Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu'est-ce que résister ?

 | 
José-Angel Calderón
, 
Valérie Cohen

Première partie. Rendre visible des conduites invisibilisées

Chapitre 3. Les marchés de Roubaix : la résistance des commerçants

Véronique Marchand

Texte intégral

1L’analyse de pratiques de résistance s’inscrit dans une recherche ethnographique en cours sur des commerçants non sédentaires qui exercent leur activité professionnelle sur des marchés, à Roubaix. L’intérêt de cette présentation réside dans le fait qu’en général, on considère la résistance au travail comme se situant au cœur du rapport salarial. Si cela ne fait aucun doute, il s’agit d’examiner ici les formes de résistance chez les commerçants, qui ne sont pas salariés. Peut-on aussi les déceler ? Contre qui s’expriment-elles ? Cette contribution se propose ainsi dans un premier temps de réfléchir à l’intérêt de recourir à cette catégorie d’analyse dans des situations de travail qui traditionnellement ne sont pas étudiées sous cet angle. Dans un second temps, il s’agit parallèlement de questionner les perspectives et outils méthodologiques qui permettent de saisir au mieux les mécanismes de résistance. Selon James Scott, étudier la résistance revient à se poser la question suivante : « Comment peut-on, dans différentes situations de pouvoir, examiner ce qui n’est exprimé qu’en coulisse ? » (Chantraine et Ruchet, 2009 : 5), c’est-à-dire au-delà de ce qui est énoncé publiquement. Le sociologue se doit alors d’être attentif aux combines qui permettent aux acteurs de minimiser leurs désagréments, d’augmenter la marge de manœuvre des acteurs dans une situation de domination. Stephen Bouquin (2008 : 28) met, quant à lui, l’accent sur le fait que les résistances sont ambivalentes. L’observation des acteurs et la contextualisation de cette observation est donc primordiale : dans tous les cas, les formes de résistance ne peuvent être acceptées par le management, il s’agit donc de « trouver une subjectivité rebelle », au regard des acteurs. Dans certaines situations, ces derniers font semblant de se soumettre mais les paroles, les pratiques sont critiques. Nous sommes donc en présence d’un double jeu, à déceler.

  • 1 Ma recherche porte sur les commerçants non sédentaires dans les six marchés de Roubaix : Rubens, l’ (...)
  • 2 J’ai présenté mes travaux de recherche dans le cadre du séminaire MECIT, axe du CLERSE auquel j’app (...)

2L’objectif de ce texte, de nature avant tout empirique, est donc de lire les résultats de ma recherche1 à la lumière du concept de résistance. Celle-ci porte sur les commerçants, acteurs ici privilégiés, et non sur les clients, même si bien sûr les interactions avec les autres protagonistes, et notamment les clients, sont primordiales. Elle a pour thématique générale l’installation et la pérennisation des unités commerciales. L’hypothèse centrale, qui s’inscrit en continuité des travaux des auteurs de l’ethnic business, est de considérer que ces commerces voient le jour et perdurent grâce à l’existence d’une constellation de liens ou, en d’autres termes, de capitaux sociaux. Pour reprendre Laurence Costes, ces auteurs mettent l’accent sur la réussite d’entreprises tenues par des migrants, qui commencent une carrière sans qualification ni ressource, et développent un savoir-faire ou un mode de vie particulier (Costes, 1994 : 55-56), Chemin faisant, d’autres questions et d’autres hypothèses apparentées ont progressivement émergé, notamment sur les parcours antérieurs des commerçants, sur le moment précis de leur installation et, enfin, sur les formes de résistance des commerçants face au pouvoir municipal2.

  • 3 Statistical Package for the Social Sciences.
  • 4 Grâce à l’aide de Marie Cross de la PUDL (Plate-forme Universitaire de Données de Lille).

3La réflexion s’appuie ici sur une enquête ethnographique mêlant différentes techniques : observation des espaces de vente, et plus précisément des interactions commerçants/clients, commerçants/placiers, commerçants/riverains, commerçants/police municipale ; observation des réunions de la commission municipale. S’ajoute une cinquantaine d’entretiens informels et formels (qui sont enregistrés) semi-directifs avec les commerçants selon diverses variables : le sexe, l’origine ethnique, les parcours antérieurs à la vente, l’ancienneté dans le commerce, l’appartenance à une certaine « génération » et le type de marchandises proposées. D’autres entretiens ont également été réalisés avec les placiers et le régisseur, le directeur du service économique de la mairie, le régisseur, les policiers municipaux et le contrôleur de l’URSSAF (responsable du travail clandestin). Enfin, j’ai eu recours au dépouillement d’articles de presse et d’archives municipales (délibérations des conseils municipaux) et au traitement avec le logiciel SPSS3 de fichiers des commerçants qui permettent d’avoir des données chiffrées4. J’ai accordé une attention particulière aux entretiens informels, aux échanges une fois le magnétophone éteint, car c’est là que s’exprimait davantage une « subjectivité rebelle ». L’idée était aussi d’observer dans des lieux divers, dans des interactions variées afin de découvrir les « coulisses » où s’élaborent les résistances.

