Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu'est-ce que résister ?

 | 
José-Angel Calderón
, 
Valérie Cohen

Introduction. Une catégorie d’analyse plastique et heuristique

José-Angel Calderón et Valérie Cohen

Texte intégral

  • 1 Ces « pratiques de soi » (Foucault, 2001) consistent en des petites modifications des pratiques con (...)

1Le terme de résistance est très fréquemment utilisé, depuis une dizaine d’années, pour désigner les luttes du monde social, notamment dans le champ politique et médiatique. Les réalités définies à partir de ce vocable sont en effet nombreuses et fort diversifiées : le mouvement social contre la réforme des retraites de 2010 ; la marche des ouvriers lorrains de la sidérurgie pendant la campagne présidentielle de 2012, devenue dans les médias le dernier symbole d’une « résistance ouvrière » contre la politique industrielle française et européenne ; la séquestration de dirigeants dans les usines ; les occupations des places publiques … On pourrait multiplier les exemples de cet usage massif, révélateur de son caractère spongieux qui permet de nommer des pratiques d’opposition très diverses et à la portée très hétérogène, sans s’avancer sur les enjeux qui les sous-tendent. On peut faire un constat relativement similaire dans le monde scientifique, au sein duquel les analyses en termes de résistance reviennent en force, d’abord dans le champ de la sociologie du travail, mais aussi dans celui des cultural studies. Si la sociologie du travail se renouvelle aujourd’hui avec l’analyse des résistances, c’est aussi par celle-ci, à partir de la notion agency, importée de l’anglais, que la pensée postmoderne s’affirme en soulignant la centralité des actes de résistance individuels, via les performances culturelles ou de genre notamment (Sanna, 2006). Dans ces approches, la résistance perd sa dimension collective, consistant alors en des pratiques actives, créatives, par lesquelles les agents pourraient se libérer de leur propre subjectivité et en construire une autre1.

  • 2 L’idée de cet ouvrage collectif a mûri lors d’un séminaire de recherche du groupe Mobilisations, En (...)

2Le recours massif de cette notion renvoyant à des interprétations diverses et parfois contradictoires nous a conduit à proposer une réflexion sur ses différents usages et enjeux, et ce plus spécifiquement pour l’analyse des conduites dans le monde du travail, qu’il s’agisse du travail salarié, indépendant (ou para-subordonné) ou encore du travail militant. Les chercheurs qui ont participé à cet ouvrage, sociologues et anthropologues, dont les travaux portent sur des secteurs différents d’activités donnant à voir plusieurs conduites (freinage, perruque, départs, protestations ouvertes…) et figures de la résistance (apprentis, intérimaires, caissières, ouvriers, cadres, militants), ont ainsi été invités à interroger et clarifier leur propre emploi de la résistance pour l’analyse des pratiques observées2.

Un objet d’étude de nouveau attractif

  • 3 Pour une synthèse de ces travaux, voir notamment P. Thompson (1989), J. Calderón (2006), S. Bouquin (...)
  • 4 On se réfère ici aux travaux de J-P Durand (2006), B. Appay (2005), T. Coutrot (1998).

3Notre intérêt collectif pour les résistances s’inscrit d’abord dans un contexte scientifique marqué par les flux et reflux de cet objet d’étude depuis les années 1960, en France. Thème privilégié tout au long des années 1960 et 1970, les pratiques d’opposition qui se développent dans les univers productifs, qu’elles soient souterraines ou affichées, sont alors largement étudiées à partir de solides enquêtes de terrain inscrites dans la durée3. Durant cette période, différents travaux mettent en évidence la capacité des acteurs à interférer dans les structures formalisées de l’entreprise. L’insubordination ouvrière, ainsi que ses limites ou encore ses ambivalences, est révélée à partir de pratiques diversifiées : perruque, freinage, sabotage, absentéisme, vol, conflits ouverts… L’interrogation centrale est alors de savoir comment interpréter ces pratiques et vise à cerner ce qu’elles apportent sur le plan scientifique et politique. À partir des années 1980, les travaux sur les résistances ouvrières connaissent un reflux manifeste mais c’est plus largement la question des conflits au travail qui est délaissée par l’analyse sociologique et par la science politique (Giraud, 2009). Les recherches s’orientent sur la manière dont la modernisation des entreprises (Linhart, 1994), conjuguée à l’apparition d’un chômage structurel et à l’implosion de la relation salariale, a contribué à un délitement des collectifs de travail et à une individualisation des relations de travail. Les approches critiques tendent ainsi à privilégier l’étude du « consentement », de l’« implication contrainte » ou de la « coopération forcée »4 pour caractériser la forme prise par les rapports de/au travail durant ces trois dernières décennies. Cependant, les résistances ont continué à être présentes sans pour autant être reconnues comme telles (Bouquin, 2006). Par ailleurs, l’étude des conduites protestataires demeure, dans le même temps, un objet privilégié des travaux en sociologie des rapports sociaux de sexe, comme l’attestent les recherches de Danièle Kergoat, centrées sur les capacités des individus, hommes et femmes, à résister « même dans des situations d’extrême domination » (Kergoat, 2012 : 10). Les analyses en termes de résistance se développent ainsi également durant des périodes d’inflexion des mobilisations mais plutôt depuis les marges dominées de la sociologie ou encore en marge du champ académique.

  • 5 Pour une vue d’ensemble de ces différents travaux, on peut se rapporter aux ouvrages d’I. Sommier ( (...)

