Desktop versionMobile version

L'échelle des régulations politiques, XVIIIe-XXIe siècles

 | 
Virginie Albe
, 
Jacques Commaille
, 
Florent Le Bot

2. Le traitement de nouvelles formes de la délinquance économique à l’échelle d’une régulation supranationale des sociétés

Une impossible prohibition ?

Les réseaux du trafic de l’héroïne en France dans les années 1970

Alexandre Marchant

Abstract

International criminal underworld is not exempt from regulation. Drug traffickers setting up a drug supplying chain for a clandestine market, such as the Italo-Corsican and Asian mafias supplying the French heroin market in the 1970s, also produce on the field an informal and empirical regulation: hierarchical networks, international division of labor, mobilization of various resources to make business, formalized practices to escape police repression. On the other hand, law agencies are prisoners of a formal and procedural regulation, imposed on them from above, in a national frame, compelling their actions, in face of criminals who use precisely, as a resource, the differences between national jurisdictions. The confrontation between these two scales of regulation unfortunately results in an impossible prohibition of the illicit economies.

The HTML, PDF, ePub formats of this book are available to the users of libraries and institutions subscribing to the OpenEdition Freemium program for Books. The book will also be available to buy in PDF and ePub formats on the websites of our partner bookstores. If a print edition of the book is available, links to bookstores will be displayed on this page.

Excerpt

Introduction. Guerre à la drogue

En 1970, la guerre est déclarée par les autorités françaises au trafic international d’héroïne. L’usage de divers produits stupéfiants semble s’être massifié chez les jeunes et un débat parlementaire est lancé qui laisse s’exprimer certaines angoisses politiques projetées sur la jeunesse contestataire. Il en ressort la loi du 31 décembre 1970 sur les stupéfiants qui renforce le cadre prohibitionniste et durcit sévèrement les peines de prison pour les trafiquants (de cinq à vingt ans, voire quarante en cas de récidive). De surcroît, au même moment, comme pour inspirer ce grand combat, le Président américain Richard Nixon fait de la « guerre à la drogue » (war on drugs) une priorité, tout en mettant tout particulièrement la pression sur les autorités françaises pour que soit démantelée la filière de production clandestine d’héroïne qui compte Marseille pour épicentre1.

Toujours est-il qu’en cette décennie charnière des cibles sont établies et des méthode...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search