 1995 : 29). Puis il quitte Chalcis pour retourner à Antioche, où il se retrouve confronté aux querelles doctrinales de l’Église ; il se range du côté de l’orthodoxie et se fait ordonner prêtre par l’évêque Paulin (378 ou 379). Il assiste aux cours d’exégèse de l’évêque Apollinaire de Laodicée et commence à se livrer à des travaux d’érudition qui vont contribuer à sa réputation (par exemple un dictionnaire étymologique des noms propres de la Bible).

Constantinople

  • 14 Le Concile de Nicée (du grec ancien nikè : victoire ; il s’agit de la victoire du Christianisme con (...)

19L’implication théologique de l’empereur, déjà apparente sous Constantin14, se fait plus grande encore sous Théodose Ier le Grand (379-395), qui luttera non seulement contre les hérésies, mais aussi contre le paganisme. En 380, le christianisme devient religion d’État, ce qui est l’aboutissement de l’œuvre de Constantin qui avait instauré la liberté religieuse – et par là même favorisé le christianisme – en promulguant l’édit de Milan en 312.

20De 379 à 382, Jérôme est à Constantinople, où il assiste à nouveau aux débats et aux querelles qui agitent l’Église sous le règne de Théodose et qui se concrétisent par la tenue d’un nouveau concile. Mais il se préoccupe surtout d’exégèse biblique et de théologie ; il suit les cours de théologie de Grégoire de Naziance. C’est pendant ce séjour qu’il commence à traduire des textes grecs en latin : une partie de la Chronique d’Eusèbe de Césarée et quelques Homélies d’Origène.

La Chronique d’Eusèbe de Césarée

21Le travail qu’il fit sur la Chronique est très représentatif du rôle et des formes que prit la traduction dans ce que l’on a convenu d’appeler le « Moyen-Âge », mais dont les limites incertaines plongent dans l’époque où vivait Jérôme. Le christianisme génère pendant cette période une littérature qui va supplanter en partie « la païenne » mais qui aussi, par certains aspects, la prolonge ou la préserve, du moins dans certains domaines.

  • 15 À noter que l’Arménie se convertit au christianisme dès la fin du IIIe siècle grâce à Grégoire l’Il (...)

22La Chronique d’Eusèbe est un abrégé de l’histoire des Grecs et des Barbares, qui envisageait la période allant de la naissance d’Abraham (qu’il plaçait en 2016 av. J.-C.) au règne de Dioclétien (303 : début de la grande persécution) dans sa première version, la seconde allant jusqu’à la vingtième année du règne de Constantin (325). Dans sa Chronique, Eusèbe avait essayé d’établir des tables synchroniques mettant en parallèle les différents systèmes de datation des civilisations antiques et rédigé des notices historiques. L’original grec a aujourd’hui disparu (à l’exception de quelques fragments) et le texte n’est connu que par des traductions : traduction arménienne15 non littérale pour la première partie, traduction latine de Jérôme pour la seconde.

  • 16 Date de la bataille d’Andrinople contre les Goths, car, dit-il, « à présent, les barbares sévissent (...)

23La Chronique de Jérôme est « la traduction (à peu près fidèle) de celle d’Eusèbe pour la partie qui s’étend de la naissance d’Abraham à la prise de Troie. Dans la deuxième partie, qui va jusqu’en 325, elle est largement enrichie de notices composées par Jérôme, dont la plupart concernent l’histoire romaine ; une de ses sources principales est ici l’historien Suétone. Une troisième partie est entièrement propre à Jérôme : elle prolonge l’ouvrage d’Eusèbe jusqu’en 37816, apportant de nombreuses données sur l’histoire profane comme sur l’histoire ecclésiastique. Dans cette partie surtout, Jérôme ne fait pas toujours œuvre d’historien qualifié, encore moins impartial » (Maraval 1995 : 33).

  • 17 « If I render word for word, the result sounds absurd ; if I make any necessary changes in order or (...)

24Il est à noter que dans la préface à sa traduction de la Chronique, il affiche déjà des opinions qu’il reprendra dans sa lettre à Pammachius : « Si je rends mot pour mot, le résultat semble absurde ; si j’opère des modifications, nécessaires, dans l’ordre des mots ou la formulation, je semble avoir abandonné la fonction de traducteur » (Kelly : 72)17, ce qui l’amène à critiquer la manière de Cicéron dans sa traduction de Xénophon : « Cicéron a traduit mot à mot Xénophon ; maintes fois, dans cette tâche, le flot d’or de son éloquence s’est embarrassé d’obstacles rocailleux, à tel point que ceux qui ignorent le nom du traducteur ont peine à croire qu’il s’agisse de Cicéron » (Henne 2009 : 65).

  • 18 Pour reprendre l’expression de Le Goff, au Moyen-Âge, « les livres ne sont pas considérés autrement (...)

25Le cas de la Chronique se rattache à celle d’un genre : le texte informatif, à caractère historique, que le traducteur s’estime autorisé à rectifier, « bonifier » ou mettre à jour18 ; on est à la frontière entre travail de traduction, compilation, recherche, et synthèse ou élaboration personnelle. Jérôme suit le texte d’Eusèbe jusqu’à la chute de Troie, il y intègre ensuite des éléments pris chez les historiens latins (dont Suétone) et fait œuvre personnelle pour la période contemporaine (c’est une méthode qui sera appliquée par le Roi Alfred à sa « traduction » d’Orose).

Les Homélies d’Origène

26La traduction des Homélies d’Origène fut sans doute réalisée à la suggestion de Grégoire de Naziance mais présentée à Damase. Sur les 574 Homélies d’origine, seules 21 sont parvenues dans leur forme originale, en grec ; une partie des traductions de Jérôme a contribué à leur dissémination et à leur survie. Ces traductions sont au nombre de 37 (sur 574) : 14 homélies sur le prophète Jérémie, 14 sur Ezéchiel, 9 sur Isaïe. Les évaluations qui ont pu être faites à partir des 21 qui ont subsisté font apparaître que les traductions de Jérôme gagnent en lisibilité et en élégance sur les originaux (Kelly 1975 : 76-77). La traduction assume là, à son insu, un rôle de préservation et de réécriture où entrent des considérations d’ordre esthétique.

27Un concile œcuménique se tient à Constantinople de mai à juillet 381. Il est d’abord présidé par Mélèce d’Antioche, qui meurt en plein concile. Il est remplacé par Grégoire de Naziance, qui propose Paulin comme successeur de Mélèce. Grégoire de Naziance, qui avait indisposé le concile par ce geste, doit retourner en Cappadoce. L’épiscopat oriental reconnaît Flavien comme successeur de Mélèce.

28Le pape Damase Ier (366-384) convoque un concile à Rome pour 382. Dans un décret signé de son nom (Fleury 1820 : 458), il fixe le canon des Saintes Écritures. Jérôme, invité, s’y rend avec Paulin et Épiphane, respectivement évêques d’Antioche et de Salamine (Chypre), à qui il sert d’interprète (Maraval 1995 : 38-39). Ils arrivent à Rome au cours de l’été 382 et sont accueillis par la patricienne Marcella.

29On voit, dans le cas de La Chronique d’Eusèbe et des Homélies d’Origène (et cela se reproduira pour les textes antiques), la traduction assumer un double rôle : celui de la préservation (de la même façon que certains textes seront ultérieurement préservés via des traductions arabes, à la maison de la Sagesse de Bagdad au IXe siècle par exemple) et celui de base pour une œuvre personnelle, ou presque (la forme de cette « régénération » étant différente selon le type de texte : informatif ou littéraire).

Rome et les Évangiles (382-385)

30Le pape Damase était d’origine espagnole et aristocratique ; il avait été élu en 366 en parallèle au candidat d’un autre groupe, Ursin, contre lequel il dut lutter pour s’imposer. Sa grande préoccupation fut de combattre les schismes et les sectes (donatistes, ariens).

  • 19 Saint Augustin désigne ces versions éparses qui circulent dans l’Empire romain sous le nom de Vetus (...)

31Lorsque Jérôme arrive à Rome, il a déjà une réputation d’exégète et de lettré. Damase en fait son secrétaire en 382 et lui confie la gestion des archives papales et de sa bibliothèque : Damase avait en effet installé une bibliothèque dans la basilique de Saint-Laurent, à Rome, qui fut transférée au Latran au VIIe siècle. Puis Damase lui confie l’établissement d’un texte en latin pour l’ensemble des Écritures au départ de diverses traductions latines, fragmentaires, réalisées aussi bien en Afrique qu’en Europe occidentale, et que l’on désigne à l’aide du collectif Vetus Latina19. Damase agit ainsi en tant que donneur d’ordre, responsable d’une communauté religieuse importante. Il exprime à la fois le souci d’harmoniser des textes parfois disparates et d’effectuer des vérifications par rapport aux originaux grecs. Damase sait que Jérôme connaît le grec et est remarquable en critique textuelle : il lui demande la révision des traductions latines et non une nouvelle traduction du Nouveau Testament. En réalité, on peut dire que la causation de cette révision-traduction est double car il faut faire intervenir également le contexte dans lequel cette révision est commandée : celui des hérésies, et en particulier l’arianisme qui avait atteint l’Occident avant de pouvoir être réduit à l’Orient.