4En France, dans les années 1980-1990, ce sont plutôt les conflits qui émergent en dehors de la sphère productive qui vont retenir l’attention, en particulier des politistes. Issus des sciences politiques, dont les traditions théoriques sont distinctes de la sociologie du travail, les chercheurs se réfèrent plutôt aux concepts de « mobilisation » ou « d’action collective », et s’intéressent moins aux processus de formation, dont la résistance sourde constituerait une étape dans le passage à la lutte visible, qu’aux ressorts et conditions de mobilisation des groupes « à faibles ressources »5. Les résistances ont peu suscité d’intérêt d’autant qu’elles renvoient dans ce champ à des conduites considérées plutôt individuelles, non organisées, confinées à la sphère de l’infrapolitique. L’ouvrage collectif, Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, réalisé sous la direction de Mounia Bennani-Chaïbri et d’Olivier Fillieule (2003), qui se propose d’intégrer l’analyse des résistances au sein de la sociologie des mobilisations, n’a que peu d’écho, comme en témoigne l’absence d’une entrée « résistance » dans le dictionnaire de sociologie des mouvements sociaux, édité en 2009.

  • 6 Plusieurs ouvrages collectifs sur les « résistances » ont été publiés ces dernières années en Franc (...)

5Il faudra attendre le milieu des années 2000 pour que les analyses en termes de résistance se redéploient dans le champ scientifique, notamment pour l’analyse des mondes du travail. En quelques années, différents ouvrages6 sont publiés sur le sujet soulignant la vivacité et l’hétérogénéité des formes de protestation qui ont été le plus souvent oubliées ou niées par les travaux des décennies précédentes. Les questionnements portent sur l’actualité et le sens des pratiques de résistance, les capacités d’action collective des salariés et de ceux qui les représentent, les possibilités de construire des alternatives. Ainsi l’ouvrage dirigé par Stephen Bouquin (2008) remet en question l’idée d’un consentement généralisé des salariés en montrant l’existence de conduites de résistance dans le travail. L’ouvrage collectif dirigé par Sophie Béroud et Paul Bouffartigue (2009) s’interroge plus spécifiquement sur les capacités à s’organiser collectivement face à la précarisation sociale. Les modalités et possibilités de protestation des catégories périphériques du salariat sont également, mais sous un angle différent, abordées dans l’ouvrage dirigé par Patrick Cingolani (2012). Alors qu’une dizaine d’années auparavant les transformations de l’emploi et du travail semblaient peu compatibles avec le développement d’une contestation, elles deviennent progressivement un moyen de repenser les pratiques et les potentialités de résistance dans le travail et dans ses marges.

6Si la question des résistances redevient un objet d’étude attractif, l’utilisation de cette notion n’est cependant pas toujours justifiée ou même précisée, comme le soulignent plusieurs auteurs de cet ouvrage. Pourquoi mobiliser le terme de résistance plutôt que d’autres, dont les acceptions sont relativement proches, telles que « action collective », « mobilisation », « révolte » ? Quel est l’intérêt d’opter pour ce vocable ? Qu’apporte-il à l’analyse ? Quelles sont les raisons qui conduisent à s’en éloigner ? Cet ouvrage entend ainsi apporter une contribution à l’analyse sociologique des résistances. Cependant, son interrogation ne porte pas sur l’existence, l’ampleur, l’émergence, la résurgence ou encore le renouvellement des conduites de résistance mais plutôt sur la pertinence de recourir à cette terminologie pour désigner la réalité sociale.

Une catégorie d’analyse plastique…

7Ces questions se posent dans la mesure où la résistance n’est pas seulement une notion qui pourrait se définir à partir de caractéristiques intrinsèques. Elle relève d’une construction sociale et en ce sens renvoie à une catégorie d’analyse qui, tout en ordonnant le réel par les classifications qu’elle opère, consiste également en une activité (Demazière, 2003) qui oriente la perception du réel. Comme le souligne Didier Demazière (2003 : p. 39), « catégoriser, c’est focaliser le regard perceptif, c’est identifier des objets sous un certain point de vue, et c’est donc établir ou actualiser des procédures, d’analyse, de combinaisons, de distinction, d’association, etc. ». Dans cette interprétation, la catégorie ne renvoie pas à des attributs permanents mais contient des propriétés issues d’un point de vue, elle est de ce fait nécessairement plastique renfermant des réalités hétérogènes, car dépendantes des points de vue qui les mettent en forme. Ainsi, dans les contributions de cet ouvrage, la catégorie de résistance est mobilisée pour désigner des conduites individuelles et collectives, des affrontements ou des détournements, une protestation affirmée ou masquée, des oppositions traditionnelles ou inattendues. Elle peut aussi bien signifier la distance entre le travail prescrit et le travail réel et ainsi mettre en valeur l’intelligence (ou selon les approches, la ruse) de l’ouvrier taylorisé, que décrire, depuis une lecture diachronique, la synthèse du développement des forces productives (l’ossature objective du capital selon les stades du développement technologique). Elle donne par ailleurs lieu à différents types d’interprétations. Elle peut être utilisée pour comprendre les dynamiques de recomposition de classe mais aussi de fragmentation et de hiérarchisation des catégories du capital. Une même pratique, telle que le freinage, consistant à ralentir collectivement le rythme de la chaîne est parfois appréhendée sous l’angle de sa capacité à capter les contradictions sociales (Dubois, 1976), l’accent porte alors sur sa puissance de transformation, sur ce qu’elle fait aux sujets qui s’y emploient (Calderón et López Calle, 2010). Mais cette pratique peut également être comprise comme une forme de limitation qui empêche la transformation sociale, c’est-à-dire comme une pratique de résistance, certes, mais qui s’auto-contient, permettant essentiellement de « tenir » dans le poste de travail (Burawoy, 1979 ; Linhart, 2009) ou de satisfaire certains besoins « répressifs » (Marcuse, 1968). Le potentiel critique de cette désignation peut ainsi se trouver limité par son extrême plasticité. La question est alors de savoir quel intérêt peut-on avoir en tant que sociologue à recourir à cette catégorie d’analyse.

