Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Antiquité et traduction

 | 
Michel Ballard

Rome : les traductions à l’origine de la littérature latine1

Full text

  • 1 Les traductions, sauf indication contraire, sont d’Y. Chevrel.
  • 2 Dans ce chapitre, toutes les dates, sauf indication contraire, sont avant l’ère commune.

1Les racines du récit national romain tel que Virgile et Properce l’ont formulé à la fin du Ier siècle av. J.-C. remontent bien en-deçà de la fondation de Rome, en 752 av. J.-C.2 selon la date traditionnelle. Dans le livre IV de ses Élégies, Properce évoque, notamment dans la 1re, des temps très anciens, un lieu sauvage, quasi-désertique ; présentant la Rome d’Auguste à un « étranger » (hospes), le poète remonte aux origines, avant Romulus, et encore avant lui Énée : « Tout ce que tu vois, étranger, là où se trouve la très grande Rome, avant le Phrygien Énée, n’était que colline et herbe ». Dans la suite de cette élégie à la gloire de Rome, Properce retient surtout les triomphes militaires, et ne s’intéresse guère à la littérature latine, se contentant de citer Ennius, un des premiers traducteurs en latin, actif à la mitan des IIIe et IIe siècle av. J-C. : il aura fallu plusieurs siècles après la fondation de l’Urbs pour illustrer la langue latine.

2La situation à l’époque où Properce compose son poème est effectivement très différente de celle qui existait aux premiers temps de Rome. Dans la péninsule italienne d’alors, plusieurs langues sont en usage : le latin est simplement l’une d’entre elles, comme l’osque et le falisque (langues indo-européennes) et l’étrusque (dont la filiation linguistique reste controversée). Peu à peu le latin gagne du terrain en Italie, à la faveur des conquêtes romaines, sans toutefois s’imposer comme la seule langue et en restant concurrencé par le grec, qui bénéficie d’un grand prestige sur le pourtour de la Méditerranée, à la fois comme langue de communication et comme langue de culture.

Les conquêtes militaires de Rome et la culture grecque

3Dans la tradition historiographique romaine, la Rome royale des débuts passe un temps sous la domination de princes étrusques, les Tarquins, chassés en 509 av. J.-C. à la suite du viol de Lucrèce par le fils de Tarquin le Superbe. La République proclamée, une série de guerres contre les Samnites au cours des IVe-IIIe siècles donne à Rome le contrôle de l’Italie centrale jusqu’à l’Adriatique. Le dernier de ces conflits dure de 298 à 290 ; après leur défaite, les Samnites sont assimilés avec le statut d’alliés.

  • 3 V. G. Dumézil 1974, p. 497. Dumézil a expliqué, plus haut (p. 207), qu’une contagion de Zeus avec J (...)

4Au cours des VIIe et VIe siècles, des réfugiés ou des migrants grecs s’étaient installés dans le sud de la péninsule et en Sicile. Ils y avaient créé un ensemble de cités indépendantes possédant une civilisation assez raffinée que l’on désigne globalement sous le nom de Grande Grèce (comprenant entre autres la Campanie et les Pouilles). Rome a été en contact constant avec ces régions, de même qu’avec l’Étrurie, elle-même en partie sous influence grecque. Une des conséquences en a été l’infléchissement de la religion romaine, et on peut parler par exemple de l’apparition à Rome d’une « théorie du destin », à la fin du IVe siècle et pendant le IIIe, grâce à la religion et à la littérature grecque3.

5Au début du IIIe siècle, Rome laisse paraître ses visées sur la ville la plus importante du sud de la péninsule, Tarente, qui en 281 fait appel à Pyrrhus, roi d’Épire (région nord-ouest de la Grèce) ; les Romains essuient d’abord quelques défaites : à Héraclée en 280, à Ausculum en 279. Comme les Grecs de Sicile demandent son aide, Pyrrhus passe dans l’île, où il mène une campagne brillante avant de repasser en Italie, où il se fait battre à Bénévent en 275 avant de regagner la Grèce, où il meurt en 272. La même année Tarente, qui s’était honorablement défendue, tombe aux mains des Romains : cette conquête aura pour conséquence le transfert à Rome de Livius Andronicus, le premier écrivain-traducteur en latin.

