Version classiqueVersion mobile

Jean-Marie Guyau ou l’éthique sans modèle

 | 
Laurent Muller

Appendice : Guyau, penseur du politique ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Guyau est-il un penseur politique ? Il serait téméraire de l’affirmer. Aucune de ses œuvres n’est consacrée à la politique proprement dite ; et si on trouve bien quelques considérations, sur les limites de l’aliénation du pouvoir chez Hobbes au profit d’un souverain1, sur le déclin inexorable des monarchies2, sur la nécessité d’une intervention de l’État pour que les écoles publiques soient non confessionnelles3 ces remarques incidentes ne font pas système, et paraissent découler plutôt des considérations morales qu’elles ne les fondent. On ne trouve pas chez Guyau, comme on pourrait le trouver chez Nietzsche par exemple, de projet d’une « grande politique ».

Mais il serait très exagéré de croire que la pensée de Guyau est apolitique, et pour plusieurs raisons.

En premier lieu se trouve récusée, chez le philosophe français, l’idée d’un cloisonnement des domaines d’activités ou des champs spéculatifs : l’unité de la vie élude l’artifice commode des frontières. On a ainsi vu que la mora...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search