Versión clásicaVersión móvil

Antiquité et traduction

 | 
Michel Ballard

L’époque ptolémaïque et la traduction des Septante

Texto completo

1La fin du Ve siècle fut marquée par la guerre du Péloponnèse (431-404 av. J.-C.), qui s’acheva par la défaite d’Athènes devant Sparte. Après avoir subi le gouvernement des trente Tyrans, Athènes retrouve la démocratie grâce à Thrasybule. Les cités du Péloponnèse sortent affaiblies de tous ces conflits et le milieu du IVe siècle voit la montée en puissance de la Macédoine sous le règne de Philippe II. La résistance des cités grecques est écrasée en 338/339 av. J.-C. à Chéronée ; et, tout en conservant une certaine indépendance, elles deviennent des protectorats macédoniens.

  • 1 « Rappelons qu’il n’existe aucun texte qui date de cette époque, que tous les récits, journaux et n (...)

2Alexandre naît en 356 av. J.-C. à Pella, capitale du royaume de Macédoine. Quand il atteint l’âge de treize ans, Philippe confie son éducation à Aristote : le jeune prince grandit entre ses maîtres d’armes et un philosophe avec lequel les rapports ne semblent pas avoir toujours été sereins. Dès l’âge de dix-sept ans, il accompagne son père dans une campagne contre les Béotiens, au cours de laquelle il se fait remarquer par son courage. En 336 av. J.-C., Philippe est assassiné par un de ses courtisans ; Alexandre lui succède à l’âge de vingt ans1. Il mène aussitôt une série de campagnes militaires contre les voisins immédiats du royaume (Thraces, Gètes et Illyriens), afin d’assurer la sécurité des frontières, puis réprime une tentative de révolte des Béotiens qui se termine par le sac de Thèbes, leur capitale.

3À partir de ce moment, il reprend le projet de son père : lancer une expédition contre l’ennemi héréditaire, les Perses. L’entreprise commence en 334 av. J.-C., avec le franchissement de l’Hellespont. Il bat une première fois l’armée de Darius III, venue l’arrêter sur les rives du fleuve Granique. Il descend ensuite les côtes d’Asie Mineure, s’emparant des petits royaumes qui les bordent : Lycie, Lydie, Phrygie, Pamphylie, avant d’affronter les Perses une seconde fois à Issos, près de la frontière de l’actuelle Syrie ; Darius s’enfuit, abandonnant ses trésors et sa famille. Accueilli en vainqueur par l’Égypte, Alexandre se rend à Memphis, puis descend le Nil et donne l’ordre à son architecte Dinocrate de construire autour du noyau de Rhakotis une cité sur le modèle grec, qui deviendra Alexandrie. Alexandre avait 25 ans, il ne vit même pas la construction d’Alexandrie, pris qu’il était par sa soif de conquêtes qui l’entraînait de plus en plus vers l’Orient.

4Son aventure le mène jusqu’au Gange et il meurt en 323 av. J.-C. après avoir fondé de nombreuses villes, et en laissant un projet d’empire multiracial. Son règne marque aussi dans le domaine de l’art le début de la période hellénistique, mélange d’art grec et d’influences orientales qui annonce déjà, par bien des aspects, la civilisation byzantine. À la mort d’Alexandre en 323 av. J.-C., ses généraux, les Diadoques, se partagent l’empire. Ptolémée, fils de Lagos (né en Macédoine en 360 av. J.-C.), se fait attribuer la satrapie d’Égypte.

Ptolémée Ier Sôter (305-283 av. J.-C.) : l’héritage grec

5Lorsqu’il arrive au pouvoir en 323 av. J.-C., Ptolémée n’est « que vice-roi pour le compte du roi Alexandre IV (le fils d’Alexandre et de Roxane, alors âgé de onze ans) » (Polignac 1992 : 44). Celui-ci est assassiné en -310 et s’ouvre alors de façon plus cruciale encore le problème de la succession d’Alexandre. Les différents Diadoques se font proclamer rois par leurs armées et entrent en conflit. En 305 av. J.-C., Ptolémée se fait proclamer Ptolémée Ier Sôter (Sauveur) ; il régnera jusqu’en 283 av. J.-C. Il instaure un pouvoir fort mais éclairé, concentré à la cour d’Alexandrie. Les Ptolémées vont faire de l’Égypte la première puissance marchande et maritime de l’époque. Ils régneront de 305 à 30 av. J.-C. (quand l’Égypte devient province romaine après la chute d’Antoine et Cléopâtre). Du règne de Ptolémée Ier, on retiendra deux séries de mesures (prises dans le cadre de sa politique religieuse et culturelle), qui ne sont pas sans rapport avec la traduction.

