Desktop versionMobile Version

L'échelle des régulations politiques, XVIIIe-XXIe siècles

 | 
Virginie Albe
, 
Jacques Commaille
, 
Florent Le Bot

2. Le traitement de nouvelles formes de la délinquance économique à l’échelle d’une régulation supranationale des sociétés

Une impossible prohibition ?

Les réseaux du trafic de l’héroïne en France dans les années 1970

Alexandre Marchant

Zusammenfassung

Les nébuleuses criminelles internationales ne sont pas exemptes de régulation. Les trafiquants de drogue mettant en place une filière d’acheminement vers un marché clandestin, à l’exemple des mafias italo-corses et asiatiques de l’héroïne en France dans les années 1970, produisent sur le terrain aussi une régulation informelle et empirique : réseaux hiérarchisés, division internationale du travail, mobilisation de diverses ressources pour sceller les affaires, pratiques formalisées pour échapper à la répression policière. De leur côté, les forces de l’ordre sont prisonnières d’une régulation formelle et procédurale, qui s’impose à eux d’en haut, dans un cadre national, entravant leur mouvement face à des criminels qui utilisent justement au nombre de leurs ressources les différences de juridiction nationale. De la confrontation entre ces deux échelles de régulation résulte hélas une impossible prohibition des économies illicites.

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändler im PDF- und ePub-Format online erworben werden. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

Introduction. Guerre à la drogue

En 1970, la guerre est déclarée par les autorités françaises au trafic international d’héroïne. L’usage de divers produits stupéfiants semble s’être massifié chez les jeunes et un débat parlementaire est lancé qui laisse s’exprimer certaines angoisses politiques projetées sur la jeunesse contestataire. Il en ressort la loi du 31 décembre 1970 sur les stupéfiants qui renforce le cadre prohibitionniste et durcit sévèrement les peines de prison pour les trafiquants (de cinq à vingt ans, voire quarante en cas de récidive). De surcroît, au même moment, comme pour inspirer ce grand combat, le Président américain Richard Nixon fait de la « guerre à la drogue » (war on drugs) une priorité, tout en mettant tout particulièrement la pression sur les autorités françaises pour que soit démantelée la filière de production clandestine d’héroïne qui compte Marseille pour épicentre1.

Toujours est-il qu’en cette décennie charnière des cibles sont établies et des méthode...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search