Version classiqueVersion mobile

Antiquité et traduction

 | 
Michel Ballard

Le christianisme, épicentre de traduction et de pouvoir

Texte intégral

1L’événement majeur dans l’Empire romain avant les invasions est la naissance et le développement du christianisme, qui ira jusqu’à affecter les structures du pouvoir. La diffusion des textes sacrés dans un empire multilingue posera, à plusieurs reprises et de différentes manières, le problème de la traduction.

Le milieu d’origine

Rappel historique : le protectorat romain

2En Judée, la période allant du IIe siècle au Ier siècle av. J.-C. est celle du Second Temple. Depuis l’an 63 av. J.-C, quand ils ont été vaincus par Pompée, les Juifs vivent sous protectorat romain. C’est une des révoltes des Zélotes (courant fanatique et ultra-nationaliste), menée par Judas le Gaulanite en l’an 6 apr. J.-C., qui déclencha une répression et un durcissement de l’occupation. Le territoire juif devient purement et simplement une province romaine, administrée par un procurateur ayant les pleins pouvoirs. Cependant, Rome laisse les Hébreux libres de pratiquer leur religion et les dispense de rendre un culte à l’empereur, à condition de ne pas susciter de troubles. Les Zélotes joueront un rôle déterminant dans la grande révolte antiromaine de l’an 66, qui aboutira à la destruction du temple en 70 et à la dispersion (diaspora) des Juifs autour de la Méditerranée.

Les courants ou sectes de l’époque

3Les sectes juives se distinguent entre elles par des options théologiques différentes, à quoi viennent s’ajouter des questions pratiques de style de vie ; ainsi par exemple, les Pharisiens ont une approche plus souple et plus évolutive, alors que les Esséniens suivent une règle de vie plus stricte. Les Pharisiens s’appuient sur les classes moyennes des villes. Exégètes, ils sont aussi des observateurs zélés de la Loi, telle qu’elle est exposée par la Torah orale. Mais « l’attachement excessif de leurs docteurs à la tradition orale aboutissait à une casuistique pleine de surenchère et d’affectation. La liberté de Jésus à l’égard de la Loi et sa fréquentation des pécheurs ne pouvait que susciter chez eux une opposition dont les Évangiles, surtout Matthieu, ont gardé maints échos » (Bible de Jérusalem : 1418).

4Les Sadducéens sont opposés aux Pharisiens dans la mesure où ils n’admettaient que la Loi, et non la tradition orale. Recrutés en majorité dans la riche aristocratie sacerdotale, ils n’avaient pas, au temps du Christ, la faveur du peuple, parce qu’ils collaboraient trop facilement avec l’occupant et se montraient trop durs avec les petites gens. Cette secte s’en tenait strictement à la tradition écrite, surtout celle du Pentateuque ; elle assurait notamment n’y pas trouver la doctrine de la résurrection de la chair (s’opposant sur ce point aux Pharisiens) : « Ce jour-là, des Sadducéens, gens qui disent qu’il n’y a pas de résurrection, s’approchèrent de lui » (Matthieu 22, 23) ; ils ne croyaient pas non plus à l’immortalité de l’âme ou à l’existence des anges.

5Les Esséniens pratiquent une vie simple, de préférence hors des villes. Ils recherchent la pureté (bains et vêtements blancs) et refusent la vie de jouissance (nourriture simple excluant la viande). Ils se livrent à des exégèses subtiles. Les Zélotes se définissent par un nationalisme agressif qui déclenchera des révoltes. Ils rejettent toute autre autorité que celle venant de Dieu.

6C’est dans ce contexte qu’apparaît le Christ. Il est doublement perçu comme un agitateur : par les Romains, puisqu’il proclame qu’il va libérer le peuple juif ; par les Sadducéens parce qu’il prêche une nouvelle religion. Parmi ses disciples, le Christ avait sans doute des Zélotes : Simon le Zélote assurément, peut-être Judas Iscariote.

Les Évangiles et la naissance du christianisme

7Le christianisme naît dans un milieu populaire, qui est celui des apôtres. Sa diffusion s’effectue par la prédication, d’abord orale puis consignée dans les Évangiles. La nature multilingue du milieu où se diffuse le christianisme place les livres de la nouvelle religion dans un contexte de traduction orale, puis écrite.