… qui permet de dévoiler des réalités masquées

8Si la diversité des contributions ici rassemblées alimente les dimensions hétérogène et plastique de cette catégorie, chacune d’elle présente des pistes de réflexion pour spécifier les usages et les enjeux de celle-ci. En dépit de la diversité des terrains d’enquête, des contextes économiques et politiques dans lesquels ils s’inscrivent, des différents types de pratiques et d’acteurs en présence, on observe qu’identifier des pratiques à partir de la catégorie de résistance apparaît bien souvent comme un moyen de dévoiler des modes d’opposition qui sont invisibilisés par d’autres registres de classification, notamment ceux d’action et de mobilisation collective, de mouvement social ou encore de conflit. Autant de termes qui renvoient à une opposition affirmée, organisée dont le caractère protestataire n’est pas discuté tant il apparaît en phase avec des critères attendus de ce que signifie lutter. À la différence, la résistance peut rendre compte et dans le même temps révéler des réalités dont la dimension conflictuelle ne va pas de soi, non seulement parce qu’elle est masquée, informelle, discrète mais encore, parce qu’elle est invisibilisée par les cadres de référence classiques de la contestation. C’est ce que souligne Prisca Kergoat à propos des conduites de résistance de jeunes femmes apprenties, formées sur les plateaux clientèles, qui s’exercent de manière discrète, sans collectif de travail, contre des prescriptions jugées contradictoires avec la relation de service. Ces conduites qui ne disent pas leur nom manifestent pourtant des modes d’opposition, individuels certes, mais partagés par ces jeunes femmes. Il en va de même pour ces ouvrières d’Ouzbékistan étudiées par Laurent Bazin qui présentent tous les signes d’une forte soumission à moins d’appréhender les propos tenus par ces salariées comme « des mises en scène discursives de l’écrasement » qui, à leur manière, défient l’oppression exercée par un régime autoritaire. Dans un autre registre, Patrick Cingolani invite à élargir la notion de résistance aux pratiques qui n’ont pas de caractère ouvertement conflictuel puisqu’elles relèvent du contournement mais offrent néanmoins des possibilités de s’émanciper de sa condition (ou faudrait-il dire de « sa » catégorie). La catégorie de résistance permet également de s’intéresser à des pratiques mettant en scène des acteurs qui s’éloignent des figures traditionnelles de la protestation, tels que les cadres, étudiés dans les contributions de Séverin Muller et de Gaétan Flocco, ou encore les travailleurs indépendants, analysés par Véronique Marchand.

  • 7 Voir les contributions dans cet ouvrage de Stephen Bouquin et de Séverin Muller.

9Parce qu’il s’agit de mettre à jour des réalités clandestines ou invisibilisées, ces analyses invitent également à une réflexion sur les postures et les approches méthodologiques recommandées. L’enquête ethnographique, en permettant de varier et croiser les espaces d’observation, apparaît ici particulièrement adaptée pour découvrir le « texte caché » évoqué par James Scott (2008). Véronique Marchand, qui s’en inspire, montre ainsi que les « identités rebelles » se débusquent plutôt dans les coulisses : espaces situés à côté du travail, espaces privés. Prisca Kergoat insiste également sur l’importance d’avoir accès à plusieurs « scènes » (situations de formation, de travail, scolaires), dont la confrontation est une des conditions pour révéler des « pratiques de résistance discrètes ». C’est en observant et les situations de travail et celles qui se déploient en dehors de celui-ci que Patrick Cingolani peut entrevoir « la résistance aux assignations disciplinaires à l’isolement et à la solitude ». L’élaboration d’un certain regard, susceptible de débusquer des pratiques, se conjugue également à une inscription prolongée sur le terrain. La durée de l’enquête permet ainsi d’examiner les transformations de certaines conduites, de saisir la résistance dans un continuum marqué par des étapes successives d’élaboration. C’est en effet dans la durée que l’analyse se précise car, comme le soulignent plusieurs auteurs de cet ouvrage7, il n’existe pas de pratiques de résistance qui pourraient se définir intrinsèquement, celles-ci se mesurent dans les relations qu’elles entretiennent avec les logiques de domination, le positionnement des acteurs, la construction de leur subjectivité.

Bousculer les récits sociologiques dominants

10Cette méthodologie d’enquête vient souligner que ce n’est pas tant l’importance quantitative des différentes formes de rébellion, à un moment historique donné, qui déterminerait la légitimité ou la pertinence du recours à ce vocable, mais plutôt leurs dimensions qualitatives et ce qu’elles permettent de signifier. Dévoiler ce qui échappe aux pratiques traditionnelles de la contestation ne revient pas uniquement à rendre compte d’une opposition qui ne dit pas son nom mais également à remettre en cause des théories hégémoniques et par là même à construire un autre regard.

  • 8 C’est dans ce contexte qu’il faut replacer la célèbre phrase de Toni Negri qui met en question la m (...)