  • 20 Voir Grégoire et Collombet (1837 : Préliminaires, X).

32De nombreux manuscrits médiévaux contiennent une préface où Jérôme lui-même fait allusion au fait que Damase l’avait chargé de réviser les traductions existantes des Évangiles. Damase possédait deux versions principales des Évangiles : l’une en grec, langue dans laquelle ils avaient été écrits, et les textes constituant la Vetus Latina (la vieille latine), utilisée dans les régions de l’Empire où l’on trouvait de nouveaux convertis ne parlant pas le grec, c’est-à-dire le long des côtes d’Afrique, d’Espagne et de Gaule. Comme indiqué plus haut, le théologien Tertullien (Carthage, 155-220), le « Bossuet de l’Afrique » selon Chateaubriand20, possédait une traduction, vraisemblablement incomplète, de la Bible en latin. Saint Cyprien (début du IIIe siècle - 258), évêque de Carthage, atteste que toutes les parties de la Bible existaient en latin. Il semblait important dans un contexte de religion dominante, et afin d’éviter les risques de doute dus aux flottements des variantes ainsi qu’aux risques d’hérésie auxquelles elles pouvaient donner lieu, d’avoir un texte homogène sur lequel on puisse appuyer le dogme.

  • 21 Date de la mort d’Eusèbe de Vercelli qui en aurait été le copiste (De Hamel : 15).

33On trouve encore aujourd’hui des textes en latin ancien datant de l’époque de Jérôme, comme le Codex Vercelli sans doute antérieur à 37121, et qui donnent une idée du genre de textes dont était composée la Vetus Latina.

34Jérôme commença cependant par traduire le Nouveau Testament en latin à partir des textes grecs et travailla peut-être sur les Psaumes. Pour l'Ancien Testament, sa mission, à l’origine, était de réviser les versions existantes, c'est-à-dire la Vetus Latina. En cours de travail, il changea d’avis. Il semble que sa connaissance de l’hébreu lui ait fait mettre en doute la qualité de la version des Septante (dont certains passages étaient d’un tel littéralisme qu'ils étaient du mauvais grec), pourtant considérée comme l’idéal de la traduction : un seul texte traduit, de même qu’il n’y a qu’un original ; la diversité des interprétations signifie l’altération du texte divin. Toutefois l’idée de moderniser la langue et d’améliorer le style de l’ensemble ne devait pas être absente du projet.

  • 22 On préférera ici le terme « version » à celui de « traduction », au sens où les Septante ne furent (...)

35C’est la raison pour laquelle il est sans doute préférable de parler de la version22 des Septante plutôt que de la traduction des Septante. Bien qu’ayant été produites selon la légende de manière isolée dans 72 cellules différentes (les Septante étaient en réalité 72, chiffre symbolique faisant allusion aux 12 tribus d’Israël), les 72 traductions s’avérèrent rigoureusement identiques, les Septante n’étant en quelque sorte que le bras lettré de Dieu. Le caractère magique de la création par le Verbe divin, évoqué dès les premiers mots de la Genèse et répété dans l’Évangile selon saint Jean (Jean 1, 3-4), va influencer de façon décisive la conception de la traduction, bien au-delà des seuls textes sacrés, pendant les siècles qui suivirent. Cela engendrera un littéralisme forcené dans la pratique de la traduction et il faudra attendre plusieurs siècles pour que d’autres traducteurs grecs se risquent à entreprendre une nouvelle traduction de l’Ancien Testament (Aquila, Symmaque et Théodotion au IIsiècle apr. J.-C.). C’est ce que Ladmiral (2014 : 112) appelle « l’impensé théologique de la traduction » qui sacralise l’original et consacre l’« ontologie du signifiant ».

36Dans son introduction aux Évangiles, Jérôme évoque l’absurdité des raisonnements de ceux qui défendent les versions latines : « ils disent qu’il faut se fier aux textes latins. Mais lesquels ? Il y en a autant que de manuscrits » (Steinmann 1958 : 147). Lagrange (dans Steinmann : 149) ajoute qu’« on a relevé dans l’ensemble des quatre Évangiles, environ trois mille cinq cents corrections » de la main de Jérôme.

37Avec Jérôme, l’Occident chrétien découvre l’exégèse et surtout le scandale de la retraduction. Sa retraduction du Nouveau Testament menée à partir des textes grecs fut mal accueillie parce qu’elle rompait avec la tradition, avec le texte auquel on était habitué. Voici en quels termes il se justifie dans une lettre adressée à Marcella en 384 :

À peine t’avais-je écrit ma première lettre, courte et résumée, sur les mots hébreux, qu’on m’a rapporté ceci : certains bonshommes me blâment avec passion : « pourquoi contre l’autorité des anciens et l’opinion du monde entier ai-je essayé quelques corrections dans les Évangiles » ? Ceux-là j’aurais le droit de les dédaigner — car pour l’âne chante inutilement la lyre. Pourtant, afin qu’à leur habitude ils ne m’accusent pas de superbe, voici ma réponse. […] Les manuscrits latins sont fautifs ; les divergences qui se rencontrent dans tous les livres le prouvent clairement. J’ai voulu les ramener à l’original grec duquel - eux-mêmes ne le nient pas - ils ont été traduits. S’ils n’ont pas de goût pour l’onde de cette source très pure, qu’ils continuent de boire aux ruisseaux bourbeux. (Jérôme, lettre XXVII à Marcella (384) in Labourt 1951, t II : 17)

  • 23 Située sur l’Oronte, Séleucie était le port d’Antioche.

38Le pape avait placé une telle confiance en Jérôme que ce dernier paraissait tout indiqué pour lui succéder. Mais Jérôme avait pendant son séjour à Rome rédigé des pamphlets contre le clergé romain et milité pour l’idéal ascétique. Damase décède le 11 décembre 384. Commencent alors, début 385, les difficultés et le harcèlement de Jérôme qui est contraint, suite à son procès en juillet, de quitter Rome. Il s’est rendu tellement impopulaire qu’il doit regagner l’Orient et se réfugie dans un monastère qu’il fait construire à Bethléem avec l’aide financière de patriciennes romaines (Paula, sa fille Eustochium, Marcella, Fabiola, Asella et d’autres encore), toutes dévouées à sa cause. Lorsqu’il débarque au port de Séleucie23 en plein été 385, il a 38 ans.

L’Orient : autres traductions

Août 385-été 386

39Au cours de son voyage avec Paula, de Palestine en Égypte, Jérôme se rend à Alexandrie, en partie afin de rencontrer Didyme l’aveugle pour l’interroger sur des points de la Bible qui lui semblaient obscurs. Ce Didyme était considéré comme l’homme le plus érudit de l’époque.

386-393 : les années de paix

40Jérôme et Paula s’installent à Bethléem pour y fonder des monastères. Il effectue des traductions aménagées d’ouvrages antérieurs et traduit en latin des ouvrages de théologiens grecs (Maraval 1995 : 75).

41En 387, il traduit le Traité sur le Saint-Esprit de Didyme l’aveugle (que nous ne connaissons aujourd’hui que par sa traduction). Dans la lettre-préface à cet ouvrage, il indique que c’est Damase qui l’avait encouragé à faire cette traduction ; elle lui donne également l’occasion d’attaquer l’ouvrage qu’Ambroise de Milan avait produit sur le même sujet cinq ou six ans auparavant, en utilisant l’ouvrage de Didyme.

42En 392, il entreprend « de traduire les Homélies sur Luc d’Origène après avoir lu le Commentaire sur Luc du même Ambroise, ouvrage dont il juge qu’il “jongle avec les mots, mais somnole pour les idées”, qu’il est un amas de “niaiseries” » (Maraval : 75). Là encore, « seule cette traduction nous permet aujourd’hui de connaître l’ouvrage d’Origène, dont le texte grec est perdu » (: 76).