6Dans le domaine religieux, la création du culte de Sérapis est dans la tradition des villes grecques soucieuses d’avoir un dieu éponyme. En l’occurrence, le nouveau dieu créé pour la ville représentait l’union d’Osiris, dieu du monde au-delà de la mort, et d’Apis, le dieu taureau de Memphis. Mais si les origines et le nom de ce nouveau dieu étaient égyptiens, « son apparence et ses attributs furent grecs. Sa statue - attribuée au sculpteur grec Bryaxis - le représentait en vêtements grecs et assis sur un trône classique. Ses traits étaient ceux de Zeus barbu, mais adoucis et bienveillants » (Forster 1922/1990 : 44).

7Cette création et l’amalgame qu’elle représentait, tout comme l’accueil qu’elle reçut auprès de la population, sont révélateurs de la souplesse et de la tolérance avec laquelle on abordait les problèmes religieux dans l’antiquité païenne (que l’on songe à la politique de Rome dans ce domaine) ; elle explique sans doute l’intérêt bienveillant mêlé de curiosité intellectuelle qui poussa les souverains de l’époque ptolémaïque à explorer les autres cultures et parmi elles les cultures religieuses comme ce sera le cas pour Ptolémée Philadelphe.

8Sur le plan culturel, Ptolémée Sôter manifesta son souci de gérer et d’aider les lettres et les sciences avec la mise en place du Musée qui contenait, entre autres, la fameuse Bibliothèque créée vers 290 av. J.-C. Selon Parsons (cité par Pelletier in Aristée 1962 : 66), cette fondation aurait été faite à l’instigation de l’homme d’État et orateur athénien Démétrios de Phalère (350-283 av. J.-C.), ancien homme d’État et orateur athénien qui avait suivi l’enseignement de Théophraste (lui-même disciple d’Aristote) et qui, chassé du pouvoir, avait été amené à se réfugier en Égypte. Ptolémée développe une politique d’achat systématique (il acquit une partie de la bibliothèque d’Athènes en 286 av. J.-C.). Une seconde bibliothèque sera installée dans le Sérapéum, temple de Sérapis. Alexandrie devient un pôle culturel cosmopolite, qui, pour un temps, prend la relève d’Athènes.

9Si les Grecs de l’époque classique et de façon générale les Grecs du Péloponnèse n’ont guère traduit, il n’en fut pas de même pour la civilisation qui se développa sous l’égide des Ptolémées, et en particulier des deux premiers. On voit au contraire à cette époque, et souvent à l’initiative des souverains, se manifester le désir de s’approprier par le biais de la traduction les grands textes ésotériques, historiques ou religieux des différentes communautés constituant le royaume.

10Certains textes (attribués à l’érudit byzantin Tzétès) font remonter à Alexandre le désir de traduire pour s’approprier les autres cultures ; Luciano Canfora (1989 : 215) cite le cas d’un historien arménien, Mar Abas Katina, qui, envoyé au IIe siècle av. J.-C. à Ninive par son roi pour y collecter des documents, trouva un texte commençant ainsi : « ce livre, traduit du chaldéen sur ordre d’Alexandre de Macédoine, contient la véritable histoire de nos ancêtres » (traduction M. Ballard) ; mais ce sont les Ptolémées qui animèrent véritablement ce genre d’entreprise.

  • 2 Selon A. Paul (2007 : 27), Hécatée aurait écrit son histoire d’Égypte vers 310 av. J.-C. ; il y « i (...)

11Ptolémée Ier commande à Hécatée d’Abdère2 plusieurs ouvrages sur les Juifs et sur l’Égypte. « Ce conseiller du roi est le premier à appliquer de façon systématique la théorie faisant dépendre la culture et la religion grecque de l’Orient, en l’occurrence de l’Égypte » (Le Boulluec 1992 : 63). Entreprise non dénuée d’arrière-pensées, dans la mesure où la nouvelle dynastie tient à valoriser son domaine. Mais il convient de se souvenir qu’Hérodote, dès le Vsiècle, établit cette filiation, et que lui aussi est un Grec de la périphérie, qui a tout intérêt à valoriser l’apport extérieur à la civilisation grecque.