11Cet usage s’observe tout particulièrement pour l’analyse des groupes marginalisés ou durant les périodes caractérisées par un reflux de la contestation où la catégorie de résistance est alors renvoyée aux marges de la sociologie. Dans ces marges, des chercheurs et des collectifs de chercheurs, porteurs de regards alternatifs sur la société et sur la pratique sociologique, s’en emparent pour tenter « d’agiter » le monde académique et bousculer les récits sociologiques dominants. D’une certaine manière, à partir de ces marges, la « résistance » a souvent occupé une place centrale dans les tentatives de renouvellement épistémologique de la sociologie. Il nous vient ici à l’esprit l’expérience de la perspective de genre, dont l’approche se construit spécifiquement, à la fin des années 1970, à partir du problème de l’absence de « résistances » des femmes qui se soumettent à un rapport de classe (Kergoat, 2012). D’ici dérive une proposition pour penser à la fois le travail, les dominations et l’émancipation, à partir d’une théorisation des rapports sociaux en termes de consubstantialité et de co-extensivité (ibid., 2012). On pense aussi aux études culturelles à partir des travaux d’auteurs aussi disparates que Willis (2011) ou Scott (2009). Ces travaux opérationnalisent l’idée que la socialisation capitaliste consiste en la subsumption de toutes les conditions de vie sous des exigences de l’organisation sociale capitaliste, configurées comme des relations de valeur. Mais ils le font à partir de théorisations des « résistances » qui cherchent à comprendre comment le langage, la culture, ne sont plus seulement le simple reflet d’une fausse conscience mais un terrain de dispute qui ancre ses racines dans le vécu subjectif de l’oppression. Ce faisant, ils dessinent des pistes pour penser aujourd’hui les recompositions de classe sans passer nécessairement par un groupe social particulier, à partir de l’existence de processus de subjectivation qui déterminent des dynamiques de résistance. Enfin, dans un tout autre registre, on ne peut qu’évoquer la riche et plurielle tradition opéraïste italienne dont les membres constitués autour de Raniero Panzieri (1994), marginalisés dans le champ académique et dans les structures du parti et du syndicat, partirent à la quête des résistances pour renouer avec un regard dialectique du développement des forces productives, en rupture avec le marxisme structuraliste hégémonique de leur époque8. Pour mesurer les apports académiques du style « opéraïste » (Tronti, 2013), il suffit de comparer l’état de la question des études sur le travail dans l’ouvrage de Franco Ferrarotti (1976) et l’analyse présentée par Federico Butera qui interroge cette littérature extra-académique quinze ans plus tard (1980). La sociologie du travail telle qu’elle a été refondée quelques années plus tard s’appuiera en grande partie sur les acquis de cette littérature extra-académique de chercheurs-militants qui s’intéressent aux changements dans le contenu revendicatif des grèves, mais aussi aux comportements « individuels », qui en étant massifs et généralisés, ont des répercussions nettement collectives : turn-over, absentéisme, et ce qui a été appelé « allergie du travail » et dans la tradition italienne, « rifiuto del lavoro ». Cette résistance sera par la suite analysée comme le symptôme de la transformation d’une main-d’œuvre plus formée, ayant d’autres attentes vitales, psychiques, sociales, culturelles ; une main-d’œuvre qui s’est frottée avec les mobilisations étudiantes et pour qui le travail taylorisé est devenu abrutissant et sans intérêt. Pour rendre compte des apports théoriques de l’operaïsme, il suffit aussi de voir à quel point la catégorie de « travail vivant » (laquelle se distingue de la catégorie « force de travail » et permet de désigner le sujet vivant non-objectivé) peut être aujourd’hui utile pour explorer les possibilités d’autonomisation des catégories du capital, comme le soulignent Stephen Bouquin ou Patrick Cingolani, de manière fort différente, dans leurs contributions.

Une réflexion sur les transformations sociales

12Ces analyses rappellent également que la résistance comme catégorie d’analyse conduit à s’intéresser tant aux processus de domination qu’aux dynamiques d’émancipation, aux logiques de reproduction et de transformations sociales. Comme le montrent plusieurs contributions de cet ouvrage la résistance est à la fois un objet d’étude désignant un certain nombre d’actions ou de pratiques et une catégorie qui permet de repenser à chaque fois la relation entre individu et ordre, entre structure et changement social. Elle conduit ainsi à questionner les dynamiques de recompositions des classes sociales et le potentiel subversif (ou réversif) des pratiques inscrites dans les rapports sociaux.

13Des analyses contemporaines dans les sciences du travail utilisent aujourd’hui cette catégorie pour réfuter toute possibilité d’existence d’une classe. C’est le cas des travaux issus de la Théorie du Procès de Travail anglo-saxonne (Wilmott, 1994) qui abordent la manière dont les entreprises demandent aux travailleurs plus d’autonomie et d’initiatives, et comment ces injonctions à l’expression de soi dans le travail construisent des formes nouvelles d’ambivalence identitaire. Les nouvelles organisations exigent un investissement majeur des travailleurs mais cette liberté d’expression s’accompagne de formes d’autodiscipline qui ont tendance à infléchir l’action collective. La catégorie résistance exprime pour ces auteurs cette lutte de tous les instants d’individus isolés qui tout en cherchant à retrouver un sens à leur travail, tentent de s’assurer une identité valorisante. À l’inverse, d’autres travaux (Ackroyd et Thompson, 2006), s’appuyant sur la notion de misbehaviour (mauvaise conduite), tentent de caractériser l’abandon par les travailleurs d’une culture fondée sur la valorisation collective du travail, à laquelle se substitue une sous-culture critique, cynique, violente parfois, subversive à tout moment de l’ordre établi, anxieuse d’autonomie qui se développe tout en s’éloignant des bases matérielles et symboliques de l’ouvrier collectif. Que ce soit dans l’une ou l’autre perspective, la résistance est envisagée comme une pratique qui se contient et qui constitue en elle-même et par elle-même son seul horizon (Stewart, 2008). Contre ces perspectives, Stephen Bouquin cherche à réarticuler une définition de la pratique de résistance avec l’idée d’une recomposition de l’ouvrier collectif. Pour cela, il resitue l’expérience de l’exploitation au cœur de son propos. Quant à Xavier Dunezat et Elsa Galerand, qui s’intéressent au travail militant, ils considèrent que la formation d’un collectif est à trouver dans l’expérience quotidienne de la résistance contre les dynamiques de fragmentation et de hiérarchisation induites par la division sexuelle (et raciale pourrait-on ajouter) du travail.