43« Certaines de ses traductions de l’époque sont des préludes à ses traductions sur l’hébreu », ajoute Maraval (ibid.). Deux sont des traductions à peine augmentées d’ouvrages antérieurs : « L’ouvrage Sur les noms démarque une Traduction des noms hébreux attribuée à Philon et déjà connue d’Origène : les noms propres de l’Écriture y étaient traduits en grec, d’après leur étymologie vraie ou supposée » ; « l’ouvrage sur les lieux traduit l’Onomasticon d’Eusèbe de Césarée » (ibid.). Puis un ouvrage composite (pour lequel il emprunte à diverses sources) : les Questions hébraïques sur la Genèse (ibid.). C’est l’époque où il commence à préférer les références au texte hébreu à celles sur la Septante.

44Dans son choix de la référence au texte hébreu, il y a le souci du philologue de revenir au texte authentique, celui de la Septante étant accusé d’être corrompu, mais aussi celui d’avoir un texte qui permette de discuter avec les Juifs. Jusqu’en 392, il effectue un travail de traduction comparatif à partir de la Septante et du texte hébreu (le Psautier, Job, le livre des Proverbes, celui de l’Ecclésiaste, le Cantique des Cantiques, les livres des Chroniques ; « plusieurs de ces traductions à partir de la Septante n’ont pas été conservées » (Maraval 1995 : 78). À cette époque (vers 392-393), il compose un catalogue intitulé Les hommes illustres (ibid. : 79), dans lequel on trouve des notices (135) concernant en majorité des auteurs chrétiens, la dernière notice étant consacrée à lui-même.

Le conflit avec saint Augustin (394)

45En 394, Augustin adressa à Jérôme une lettre que ce dernier ne reçut que dix ans plus tard. Dans celle-ci, il lui déconseille de travailler à partir du texte hébreu à moins de faire apparaître dans sa traduction les différences qu’elle comporte avec le texte des Septante :

Quant à traduire en latin la sainte littérature canonique, je souhaiterais que tu n’y travailles pas, sinon selon la méthode que tu as employée pour traduire Job, savoir que – par le moyen des sigles appropriés – tu fasses apparaître toutes les différences qui existent entre cette traduction, qui est ton œuvre, et la traduction des Septante, dont l’autorité est importante. (Augustin (394-395) in Lettres de St Jérôme, t III, 1953 : 50-51)

46Dans De la Doctrine chrétienne, Saint Augustin estime que la version des Septante est inattaquable, fait autorité et que c’est à partir d’elle qu’il faut réviser les versions latines. Il invoque sur ce point les témoignages postérieurs à Philon dans l’Église qui estiment que la coïncidence des versions est l’indice qu’elles furent réalisées avec l’aide du Saint-Esprit ; par ailleurs, il envisage l’autre version de la légende de cette traduction et avec elle la possibilité que la coïncidence des versions soit le résultat d’un accord obtenu par consultation et il souligne que cet accord ne saurait être corrigé par un seul individu (Aristée, traduit par Pelletier : 92).

47Il conseille à Jérôme de se méfier de son orgueil, qui risque de lui faire croire qu’il est plus perspicace que les traducteurs qui l’ont précédé. La multiplicité des interprétations ne peut être que nuisible au poids des Écritures :

Or à cette réflexion te contraindra la religion, qui t’enseigne que l’autorité des divines Écritures deviendra flottante, si en elles chacun peut croire ce qu’il veut, mais ne pas croire ce qu’il ne veut pas (Augustin in op.cit. : 54).

48On peut dire qu’Augustin a senti d’où viendrait le vent de la Réforme et, s’il n’y avait eu les invasions barbares à combattre dans les siècles suivants et le sommeil culturel dans lequel sombrera l’Europe pour quelque temps, on comprendrait aisément la méfiance de l’Église à l’égard de la traduction.

La lettre à Pammachius : De Optimo Genere Interpretandi (395/396)

49Le De Optimo Genere Interpretandi n’a pas été rédigé expressément par Jérôme à propos de ses travaux sur la Bible, même s’il y parle de (la) traduction biblique. Il s’agit en fait d’un texte de circonstance motivé par les attaques dont il fut l’objet à propos de « sa traduction » d’une lettre d’Épiphane, évêque de Chypre, à Jean, évêque de Jérusalem.

50Cette lettre est prise dans un contexte de divergences et de luttes doctrinales ainsi que de conflits de pouvoir. La critique d’Origène comptait parmi ses ténors Épiphane de Salamine, qui était en lutte contre toutes les formes d’hérésie ou les doctrines risquant de les générer. Son zèle oratoire l’amena à entrer en conflit avec Jean, évêque de Jérusalem. La rivalité de pouvoir porta sur un problème d’ordination de prêtre pour le couvent de Jérôme : Épiphane, outrepassant ses droits, ordonna Paulinien, le frère de Jérôme. La réaction de Jean fut violente et Épiphane tenta de se justifier par une lettre assez agressive mettant en doute l’orthodoxie de Jean (en raison de son adhésion aux doctrines d’Origène) ; celui-ci réagit par des sanctions (comportant l’interdiction d’accès aux lieux saints) qui durèrent trois ans.

  • 24 Elle est adressée à son ami de jeunesse, Pammachius, sénateur romain, qui était également l'ami de (...)

51Indice de la configuration politique et linguistique de la région, cette lettre était rédigée en grec, langue de culture. Un hôte de passage, Eusèbe de Crémone, demanda à Jérôme une traduction de ce texte en latin. Bien que Jérôme ait demandé que cette lettre demeurât à usage personnel, le texte ne tarda pas à circuler et à être l’objet de critiques. Jérôme rédigea alors à l’intention de son ami Pammachius24 une lettre d’explication à laquelle il donna l’allure d’un manifeste.

52La lettre de Jérôme date de 395 ou 396 après Jésus-Christ. Plus de quatre siècles la séparent des remarques de Cicéron. Jérôme donne au titre de sa lettre le tour d'un traité de traduction qui évoque celui de Cicéron : De Optimo Genere Interpretandi (« De la meilleure méthode de traduction »).

53Ce travail fut, dit-il, exécuté rapidement (un peu comme une traduction consécutive), et dicté sous sa forme brute à un secrétaire ; Jérôme ajouta dans la marge des annotations pour indiquer le sens de chaque paragraphe du milieu, et dit au moine de conserver ce travail pour lui. Dix-huit mois après, la lettre, volée, circulait et les qualités de traducteur de Jérôme étaient mises en doute. On lui reprochait de ne pas avoir « rendu mot pour mot » et par exemple d’avoir traduit « honorable » par « très cher » ou encore d’avoir omis certains mots.

54Jérôme pose alors son principe général de traduction, qui est d’opérer une distinction entre les textes religieux et les autres :

Oui, quant à moi, non seulement je le confesse, mais je le professe sans gêne tout haut : quand je traduis les Grecs - sauf dans les Saintes Écritures, où l'ordre des mots est aussi un mystère - ce n'est pas un mot par un mot, mais une idée par une idée que j'exprime. (Jérôme 1953 : 59).

55D’emblée, il pose deux façons de traduire le grec : l'une sens à sens, selon la méthode cicéronienne et l'autre (implicitement) littérale pour ce qui est des Saintes Écritures ; ce qui constitue le véritable sujet de la lettre de Jérôme, c’est la traduction des textes grecs autres que les Saintes Écritures et il se réclame dans ce domaine des principes exposés par Cicéron à propos de sa traduction des discours d’Eschine et de Démosthène (De Optimo genere oratorum, 46 avant Jésus-Christ).

56À l’appui de la méthode ici défendue, Jérôme cite d’abord les déclarations de Cicéron à propos de sa traduction des discours d’Eschine et de Démosthène :

[…] je ne les ai pas rendus en simple traducteur, mais en écrivain, respectant leurs phrases, avec les figures de mots ou de pensées, usant toutefois de termes adaptés à nos habitudes latines. Je n’ai donc pas jugé nécessaire d’y rendre chaque mot par un mot ; pourtant, quant au génie de tous les mots et à leur valeur, je les ai conservés. J’ai cru, en effet, que ce qui importait au lecteur, c’était de lui en offrir non pas le même nombre, mais, pour ainsi dire, le même poids (ibid.)

57Et il invoque également cette autre déclaration de Cicéron :

Si, comme je l’espère, j’ai rendu leurs discours en utilisant toutes leurs qualités, c’est-à-dire les phrases, les figures et la construction, serrant de près les mots, mais jusqu’au point seulement où ils ne répugnent pas à notre goût, si donc nous n’avons pas traduit tous les éléments du texte grec, cependant nous nous sommes efforcés d’en reproduire le génie (ibid.).

58Voilà une déclaration que ne renieraient pas les auteurs des belles infidèles : « fidélité » globale, fidélité à l’esprit de l’original mais adaptation aux attentes du public d’arrivée et exigence de qualités de séduction.

