Version classiqueVersion mobile

Antiquité et traduction

 | 
Michel Ballard

Traducteurs et « traductologues » latins : de Cicéron à Boèce

Texte intégral

1La présence de la culture grecque imprègne durablement le monde romain du Ier siècle av. J.-C. ; les vers d’Horace cités plus haut (p. 00) doivent être complétés par ceux qui les suivent : « les traces de la rudesse ont longtemps subsisté, et elles demeurent aujourd’hui » (in longum tamen aevum / mansuerunt hodieque manent vestigia ruris) ; l’aujourd’hui d’Horace est le siècle d’Auguste, à la gloire de qui est dédiée cette épître. Horace est lui-même souvent cité, à tort, parmi les théoriciens de la traduction, parce qu’il écrit vers l’an XIII av. J.-C. dans son Épître aux Pisons (connue aussi comme Art poétique) deux vers (133-134) qui connaîtront une grande fortune en Europe – du fait d’une mauvaise lecture. S’adressant aux poètes, il évoque le traducteur en tant qu’« interprète fidèle » (fidus interpres) qui rend « mot pour mot » (uerbum pro uerbo). Loin d’être une définition de ce que doit être la pratique d’un traducteur, c’est d’une mise en garde adressée aux aspirants-poètes qu’il s’agit. Il reste que la formule « uerbum pro uerbo » est devenue un des repères dans les débats sur la traduction, d’autant qu’elle se trouvait déjà chez Cicéron quelques années avant.

Le « moment Cicéron » (106-43 av. J.-C.)

2C’est en effet dans une courte étude (7 paragraphes) composée vers 46 av. J.-C., intitulée Du meilleur genre d'orateurs (De optimo genere oratorum), simple avant-propos à sa traduction de deux discours grecs, que Cicéron aborde des problèmes de fond. Comme beaucoup de membres de la haute société romaine, Cicéron a été instruit dans les connaissances des lettres grecques ; depuis plusieurs générations, de nombreux fils de famille ou même des jeunes gens de milieu plus modeste – Cicéron était de ceux-là – vont parfaire leur formation à Athènes ou à Rhodes ; il a lui-même étudié les auteurs grecs en Italie mais aussi à Athènes, Smyrne et Rhodes, où il suivit les enseignements d’Antiochos d’Ascalon, Zénon, Rutilius Rufus, et Posidonios d’Apamée. Connu pour ses intérêts et ses activités multiples (avocat, homme politique, épistolier), il est aussi un traducteur, assez éclectique : il traduit, très jeune, les Phénomènes, poème d’Aratos de Soles, et l’Économique de Xénophon ; puis, outre les deux Discours contre et pour Ctésiphon sur la couronne (d’Eschine et de Démosthène, respectivement), le Timée et le Protagoras de Platon. Il ne subsiste que quelques fragments de ces traductions : seule celle d’Aratos, bien qu’incomplète, est assez bien conservée (sur cette traduction, voir infra, Traductions poétiques : Aratos de Soles – et les autres).

3L’argumentation développée par Cicéron pour présenter sa traduction des orateurs grecs s’appuie sur une constatation qui est dans le droit fil de la reconnaissance de la supériorité des Grecs : les discours d’Eschine et de Démosthène sont des modèles parfaits d’éloquence sur lesquels il importe de se régler. Cicéron précise le but (paragraphe 5 de son texte) qu’il a fixé à un travail qu’il a cru devoir entreprendre, non pour lui-même (mihi quidem ipsi non necessarium), mais qu’il juge utile pour ceux qui s’adonnent à l’éloquence :

J’ai traduit (conuerti) les deux célèbres discours opposés des plus illustres des orateurs les plus célèbres, Eschine et Démosthène ; et je ne les ai pas traduits (conuerti) comme un interprète (interpres), mais comme un orateur (orator), avec les mêmes idées (sententiis) et leurs expressions (formis) comme leurs figures (figuris), avec des mots conformes à notre usage. Je n’ai pas cru devoir rendre mot pour mot (uerbum pro uerbo), mais j’ai entièrement observé (seruaui) le caractère (genus) et la valeur (uim) des mots. En effet, je n’ai pas estimé indispensable de présenter au lecteur un décompte (adnumerare), mais pour ainsi dire de lui peser une somme en bloc (appendere).

  • 1 Selon T.R. Steiner, « [...] du Moyen Âge au XVIIIe siècle, tout le monde pratiquement se réfère au (...)

4Ce court texte, le plus ancien de ce type qui nous soit parvenu, constitue sans doute l’une des premières tentatives d’approche théorique de la traduction. Son importance est indéniablement liée à son caractère historique, à la personnalité de l'auteur et au nombre de fois qu’il sera invoqué par la suite1 pour justifier une traduction qui ne soit pas littérale mais fondée sur une appréhension globale du sens ; on appréciera la formule finale, par laquelle Cicéron se présente comme un changeur de monnaies : cette métaphore aura aussi une longue postérité.

5Ces formules n’apparaissent pas dans un traité de traduction mais dans un avant-propos destiné à justifier les traductions qui suivent. Comme il était de tradition à Rome, Cicéron s’est tourné vers les Grecs pour trouver un modèle ; c’est dans ce cadre d’une activité d’imitation et d’emprunt qu’il en vient à parler de la traduction ; ses propos sur ce sujet n’occupent donc qu’une place restreinte dans une œuvre dont l’objet est l’acquisition de l’éloquence par l’imitation des orateurs grecs. L’utilisation ultérieure qui a été faite du texte de Cicéron est de ce fait assez contestable : on s’en est servi pour justifier une façon de traduire, dite libre, ne se souciant pas d’une fidélité aux formes de l'original, alors que lui-même souligne qu’il a voulu réaliser non pas un travail de traducteur, mais d’orateur. Or, comme Dieter Woll le remarque, du fait que la réflexion de Cicéron ne s’appuie que sur une seule tentative de traduction, elle ne saurait servir de base à une théorie (Woll 1988). Cette objection est importante car elle pose un problème d’ordre épistémologique majeur, à savoir la relation des déclarations concernant la traduction dans des théorisations à caractère général, pourvues de références précises à des œuvres traduites, avec une assise pratique, que celle-ci soit d’ordre personnel ou externe sous forme de corpus. Ce problème est récurrent dans les débats sur une théorie de la traduction et sur les rapports qu'elle doit entretenir avec des expériences ; de même est implicitement posée la question du statut scientifique (ou/et de l’utilisation à des fins scientifiques) des remarques ou réflexions ponctuelles de traducteurs.

