Version classiqueVersion mobile

Qu’est-ce que résister ?

 | 
José-Angel Calderón
, 
Valérie Cohen

Première partie. Rendre visible des conduites invisibilisées

Chapitre 1. Travail précaire, précaires et résistances

Patrick Cingolani

Texte intégral

  • 1 Pour un rappel de ce point, on renvoie à notre article P. Cingolani (1996).

1Eu égard à la thématique de la résistance, je voudrais essayer de déplacer mon propos de manière à sortir en préalable d’une manière convenue de comprendre la résistance. Le mot résistance connote, en effet, d’emblée l’opposition et la résistance semble supposer un mouvement contre, une force contre. C’est la première acception du dictionnaire : « Tout phénomène physique qui s’oppose à une action ou à une force ». Il y a la résistance par action et il y a la résistance par inaction, inertie. Par action, c’est la résistance que l’on prête le plus souvent aux groupes ou aux individus, et plus généralement aux êtres vivants : l’âne chargé qui résiste à son maître qui le tire. Il y a la résistance par inertie : la résistance des corps, « force avec laquelle un corps s’oppose à la pénétration, à la séparation ou à la déformation de ses parties ». On l’emploie plus souvent pour les choses et pour les éléments naturels : la tour résiste au vent. Mais il y a aussi des manifestations humaines de cette inertie telle que la résistance passive, le freinage, la grève du zèle, autant d’action qui résistent avec pour conséquence un ralentissement. On peut même dire que le mot résistance renvoie à la capacité d’opposition, à la capacité d’empêchement : quand on parle d’espèces résistantes à un parasite, un insecticide ou un antibiotique, quand on parle aussi de résistance à une maladie, c’est de leur capacité à manifester une inertie ou à développer un processus, une action contre une action ou un processus étrangers. La résistance dans la sphère de l’action collective apparaît soit comme une opposition délibérée à une action soit comme refus plus ou moins explicite, plus ou moins réfléchi de celle-ci. La résistance semble ainsi renvoyer à une ré-action. Elle semble toute entière et logiquement réduite à une action ré-active. Soit elle tient sa réaction de l’action de l’autre comme, a-t-on dit, la tour résiste au vent ; soit elle tient sa réaction en opposition à l’action de l’autre (comme on résiste à l’oppression). Il y a l’oppression et l’action contre l’oppression. La résistance est mouvement « anti ». La conséquence d’une telle lecture est dès lors de ramener ce mot à la réaction – tout simplement. Dans l’histoire des vingt dernières années, c’est sans doute les discours sur le mouvement de 1995 qui ont le mieux manifesté cet effet rhétorique et cette lecture qui font de la résistance une réaction ! Sans revenir sur le contexte politique d’alors, on a pu voir certains intellectuels « de gauche », dont des sociologues, faire de celui-ci un mouvement de résistance certes mais de résistance au changement, à la modernisation de la sécurité sociale, un mouvement hostile aux échéances européennes – voire un mouvement de nantis ignorants les vrais exclus. Retrouvant pour l’occasion la vieille rhétorique progressiste et les lois de l’histoire du marxisme, pour mieux maquiller le consentement néolibéral au monde tel qu’il va, ces « intellectuels de gauche » n’ont vu, dans la mobilisation résistante du mouvement, rien d’autre que la manifestation de sa nature fondamentalement conservatrice. De la réaction au réactionnaire et à l’arriération il n’y a qu’un pas que d’aucuns ont franchi joyeusement1. La force résistante, n’est qu’une inertie au progrès.

 

  • 2 On pense aux réflexions de Maurice Merleau-Ponty, rappelant contre l’ultra-bolchévisme sartrien la (...)
  • 3 Qu’on pense aux réflexions de F. Fanon (1952).
  • 4 On entend bien ici le mot différend dans la conceptualisation capitale qu’en donne J. F. Lyotard (1 (...)
  • 5 J’ai moi-même insisté dans La République, les sociologues et la question politique, sur ces procédé (...)
  • 6 On peut sur ce point se reporter au livre La République, les sociologues et la question politique, (...)