I. Quelques données de cadrage

1. Profil des commerçants

  • 5 Ce point mérite un approfondissement qui fait l’objet d’un article en cours de réalisation.

4Si nous nous rapportons au fichier municipal, 65 % des commerçants sont d’origine nord-africaine. Parmi les commerçants non sédentaires, 18,5 % sont des femmes et la grande majorité de commerçants non sédentaires proposent à la vente des marchandises non alimentaires : 411 sur 531 (contre 101 « alimentaires » et 19 « inconnus »). Sans surprise, nous ne possédons aucune donnée sur les origines sociales des commerçants de Roubaix dans ce fichier. Cependant, parmi les enquêtés, on peut déceler trois types de recrutement qui correspondent à des générations distinctes : les anciens ouvriers, notamment du textile et les enfants de ceux-ci. Ces deux types ayant connu une époque de chômage et une impossibilité à (re)trouver un emploi salarié. Enfin, certains commerçants reprennent l’activité commerciale de leurs parents et dans ce cas, il s’agit d’une transmission familiale non seulement de l’activité commerciale mais aussi d’un autre métier, le plus souvent dans la branche alimentaire, comme dans les cas des fromagers, charcutiers et maraîchers5.

  • 6 Ce que j’appelle ici « origine ethnique » est en fait une donnée parcellaire et donc très imparfait (...)

Répartition des commerçants non sédentaires de Roubaix en fonction de leur origine ethnique6.

Effectifs Pourcentage Pourcentage cumulé
"française de souche" 120 22,6 22,6
Asiatique 6 1,1 23,7
d’Afrique de l’Ouest 6 1,1 24,9
d’Europe du Sud 12 2,3 27,1
Je ne sais pas 36 6,8 33,9
Juive 3 0,6 34,5
Nord-Africaine 348 65,5 100,0
Total 531 100,0

5Nous pouvons relever une nette corrélation entre les différentes variables. Tandis que les commerçants d’origine nord-africaine, hommes, « non alimentaires », habitants de Roubaix, sont surreprésentés aux marchés du Pile, l’Alma, la Nation et l’Epeule, on trouve proportionnellement plus de femmes, plus « d’alimentaires », plus de personnes qui habitent hors Roubaix, et moins de commerçants d’origine nord-africaine à Rubens et au Centre. Mais dans tous les cas, c’est la mairie de Roubaix, par le truchement des placiers, qui incarne le pouvoir dans les marchés de cette ville, ce qui mérite un examen particulier.

2. Le pouvoir municipal

6Même si nous ne sommes pas dans un rapport salarial, une interrogation doit être menée sur la nature du pouvoir lui-même et sur les réponses apportées aux commerçants. Jusqu’en 2006, le placement des commerçants et la réception de leurs « patentes » incombaient aux policiers municipaux mais en 2006, la régie des marchés passe entre les mains de la mairie de Roubaix. Dès lors, la mairie établit divers projets de « remise en ordre » des marchés : les agents municipaux établissent un recensement des commerçants non sédentaires de la ville ; les placiers contrôlent les certificats de déclarations à la préfecture, l’attestation d’assurance, le métrage et le « comportement » – pour reprendre les termes des placiers – des commerçants. L’équipe municipale chargée des marchés émet aussi des appels d’offres quand un emplacement se libère.

  • 7 Entretien avec un placier, le 09/01/09.
  • 8 Entretien avec le régisseur des marchés, le 29/01/09.
  • 9 Notes d’observation, le 28/05/09.
  • 10 Entretien avec l’inspecteur de l’URSSAF, le 07/12/09.

7La répartition des commerçants dans l’espace commercial disponible dépend d’une distinction entre « précaire » et « abonné », selon l’appellation de la mairie, puisque les « abonnés », dont la place fixe a été acquise par ancienneté, sont placés en priorité ; les places vacantes sont ensuite distribuées aux précaires selon une sélection. Il n’est donc pas rare que des précaires doivent retourner chez eux, en raison de l’absence de place disponible, sachant qu’en général environ 20 % de l’espace est réparti entre les précaires7. Cette sélection est établie sur une liste qui hiérarchise les « précaires », selon certains critères tels que l’assiduité et le comportement : « plus tu es en tête de liste, mieux tu es placé »8. Les décisions de la mairie relatives aux marchés sont exposées lors de commissions municipales où les représentants des commerçants élus sont conviés ; ceux-ci ont un pouvoir consultatif. À l’ordre du jour, il est notamment question de la construction d’une échelle de sanctions eu égard au comportement des commerçants. Les placiers sont assermentés, à partir de septembre 2009, pour veiller à la bonne application de ces sanctions9. Nous sommes donc en présence d’un véritable durcissement du pouvoir municipal. La mairie n’est pas seule pour pallier les « débordements des non sédentaires » : elle s’allie parfois avec les inspecteurs de l’URSSAF. En effet, même si cette dernière intervient peu sur les marchés, elle organise parfois des « descentes » en général à la demande de la régie des marchés10.