6On peut d’ailleurs se demander si Cicéron lui-même n’a pas cédé ici, dans le cadre qu’il s'est fixé, à un raisonnement spécieux, de façon sans doute involontaire ou inconsciente. En effet, il vise à donner aux Romains une idée d’un style d’éloquence pratiqué par les Grecs, qu’il estime supérieur ; or il avait précédemment établi (paragraphe 2 de son Avant-propos) que, puisque l’éloquence résulte des mots (uerbis) et des idées (sententiis), il faut que l’orateur romain, au-delà d’une langue pure et correcte, vise à l’élégance des termes, propres et figurés ; dans le premier cas, il doit choisir les plus convenables ; dans le second, suivre l’analogie (similitudinem) en les utilisant avec discrétion. Ce désir de privilégier la langue par souci d'efficacité est certes défendable, mais est-il possible de donner une idée d’un style en latinisant un texte grec ? N’y a-t-il pas une sorte de contradiction à prétendre offrir un texte où « les idées restent les mêmes, ainsi que leurs expressions et comme leurs figures » mais « avec des mots conformes à notre usage » ?

7Dans sa brièveté et ses incohérences, par ses implicites également, le texte de Cicéron nous fait sentir l’importance et la nécessité des définitions. Celles-ci passent par la description des manières de faire et par leur examen critique. La traduction est présente dans son Avant-propos comme alternative à une pratique, l’imitation, qui dans les libertés prises avec l’original et dans le respect de la langue d'arrivée devrait cependant permettre de transmettre le style et la manière de l’original. C’est cette étrange et contradictoire description d’une forme d’imitation que l’on a ultérieurement invoquée pour défendre la liberté d'action du traducteur. Un auteur comme Hans J. Vermeer estime de ce fait que c’est davantage en tant que rhétoricien que Cicéron peut représenter un apport positif et spécifique à une théorie de la traduction. Sa didactique de la constitution du discours judiciaire offre un cadre fondamental pour le producteur de texte professionnel, classe à laquelle appartient le traducteur :

  • 2 Cité par Nina Mindt (2008, p. 85).

What is the function of the text and to whom will it be addressed – what is the subject (inventio) – how is it to be arranged (dispositio, structure and contents) – and how is it to be presented (dispositio and actio)? Structurally speaking, a text is built up from elements ; elements are subjected to the whole of the text (Or. 43.147) ; elements too, have to obey the requirements of text function according to subject, producer, receptor and situation (time and place) (Or. 21.71).2

8L’apport de Cicéron à une « théorie de la traduction » ne se limite toutefois pas à ses considérations relatives à l’art oratoire : il est aussi celui qui a permis au latin de devenir une langue de la philosophie. Cicéron offre en effet, dans une vingtaine d’œuvres philosophiques, mais aussi politiques – et, bien sûr, rhétoriques – un ensemble considérable de propositions, surgissant au fil de la plume, pour expliciter tel mot grec. En parallèle aux lignes du De optimo genere oratorum citées plus haut, il faut mentionner ce qu’il écrit dans le De finibus bonorum et malorum (Des termes extrêmes des biens et des maux), rédigé peu après :

J’ai l’habitude, devant un terme grec unique, à défaut de pouvoir faire autrement, de l’expliquer (exponere) par plusieurs mots. Et je pense même qu’on doit nous concéder de recourir au terme grec, si du moins un terme latin ne se présente pas, à moins qu'on ne l’accepte que pour ephippium [housse (de cheval)] et acratophoros [vase à vin], sans l’admettre pour proegmena et apoproegmena, qu'on pourrait cependant rendre convenablement par praeposita [choses préférées] et reiecta [choses rejetées].

  • 3 Formule utilisée par C. Nicolas (2005) pour titrer son ouvrage, plus linguistique que philosophique (...)

9L’exemple qui accompagne la formulation initiale – un terme grec peut se rendre de trois façons : par un seul mot latin, par plusieurs mots latins, par l’emprunt du terme grec – montre que Cicéron est conscient du fait que l’usage (le « génie de la langue ») peut être déterminant. Il s’applique lui-même à toujours justifier ses traductions. La formule récurrente sic enim appello (« c’est ainsi, en effet, que j’appelle ») est une de celles qu’il emploie à cet effet3. On en trouve de nombreux exemples dans le De finibus. Il commente ainsi une distinction morale faite par les Stoïciens grecs :

Il s’ensuit qu’il y a des biens ad illud optimum pertinentia [qui visent au souverain bien] – c’est ainsi, en effet que j’appelle ce qu’ils nomment telika, car j’ai trouvé bon de dire en plusieurs mots ce que je ne peux dire en un seul, afin de bien expliquer – d’autres des efficentia [efficients], que les Grecs nomment poiètika, d’autres qui sont l’un et l’autre (III, 16).

10Quels que soient les procédés employés par Cicéron, son but est toujours de « bien faire comprendre » (ut res intellegatur), tout en permettant à la langue de suivre ses règles propres. On peut souscrire à la remarque de Jean Bayet, qui estime qu’il a créé « une prose philosophique latine, qui manque encore çà et là de précision, mais qui, par l’exclusion des vocables grecs et l’approfondissement du sens de maint vocable latin, est déjà élégante et solide » (Bayet 1965 : 136).

11Les réflexions de Cicéron alimenteront durablement celles d’autres écrivains romains, aussi bien d’enseignants de la rhétorique (Quintilien), ou de compilateurs qui se posent volontiers en critiques littéraires (Aulu-Gelle, Macrobe), voire de simples lecteurs (Pline le Jeune), sans oublier quelques philosophes, tel Sénèque.