6En Afrique, Carthage, fondée un peu avant Rome par des navigateurs tyriens, devient la principale rivale de Rome. Paul-Émile, général romain, consul à deux reprises (219 et 216), est tué lors de la défaite de Cannes (Italie du sud) cette même année 216, au cours de la deuxième guerre punique. Une fois cette guerre terminée avec la victoire de Scipion l’Africain à Zama en 202, Rome se retourne contre les anciens alliés de Carthage : une série de guerres (dont celle de 200-197 contre Philippe V de Macédoine) aboutit au démantèlement du royaume macédonien et à sa transformation en province romaine (en 146) ; la partie occidentale de l’Empire séleucide (qui a pour capitale Pergame) avait été annexée après la victoire de Paul-Émile sur Antiochos III à Magnésie en 189.

7Rome dispose donc, à partir du IIIe siècle, d’un vaste empire qu’elle ne cesse d’agrandir. Parallèlement, la langue et la culture grecques sont largement présentes à Rome, en particulier dans l’aristocratie, où l’on parle grec, où l’on écrit en grec. Il est symptomatique que le « plus ancien des historiens romains », aux dires de Tite-Live et de Denys d’Halicarnasse, Quintus Fabius Pictor (254-201), ait écrit en grec une Histoire de Rome. Cette emprise du grec ne va pas sans susciter des réticences ou des réactions de la part de personnalités comme Caton l’Ancien (ou Caton le Censeur, 234-149). Divers facteurs contribuent de plus à l’importation de la culture grecque, qui jouit d’une longue tradition littéraire. En effet, l’annexion des cités grecques du sud de la péninsule puis l’invasion de la Macédoine (achevée en 168) créent un afflux de population et suscitent des besoins culturels. L’expansion territoriale de Rome vers l’Orient précipite encore le rôle fécondant de la culture grecque. L’organisation des festivités est souvent confiée à des Grecs et si à l’origine les représentations scéniques se limitent à des danses, des chants et des farces, on voit progressivement se créer un théâtre d’inspiration grecque.

8Au milieu du IIIe siècle av. J.-C. on voit en effet des auteurs de langue latine se servir des originaux grecs tout autant comme base de travail pour une traduction plus ou moins libre que comme une source d'inspiration pour des (re)créations plus ou moins personnelles. Il semble bien que dans ce mouvement de traduction-imitation se mêlent plusieurs motivations : le désir de s’approprier le prestige de certaines sources et d’un mode d'écriture, mais aussi de répondre aux attentes d’un public nouveau. Les guerres avec des pays de culture grecque ont mis les soldats en contact avec une civilisation où le théâtre tient une place importante. Ce travail d’importation littéraire via l’imitation se double d’une importation de manuscrits.

9D’autre part, les réticences vis-à-vis de la culture grecque s’estompent vers le milieu du IIe siècle à la fois par les voyages et les lectures : « à partir de -160, on voit se former un petit cercle cultivé à l’initiative de Scipion Émilien » (Jerphagnon 1987 : 87) dont le père, Paul-Émile le Macédonique (fils du Paul-Émile mentionné plus haut), s’était emparé de la bibliothèque de Persée (dernier roi de Macédoine) après la victoire de Pydna (168). Le mouvement philhellène a en effet pour principal animateur Scipion Émilien (185-129). Parmi ses protégés on trouve : Marcus Pacuvius, Caius Lucillius, Térence, Lucius Accius, et l’historien grec Polybe.

10Au premier siècle, Sylla, lors de sa guerre contre Mithridate (86), entre en possession de la bibliothèque d’Apellicon de Téos qui contenait les œuvres d’Aristote et de Théophraste. Celle-ci est transportée à Rome et le grammairien Tyrannion met la main sur la plus grande partie des ouvrages qu’elle contenait, permettant à Andronicus de Rhodes de dresser un catalogue, de rédiger des sommaires et d’éditer le corpus des textes d’Aristote qui nous ont été transmis (Ballard 2013 : 22).