59Jérôme rappelle ensuite ce qu’il avait déclaré dans la préface à sa traduction de la Chronique d’Eusèbe, réalisée lors de son séjour à Constantinople (379-381) :

« Il est malaisé quand on suit les lignes tracées par un autre, de ne pas s'en écarter en quelque endroit ; il est difficile que ce qui a été bien dit dans une autre langue garde le même éclat dans une traduction. Une idée est-elle indiquée par un seul mot propre, mais je n’ai pas à ma disposition de quoi l'exprimer ? Alors, pour chercher à rendre complètement le sens, je parviens malaisément, et par un long détour, à couvrir la distance d’un chemin qui est bien brève en réalité. Ajoutez les écueils des hyperbates, les différences de cas, les variantes des figures, enfin, le génie de la langue lui-même, qui lui est propre et, pour ainsi dire, de son cru. Si je traduis mot à mot, cela rend un son absurde ; si, par nécessité, je modifie si peu que ce soit la construction ou le style, j’aurai l'air de déserter le devoir de traducteur ». Et, après de nombreuses considérations, qu'il serait oiseux de reproduire ici en entier, j'ai encore ajouté ceci : « si quelqu'un ne voit pas que le charme d'une langue est altéré par la traduction, qu'il rende mot pour mot Homère en latin ; — je vais aller plus loin : que dans sa propre langue, mais en vocabulaire prosaïque, il traduise le même auteur : il verra que le style devient ridicule et que le plus éloquent des poètes manque presque d'élocution ». (Jérôme 1953 : 61)

60On relèvera plusieurs remarques capitales dans cette déclaration : Jérôme met en avant l’inévitable écart qu’il y a d’un idiolecte à l’autre, et ce, même sur le plan intralinguistique ; la traduction est présentée comme une inévitable dégradation, parce qu'on ne retrouve pas les mêmes moyens d’une langue à une autre ; le traducteur est tiraillé entre la fidélité aux formes d’origine et les exigences de la langue d'arrivée. On notera enfin l’étrange perception qu’il a de la traduction des poètes, qui rapproche ce genre d'entreprise d’une paraphrase intralinguistique empruntant le cheminement des changements de niveau de langue. Quelques lignes plus loin, il réitère par une formule lapidaire l’essence de l’idéal cicéronien : « Depuis ma jeunesse, ce ne sont pas les mots, mais les idées que j'ai traduits » (Jérôme 1953 : 61).

61Et il ajoute, pour donner plus de force à sa position, une citation extraite de la préface à la traduction d'une Vie de saint Antoine réalisée par Évagre :

« La traduction d'une langue dans une autre, si elle est effectuée mot à mot, cache le sens ; c'est comme des herbes trop drues qui étoufferaient le semis. Pour s’asservir aux cas et aux figures, le style, qui pouvait manifester telle idée en bref langage, malgré de longs détours ou périphrases, ne parvient qu’à peine à l’exposer. C’est pourquoi, pour ma part, afin d’éviter ce défaut, j’ai, à ta requête, traduit mon saint Antoine de telle sorte que rien ne manque au sens, s’il manque quelque chose aux mots. A d’autres d’aller à la chasse des syllabes et des lettres ; pour toi, recherche les idées ». Une journée ne me suffirait pas, si je voulais reproduire les témoignages de tous les auteurs qui ont traduit selon le sens. Il suffira, pour le moment, de nommer Hilaire le Confesseur, qui a traduit du grec en latin les homélies sur Job et beaucoup de traités sur les psaumes ; loin de s’attacher à la lettre somnolente et de se torturer par une traduction affectée à la manière des ignorants, il a pour ainsi dire capturé les idées, et les a transposées dans sa propre langue, par le droit du vainqueur. (Jérôme 1953 : 62 ; c’est nous qui soulignons)

62On voit apparaître la métaphore de la traduction comme « lutte », comme « victoire à remporter », telle qu’elle sera reprise ultérieurement par les partisans d’une démarche « dynamique ».

63Jérôme donne ensuite des exemples concrets pour illustrer le problème des écarts par rapport à l’original. Ses textes de référence sont les citations des évangélistes, la version des Septante, le texte hébreu. Les problèmes abordés vont des étoffements dus et indus aux modifications de l’ordre des mots et des phrases. En guise de conclusion à cet examen, saint Jérôme reprend le dogme d'une traduction dynamique, visant à la clarté :

De tout cela, il ressort avec évidence que les apôtres et les évangélistes, quand ils interprétaient les anciennes Écritures, ont cherché le sens, non les mots, et qu’ils n'ont pas pris grand souci de la construction ou des termes, du moment que l’intelligence en était claire. (Jérôme 1953 : 69)

64Jérôme allègue également en quelque sorte le droit à l'erreur sur le précédent des Septante :

Qu’ils me permettent donc aussi de leur dire : la vie des églises n'est pas compromise, si, dans une dictée rapide, j'ai omis quelques mots.

Il serait trop long d'exposer à présent tout ce que les Septante ont ajouté de leur cru, ou bien omis, tous les passages qui, dans les exemplaires de l'Église, sont marqués d'obèles ou d'astérisques. (Jérôme 1953 : 70)

65Enfin, après avoir réaffirmé l'autorité de la version des Septante, Jérôme précise son attitude anti-littéraliste par une attaque contre la méthode d’Aquila et une défense des impératifs des langues d'arrivée :

Pour Aquila, prosélyte et interprète méticuleux, qui s’est efforcé de traduire non seulement les mots, mais encore les étymologies, c’est à bon droit que nous le rejetons. Qui donc, en effet, au lieu de froment, vin, huile, pourrait lire ou comprendre des mots que nous exprimerions par versement, cueillette de fruits, splendeur ? Ou parce que les Hébreux ont non seulement des articles, mais des préarticles, faut-il comme lui, par un zèle fâcheux, traduire les syllabes et même les lettres, et dire : « avec le ciel et avec la terre », ce que ni le grec ni le latin n’admettent aucunement ? Nous pourrions tirer de notre propre langue des exemples analogues. Que d’expressions sont heureuses en grec qui, traduites littéralement, n’auraient aucune euphonie en latin ! Inversement, des tournures qui nous plaisent, si nous les traduisons selon l’ordre des mots, déplairont aux Grecs ! (Jérôme 1953 : 71)

66On peut dire que la lettre-traité de Jérôme est fondatrice en matière de traductologie, dans la mesure où sa justification repose sur une observation de la réalité des pratiques. Il en déduit une typologie des manières de faire basée sur la nature des textes impliqués : sacrés ou profanes. Sa « méthode » est scientifique dans la mesure où elle fait intervenir de nombreux exemples de réalisations pour appuyer ses assertions. Il ne faut cependant pas être aveugle au fait qu’il s’agit d’une justification et que, dans cette entreprise, Jérôme oublie de prendre de la hauteur. Cette cécité partielle est d’ailleurs liée au contexte de production de cette réflexion : à ce stade de la pratique et de la perception de la traduction, nous en sommes toujours à une vision binaire fondée sur l’opposition entre texte littéraire et texte sacré. Il appartiendra à la traductologie moderne d’élargir la perception d’une gamme plus large de types de textes : pris dans son désir de se disculper, il ne se rend pas compte ou oublie de voir qu’il traite d’un texte faisant intervenir des croyances, des professions de foi et que l’on ne peut s’y contenter des pratiques littérarisantes d’un Cicéron ou des méthodes de simples comptes rendus.

67Cela dit, le De optimo genere interpretandi a aussi suscité de nombreux commentaires de chercheurs en matière de traduction biblique. Nombre d’auteurs ont pris ce texte comme référence pour indiquer que, dans les Saintes Écritures, Jérôme est délibérément littéraliste, et ce de son propre aveu. Allant à l’encontre de la Lettre à Pammachius, Lurquin écrit cependant :

Comme l’avaient fait les Septante et autrement que l’ont fait Aquila et les traducteurs de la Vetus Latina, Jérôme veut faire revivre pour le lecteur le texte biblique de façon que, dans sa langue à lui, il puisse connaître les pensées et les sentiments que le texte antique exprimait dans la langue des hommes d'autrefois.

Un principe guide Jérôme traducteur : rendre non pas le mot à mot du texte hébreu, mais le sens exact de la phrase dans un latin aussi élégant que possible, « ad sensum » ; selon l'expression de Georges Mounin : au lieu d'exporter le lecteur vers la culture source, il importe le texte à traduire dans la culture qui est la sienne. Cette conception qui met la lettre au service de l'esprit se comprend si l'on se reporte à la formation littéraire classique de Jérôme. (Lurquin 1988 : fasc. 1)

68En réalité, une étude approfondie de la production biblique de Jérôme nous apprend que les solutions adoptées par Jérôme dépendent de chaque cas de figure, comme il s’en explique aussi à d’autres endroits que la Lettre à Pammachius.

