Version classiqueVersion mobile

L'échelle des régulations politiques, XVIIIe-XXIe siècles

 | 
Virginie Albe
, 
Jacques Commaille
, 
Florent Le Bot

1. L’exercice de la fonction de justice et les finalités de la régulation des sociétés

Pour une nouvelle justice militaire

Actions et réflexions de la Ligue des droits de l’Homme de l’affaire Dreyfus aux années trente

Emmanuel Naquet

Résumé

La LDH naît de l’affaire Dreyfus, ce crime de l’État républicain. Association généraliste de défense des droits de l’Homme, en interstice entre le citoyen, l’intellectuel, d’une part, et les pouvoirs, d’autre part, la LDH campe une double posture, de vigie de la légalité et de propositions pour la Cité. Ainsi, cette force collective extrapole le cas du capitaine pour défendre non seulement les « fusillés pour l’exemple », mais encore pour réformer la justice militaire. Il s’agit, aux yeux de ce collectif constitué notamment de juristes, de dépasser le libéralisme et, en incarnant une conscience de l’État de droit, de travailler à une République plus contrôlée, plus démocratique, et donc plus moderne.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction. La Ligue des droits de l’Homme, l’État, l’Armée

La Ligue des droits de l’Homme (LDH) naît d’une affaire d’État, ce crime commis par l’appareil politico-militaire contre le capitaine d’artillerie Alfred Dreyfus, républicain, juif, alsacien. Cette affaire est devenue, aux yeux de politiques, d’écrivains, de scientifiques, de juristes, en l’occurrence fondateurs de l’association, emblématique de toutes les victimes de l’injustice et du non-droit1. L’historien dreyfusard Gabriel Monod écrit ainsi en janvier 1898 que « quiconque a étudié les annales judiciaires sait que tout tribunal est faillible » et qu’aucune « honte ne saurait être attachée à une erreur consciencieusement commise et consciencieusement réparée »2. L’Affaire entraîne en effet la création de ce mouvement pluriel pour défendre ce « Calas moderne » envoyé au bagne, mais encore protéger contre « l’arbitraire », sauvegarder les libertés, l’égalité, la fraternité. Joseph Reinach l’un des meilleurs et des plus te...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search