  • 11 Cf. le Journal La Voix du Nord, le 15/03/07.

8De même, la mairie peut parfois s’opposer aux commerçants avec l’aide des riverains. Par exemple, les habitants du quartier du Nouveau Roubaix protestent contre les commerçants auprès du maire de quartier : « Dès 7h du matin, interdiction de se garer. On a compté, ça fait 200 voitures pour l’ensemble du secteur. Qui vont aller où ? Il n’y a pas de place ! Et on ne peut plus circuler jusqu’à 14h, ni se garer jusque 16h pour le nettoyage […] Le problème, c’est qu’il y a un manque de respect de certains commerçants. Ils laissent des fruits et des légumes sur les pelouses, des emballages au pied des immeubles. En plus, comme il n’y a pas de sanitaires, alors que c’est le cas sur les autres marchés, ils ne s’embêtent pas : ils urinent dans les descentes de caves »11.

9Affronter le pouvoir, résister à l’autorité ne se résume donc pas à lutter contre les agents municipaux mais à s’opposer à différents types d’acteurs alliés à la mairie de Roubaix en présence dans les marchés, comme les riverains ou l’URSSAF.

II. Les tentatives de résistance

10Les objectifs de la politique municipale sont diamétralement opposés aux discours des commerçants qui valorisent une certaine liberté dans l’exercice de l’activité commerciale dans les marchés, renvoyant au fait « d’être son propre chef ». Nous sommes face à un véritable bras de fer entre deux ensembles normatifs. Je m’attacherai ici à présenter les formes de résistance selon leur degré de formalisation, de la plus secrète, cachée, silencieuse et individuelle, à la plus ouverte, ostentatoire, construite et collective. Je n’oublierai pas d’en préciser le lieu d’émergence, ainsi que les types d’interaction et de technique d’enquête utilisée.

1. Discours subversifs

  • 12 Entretien, le 13/03/07.

11Les discours subversifs émergent le plus souvent dans d’autres lieux que le marché lui-même, qui s’apparentent alors à des coulisses. Ainsi, quand je propose aux commerçants de faire un entretien, certains me donnent rendez-vous chez eux, se sentant plus libres qu’au marché. C’est le cas d’Isabelle, marchande de chaussures : « Si nous on n’était pas là, eux [les placiers] ils n’auraient pas de travail »12 dont les propos visent, d’une certaine manière, à contrebalancer le lien de dépendance entre les agents municipaux chargés du commerce non sédentaire et les commerçants eux-mêmes.

  • 13 Entretien, le 10/02/07.

12Jean, maraîcher, profite d’un entretien réalisé chez lui pour dénoncer la stigmatisation dont les commerçants sont victimes « Nous les marchés, on est mal vu par la municipalité, on est pris pour des gitans, dès qu’il y en a qui fait une connerie, c’est tout le monde qui prend »13.

13Le café est aussi un lieu où les pensées critiques s’expriment plus librement que sur les marchés.

  • 14 Notes d’observation.

14Le dimanche 11 mars 2007, comme tous les dimanches après le marché de l’Epeule, certains commerçants rejoignent le café ; ce sont les coulisses, les subjectivités subversives s’échangent, les informations se transforment en projets d’action. Je suis assise avec deux commerçants, dont l’un est représentant des commerçants de Roubaix. Ils vendent aussi à Tourcoing et ont rendez-vous le lendemain matin avec le maire de cette ville. Ils prévoient l’organisation d’une opération « escargot », afin de gêner le trafic automobile avec les véhicules présents, en direction de la mairie de Tourcoing. En effet, cette dernière ordonne le déplacement des commerçants sur une place beaucoup moins attractive, en raison de la construction d’un complexe commercial. Avant ce rendez-vous, certains commerçants organisent une grève, tandis que d’autres, les marchands de produits alimentaires surtout, acceptent le déplacement de leurs étals, sous prétexte qu’ils n’ont pas le choix car leurs denrées sont périssables. Un des deux leaders de cette action collective infructueuse menace : « s’il y a de la bagarre, je m’en fous, déjà ça a chauffé, moi, je vais leur péter la gueule, cette sale race »14. Dans cette chaude ambiance de conspiration, on perçoit clairement que les « alimentaires » sont considérés comme des traîtres, complices de la mairie.

15Au marché, au milieu des clients potentiels, et en raison du passage possible des agents municipaux, il est plus difficile d’exposer librement son hostilité face au pouvoir municipal.

  • 15 Notes d’observation, le 10/03/07.