2Eu égard à cette compréhension triviale mais qui néanmoins a fait florès en ce qu’elle a concouru à entretenir rien moins que la reproduction de la domination, le mot, il faut le rappeler, apparaît pourtant chargé d’acceptions toutes autres. C’est par exemple ce que suppose une acception fortement cristallisée comme « La Résistance » que l’on utilise à propos de la seconde guerre mondiale. Cette résistance à l’occupant n’a pas été seulement, opposition, elle a supposé en même temps l’affirmation positive d’une liberté ou d’une espérance, un certain pari sur l’avenir que ne cessait de démentir le fait de l’occupation et de la collaboration2. Pour être résistant il fallait affirmer l’espoir et cela à probablement à voir avec ce trésor dont parle René Char dans les Feuillets d’Hypnos et lorsqu’il oppose étonnamment « l’arôme de ces années essentielles » au « comportement le plus indigent » d’une possible après-guerre. La résistance n’a pas été seulement opposition à l’occupant, mais aussi appel à une promesse de victoire, affirmation d’une société libérée. Lorsqu’elle devient conflit ou lorsqu’elle s’associe au conflit, la résistance contient un potentiel créatif bien au-delà de la dynamique réactive. Le conflit est production au sens où précisément il doit sortir de la captation voire de la fascination de la domination de l’autre pour inventer son action et surtout son énonciation propre3. Il engage une dynamique d’affirmation de soi ou de concentration sur soi. Les mouvements sociaux se constituent à travers une activité d’auto-éducation et de communication, mais aussi à partir de formes d’examen de soi, d’interrogation de leur identité. Au vingtième siècle les groupes de « self help » féministes ont été l’expression de cette interrogation affirmative de soi, tout comme au XIXe siècle les associations ouvrières ont par diverses pratiques émancipatrices, allant de la lecture à la médecine, cherché à affirmer des modes spécifiques de souci de soi et de souci de l’autre face aux diverses formes de domination. Toute une activité symbolique de nomination et de désignation de soi a été mise en œuvre (Rancière, 1985). Le conflit dans sa manière de surmonter le différend de la domination déplace le terrain d’action et les mots4. Jacques Rancière (1992) en France ou Judith Butler (2004) aux Etats-Unis ont mis l’accent sur les procédures langagières et symboliques des dominés insistant pour l’un sur les diverses tropes du discours ouvrier dans ses représentations et dans ses luttes, pour l’autre plus particulièrement sur l’opération langagière de la catachrèse des mouvements contemporains dans leurs luttes pour l’égalité5. Tout en reconnaissant cette dimension affirmative de la résistance par opposition à un discours qui voudrait la rabattre du côté de la réaction et finalement du ré-actionnaire, je voudrais quant à moi orienter ma recherche vers quelques autres potentialités de la résistance, envisager non pas sa force affirmative dans le conflit, mais sa force affirmative dans le déplacement, le contournement ou le détournement. Prendre la résistance non dans l’hostilité du face-à-face mais dans des modes d’expression où le rapport a de tels traits de dissymétrie que l’affrontement n’est pas possible, que la conflagration des forces n’est pas possible – prendre la résistance non dans l’éclat des luttes, mais dans la quotidienneté et l’opacité de ce que – reprenant dans un instant de Certeau – j’appellerai les tactiques. En ce sens ce que je me propose c’est plutôt qu’une sociologie de la « prise de parole », qui a mon sens est décisive dans la construction des mouvements sociaux et de leurs luttes : une sociologie des pratiques, des usages ou des affirmations détournées, contournées par lesquelles la résistance s’inscrit dans une familiarité populaire. Si pour moi, la relation de la sociologie à la « parole de l’acteur » est incontournable en ce qu’elle permet au sociologue de saisir l’acteur dans sa construction politique6, je voudrais ici me placer ailleurs, dans l’espace du tacite, en me demandant si la sociologie, là aussi n’a pas à tirer quelques projections de manière à en trouver là aussi du sens, pour une politique ou pour des idées politiques.

I. Comprendre les détournements

3Je partirai donc des pratiques et pour ce qui me concerne ici des pratiques qui sont associées à la précarité, puisque tel est mon intitulé et puisque tel est un motif de la sociologie contemporaine auquel je me suis plus particulièrement attaché dans mes recherches. Je précise, à partir de pratiques du travail précaire… plutôt que de la précarité elle-même dans ce qu’elle connote du côté de la pauvreté. Je me propose d’observer des pratiques et de m’appuyer sur celles-ci en considérant qu’elles ont leur autonomie, qu’elles ont leurs temps propres, là où certaines sociologies ont tendance à la leur dénier, au nom de déterminations objectives et des contraintes de la nécessité. Je voudrais ainsi soutenir la légitimité épistémologique d’un tel travail d’observation et d’analyse des pratiques dans leur temporalité et leurs significations propres.

