Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Antiquité et traduction

 | 
Michel Ballard

La Grèce : absences et interdits

Texte intégral

1L’Antiquité offre deux exemples contrastés d’absence et de rejet de la traduction. Les Grecs n’ont guère traduit et cette absence demande à être interprétée ou justifiée ; tandis qu’en ce qui concerne certains textes une sorte d’interdit ou d’anathème pèse sur l’opération chez les Hébreux.

2Si en Égypte la traduction était implicitement placée sous l’égide de Thot, créateur de l’écriture, responsable de la différenciation des langues, messager et scribe des dieux, elle aurait pu, en Grèce, être rattachée à Hermès, dont le nom même signifie : « interprète » ou « messager ». Ce dieu de l’éloquence, auquel on offrait les langues des victimes sacrifiées, était, par son art, non seulement le messager des dieux mais aussi celui qui présidait aux négociations et aux voyages. Il y a là toute une symbolique qui a depuis été largement utilisée dans les écrits sur la traduction. Pourtant il est à la fois étrange mais caractéristique de la civilisation grecque que, tout en étant placée dans une situation d’échanges économiques (et donc linguistiques), on y trouve peu de mentions de l’interprétation et que tout en possédant des acquis culturels et philosophiques permettant l’élaboration de réflexions sur le langage, elle ait négligé et même méprisé la traduction comme objet d’étude tout autant que comme pratique.

La notion de « barbare » : langues étrangères et traduction

3Les Grecs, comme les Égyptiens, considéraient les autres peuples comme des barbares et ce sentiment de supériorité reposait sur la conscience de posséder à la fois une culture raffinée et une langue supérieure aux autres. Un auteur comme Jacques Lacarrière nous invite à envisager ce terme de « barbare » avec plus de sérénité et estime que l’interprétation qu’on en a souvent donnée est une méprise. Le terme de « barbare » n’aurait pas les connotations péjoratives que nous lui donnons aujourd’hui mais « un sens proprement linguistique. Il signifie : qui ne parle pas grec ou qui ne comprend pas le grec » (Lacarrière 1981 : 13-14) ; Lacarrière précise aussi qu’« Homère applique déjà le terme barbarophonos – de langue barbare – à un peuple, les Cariens, vivant en Asie Mineure et dont les coutumes étaient pratiquement celles des Grecs » (ibid.). Néanmoins, il concède que le terme porte dans sa trame un trait négatif puisqu’il serait dérivé d’une onomatopée qui évoque le balbutiement, l’absence de clarté. Ce point de vue est repris par Marie-Françoise Baslez (1986), qui souligne le sentiment de supériorité linguistique et culturelle qui va de pair avec cette conception.

4Cette attitude transparaît dans une pièce d’Aristophane, Les Acharniens, écrite en 425 av. J.-C. pendant la guerre du Péloponnèse (431-404 av. J.-C.). Dans la première scène, l’Ambassadeur des Athéniens rentre de Perse, accompagné de Pseudartabas, l’envoyé du Grand-Roi. Son interrogatoire est prétexte à présenter la langue étrangère comme une sorte de bouillie informe par rapport au grec, dont elle peut se rapprocher (à la manière d’un dialecte par rapport à la langue dominante) par un effort d’articulation ; mais le discours produit reste malgré tout obscur et matière à interprétations contradictoires. D’où un sentiment de méfiance vis-à-vis de l’interprétation qui trouva son expression au Ve siècle avec Thémistocle (525-460 av. J.-C.), qui aurait décliné « l’offre du roi de Perse, qui lui proposait de poursuivre leur conversation par l’intermédiaire d’un truchement » (Zuber 1968/1995 : 86).

5Sentiment de supériorité, méfiance, absence d’intérêt vis-à-vis des autres langues viennent colorer fortement l’attitude des Grecs en matière d’importation littéraire et linguistique. Cette réserve se prolongea jusque dans les relations linguistiques au sens large : Marie-Françoise Baslez souligne la rareté des emprunts, que l’on évite par traduction ou transcription (Baslez 1986 : 286).

6Les Ve et IVe siècles av. J.-C., qui voient s’épanouir le théâtre et la poésie avec Eschyle, Sophocle, Pindare, etc., ne sont marqués par aucune traduction. Le mépris pour les autres langues et la plupart des autres civilisations fit qu’il n’y eut pas de pratique officielle, courante et attestée, de la traduction en Grèce. Il en résulta pour le reste de l’histoire une image de la Grèce, qui ne sera que progressivement nuancée, comme fondatrice des littératures. La notion d’original est constitutive des productions grecques comme elle ne le sera jamais plus dans aucune autre civilisation.