16Jean me relate la menace, exposée lors de la commission par les agents municipaux, de devoir déplacer les camions du marché du Centre. Selon lui, cela ne se fera pas car les commerçants sont prêts à réagir : « Si c’est ça, on va entrer en lutte ». Pour lui, c’est impossible car les camions comportent une partie de la marchandise ; ils font même partie intégrante de l’étal pour certains, comme pour le vendeur d’aliments asiatiques et la bouchère charcutière, dont le camion s’appelle d’ailleurs le Porc d’Attache. De plus, cela prendrait de la place dans les parkings destinés aux riverains et clients des marchés. Puis, le chef des placiers arrive, il me salue me pose des questions sur ma recherche. Je lui pose la question des camions : celui-ci répond mais attend que Jean s’éloigne pour servir des clients. « C’est une volonté de réforme, avec négociation. C’est pour eux quand même, ils ne comprennent pas, les clients préfèrent aller dans un beau marché. Vous, c’est pareil, vous préférez aller où c’est beau. C’est une volonté d’enlever les camions petit à petit. Quand vous allez dans un marché et qu’il y a des camions rouges, jaunes, vieux, c’est pas beau. On va le faire mais petit à petit, faut y aller progressivement. En plus, ici les parkings sont gratuits, le samedi matin ». Puis Jean revient, le chef des placiers change aussitôt de sujet et se lance dans une discussion politique, très générale sur « l’état de la France » : « le problème, en France, c’est la réforme, il faut faire des réformes mais on ne peut pas, dès qu’on touche à quelque chose, les Français sont pas d’accord, les routiers sont habitués à ça, alors on peut pas toucher, les autres sont habitués. Dans d’autres pays d’Europe on peut réformer, ici, en France, on ne peut rien faire ». Le maraîcher s’éloigne à nouveau pour servir un client. Aussitôt, le régisseur passe du général au particulier : « ben, les marchés, c’est pareil, c’est un bon exemple de ce qui se passe en France. En France, les gens ont peur de la réforme, on peut rien toucher, c’est comme pour les camions. Mais eux croient qu’ils ont de la force, c’est ce qu’ils croient mais ce n’est pas vrai, le maire il fait ce qu’il veut. C’est sa place, il fait ce qu’il veut »15.

17Le commerçant n’ose pas exprimer son mécontentement face au chef des placiers. Même si l’opposition n’est pas frontale, des subjectivités rebelles sont perceptibles aux détours de la conversation, à condition d’observer diverses interactions : si le lieu ne change pas, ici, ce sont les acteurs qui varient et, en même temps, le degré d’hostilité de leur propos. Plus généralement, les commerçants revendiquent l’existence de leur propre savoir relatif au fonctionnement des marchés. Autrement dit, ils sont les « spécialistes » du marché, résistent à l’autorité municipale en perpétuant certaines normes « traditionnelles » alors que, pour les placiers, les marchés sont des espaces municipaux qui doivent être régis selon les normes municipales.

  • 16 Cela n’est pas sans rappeler les « discours subalternes » décrits par James Scott : « plaisanteries (...)

18Quand l’opposition franche n’est pas possible sur le marché, l’humour est une véritable arme d’opposition : ne pas prendre au sérieux les propos des agents municipaux et rire de leurs manifestations d’autorité sert à délégitimer leur pouvoir. La dérision est une manière d’éviter la relation hiérarchique16. Qualifier les placiers de « cow-boy » ou de « shérifs » et rire de leur « ridicule » est une véritable défense, une arme efficace souvent utilisée par les commerçants.

2. Actes rebelles « spontanés »17 sur le lieu de travail

  • 17 Tout comme Charles Tilly (1986 : 542), qui en utilisant le terme « répertoire », remet en cause le (...)

19Pour les commerçants, comme pour les agents municipaux, les marchés représentent une forme « d’animation » de la ville. Cependant les définitions données au terme « animation » divergent.

  • 18 Les marchés situés en centre-ville ont été délocalisés vers l’Epeule et le Pile bien auparavant afi (...)
  • 19 Entretien, le 29/06/09.
  • 20 Entretien informel exploratoire, le 16/12/06.

20Face à l’Hôtel de ville de Roubaix, un petit marché d’une vingtaine de commerçants a été créé en 1995, c’est le marché du Centre18. C’est un marché créé sur volonté municipale qui, comme l’explique ce policier, a vocation à être calme : « le samedi matin, c’est la vitrine de Roubaix, des commerçants qui ont été triés sur le volet, c’est que de l’abonné »19. Son collègue confirme : « à un moment, ils avaient lancé, quand on a fait un marché sur la grand-place de Roubaix, ils avaient acheté des genres comme des bâches de camion à mettre autour des étals, où il était marqué « j’aime Roubaix » et là, le commerçant il devait verser un acompte, et il fallait qu’il mette ça, pour aller sur le marché de la grand-place, il fallait qu’il mette des trucs comme ça ». En bref, l’adhésion au pouvoir municipal doit être clairement affichée, seuls quelques commerçants alimentaires sont acceptés et les exigences relatives au comportement des commerçants sont plus élevées que dans d’autres marchés. Régulièrement, un jeune commerçant tente de mettre de la musique dans un souci « d’animation ». Sa mère présente sur le poste de vente, explique « normalement c’est 60 décibels autorisés mais là ils ne veulent rien savoir. Mon fils est mal vu »20. Le désaccord de certains commerçants vis-à-vis des règles édictées par les agents municipaux ne s’exprime pas toujours en mots ; en l’occurrence, mettre de la musique est particulièrement symbolique de la volonté de garder prise sur l’ambiance de l’espace urbain, qui plus est dans ce marché « vitrine de l’hôtel de ville », plus strictement réglementé par le pouvoir municipal.