Rhéteurs et critiques littéraires

Quintilien (c. 30-c. 100)

12Né à Calagurris (Calahorra) dans le nord de l’Espagne, Marcus Fabius Quintilianus fait ses études à Rome, où son père exerçait la profession de rhéteur ou d’avocat, avant d’entrer lui-même au barreau. Sous le règne de Vespasien, il ouvre une école de rhétorique très cotée. En 89, il se retire de la vie publique et entreprend, vers 92-94, un traité pédagogique sur la formation de l’orateur De Institutione oratoria, en 12 livres.

13Attentif à la langue même, il exprime (I, 6) ses réticences devant la formation de termes nouveaux par analogie avec des éléments de mots grecs : à propos d’étymologie, il suit Cicéron quand celui-ci se méfie du terme ueriloquium pour rendre le grec etumologia et lui préfère notatio, formé sur nota, équivalent du grec symbolon employé par Aristote, mais lui-même utilise dans ce chapitre la translittération latine etymologia ; en revanche, au chapitre suivant, il rend le grec orthographia par l’expression recte scribendi scientia (l’art d’écrire correctement). Il revient sur la question au livre II (ch. 14) : il est hostile à la traduction, tentée par quelques-uns, de rendre le grec rhètoricè par un substantif comme oratoria ou par oratrix, parce que le terme grec est tantôt substantif, tantôt adjectif, et il conserve, ici aussi, l’emprunt par translittération.

14Au livre X il aborde les questions liées à la pratique de la rhétorique et s’interroge sur les méthodes pour acquérir une certaine firma facilitas (facilité éprouvée) que, dit-il, les Grecs nomment hexis (ce qu’on pourrait rendre par capacité). L’une d’entre elles (ch. 5) est la traduction ; uertere graeca in latinum (traduire [tourner] du grec en latin) est une recommandation des plus anciens orateurs romains (dont Cicéron), justifiée en ces termes par Quintilien : pour traduire ces modèles excellents, il faut choisir les meilleurs termes de sa propre langue tout en imaginant des figures nombreuses et variées (figuras […] multas ac uarias excogitandi […] necessitas), « parce que les langues grecque et latine sont profondément différentes » (quia plerumque a graecis romana dissentiunt) – ce qu’au XIXe siècle le traducteur Louis Baudet a rendu par : « parce que le génie des deux langues est rarement le même ». Toujours à titre d’exercice, Quintilien propose lui aussi de traduire de latin en grec. Au passage, il rappelle que Cicéron a traduit Platon et Xénophon et salue la réussite que constitue à ses yeux la traduction par Marcus Valerius Messala Corvinus, du plaidoyer d’Hypéride pour Phryné, rendu avec une « finesse presque hors d’atteinte pour des Romains » (difficillima Romanis subtilitate, X, 5). En cela il est, comme Cicéron, un pédagogue, qui estime également que des exercices de traduction sont un des meilleurs moyens par lesquels un orateur doit se former.

Pline le Jeune (62-114)

15Neveu et fils adoptif de Pline l’Ancien, Caius Publius Caecilius Secundus a eu un cursus honorum de premier plan, dont l’étape ultime a donné lieu à une correspondance administrative importante entre lui et l’empereur Trajan quand il fut nommé gouverneur de la Bithynie : 122 lettres échangées en 111-112. Il figure ici parce qu’il avait aussi publié, à partir de 97, un recueil de lettres peut-être fictives, non datées, adressées à des amis, et traitant chacune un seul sujet. L’une d’entre elles, dont le destinataire est un jeune juriste, Fuscus Salinator, qu’il avait eu l’occasion d’entendre plaider, est intéressante par le regard, neuf pour l’époque, qu’elle jette sur la traduction. Censé avoir été interrogé par ce jeune orateur sur la façon de se former, Pline reprend d’abord des formules de Quintilien dont il a suivi l’enseignement : traduire de grec en latin et vice-versa (uel ex graeco in latinum, uel ex latino in graecum uertere), car la traduction permet d’acquérir une plus grande richesse d’expression, une meilleure capacité à s’expliquer. Puis il ajoute cette considération : un lecteur peut manquer ce qui ne peut échapper à un traducteur (quae legentem fefelissent, transferentem fugere non possunt).

16Cette lettre fait bien ressortir deux aspects des bénéfices de la traduction : outre son caractère formateur pour le style, qui avait déjà été mis en avant par Cicéron, une meilleure compréhension du texte original : en relevant que l’opération de traduction oblige à creuser le sens et mène à une compréhension plus fine de l’original, Pline lui confère une valeur en elle-même ; par là, il ouvre la voie à une nouvelle légitimation intellectuelle de la traduction.

Aulu-Gelle (125-c. 180)

17Aulus Gellius a été disciple du rhétoricien Fronton, né au début du IIe siècle de notre ère et précepteur du futur empereur Marc Aurèle. Il appartient à la génération d’érudits et de grammairiens romains du IIe siècle soucieux de réfléchir sur la langue latine. Sa compilation Noctes atticae, dont le titre (Nuits attiques) s’explique parce qu’il en commença la rédaction à Athènes, est une source d’information capitale par l’accès qu’elle donne à de nombreux auteurs anciens dont les ouvrages sont perdus. Lui-même cite de courtes traductions de Platon qu’il s’est essayé à faire, comme un passage du Banquet où Pausanias célèbre l’amour (XVII, 20), mais le livre VIII, où il évoquait un essai personnel pour traduire et rendre en latin (interpretari et quasi effingere […] latina oratione) des passages de Platon, n’est connu que par son sommaire.

  • 4 C’est le terme retenu par M. Ballard, qu’il estime « plus juste » que celui de « libre » (qu’il ava (...)

18Aulu-Gelle apparaît comme un lecteur souvent critique des traductions latines qu’il cite. Il consacre tout un chapitre (IX, 9) à « la façon de traduire les poésies grecques » et y défend ce qu’on pourrait appeler une traduction « aménagée »4 pour des raisons d'ordre linguistique, stylistique et même moral. Il choisit Virgile, qu’il félicite d’avoir bien compris ceci :

Quand on doit traduire ou imiter des passages remarquables de poèmes grecs, il ne faut pas toujours, à ce qu’on dit, viser à traduire absolument tous les termes dans la manière dont ils ont été dits. En effet, la plupart d’entre eux perdent de leur agrément lorsqu’ils sont transposés trop violemment comme malgré eux et sans leur accord. C’est donc avec une habileté consciente que Virgile, quand il rendait tel ou tel morceau d’Homère, d’Hésiode, d’Apollonios, de Parthenios, de Callimaque, de Théocrite et de quelques autres, a omis telles choses et gardé telles autres.