11La célèbre bibliothèque Ulpia construite ultérieurement au début du Ier siècle de notre ère sur le forum de Trajan, avec ses deux bâtiments jumeaux abritant l’un les œuvres latines, l’autre les œuvres grecques, peut être considérée comme le symbole de l’association des deux cultures.

Les traductions à l’origine du premier théâtre latin

12La littérature latine se constitue à l’imitation de celle des Grecs, avec l’apparition de deux grands genres sous la dépendance étroite de leurs modèles grecs : le théâtre et l’épopée, elle-même associée parfois à l’histoire.

  • 4 On pulvérisait de l’eau parfumée au safran sur l’avant-scène des théâtres (Ovide, Ars amandi, I, 10 (...)

13Au début de l’élégie citée plus haut, Properce insiste sur la pauvreté et la rusticité des premiers Romains. Il est significatif qu’il évoque l’absence de théâtre (vers 15-16) : « des toiles ondulantes n’étaient pas suspendues sur la fosse d’un théâtre, les tréteaux n’exhalaient pas d’odeurs de safran »4. Or, c’est avec des traductions d’œuvres dramatiques que la littérature latine a vu le jour, et il est significatif que le premier nom connu d’un traducteur en latin soit celui d’un grec « romanisé » : Livius Andronicus.

  • 5 À l’âge de huit ans selon Grimal.

14Livius Andronicus (fl. 240-207) est en effet le nom latinisé d’Andronikos. Grec originaire de Tarente, ville des Pouilles tombée aux mains des Romains en 272, Andronikos est conduit très jeune5 à Rome après la prise de la ville avec une foule d’autres esclaves grecs. Il appartenait au sénateur Marcus Livius Salinator, « qui l’affranchit, après lui avoir confié l’éducation de ses fils » (Grimal 2007 : 10). Étant donné l’âge auquel il arriva à Rome, « il faut bien admettre qu’il acquit sa culture dans cette ville où le grand nombre d’esclaves et d’affranchis mais aussi d’hommes libres avait rendu courantes la connaissance et la pratique du grec » (ibid.). Les tâches d’enseignement étaient par tradition dévolues aux esclaves et aux affranchis, qui comptaient parmi eux un certain nombre de Grecs ou d’individus parlant leur langue, dont on a vu qu’elle était alors la langue de communication dans la partie orientale du bassin méditerranéen. La tâche d’Andronicus a consisté à la fois à jouer et à écrire des pièces de théâtre, et à enseigner le latin et le grec aussi bien aux enfants de la maison qu’à ceux d’autres familles aisées ; son maître récompensa son talent en l’affranchissant et, par ailleurs, le gouvernement sembla apprécier les services qu’il rendit à plusieurs reprises en composant des hymnes d’action de grâce lors de victoires militaires.

15Livius Andronicus compose et transpose des pièces du répertoire grec, qui se substituent à l’ancien cantique lyrique du théâtre romain. Un an après la fin de la première guerre punique, en 240, lorsque sur l’initiative des magistrats, son premier drame fut représenté sur la scène lors des Jeux romains, « Livius avait composé au moins neuf tragédies : Achille, Ajax, le cheval de Troie […] » (ibid. : 17) dont le plus souvent il ne reste que les titres ou des lambeaux de vers. En fait, Livius Andronicus était plus romain que grec et, à en croire Theodor Mommsen, ses traductions « portent le cachet d’une barbarie d’autant plus saisissante que sa pauvre et rude poésie […] marche boiteuse et bégayante à la suite de chefs-d’œuvre d’une merveilleuse civilisation littéraire » (Mommsen 1865 : 192-193).