69Voyons tout d’abord la métaphore de l’anguille et de la murène, qui remonte indubitablement à l’enfance de Jérôme en Dalmatie et qui met en évidence le caractère parfois cryptique du texte biblique :

Obliquus enim etiam apud Hebraeos totus liber fertur et lubricus et quod graece rethores vocant εσχηματιμενος, dumque aliud loquitur aliud agit, ut si velis anguillam aut murenulam strictis tenere manibus, quanto fortius presseris, tanto citius elabitur. (Prol. Job : 17-20)

Bien entendu, chez les Hébreux, tout le livre se présente de façon sinueuse et glissante, ce que les orateurs grecs appellent εσχηματισμενος ; le texte est tortueux comme une anguille ou une murène ; plus tu veux le serrer dans tes mains, plus il t’échappe. (traduction C. Balliu)

70Dans le même prologue au Livre de Job, Jérôme avoue traduire les Saintes Écritures tantôt selon le sens, tantôt en suivant les mots :

Haec autem translatio nullum de veteribus sequitur interpretem, sed ex ipso hebraico arabicoque sermone et interdum syro, nunc verba, nunc sensus, nunc simul utrumque resonabit. (Ibid. : 15-17)

Or cette traduction ne suit pas les anciennes versions ; elle reposera sur les versions hébraïque et arabe, voire syriaque, et rendra tantôt les mots, tantôt le sens, tantôt les deux. (traduction C. Balliu)

71En d'autres termes, les options ad sensum ou ad litteram défendues par différents auteurs sont contredites par Jérôme, qui avoue même mélanger les deux options. Le locus classicus (le De Optimo genere interpretandi) des historiens de la traduction ne suffit donc pas à rendre compte du problème de la fidélité auquel Jérôme s’est vu confronté dans les textes sacrés.

72Dans le Prologue à Judith, Jérôme va même jusqu’à contredire ses propres options, telles que défendues dans le passage célèbre de la Lettre à Pammachius :

...adquievi postulationi vestrae, immo exactioni, et sepositis occupationibus quibus vehementer artabar, huic unam lucubratiunculam dedi, magis sensum e sensu quam ex verbo verbum transferens. (Prol. Judith : 5-7)

J’ai accepté vos demandes, pour ne pas dire vos exigences, et ai délaissé l’ouvrage sur lequel je m’acharnais pour consacrer une nuit entière à cette traduction, rendant le sens plutôt que la lettre. (traduction C. Balliu)

La Vulgate (390-404)

73C’est à Bethléem que Jérôme réalise la traduction latine des Saintes Écritures, connue de nos jours sous le nom de Vulgate. La décennie 390-400 est particulièrement prolifique puisque c’est alors qu’il mène à bien sa traduction de l’Ancien Testament. « Chaque année ou presque, c’est un ou plusieurs volumes de l’Ancien testament qui partent en Occident » (Maraval 1995 : 102) :

  • en 393, les livres de Samuel et des Rois, envoyés à Domnion ;
  • en 394, le livre de Job, envoyé à Marcella, et les livres des Prophètes, à Pammachius ;
  • en 395, les livres des Chroniques, envoyés à Chromace d’Aquilée ;
  • en 398, le livre des Proverbes, le Cantique des Cantiques, l’Ecclésiaste, les Psaumes au même Chromace et à son ami Héliodore, devenu évêque d’Altinum ;
  • en 399, les livres de Tobie et de Judith, envoyés aux mêmes (pour ces deux ouvrages, qui ne sont pas dans le canon hébreu et pour lesquels il ne disposait que d’un texte araméen, langue qu’il ne maîtrisait pas, il a certainement utilisé les services d’un interprète).

74Une traduction complète, homogène et fiable de la Bible était devenue inéluctable dans le contexte linguistique, politique et religieux de cette fin du IVe siècle.

Le contexte linguistique

  • 25 C’était notamment le cas des grandes villes ; à Carthage et à Œa (l’ancienne Tripoli de Libye), le (...)

75L’importance du contexte linguistique a été souvent mésestimée, alors qu’il est capital à l'époque. Si l'Empire byzantin était bilingue25, la langue grecque, qui avait connu un essor considérable dans l'Empire romain jusqu’à la fin du IIe siècle après Jésus-Christ, enregistrait un recul marqué depuis la deuxième moitié du IIIe siècle.

76Les besoins en traductions se firent par conséquent plus pressants. Il convient de rappeler que la Bible ne fut pas introduite dans le monde occidental par les Juifs. Ceux-ci, très nombreux à Rome depuis le règne d'Auguste, étaient hellénisés : ils lisaient la Loi et les Prophètes en grec, et les convertis qu’ils faisaient appartenaient au monde grec, presque aussi abondant à Rome que le peuple purement latin.

77Ce sont les prosélytes, en nombre surtout dans les provinces, qui entendaient généralement mal le grec, et c’est pour eux que l’on traduisit d’abord le Nouveau Testament et ensuite l’Ancien Testament qui en est sa préfiguration et son introduction (Duchesne 1898 : 106). Ainsi se manifesta, à l’instar des traductions syriaque (IIe siècle), copte (250-300) ou arménienne (v. 410), la nécessité de traduire en latin la lettre de la Bible.

  • 26 Voir la relation de Flavius Josèphe : Antiquités juives, XII, 12-118.
  • 27 Labriolle explique que l’Église primitive plaçait sur le même pied le grec de la Septante et celui (...)

78On sait par ailleurs que seule la Septante, pour des motifs magiques remontant à la Lettre d’Aristée26, était dépositaire de la vérité divine contenue dans l’original hébraïque et grec27. La Septante étant marquée au sceau d’un littéralisme forcené, le travail de saint Jérôme allait se révéler particulièrement complexe et ingrat. Ce littéralisme allait jusqu’à dénaturer la langue grecque : « Quel grec étrange, barbare, scandaleux ! Tours de phrases inouïs, juxtapositions tenant lieu de déductions logiques, une phosphorescence d’images à perte de vue, la désolation magique et splendide d'un océan inconnu » (Larbaud, 1946 : 53).

79Le travail de saint Jérôme n’était pas destiné à disqualifier une version grecque précédente jugée surannée ou sujette à caution, mais à relever un défi purement linguistique où le souci majeur du traducteur, être le fidus interpres (Horace -13 : 133-134), se devait de s’embarrasser du Verbe divin et de sa copie grecque pour obtenir une fidélité à un double original et surtout à sa lettre, que la plume du traducteur ne pouvait en aucun cas altérer.

80Les temps étaient donc propices à une traduction latine qui comblerait les lacunes de la Vetus Latina. En effet, les premières traductions latines des textes sacrés étaient elles aussi empreintes d’une littéralité servile, garante selon les canons de l’époque d’une fidélité absolue à la parole divine. Cette littéralité exacerbée visait à rendre le texte accessible au peuple en évitant un latin trop aristocratique. Les rédacteurs des versions latines de la Bible décalquaient véritablement le grec de la Septante, ce qui favorisait l'accueil dans la version latine de nombreux hellénismes, d’une syntaxe copiée sur la Bible grecque et même d’un lexique formé sur le grec. On pourrait citer en exemples l’abondance des participes caractéristique du latin d’Église ou encore le succès du génitif absolu. Le respect de l’Église primitive pour le grec des Septante égalait celui que lui inspirait le grec des Évangiles.

Le contexte politique et religieux

  • 28 Il conviendrait d’étudier de manière plus approfondie le rôle que sa mère, sainte Hélène, a pu joue (...)
  • 29 Constantin ne reçut le baptême que sur son lit de mort (Ostrogorsky 1983 : 74).

81C’est sous Constantin (306-337) que l’Empire romain va retrouver une unité perdue pendant 123 ans, depuis l’avènement de Marc-Aurèle (161) jusqu’au règne de Dioclétien (284). En 313, après sa victoire l’année précédente sur Maxence, Constantin promulgue l’édit de Milan qui consacre la liberté religieuse. Dès 324 et sa victoire sur Licinius, Constantin est maître de tout l’empire et sa conversion préalable, tant par intérêt que par conviction28, aboutit à la reconnaissance légale du christianisme. Mieux encore, dès 337, le christianisme, et lui seul, bénéficie de la faveur impériale29, alors que le paganisme n’est plus que toléré sans être encore persécuté. On peut donc dire qu’à partir de cette date, les positions traditionnelles respectives du christianisme et du paganisme sont inversées et le court règne de Julien l’Apostat (361-363) ne renversera pas la tendance.

