Desktop versionMobile version

Antiquité et traduction

 | 
Michel Ballard

L’Égypte ancienne

Full text

1L’histoire de l’Égypte ancienne s’étend de 3000 environ av. J.-C., époque de la fondation de l’État égyptien par la première dynastie, jusqu’en 332 av. J.-C., date de l’arrivée d’Alexandre. Ce long espace de temps inclut les trois grandes périodes suivantes : l’Ancien Empire (c. 2670-2160 av. J.-C.), qui vit la construction des pyramides, le Moyen Empire (c. 2020-1730 av. J.-C.), le Nouvel Empire (c. 1530-1075 av. J.-C.). Ces trois époques prestigieuses sont suivies de périodes dites « intermédiaires », marquées par une division du territoire, des invasions et des régressions, et leur succède une dernière période faste, la Basse Époque (712-342 av. J.-C.), qui précède elle-même la période hellénistique.

2Les témoignages concernant la traduction sont plus ou moins détaillés et d’importance diverse. L’exposé qui va suivre concerne d’abord l’interprétation et ensuite la traduction proprement dite.

L’interprétation

3Alors que nous vivons aujourd’hui dans une civilisation où se côtoient l’audiovisuel et la culture écrite, on se plaît à souligner, pour toutes sortes de raisons, le caractère fondamental de l’oral. L’espèce humaine a commencé par parler des langues différentes avant d’avoir ressenti le besoin de les transcrire à l’aide de divers systèmes d’écritures. Chronologiquement donc, et par la force des choses, la traduction a, dans un premier temps, été limitée à ce que l’on appelle aujourd’hui « l’interprétation ». La fonction d’interprète est celle qu’assume de façon naturelle la personne bilingue pour le compte de deux communautés (ou individus) parlant des langues différentes. Exercée d’abord de façon épisodique ou accidentelle, cette fonction a dû, à un moment, s’officialiser. Le témoignage le plus ancien qu’on en possède figure sans doute dans les inscriptions gravées sur les parois des tombes des princes d’Éléphantine, en Haute Égypte. Ces sépultures datent du IIIe millénaire av. J.-C. et font partie d’une nécropole creusée dans une colline sur la rive ouest du Nil, en face de l’île d’Éléphantine, au niveau d’Assouan. La présence d’interprètes, et qui plus est de rang noble, est donc attestée en Égypte dès l’Ancien Empire.

Les princes d’Éléphantine

4Les Égyptiens, comme plus tard les Grecs, considéraient les autres peuples et leurs langues comme « barbares ». Cet ethnocentrisme culturel et linguistique ne les empêchait pas d’être obligés d’entretenir des rapports commerciaux et politiques avec le monde extérieur. Les princes d’Éléphantine ont assuré pour les pharaons de la sixième dynastie (2423-2263 av. J.-C.) les relations avec la Nubie et le Soudan. La première cataracte constituait à l’époque une sorte de frontière naturelle avec la Nubie ; mais en réalité la frontière ethnique se situait à une centaine de kilomètres au nord de Silsilèh ; cela signifiait donc que la population de la région d’Assouan était bilingue. Les inscriptions donnent les noms de ces princes (Herkhouf, Sabni, Mehou) et, selon certains, elles indiquent que les princes avaient droit au titre de « chef-interprète » ; mais elles ne contiennent aucune considération d’ordre théorique sur la traduction.

5En même temps que des interprètes, ces personnages étaient des diplomates, des chargés de missions, et ce sont les récits de celles-ci qui constituent l’essentiel des inscriptions. L’une des plus conséquentes raconte les quatre voyages que le prince Herkhouf effectua en Nubie et au Soudan pour le compte du roi Merenré et de son successeur Pépy II. Les missions de ces princes, d’ailleurs, ne se limitèrent pas aux pays du sud ; certains d’entre eux furent envoyés à Byblos et dans le « pays des Asiatiques ». Les princes d’Éléphantine sont ceux sur lesquels nous avons les témoignages les plus étoffés et les plus précis, mais il existait sans doute des interprètes avant eux et ils n’étaient pas les seuls de leur caste : il y avait des interprètes diplomatiques qui assuraient les relations avec d’autres régions que la Nubie et des interprètes qui accompagnaient les diverses expéditions militaires des pharaons (Kurz 1985).

