Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Sentir et penser

 | 
Peggy Avez
, 
Charles Capet
, 
Gweltaz Guyomarc'h

3 – Théorie et sensation

La différence entre sentir et penser selon Aristote

Intellection et sensation font-elles l’objet de la même science ?

Gweltaz Guyomarc’h

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Les langues regorgent de ces métaphores qui décrivent la pensée comme saisie et compréhension – ainsi le conceptus latin ou son homologue allemand, Begriff1. Aristote déjà, dans son De Anima, se livre à une célèbre comparaison de l’intellect à la fois avec les sens et la main :

La main, de fait, est instrument d’instruments, et l’intellect forme des formes, et la sensation forme des sensibles. (DA III, 8, 432a 1-3)2

Quoi qu’il en soit du sens exact de cette difficile formule, elle peut bien être versée au compte des nombreux textes qui décrivent l’œuvre de la pensée par comparaison avec celle des sens, dans le vocabulaire corporel et perceptif. Chez Aristote, on s’en doute, il ne s’agit pas d’une figure de style : le Traité de l’âme est traversé par des indications dessinant une analogie fonctionnelle entre sentir et penser. C’en est au point que l’intellect se laisse même décrire comme une sensation idéale, parce que libéré des entraves de la matière et du corps3. Parmi de multiples ...

Autor

Université Lille 3. UMR 8163 Savoirs Textes Langage

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540