16Cnaeus Naevius (270-201), originaire de Campanie, « traduit » ou compose des tragédies inspirées de la guerre de Troie (Le Cheval de Troie, Hésioné, Le Départ d’Hector, Iphigénie) dont seuls des fragments nous sont parvenus, mais qui ont connu un succès durable (Cicéron les connaît et les apprécie). Plusieurs de ses comédies reposent sur la contamination de deux pièces grecques. Il est également l’inventeur de la fabula praetexta, qui traite de sujets historiques proprement romains ; il est surtout connu comme auteur d’une épopée, Poenicum bellum/la Guerre punique, divisée ultérieurement en 7 chants, dont les premiers remontent à Énée. L’œuvre théâtrale de Naevius (dont la 1re représentation date de 235, peu après les débuts de Livius Andronicus) est en partie une importation culturelle, l’inspiration personnelle apparaît plus nettement dans l’épopée.

17Quintus Ennius (239-169), originaire des Pouilles (Grande Grèce) comme Livius Andronicus, était trilingue, selon ses dires rapportés par Aulu-Gelle : « il disait qu’il avait trois cœurs, parce qu’il savait le grec, l’osque et le latin ». Il fait d’abord une carrière militaire avant de suivre Caton l’Ancien à Rome où il se met sous la protection des Scipions. Il initie leur cercle à la culture grecque et compose, outre une œuvre personnelle (les Annales, poème épique d’environ 30 000 vers qui relate l’histoire de Rome et dont des fragments nous sont parvenus), une vingtaine de tragédies (dont environ 300 vers subsistent) dont plusieurs sont adaptées ou imitées d’Euripide, l’auteur tragique grec alors le plus répandu dans le monde hellénisé. Dans son Achille, il a traduit une tragédie d’Aristarque de Tégée (poète tragique athénien du Ve siècle).

18Marcus Pacuvius (220-130), neveu d’Ennius originaire de Brindisi, fut introduit par son oncle « dans les milieux philhellènes de Rome, notamment le cercle des Scipions » (Grimal 2007 : 18). Il a produit une douzaine de tragédies imitant Sophocle, Eschyle et Euripide. En partie inspirées par le cycle de la guerre de Troie, elles ont par exemple pour titres : Le Jugement des armes (l’attribution des armes d’Achille), le Bain, « où était raconté comment Télégonus, fils d’Ulysse et de Circé, avait, sans le vouloir, tué son père » (ibid.). De ces pièces nous sont parvenus 400 vers.

19Né à Sarsinae, en Ombrie, Plaute (Titus Maccius Plautus, 254-184) est un homme du Nord, d’origine modeste ; il commence par être acteur et directeur de troupe avant de faire faillite et d’exercer le métier de meunier-boulanger. Quand il commence à écrire des pièces pour le théâtre populaire, il imite des auteurs grecs de la comédie nouvelle, en particulier Ménandre. Certains de ses prologues disent clairement ses emprunts ; au début d’Asinaria (Comédie des ânes) on trouve ces propos : « cette pièce a été écrite par Démophile, Maccus [c’est-à-dire Plaute lui-même] l’a traduite en langue barbare [= en latin] », au début du Trinummus le Prologue dit pareillement qu’« en grec, le nom de la comédie est Le Trésor ; elle a été écrite par Philémon, et Plaute l’a traduite en langue barbare : il l’a appelée Les Trois écus ». Une pièce mérite une mention particulière : Poenulus (Le Carthaginois). En effet, à la fin de la pièce (acte V, scène I, dans la division traditionnelle), les manuscrits présentent une tirade en punique (en deux versions de sens voisin), prononcée (l’était-elle sur scène ?) par Hannon (le Carthaginois), dont les éléments sont ensuite repris et traduits, un par un, dans le dialogue qui suit. C’est là un des premiers emplois connus de ce procédé.

20On sait que les pièces les plus célèbres de Plaute seront une source d’inspiration pour les auteurs des XVIe et XVIIe siècles : Amphitryon (repris par Molière), La Marmite (qui inspirera l’Avare), Les Ménèchmes et le soldat fanfaron du Miles Gloriusus (qu’on retrouve sous divers noms dans les théâtres italien, anglais et français).

21Caecilius Statius (c. 230-c. 268), esclave affranchi d’origine gauloise, est un auteur-traducteur d’une quarantaine de comédies, dont il reste environ 300 vers. Il s’inspire de Ménandre et, grâce à Aulu-Gelle, il est possible de confronter un passage de son Plocium (La Boucle [de cheveux]) avec l’original de l’auteur grec.