82La grande crise du IIIe siècle peut être attribuée en ordre principal aux trois facteurs suivants :

  • les invasions barbares, notamment celle des Germains ;
  • l’anarchie militaire dans l’Empire : ce sont les soldats qui font et qui défont les empereurs ;
  • les épidémies et les guerres, qui conduisent à une dépopulation importante et à une crise économique très grave, même si l’Occident est plus touché que l'Orient, partie riche de l’Empire où Constantin s’empressera d'ailleurs d'installer sa capitale30.

83Cette grande dépression va déclencher une véritable crise spirituelle qui conduira au développement de religions orientales offrant un palliatif spirituel aux affres du temps. L’incertitude poussera nombre de païens à rechercher un principe divin supérieur derrière le foisonnement des cultes païens de l’époque. C’est ce contexte qui va favoriser l’émergence du christianisme, qui deviendra progressivement un mouvement de masse toujours plus structuré.

84Le christianisme va s’imposer dès la première partie du IVe siècle. Mais son renforcement sera aussi source de dangers, puisque vont se développer en concurrence directe un certain nombre d’hérésies comme l’arianisme ou, au Ve siècle, le nestorianisme et le monophysisme. Ces hérésies imposeront au christianisme une fixation du dogme par le biais de grands conciles, comme Nicée (325), Éphèse (431) ou encore Chalcédoine (451).

  • 31 Les Goths ne possédaient à l’époque qu’une écriture épigraphique, dite runique, utilisée uniquement (...)

85La seconde moitié du IVe siècle sera d’ailleurs marquée par ce que l’on appelle la réaction anti-nicéenne, extrêmement puissante puisqu’elle conduira un Ulfila, évêque arien, à créer l’alphabet gotique31 et à traduire la Bible dans cette langue, afin de convertir les Goths et de les rallier à l’Empire byzantin.

86En 380, Théodose Ier fait du christianisme la religion d’État. En 381, le Concile de Constantinople consacrera la victoire quasi-définitive de l’orthodoxie en Orient. Pour vider la querelle, il devint inévitable que la Bible, ferment d’unité dogmatique, fût traduite en latin de façon monolithique afin de donner une homogénéité cruellement absente de la Vetus Latina. En d’autres termes, il s’agissait de gagner à la cause du christianisme tant des hérétiques que des païens.

La méthode de travail

87Jérôme s’était déjà consacré à l’étude de l’hébreu dans le désert de Chalcis, avant 382. Il est certain qu’il le dominait lors de son arrivée à Rome en 382, à la demande du pape Damase (Grützmacher 1901-1908 : t 1, 99). En témoigne l’extrait suivant :

Dum essem iuvenis, et solitudinis me deserta vallarent [...] me in disciplinam dedi, ut [...] alphabetum discerem, stridentia anhelantiaque verba meditarer. Quid ibi laboris insumpserim, quid sustinuerim difficultatis, quotiens desperaverim, quotiensque cessaverim, et contentione discendi rursus inceperim, estis est conscientia, tam mea qui passus sum, quam eorum qui mecum duxere vitam. Et gratias ago Domino, quod de amaro semine litterarum, dulces fructus capio. (Ep. Ad Rusticum Monachum, CXXV, 12)

Quand j'étais jeune et que le désert m’enfermait dans la solitude, je me mis à apprendre l'alphabet [hébreu] et à étudier une langue aux mots grinçants et rauques. Que d’efforts, que de difficultés, combien de fois, désespéré, j'ai interrompu une étude que la soif d’apprendre me faisait ensuite reprendre, je puis l’attester, moi qui ai tant souffert, et ceux qui partageaient alors ma vie. Mais je rends grâce à Dieu de recueillir aujourd’hui les doux fruits d’une semence aussi amère. (traduction C. Balliu)

88La consonance si particulière de la langue hébraïque fut aussi soulignée, dans des termes étrangement analogues, par Julien Green :

I suggested that he read me the very first verse in Genesis. [...] (Green 1985 : 196)
It seemed to come from the very beginning of creation ; now soft, now raucous, the strange syllables carried one back and back through the centuries to the days when man first addressed himself to the Almighty [...] (Ibid. : 198, c’est nous qui soulignons)
And when the wind arose, as it often does in the Old Testament, it was simply not "an horrible tempest" [sic] ; it was something sinister that screeched and howled through the guttural Hebrew consonants. When David raged against his ennemies [sic] he did not do so in the exalted style of an English divine of the 17th century ; he was more like a wild-eyed desert chief, with rasping sounds coming from his throat, and frantic gesticulation. (Ibid. : 200, c’est nous qui soulignons)

Je lui suggérai de me lire le tout premier verset de la Genèse. [...] (Ibid. : 197)
Les mots semblaient venir du commencement de la création ; tantôt douces, tantôt rauques, les étranges syllabes m'emportaient loin en arrière à travers un espace de temps presque incommensurable, en arrière et en arrière à travers les siècles jusqu’aux jours où l’homme s’adressa pour la première fois au Tout-Puissant. [...](Ibid. : 199, c’est nous qui soulignons)
Et quand le vent se levait, comme il le fait si souvent dans l’Ancien Testament, ce n’était pas simplement « une horrible tempête », mais quelque chose de sinistre qui criait et hurlait à travers les consonnes gutturales de l’hébreu. Quand David rage contre ses ennemis, il ne le fait pas dans le style exalté d'un théologien anglais du XVIIe siècle, mais comme un chef bédouin à l'œil sauvage, avec des sons grinçants venus du fond de la gorge et une gesticulation frénétique. (Ibid. : 201 ; c’est nous qui soulignons)

89Le travail de saint Jérôme visera avant tout à se fonder sur la hebraica veritas, c’est-à-dire à faire une traduction directe, sans intermédiaires, qui l’occupera environ de 390 à 404. Cette traduction, délibérément philologique et scientifique, s’appuiera sur les Hexaples d’Origène, un docteur alexandrin, compulsés à la bibliothèque de Césarée. Cet ouvrage, fondateur de la critique biblique, se compose de 50 grands rouleaux qui présentent de manière synoptique :

  • le texte hébreu de l’Ancien Testament en caractères hébreux ;
  • le texte hébreu en caractères grecs ;
  • la traduction grecque du juif Aquila (117-138), prosélyte et disciple des rabbins. Celle-ci est très servile, saupoudrée de nombreux idiotismes de l’hébreu ;
  • la traduction grecque du juif Symmaque (fin du IIe siècle apr. J.-C.). Il s’agit d’une traduction plus libre qui respecte davantage le génie de la langue et de la pensée grecques ;
  • la version grecque des Septante (environ 250-150 av. J.-C.). Ils appartiennent à la communauté juive hellénisée ;
  • la traduction grecque du juif Théodotion (IIe siècle apr. J.-C.). Il s’agit davantage d’une révision de la Septante dans le sens du texte hébreu que d’une version indépendante du texte original.
  • 32 « Il le divisa en trois livres […] ; dans le second il prie ses Lecteurs de ne pas considérer ce Co (...)

90On sait en outre que Jérôme révisa les Évangiles, mais on ignore s’il a révisé l’ensemble du Nouveau Testament. On se rend donc compte que le projet d’origine, à savoir la révision de la Vetus Latina de l’Ancien Testament, a été abandonné au profit d’un travail de traducteur et de réviseur. Sa traduction de l’Ancien Testament fut une entreprise collective, car on sait que Jérôme dictait ses traductions velocissime, accablé, comme il le confessait dans la dernière partie de sa vie, « par la faiblesse de ma vue et la souffrance de ma pauvre machine » (propter oculorum et totius corpusculi infirmitatem, Migne 1884, t XXVI : 483-484). Comme il l’indique dans le Commentaire sur l'Épître de saint Paul aux Ephésiens32 de 387 (Ceillier 1742 : 235), il composait environ 1000 lignes par jour. Le Commentaire sur Abdias (395) fut dicté en deux nuits et le Commentaire sur saint Matthieu (398) en deux semaines.

  • 33 Selon ses propres dires, il aurait appris l’hébreu sous la direction d’un Juif nommé Bar Anina : vo (...)
  • 34 Prol. in Tobias, Patrologie Latine, XXIX, 23 et suivants.
  • 35 La prophétie d’Isaïe est reprise dans la généalogie du Christ de l’Évangile selon saint Matthieu : (...)