Les apôtres

8Le Christ recrute ses apôtres dans les classes populaires et il s’adresse aux plus humbles : « C’étaient des hommes du peuple sans instruction », lit-on dans Les Actes des Apôtres (4, 13). Leur état civil et leur élection sont en partie décrits dans Matthieu 4, 18-22 : « Il vit Simon et André, le frère de Simon, qui jetaient un filet dans la mer, car c’étaient des pêcheurs » (4, 18) ; « et avançant un peu, il vit Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère, eux aussi dans leur barque en train d’arranger des filets » (4, 20). Ailleurs, il est dit qu’il enrôle Lévi, le fils d’Alphée, assis au bureau de la douane (Marc 2, 14). L’ensemble des douze est passé en revue dans Matthieu 10, 2-3 : « Les noms des douze apôtres sont les suivants : le premier, Simon appelé Pierre, et André son frère ; puis Jacques, le fils de Zébédée, et Jean son frère ; Philippe et Barthélémy ; Thomas et Matthieu le publicain ; Jacques, le fils d’Alphée et Thaddée, Simon le Zélé et Judas l’Iscariote, celui-là même qui l’a livré ».

Les langues

9Il y a dans l’Évangile de Jean un témoignage qui indique la nature multilingue de la Palestine :

Pilate fit une inscription qu’il plaça sur la croix, et qui était ainsi conçue : Jésus de Nazareth, roi des Juifs. Beaucoup de Juifs lurent cette inscription, parce que le lieu où Jésus fut crucifié était près de la ville : elle était en hébreu, en grec et en latin (Jean 19, 19-20).

10Le statut et la fonction de ces langues étaient fort différents : l’hébreu était la langue sacrée, pratiquée dans les synagogues ; le grec celle des élites culturelles et sociales hellénisées ; le latin celle de l’occupant romain. Mais c’était l’araméen qui était la langue de la communication courante dans le pays.

11Dans Matthieu, nous trouvons une allusion au fait que Pierre parlait « l’araméen avec l’accent galiléen mentionné par le Talmud » (Carrez 1991 : 90) : lorsque Jésus fut arrêté et emmené chez Caïphe, « Pierre le suivit de loin jusqu’à la cour du souverain sacrificateur, y entra et s’assit avec les serviteurs, pour voir comment cela finirait » (Matthieu 26, 58) ; et là une servante reconnaît Pierre comme un des apôtres : « Toi aussi, tu étais avec Jésus le Galiléen » (Matthieu 26, 69). Pierre commence à nier, mais les autres hommes qui se trouvaient là lui font remarquer qu’il est trahi par son accent : « Certainement tu es aussi de ces gens-là, car ton langage te fait reconnaître » (Matthieu 26, 73).

Les Évangiles : traduction orale ?

12Les quatre évangélistes étaient plus ou moins proches du Christ : Matthieu et Jean étaient des apôtres ; Marc, cousin de Barnabé, était un disciple de Pierre ; Luc était un médecin, devenu compagnon de Paul, et il a travaillé à partir des récits des disciples. Les avis diffèrent bien entendu en ce qui concerne la date de rédaction des Évangiles. Certains voudraient qu’ils aient été dictés par les apôtres eux-mêmes vers les années 50. D’autres exégètes estiment que les textes ont été transcrits dans plusieurs communautés au fur et à mesure des besoins des fidèles, et ce au moins après l’an 60 et même après 70.

13Le mot « évangile » signifie « Bonne nouvelle ». Des quatre Évangiles, les trois premiers (Matthieu, Marc et Luc) présentent de telles ressemblances qu’on peut les mettre en colonnes parallèles, d’où l’appellation d’« Évangiles synoptiques » sous laquelle on les réunit.

14D’après la tradition, l’Évangile le plus ancien serait celui de Matthieu le publicain, écrit d’abord en araméen pour les premiers chrétiens de Palestine ; il fut ensuite traduit en grec. Marc, disciple de Jérusalem qui servit Paul, Barnabé et Pierre (dont il fut l’interprète) rédigea à Rome la catéchèse orale de Pierre. Luc, qui a accompagné Paul dans ses deuxième et troisième voyages, fut le troisième à rédiger un Évangile, qui pouvait se recommander de Paul (comme celui de Marc se recommandait de Pierre). Le quatrième Évangile, comme l’atteste saint Irénée en 180, est celui de Jean, le disciple bien aimé qui reposa sa tête sur la poitrine du Christ.