22Térence (Publius Terentius Afer, 190-159) est lui aussi un ancien esclave : originaire d’Afrique, peut-être né à Carthage, il appartient d’abord au sénateur Terentius Lucanus, qui lui donne son nom. Apparemment remarqué pour ses dons par son maître, il reçoit une éducation d’homme libre et est affranchi ; il fréquente la haute société et les cercles d’érudits. Il écrit pour ce public un théâtre plus littéraire, plus châtié que celui de Plaute. Nous avons de lui 6 pièces, avec des titres grecs, comme l’Heautontimoroumenos/Le Bourreau de soi-même, et des personnages qui portent des noms grecs : les modèles grecs sont clairement reconnus. Il donne sa première pièce (Andria/La jeune fille d’Andros) en 166. Quand il s’inspire de Ménandre (par exemple pour Les Adelphes), il fusionne deux pièces en une ; il utilise Apollodore de Charys pour Phormion. En 160, il part en Grèce chercher des pièces de théâtre et disparaît au cours de ce voyage…

23Lucius Accius (170-85) adapte des drames des tragiques grecs, en particulier Euripide, avec une prédilection pour le cycle des Pélopides et celui de la guerre de Troie ; il en reste des fragments, transmis en partie par Cicéron, qui l’admirait. Accius, connu par ailleurs pour des écrits (perdus) sur l’histoire de la poésie grecque et romaine, est considéré comme le premier grammairien de la langue latine.

Les débuts de l’épopée : Homère en latin

24C’est avec Livius Andronicus, dont on a vu plus haut le rôle décisif dans la naissance du théâtre à Rome, que commence l’écriture de l’épopée avec sa traduction de l’Odyssée. Vers 240, il écrit en vers latins « une Odissia », qui est dans une large mesure une adaptation, sinon une traduction de l’Odyssée homérique. Bien qu’il soit possible qu’il se soit servi de sa traduction pour son enseignement, il est à peu près certain qu’il ne l’avait pas composée dans ce but. « Nous ne possédons plus de cette Odissia que des fragments isolés, et très courts, mais le choix du sujet laissait entrevoir le but que se proposait Livius. Tandis que l’Iliade, qui était le “livre sacré” par excellence de la culture grecque, était centré sur l’Égée, l’Odyssée, au contraire, regardait vers l’Occident » (Grimal, 2007, 10-11). Pour H.-I. Marrou, Livius Andronicus « traduit l’Odyssée en latin en se servant du vieux mètre indigène, le saturnien. Cette traduction était très littérale, vers par vers […]. Mais il ne faudrait pas s’imaginer qu’elle ait eu dans sa pensée le but d’aider, telle une traduction juxtalinéaire, ses élèves à s’initier au grec d’Homère. Cette traduction était pour Andronicos un texte, qu’il expliquait, perlegebat, parallèlement aux classiques grecs » (Marrou 1948 : 340).

25Une vingtaine de vers seulement permettent des confrontations avec le texte homérique – et encore n’est-on jamais assuré que tel mot « non traduit » ne figure pas dans le vers suivant ! Il est cependant possible de constater l’introduction de termes proprement latins pour rendre des noms grecs : ainsi Camena pour Mousa (Muse), Moneta pour Mnemosynè (la mère des Muses), Morta (une Parque) pour Moïra (la « part » du Destin). La traduction de Livius Andronicus est aussi une des premières connues à porter la signature d’un auteur.

26Homère constitue certainement une référence pour les débuts de l’épopée latine : on relève dans les Annales d’Ennius quelques marques d’intertextualité avec le poète grec. D’autres traductions d’Homère furent réalisées par la suite. Au Ier siècle av. J.-C., le poète Cnaeus Matius (ou : Mattius) donne une traduction en vers de l’Iliade ; on cite aussi celle d’un certain Ninnius Crassus. Au siècle suivant apparaît une Ilias latina, anonyme, attribuée aujourd’hui à Publius Baebius Italicus (plutôt qu’au poète et orateur Silius Italicus). Cette version condensée de l’Iliade grecque (1 070 vers au total !) est devenue une sorte de manuel, et elle fournira un accès indirect à l’épopée homérique aux lecteurs du Moyen-Âge occidental, qui ignoraient le grec.