1. Bricolage et Tactiques

4Deux textes importants de la seconde moitié du XXe siècle abordent les pratiques et plus particulièrement leur savoir : La pensée sauvage, de Claude Lévi-Strauss (1962), l’invention du quotidien, de Michel de Certeau (1980).

5Le premier est un des grands textes qui ouvrent dans les années 60 la question des pratiques détournées dans le contexte très original de l’anthropologie et dans une réflexion dont l’horizon sont les modalités du savoir indigène, les savoirs mobilisés par l’expérience. Dans le chapitre : « la science du concret » Claude Lévi-Strauss fait une incursion dans la notion de bricolage, dans la définition du bricolage. Dans son sens ancien, explique-t-il, « le verbe bricoler s’applique au jeu de balle et de billard, à la chasse et à l’équitation, mais toujours pour évoquer un mouvement incident : celui de la balle qui rebondit, du chien qui divague, du cheval qui s’écarte de la ligne droite pour éviter un obstacle. Et, de nos jours, le bricoleur reste celui qui œuvre de ses mains, en utilisant des moyens détournés par comparaison avec ceux de l’homme de l’art » (Lévi-Strauss, 1962 : 30). Le bricolage par son étymologie et par son action apparaît comme un moyen du détourné, un art du détournement. Il connote ce détour, ce déplacement, son caractère incident (accessoire donc) dès son étymologie. Dans l’approche de sa définition le bricoleur, par opposition à l’ingénieur, apparaît comme celui qui fait avec « les moyens du bord », à partir de l’agrégation de moyens, d’objets, d’instruments qui peuvent toujours servir. Il ne subordonne pas chacune des tâches qu’il accomplit à l’obtention de matières premières et d’outils, conçus et procurés à la mesure de son projet : « son univers instrumental est clos ». Il a, à chaque instant, un nombre « fini d’outils et de matériaux, hétéroclites au surplus, parce que la composition de l’ensemble n’est pas en rapport avec le projet du moment, ni d’ailleurs avec aucun projet particulier » (ibid. : 31). En ce sens le bricoleur a à voir avec les signes « tous ces objets hétéroclites constituent son trésor, il les interroge pour comprendre ce que chacun d’eux pourrait “signifier” (…). Ce cube, ce chêne peut être cale pour remédier à l’insuffisance d’une planche de sapin, ou bien socle, ce qui permettrait de mettre en valeur le grain et le poli du vieux bois. Dans un cas il sera étendu, dans l’autre matière. Mais ces possibilités demeurent toujours limitées par l’histoire particulière de chaque pièce, ce qui subsiste en elle de prédéterminé par l’usage originel pour lequel elle a été conçue ou par les adaptations qu’elle a subies en vue d’autres emplois » (ibid. : 32). Bricoler, c’est faire avec.

6Michel de Certeau va dans une certaine mesure faire déboucher cet art du bricolage lévi-straussien sur une dimension temporelle. Il deviendra alors tactique. La tactique se distingue de la stratégie. Un peu comme l’ingénieur s’opposait au bricoleur. L’un a les moyens de son action ou plus exactement est maître de ses moyens, l’autre ne les a pas. Dans la stratégie, l’acteur contrôle le temps de la réalisation, il peut accumuler des avantages, des acquis, des savoirs dans le temps ; dans la tactique l’acteur n’est pas maître de son temps. « J’appelle tactique, l’action calculée que détermine l’absence d’un propre. Alors aucune délimitation de l’extériorité ne lui fournit la condition d’une autonomie. La tactique n’a pour lieu que celui de l’autre. Aussi doit-elle jouer avec le terrain qui lui est imposé tel que l’organise la loi d’une force étrangère. Elle n’a pas les moyens de se tenir en elle-même, à distance dans une position de retrait, de prévision de rassemblement de soi : elle est le mouvement à l’intérieur du champ de vision de l’ennemi et dans l’espace contrôlé par lui » (De Certeau, 1980 : 86). Faisant, elle aussi, avec : la tactique n’organise pas le temps, elle se saisit des occasions. Elle doit apprendre à se saisir des occasions. Et comme Claude Lévi-Strauss parlait des matériaux hétéroclites que le bricoleur fait signifier, la tactique se saisit des moments hétéroclites qu’elle fait signifier à sa propre fin, pour elle-même. Le bricolage détournait les objets, la tactique détourne les événements ; elle se saisit de ceux-ci dans leur contingence même. « La tactique dépend du temps, vigilante à “saisir au vol” des possibilités de profit. Ce qu’elle gagne elle ne le garde pas. Il lui faut constamment jouer avec les événements pour en faire des “occasions”. Sans cesse le faible doit tirer partie des forces qui lui sont étrangères » (ibid. : 21).