Évangiles, langues et traduction

15Le Christ dispensait un enseignement oral. Il savait écrire, comme on l’apprend par l’Évangile de saint Jean, lors de la scène où les Pharisiens viennent lui présenter la femme adultère, pour qu’il la juge selon la loi : « Mais Jésus s’étant baissé, se mit à écrire avec son doigt sur le sol » (Jean 8, 6). Cependant, le Christ n’a pas laissé lui-même d’écrits ; son enseignement n’a été fixé par l’écriture que dans les dernières décennies du Ier siècle. Il y a tout lieu de croire que le Christ parlait et enseignait en araméen :

[…] puisque c’était la langue des Juifs parmi qui il naquit, grandit et exerça son ministère. Il est fort douteux que lui-même, Joseph, Marie et leur entourage en connussent d’autre ; ils ne connaissaient vraisemblablement pas le latin, langue de l’occupant romain, qui ne devait devenir langue de l’Église naissante qu’à la suite des voyages des araméophones saint Paul et saint Pierre à Rome, et de l’établissement de ce dernier dans cette ville où il fut le premier Pape.

Toutefois, la langue de l’élite cultivée de toute la Méditerranée était le grec. Les Évangiles ne nous disent pas que l’enfant élevé par un humble charpentier de Nazareth reçut une éducation dans ce sens. Ils nous le dépeignent plutôt, à l’âge de douze ou treize ans, en remontrant aux docteurs de la Loi, c’est-à-dire aux rabbins de Jérusalem, et une telle discussion ne pouvait avoir lieu en grec ou en latin. Et d’ailleurs, ses disciples ne l’appellent-ils pas Rabbi dans l’Évangile ? Rien de tout cela ne suggère la “sagesse grecque”, anathème pour la plupart des Juifs de l’époque, hormis les Sadducéens (Diament in Brucker 1997 : 83).

16Mais les Évangiles ont été rédigés en grec, afin de diffuser le message dans l’est du bassin méditerranéen, et certains considèrent que cette version, écrite en grec, d’un enseignement oral donné en araméen, constitue une forme de traduction. Les évangélistes auraient alors été les premiers traducteurs chrétiens (Kelly 1975 : 1). La nature traductive de ces textes est reconnaissable aux interférences qui les caractérisent. Les traducteurs de la Bible de Jérusalem déclarent en effet :

Le style de saint Marc est rugueux, pénétré d’aramaïsmes et souvent incorrect, mais primesautier et d’une vivacité populaire pleine de charme ; celui de saint Matthieu est encore aramaïsant, mais plus poli, moins pittoresque mais plus correct. Celui de saint Luc est complexe : d’une excellente qualité quand il ne relève que de lui-même, il accepte d’être moins bon par respect pour ses sources, dont il garde certaines imperfections tout en les améliorant ; enfin il imite volontairement et à merveille le style biblique des Septante (Bible de Jérusalem : 1413).

17On peut estimer que le christianisme, vis-à-vis de la traduction, a une attitude différente de la religion juive. Ceci est implicite dans un certain nombre de considérations concernant la diffusion du message du Christ et son rapport aux langues. Dans Matthieu 28, 19 le Christ dit aux apôtres : « Allez donc, de toutes les nations faites des disciples ». De même dans Marc 16, 15 et 17, au moment de se manifester une dernière fois aux apôtres : « Allez dans le monde entier, proclamez l’Évangile à toute la création » et « voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom […] ils parleront en langues nouvelles ».

18Il existe des milliers de manuscrits de ces textes qui pour la plupart datent du Ve siècle et offrent des variantes, le plus souvent dues à des erreurs de copistes. Les textes primitifs furent rédigés sur des rouleaux ; à partir du IIe siècle on utilisera des feuillets constituant un codex. Les livres qui furent considérés longtemps comme les plus anciens et les plus fiables sont le Codex Vaticanus (conservé à la Bibliothèque vaticane) et le Codex Sinaiticus (conservé au British Museum, datant du début du IVe siècle). On a trouvé au XXe siècle des codex ou des papyrus datant du IIe siècle.

19Les Évangiles ne constituent qu’une partie du Nouveau Testament, qui comporte par ailleurs les Épîtres, les Actes des Apôtres et l’Apocalypse.

Le développement du christianisme

Églises d’Occident

20Les premières persécutions des chrétiens commencent au début du IIe siècle. Elles sont d’abord ponctuelles, puis s’accentuent et se généralisent à mesure que le christianisme prend de l’importance et que son succès auprès des élites menace la religion établie. à la suite des persécutions naît une littérature apologétique, qui vise à répondre aux accusations portées contre les chrétiens. Parallèlement se développe une littérature axée sur la réfutation du judaïsme, puis des diverses hérésies.

