Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Antiquité et traduction

 | 
Michel Ballard

Avant-propos

Lieven D’Hulst, Mickaël Mariaule et Corinne Wecksteen-Quinio

Texte intégral

1Lorsqu’il nous a quittés en avril 2015, Michel Ballard travaillait à un ouvrage qui devait s’appuyer sur les recherches de deux de ses volumes antérieurs, publiés aux Presses Universitaires du Septentrion (De Cicéron à Benjamin, [1992] 2007)1 et chez De Boeck (Histoire de la traduction, 2013)2. Il s’agissait d’apporter un nouvel éclairage sur la place de la traduction dans l’Antiquité en tenant compte des publications récentes dans le domaine.

2Ainsi, le présent ouvrage précède historiquement De Cicéron à Benjamin, qui en est, en quelque sorte, la suite chronologique, dans la mesure où ce dernier prend comme point de départ l’auteur romain, tandis que Antiquité et traduction prend Jérôme, continuateur de Cicéron, comme point d’orgue de cette période historique, souvent délaissée dans les études concernant l’histoire de la traduction. Michel Ballard consacrait déjà son premier chapitre d’Histoire de la traduction, paru en 2013, à la traduction dans l’Antiquité, mais propose ici un approfondissement qui se nourrit d’apports d’autres chercheurs (que nous évoquerons ci-après), spécialistes des ères historiques et espaces géographiques en question.

3Michel Ballard ne put en effet achever son travail, malheureusement, et son épouse nous a confié le manuscrit en l’état afin de le compléter et de le mener à publication. Ce que nous proposons ici est donc l’ouvrage posthume d’un chercheur internationalement reconnu qui a consacré sa vie à la recherche en traductologie, discipline qu’il a contribué à faire rayonner dans le monde entier.

4Notre travail a donc consisté à nous entourer de chercheurs reconnus dans le domaine de l’histoire de la traduction pour mener à bien ce projet. Il s’est agi de coordonner le travail d’Yves Chevrel (professeur émérite à l’Université de Paris-Sorbonne), qui a plus particulièrement collaboré aux chapitres sur Rome, et de Christian Balliu (professeur à l’Université libre de Bruxelles), qui a contribué au chapitre consacré à Jérôme. D’autres chercheurs ont également été sollicités : ainsi, nous tenons également à remercier Lambert Isebaert et Jan Tavernier (professeurs à l’Université catholique de Louvain) ainsi que Simos Grammenidis (professeur à l’Université Aristote de Thessalonique) pour l’expertise qu’ils ont pu apporter dans l’élaboration de ce volume. Notre rôle a donc été celui d’éditeurs, au sens anglo-saxon du terme, avec la coordination, la relecture, la révision et la mise en forme du manuscrit, qu’il nous a importé de respecter dans son esprit, même si la lettre a parfois dû être modifiée pour respecter la pensée de Michel Ballard.

5Les Presses Universitaires du Septentrion méritent aussi des remerciements tout particuliers. En effet, publier son ultime ouvrage dans la collection « Traductologie »3, qu’il avait lui-même créée quand il était en poste à l’Université de Lille 34, était une manière pour Michel Ballard de « boucler la boucle ». Nous exprimons donc notre reconnaissance à toute l’équipe des Presses, qui s’est montrée enthousiaste dès le début du processus et a apporté son soutien scientifique et financier au projet, ainsi qu’au laboratoire CECILLE (Centre d’Études en Civilisations, Langues et Lettres Étrangères)5 qui a accordé une aide substantielle à la publication. Nous remercions également le musée Boijmans Van Beuningen de Rotterdam de nous avoir autorisés à reproduire le tableau de Magritte, La Reproduction Interdite, que Michel Ballard avait lui-même choisi comme illustration de première de couverture.

6Enfin, nous exprimons toute notre gratitude à Marie-Christiane Ballard pour la confiance qu’elle nous a témoignée en nous remettant le manuscrit inachevé de son époux.

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540