21La détention d’une place sur le marché et la localisation de cet espace marchand représentent les objets principaux de conflit entre les commerçants et les agents municipaux, car c’est l’existence même de cet espace qui conditionne l’activité commerciale, et donc l’existence d’une source de revenus des marchands. De manière récurrente, ces derniers affichent leur opposition en refusant l’emplacement assigné par les placiers. Au-delà de leurs paroles, c’est l’endroit même où ils se trouvent qui signifie alors leur hostilité au pouvoir municipal.

  • 21 Les commerçants désignent par « Royale » la rue la plus passante, où les clients potentiels sont le (...)
  • 22 Cf. le Journal La voix du Nord, le 09/04/09.
  • 23 Notes d’observation, le 28/05/10.

22Au marché de l’Alma, deux commerçants abonnés s’installent en travers de la chaussée pour protester contre leur déplacement rue de France, rue jugée non attractive, alors que des places vacantes existent dans la Royale21, rue de la Guinguette. Ces deux abonnés veulent occuper les emplacements libres mais se heurtent au refus des placiers en raison du caractère prioritaire des « précaires » dans ce cas. Un des placiers explique : « il y a un commerçant qui s’est placé sans l’autorisation d’un collègue, il a dit « comme tu m’as pas placé, je me suis placé tout seul, tu m’encaisses pas », ben là, automatiquement un avertissement et au bout de trois avertissements expulsion d’un mois sur tous les marchés »22. Sans surprise, l’ordre du jour de la Commission municipale du mois de mai porte sur ce point litigieux : « on a donné une sanction, la suspension de l’installation, mais ça n’a pas été appliqué, en plus vous faîtes partie de la commission des marchés, vous devriez montrer l’exemple »23. Selon l’élu chargé du commerce et la directrice du service économique de la ville de Roubaix, les commerçants ne doivent pas déroger à certaines normes comportementales, d’autant plus dans le cas de représentants municipaux, élus par leurs collègues.

  • 24 Cf. le journal Nord Éclair, le 11/08/09.

23C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre les propos recueillis dans la presse locale : « Les marchés un monde à part ? Ce n’est pas faux quand on sait que par deux fois la ville a porté plainte récemment pour des coups sur ses placiers »24. Le fossé existant entre d’une part les normes municipales et d’autre part les conduites des commerçants, assimilables à ce que James Scott nomme « le texte caché » est palpable ; « le texte caché est « civilisé » en devenant public et formulé de manière collective » (ibid. : 8). « Civiliser ce monde à part » revient à maîtriser les marchés, en remplaçant les codes implicites des commerçants par un règlement municipal. Résister, dans cette perspective, signifie échapper à cette maîtrise, construire des perceptions différentes de celles du pouvoir. Résister représente, dans ce cas précis, une activité avant tout cognitive.

3. Les combines de résistance

24Diverses astuces, qui se traduisent ici en actes, qui se passent de mots et/ou requièrent même le silence, permettent d’augmenter la marge de manœuvre des commerçants ; il n’est pas question ici d’actions d’opposition franche, mais d’agissements dissimulés, d’une contestation « en douce » qui permettent d’accroître leur liberté face au pouvoir municipal, en tentant d’augmenter le territoire alloué ou de préserver un certain pouvoir décisionnel sur la répartition de l’espace marchand.

25Une façon de gagner de l’espace est, par exemple, de « Tricher sur le retour ». Le « retour » est un terme qui appartient au champ lexical des marchés : ce sont les lits de camps qui délimitent l’étal, à chaque extrémité. Si le commerçant dispose le « retour » à l’extérieur du lit de camp qui délimite la longueur de l’étal plutôt qu’à l’intérieur, il gagne deux fois 50 cm, soit un mètre pour exposer ses marchandises, chaque lit de camp ayant une largeur de 50 cm. C’est donc une façon d’espérer augmenter la taille de son étal, à condition de ne pas être pris en flagrant délit par les placiers.

  • 25 Notes d’observation, le 24/05/09.
  • 26 Entretien, le 09/01/09.