19Si un traducteur a le droit de choisir, ce n’est donc pas uniquement pour dédaigner certains traits de son original : il peut aussi l’amplifier. Aulu-Gelle met d’ailleurs en parallèle, au chapitre suivant (IX, 10), deux scènes traitant le même thème : Vénus/Aphrodite et Vulcain/Héphaïstos dans le lit conjugal, et il félicite ici Virgile d’avoir mieux rendu qu’Homère les enlacements des deux époux ; il estime que ce dernier est un peu sec, alors que le poète latin, dans un morceau plus développé où il les décrit « joints et mêlés » (junctos mixtosque), a su recourir à une sorte de métaphore discrète (uerecunda quadam translatione uerborum) en évoquant Vulcain cherchant le sommeil sur le sein de son épouse : Virgile est plus évocateur, mais a su garder la retenue indispensable. On a là un bon exemple de la façon dont les Romains concevaient la traduction-imitation, qu’ils ne distinguent pas franchement de ce qu’en français on nommera, à la fin du XIXe siècle, l’adaptation : l’expression « traduction aménagée » convient bien à cette façon de voir.

20Aulu-Gelle se livre aussi à des remarques plus pointilleuses : ainsi il critique Ennius pour la traduction qu’il donne de quelques mots de l’Hécube d’Euripide (X, 4). Mais il reste avant tout aussi soucieux d’un certain « génie de la langue ». Rencontrant le mot polypragmosynè chez Plutarque, il s’interroge sur le problème des mots grecs qu’on ne peut traduire par un seul mot latin (X, 16) ; pour rendre le terme en question, qui signifie « multitude d’affaires », il hésite à forger l’équivalent negotiositas, et, sachant qu’il existe en latin de nombreux composés commençant par multi, il envisage un terme de ce genre, mais opte finalement pour une définition assez longue : « le fait d’entreprendre beaucoup de choses et de s’en occuper ». Ailleurs (XX, 5), à propos de deux lettres échangées en grec entre Alexandre et Aristote, il s’intéresse au terme xynetoi et, après avoir beaucoup cherché un équivalent, il trouve chez Caton l’adjectif cognobilis (ce qu’on peut comprendre, intelligible), qui lui convient.

Macrobe (370-après 430)

21Comme Aulu-Gelle, Ambrosius Aurelius Theodosius Macrobius est un compilateur qui nous a transmis d’importantes informations sur la civilisation romaine ; par exemple, il est celui qui nous a conservé deux citations de l’Ostentarium tuscum évoqué plus haut (p. 00). Au début de ses Saturnalia (Saturnales, 7 livres), ainsi titrées parce qu’il réunit des personnages à un banquet tenu à l’époque des fêtes consacrées à Saturne où, à l’instar du Banquet de Platon, on discute de toutes sortes de sujets, il s’adresse à son fils pour lui expliquer qu’il a réuni à son intention comme une « armoire de connaissance » (scientiae supellex) constituée par l’ensemble des lectures, en grec comme en latin, que lui-même a pu faire. La majeure partie de l’ouvrage (livres 3 à 6) est consacrée à des commentaires de Virgile, où sont souvent signalés des emprunts que le poète a faits à des auteurs grecs (Homère, en particulier) ou à des auteurs latins qui avaient eux-mêmes imité Homère. Les chapitres 2 à 10 du livre 5 sont consacrés aux emprunts de Virgile aux auteurs grecs : outre des faits déjà « bien connus » (uulgo nota) – Théocrite, Hésiode, Aratus, Pisandre de Rhodes (poète épique grec du VIIe siècle av. J.-C.) que Virgile aurait presque traduits mot à mot (paene ad uerbum) pour composer le livre 2 de l’Énéide, consacré à la ruine de Troie – un des convives, Eusthate, s’attache à montrer, chant après chant, tout ce que l’auteur romain doit à Homère. Le chapitre 11 porte des jugements littéraires : il y a des passages où Virgile, dans son opération de traduction (in transferendo), se montre supérieur à Homère, en se révélant tantôt plus ramassé (densius), tantôt plus riche (locupletior), tantôt plus élégant (cultius). La recherche des sources grecques de Virgile se poursuit jusqu’au chapitre 22 et dernier du livre 5.

22Ces longues considérations sur Virgile sont un bon exemple des rapports que les Romains font entre un original et un texte qui peut être considéré comme sa source : le critère final du jugement, esthétique ou moral, est l’émulation à laquelle ce rapport donne lieu, du point de vue du lecteur, comme de celui de l’auteur qui travaille sa source. Au début du livre 6 un autre convive explique, avant de passer aux sources latines de Virgile, qu’il ne s’agit pas de soupçonner un plagiat (alieni usurpatio), mais de voir comment un auteur a su rivaliser (aemulari) avec les beautés d’un auteur précédent et de les renouveler (conuertere) par un emprunt approprié (opportuna deriuatio). Au livre 2, chapitre 2, un convive a cité en grec un distique de Platon, qu’un autre convive se rappelle avoir lu dans une traduction latine qui comporte 17 vers… Macrobe lui-même, dans son livre 7, s’inspire très fortement des Symposiaká (Propos de table) de Plutarque pour évoquer différentes questions. L’une d’elles concerne le terme scomma, mot calqué sur le grec skômma, qu’un traducteur du XIXe siècle, Alphonse Mahul, a rendu par « sarcasme ». Le convive des Saturnales ne trouve pas d’équivalent latin et glose le terme en « morsure déguisée » (morsus figuratus) sous le double manteau de la perfidie (fraus) et de la politesse (urbanitas), de façon à faire entendre autre chose que ce qu’il dit (ut aliud sonet, aliud intelligas) ; s’ensuit toute une série d’exemples, commentés, de « sarcasmes » ou peut-être, compte tenu des gloses latines, de ce qui s’apparente à des « persiflages ».