7Je voudrais essayer d’insister sur les pratiques faibles, sur ces pratiques des faibles dans l’espace et dans l’élément du fort. Avant d’en venir au travail, il faut penser à tous les usages que peuvent faire les classes populaires, les « dominés » d’une certaine territorialité urbaine dominante : prendre l’espace sans en faire un propre : user de l’espace dominant. Le sociologue de l’urbain et de la ville ont été sans doute les plus sensibles à ces « tactiques » au croisement des temps institués et des espaces normalisés. Ils ont suivi les usages afonctionnel ou à contresens du territoire par les classes populaires. De Certeau lui-même construit une partie du livre sur l’occupation populaire du quartier de la Croix-Rousse à Lyon. Parmi toutes ces tactiques, on peut penser à la simple occupation des lieux publics par certains jeunes dans les cités. « Tenir les murs » c’est, par inertie, détourner de fait l’espace commun de son usage fonctionnel. L’usage illégitime donne à cette occupation une durée précaire. Dans L’exil du précaire, en 1986, j’avais évoqué en ces termes l’occupation du parvis de Beaubourg par un type de population bigarrée, irréductible à une identité collective ou bien encore ethnique. L’usage du parvis apparaissait massivement détourné par cette population, plutôt jeune, ponctuellement ou durablement désœuvrée ou en tout état de cause moins inscrite que d’autres dans le cycle organisationnel et temporel du travail. Si comme l’explique Henri Lefebvre, la spécialisation de l’espace marche de paire avec la modernité et si un espace spécialisé est un espace mort (zones de bureau, cités vidées de ses populations par cycles quotidiens, condominiums, « gated communities », etc.), la polysémie qu’engendre ces usages détournés revitalise l’espace et lui donne des traits polychromes.

2. L’exemple de la perruque

8Le travail comme lieu, et comme activité fait aussi l’objet de détournement, la grève pourrait-on dire en est l’exemple historiquement le plus puissant, il est vrai autrement que sous les traits du faire avec, mais le freinage, le coulage, apparaissent plus directement comme des résistances à la discipline productive. Se saisir des occasions pour faire autrement le travail, pour faire autre chose que le travail prévu, investir les lieux, qui ne nous appartiennent pas en propre d’éléments familiers sont autant d’expressions de ces manières d’user sans posséder, de ces manières de se saisir des occasions. Au demeurant, c’est aussi comme marché, nous le verrons, que le travail peut faire l’objet d’un détournement.

  • 7 Sur tous les points qui suivent, on s’est aidé de E. de Banville (2001).