Les débuts de l’historiographie romaine

27La prose latine « apparut avec la guerre d’Hannibal, lorsque l’on éprouva le besoin d’opposer aux historiographes de langue grecque, qui se trouvaient dans le camp d’Hannibal, une historiographie nationale » (Grimal, 2007 : 29). On a toutefois vu plus haut que le premier historien romain connu, Quintus Fabius Pictor (254-201), avait composé une histoire de Rome en grec (Rhômaïka/Affaires romaines), peut-être traduite ou remaniée ensuite en latin (Rerum gestarum libri). Membre d’une famille noble cultivée, il avait participé à la seconde guerre punique et il fut envoyé à Delphes alors qu’il était préteur pour consulter l’oracle sur les raisons de la défaite de Cannes en août 216. C’est alors qu’il semble avoir commencé son Histoire qui s’étend des origines (l’arrivée d’Énée) à la bataille de Trasimène. Celle-ci fut ensuite utilisée comme source par divers auteurs dont Tite-Live ; il ne reste que des fragments de son œuvre.

28Une autre personnalité romaine, Lucius Cincius Alimentus (c. 240-c 190), ancien préteur en Sicile (terre hellénophone où il apprit la langue), que Tite-Live mentionne, écrit également en grec une Histoire qui s’achève avec la seconde guerre punique ; il n’en subsiste que quelques petits fragments. Mais c’est un Grec, Polybe (200-120), membre du « cercle des Scipions » (voir supra) qui va rédiger (en grec) une vaste fresque historique en 40 livres qui commence à « la première expédition que les Romains firent hors d’Italie » – c’est-à-dire à la première guerre punique (264) – et dont le but avéré est de « faire voir comment, en quel temps et pourquoi toutes les parties de la terre connues ont été réduites sous l’obéissance des Romains » (III, 1). Polybe fait partie de ces historiens grecs attachés à comprendre les raisons de la puissance romaine : Denys d’Halicarnasse (c. 60-c. 7 apr. J.-C.), dans ses Antiquités romaines, aura une position semblable. C’est en fait Caton l’Ancien (Marcus Porcius Cato Censorinus, 234-149) qui commence, « dans sa vieillesse » (Grimal 1994 : 119), à rédiger en latin l’histoire de Rome, Origines (Les Origines), ouvrage inachevé dont il ne subsiste que des fragments. Il est « le premier des historiens de langue latine » (ibid. : 121) que nous connaissions. Le géographe grec Strabon d’Amasée (64/63-24/25 apr. J.-C.) fera une allusion aux historiens romains (Hoi tôn Rhomaïôn sugggrapheis) : « Ils imitent (mímountai) les Grecs, mais sans pousser plus loin (ouk épì polú) ; et ce qu’ils disent, ils le traduisent (metaphérousin) des Grecs » (Géographie, II, 4). Il a l’occasion de citer Caton à plusieurs reprises dans son ouvrage, mais sans faire allusion à son œuvre d’historien.

Autres domaines

29Quelques autres traductions nous sont connues par des fragments ou des allusions :

  • Le « roman » Hiera anagraphè (Histoire [ou Écriture] sacrée) du Grec Evhémère (c. 340-c. 260), perdu, a fait l’objet d’une traduction par Quintus Ennius (le traducteur de pièces de théâtre mentionné plus haut) : les fragments qui en subsistent sont un témoignage important de cette œuvre, qui propose une interprétation du panthéon selon laquelle les dieux sont des hommes divinisés après leur mort par les peuples ou les familles qui en descendent.
  • Un ouvrage d’agronomie en vingt-huit livres, écrit en punique par le Carthaginois Magon : selon Pline l’Ancien (Histoire naturelle, 18, 22), l’entreprise a été commanditée par le Sénat romain après la destruction de Carthage en 146. Cette traduction latine – perdue, de même que l’original – a joué un rôle important dans l’Italie antique qui connaissait déjà le traité De Agricultura de Caton. L’œuvre de Magon a connu ensuite des traductions-adaptations en grec.
  • Un traité étrusque des prodiges (Ostentarium tuscum), traduit au Ier siècle par Tarquitius Priscus, lui-même auteur d’un ouvrage sur des prodiges végétaux. Étant donné l’importance de l’haruspicine étrusque chez les Romains, il est vraisemblable que d’autres ouvrages étrusques aient été également traduits.

