Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Sentir et penser

 | 
Peggy Avez
, 
Charles Capet
, 
Gweltaz Guyomarc'h

3 – Théorie et sensation

La différence entre sentir et penser selon Aristote

Intellection et sensation font-elles l’objet de la même science ?

Gweltaz Guyomarc’h

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

Les langues regorgent de ces métaphores qui décrivent la pensée comme saisie et compréhension – ainsi le conceptus latin ou son homologue allemand, Begriff1. Aristote déjà, dans son De Anima, se livre à une célèbre comparaison de l’intellect à la fois avec les sens et la main :

La main, de fait, est instrument d’instruments, et l’intellect forme des formes, et la sensation forme des sensibles. (DA III, 8, 432a 1-3)2

Quoi qu’il en soit du sens exact de cette difficile formule, elle peut bien être versée au compte des nombreux textes qui décrivent l’œuvre de la pensée par comparaison avec celle des sens, dans le vocabulaire corporel et perceptif. Chez Aristote, on s’en doute, il ne s’agit pas d’une figure de style : le Traité de l’âme est traversé par des indications dessinant une analogie fonctionnelle entre sentir et penser. C’en est au point que l’intellect se laisse même décrire comme une sensation idéale, parce que libéré des entraves de la matière et du corps3. Parmi de multiples ...

Autore

Université Lille 3. UMR 8163 Savoirs Textes Langage

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540