26Les commerçants multiplient aussi les arrangements internes relatifs à l’espace de vente : prêter, ou donner quelques mètres à une « copine », ou un « copain » est théoriquement interdit mais ce lundi, Milène peut vendre des chaussettes sur quelques mètres grâce à un don de Fathia, sa « copine ». Milène explique : « le placier, il a dit “de temps en temps pour éviter qu’elle rentre à la maison sans place, mais ils veulent pas parce que c’est comme si je déballais sur son métrage à elle” »25. À propos de la vente illégale de places, le placier explique : « ça fait toujours des problèmes dans le sens où si admettons là, sur le moment où on place les précaires, si moi, je veux donner 4 mètres et qu’après lors de mon passage pour encaisser il s’avère qu’il a pris 7 mètres, il s’est arrangé avec son voisin, il va dire “non, toi tu m’as donné 4 mètres, t’encaisses 4 mètres”, alors que nous on encaisse ce qu’il déballe. Et eux, c’est ça, “c’est pas normal que j’encaisse 7 mètres, si tu m’as donné 4 mètres”, mais en attendant il déballe 7 mètres […] c’est que le voisin il estimait que ce jour-là il avait pas assez de marchandises, donc il a déballé moins […] il lui dit “moi, j’ai trois mètres de libre, je te les vends”, mais en fait, il a pas le droit de faire ça »26.

  • 27 Entretien avec le contrôleur, le 07/09/12.

27Une des combines revient également à changer d’identité en cas de contrôle de l’URSSAF : dès que le commerçant « flaire » la présence du contrôleur, il donne le signal et l’employé(e) non déclaré(e) se fait passer pour un(e) client(e), montre son intérêt pour un produit et en demande le prix. Une autre tactique consiste à rétorquer à l’inspecteur que la personne qui aide à la vente est là pour la première fois, afin d’échapper au devoir de déclaration du salarié et surtout aux sanctions financières concernant les charges sociales correspondantes27.

4. Opposition plus formalisée

28La protestation peut prendre parfois la forme d’actions collectives. La rébellion devient publique ; elle n’est plus cachée. Si selon James Scott, la résistance se situe au-delà de la sphère publique, les discours prononcés pendant la mobilisation et en coulisses de l’action collective peuvent être riches d’enseignement sur la résistance elle-même. Le fait que ce soit les abonnés, c’est-à-dire ceux qui bénéficient d’une activité plus stable, qui sont à l’initiative des protestations publiques, n’est pas anodin.

  • 28 113 personnes signent une pétition pour le retrait des placiers et le retour de la police municipal (...)
  • 29 Le 21/10/09.
  • 30 Notes d’observation, réunion du 28/05/09.

29On recense différents types d’action. Outre les pétitions28, les appels à la presse sont fréquents. Interpeller directement le maire, demander rendez-vous avec lui, lui envoyer des attestations de commerçants contre les placiers et convoquer la presse est pratique courante : le journal régional Nord Éclair titre « Entre placiers et commerçants non sédentaires, la hache de guerre n’est pas enterrée »29. Les placiers sont régulièrement insultés et accusés de corruption, de favoritisme par les commerçants, ce qui est invérifiable mais se solde par une perte de crédibilité du pouvoir des agents municipaux. Le régisseur porte plainte pour diverses insultes portées à son égard30. L’accusation de corruption est un thème récurrent et, par conséquent, la régie municipale des marchés élabore un projet afin que les placiers ne perçoivent plus du tout d’argent en liquide, afin d’éviter toute rumeur à ce sujet : les placiers auraient une carte avec un code-barres pour percevoir les marchands. Enfin, ce système ne peut concerner que les abonnés et aujourd’hui, il n’a toujours pas vu le jour. Le régisseur ordonne aussi aux agents municipaux de ne plus faire leurs courses au marché, pour éviter tout arrangement financier.

30L’observation des réunions de la commission municipale révèle l’absence d’unité des discours subversifs, et, par conséquent, la difficile rébellion des représentants municipaux. L’ancien représentant élu est accusé par certains de ses collègues d’avoir cautionné l’augmentation de l’abonnement ; il est alors perçu comme un traître. Un nouveau leader organise une pétition en mairie pour l’obtention de nouvelles élections. Le 6 octobre 2007, une salle est réservée au nouveau scrutin organisé par les dirigeants municipaux ; les candidats sont assis sur des bancs situés devant cette salle. Je suis assise avec eux. Dans cette situation précise, ce sont les « coulisses ». Le nouveau candidat en profite pour me dire : « de toute façon, ils sont tous pareils, ce sont des shérifs, les maîtres, mais avant les élections, ils serrent des mains, ils sont tout gentils, donc il faut profiter de cette période parce que les élections municipales sont en mars ».

  • 31 Ibid., p. 7.

31Les limites entre les camps se brouillent car, comme le dit James Scott, « la recherche d’un vrai texte caché est essentiellement une fausse piste, parce qu’au sein d’un groupe dominé développant un texte caché spécifique il y aura des relations de pouvoir, qui tendront à réprimer et à faire taire certaines opinions, créant ainsi un autre texte caché structuré par d’autres rapports de domination »31.

32La mairie de son côté cherche l’approbation des représentants afin de « faire passer » de nouvelles mesures. Les représentants sont alors accusés de trahison avec l’adversaire par les commerçants non élus. Ils se défendent en rétorquant que leur présence à la commission municipale est consultative et que même s’ils s’opposent à une mesure, celle-ci sera actée.