Une politique linguistique pragmatique et réaliste

30Les Romains reconnaissaient leur dépendance à l’égard de la civilisation grecque. À la fin du Ier siècle, Horace, dans une épître à Auguste (Épîtres, II, 156-157), a forgé à ce sujet une formule célèbre : « La Grèce vaincue vainquit son farouche vainqueur et introduisit les arts dans le grossier Latium » (Graecia capta ferum victorem cepit et artes / intulit agresti Latio). De fait, pendant longtemps les Romains n’ont nullement cherché à imposer le latin comme langue officielle dans les régions qu’ils ont conquises ; il se superpose à la langue locale.

31Nous avons d’assez nombreux témoignages sur les comportements des Romains quand ils se trouvent en terre grecque : il faut distinguer les cas où ils sont envoyés en mission de ceux où ils parlent en privé. Cicéron, dans le Pro Balbo (§ 11), évoque le temps des anciens (maiores nostri), quand un interprète (interpretes) accompagnait des ambassadeurs en Grèce, et Valère Maxime souligne que la dignité du peuple romain était un des soucis des anciens magistrats (magistratus prisci) : ils veillaient à ce que les ambassadeurs ne répondent jamais qu’en latin et ne parlent que par l’intermédiaire d’un interprète, aussi bien en Grèce et en Asie qu’à Rome (Faits et dits mémorables, II, 2). Si des notables, comme Tiberius Gracchus (consul de 177 à 163) ou Flaminius, peuvent s’adresser à des Grecs en grec, Caton l’Ancien, à l’occasion d’un voyage diplomatique en Grèce en 191, passe par Athènes : d’après Plutarque (Vie de Caton le Censeur, XVIII), qui signale au passage qu’il rectifie une information erronée, il y fait un discours en latin, traduit en grec par un interprète. Un exemple probant est fourni par Tite-Live : l’historien rapporte que Paul-Émile, après avoir vaincu la Macédoine (167), s’est adressé en grec au roi Persée qui vient d’être capturé (Histoire romaine, 45, 8, 6), mais qu’il s’exprime en latin quand il s’agit de dicter les conditions de paix aux Macédoniens (ibid. : 45, 29, 3), ses propos étant traduits en grec (par le préteur Cn. Octavius). Il peut aussi arriver que des complications surviennent en raison d’une mauvaise connaissance de la langue de l’« autre » partie lors de négociations diplomatiques. L’historien grec Polybe relate (Histoire, 20, 9-10) la méprise des Étoliens, désireux en 191 de renouer de bonnes relations avec les Romains après avoir rompu avec eux l’année précédente : leurs négociateurs décident de « s’en remettre à la bonne foi des Romains », ignorant que l’expression se dare in fidem signifie en fait « se rendre à discrétion », et ne comprennent pas le comportement particulièrement dur de la part du général romain…

32Quant aux relations avec les Étrusques, qui ont laissé le souvenir de dirigeants tyranniques et dont la langue s’est peu à peu effacée au bénéfice du latin à la fin de la République, elles ont pu se faire en partie directement dans les temps les plus anciens, car des Romains en avaient une bonne connaissance encore à la fin du IVe siècle : Tite-Live rapporte – pour s’en étonner, d’ailleurs – que des auteurs assurent qu’alors de jeunes Romains étaient élevés dans les lettres étrusques comme ils le sont désormais dans les lettres grecques (Histoire romaine, 9, 36, 3-4). Peut-on tirer des conclusions du fait que les historiens latins ne précisent pas en quelle langue se déroulent les négociations qui ont pu alors avoir lieu entre Romains et Étrusques ?