21Du vivant de l’apôtre Paul, il y avait une communauté chrétienne à Rome. Les importateurs de la nouvelle religion, et donc les premiers fidèles, venaient de l’Orient. Ils parlaient le grec et cette langue fut pendant plus d’un siècle la langue des chrétiens. Le grec occupait dans l’empire romain à cette époque une position privilégiée : langue de culture, il était aussi la langue utilisée pour commercer ou voyager dans tout le bassin méditerranéen (Von Campenhausen 1969 : 11).

22À la fin du IIe siècle, les choses évoluent dans l’Église d’Occident : sa base populaire s’élargit et l’on se met à prêcher en latin. Corrélativement se développe une littérature chrétienne en latin, à laquelle se trouvent associées des traductions de la Bible (ibid.). Né à Carthage, Tertullien (155-220) est le premier théologien latin. Après de solides études littéraires et juridiques, il fait plusieurs séjours à Rome et ouvre une étude d’avocat. Attiré par le christianisme, il se convertit et retourne en Afrique où il fera œuvre d’exégète et surtout d’apologiste, contribuant ainsi à la création d’une littérature chrétienne. Dans son ouvrage intitulé Apologeticum (exhortation au martyre, argumentaire contre les hérétiques), il prend la défense des chrétiens contre les gouverneurs romains qui les persécutent. Symptôme de l’évolution précédemment évoquée, il écrit d’abord en grec, puis très rapidement en latin :

Ce que nous rencontrons, dans les œuvres de Tertullien, c’est, toute vivante, la langue des chrétiens de ce temps, une langue qui grouille de mots étrangers et de néologismes, indispensables pour exprimer tant de choses et de conceptions nouvelles dans la vie chrétienne de tous les jours (Von Campenhausen 1969 : 15).

23La prédominance du latin en Gaule et en Afrique du Nord crée le besoin de traductions latines de la Bible. On sait que Tertullien utilisait une traduction totale ou partielle de la Bible en latin. Les anciennes versions étaient réalisées à partir de la Septante (pour l’Ancien Testament) et selon des principes de littéralité. Par le terme collectif Vetus Latina on désigne un ensemble de versions latines des textes bibliques, réalisées à partir des textes grecs ; ce corpus n’est conservé que sous forme de fragments (Jacob 1967/1977 : 15). Il y aurait eu plusieurs versions : une européenne ou italique (Itala), une africaine (Afra) et peut-être une espagnole. Elles auraient été produites de la deuxième moitié du IIe siècle au milieu du IIIe.

Églises d’Orient

Traductions copte, éthiopienne, syriaque, arménienne

24L’expansion du christianisme se manifeste sous la forme de traductions des textes sacrés (en particulier à partir de la Septante) en diverses langues : versions coptes dès le IIe siècle ; version éthiopienne réalisée du IVe au VIIe siècle ; versions syriaques, dont la Peshitta.

25La version arménienne (Paul 2007 : 160), réalisée entre 407 et 414 par le prêtre et moine saint Mesrop, dit aussi Machtots, fut de celles qui donnèrent lieu à la création d’un alphabet pour une langue qui n’existait qu’à l’état oral (voir infra pour Ulfila). Mesrop (360-441) travailla avec le catholicos Sahak et divers collaborateurs à partir de textes grecs et syriaques. La version arménienne des Écritures n’est pas toujours littérale ; elle contient nombre d’éléments d’interprétation et d’adaptation. Cette traduction fut suivie de celle d’œuvres grecques profanes : Aristote, Platon, Zénon, Eusèbe (Delisle et Woodsworth 1995 : 28).

Ulfila et l’arianisme

26L’arianisme est une doctrine qui a été prêchée à partir de 320 par un prêtre d’Alexandrie, nommé Arius (280-336). Celui-ci nie la divinité du Christ ; pour lui, le Christ est certes un être exceptionnel, mais il n’est pas Dieu, ayant été lui-même créé. Cet enseignement scandalise beaucoup d’évêques ; le concile réuni par Constantin à Nicée, en 325, condamne Arius pour hérésie et formule une déclaration de foi extrêmement précise : « Jésus est engendré et non créé » (voir Hammel et Ladrière 1991: 30). Cependant cette prise de position officielle ne mit pas fin à l’affaire, car si la partie occidentale de l’Empire en général se rangea à la décision du concile, la partie orientale eut tendance à opter pour l’arianisme. C’est cette doctrine que l’évêque Ulfila prêcha aux Goths à partir de 341.