Les exceptions : traduction et ouverture à l’autre

  • 1 Solon (640-558 av. J.-C.) est un des 7 sages de la Grèce. De famille noble, mais de fortune médiocr (...)

7Il y a pourtant des exceptions plus ou moins fortes à cet ethnocentrisme forcené. L’une se trouve dans un dialogue de Platon, l’autre chez Hérodote. Né en 428-427 avant J.-C. à Athènes, Platon se rendit vers 390 en Égypte. C’est peut-être le souvenir de ce voyage qui, dans le Timée et le Critias, l’amène à faire état des rapports que les Grecs entretenaient avec les Égyptiens et de la dette qu’ils ont contractée envers eux sur le plan culturel. Dans ces deux dialogues, Critias évoque le voyage que l’homme d’État athénien Solon1 effectua en Égypte (600 av. J.-C.) et le récit qu’un prêtre lui fit de la légende de l’Atlantide, que les Grecs avaient oubliée car, à la différence des Égyptiens, ils n’avaient pas de tradition historique. Or ce récit, rapporté par Solon, est une traduction (ce qui vient infirmer la légende selon laquelle les Grecs ne traduisaient pas) mais une traduction–appropriation qui va jusqu’à traduire les noms propres :

[Critias parle (113, ab)]
Un bref avertissement est encore nécessaire cependant avant de commencer mon exposé : quand vous m’entendrez donner maintes fois des noms grecs à des personnages barbares, ne vous en étonnez point ! La raison en est en effet, vous allez l’apprendre, que Solon, ayant justement l’intention d’utiliser ce récit pour ses propres compositions poétiques et s’étant enquis de la valeur significative de ces noms, découvrit que les prêtres égyptiens dont j’ai parlé les avaient, eux tout les premiers, écrits en les transposant dans leur propre langue ; et qu’ensuite Solon, reprenant à son tour le sens de ces noms les fit passer dans notre langue à nous, en les transcrivant à nouveau. Or donc, ces écrits de Solon se trouvaient chez mon grand-père, ils se trouvent encore chez moi à cette heure, et j’en ai fait, étant enfant, une étude minutieuse. (Platon, Critias, traduit par L. Robin 1950/1960 : 534-535)

  • 2 Notice de Suidas citée par Henri Berguin (1922), « Introduction » à L’Enquête d’Hérodote, p. II.
  • 3 Henri Berguin situe cet épisode vers 468-467, « Introduction », III.
  • 4 Ibid. : p. II.

8Hérodote est né en 484 av. J.-C. à Halicarnasse en Carie (à l’emplacement de l’actuelle ville de Bodrum, au sud de la Turquie), « dans la haute classe »2 nous dit la notice de Suidas, qui ajoute : « Il alla s’établir à Samos pour fuir Lygdamis, le deuxième successeur d’Artémèse à Halicarnasse3. À Samos, il se perfectionna dans le dialecte ionien, et il écrivit en neuf livres une histoire qui commence à l’époque de Kyros, roi de Perse, et de Kandaulès, roi de Lydie »4. Hérodote, on le voit, n’est pas un Grec du Péloponnèse et ce sont peut-être ses origines qui expliquent sa curiosité pour l’Orient ou en tout cas la vision mesurée et sans préjugés qu’il a donnée des pays où il s’est rendu. C’est ainsi que, selon Lacarrière, les récits d’Hérodote, tout en utilisant la traditionnelle distinction entre le grec et le non-grec (donc le « barbare ») pour ce qui est de la langue, laissent paraître une plus subtile classification entre :

[...] les barbares, peuple ne parlant pas le grec mais doués d’une haute civilisation dont Hérodote fait très souvent l’éloge : Perses d’abord, Mèdes, Égyptiens, Babyloniens. Au-delà, les barbares moins civilisés, sur lesquels Hérodote ne porte aucun jugement de valeur mais dont on devine qu’il les trouve étranges car ils sont l’image même de non Grec [...]. (Lacarrière 1981 : 18-19)

9Mais Hérodote lui-même est capable d’établir des distinctions et de porter des jugements : « Le Pont-Euxin contre lequel Darius allait marcher, contient les populations les moins évoluées qu’il y ait : aucun des peuples de ces régions ne mérite d’être cité pour son niveau intellectuel » (Hérodote [IV, 46] traduit par Barguet 1992 : 379). En tout cas, les commentateurs se plaisent à souligner l’ouverture d’esprit que ses voyages ont développée :