14La question de la portée des résistances peut encore être posée en d’autres termes. Prenons le mouvement des indignés, analysé dans la dernière contribution de l’ouvrage. Si celui-ci peut être compris à partir des grammaires propres à la protestation, d’autres auteurs (Lara, 2013) ont préféré utiliser la notion de « commoning » (Harvey, 2012) pour rendre compte de la valeur productive que contient l’acte de « créer une ville dans la ville ». Ce qui est commun est de nature différente de ce qui est public ou privé, ce qui est commun renvoie toujours à un verbe, à une action qui consiste à produire ce quelque chose collectivement. Penser la production des places de la révolte (à Sol, à Tahrir, à New York…) comme des espaces qui sont justement produits collectivement, en dehors de toute rationalité libérale (la solitude, les vertus du vice économique, les passions tristes qui nous gouvernent), renoue avec une perspective réversive de « débordement créatif » qui au lieu de chercher l’affrontement avec l’ennemi, fait plutôt le pari de le mettre « hors-jeu ». Les dimensions subversives et réversives de la résistance méritent ainsi d’être distinguées. Comme l’écrivait le sociologue espagnol, Jesus Ibanez : « les subversifs et les réversifs posent des questions à la loi. Le subversif, ironique ou sadique, pose une question à la question : il questionne la question. Subvertir provient de sub+vertere et signifie “faire un tour par en dessous” : questionner la loi en faisant un tour en dessous de la loi pour mettre en relief ses fondements. Le réversif, humoriste ou masochiste, pose une question à la réponse : il questionne la réponse. Un policier en grève de zèle embrasse si étroitement la loi qu’il la fait exploser : la loi est toujours injuste puisqu’elle ne s’ajuste jamais à la réalité » (Ibanez, 1997 : 417).

15Le féminisme est aujourd’hui traversé par une discussion renvoyant à des enjeux relativement similaires. Pour Teresa de Lauretis (1993) le féminisme aurait découvert que « la femme » – et nous pourrions rajouter l’ouvrier, le subalterne, le racisé – n’existent pas, ou plutôt que leur existence est paradoxale puisqu’ils sont en même temps piégés (dans) et absents des discours hégémoniques. Ils sont piégés, c’est-à-dire, ils sont inscrits dans leurs propres déterminants sociaux et discursifs. Ils sont absents et cherchent donc à se réinscrire, à se redonner une valeur. Dépasser ce paradoxe impliquerait une redéfinition de la marginalité comme positionnement conscient, cela impliquerait aussi une conceptualisation de l’identité comme dés-identification. Selon cette perspective, et pour revenir aux places de la révolte, proclamer comme ce fut le cas à Madrid, « nous sommes 99 % », introduit une rationalité énonciative nouvelle qui arrache au capital la capacité à nommer la réalité et qui en même temps refuse l’identification d’un sujet particulier comme moteur du changement social (Lara, 2013). Il s’agit finalement de redonner à la résistance toute sa place dans l’analyse sociologique en ayant à l’esprit la même précaution qu’exprimait Pierre Rolle (1988) à propos de la catégorie « travail », que l’on pourrait ici remplacer par celle de « résistance » : « il existe deux manières d’exclure le travail [la résistance] de l’analyse sociologique : la première consiste à développer une science qui l’ignore. La deuxième consiste à produire une science qui le présuppose » (Rolle, 1988 : 23).

Une catégorie qui décrit et qui inscrit

  • 9 Pour revenir à Ibanez, ils peuvent le faire de façon subversive ou réversive.

16Enfin, il importe de souligner que l’un des intérêts de recourir à cette catégorie d’analyse réside dans le fait que la « résistance » est une catégorie qui décrit autant qu’elle inscrit le sociologue qui la pratique, elle nous renseigne autant sur l’objet qu’elle catégorise, que sur le sujet qui produit la catégorisation. Certes, on peut considérer qu’il en est de même pour n’importe quelle autre notion de la sociologie, en tant que science qui raisonne, qui s’objective dans le dialogue disciplinaire. Mais la « résistance » est une notion qui engage particulièrement celui ou celle qui se l’approprie pour la rendre opérationnelle. Les travaux sur les « résistances » décrivent, souvent à partir de recherches de longue haleine, la manière dont les dominés se rapportent à l’ordre et parviennent parfois, contre toute attente, à se révolter9.

17Mais les travaux sur les « résistances » inscrivent aussi les sociologues qui y prennent part, et de ce point de vue il s’agit d’une notion exigeant une importante réflexivité. Travailler sur les « résistances » constitue une forme d’engagement qui « travaille » à son tour le sociologue qui s’approprie des « résistances ». Donna Haraway (1988) écrivait que la seule manière de trouver une vision plus large sur le social est de se situer soi-même quelque part. Ce qui veut dire que le sociologue qui se situe soi-même admet la partialité et l’incomplétude des connaissances produites ainsi que leur fausse neutralité, dans le sens où ces connaissances sont produites toujours à partir d’une position sociale et politique. Souvent, les recherches sur les « résistances » ont été accompagnées d’une réflexion sur le couple objectivité-subjectivité et ont permis d’avancer vers l’intégration de la question de la subjectivité (du sujet qui résiste et du sociologue comme sujet de l’action de représenter) dans le débat théorique et épistémologique de la sociologie.

18Toutefois l’espace scientifique et l’action politique ne pourraient être confondus. Toutes les approches de la résistance se nourrissent, d’une certaine idée de l’émancipation des dominés. Cependant, il s’agit de deux sphères qui contiennent des ressources propres, des logiques et des temporalités particulières. Par exemple, la classe ouvrière, ou la classe de sexe, n’existent en sociologie que comme application d’un certain nombre d’hypothèses théoriques (Alaluf et Rolle, 2001). Mais l’action politique constitue autre chose. Le mouvement ouvrier est un pari politique, un projet d’acteur pour l’intervention dans le domaine public qui présente un autre niveau de catégorisation comme le suggère Laurent Bazin dans sa contribution.