27Le nom d’Ulfila (sans doute Wulfila en gotique, c’est-à-dire « petit loup ») n’est attesté que par des transcriptions grecques ou latines. Il est né, vers 311, d’un père wisigoth et d’une mère cappadocienne, ce qui expliquerait l’éducation religieuse dont il a bénéficié. Vers 340, Ulfila est sacré évêque par Eusèbe de Nicomédie (280-341), évêque de Constantinople et partisan d’Arius. Eusèbe avait été déposé de son siège de Nicomédie et, après le concile de Nicée, envoyé en exil pour avoir été (peut-être) le complice de Licinius ; rappelé en 328, il devint le chef des Ariens.

28L’œuvre d’évangélisation entreprise par Ulfila généra une traduction de la Bible, qui eut des retombées linguistiques et culturelles importantes. En effet, pour mener à bien cette opération, Ulfila fut amené à créer un alphabet pour noter la langue des Goths, qui n’existait que sous forme orale. Il prit pour base l’alphabet grec, auquel il ajouta des éléments latins et runiques (les caractères runiques représentent les premières formes des alphabets germaniques et scandinaves). La traduction gotique d’Ulfila a été réalisée à partir du texte grec, dont elle suit assez rigoureusement la syntaxe. Elle offre un cas intéressant de censure à des fins morales : afin de ne pas encourager l’esprit belliqueux des Goths, Ulfila n’a pas traduit le Livre des Rois qui contient de nombreux récits de batailles.

Traduction, réécriture et exégèse

29Plusieurs types de travaux se développèrent autour des Écritures, plus ou moins directement liés à la traduction.

Le Diatessaron de Tatien

30Tatien (120-173), originaire de Syrie orientale, vient à Rome, où il suit l’enseignement de Justin ; sous l’influence de ce dernier, il se convertit au christianisme avant de repartir en 172 dans son pays. Il est surtout connu pour avoir produit (avant ou après son retour) une version synthétique des quatre Évangiles, qu’il fusionna de manière à former un récit continu, le Diatessaron, « l’Évangile sur la base de quatre ». En fait, le texte ne nous est parvenu que sous forme de fragment rédigé en grec, retrouvé en Syrie sur le site de Doura-Europos ; mais on ne sait pas si l’original de ce travail fut le texte grec lui-même ou une version rédigée en syriaque (langue maternelle de Tatien) ; de même, on ignore quand et où ce travail de synthèse fut réalisé : à Rome entre 155 et 170, ou en Syrie, après le retour de Tatien dans son pays. Ce texte a été utilisé, cité et commenté par divers auteurs postérieurs ; on en a retrouvé une version latine, sans doute réalisée au IIIe siècle, dans un manuscrit du VIe siècle à Capoue, en Italie (Paul 2007 : 195-199).

Les Hexaples d’Origène

31Né vers 185, à Alexandrie, dans une famille chrétienne, Origène commence par enseigner la grammaire. L’évêque Démétrios lui confie la responsabilité de l’école catéchétique. Après divers voyages (Rome, Césarée, Alexandrie, Grèce), il se fixe à Césarée en 230, où il enseigne et se livre à des travaux d’exégèse.

32Le premier, il conçoit le projet d’appliquer aux Écritures les principes de critique textuelle des savants alexandrins, mettant en parallèle les différentes versions du texte sacré. Il s’agit des Hexaples, nom donné à une bible polyglotte disposée en six colonnes : le texte hébreu de l’Ancien Testament en caractères hébreux, sa transcription en lettres grecques, et les traductions grecques d’Aquila de Sinope, de Symmaque, de la Septante et de Théodotion. De cette œuvre de six mille cinq cents pages, il ne reste que des fragments (Paul 2007 : 146).

33Persuadé que l’Écriture est la source de la foi, Origène a rédigé des commentaires sur presque tous les livres bibliques, dont la majorité ne nous est parvenue que dans une traduction latine.

L’Empire romain aux IIIe et IVe siècles

34Dioclétien (245-313) arrive sur le trône en novembre 284, et, peu à peu, tout en réorganisant le pouvoir, prend une série de mesures contre les chrétiens.