  • 32 Notes d’observation, le 14/04/09.

33Les représentants des marchés nouvellement élus en octobre 2007 adoptent une stratégie d’opposition. En commission municipale, les responsables municipaux annoncent l’ouverture d’un appel d’offres pour abonner des précaires alimentaires, rue de la chaussée à l’Alma. Le critère principal retenu est le comportement avec deux attitudes extrêmes qui permettent de l’évaluer : de « agressif » à « correct ». Puis, vient en deuxième position la qualité du produit et, enfin, le troisième critère, l’assiduité. L’un des représentants des commerçants s’oppose vivement en se définissant comme le défenseur des commerçants : « Moi, je ne donne pas mon avis là-dessus je ne peux pas m’engager pour tous les commerçants […] Je ne cautionne pas ça, les anciens vont se rebeller. Le vrai critère, c’est l’ancienneté »32. Lors de cette même réunion, la responsable du service commerce annonce de nouvelles sanctions : « on a remarqué qu’il y avait un climat particulièrement tendu sur les marchés, des commerçants sont irrespectueux, ils ont des attitudes et des propos violents ». Le même représentant des commerçants enchaîne : « Le problème, c’est que vous n’avez que ce mot-là à la bouche “sanctions” (bis), les commerçants en ont marre ». Ce représentant revendique le dialogue.

5. L’ambivalence au cœur de la résistance

  • 33 La ressemblance des origines des commerçants, d’une part, et des placiers, d’autre part, n’est pas (...)
  • 34 Entretien, le 09/01/09.

34L’ambivalence est palpable de part et d’autre du conflit. Du côté des commerçants, à la fois il faut montrer une conformité à la réglementation municipale et donc plaire au placier, en essayant notamment de fraterniser avec lui. À cet égard, l’emploi du qualificatif « rouya », qui signifie « frère » en arabe est éloquent. En même temps, on se situe dans une stratégie de négociation voire d’opposition et les propos de ce placier, natif de Roubaix, fils d’immigrés algériens, sont très significatifs33 : « Ils m’appelaient Rouya pour bien m’endormir mais avec moi ça passait pas. Comme on est originaire de Roubaix, il y a même des gens que je connais depuis 20 ans, mais que je suis impartial, le travail, c’est le travail, il faut pas mélanger, si t’as le droit, c’est ça, si t’as pas le droit, ben c’est tout, faut être honnête et ça marchait pas. C’est “t’as attrapé la grosse tête, t’as changé” […] Après, on fait même plus attention à ce qu’ils disent, au début c’est vrai, on se remet même en question, on se dit “c’est vrai que j’ai peut-être changé” »34.

  • 35 Cf. Le journal Nord Éclair.
  • 36 Entretien, avec le régisseur, le 29/11/09.

35L’attitude de la mairie est également ambivalente car elle ne perd pas de vue son objectif de séduction des commerçants, qui sont des électeurs potentiels, surtout dans les périodes électorales. Par exemple, le maire fait la promesse d’abonner les précaires, de répondre au critère de l’ancienneté35, alors que la régie des marchés est plus stricte : « ce n’est pas possible puisque la police municipale n’a pas laissé de trace »36. La promesse du maire, de tenir compte de l’ancienneté serait irréaliste en raison de l’absence de données relatives aux marchés antérieures à 2006, date avant laquelle la régie des marchés n’est pas entre les mains de la mairie mais de la police.

36Nous ne sommes pas face à une opposition claire entre domination, d’un côté, et opposition, de l’autre. Dans les deux camps, des ambiguïtés, des contradictions sont à l’œuvre et font partie intégrante de l’étude des résistances plus ou moins possibles.

Conclusion

  • 37 Entretien, le 15/12/08.

37L’action collective est quasi impossible sur les marchés de Roubaix et, si elle émerge, elle s’avère le plus souvent infructueuse. Un des obstacles est la concurrence économique entre les commerçants, leur nécessité d’écouler rapidement leur marchandise ; en témoigne la rivalité entre commerçants alimentaires et non alimentaires. La distinction entre précaires et abonnés représente un second frein à la mobilisation collective. Les propos de ce vendeur de produits cosmétiques, à propos d’une pétition contre les placiers relatée dans la presse, le confirment une fois de plus : « en vérité ce sont les précaires qui font des histoires alors ils ont convoqué la presse, et la presse qu’est-ce qu’elle ferait pas tout pour vendre »37.