12Faut-il considérer comme une traduction l’Histoire de l’Égypte, que le prêtre Manéthon réalisa en grec à la demande de Ptolémée Ier ? Dans une certaine mesure oui, puisque cette somme de trente volumes représente une compilation de textes égyptiens : « son ouvrage ne retraçait pas seulement les événements depuis la plus haute antiquité, il décrivait aussi les coutumes des habitants et leur religion ; il traduisait en grec des textes authentiques » (Vercoutter 1986/1990 : 15). Mais cette somme a disparu dans l’incendie de la bibliothèque d’Alexandrie en 47 av. J.-C.

Ptolémée II - Philadelphe (285-247 av. J.-C.) : la traduction des Septante

13Le pharaon Ptolémée II Philadelphe poursuit la politique culturelle de son père et commande une traduction de la Torah en grec (voir infra, p. 00). Les causes paraissent être de deux natures. Il semble qu’à l’époque il y avait une importante communauté juive à Alexandrie (2/5 de la population) dont la langue naturelle était alors pour beaucoup le grec. Autant par souci de plaire à cette communauté que par désir de mieux en connaître les textes religieux, Ptolémée ordonne d’entreprendre cette traduction, dont on rendra compte dans la section suivante.

14L’ambition culturelle des Ptolémées s’assortit d’une collecte régulière de manuscrits qui parfois donne dans l’indélicatesse : il y eut des achats, des emprunts pour copie et l’on rapporte le cas de Ptolémée Evergète qui conserva les originaux des trois grands tragiques (Sophocle, Euripide et Eschyle) et ne rendit aux Athéniens que les copies qu’il avait fait faire. Il est vrai que l’usage semblait être de conserver les rouleaux des bateaux de passage et de n’en rendre que des copies.

15La bibliothèque d’Alexandrie subit d’importants dommages en 47 av. J.-C. lors de la guerre civile entre Jules César et les partisans de Pompée. En 391, la bibliothèque subit des dégâts qui sont de l’ordre de la censure : l’empereur Théodose Ier ordonne la fermeture du temple de Sérapis et fait brûler ou laisse brûler (à l’instigation du patriarche Théophile) les manuscrits non conformes à la foi chrétienne.

Ptolémée V (210-181 av. J.-C.) : la pierre de Rosette

16C’est également de l’Égypte ptolémaïque que nous est parvenue la pierre de Rosette qui porte sans doute l’une des traductions les plus célèbres de l’Antiquité. Elle fut découverte en septembre 1799 par l’armée de Bonaparte lors des travaux de fortification. La stèle comporte trois inscriptions : un biscript réalisé à l’aide de deux types d’écriture (les hiéroglyphes et le démotique) ainsi qu’une traduction de ce texte en grec. L’ensemble fut réalisé en 196 av. J.-C. sous le règne de Ptolémée V et proclame en substance que : « Ptolémée fit rouvrir tous les canaux d’Égypte et employa à ces travaux un nombre considérable d’ouvriers, des sommes immenses et huit années de son règne » (Hartleben 1983 : 47-48). C’est en partie la comparaison de ces textes qui permit à Champollion d’aboutir au déchiffrement des hiéroglyphes en 1822. La pierre de Rosette reflète à la fois la situation linguistique de l’Égypte de l’époque ainsi que l’évolution de son système d’écriture.

17L’Égypte est alors un état bilingue. Le grec est la langue officielle, celle de la classe dominante. L’égyptien demeure la langue d’une bonne partie de la population autochtone (mais pas dans sa totalité, il n’est que de voir la communauté juive d’Alexandrie pour laquelle on a traduit la Bible en grec).

  • 3 Titus Flavius Clemens, écrivain et docteur chrétien (Athènes v. 150 - entre 211 et 216). Disciple d (...)