Institution de la tétrarchie (293)

35Dès les premières années de son règne, Dioclétien se rend progressivement compte qu’il était désormais impossible à un seul homme de gouverner le gigantesque empire romain ; c’est pourquoi il institue le système de la tétrarchie. La réforme de 293 confie le pouvoir impérial à deux Augustes, l’un pour l’Orient (Dioclétien) et l’autre pour l’Occident (Maximien) ; ils sont assistés par deux Césars, leurs adjoints et successeurs présomptifs. « La réorganisation a un côté religieux : Dioclétien se place sous l’invocation de Jupiter, Maximien sous celle d’Hercule » (Chuvin 1991 : 31) ; dans cette structure, l’ancien général Constance Chlore (le Blême), le père de Constantin, est le César de Maximien alors que Galère, général originaire de Thrace, est celui de Dioclétien.

La question religieuse

36Porphyre de Tyr (234-310) fut élève de Longin à Athènes. En 263, il vient à Rome suivre les cours de Plotin. Homme d’un savoir universel, il était aussi un « adversaire acharné du christianisme », dont il « avait disséqué les dogmes avec une sagacité ironique et hargneuse » (Jerphagnon 1987 : 418). En 268, il s’installe en Sicile et y rédige son traité Contre les chrétiens, qui sera brûlé en 448 sur ordre des empereurs Valentinien III (Occident) et Théodose II (Orient), l’un des prétextes étant qu’il pouvait contenir des positions proches des Ariens, niant la divinité du Christ. Il ne reste que des fragments de cette œuvre. Sa Philosophie des oracles sera traduite en latin par Marius Victorinus vers la fin du IVe siècle ; il en reste 300 vers.

37Des persécutions contre les Manichéens furent décrétées le 31 mars 297 : « Les livres et le clergé doivent être saisis et brûlés » (Chuvin 1991 : 26). On comprend la raison de ces persécutions : outre qu’elle exclut le polythéisme, la doctrine de Mani provient de Perse, et l’Empire est en guerre contre la Perse.

38D’autre part, dans son désir de restaurer l’empire dans tous les domaines, Dioclétien se heurte aux chrétiens ; ceux-ci en effet refusent aux empereurs l’hommage de l’adoration (en particulier la génuflexion, dont l’usage vient d’être introduit) et, quand ils sont soldats, ne participent pas aux manifestations officielles. Le 23 février 303, Dioclétien publie plusieurs édits contre les chrétiens, stipulant que les églises doivent être détruites, les textes sacrés brûlés, les notables chrétiens déchus de leurs droits et les esclaves chrétiens interdits d’affranchissement ; en outre, le témoignage des chrétiens ne peut être accepté dans les affaires personnelles (violences, adultères, viol) et ils sont désormais exclus des emplois publics. C’est que les chrétiens sont nombreux et l’empereur cherche à détruire leur influence. Durant l’été 303, ordre est donné au clergé de sacrifier aux dieux, sous peine de prison. Début 304, cet ordre est étendu à toute la population chrétienne (Chuvin 1991 : 26-27).

39En 312, après sa victoire sur Maxence, Constantin devient seul maître de la partie occidentale de l’empire, la partie orientale étant sous l’autorité de l’empereur Licinius. Constantin rétablit un pouvoir unique et fort. La même année 312 est également celle de la conversion de Constantin au christianisme. Pour la première fois dans l’Empire romain, l’autorité suprême était entre les mains d’un chrétien, alors que quelques années auparavant, sous Dioclétien, l’Église était encore violemment persécutée. L’attitude de Constantin envers les religions était d’abord faite de tolérance. L’Édit de Milan, rédigé en février 313 par les deux empereurs Constantin et Licinius et promulgué la même année, permet aux adeptes de toutes les religions de pratiquer librement leur culte :

Nous avons résolu d’accorder aux chrétiens et à tous les autres la liberté de pratiquer la religion qu’ils préfèrent, afin que la divinité, qui réside dans le ciel, soit propice et favorable aussi bien à nous qu’à tous ceux qui vivent sous notre domination (Chuvin 1991 : 33).

40Peu à peu cependant, par conviction tout autant que par calcul, il en vient à favoriser le christianisme et à en faire une religion d’état. Par exemple, en 314, il fait don du domaine du Latran à l’évêque de Rome. Outre l’appui du clergé d’une église en expansion, il y gagne le prestige d’être un monarque de droit divin. À partir de 320, les deux empereurs Constantin et Licinius entrent de nouveau en conflit. En 324, Licinius est définitivement battu à Andrinople, puis à Chrysopolis.

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search