[...] D’ailleurs, l’étroitesse d’esprit, la gloriole de chacune des petites cités grecques ont souvent impatienté, on le sent, un homme qui avait vu plus de pays et de peuples qu’aucun autre, qui connaissait et le monde barbare et le monde grec, et qui ne pouvait partager, à Corinthe ou Sparte ou Athènes, des préjugés locaux à ses yeux proches du ridicule. (Barguet in Hérodote 1992 : 10)

10Son récit sur l’Égypte vient tempérer l’image d’une civilisation grecque hautaine et méprisante, créatrice, source de tout, modèle absolu ; il y a un avant les Grecs, une dette culturelle qui est ici attestée par un Grec, dans la mesure où, à plusieurs reprises, il signale des parentés et même une filiation entre certains aspects des deux civilisations. En outre, ce récit n’est pas sans rapport avec la traduction.

11Pour ce qui est des emprunts culturels, Hérodote déclare (II, 50) :

En fait, la Grèce a reçu de l’Égypte presque tous les noms de ses divinités. Ils nous viennent des Barbares, mes recherches m’en ont convaincu, et surtout, je crois, de l’Égypte. Sauf Poséidon et les Dioscures, comme je l’ai dit plus haut, ainsi qu’Héra, Hestia, Thémis, Les Charites et les Néréides, toutes les autres divinités ont toujours été connues en Égypte [...]. Voilà donc les coutumes que les Grecs ont prises à l’Égypte et j’en signalerai d’autres encore. (Hérodote traduit par Barguet 1964/1992 : 186-187)

12C’est ainsi qu’il rattache l’origine des oracles grecs à l’Égypte. Une légende racontée par les prophétesses de Dodone veut que deux colombes noires se soient envolées d’Égypte vers la Grèce et la Lybie. Celle qui se posa à Dodone sur un chêne se mit à parler avec une voix de femme et à demander la création d’un oracle de Jupiter. Hérodote explique (II, 57) cette légende de façon plus rationnelle : il s’agirait en fait de deux prêtresses enlevées par des Phéniciens, qui les vendirent comme esclaves, « quand ils [les gens de Dodone] disent que la colombe était noire, ils témoignent que la femme était égyptienne » (Hérodote traduit par Barguet 1964/1992 : 142). Et Hérodote poursuit (II, 57-58) :

Les pratiques de la divination à Thèbes, en Égypte et à Dodone sont très voisines l’une de l’autre. La divination par les entrailles des victimes a été aussi importée d’Égypte. Les cérémonies solennelles, les processions, les prières publiques ont pris naissance chez les Égyptiens, de qui les Grecs les ont apprises. En voici pour moi une preuve : les cérémonies égyptiennes portent la marque visible d’une haute antiquité, les grecques n’ont été pratiquées qu’à une date récente. (Hérodote traduit par Barguet 1964/1992 : 142)

13À cela s’ajoutent (II, 81) « les systèmes qu’on appelle orphiques et bachiques [...] qui sont en réalité de source égyptienne et pythagoricienne » (ibid. : 151-152).

14Pour ce qui est de la traduction, même s’il est vrai qu’officiellement les Grecs n’ont guère traduit, les récits d’Hérodote recèlent une forme de traduction, il y a eu échange d’information, transcription en grec de renseignements originellement formulés en égyptien. Hérodote commence en ces termes son aperçu de l’histoire d’Égypte (II, 99) : « Jusqu’ici, j’ai dit ce que j’avais vu, jugé et recherché par moi-même. Je vais maintenant rapporter des récits égyptiens tels que je les ai entendus ; il s’y ajoutera pourtant quelques observations personnelles » (ibid. : 159). L’une de ses plus importantes sources d’information est constituée par les prêtres (II, 100) : « Voici d’après ce que m’ont raconté les prêtres, [...] les prêtres me lurent dans un livre les noms de trois cent trente autres rois ; [...] » (ibid. : 159-160). Enfin, la mention en langue grecque du nom d’un pharaon successeur de Sésostris est l’indice, déjà visible chez Platon, que les Grecs grécisaient les noms propres, ce qui est une forme de traduction : « Il eut pour successeur, m’ont dit les prêtres, un Égyptien de Memphis qui portait en langue grecque, le nom de Protée » (Hérodote [II, 112] traduit par Barguet 1964/1992 : 217). Tout ceci modifie quelque peu l’image que l’on pourrait se faire d’une civilisation grecque ethnocentrique.