19Ainsi, s’il est vrai qu’une sociologie critique ne peut être utilisée comme valeur d’usage que lorsqu’elle réussit à trouver des connexions entre les contenus épistémologiques, explicatifs, informationnels qu’elle mobilise et les luttes effectives ; cette même sociologie engagée risque de contraindre le moment même des luttes (et par suite, le monde des possibles) si elle n’assume pas que les connaissances qu’elle produit sont toujours partielles, situées, temporelles, conflictuelles. C’est d’ailleurs ce que nous apprennent les travaux sur les « résistances ». Les débats théoriques entre les différentes approches de la « résistance » enrichissent notre connaissance des dynamiques toujours renouvelées de composition-recomposition subjective de classe, de ses fragmentations et des contradictions qui la traversent. Ils mobilisent des mondes de sens extrêmement riches, des clés de lecture de l’ordre qui naît invariablement du désordre. De ce point de vue, la multiplication de travaux sur les « résistances » est toujours souhaitable, parce que quelle que soit l’approche adoptée, ces derniers donnent des idées. Et c’est sans doute là l’essentiel : aucune théorie ne peut se revendiquer comme étant totalement objective. L’intérêt du recours à la notion est sans doute à trouver dans la capacité de chacun à s’emparer, humblement, à sa convenance, des « résistances » et tenter de comprendre le social et de se comprendre soi-même en train de représenter le social. Nous revendiquons ici, à la fois, la pertinence du débat sur les « résistances » et une forme d’humilité pour la pratique sociologique.

Présentation des contributions et plan de l’ouvrage

20Cet ouvrage peut se lire chapitre par chapitre sans suivre un fil chronologique dans la mesure où chacun d’eux présente une réflexion spécifique sur l’usage et les enjeux de la résistance comme catégorie d’analyse. Ils ont néanmoins été organisés en trois parties qui se présentent comme trois types de position face à l’usage de cette catégorie, renvoyant à des enjeux transversaux évoqués précédemment.

 

21La première partie de l’ouvrage se compose de trois contributions qui ont en commun de convoquer la résistance, dans une acception relativement lâche, afin de pouvoir désigner et rendre compte de conduites masquées, secrètes, cachées, renvoyant à la clandestinité. Cependant, c’est moins l’invisibilité des conduites qui est mise en avant que l’invisibilisation produite par les approches sur le sujet. En remettant en question certains présupposés et normes de l’action protestataire formalisée, la catégorie de résistance permet aux auteurs de penser l’opposition sous des formes et des perspectives décalées. On y trouve des pratiques plutôt inattendues, en décalage avec les représentations généralement associées à cette thématique.

22Ainsi, Patrick Cingolani utilise le vocable de résistance pour désigner des conduites qui ne sont pas perçues comme telles dans la mesure où elles ne s’inscrivent pas nécessairement dans le registre de la conflictualité mais relèvent du « déplacement, du contournement, du détournement ». En s’appuyant sur l’analyse de Claude Levi-Strauss sur le bricolage et de celle de Michel de Certeau sur les tactiques et stratégies, il construit une approche de la catégorie de résistance qui tient compte des potentialités non pas seulement d’opposition mais également d’appropriation, et de constitution par les classes populaires d’« un propre » à partir d’outils, d’espaces, appartenant aux dominants. Dans cette perspective, Patrick Cingolani centre son analyse sur l’observation des pratiques du travail précaire. Il nous invite à porter le regard sur les manifestations actuelles du thème de la perruque, qui se présente comme un détournement emblématique, mais dont l’étude est désormais déclinante. Il s’intéresse ainsi aux « tactiques aux caisses » de supermarchés produisant des sociabilités spécifiques et à ce qu’il nomme « les tactiques sur le marché », qui fonctionnent comme des occasions de ruser avec les contraintes imposées par le marché du travail et de l’emploi afin d’améliorer des conditions de travail, d’arracher des temps de liberté, de construire des espaces d’autonomie.

23Prisca Kergoat convoque cette catégorie pour rendre compte de conduites contestataires de jeunes femmes apprenties qui sont bien souvent soit invisibilisées, soit sous estimées par les travaux sociologiques. La résistance est en effet généralement appréhendée sous l’angle de dimensions associées à la masculinité (confrontation, performance physique, virilité) et reposant sur l’existence de collectifs. À partir de ses recherches sur les apprentis, elle montre pourtant que ces conduites individuelles visant à « faire semblant » de se conformer, à « feinter discrètement », participent d’une opposition spécifique aux injonctions managériales qui relève d’une « acculturation de genre ». Il s’agit dès lors de s’interroger sur les modalités de transmission de ces pratiques qui s’élaborent sans collectif de travail mais sont néanmoins partagées par le groupe social femme. Prisca Kergoat se demande ainsi, comment expliquer que ces pratiques bien qu’individuelles soient communes au groupe social femme et dans quelles mesures relèvent-elles des situations de travail ou d’une socialisation genrée.

24Le texte de Véronique Marchand contribue également à entrevoir dans l’usage de la catégorie de résistance un moyen de mettre à jour des pratiques contestataires peu explorées : celles de travailleurs indépendants. S’appuyant sur une enquête ethnographique auprès de commerçants non sédentaires exerçant leur activité sur les marchés de Roubaix, elle étudie les types de protestations qui se trament : les discours subversifs, les actes rebelles, les combines permettant de gagner des espaces d’autonomie, les oppositions organisées (qui sont plus rares en raison de la concurrence économique existant entre commerçants). Ces formes de résistance sont mises en perspective à partir du pouvoir qui s’exerce dans ces espaces de travail, renvoyant principalement au pouvoir municipal, lequel régie le placement des commerçants, la possibilité d’exercer cette activité. Si la résistance dans le travail est généralement appréhendée comme une composante du rapport salarial, l’analyse de Véronique Marchand montre qu’elle peut également se construire en dehors de celui-ci.