91Jérôme ne traduit pas les livres non canoniques ou douteux : Sagesse, Ecclésiastique, Baruch avec la lettre de Jérémie, le premier et le second livre des Macchabées, les troisième et quatrième livres d’Esdras, ainsi que les additions au livre d’Esther. Pour ce qui est des parties écrites en chaldaïque (Esther, Judith, Tobie), un interprète juif, sans doute Bar Anina33, lui traduisait oralement du chaldaïque en hébreu et Jérôme versait alors lui-même le texte en latin34. Son idéal de hebraica veritas vise moins à disqualifier la Vetus Latina qu’à permettre aux chrétiens de défendre devant les Juifs les titres messianiques du Christ. Un exemple particulièrement frappant est constitué par l'annonce messianique révélée dans Isaïe 7, 14, où Jérôme traduit l’hébreu almah (« jeune fille », νεανις en grec ancien) par virgo, suivant ainsi l’interprétation de la Septante qui avait recouru à παρθενος, ouvrant de la sorte la voie à la parthénogenèse du Christ. La traduction de Jérôme est engagée et transforme la naissance d’Emmanuel en venue du Messie35 : « Ecce virgo concipiet et pariet filium et vocabitis nomen eius Emmanuel… » (Balliu 1983 : 9-19). Il réitère l’annonce messianique dans une de ses lettres à Eustochium (411) :

…praesens scriptura contineat et tam natus de virgine Emmanuel […] mortuus ac sepultus et resurgens ab inferis et Salvator universarum gentium praedicetur. (Ep. ad Eustochium, Commentarium in Isaiam prophetam libri duo deviginti. Prologus, 2)

…Ce livre annonce qu’une vierge enfantera Emmanuel ; il ressuscitera d’entre les morts et deviendra le Sauveur de tous les peuples. (traduction C. Balliu)

92Jérôme inaugure une nouvelle conception de la traduction inspirée de Cicéron, qui avait le goût de la périphrase et de la redondance et affichait un rejet du mot-à-mot. Jérôme veut latiniser sa traduction dans le droit fil de Cicéron, chez lequel il trouve par ailleurs une justification à sa démarche : « imponenda nova novis rebus nomina » (De Finibus, III, I). Jérôme le reconnaît explicitement, même s’il prétend être allé moins loin que Cicéron : « Et pourtant, bien que traduisant non du grec mais de l’hébreu, j'ai osé dans mes amples transpositions moins de nouveautés que Cicéron n’en a introduites dans des opuscules bien plus courts » (Comm. in Gal., I, 12 – traduction C. Balliu).

93Un de ses soucis constants était de concilier les interprétations allégorique et historique, ce qui le poussa à adopter un apparat critique que l’on retrouve déjà dans le grec des Hexaples. Les signes diacritiques utilisés sont les obèles pour indiquer les ajouts dans sa version, et les astérisques pour indiquer les omissions. La fin des additions et omissions était signalée par un double point (:). Il s'agit véritablement d'une intrusion du traducteur dans le texte, au nom de la vérité scientifique.

94On peut conclure que Jérôme suit l’idéal d'écriture cicéronien, fuit toute forme de censure et conçoit la traduction comme un processus « dynamique », créatif, idée reprise au XXe siècle par un Nida. Ses choix traductifs ont consisté presque toujours en un compromis entre le besoin de fidélité absolue à la hebraica veritas et les difficultés inhérentes aux différentes sources et versions qu’elles véhiculaient. Jérôme était conscient de certaines faiblesses dans ses traductions et revendiquait le droit à l'erreur. Ses propres doutes, mais aussi ceux de ses détracteurs, ont alimenté le sentiment de tristesse intense qu’il éprouva à la fin de sa vie.

Les dernières années (404-419/420)

  • 36 Sur les rôles respectifs de Paula et d’Eustochium auprès de saint Jérôme, on consultera avec profit (...)
  • 37 Du grec κοινος βιος, qui signifie « vie en commun ». Pachôme fonda vers 320 un premier monastère à (...)

95La fin de vie de saint Jérôme sera marquée par de nombreux deuils. Paula meurt en 404, elle qui fut la cheville ouvrière de Bethléem et qui le seconda dans son entreprise de traduction. Il ne s’en remettra jamais. Eustochium, la fille de Paula36, le pousse alors à reprendre son étude, essentiellement composée de commentaires et de prologues à ses traductions. Il s’attelle aussi à plusieurs traductions nouvelles, comme celle de la Règle de saint Pachôme le Grand (404), le fondateur du cénobitisme37, afin de donner un modèle à sa communauté de moines. En 408 et en 409, il compose son Commentaire sur Isaïe, dix-huit livres (Maraval 1995 : 118) qui lui tenaient fortement à cœur dans la mesure où Isaïe annonce les temps messianiques, par la prophétie de l’Emmanuel notamment.

  • 38 Pélage fut excommunié en 417 par le pape Innocent Ier.
  • 39 Ce thème de la grâce sera repris plus tard dans l’Augustinus de Cornelius Jansen (1640) et développ (...)

96À côté de son œuvre de traducteur et de commentateur des Saintes Écritures, il participe également, de manière parfois virulente, aux controverses religieuses de son époque. Les Christiana tempora, pour reprendre l’expression de saint Augustin, étaient traversés par des querelles religieuses tournant autour de l’arianisme et de la résurgence origéniste (consubstantialité - ομοουσιος), du pélagianisme38 (libre arbitre) ou de la doctrine de la grâce39 (saint Augustin). Ces controverses se retrouvent dans la correspondance de saint Jérôme.

97La lettre CXXXIII (414) montre la virulence de l’attaque, à la fois contre Pélage et contre Origène :

  • 40 La deuxième personne du singulier en latin revêt, dans les controverses et les procès, une valeur a (...)

Vis40 adhuc et alium nosse tui erroris principem ? Doctrina tua Origenis ramusculus est. (Ad Ctesiphonem. Adversus Pelagium, 3)

Voulez-vous que je vous indique encore le maître de votre erreur ? Votre doctrine est un appendice d’Origène. (traduction C. Balliu)

  • 41 En souvenir de cette date, saint Jérôme est fêté le 30 septembre. Il est le saint patron des traduc (...)
  • 42 Le cardinalat est créé au XIe siècle et est l’œuvre de la réforme grégorienne de l’Église. L’iconog (...)

98Pammachius meurt en 410 et, juste après la prise de Rome par Alaric en 410, Marcella le suit dans la tombe. En 416, c’est au tour d’Eustochium de s’éteindre. Malgré l’incendie de sa demeure la même année, provoqué par des hérétiques pélagiens, Jérôme reste à Bethléem et y meurt à son tour le 30 septembre 419 ou 42041. Il sera inhumé à Bethléem même, non loin de la grotte de la Nativité. Le plus grand père de l’Église avec saint Augustin n’aura jamais accédé à l’épiscopat et reste, de ce point de vue, un cas tout à fait isolé (Marrou 1985 : 93). Jamais il n’aura revêtu la pourpre cardinalice42.

99La Vulgate ne fut reconnue officiellement par l’Église catholique qu’au Concile de Trente (1546-1548), dans un siècle visiblement stigmatisé par les guerres de religion et où le catholicisme se devait de nouveau d’asseoir le dogme pour repousser la poussée protestante en Europe. La Réforme est avant tout une guerre de traducteurs. En 1979, le pape Jean-Paul II promulguera une Nova Vulgata, qui est la dernière révision officielle du texte.

100La vie, la pensée et l’activité traduisante de saint Jérôme sont particulièrement complexes. Les historiens, et le domaine de la traduction ne constitue pas une exception, tentent trop souvent d’embrigader la pensée des auteurs dans un schéma théorique étriqué, pour des raisons de commodité articulatoire. Dans la réalité, les pensées des auteurs sont souvent subtiles et, dans certains cas, elles peuvent même se contredire. Cette étude le montre.

Notes

1 Prosper d’Aquitaine (390-463), disciple d’Augustin d’Hippone, est, avec son Epitoma Chronicon, le continuateur de la Chronique universelle de Jérôme. L’Epitoma couvre la période de 379 à 455 ; elle fut composée en plusieurs fois à partir de 433 et s’avère notamment utile pour la période 425-455, qui suit précisément la mort de saint Jérôme.

2 « On lui donna un nom traditionnel, donc païen, Hieronymos – celui dont le nom est sacré – (latinisé en Hieronymus, ce nom est devenu chez nous Hierosme, Jérôme) » (Maraval 1995 : 10).

3 De Viris illustribus, 135.

4 Cette datation repose sur un souvenir de saint Jérôme : l’annonce de la mort de Julien l’Apostat alors qu’il était encore écolier. L’autre date antérieurement donnée pour la naissance de Jérôme est 331. Pour une discussion des arguments en faveur des deux dates voir J.N.D. Kelly 1975 : 337-339. De Hamel donne 342. Pour notre part, nous reprenons la datation de Cavallera, qui est la plus couramment adoptée (voir Maraval 1995 : 16-17).