Activités connexes : oracles et philosophie du langage

15Le traductologue en mal d’origines nobles trouvera de plus dans la civilisation grecque deux éléments qui ne peuvent le laisser indifférent : la pratique de l’oracle et un début de réflexion sur le langage.

16Les Grecs avaient leurs oracles à Delphes, Olympie, Dodone, etc., que l’on venait consulter pour connaître l’avenir. Les dieux donnaient leur réponse sous la forme de signes divers : rêves, bruits, paroles, que l’« Ermeneus » interprétait pour les consultants. Cette coutume révèle une conscience déjà aiguë de l’ambiguïté du langage et, de façon générale, de l’ambiguïté inhérente à toute forme de communication, à toute forme d’expression. Le sens n’est pas donné, il est à construire, à interpréter à partir d’un donné formel. Il y a implicitement dans cet usage des signes une sémiotique potentielle. La part d’impondérable inhérente au message reçu permettrait de le sonder pour essayer d’établir un rapport avec un au-delà divin. La psychanalyse, aujourd’hui sur un autre mode, assume un rôle analogue dans l’exploration de l’inconscient.

17Dans le Cratyle, Platon pose le problème de l’origine et de la nature du langage. Hermogène, exposant le différend qui l’oppose à Cratyle, dit (383 ab) :

Cratyle, que voici, prétend, Socrate, qu’il y a pour chaque chose un nom qui lui est naturellement approprié et que ce n’est pas un nom que certains hommes lui ont attribué par convention, en lui appliquant tel ou tel son de leur voix, mais que la nature a attribué aux noms un sens propre, qui est le même chez les Grecs et chez les Barbares. (Platon traduit par Chambry 1937/1967 : 391)

  • 5 Julia Kristeva, reprenant ce thème, souligne que : « Parler c’est bien se distinguer des choses en (...)
  • 6 Platon (397 bc), op.cit., traduit par Chambry 1937/1967, p. 93-94.

18Pour Socrate (388 bc), « le nom est un instrument propre à enseigner et à distinguer la réalité, comme la navette à démêler les fils » (Platon 1967 : 399)5. Les thèses de Cratyle amènent Socrate à exposer les principes d’une forme d’étymologie, ainsi qu’une sorte de motivation phonique et même à envisager la possibilité d’une création « par une puissance plus divine que les hommes » pour les noms « qui ont rapport aux choses éternelles et à la nature »6. Mais surtout, on constate chez Platon le début d’une perception de l’organisation et de la composition du langage en unités hiérarchisées (425 a) : « [...] nous assemblerons, à leur tour, les syllabes pour en composer des noms et des verbes, nous composerons un tout grand et beau » (Platon 1937/1967 : 450). Avec le repérage d’unités constituantes, on voit naître un début d’analyse et surtout la mise en évidence d’une opposition fondamentale entre les deux pôles de la phrase (431 b) : « Et s’il est possible d’assigner ainsi les verbes et les noms, il en est forcément de même pour les phrases ; car les phrases sont selon moi, des assemblages de ces éléments » (Platon traduit par Chambry 1937/1967 : 458-459).

  • 7 « L’opinion soutenue par A. Rostagni que la Poétique remonterait aux premières années du second séj (...)

19Aristote, dans sa Poétique (334 av. J.-C.)7, ébauche une classification des éléments du discours : « L’élocution se ramène tout entière aux parties suivantes : la lettre, la syllabe, la conjonction, l’article, le nom, le verbe » (Aristote [1456 b] traduit par Hardy 1985 : 58). Il donne pour opposer le nom et le verbe des définitions sémantiques fondamentales : « Le nom est un composé de sons significatifs, sans idée de temps, et dont aucune partie n’est significative par elle-même ; [...] Le verbe est un composé de sons significatifs, avec idée de temps [...] » (Aristote [1457 a] traduit par Hardy 1985 : 60). Il jette également les bases d’une analyse de la phrase dans l’opposition : sujet-prédicat (Mounin 1974 : 93-94).