18L’écriture égyptienne n’a cessé d’évoluer depuis le IIIe millénaire, époque à laquelle se sont formés les hiéroglyphes. Alan Gardiner rappelle que les noms donnés aux différents types d’écritures égyptiennes le furent par Champollion et ses contemporains, à partir de différentes sources et ne sont applicables qu’à la période gréco-romaine. Le terme « hiéroglyphe » est utilisé par Clément d’Alexandrie3(150-215), l’un des premiers chefs de l’église d’Égypte (Gardiner 1961 : 10) ; ce mot est formé de deux racines grecques : hieros : « sacré » et gluphein : « graver », il signifie littéralement « gravure sacrée » et tire son nom du fait que dans les temps anciens ce système était utilisé presque exclusivement pour les inscriptions gravées sur les murs des temples. On l’applique aujourd’hui à toutes les écritures picturales qui vont des signes précis et colorés décorant les tombes aux formes simplifiées de ces signes que l’on écrivait avec un roseau sur les papyrus à des fins religieuses. Le hiéroglyphe est la forme fondamentale à partir de laquelle les autres types d’écriture se sont développés.

19L’écriture hiéroglyphe est apparue vers le troisième millénaire av. J.-C., c’est-à-dire quelques siècles après les premiers pictogrammes sumériens. Les hiéroglyphes, signes dérivés en partie de l’art pictural, étaient sculptés ou peints, mais également transcrits sous forme de cursive sur les papyrus. À partir de là s’est développée une cursive connue sous le nom de hiératique, qui a elle-même été concurrencée à partir de env. 715 av. J.-C. par une cursive plus simple correspondant également au dernier état de la langue : le démotique, qui était l’écriture courante de l’époque ptolémaïque. Les égyptologues se trouvaient donc en face d’un texte opaque, réalisé sous deux formes, et d’une traduction en grec. Ils allaient, en partie, trouver une aide pour leur entreprise de déchiffrement dans un quatrième avatar de l’égyptien : le copte. Cette variante tardive (IIIsiècle apr. J.-C.) empruntait beaucoup pour sa transcription au grec, mais préservait sept caractères dérivés des hiéroglyphes : selon Gardiner (1957 : 6, traduction M. Ballard), « le copte est dans une certaine mesure une langue presque artificielle, élaborée par les moines chrétiens de la région, qui de toute façon fut fortement influencée par la littérature biblique grecque ». On trouve chez Gardiner une description des caractéristiques de l’égyptien, liée à la psychologie des peuples : « le trait plus frappant de l’égyptien à toutes ses étapes est son réalisme concret, sa préoccupation pour les objets et les événements extérieurs aux dépens des distinctions plus subjectives qui jouent un si grand rôle dans les langues modernes (voire classiques). Les subtilités de pensée impliquées dans “pourrait”, “devrait”, “peut”, “à peine”, ainsi que les abstractions telles que “la cause”, “le motif”, “le devoir”, appartiennent à un stade de développement linguistique ultérieur ; peut-être eussent-elles répugné au tempérament égyptien » (1957 : 4, traduction M. Ballard).

20En liaison avec sa théorie de la tétraglossie, selon laquelle dans une aire culturelle donnée, il y a « quatre types de langage » : le vernaculaire, le véhiculaire, le référentiaire et le mythique (Gobard 1976 : 34), Henri Gobard commente la Pierre de Rosette en ces termes :

L’analyse tétraglossique seule aborde et résout le problème que pose la juxtaposition dans le même espace (aire culturelle) de trois langages et trois écritures sur la pierre de Rosette ; les vernaculaires n’y figurent pas par définition. La triple écriture ou trigraphie est une nécessité théocratique et politique (cf. Article 8 du Conseil Général des Prêtres). Les hiéroglyphes sont « l’écriture de la parole de Dieu » (fonction mythique), le démotique appartient à « l’écriture des livres » (fonction référentiaire) et la troisième est celle des Grecs (classe dominante, fonction véhiculaire en Égypte ptolémaïque, cf. E.A. Wallis Budge, The Rosetta Stone, British Museum, Londres, 1913, 1974). (Gobard 1976 : 39)

Pergame et le parchemin

21Non loin de l’Égypte, s’était développé le royaume de Pergame. Initialement, après le partage de l’empire d’Alexandre, cette région faisait partie du royaume séleucide. Une rébellion menée contre Antiochos Ier amena la création d’un état hellénistique qui connut son apogée sous le règne des Attalides. Sous cette dynastie, Pergame devint un important centre culturel et artistique doté d’une importante bibliothèque. L’Égypte prenant ombrage de la prospérité de ce royaume entra en guerre avec lui et détruisit la célèbre bibliothèque par le feu, ajoutant à cela un embargo sur les exportations de papyrus vers ce pays. D’après Pline l’Ancien, ce serait pour faire face à cette pénurie que les scribes de l’endroit auraient élaboré la technique du parchemin (qui doit son nom à la ville de Pergame) en mettant au point un traitement des peaux de bêtes. Ce nouveau support va progressivement concurrencer le papyrus et finir par le remplacer complètement au IVe siècle. Le parchemin présente en effet de nombreux avantages : il n’est pas lié à la production d’un seul pays car les peaux se trouvent partout ; plus solide, il peut se gratter et se prête donc plus facilement aux corrections ; on peut y écrire sur les deux faces.