Témoignages ultérieurs

6Témoignage isolé, mais plus récent, une stèle funéraire du début du Moyen Empire (1980-1760 av. J.-C.) signale qu’un certain Hépét-réhou était capable d’« interpréter la langue de tous les pays étrangers ». Les capacités, sans doute exagérées, de ce personnage semblent indiquer une relation étroite avec le pharaon de l’époque, dont le nom reste inconnu (Meyrat 2016 : 322).

7« Sous le règne de Mérenptah (1213-1203 av. J.-C.), fils et successeur de Ramsès II, le scribe royal Inhéretmès vante ses qualités dans les inscriptions de sa tombe, et indique notamment : “j’ai parlé en langue étrangère [= interprété] pour chaque pays étranger en présence de mon seigneur” » (Meyrat 2016 : 332).

8À la fin du Nouvel Empire, un certain Ounamon, relate un voyage vers Byblos entrepris pour acquérir du bois. « [I]l finit par échouer à Chypre, près d’une ville gouvernée par la souveraine Hatiba, laquelle a dans sa suite un homme qui “entend [= comprend] la langue de l’Ėgypte”, peut-être un interprète officiel ou un descendant d’Égyptiens installés sur l’île » (Meyrat 2016 : 333).

Joseph

9On trouve dans la Bible un témoignage de la présence d’interprètes à la cour des pharaons pendant la période intermédiaire (de 1640 à 1550 av. J.-C.) : c’est l’histoire bien connue de Joseph et de ses frères. Joseph, jalousé par ses frères, fut vendu par eux à des marchands madianites, qui le vendirent à leur tour à Potiphar, eunuque de Pharaon et commandant des gardes. Devenu un personnage important à la cour, Joseph est amené un jour à recevoir ses frères venus acheter du grain en Égypte. Au cours de cette scène, il feint d’être un Égyptien et d’avoir besoin d’un interprète pour s’entretenir avec eux, ce qui lui permet de surprendre ce qu’ils se disent entre eux en hébreu : « Ils ne savaient pas que Joseph les comprenait, car, entre lui et eux, il y avait l’interprète » (Genèse 42 : 23).

10Par ailleurs, Joseph est lui-même un interprète d’une autre sorte puisqu’il pratiquait l’interprétation des songes, activité aussi appréciée en Égypte qu’elle le sera plus tard en Grèce, à un point tel que c’est cette capacité qui va lui permettre de devenir le maître du palais de Pharaon. Il s’agit d’une activité dont le déploiement s’apparente à la traduction : l’interprète donne sens à un message codé sous forme visuelle ; en l’occurrence, il s’agit d’un message d’origine divine concernant l’avenir de l’Égypte. Les interprétations de Joseph sont supérieures à celles des magiciens et des sages d’Égypte, qui n’arrivent pas à décoder les songes de Pharaon ; Joseph fait observer que, si ses interprétations sont supérieures, c’est qu’il n’est que la voix de Dieu ; il est bon d’avoir ces paroles à l’esprit, pour lire le récit de la traduction de la Septante plusieurs siècles plus tard.

Hérodote

11Les récits d’Hérodote signalent qu’au milieu du Ve siècle av. J.-C., les Égyptiens sont répartis en sept classes sociales (les prêtres, les guerriers, les bouviers, etc.), parmi lesquelles se trouvait celle des interprètes. Hérodote ne décrit par le détail que la classe des guerriers ; il donne cependant quelques informations concernant l’origine d’une classe d’interprètes différente de celle que l’on connaît par les tombes d’Éléphantine.

12Pendant la Basse Époque, Psammétique, d’abord gouverneur d’une partie de l’Égypte pour le compte des Assyriens, entreprit de conquérir le pays pour lui-même. Dans ce but, il fit alliance avec des Ioniens et des Cariens, habitants des bords de la mer Égée, dont la langue était le grec. Devenu pharaon sous le nom de Psammétique Ier (664-610 av. J.-C.), il concéda, comme promis, des terres à ces mercenaires et leur confia de jeunes Égyptiens pour leur enseigner le grec et en faire des interprètes, dont les descendants officiaient encore à l’époque des voyages d’Hérodote.

13À la différence des princes d’Éléphantine, ces interprètes n’étaient pas des bilingues, géographiquement localisés, mais des Égyptiens ayant appris une langue étrangère. Derrière cet enseignement de langue organisé, il y avait indéniablement l’indice d’une ouverture à l’étranger et d’une forme d’institutionnalisation de la formation des interprètes.