20Dans son traité De l’interprétation, Aristote esquisse sinon une théorie du sens tout au moins de la référentialité, qui concerne la traduction, mais elle n’est pas appliquée comme telle au domaine qui nous intéresse. Nous la citerons néanmoins car elle pose en quelque sorte les bases d’une théorie des universaux de référence (et donc d’une possibilité théorique de l’équivalence) :

Et de même que l’écriture n’est pas la même chez les hommes, les mots parlés ne sont pas non plus les mêmes, bien que les états de l’âme dont ces expressions sont les signes immédiats soient identiques chez tous, comme sont identiques aussi les choses dont ces états sont les images. Ce sujet a été traité dans notre livre de l’Âme, car il intéresse une discipline différente. (Aristote [16 a] traduit par Tricot 1989 : 78)

21Les Grecs ne manifestèrent pas d’intérêt pour les autres langues alors qu’ils se montraient capables d’élaborer un début de réflexion scientifique sur la leur. La première grammaire grecque proprement dite fut élaborée par Denys de Thrace (170 av. J.-C.). Sa « Téchnè Grammatiké [...] présente, en quinze pages et trente-cinq sections, un exposé sommaire de la structure du grec » (Robins 1976 : 37), et distingue huit parties du discours. Il est intéressant de souligner la modernité de sa méthode ainsi que les réactions qu’elle suscita :

[...] Denys se fondait sur l’observation ; le matériel d’étude provenait de textes d’auteurs classiques et les descriptions se fondaient sur leur usage. Une telle attitude empirique trouve aujourd’hui beaucoup de partisans, mais certains commentateurs furent choqués par l’emploi de l’empeirià [...] « connaissance pratique » [...] ils accusèrent Denys d’avilir la matière qu’il enseignait. (Robins 1976 : 37)

22Il y a donc dans la civilisation grecque des éléments qui se rapportent plus ou moins directement à la traduction, certains concernant la réflexion sur le sens et l’interprétation, d’autres l’analyse du langage ; mais l’indifférence ou le mépris des Grecs pour les autres civilisations et leur culture les ont empêchés de pratiquer (du moins ouvertement) la traduction et d’esquisser une réflexion à son sujet. Les Grecs sont à l’origine de la littérature européenne et dans sa Poétique, Aristote jette les bases d’une théorisation de la création littéraire, avec la distinction entre diégèse et mimésis, mais rien ne viendra compléter cette prise de conscience par une réflexion sur un genre qui matérialise un commerce culturel avec les « barbares ».

23L’Antiquité offre deux pôles extrêmes de non-traduction dont les constituants sont fondamentaux. La Grèce présente le cas d’une autosuffisance culturelle qui n’éprouve pas le besoin ou ne trouve pas ailleurs une motivation suffisante pour traduire. Ce cas de figure se reproduira ultérieurement dans l’histoire augmenté de celui où la dominance linguistique oblitère ou annule le besoin de traduire : il n’est que de voir aujourd’hui le cas de l’anglais en particulier dans le cadre outre-Atlantique. La tradition hébraïque initie un courant fondamental qui se perpétue jusqu’à aujourd’hui dans le domaine religieux et qui comporte également des ramifications dans le domaine de la traduction littéraire. Le lien entre le fond et la forme limite de facto toute tentative de transfert. Dans l’Antiquité cette double contrainte va trouver dans la curiosité des Ptolémées un moteur assez puissant pour y mettre un terme avec l’aide, il faut le dire, d’une intervention divine pour ce qui est de la traduction religieuse.

Notes

1 Solon (640-558 av. J.-C.) est un des 7 sages de la Grèce. De famille noble, mais de fortune médiocre, il commence par pratiquer le commerce.

2 Notice de Suidas citée par Henri Berguin (1922), « Introduction » à L’Enquête d’Hérodote, p. II.

3 Henri Berguin situe cet épisode vers 468-467, « Introduction », III.

4 Ibid. : p. II.

5 Julia Kristeva, reprenant ce thème, souligne que : « Parler c’est bien se distinguer des choses en les exprimant, en leur donnant des noms. Nommer devient l’acte différentiel qui donne lieu à la parole, car il situe cette parole (avec son sujet) face aux choses [...] » (Kristeva, 1981 : 109).

6 Platon (397 bc), op.cit., traduit par Chambry 1937/1967, p. 93-94.

7 « L’opinion soutenue par A. Rostagni que la Poétique remonterait aux premières années du second séjour à Athènes, donc aux environs de 334, est en somme assez vraisemblable » (J. Hardy, « Introduction » à Aristote, Poétique, (1932), Paris, « Les Belles Lettres », 1985, p. 16).

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540