38Cependant, nous sommes très loin d’une absence d’actes d’opposition, d’une acceptation consensuelle de l’autorité municipale de la part des commerçants. Le concept de résistance permet d’explorer cet espace de contestation qui ne se transforme pas en protestation publique et collective. Cet intérêt pour les processus de résistance n’est pas nouveau. Les formes d’opposition plus ou moins ouvertes à la domination, « le texte caché » a toujours été un objet central de la sociologie. La sociologie a pour objet même de questionner les formes de pouvoir et de décalage entre visible et invisible, de s’interroger sur les normes et surtout les écarts à la norme, même si le terme même de « résistance » n’est pas toujours employé. Cependant, la nécessité des sociologues de rappeler l’objet critique des sciences sociales par rapport au pouvoir semble revêtir un caractère particulièrement opportun. Il s’agirait d’une piqûre de rappel indispensable : à travers l’utilisation du terme « résistance » comme objet sociologique, on rappelle qu’étudier les formes de contestation, de contournement du pouvoir dans des terrains divers et que s’interroger sur les moyens théoriques et méthodologiques de cette étude est un enjeu crucial et prioritaire des sciences sociales aujourd’hui.

Notes

1 Ma recherche porte sur les commerçants non sédentaires dans les six marchés de Roubaix : Rubens, l’Alma, la Nation, L’Epeule, Le Pile et Le Centre.

2 J’ai présenté mes travaux de recherche dans le cadre du séminaire MECIT, axe du CLERSE auquel j’appartiens, à partir du concept de « résistance », thème de réflexion retenu pour l’année par le programme MECIT dirigé par Valérie Cohen et José-Angel Calderón. À cette occasion, cette notion m’est apparue particulièrement féconde pour appréhender les différentes règles en vigueur dans les espaces marchands et ce, de façon dynamique.

3 Statistical Package for the Social Sciences.

4 Grâce à l’aide de Marie Cross de la PUDL (Plate-forme Universitaire de Données de Lille).

5 Ce point mérite un approfondissement qui fait l’objet d’un article en cours de réalisation.

6 Ce que j’appelle ici « origine ethnique » est en fait une donnée parcellaire et donc très imparfaite, puisqu’il s’agit de l’origine du patronyme des commerçants, à partir du recensement réalisé par la régie municipale des marchés en 2009. Les autres données chiffrées sont aussi issues de ce recensement.

7 Entretien avec un placier, le 09/01/09.

8 Entretien avec le régisseur des marchés, le 29/01/09.

9 Notes d’observation, le 28/05/09.

10 Entretien avec l’inspecteur de l’URSSAF, le 07/12/09.

11 Cf. le Journal La Voix du Nord, le 15/03/07.

12 Entretien, le 13/03/07.

13 Entretien, le 10/02/07.

14 Notes d’observation.

15 Notes d’observation, le 10/03/07.

16 Cela n’est pas sans rappeler les « discours subalternes » décrits par James Scott : « plaisanteries, rituels, codes et autres euphémismes, soit une grande partie de la culture des dominés » (1992 : 56).

17 Tout comme Charles Tilly (1986 : 542), qui en utilisant le terme « répertoire », remet en cause le caractère spontané des actions collectives, ne croyons pas à la pure spontanéité des actes rebelles présentés ici. Charles Tilly. Néanmoins, à travers l’emploi de l’adjectif « spontanés », il s’agit ici de souligner le degré plus informel de l’opposition que dans des actions « organisées », telles que les pétitions, les grèves etc.

18 Les marchés situés en centre-ville ont été délocalisés vers l’Epeule et le Pile bien auparavant afin de « nettoyer » le centre-ville, cf. Alain Neveu (1985 : 37).

19 Entretien, le 29/06/09.

20 Entretien informel exploratoire, le 16/12/06.

21 Les commerçants désignent par « Royale » la rue la plus passante, où les clients potentiels sont les plus nombreux, et donc la plus convoitée.

22 Cf. le Journal La voix du Nord, le 09/04/09.

23 Notes d’observation, le 28/05/10.

24 Cf. le journal Nord Éclair, le 11/08/09.

25 Notes d’observation, le 24/05/09.

26 Entretien, le 09/01/09.

27 Entretien avec le contrôleur, le 07/09/12.

28 113 personnes signent une pétition pour le retrait des placiers et le retour de la police municipale : « Nous les commerçants de Roubaix ne supportons plus les conditions dans lesquelles nous travaillons. Nous sommes victimes du comportement des placiers et de leurs supérieurs. Manque de respect. Abus de pouvoir en tout genre, harcèlements, mépris, nous ne sommes ni des enfants ni des employés de mairie » (pétition, le 09/01/08).

29 Le 21/10/09.

30 Notes d’observation, réunion du 28/05/09.

31 Ibid., p. 7.

32 Notes d’observation, le 14/04/09.

33 La ressemblance des origines des commerçants, d’une part, et des placiers, d’autre part, n’est pas fortuite. C’est même selon le régisseur, un des critères pour le recrutement des placiers par la mairie de Roubaix. Sur ce point des origines, voir notamment l’étude de Dominique Duprez et Michel Pinet (2003) sur les agents de médiation.

34 Entretien, le 09/01/09.

35 Cf. Le journal Nord Éclair.

36 Entretien, avec le régisseur, le 29/11/09.

37 Entretien, le 15/12/08.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540