Version classiqueVersion mobile

Le siège de Maubeuge (25 août – 8 septembre 1914)

 | 
Hans von Zwehl

Troisième partie. Relire et comprendre

L’analyse américaine de 1937

La chute d’une forteresse1

Sewell T. Tyng
Traduction de Daniel Verheyde

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

On ne pouvait espérer que la place fortifiée de Maubeuge puisse supporter un siège en règle. Quoiqu’elle doive être préparée à se défendre contre une armée nombreuse en campagne soutenue par une puissante artillerie lourde, sa résistance sera simplement prévue pour empêcher l’avance d’une armée ennemie jusqu’à l’arrivée de nos propres forces. Tel était, brièvement paraphrasé, le rôle de la seule place fortifiée importante de la frontière franco-belge tel que l’envisageait l’état-major français à l’été 1914. Mais les circonstances évoluent et trois semaines seulement après le début des hostilités, Maubeuge fut abandonnée à son propre sort, délaissée par les armées alliées, devant affronter seule le flot de l’invasion allemande. Encerclée, assiégée enfin sans aucune possibilité de renfort, la ville fortifiée et sa garnison se rendirent après 12 jours de siège au moment même où commençait la grande contre-offensive alliée et que la bataille de la Marne faisait rage bien plus au sud. Da...

Auteur

Daniel Verheyde (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search