33Au IIIe siècle av. J.-C., Rome est devenue la grande puissance militaire, politique et commerciale de la péninsule, mais sa langue, le latin, est en pleine évolution et n’est pas encore fixée dans des œuvres littéraires : les rares textes des siècles antérieurs qui nous sont parvenus (inscriptions ou citations tardives) sont peu compréhensibles et nous ne savons pratiquement rien des discours d’un Appius Claudius Caecus, qui occupa des magistratures à partir de la fin du IVe siècle. Ce sont pour une part des gens dont le latin n’est pas la langue maternelle, venus à Rome, parfois comme esclaves (Livius Andronicus, Caecilius Statius, Térence), qui sont le vrai point de départ de la littérature latine : les traductions jouèrent donc ici un rôle capital.

34Il est d’autre part difficile de préciser ce que recouvre précisément l’opération de traduction. En effet, comme ce chapitre l’a souligné, nous ne possédons que des bribes des premières d’entre elles, et les seules œuvres littéraires latines complètes de l’époque sont pour nous celles de Plaute et de Térence. Les lacunes de notre documentation – qui affectent aussi les originaux grecs – conduisent à n’avoir que tantôt la traduction, tantôt l’original, rarement les deux ensemble. Pour l’activité même du traduire, il existe, en latin, une grande variété de termes eux-mêmes polysémiques : uertere, transferre, interpretari, mutare… Comme le signale Bernard Bortolussi, éditeur de Traduire, Transposer, Transmettre dans l’Antiquité gréco-romaine (2009) : « s’il est si difficile de délimiter ce qui relève de la traduction, […] de la transposition, […] et de la transmission dans ce monde gréco-romain, c’est peut-être justement parce qu’il s’agit de trois dimensions indissociables de l’appréhension de cet univers culturel » (p. 7). De plus, à Rome comme dans le monde méditerranéen, la langue grecque est dominante dans les parties cultivées des populations : à la même époque, les Grecs ne se sont souciés eux-mêmes que de traduire de rares textes, pour l’essentiel des textes administratifs.

35Les traductions ou adaptations latines d’œuvres littéraires à Rome à partir du milieu du IIIe siècle avant notre ère ouvrent la voie à un nouveau type de rapport à la langue grecque et à de nouvelles interrogations : Lucrèce (c. 98-c. 55), disciple d’Épicure, déplore à plusieurs reprises dans son De Natura rerum la pauvreté de sa langue maternelle (patrii sermonis egestas). Son contemporain Cicéron (106-43) est précisément à l’œuvre au même moment pour essayer d’y remédier : ses propres traductions du grec, dans des genres divers, sont pour lui l’occasion de se révéler comme un des premiers « théoriciens de la traduction ».

Notes

1 Les traductions, sauf indication contraire, sont d’Y. Chevrel.

2 Dans ce chapitre, toutes les dates, sauf indication contraire, sont avant l’ère commune.

3 V. G. Dumézil 1974, p. 497. Dumézil a expliqué, plus haut (p. 207), qu’une contagion de Zeus avec Jupiter est intervenue « très tôt si, comme on peut le penser, l’idée de la triade capitoline est venue de Grèce par un canal étrusque et si, dès ce temps, ses associées Junon et Minerve ont été repensées sur le modèle de Héra et d’Athéna Polias. Mais, même en ce cas, elle n’a pas été profonde. Elle se manifestera plus tard, et sans grand effet sur le culte, quand Jupiter et Junon formeront un couple conjugal ; plus tard encore, quand aux auspicia nationaux s’ajoutera la notion, certainement peu romaine, de fatum, fata avec laquelle Jupiter se trouvera dans la même relation ambiguë – source des destins, soumis aux destins – que Zeus avec la moïra, la heimarménè. Mais c’est là, plutôt, de la littérature ».

4 On pulvérisait de l’eau parfumée au safran sur l’avant-scène des théâtres (Ovide, Ars amandi, I, 103-104).

5 À l’âge de huit ans selon Grimal.

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Terms of use: http://www.openedition.org/6540