9Dans les années 70-80, le thème de la perruque a été très présent dans la sociologie. On sait que l’expression dans l’argot ouvrier, remonte au moins au XIXe siècle et qu’il s’agit d’un travail que l’ouvrier fait en fraude pour son propre compte, avec le matériel ou sur le temps de l’employeur. Elle ferait originellement allusion aux pratiques des coiffeurs qui faisaient jadis des perruques avec les cheveux des clients pendant leur temps de travail entre deux rendez-vous. Même si elle peut prendre un caractère rituel ou si elle peut aussi attester d’une culture du métier, comme à l’occasion de départ en retraite, de mariage ou de fiançailles et relève parfois d’un geste ostentatoire, elle garde des traits séditieux. Certes, à l’occasion des grands rites de passage et notamment au seuil de la retraite, elle s’exprime souvent en inutiles virtuosités professionnelles : confection de sculptures ou d’objets conciliant paradoxalement les vestiges du travail industriel et la stérilité d’une œuvre. On ne peut s’empêcher de penser au potlatch des Kwakiutl dans cette surenchère ou s’exprime à la fois le don et le lien à l’autre salarié mais aussi en même temps cette « part maudite », ce reste dispendieux et superflu qui semble exprimer et le mépris des biens de l’entreprise et la rivalité morbide avec celui qui part – toutefois la perruque a néanmoins, dans son caractère plus instrumental et désenchanté, les traits du détournement notamment lorsqu’elle vise à la production d’objets de loisir tels que, à l’heure du camping de masse « support de nourrice d’eau, piquet de tente » ou lorsqu’elle produit un matériel démontable, hache ou binette ou bien un objet décoratif n’ayant pas d’usage fonctionnel particulier7. C’est en effet du temps qu’elle arrache à la subordination, c’est aussi du matériel qu’elle détourne dans l’entreprise, ouvrant ponctuellement un espace de coopération propre délivré du contrôle patronal et hiérarchique. Dans les années 60, certains ouvriers qualifiés pouvaient fabriquer une remorque de camping, qu’il fallait sortir clandestinement de l’usine. Si ces activités latérales peuvent avoir un caractère compensatoire ou avoir l’effet d’exutoire par rapport à l’expérience de la subordination, évitant en cela le conflit et la prise de parole – la ressaisie du travail autonome permettant de supporter le travail contraint – elles sont aussi comme travail dans l’entreprise simulacre de la collaboration à l’entreprise et en cela conjuration du vol. Dans la perruque il y a tout à la fois le cercle maussien du don et ses conséquences en termes de lien, de reconnaissance et de mutuel respect, et il y a aussi la collectivisation du braconnage, jusque dans une sorte de dynamique ludique du savoir-faire et du savoir partagés contre l’entreprise et son régime de subordination. Ni vraiment vol, celui-ci fait passer le bien d’un propriétaire à un autre, même si pour le dernier cette appropriation est illégale ; ni vraiment sabotage, celui-là vise tantôt à interrompre le procès de travail tantôt à faire basculer le potlatch dans la destruction, la perruque allie une certaine rationalité utilitaire et la distance à la discipline d’entreprise deux sortes de pied-de-nez au régime de commandement de cette dernière.

II. Actualisation des tactiques d’évitement et de détournement

10Sans doute faudrait-il chercher les manifestations de la perruque aujourd’hui ? Peut-être que la pratique de cette perruque qui s’est principalement épanouie au moment même où le régime disciplinaire s’affirmait décline en ce qu’elle tend à sortir de plus en plus de l’entreprise pour se chercher dans un détournement plus large des temps à la fois dans les temps de chômage et dans les temps privés. Là où la logique de l’exit peut apparaître comme une dimension ordinaire du rapport salarial, les tactiques d’évitement et de détournement sur le lieu de travail sont bien évidemment moins nombreuses ou prennent moins le caractère d’échappées. Mais précisément n’ouvrent-elles pas pour le sociologue sinon de nouveaux terrains du moins des situations originales pour l’exploration de la sédition. Pour commencer je m’inspirerai du travail de M. Waelli (2009) sur les caissières et caissiers d’hypermarché, puis je puiserai dans un travail plus récent non plus directement au sein du travail mais tout au contraire aux croisements entre travail et activité.

1. Tactiques aux caisses

11Lorsqu’on les envisage sur le mode des solidarités productives et ouvrières traditionnelles, les caisses semblent destinées à ne produire que des non-lieux de travail. Le travail sans qualité évoqué par Sennett est par excellence la réalité à laquelle se confronte les jeunes caissiers – un travail que Sennett (2000) dirait désocialisé, car ayant perdu les savoir-faire de jadis et voué à cette condition nouvelle d’un salariat contingent, sans cumulation d’expérience. Pourtant il apparaît que les pratiques éclairent autrement les choses, permettent de comprendre des aménagements nouveaux de la relation de travail sans pour autant qu’on ignore – loin s’en faut – la dimension de contrainte et d’astreinte disciplinaire que suppose le travail.