22Cette première partie de l’Antiquité laisse paraître des civilisations cloisonnées, où l’absence de traduction reflète l’absence d’échange ouvert sur le plan culturel, même si l’on peut, avec le recul, déceler des influences. La période hellénistique marquée par l’esprit d’ouverture d’Alexandre déclenche une opération de traduction mythique dans un domaine appelé à jouer un grand rôle tant sur le plan religieux que culturel.

La traduction des Septante

  • 4 La Lettre d’Aristée fait partie des apocryphes de l’Ancien Testament, c’est-à-dire des écrits imité (...)

23D’après la légende rapportée dans la Lettre d’Aristée, sur l’ordre du pharaon Ptolémée II, 72 savants d’âge vénérable, et vertueux, auraient traduit en 72 jours le texte de la Torah4. Après avoir désigné les 72 rabbins (six de chaque tribu d’Israël), le terme désigne aujourd’hui, par extension, l’ensemble de la première traduction de l’Ancien Testament en grec réalisée du IIIe au Ier siècle av. J.-C. par divers traducteurs. Les historiens estiment aujourd’hui que ce récit est une légende et que le texte, dit des Septante, serait l’aboutissement de plusieurs traductions. La Septante sera adoptée par les chrétiens comme texte de référence.

24À Alexandrie, dans sa Vie de Moïse, Philon accrédite la légende d’Aristée et accentue le caractère divin de la Septante en introduisant la similitude des réalisations séparées des traducteurs.

[Il parle des traducteurs installés sur l’île de Pharos]
Établis à l’écart, sans autres témoins que les éléments naturels, terre, eau, air, ciel, sur l’origine desquels ils avaient à formuler leur premier message divin – puisque aussi bien la Loi commence par la Création – comme sous l’influence d’une inspiration divine ils prononçaient non qui ceci, qui cela, mais tous les mêmes noms et les mêmes verbes, comme si en chacun d’eux se fit entendre intérieurement la voix d’un invisible souffleur.

  • 5 Il convient de noter la coïncidence de ce type de traduction avec celle prônée par Benjamin : « la (...)

[Après un développement sur le manque de correspondance entre le vocabulaire de l’hébreu et celui du grec, Philon poursuit :]
Qu’il s’agisse d’Hébreux ayant appris le grec ou de Grecs ayant appris l’hébreu, ceux qui lisent les deux textes, autant l’original hébreu que la traduction, croient avoir affaire à deux langues sœurs ou, plus exactement, ils y vénèrent une seule et même langue, tant dans les choses que dans les expressions, et ils n’appellent pas simplement traducteurs, mais hiérophantes et prophètes ces hommes qui ont pu suivre par des expressions transparentes la pensée si pure de Moïse5. (Philon in Aristée 1962 : 79-80)

25Le texte de Philon introduit donc un élément merveilleux : l’accord des traducteurs sans qu’ils se soient consultés, qui accrédite l’idée d’une inspiration divine de la traduction et donc la valide à la fois comme équivalent total de l’original et comme texte sacré. Cependant le récit que fournit Philon du travail des traducteurs diffère quelque peu de celui que donne Aristée. Dans sa Lettre, Aristée dit que Démétrios les conduisit à l’île de Pharos et que là, « ils procédèrent au travail en se mettant d’accord entre eux sur chaque point par confrontation » (Aristée : 231). Procédure qui semble beaucoup plus vraisemblable que celle évoqué par Philon.

