Version classiqueVersion mobile

L'échelle des régulations politiques, XVIIIe-XXIe siècles

 | 
Virginie Albe
, 
Jacques Commaille
, 
Florent Le Bot

2. Les recours à la science et les finalités de la régulation des sociétés

Le droit comme « agent thérapeutique »1 ?

L’interface droit-clinique : régulation, contrôle social et surveillance

Emmanuelle Bernheim, Guillaume Ouellet et Max Silverman

Résumé

Instruments de régulation au service du pouvoir politique, droit et clinique sont étudiés par les chercheurs des sciences sociales en tant que techniques disciplinaires, violence symbolique, moyens de reproduction sociale. Les travaux de Pierre Bourdieu, Michel Foucault ou Georges Canguilhem constituent les fondements épistémiques de décennies de travaux se situant dans ce paradigme. Or la doctrine de la « jurisprudence thérapeutique » a pour ambition de le remettre en question : d’instruments de régulation, droit et clinique sont devenus des leviers d’empowerment individuel et de démocratisation des soins. L’examen de l’interface droit-clinique, au sein de l’institution judiciaire, montre cependant que le glissement d’un droit prescriptif et régulatoire à un droit individualisé, visant le traitement ou la résolution des problèmes sociaux, masque insidieusement le caractère coercitif et contrôlant de ces dispositifs.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction. Théorie du droit, théorie du pouvoir

Aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, de la conjoncture économique et sociale émergent différents mouvements de revendication des droits. Ils débouchent notamment sur la juridicisation d’un ensemble de domaines du social : reconnaissance de droits nouveaux et attribution de compétences aux tribunaux. Depuis les années 1970, progressivement, la justice québécoise s’est vue confier des mandats en matière de protection de la jeunesse et des majeurs inaptes, d’internement psychiatrique, de soins de santé, de solidarité sociale, etc., en plus de devoir adapter ses interventions en fonction de contextes cliniques tels que l’inaptitude à subir son procès ou la non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux2. Dans le cadre de ces instances, juristes et cliniciens sont amenés à évaluer les individus et les situations dans lesquelles ils se trouvent à la lumière de leurs expertises respectives. Conjugué à la clinique3, le...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search