12D’une part, Waelli invite à retourner la lecture de l’attachement du salarié à l’emploi, faisant d’une perte d’emploi une perte de soi. Le turnover des jeunes salariés s’élève souvent à plus de 100 % en caisse et la maîtrise cherche maintenant à enrayer la saignée dans leurs rangs. L’écart au travail n’apparaît pas comme impossible pour des populations jeunes souvent étudiantes, et souvent surqualifiées par rapport aux exigences professionnelles. Le caractère sans qualité du travail ne suppose pas un travailleur sans qualité. Mais plus encore au sein même du travail aux caisses, les caissières et caissiers ont développé des tactiques de sociabilités spécifiques, en arrachant des occasions et par conséquent du temps au travail. Les caissières et caissiers usent des caisses comme de plate-forme où il devient possible de tisser, à la manière de ce qui se passe sur les sites Internet de rencontre, des réseaux dont l’utilité est située en dehors de l’entreprise : ils y trouvent alors des partenaires de sport, de sortie, d’études, ainsi que, par exemple, des solutions pour des gardes d’enfants. « Dans les îlots, explique Waelli, les caissiers travaillent dos à dos. Ils discutent donc sans se voir. Sachant qu’ils ne sont pas forcément appelés à se retrouver ils ne perdent pas de temps en conventions. Les interlocuteurs peuvent être appelés à changer de caisse sans préavis et les discussions peuvent à tout moment être coupées par l’arrivée d’un client. Ils ne savent donc pas de combien de temps ils disposent pour faire connaissance » (Waelli, 2007). Mettant en parallèle situation de caisse et interaction communicationnelle dans les nouveaux médias, Waelli remarque l’utilisation ad hoc qu’ont les caissiers de leur situation en contraposition ; comment en s’adaptant aux contraintes ils en détournent les usages. Les caissiers y créent des liens instantanés, rendus possibles par la seule coprésence des acteurs dans un cadre légitimant ce type de contact (on n’imagine pas faire les mêmes propositions à son voisin de RER rappelle Waelli). Il règne un climat d’urgence, qui justifie le style très direct des échanges.

13Certes il s’agit bien de pratiques labiles – il est bien question de pratique de faibles sur le lieu du fort – mais elles esquissent des ouvertures qui nourrissent des formes de socialisation originales qui débouchent sur des réseaux relationnels après le travail. Car si hier le travail était inscrit dans une communauté et supposait une entente commune quant au monde vécu (Zoll, 1992), ce sont aujourd’hui les individus qui doivent constituer activement et réflexivement leurs sociabilités en engageant une activité communicationnelle intense. L’arrachement d’échanges et de moments au travail devient la condition d’une vie sociale au-delà du travail. Les salariés se retrouvent le week-end dans des activités récréatives (billard, cinéma, boîtes, etc.) qu’ils ont identifiées comme affinitaires. Ces échanges et ces moments manifestent la résistance aux assignations disciplinaires à l’isolement et à la solitude. Les tactiques débouchent sur des liens par-delà le travail en hypermarché et expriment une créativité sociale de réinvestissement du lien lui-même.

2. Tactiques sur le marché

  • 8 Pour tout ce qui suit on reprend de très près le texte et l’argumentaire de cet article de M. Pialo (...)

14Dans le contexte de la sociologie des « précaires », Michel Pialoux avait envisagé de fait des formes populaires de tactique de l’intérim et du marché du travail, montrant comment le travail temporaire pouvait attirer les jeunes qualifiés pour lesquels le travail intérimaire était l’occasion de déboucher sur une promotion8. Le travail temporaire leur permettait, en effet, de monnayer au meilleur compte leurs diplômes obtenus au CET, d’augmenter leur savoir-faire et d’obtenir des avantages qu’ils auraient arrachés difficilement comme salariés en CDI. Surtout, Pialoux montrait comment par une rhétorique de bluff ils amélioraient leur qualification avec le soutien tacite des agences qui avaient elles-mêmes intérêt à surévaluer leurs salariés auprès des entreprises utilisatrices de manière à augmenter leurs marges. L’interprétation de Pialoux était à mon sens en partie faussée par sa dépendance à la sociologie de Bourdieu. Il voyait dans la collusion entre les jeunes bluffeurs banlieusards et les entreprises de travail temporaire l’actualisation d’un habitus constitué dans les pratiques déviantes des cités. Nous y voyons plutôt la saisie d’opportunités de manière à faire des situations contingentes, dans les dispositifs intérimaires ou sur le marché de l’emploi, des occasions pour améliorer des conditions de travail, de rémunération ou des rapports au temps – l’attention à se « saisir au vol » des possibilités de profit et de qualification. Certes ce que la tactique ici gagne souvent se garde comme expérience et comme compétence mais elle n’en suppose pas moins une ruse de résistance, ce d’autant qu’il s’agit moins parfois de se sur-qualifier que de négocier avec le travail, arracher du temps à travers cette négociation en évitant le plus possible, comme le rappelle Pialoux, l’usine, ses chaînes et son pointage et les conditions pénibles de certains secteurs. Plutôt que la quête d’un profit, il s’agit de la quête de temps de manière tantôt à trouver du répit tantôt d’affirmer une vie autre, différente, à distance de ces humiliations et de ces brimades que les jeunes salariés devaient alors subir du petit patronat.