23Macrobe est un bon témoin de la culture gréco-latine des Romains de la fin de l’Empire, qui permet à des cercles d’intellectuels de jouer avec deux langues.

Traductions poétiques : Aratos de Soles – et les autres

  • 5 À ne pas confondre avec l’érudit Marcus Terentius Varro, auteur du De lingua latina.

24Notre conception actuelle de la traduction ne nous conduit évidemment pas à placer les œuvres de Virgile parmi les œuvres traduites. En revanche, il est tout à fait justifié de compter parmi les traductions délibérées celles que nous possédons du poème astronomique du Grec Aratos de Soles (connu généralement sous son nom latin d’Aratus), Phainomena, qu’on pourrait d’ailleurs ranger parmi les ouvrages scientifiques (voir infra). Ce poème de 1154 vers est une œuvre importante, dont le texte original nous est parvenu, qui vulgarise les connaissances astronomiques de l’époque – Aratos a vécu au IIIe siècle av. J.-C. – et qui a connu une très grande diffusion dans l’Antiquité : l’astronome Hipparque (IIe siècle av. J.-C.) l’a commentée, et elle est citée par plusieurs compilateurs grecs (Athénée, Stobée) ; c’est aussi un des très rares textes profanes présents dans le Nouveau Testament : d’après les Actes des apôtres, Paul a cité textuellement le début du vers 5 : « Car nous sommes de sa race [celle de Zeus] », lors d’un discours devant les Athéniens (Ac 17, 28). Nous possédons surtout – ce qui est exceptionnel – plusieurs traductions latines du poème qui se présentent comme telles : les traducteurs sont Cicéron, Germanicus (l’héritier présumé de Tibère, décédé en 19 de notre ère) et Avienus, poète du IVe siècle. Il semble qu’il y a eu encore d’autres traductions latines antiques, comme celles de Varron d’Atax5 (Publius Terentius Varro Atacinus, Ier s. av. J.-C.), ou d’Ovide (dont il reste 5 vers).

  • 6 Cicéron, Aratea – Fragments poétiques, Les Belles Lettres, 1972 (Collection des universités de Fran (...)
  • 7 V. l’édition de J. Soubiran : Avienus, Les Phénomènes d'Aratos, Les Belles lettres, 1981 (Collectio (...)

25La traduction de Cicéron, dont il subsiste d’importants fragments (480 vers d’un seul tenant, plus une quarantaine de fragments), est, comme on l’a vu plus haut (voir au début de ce chapitre), une œuvre de jeunesse. Jean Soubiran, éditeur des œuvres poétiques de Cicéron6, relève quelques inexactitudes sur des questions astronomiques et, à côté de quelques omissions et résumés, pointe des « notations décoratives » ou des « éléments descriptifs ». Germanicus (Caesar Germanicus, 15 av. J.-C.-19 apr. J.-C.) n’a traduit que les 732 premiers vers et a introduit des développements originaux. La traduction d’Avienus (Rufus Festus Avienus, c. 305-c. 365), la plus tardive, est la seule complète que nous possédions : elle marque un allongement par rapport au texte original (1 878 hexamètres7).

26Les Phénomènes sont le seul poème traduit par Cicéron ; toutefois, dans ses œuvres de vieillesse, il cite assez fréquemment en latin des poètes grecs : Homère (l’Iliade plus que l’Odyssée), Euripide (plus que les autres tragiques grecs, mais nous avons 45 vers traduits des Trachiniennes de Sophocle). De même, Avienus est aussi le traducteur, en hexamètres, d’un ouvrage de Denys le Périégète, Descriptio orbis terrarum (Description de la Terre). Varron d’Atax (voir plus haut) a traduit les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes, dont ne subsistent que quelques fragments.

27Sous l’Empire, d’autres poètes romains se sont inspirés, de plus ou moins près, d’originaux grecs : on peut citer l’épopée La Thébaïde de Stace, imitée d’Antimaque de Colophon, des épigrammes de Martial et d’Ausone.

Écrits philosophiques

28L’accès des Romains à la philosophie grecque se fait longtemps, on l’a vu, par la lecture directe des textes ou par la fréquentation des philosophes grecs eux-mêmes : Cicéron va en Grèce et en Asie de 79 à 77, et suit les leçons d’Antiochus d’Ascalon à Athènes (c’est aussi le cas de Varron, l’auteur du De lingua latina). Si Aristote est connu au Ier siècle av. J-C. dans l’original grec, grâce au corpus édité par Andronicos de Rhodes, il n’est pas traduit ; Cicéron n’a traduit que deux ouvrages de Platon, Timée et Protagoras. En 44 av. J.-C., un de ses amis, Trebatius Testa, qui a été rebuté par l’obscurité de la Topique d’Aristote dans sa version originale et a consulté en vain un rhéteur, lui a demandé de lui faire connaître l’ouvrage. Cicéron accède à sa demande et rédige de mémoire (memoria repetita), en quelques jours, pendant une traversée, un petit ouvrage qu’il présente comme un abrégé de celui d’Aristote et pour lequel il garde le titre de Topica. C’est l’occasion, pour lui, de traduire des termes grecs, par des équivalents ou des périphrases : il s’y déclare peu favorable à la traduction des composantes d’un mot grec pour inventer un néologisme, et prend l’exemple (repris par Quintilien : v. plus haut) d’etymologia, qu’il se refuse à convertir « terme pour terme » (uerbum pro uerbo) en ueriloquium pour lui préférer notatio. Au début de son envoi à Trebatius, il avait dit avoir été d’autant moins surpris par la réponse faite par le rhéteur, qui ne connaissait pas les œuvres d’Aristote, que ce dernier « est ignoré des philosophes eux-mêmes, à l’exception de quelques-uns ». Ce n’est que plus tard (à partir du IIe siècle de notre ère) que des traductions latines du philosophe grec apparaîtront, et Boèce, au début du VIe siècle, s’assignera le projet de combler ce qu’il ressent toujours comme une immense lacune.