5 Née de l’éclatement de la Yougoslavie.

6 Jérôme a légué à la postérité 154 lettres, que l’on peut ventiler en trois périodes. Les écrits du désert (de 365 à 380), ceux de Rome (de 380 à 385) et ceux de la vieillesse à Bethléem (de 385 à sa mort). L’authenticité de plusieurs d’entre elles reste contestée : 31 ne seraient pas de sa main.

7 En 398, Jérôme envoya son frère Paulinius vendre ce qui restait de la propriété et en tira suffisamment pour faire d’importants travaux d’entretien dans son monastère (Kelly 1975 : 6).

8 L’érémitisme (du grec eremos : désert) désigne la pénitence faite dans le désert et diffère donc du monachisme. Cette forme particulière de retraite se développera dans l’Orient médiéval au cours des siècles suivants, comme le montre par exemple la trajectoire d’un Siméon le stylite (IVe-Ve siècles).

9 Hilaire de Poitiers (315-367), défenseur de l’orthodoxie nicéenne contre l’arianisme. Il rédige un commentaire sur l’Évangile de saint Mathieu. En 355, il s’oppose à l’arianisme alors que cette théologie se répand en Gaule. En 356, lors du concile de Béziers, il est déclaré hors la communauté et exilé en Phrygie.

10 « […] qui avait traduit en latin, peu après sa parution (360), la Vie d’Antoine d’Athanase » (Maraval 1995 : 19). C’est là qu’il commence l’étude du grec, « dont il semble n’avoir pas eu connaissance auparavant » (Maraval 1995 : 19-20).

11 Antioche fut la tête de pont du christianisme à ses débuts (voir Actes des Apôtres, XI, 22 & 26).

12 Ep. III, 3, Ad Ruffinum monachum

13 Apud Hebraeos.

14 Le Concile de Nicée (du grec ancien nikè : victoire ; il s’agit de la victoire du Christianisme contre les hérésies) en 325 en est un bon exemple. Constantin dirige le concile au milieu de ses évêques, le glaive à la main. C’est le début du césaropapisme byzantin.

15 À noter que l’Arménie se convertit au christianisme dès la fin du IIIe siècle grâce à Grégoire l’Illuminateur et devient officiellement chrétienne en 301. Mesrop Machtots créera un alphabet arménien en 405 qui lui permettra de traduire la Bible dans cette langue (405-409).

16 Date de la bataille d’Andrinople contre les Goths, car, dit-il, « à présent, les barbares sévissent à travers notre pays, et tout n’est plus qu’incertitude » (von Campenhausen : 176). En Orient, Valens (364-378) s’avère incapable de gérer la poussée des barbares, qui pénètrent en Thrace : 200 000 Goths franchissent le Danube avec son aval. Le 9 août 378, l’armée romaine subit une grande défaite près d’Andrinople (l’actuelle Edirne en Turquie) à une centaine de kilomètres de Constantinople ; Valens y disparaît.

17 « If I render word for word, the result sounds absurd ; if I make any necessary changes in order or wording, I appear to have abandoned the function of a translator » (in Kelly 1975 : 72). Henne (2009 : 65) donne une autre traduction de ce passage : « si je suis le mot à mot, le résultat est absurde ; si je change quelque chose dans la phrase ou dans le sujet, je donne l’impression de manquer à mon devoir de traducteur ».

18 Pour reprendre l’expression de Le Goff, au Moyen-Âge, « les livres ne sont pas considérés autrement que les vaisselles précieuses » (in Balliu 1997 : 133-142). Monfrin (1964 : 217-218) ne dit pas autre chose : « Il semble bien qu'on ait rarement eu, avant la fin du Moyen-Âge, le souci historique et philologique de laisser ou de retrouver l’œuvre d'un auteur sous la forme exacte que celui-ci avait voulu lui donner. Suivant une idée généralement répandue, tout écrit destiné à instruire est perfectible et du moment qu'on le transcrit et qu'on le traduit, on ne voit aucune raison pour ne pas le modifier au goût du jour ou l'améliorer en le complétant à l'aide de renseignements puisés à d'autres sources ».

19 Saint Augustin désigne ces versions éparses qui circulent dans l’Empire romain sous le nom de Vetus Itala.

20 Voir Grégoire et Collombet (1837 : Préliminaires, X).

21 Date de la mort d’Eusèbe de Vercelli qui en aurait été le copiste (De Hamel : 15).

22 On préférera ici le terme « version » à celui de « traduction », au sens où les Septante ne furent que l’instrument de Dieu. Il y a absence de traduction car l’intervention humaine est inexistante. Cette distinction entre « version » et « traduction » fut d'ailleurs reprise de manière très explicite dans l'Encyclopédie de 1779 (article « Traduction », Supplément, t. IV, p. 952-954). S’il peut y avoir plusieurs traductions d’un texte, la version est unique.

23 Située sur l’Oronte, Séleucie était le port d’Antioche.

24 Elle est adressée à son ami de jeunesse, Pammachius, sénateur romain, qui était également l'ami de saint Augustin. Pammachius se consacrait à la charité, il meurt en 410, peu avant la prise de Rome par Alaric.

25 C’était notamment le cas des grandes villes ; à Carthage et à Œa (l’ancienne Tripoli de Libye), le grec était très usité.

26 Voir la relation de Flavius Josèphe : Antiquités juives, XII, 12-118.

27 Labriolle explique que l’Église primitive plaçait sur le même pied le grec de la Septante et celui des Évangiles (1920 : 66).

28 Il conviendrait d’étudier de manière plus approfondie le rôle que sa mère, sainte Hélène, a pu jouer dans les faveurs accordées par Constantin au christianisme.

29 Constantin ne reçut le baptême que sur son lit de mort (Ostrogorsky 1983 : 74).

30 Constantinople, la seconde Rome, sera édifiée entre 324 et 336. La dédicace de la ville a déjà lieu en 330 et marque les débuts de l’Empire Byzantin. À noter que le terme « byzantin » ne fut usité qu’à partir du XIXe siècle ; les habitants de l’Empire se désignaient sous le nom de « Roumis », c’est-à-dire Romains.

31 Les Goths ne possédaient à l’époque qu’une écriture épigraphique, dite runique, utilisée uniquement à des fins magiques.

32 « Il le divisa en trois livres […] ; dans le second il prie ses Lecteurs de ne pas considérer ce Commentaire comme une pièce étudiée, & qu’il eût long-tems méditée, puisqu’il en faisoit quelquefois trente ou quarante pages par jour, c’est-à-dire environ 1000 lignes. »

33 Selon ses propres dires, il aurait appris l’hébreu sous la direction d’un Juif nommé Bar Anina : voir Ep. Ad Pammachium et ad Oceanum (400), LXXXIV, 3. Les chrétiens, rétifs à l’idée que Jérôme ait pu être instruit par un Juif, l’appelèrent Barabba (Migne, t XXII : 80).

34 Prol. in Tobias, Patrologie Latine, XXIX, 23 et suivants.

35 La prophétie d’Isaïe est reprise dans la généalogie du Christ de l’Évangile selon saint Matthieu : 1, 20-23.

36 Sur les rôles respectifs de Paula et d’Eustochium auprès de saint Jérôme, on consultera avec profit l’article « Saint Jérôme et les femmes » de Marie Turcan (1968 : 269-272).

37 Du grec κοινος βιος, qui signifie « vie en commun ». Pachôme fonda vers 320 un premier monastère à Tabennèse, qui marque les débuts en Égypte de la vie conventuelle.

38 Pélage fut excommunié en 417 par le pape Innocent Ier.

39 Ce thème de la grâce sera repris plus tard dans l’Augustinus de Cornelius Jansen (1640) et développé à Port-Royal.

40 La deuxième personne du singulier en latin revêt, dans les controverses et les procès, une valeur accusative et non familière, comme dans le célèbre « Quousque tandem abutere, Catilina, patientia nostra ? » de la Première Catilinaire (Cicéron).

41 En souvenir de cette date, saint Jérôme est fêté le 30 septembre. Il est le saint patron des traducteurs et des bibliothécaires.

42 Le cardinalat est créé au XIe siècle et est l’œuvre de la réforme grégorienne de l’Église. L’iconographie hiéronymienne, particulièrement abondante, représente souvent Jérôme en cardinal. Il s’agit toujours de tableaux postérieurs au XIVe siècle dans la mesure où cette erreur fut véhiculée par la Légende dorée de Jacques de Voragine au XIIIe siècle.

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search