15On trouverait d’autres tactiques, parallèles, parmi les jeunes travailleurs précaires du secteur des arts et de la culture d’aujourd’hui. Le processus de disjonction d’avec l’emploi qui caractérisait déjà les jeunes intérimaires ouvriers, s’accentue là en raison de secteurs d’activité dont la dimension disciplinaire est traditionnellement moins forte et où la dimension émotionnelle, devant passer par une certaine autonomie du processus de réalisation de l’activité, est bien plus importante. La scolarisation de masse, et la longueur du parcours scolaire ont par ailleurs fait de cette liberté et de cet accomplissement émotionnels deux aspects décisifs de la relation de ces jeunes au travail mais ont aussi nourri un style de rapport au travail qui apparaît de plus en plus au-delà de l’emploi.

16À partir de tactiques de dédoublement de soi ou de multiplication des activités, en envisageant des convergences et des complémentarités entre tâches multiples, ce n’est pas tant la contrainte d’un travail désinvesti émotionnellement qui est évitée que des figures alternatives, qui sont cherchées. De nombreuses activités dans le secteur des arts et spectacles sont menées simultanément aux activités salariées. Ces intermittences s’inscrivent sinon dans une saisie au vol des occasions, du moins dans des latéralisations par rapport aux entraves à la réalisation et à l’épanouissement émotionnel provoquées par le travail subordonné. L’alliance de deux ou de plusieurs activités permet le déplacement du centre de gravité du travail comme rapport de commandement. Cette programmatrice en cinéma, pour qui « chaque entretien d’embauche est une épreuve de langage, de comportement, de réactivité » et dont les rapports à pôle emploi sont truffés de malentendus entretient des relations gratifiantes avec des espaces professionnels où elle peut échapper aux modèles normatifs dans le travail. Les diverses activités qu’elle fait dans et pour le secteur associatif tout à la fois serveuse et animatrice des activités du lieu sont inscrites dans des rapports « d’autorité basée sur les compétences » et non sur la hiérarchie, sur des horaires libres, tandis qu’elle voit avec angoisse « la norme liée au travail ». Cette « opératrice de duplication » cherche à obtenir le statut d’intermittent tout en se familiarisant avec les métiers de l’audio-visuel : « ça peut être un peu austère, mais je vais apprendre plein de trucs ». Toutefois, le statut que lui confère son métier va surtout lui permettre de mener parallèlement un travail artistique avec une compagnie de théâtre : « je m’investis beaucoup : je vais donner un coup de main quand ils font des représentations. Il y a des moments où pendant un mois, un mois et demi, je vais les aider, et ça me fait plaisir, et je vais être crevée, c’est de la bonne fatigue, je sais que n’aurais pas le temps de faire autre chose ». Une autre interviewée, quitte à travailler en deçà de sa rémunération légitime, comme incline à le faire les entreprises vis-à-vis des jeunes salariés, « préfère encore être mal rémunérée, mais autonome et intermittente ». Elle peut décider quand elle peut travailler pour certaines compagnies dont elle se sent proche et solidaire. Non seulement ce déplacement manifeste l’attrait de la jeune femme pour telle tâche ou tel groupe, mais il exprime de manière plus originale chez l’individu un intérêt pour un mode de coopération productif plus libre.