Sénèque (4 av. J.-C.-65)

  • 8 Dates extrêmes probables. P. Grimal (Grimal, 1994 : 390) propose 43 ou 54.

29Lucius Annaeus Seneca n’est pas un traducteur, mais un philosophe moraliste chez qui l’inspiration stoïcienne est prépondérante. Dans un de ses « Dialogues », De tranquillitate animi (De la tranquillité de l’âme), rédigé entre 49 et 618, il donne à son disciple Sérénus une réponse aux questions que celui-ci lui a posées sur la manière de conduire sa vie ; après l’avoir rassuré sur ses inquiétudes, manifestations naturelles d’une âme qui se cherche, il résume en une expression ce qu’il pense que son ami désire : ne pas être troublé (non concuti). Il poursuit (II, 3) et définit ainsi ce qui constitue le fond même de son dialogue : « Cette ferme assiette de l’âme (stabilem animi sedem), que les Grecs appellent euthymia, sur laquelle il existe un excellent ouvrage de Démocrite, je l’appelle, moi, tranquillité (tranquillitatem). » Il explique cette traduction : « Il n’est pas nécessaire en effet de reproduire (imitari) et de transposer (transferre) les termes dont ils [les Grecs] usent ; c’est la chose même dont il s’agit qu’il faut désigner, en des termes qui aient le sens (uim), non l’aspect (faciem) du grec. »

30On a bien ici, par le biais de la traduction philosophique, une prise de position nette contre l’emprunt de termes étrangers et en faveur de l’utilisation d’un terme de la langue d’arrivée, qui favorise l’expression des idées claires : Étienne Dolet, à la Renaissance, aura une position analogue concernant le lexique. Il s’agit bien d’un refus de transférer les mots tels quels ou de les imiter selon un processus de calque ou d’acclimatation ; on peut citer ici une traduction ancienne publiée en 1834, qui fait ressortir les positions (qu’on pourrait appeler naturalisantes) de Sénèque :

il n’est point nécessaire de copier le mot grec et de le reproduire d’après son étymologie : la chose dont nous parlons doit être désignée par un mot qui ait la force du grec, et non point sa forme (Sénèque, Œuvres complètes, T. I, Panckoucke, 1834, 323, tr. Ch. du Rozoir).

31Le débat porte sur la façon de rendre, en français, les quatre termes essentiels : imitari (reproduire/copier), transferre (transposer/reproduire), uis (sens/force), facies (aspect/forme).

Apulée (125-180 ?)

32Lucius Apuleius, comme beaucoup d’autres, a fait des études poussées à Athènes, et les a exploitées dans une vie de conférencier ou de « sophiste itinérant ». On trouve dans ses œuvres deux écrits assez brefs qui traitent du platonisme : De deo Socratis (Du dieu de Socrate), De dogmate Platonis (De la doctrine de Platon) : ces traités contiennent quelques traductions de termes grecs : essentia pour rendre ousia, et quelques gloses d’expressions citées ensuite dans l’original. Il arrive aussi qu’Apulée cite parfois un terme grec sans autre explication ou traduction. Il est également l’auteur d’un De mundo (Du monde) au début duquel il déclare qu’il va suivre Aristote, en qui il voit le plus sage et le plus docte des philosophes ; il le caractérise d’ailleurs, dans De deo Socratis, comme une autorité importante (idoneus auctor). Cet écrit est toutefois une paraphrase d’un traité apocryphe attribué à Aristote, Peri kosmou.

33On a vu plus haut qu’Aulu-Gelle avait fait quelques brèves traductions de Platon, et que les Saturnales de Macrobe témoignent aussi d’une persistance de l’influence platonicienne. Mais l’affaiblissement de la pratique du grec dans l’Empire romain d’Occident a pour conséquence une déficience progressive dans la connaissance directe de la philosophie grecque à partir du IIIe siècle de notre ère. On trouve, au IVe siècle, une traduction partielle du Timée par Chalcidius, accompagnée d’un long commentaire, qui sera une source importante pour la connaissance de Platon au Moyen-Âge.

34Deux traducteurs surtout, jouent un rôle de premier plan : au IVe siècle Victorin l’Africain, et, davantage encore, Boèce, deux siècles plus tard.

Caïus Marius Victorinus Afer (300 ?-382 ?)

35Ce grammairien a vécu du temps de l’empereur Constance II. Avant sa conversion au christianisme, il avait traduit et commenté Aristote ; outre une traduction des Catégories, aujourd’hui perdue, il a traduit une « Introduction aux catégories d’Aristote » (Eisagôgè/Isagogè) écrite par Porphyre de Tyr autour des années 270, également perdue.

Anicius Manlius Severinus Boethius (480 ?-524)

36Connu surtout pour être l’auteur de la Consolation de la philosophie (De consolatione philosophiae) qu’il a rédigée en prison en attendant son exécution, il avait conçu très jeune un vaste projet, qu’il n’a pu réaliser que partiellement : rendre accessibles en latin les ouvrages de Platon et d’Aristote ; il connaît la traduction que Victorinus avait faite de l’Eisagôgè de Porphyre, la critique et s’en inspire lui-même. On a conservé une liste des traductions qu’il a faites, et dont la plus grande partie est perdue : la partie logique de l’œuvre d’Aristote (l’Organon), quelques œuvres de Platon, en plus de traductions scientifiques (voir infra). On connaît également une lettre de Théodoric à Boèce, rédigée par Cassiodore (alors maître des offices) au nom de l’empereur, où celui-ci énumère les traductions dues à Boèce et le remercie d’avoir fait des traités grecs une doctrina Romana (« savoir romain »).

Écrits scientifiques

37La médecine romaine est largement tributaire de la médecine grecque, qui possède une grande tradition. On peut relever le De arte medica de Celse (A. Cornelius Celsus), en 8 livres, écrit au début du Ier siècle de notre ère : Celse a l’occasion, en utilisant des formules du genre « quod Graeci vocant/appellant/nominant », de créer un vocabulaire médical latin. Plus tard, on connaît des adaptations latines de Caelius Aurelianus (IIe siècle) et de Mustio (ou : Muscio) au Ve ou VIe siècle, qui complètent Ta Gunaikeia, traité sur les maladies des femmes partiellement conservé, de Soranos d’Éphèse, médecin de langue grecque qui a vécu à Rome au IIe siècle de notre ère. Martin Schanz signale également, à partir du VIe siècle, des traductions anonymes d’œuvres médicales d’Hippocrate, Galien, Rufus d’Éphèse, Alexandre de Tralles, Dioscoride, Oribase (Schanz 1959 : 294 sqq.).