14Le pharaon Psammétique, qui semblait s’intéresser beaucoup aux problèmes linguistiques, fut également celui qui, désireux de savoir quelle était la langue la plus ancienne, fit élever deux enfants sans qu’on leur parlât. Le premier mot qu’ils prononcèrent à l’âge de deux ans fut « bécos », qui, en phrygien, désigne le pain. Les Égyptiens s’inclinèrent devant cette preuve et reconnurent que les Phrygiens, peuple du nord-ouest de l’Asie mineure, étaient plus anciens qu’eux.

La traduction

15L’écriture apparaît très tôt en Égypte : les plus anciens hiéroglyphes connus remontent à la fin du IVe millénaire av. J.-C., et l’on pense que des formes antérieures ont dû préexister. Selon la tradition égyptienne, l’écriture est d’origine divine et la création en est attribuée à Thot, dieu de la sagesse et de la magie. On lui attribuait la différenciation des langues ; il était le messager et le scribe des dieux, et par là même le patron des scribes égyptiens. On le représentait sous la forme d’un ibis, d’un homme à tête d’ibis ou d’un babouin. Or, malgré l’apparition précoce de l’écriture en Égypte, on a peu de témoignages sur l’activité de traduction au cours de l’Égypte ancienne.

16On a également avant cette période du Nouvel Empire quelques témoignages ponctuels comme cette stèle d’Antef II dit l’Ancien (2066-2017 av. J.-C.), où l’on voit le pharaon « accompagné de plusieurs lévriers de type sloughi […], dont les noms propres, étrangers, sont légendés en hiéroglyphes » ; une « traduction égyptienne de leur nom est donnée, introduite pour deux d’entre eux par » le signe égyptien signifiant « c’est-à-dire » (Meyrat 2016 : 321).

17Du règne d’Amenhotep II (1425-1400 av. J.-C.), au début du Nouvel Empire, « date un papyrus comportant un texte mythologique qui est manifestement la traduction, ou plutôt l’adaptation égyptienne, d’un mythe cananéen ou nord-sémitique : il y est notamment question d’un combat contre la mer, motif lié à la royauté qui “constitue un élément central de nombreuses mythologies proche-orientales”. Les emprunts au lexique sémitique sont également bien présents dans ce texte » (Meyrat 2016 : 325). Mais c’est sous le règne d’Amenothep IV-Akhénaton que l’on a le témoignage le plus marquant.

Les tablettes d’El-Amarna

18Vers 1375 av. J.-C., Aménophis IV (nom hellénisé d’Amenhotep par l’historien Manéthon) entame, d’après certains historiens, une période de corégence avec son père Aménophis III. Époux de Néfertiti, la quatrième année de son règne, il prend pour nom Akhénaton (qui signifie « serviteur du disque solaire ») et entreprend de développer le nouveau culte esquissé par son père. Prenant ses distances avec les prêtres et les partisans du culte d’Amon, il fonde une nouvelle capitale en Moyenne Égypte à plus de 250 km au nord de Thèbes, sur la rive droite du Nil. Il semble s’y être fixé la sixième année de son règne. La ville de Tell el-Amarna (Akhet-Aton, « Lumière d’Aton », en égyptien) ne lui survécut que quelques années, son successeur, Toutankhamon, étant retourné au culte d’Amon à Thèbes.

19Les fouilles ont permis d’exhumer outre les ruines, des sculptures et des peintures. C’est aux alentours de 1887 que des paysans ont trouvé des tablettes en argile, couvertes de signes cunéiformes ; ils ont continué d’en exhumer de façon clandestine et très peu d’entre elles ont été découvertes par des archéologues professionnels. Le nombre total de tablettes est de 382, et elles ont été acquises par différents musées, la plus grosse partie se trouvant à Berlin ; une tablette contient un petit glossaire égypto-akkadien (Meyrat 2016 : 326). Elles ont été transcrites et traduites pour la première fois en 1896 par Hugo Winckler. Ces lettres ont été pratiquement toutes trouvées en un même lieu « identifié par des inscriptions comme étant “La Place des Lettres du Pharaon”. Ce nom peut se référer à un grand complexe dont la majeure partie aurait été consacrée aux affaires d’État menées en langue égyptienne, et la plus petite (l’endroit même de la découverte), à celles en langues étrangères » (Moran 1987 : 18). On peut diviser cette correspondance en deux catégories : celle avec les pays importants, qui entretenaient avec l’Égypte des relations sur un pied d’égalité (ou presque) : Babylonie, Assyrie, Mitanni, etc. — et celle concernant les états vassaux : Syrie, Palestine, petits royaumes divers. La majorité de ces archives consiste en lettres reçues. Leur contenu traite d’affaires administratives, de relations entre hommes d’État, de préparations de mariages, d’envois de cadeaux, etc. On estime généralement qu’elles couvrent une période d’une trentaine d’années, la majeure partie d’entre elles correspondant au règne d’Aménophis IV.