26Cette circonstance de l’accord des traducteurs entraînera certains commentateurs ou historiens chrétiens à revenir sur la nature de cet isolement et à la préciser : « Lui [Ptolémée], pour les éprouver chacun à part et afin d’éviter qu’ils ne s’entendissent pour dissimuler quoi que ce fût des Écritures dans leur traduction, les sépara les uns des autres et leur commanda à tous de traduire le même ouvrage » (saint Irénée, Histoire Ecclésiastique, cité in Lettre d’Aristée 1962 : 82). C’est dans un document du IIe ou IIIe siècle, l’Exhortatio ad Graecos, que l’installation dans des logements séparés devient plus explicite : « il [Ptolémée] prescrivit de leur installer, non pas dans la ville même, mais à sept stades de là, dans le quartier où l’on a construit le Phare, autant de petits logements, avec l’obligation pour chacun de faire la traduction d’un bout à l’autre tout seul. Il donna l’ordre aux fonctionnaires responsables de leur assurer tout le confort, mais de les empêcher de se consulter entre eux, afin que leur accord fût un moyen de plus de connaître l’exactitude de leur traduction » (cité in Aristée 1962 : 83).

  • 6 Henri Van Hoof, dans sa Petite histoire de la traduction en Occident (1986 : 7), situe de façon err (...)

27Hors d’Égypte, la communauté juive connaîtra au moins trois traductions de l’Ancien Testament en grec. Ponticus Aquila6 est un parent de l’empereur Hadrien, celui-ci le chargea de réédifier le temple de Jérusalem. Païen à l’origine, il se convertit au christianisme, puis au judaïsme et donna, au début du IIsiècle apr. J.-C., une traduction grecque, très littérale, du texte hébreu de l’Ancien Testament. Auprès des Juifs, cette traduction supplanta celle des Septante. Il n’en reste que des fragments.

28À la fin de ce même siècle, sont produites deux traductions très contrastées. Théodotion, prosélyte juif d’Éphèse, réalise une traduction de la Bible en grec vers 190 ; le résultat est assez maladroit en raison de sa mauvaise connaissance de l’hébreu. Symmaque de Samarie produit à la même époque une traduction plus intelligible que celle d’Aquila. Ces trois traductions remplacent la Septante dans les synagogues des régions dont la langue était le grec plutôt que l’araméen parce que les Juifs estimaient qu’à l’époque la Septante avait été corrompue par l’interpolation par les chrétiens de passages contenant des préfigurations du Christ.

Notas

1 « Rappelons qu’il n’existe aucun texte qui date de cette époque, que tous les récits, journaux et notes qu’ont pu rédiger les compagnons d’Alexandre n’ont jamais été retrouvés, et que les seuls textes historiques le concernant sont ceux de Plutarque, Quinte-Curce et Arrien, écrits quatre siècles après sa mort » (Lacarrière 2002 : 11-12). Au IIe siècle, un haut fonctionnaire de l’Empire, Arrien de Nicomédie, écrit un ouvrage détaillé sur Alexandre (1984). « Anabase » (anabasis) signifie : « l’expédition dans l’intérieur ». Arrien indique au début de son ouvrage qu’il utilise les récits de deux compagnons d’Alexandre : Ptolémée, fils de Lagos, et Aristobule.

2 Selon A. Paul (2007 : 27), Hécatée aurait écrit son histoire d’Égypte vers 310 av. J.-C. ; il y « insistait sur la dépendance des Grecs à l’égard de l’Égypte ».

3 Titus Flavius Clemens, écrivain et docteur chrétien (Athènes v. 150 - entre 211 et 216). Disciple de Pantène, chef de l’école des catéchètes d’Alexandrie. Il fut le maître d’Origène et il lui succéda dans sa chaire, après être devenu chrétien (S. Lilla 1971).

4 La Lettre d’Aristée fait partie des apocryphes de l’Ancien Testament, c’est-à-dire des écrits imités des Saintes Écritures ou générés par elles ; considérés comme d’origine douteuse ils ne sont pas, de ce fait, admis dans le canon biblique. Néanmoins, ce texte, que l’on date comme étant du IIe siècle – il serait antérieur à 168 av. J.-C. (Pelletier in Aristée 1962 : 234) – est le plus ancien document relatant les circonstances de cette traduction. Il a été repris et commenté par divers auteurs juifs et chrétiens, dont Philon le Juif, dans une Vie de Moïse.

5 Il convient de noter la coïncidence de ce type de traduction avec celle prônée par Benjamin : « la vraie traduction est transparente » (Benjamin 1923/1971 : 272).

6 Henri Van Hoof, dans sa Petite histoire de la traduction en Occident (1986 : 7), situe de façon erronée l’œuvre d’Aquila au IIsiècle av. J.-C. ; Aquila a réalisé sa traduction au début du IIsiècle apr. J.-C. ; quant à Théodotion, son entreprise date de la fin du même IIsiècle.

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search