  • 9 Boèce, Institution arithmétique, texte établi et traduit par Jean-Yves Guillaumin, Les Belles Lettr (...)

38Boèce a réalisé des traductions d’œuvres d’Euclide, d’Archimède, de Ptolémée et de Pythagore, qui ont été perdues ; on a conservé en revanche celle qu’il a faite, sous le titre Institutio arithmetica, d’un traité d’arithmétique de Nicomaque de Gérase qui a vécu au IIe siècle de notre ère. Dans sa Préface, il déclare avoir « transporté (conuexi) les richesses de la culture grecque dans le trésor du discours latin », non sans avoir précisé qu’il ne s’est pas senti « enchaîné » (obnoxius), mais n’a pas cédé à « la loi d’une traduction trop serrée » (artissima translationis lege) pour suivre avec une certaine liberté « la route, mais non les pas d’un autre ». De ce fait, comme le signale son premier traducteur en français, J.-Y. Guillaumin9, il paraphrase assez librement le texte grec, en l’élaguant ou en le développant. C’est cette œuvre, connue pendant le Moyen-Âge sous le nom de Boèce, qui constitue, jusqu’à la Renaissance, une référence essentielle : elle est imprimée dès 1488 (le texte grec ne le sera qu’en 1538).

Autres domaines

Historiographie

39Depuis les Origines de Caton, l’histoire s’est bien développée à Rome et les récits annalistiques ont fait place à des récits plus structurés et à finalités morales et patriotiques. Les historiens de langue grecque ne sont plus les seuls à rendre compte de l’histoire de Rome. Salluste, sur qui l’influence de Thucydide est sensible, se documente – dans le Bellum jugurthinum, rédigé vers 40 av. J.-C., il dit avoir fait usage des livres puniques qu’on lui a expliqués (ch. 17) – et prête à des personnages historiques des discours probablement fictifs.

40Par la suite, les historiens de langue latine – Tite-Live, Tacite – occupent le terrain de l’historiographie de Rome à côté des historiens de langue grecque (Flavius Josèphe, Appien, Dion Cassius, Arrien), qui restent nombreux. Parmi ces derniers, Flavius Josèphe (37-100), Juif qui a d’abord combattu les Romains avant de s’engager à leurs côtés, auteur d’Antiquités juives (20 livres) où il veut faire connaître une religion et une manière de vivre (que les Romains, comme les Grecs, ont du mal à comprendre), a aussi écrit une Guerre des Juifs (en 7 livres) qu’il présente comme traduite de l’araméen. Cet ouvrage connaît deux traductions en latin dont l’une du IVe siècle, réduite à 5 livres, est attribuée à un certain Hegesippus (qui est sans doute une erreur d’un copiste pour rendre « Iosippus ») ; l’autre, contemporaine, est probablement due à Rufin d’Aquilée (Turannius Rufus, c.345-c. 411) – on a aussi proposé Jérôme, le traducteur de la future « Vulgate ».

Théâtre

41L’art théâtral, qui avait été au fondement de la littérature latine, a périclité à la fin de la République. L’empereur Auguste, qui souhaite mettre fin à cette situation, fait construire des théâtres, mais l’épître qu’Horace lui adresse fait entrevoir un public romain désormais peu capable d’apprécier les pièces qu’il va voir et qui ne se rend au théâtre que pour s’émerveiller devant les costumes des comédiens et la richesse des tentures. De la production théâtrale proprement latine, on ne connaît aujourd’hui qu’une dizaine de pièces de Sénèque – dont on ne sait pas avec certitude si elles étaient destinées à la représentation. Jean Bayet peut d’ailleurs écrire, en présentant ces pièces : « L’hellénisme était alors en telle faveur qu’on jouait, à Rome, des drames grecs en grec » (Bayet 1965 : 327). Aucune traduction n’est connue avec certitude.

Premiers écrits chrétiens

42L’écriteau placé sur la croix de « Jésus le Nazôréen, le roi des Juifs » est rédigé en trois langues : hébreu, grec et latin (Hebraïstí, Rhômaistí, Hellènistí), selon l’évangéliste Jean (19, 19-20) ; c’est un exemple exceptionnel d’inscription trilingue, où figure une langue tierce, locale, en plus du grec et du latin. Nous n’avons guère d’informations sur des traductions réalisées à l’époque en d’autres langues que le grec et le latin. La prise en compte des langues locales se marque surtout par l’utilisation d’interprètes pour les transactions commerciales, dans l’armée et la diplomatie. Par exemple, Cary (1956 : 132) signale l’existence des « interprètes daces […] dont font mention les inscriptions pannoniennes du IIe siècle ».

43La diffusion du christianisme dans l’empire romain va se faire d’abord en grec (langue du Nouveau Testament), puis en diverses langues, en copte, syriaque, en latin… Dans l’afflux de textes en toutes langues, dont beaucoup ne nous sont connus que par des fragments, il est souvent difficile de discerner avec certitude si on a affaire à un original ou à une traduction. Une nouvelle ère commence, qui recoupe partiellement celle qui voit la chute de l’Empire romain d’Occident (voir les chapitres suivants).

44De Cicéron à Boèce, la situation du latin a beaucoup évolué notamment à cause du développement de l’Empire romain lui-même, qui domine une grande partie du bassin méditerranéen puis s’effondre en 476, si on prend la date traditionnelle qui correspond à la déposition – symbolique – de Romulus Augustule ; mais la langue latine est loin de s’effondrer à cette date. L’accession au trône de Dioclétien (284), puis l’instauration de la tétrarchie (293) et la partition en « Empire d’Occident » et « Empire d’Orient » ont toutefois entraîné une modification des rapports entre grec et latin : le grec reste toujours la langue privilégiée des lettrés dans l’Empire d’Occident, tandis que dans l’Empire d’Orient son usage comme langue officielle s’élargit. On note toutefois que sous Théodose II (408-450) le latin demeure la langue de la correspondance administrative et celle de la législation : le « Code théodosien », d’abord promulgué à Constantinople, puis à Rome, en 438, est tout entier en latin.