 

25La deuxième partie présente deux textes, reposant sur des contextes et des analyses très différentes mais qui ont en commun une même critique : celle d’un usage abusif de la catégorie de résistance qui tend à masquer la domination pour l’un, le consentement pour l’autre.

26Est-ce que l’expression d’un mécontentement mérite a priori d’être redéfinie à partir du lexique de la résistance ? C’est une des questions posée par Laurent Bazin, qui à partir d’une enquête ethnographique dans une ville de l’ancien bassin minier du Pas-de-Calais, s’interroge sur l’utilisation massive de cette notion par des militants d’une municipalité communiste. Quels enjeux sous-tendent ce mot d’ordre politique ? La comparaison avec une situation contrastée, en Ouzbékistan, où un discours sur l’écrasement semble prédominer, l’amène à identifier et à distinguer des mises en scènes de la domination. Cette analyse de configurations inversées, résistance et écrasement, permet de montrer comment des systèmes de communication, de représentation voilent leur apparent contraire. Alors que la mise en scène de la résistance sur le terrain français s’éloigne d’une possible (ou réelle) contestation et masque une domination, la mise en scène de la soumission observée chez les salariés d’une usine textile en Ouzbékistan laisse apparaître des actes de résistance. Cette comparaison est également l’occasion de mettre en évidence le décalage, voire l’opposition, qui peut exister entre représentation et pratique.

27De son côté Gaétan Flocco questionne la pertinence des analyses qui visent à qualifier en termes de rébellion, de révolte, de résistance, les formes de protestation observées ces dernières années chez les cadres. Si ces conduites peuvent sembler surprenantes, tant les cadres ont longtemps incarné l’autorité dans l’entreprise, l’énonciation de discours critiques, le contournement de règles, les postures de retrait, relèvent-ils pour autant d’actes de résistance ? L’auteur présente d’abord les transformations récentes à la fois organisationnelles, stratégiques et économiques qui ont déstabilisé la catégorie de cadres, pour ensuite examiner la manière dont ces derniers réagissent aux évolutions de leur activité. Ses données d’enquête, ainsi que différents travaux sur le sujet, soulignent effectivement l’existence de discours critiques et de pratiques d’opposition clandestines. Il conteste cependant les interprétations qui en sont faites, lesquelles n’hésitent pas à affirmer le déploiement d’une résistance. Ces analyses relèvent, selon lui, d’un usage avant tout hyperbolique et métaphorique, car elles ne prennent pas en compte certains critères incontournables relatifs à cette catégorie d’analyse qu’est la résistance, tels que l’intentionnalité des acteurs, la portée des pratiques, leur poids quantitatif et masquent les logiques de consentement.

 

28La troisième partie de l’ouvrage rassemble des contributions qui consistent à circonscrire l’usage de la notion. À l’appui de données empiriques et/ou à l’aide de référents théoriques préalables, différents critères et conditions justifiant cet usage sont examinés.

29La contribution de Séverin Muller porte sur les registres de la mobilisation de deux catégories de salariés, cadres et ouvriers, d’une usine de fabrication de médicaments ayant fait l’objet d’un rachat, devenant ainsi une société sous-traitante de l’industrie pharmaceutique. Si au regard d’une définition relativement lâche, les mobilisations étudiées, faisant suite à ces restructurations, peuvent s’apparenter à des formes de résistance, Séverin Muller propose une analyse plus nuancée. Il procède à une étude contextualisée et processuelle des pratiques, lesquelles sont ainsi étudiées à partir de leurs situations et de leurs conditions d’émergence, de leur intentionnalité mais également de leur finalité. L’agencement de ces différents paramètres restreint ainsi le champ d’application de la notion puisque seules les pratiques qui sont intentionnellement contestatrices et occasionnent une gêne productive s’inscrivent dans le registre de la résistance, les autres relevant plutôt de modes d’ajustement fonctionnel. De cette manière, il montre que ces conduites ne peuvent être qualifiées intrinsèquement mais exigent d’être appréhendées de manière dynamique. Au final, c’est une approche tant méthodologique qu’analytique qui est proposée.

30Stephen Bouquin partage en partie cette orientation puisqu’il se prononce également en faveur d’une définition rigoureuse et restrictive de la notion. Dans cette contribution, il réaffirme et précise ce qu’il entend par « résistances au travail ». Envisagées comme des conduites sociales parmi d’autres, pour les spécifier, il met l’accent à la fois sur leur caractère ambivalent et sur l’embarras qu’elles occasionnent pour le management. Cette définition se précise, ici, à travers la critique de travaux qui ont été publiés après l’ouvrage qu’il a dirigé en 2008. Il met ainsi en évidence l’imprécision, voire l’absence, de définition associée à l’usage de ce terme ou encore certaines tentatives de conceptualisation qui viseraient plutôt à se débarrasser de cette notion. Dans le même temps, il souligne la particularité de son approche qui imbrique l’étude des conduites informelles et celle de la domination à partir d’une analyse circonstanciée des pratiques. Enfin, cette contribution s’intéresse aux différents sens de ces conduites, notamment à celui qui renvoie à un refus et à une critique du travail.