20« Les lettres d’El-Amarna sont des témoignages de la “culture cunéiforme” qui, au XIVe siècle avant J.-C., s’était répandue à travers tout le Proche-Orient » (Moran 1987 : 21) ; dans la majorité des cas, « c’est le babylonien qui est la langue des lettres d’El-Amarna » (Moran 1987 : 22-23), mais un babylonien qui a évolué en formes dialectales selon les lieux où il est utilisé. Moran indique que dans la correspondance avec les grandes puissances, on rédigeait d’abord le courrier en égyptien ; on en faisait ensuite une traduction qui était transmise par un messager, lequel emportait parfois aussi avec lui une copie de l’original. Pour ce qui est des lettres reçues, qui constituent la majorité de celles d’El-Amarna, Moran n’indique pas spécifiquement le mode de traduction faite au pharaon : dans la mesure où il n’y a pas de trace de traduction écrite dans le stock d’El-Amarna, on peut imaginer que certains fonctionnaires avaient directement accès au sens des messages, mais qu’une traduction orale pouvait avoir lieu.

21Le début du règne de Ramsès II (1279-1213 av. J.-C.) est marqué par la bataille de Qadesh sur l’Oronte, mettant le pharaon aux prises avec une coalition menée par les Hittites. La fin des hostilités fut sanctionnée, en 1258 av. J.-C., par un traité de paixentre Ramsès II et Khattoushili III. « [O]n possède les deux versions de ce texte : on a retrouvé sur le site de Khattousha plusieurs fragments d’une tablette cunéiforme présentant la version akkadienne du traité ; la version égyptienne est connue par deux inscriptions de Ramsès II, à Karnak et au Ramesseum. Une version akkadienne avait été envoyée en Égypte sous la forme d’une tablette d’argent inscrite, apportée au pharaon par une délégation mixte » (Meyrat 2016 : 330-331). Il est à noter cependant que les deux textes offrent des variantes, notamment dans l’ordre des éléments (ibid. : 331).

22Les documents que nous possédons ne font pas voir une importante activité de traduction en Égypte ancienne. L’image qui nous en parvient est révélatrice de la situation culturelle du pays à cette époque. L’écriture sert essentiellement à transcrire l’histoire et les mythes religieux de cette civilisation. Même s’il existe d’autres domaines tels que les sciences et les lettres, la position dominante et presque exclusive de ce foyer de culture ne prête pas à l’échange avec des partenaires presque absents ou que l’on considère comme barbares. On a vu que (selon le témoignage d’Hérodote) avant le règne de Psammétique, les Égyptiens se croyaient le peuple le plus ancien de la terre.

23Cette position culturelle avancée, que certains qualifieront d’ethnocentrique, n’exclut pas la traduction de textes officiels ou utilitaires, dont nous ne gardons que peu de traces ; l’une des plus notoires (celle d’El-Amarna) concerne les échanges avec les civilisations mésopotamiennes. La position culturelle dominante des Égyptiens à l’époque est réelle et se double d’un sentiment de supériorité dont on trouve le témoignage chez Hérodote : « Les Égyptiens s’opposent à l’introduction chez eux de coutumes grecques, et d’ailleurs des coutumes de tous les autres pays en général. Ils ont tous sur ce point la même attitude » (Hérodote, éd. 1992 : 204).

24L’examen de la situation en Égypte ancienne laisse paraître un très net déséquilibre entre la traduction et l’interprétation. L’interprétation est présente au point de correspondre à un statut officiel dans les castes sociales : princes d’Éléphantine, témoignage d’Hérodote. Très curieusement, alors que l’Égypte est l’un des pays fondateurs de l’écriture, le texte écrit apparaît peu en traduction : témoignage d’une conscience exagérée de la valeur culturelle des productions nationales ? ou bien, pour le domaine diplomatique, conception déjà réaliste du langage qui génère une méfiance fondamentale à l’égard de tout changement de vecteur, à un point tel que l’on préfère traduire le courrier officiel, de manière orale, à l’arrivée ?

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search