  • 10 Titre de la thèse que lui a consacrée en 1841 Alexandre Olleris.

45Dans le même temps, la pratique du grec à Rome et en Italie est moins répandue. Le besoin de traductions se fait davantage sentir, sans qu’on constate un vaste mouvement. Il est vrai que l’état dans lequel nous ont été transmises les œuvres de l’Antiquité latine ne nous permet pas de savoir avec certitude quelle est la part réelle des traductions. Le concept même de traduction est loin d’être précis : il existe, on l’a vu, plusieurs verbes pour exprimer l’action de traduire (uertere est souvent employé, auquel correspondra plus tard le français tourner pour dire la même chose), mais il ne semble pas exister de terme pour exprimer la traduction (peut-être Quintilien, Institution oratoire, I, 4 : translatio). Pendant longtemps, ceux qui estiment devoir faire passer en latin une œuvre grecque pratiquent ce que nous appellerions plus volontiers adaptation, ou imitation, ou, pour reprendre l’expression même de M. Ballard, traduction aménagée : parmi les commentateurs qui ont été cités dans ce chapitre, Aulu-Gelle est un de ceux qui sont les plus conscients des problèmes posés, qui relèvent de ce qu’on pourrait appeler une « intertextualité interlinguistique ». Cicéron, d’autre part, dont on ne doit pas limiter l’apport aux quelques paragraphes de son De optimo genere oratorum, a jeté les bases d’une pratique consciente de la traduction, notamment philosophique. Et c’est peut-être Cassiodore qui a le mieux compris – au VIe siècle de notre ère – qu’il était vital, pour une civilisation, de conserver et de produire des traductions : Cassiodore (490 ?-580 ?) est le fondateur du monastère de Vivarium (en Calabre) où il s’est consacré à recopier et à faire recopier de nombreux manuscrits, et c’est à juste titre qu’on a vu en lui le « conservateur des livres de l’Antiquité latine »10. C’est lui qui nous a fourni, entre autres, une grande partie de nos informations sur les traductions de Boèce.

46Les Grecs, du moins tant que la puissance de Rome s’est maintenue intacte en Occident, se sont trouvés à l’aise dans une société régie par l’Urbs. Plutarque (c. 46-c. 120) est un des meilleurs exemples de ces Grecs romanisés qui apprécient l’ordre romain et admirent la réussite des Romains – mais qui n’ont jamais écrit en latin (le premier à écrire dans cette langue qui nous soit connu est Ammien Marcellin, né vers 330 à Antioche). L’une des questions qui parcourt et ordonne l’œuvre de Plutarque est celle des raisons de cette réussite. Il adhère à leur action civilisatrice, et il estime qu’il n’y a pas, au contraire, d’incompatibilité culturelle entre les deux civilisations : c’est en égal des Romains qu’il entend collaborer avec eux. Le modèle qu’il propose aux Romains pour gérer leur impérialisme est celui d’Alexandre, qu’ils ont déjà en partie reproduit et dont il donne une vision idéalisée : il fait d’Alexandre un pacificateur et un civilisateur qui assure le triomphe de la raison : être Grec, ce n’est plus appartenir à une ethnie ou une culture, mais adhérer à un modèle de civilisation.

47Les Romains, de leur côté, se sont longtemps accommodés de leur acculturation grecque. Leur intérêt était ailleurs. Pour reprendre une formule d’Arnaldo Momigliano, « ils n’avaient pas de Pythagore, ni de Platon. Mais ils n’oublièrent jamais que la Perse et par-dessus tout l’Égypte étaient des pays réels qui posaient des problèmes politiques ». Momigliano précise : « Les Grecs explorèrent le monde des Celtes, des Juifs, des Perses et des Romains eux-mêmes. Les Romains conquirent les Celtes, les Juifs et les Grecs eux-mêmes » (1979 : 163-164).

48Vortit barbare (« a traduit en langue barbare ») : cette formule est celle de Plaute pour dire qu’il a traduit en langue latine une pièce grecque, prenant ainsi plaisamment le point de vue grec, pour qui toute langue autre que grecque est une langue barbare. Les premiers traducteurs latins qui l’ont suivi et dont nous avons connaissance ont largement montré que le latin était – comme toute langue humaine – une langue de culture ; ceux de la Renaissance prouveront qu’il pouvait se révéler aussi, durablement, une langue de communication et de diffusion du savoir – du savoir grec ancien comme des savoirs en cours d’élaboration.

Notes

1 Selon T.R. Steiner, « [...] du Moyen Âge au XVIIIe siècle, tout le monde pratiquement se réfère au De optimo genere oratorum, V.14, de Cicéron et à l’Ars Poetica, 133-134 d’Horace » (1975 : 7, ma traduction).

2 Cité par Nina Mindt (2008, p. 85).

3 Formule utilisée par C. Nicolas (2005) pour titrer son ouvrage, plus linguistique que philosophique (et non dénué d’humour).

4 C’est le terme retenu par M. Ballard, qu’il estime « plus juste » que celui de « libre » (qu’il avait d’abord noté).

5 À ne pas confondre avec l’érudit Marcus Terentius Varro, auteur du De lingua latina.

6 Cicéron, Aratea – Fragments poétiques, Les Belles Lettres, 1972 (Collection des universités de France, bilingue).

7 V. l’édition de J. Soubiran : Avienus, Les Phénomènes d'Aratos, Les Belles lettres, 1981 (Collection des universités de France, bilingue).

8 Dates extrêmes probables. P. Grimal (Grimal, 1994 : 390) propose 43 ou 54.

9 Boèce, Institution arithmétique, texte établi et traduit par Jean-Yves Guillaumin, Les Belles Lettres, 1995, XCV-252 p. (pagination double p. 1-178).

10 Titre de la thèse que lui a consacrée en 1841 Alexandre Olleris.

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search