31Dans l’examen des potentialités subversives, l’existence d’un collectif apparaît essentielle et objet de débat car sa formation semble plus complexe que l’émergence d’actes d’opposition. C’est un des éléments avancé dans la contribution de Xavier Dunezat et d’Elsa Galerand qui proposent un modèle d’analyse critique des résistances. Celui-ci s’édifie en réaction non seulement à l’approche philosophique, héritée de la physique des corps présentant un sujet désincarné, mais encore au schéma de la lutte des classes, jugé réducteur dans la mesure où seuls les rapports de classes sont convoqués et que seul le travail salarié est reconnu comme un travail. Pour redonner du poids et du sens à cette catégorie d’analyse, ils nous invitent à inscrire la résistance dans une sociologie des rapports sociaux (de classe, de sexe, de race), dans laquelle celle-ci devient « la pratique des groupes dominés face aux groupes dominants ». Elle est ici étudiée à partir du travail militant, lequel a cette spécificité de se présenter à l’évidence comme une pratique résistante. Si les auteurs affirment que toute pratique militante relève bien d’un acte de résistance, ils soulignent néanmoins les contradictions de celle-ci, produisant des divisions qui empêchent le passage au collectif. Or, le collectif occupe ici une position centrale dans la construction de résistances pérennes. Sous cet angle, il apparaît sinon comme une condition du moins comme un critère d’élaboration des résistances.

32Le dernier chapitre de l’ouvrage consiste en une contribution différente dans le sens où elle ne s’appuie pas sur une enquête de terrain et ne renvoie pas nécessairement à la sphère du travail. Il s’agit moins ici de clore cet ouvrage que d’ouvrir la discussion à partir d’une réflexion sur l’activité même de théoriser les résistances. La contribution de José-Angel Calderón et de Pablo Lopez Calle insiste en effet sur la difficulté de théoriser les résistances en raison d’un paradoxe : l’impossibilité de nommer les résistances et la nécessité en même temps de le faire. Comme dans la course du lièvre avec la tortue, la sociologie court toujours derrière les pratiques qui désordonnent le monde pour essayer de le réordonner à son tour. Mais une fois la tâche accomplie, c’est le réel qui désordonne à nouveau le monde et la théorie. En ce sens, cet ouvrage ne pourrait prétendre clore le débat mais vise plutôt à le poursuivre et montre, dans le même temps, qu’en dépit d’une polysémie avérée, la résistance reste une catégorie heuristique et centrale dans l’analyse sociologique.

Notes

1 Ces « pratiques de soi » (Foucault, 2001) consistent en des petites modifications des pratiques conventionnelles ou culturellement hégémoniques afin de générer des nouvelles formes de subjectivation. La possibilité d’action (qui est comprise comme une résistance en puissance) devient ainsi présente dans chaque individu, dans chaque pratique.

2 L’idée de cet ouvrage collectif a mûri lors d’un séminaire de recherche du groupe Mobilisations, Engagements, Constructions Identitaires, Territoires (MECIT) du Centre Lillois d’Études et Recherches Sociologiques et Économiques (Clersé). Ce séminaire a interrogé, de septembre 2009 à juin 2011, la thématique des résistances. D’une part, il visait à questionner des dynamiques contestataires contemporaines face à l’inflexion de formes protestataires plus formelles ou institutionnalisées. D’autre part, il cherchait à clarifier, questionner l’usage de la catégorie de résistance à un moment où le terme revenait en force dans le champ médiatique, politique et sociologique.

3 Pour une synthèse de ces travaux, voir notamment P. Thompson (1989), J. Calderón (2006), S. Bouquin (2011).

4 On se réfère ici aux travaux de J-P Durand (2006), B. Appay (2005), T. Coutrot (1998).

5 Pour une vue d’ensemble de ces différents travaux, on peut se rapporter aux ouvrages d’I. Sommier (2003) ; I. Sommier et X. Crettiez (2006) ; E. Agrikoliansky, O. Filleule, I. Sommier (2010).

6 Plusieurs ouvrages collectifs sur les « résistances » ont été publiés ces dernières années en France, par exemple, S. Bouquin (dir.) (2008) ; S. Béroud et P. Bouffartigue (dir.) (2009) ; Cingolanni (dir.) (2012). On peut également citer l’ouvrage suivant, où il est question de résistance même si le terme n’apparaît pas dans le titre : P. Cardon, R. Pfefferkon et D. Kergoat (dir.) (2009). Concernant les articles, voir notamment : D. Linhart (2009), P. Kergoat (2006), E. Lada (2011), J. Belanger et Thuderoz (2010).

7 Voir les contributions dans cet ouvrage de Stephen Bouquin et de Séverin Muller.

8 C’est dans ce contexte qu’il faut replacer la célèbre phrase de Toni Negri qui met en question la manière dont les théories de l’hégémonie avaient fini par faire croire à une intégration de la classe ouvrière, devenue fonction du capital pour le marxisme structuraliste (« l’on découvre que dans ces usines où il semblait que rien ne se passait, il y avait au contraire une conflictualité très profonde, réprimée de façon permanente par le capital, que le problème n’était point alors la supposée intégration de la classe ouvrière, mais que celle-ci était assujettie et dominée de façon répressive et violente à l’intérieur de procès de production […] La violence est ainsi découverte […] et la résistance, sur la chaîne de fabrication, là où chaque acte de production était un acte forcé de la machine et de toutes les formes de contrôle que constituaient la position de l’ouvrier à l’intérieur de l’usine », Balestrini et Moroni, 1989 : 39). Il en résulte de cette découverte une rénovation des méthodes (la conricerca, qui opérationnalise l’enquête ouvrière chère à Marx) et des catégories d’intervention sociologique, au sein desquelles, la résistance, occupe une place centrale. C’est la résistance qui découvre la synthèse capitaliste, c’est la résistance sous toutes ses formes (sabotage, freinage, absentéisme, vol, conflits ouverts…) qui rend intelligible la structure objective du capital et permet de dévoiler la logique selon laquelle le système de pouvoir s’organise à l’intérieur de l’usine.

9 Pour revenir à Ibanez, ils peuvent le faire de façon subversive ou réversive.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540