17Toutes et tous sont souvent passés par des « petits boulots » sans compétences particulières (ménages, cours privés, etc.), soit ont fait plus ou moins gratuitement des travaux dans les secteurs qui les intéressent, cette pluriactivité ou cette polyactivité, si elle a tantôt été provoquée par des formes précaires d’emploi ou si elle a tantôt été engendrée par l’exposition à cette même précarité, est aussi le ressort d’un savoir-faire et de savoir-être qui vont être mobilisés dans les tactiques de recherche d’emploi, dans la capacité à associer une pluralité de rôles et d’espaces pour à la fois pouvoir vivre matériellement, mais aussi pour pouvoir se réaliser.

III. En guise de conclusion : occasions, sens et contresens

  • 9 Ce passage est tiré de la quatrième de couverture.

18On ne voit souvent dans ces tactiques, ces déplacements et ces latéralisations, rien d’autre que des formes de rationalisation après coup, des rationalisations d’une impuissance à être. Ces gens qui détournent, qui déplacent pour vivre ne sont-ils pas d’abord des gens qui dénient leur échec ? L’affirmation individuelle entre les contraintes et les dominations, n’est-elle pas qu’une dénégation qui se cache ? Il y a plus de trente ans, un des sociologues décisifs de la pensée critique du XXe siècle ne suggérait-il pas de « forcer le retour du refoulé en niant la dénégation sous toutes ses formes » (Bourdieu, 1979)9. Ces pratiques, ces discours n’en sont-ils pas l’illustration ? C’est là paradoxalement prêter trop à la capacité du sujet individuel et prêter à l’individu une puissance qu’il n’a pas. Exister ce n’est pas toujours pouvoir être propriétaire et c’est précisément ceux-là qui tentent d’attraper « au vol » une occasion d’existence. Assurément a-t-on dit, rien ne remplace la prise de parole dans un âge où trop longtemps le théoricien s’est substitué aux intéressés. Ce qu’il y a à dire ne saurait être mieux dit que dans l’action collective, y compris peut-être dans son disparate et sans doute, le rôle du sociologue est-il de dialoguer avec les attentes morales et politiques que les acteurs révèlent et énoncent dans la disparité de l’action ? Mais il y a dans ces pratiques qui font parler autrement les situations et leurs contraintes, qui se saisissent des signes possibles d’un contexte socio-historiques, des traces et des indications que le sociologue ne saurait se priver d’entendre dans l’élaboration de son dialogue avec ces semblables que sont ses interlocuteurs autant que ses lecteurs. Car s’il est possible que ces tactiques se retournent, qu’elles deviennent aussi dans un retour de puissance du fort sur le faible de nouvelles conditions d’exploitation, c’est peut-être bien d’abord ce qui se donne comme sens, dans l’éclipse de l’occasion, qui doit être saisi si l’on veut un tant soit peu se tenir dans un horizon d’alternative.

Notes

1 Pour un rappel de ce point, on renvoie à notre article P. Cingolani (1996).

2 On pense aux réflexions de Maurice Merleau-Ponty, rappelant contre l’ultra-bolchévisme sartrien la dimension éthique de la politique eu égard à l’incertitude de l’avenir in M. Merleau Ponty (1995).

3 Qu’on pense aux réflexions de F. Fanon (1952).

4 On entend bien ici le mot différend dans la conceptualisation capitale qu’en donne J. F. Lyotard (1983).

5 J’ai moi-même insisté dans La République, les sociologues et la question politique, sur ces procédés symboliques (Cingolani, 2003).

6 On peut sur ce point se reporter au livre La République, les sociologues et la question politique, (Cingolani, 2003). De ce point de vue, dans la typologie du livre récent de L. Boltanski, c’est plus du troisième type de sociologie que nous nous rapprochons, lorsque Boltanski explique que celle-ci vise à saisir, à partir de ses « exigences descriptives », les « attentes morales que les acteurs révèlent dans le cours de leurs actions » – attentes certes non seulement morales, mais auxquelles bien évidemment nous ajouterons politique (Boltanski, 2009 : 30).

7 Sur tous les points qui suivent, on s’est aidé de E. de Banville (2001).

8 Pour tout ce qui suit on reprend de très près le texte et l’argumentaire de cet article de M. Pialoux (1979), à notre sens fondateur d’une certaine sociologie des précaires ou de la précarité.

9 Ce passage est tiré de la quatrième de couverture.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search