Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Promouvoir la RFA à l’étranger (1958-1969)

 | 
Ariane d'Angelo

Troisième partie. L’entreprise de communication politique ouest-allemande dans la France de l’ère gaullienne (1958-1969)

Chapitre 3. « Inspirer confiance ». L’entreprise de communication ouest-allemande en France dans un contexte de controverse sur les crimes et les résurgences du nazisme

Texte intégral

1Dans une enquête d’opinion réalisée en 1961 par le Bureau International de Liaison et Documentation, et achetée par l’Office fédéral de presse en raison de résultats jugés « exceptionnels », 52 % des Français sondés déclarèrent qu’il était nécessaire de « maintenir en éveil les “mémoires” françaises à l’égard de l’Allemagne ». Seule une petite minorité (19 %) pensait le contraire. Au-delà du caractère avant-gardiste de la question, qui préfigurait l’idée d’un « devoir de mémoire » vis-à-vis des victimes de l’« Allemagne d’hier », ce chiffre révélait à quel point l’évocation du voisin faisait resurgir les représentations issues du passé. L’établissement de la confiance, qui sous-tend toute entreprise de relations publiques et constitue, depuis sa création, le but déclaré de la PÖA de la République fédérale, se heurtait là à son obstacle le plus sérieux. À la question « peut-on faire confiance aux Allemands d’aujourd’hui ? », posée immédiatement après, moins de la moitié des sondés (47 %) répondit par l’affirmative ; 25 % considéraient que non, et 29 % se disaient sans opinion.

  • 1 Norbert Frei, « Deutsche Lernprozesse. NS-Vergangenheit und Generationenfolge seit 1945 » in : N. F (...)
  • 2 Voir le résumé des travaux de Michael Greve et Annette Weinke par Udo Wengst, « 1969. Das vorzeitig (...)

2Le passé nazi, plus spécifiquement, faisait peser sur le travail de réhabilitation ouest-allemand une lourde hypothèque, aggravée en France par le souvenir encore vivace de la période d’occupation, entre 1940 et 1945. À la fin des années 1950, plusieurs phénomènes concoururent en outre à renforcer sa présence dans les esprits : d’une part, la vague d’actes antisémites qui culmina dans la profanation de la synagogue de Cologne, en décembre 1959 ; d’autre part, l’ampleur de la campagne de la RDA à l’encontre de juges et responsables politiques ouest-allemands soupçonnés d’implication dans les crimes nazis. Les historiens de la République fédérale associent souvent cette période au début d’une phase de « confrontation avec le passé » (Vergangenheitsbewältigung), en opposition avec une décennie 1950 portée sur la volonté de faire table rase et de « mettre un point final [à la dénazification] » (Schlußstrich-Denken1). La fondation, en 1958, du Service central d’enquêtes sur les crimes nationaux-socialistes de Ludwigsbourg est couramment considérée comme le marqueur d’une prise de conscience, même si certaines analyses récentes, au contraire, l’envisagent davantage comme une simple réplique contre la RDA, voire comme un gage vis-à-vis de l’étranger2.

3Toujours est-il que les scandales à l’encontre de personnalités de Bonn et les attaques est-allemandes portèrent le débat dans le domaine moral, et divisèrent les intellectuels jusqu’à la fin des années 1970. La réhabilitation politique et le réemploi d’un grand nombre d’individus compromis dans le nazisme (Mitläufer) surgirent tels des impensés issus de la période de création de la République fédérale. Dans l’historiographie actuelle, certains dénoncent le caractère scandaleux de la « liquidation » de la dénazification, tandis que d’autres soulignent l’origine pragmatique de cette situation – le manque de personnel qualifié – et la conversion, in fine, des individus concernés aux principes démocratiques. L’étude des pratiques est-allemandes dans ce domaine a permis de mettre au jour le même type de continuités, notamment au sein du parti unique, le SED (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands). En revanche, l’instrumentalisation de certaines professions mena par endroits à un important renouvellement du personnel : 4/5 des juges et procureurs furent par exemple remplacés en l’espace de quelques années, ce qui permit à la RDA d’attaquer d’autant plus efficacement la justice de Bonn, dont la composition resta ou redevint de son côté en grande partie identique à celle de la période nazie. S’il n’est pas question de revenir ici sur les enjeux de la « concurrence mémorielle » entre les deux États allemands, ces derniers forment toutefois la toile de fond de l’analyse consacrée à l’entreprise de communication politique de Bonn. Dans un premier temps, on se penchera sur les années 1958-1965, qui correspondent, en République fédérale, aux premières étapes du renforcement du débat public sur l’antisémitisme et le passé nazi, et qui placèrent la PÖA devant de nouveaux défis. À travers les procès Eichmann (1961), d’Auschwitz (1963-1965) et les procès-spectacles intentés par la RDA, le propos mettra en valeur la judiciarisation du rapport au passé et ses conséquences sur le processus de relations publiques à destination de l’opinion française.

4Sous la Grande coalition (1966-69), la controverse fut attisée par la personnalité des deux plus hauts représentants de l’État fédéral, le chancelier Kurt-Georg Kiesinger et le président Heinrich Lübke, ainsi que par les succès électoraux du parti politique d’extrême droite NPD (Nationaldemokratische Partei Deutschlands). Les services de Bonn enclenchèrent une série de mesures spécifiques afin d’apaiser les tendances anti-allemandes, promptes à dominer le discours des médias français sur l’ensemble des grands problèmes du moment, en particulier celui de la prescription des crimes nazis.

  • 3 Valérie-Barbara Rosoux, Les usages de la mémoire dans les relations internationales : le recours au (...)

5Une dernière série de questions mettra en jeu les relations de la République fédérale et de l’État français, dans la perspective de leurs rapports – individuel et/ou commun – au passé, et de leur mise en scène dans l’espace public. Le sujet des commémorations tend à révéler des tendances plus antagonistes que ce que le rapprochement entre De Gaulle et Adenauer – lui-même indice d’une utilisation du passé à des fins de politique étrangère3 – évoque traditionnellement aux yeux de la postérité. L’analyse des activités des services fédéraux de communication politique tout au long de la période révèle une attitude complexe, mêlée de rancœur à l’égard de la France, de retenue forcée et d’initiatives audacieuses. L’étude de la PÖA contribue ainsi simultanément à mettre en valeur les apories du travail d’édification d’une mémoire commune franco-allemande, et à réviser les idées communément admises sur les modalités de la « présentation de soi » ouest-allemande à l’étranger.

I. Le retour de l’antisémitisme et des crimes nazis sur le devant de la scène publique (1958-1965)

6Au seuil des années 1960, Bonn dut faire face à l’émoi provoqué à l’échelle mondiale par une série d’incidents à caractère antisémite sur son territoire. L’inquiétude de l’étranger, en particulier celle de l’influente communauté juive américaine, décida le gouvernement fédéral et le Bundestag à témoigner de leur condamnation unanime à l’encontre de ces agissements, qui furent sanctionnés par un durcissement du Code pénal, le 30 juin 1960. En février, le chancelier Adenauer se rendit au camp de concentration de Bergen-Belsen en compagnie d’une délégation juive emmenée par Nahum Goldmann, président du Congrès juif mondial et négociateur de l’accord de réparation germano-israélien du 10 septembre 1952. Avec ces événements s’acheva une période de plusieurs mois pendant laquelle l’Auswärtiges Amt et l’Office fédéral de presse notèrent la vigilance grandissante de l’opinion internationale à l’égard des phénomènes antisémites en Allemagne, et tentèrent d’en minimiser les effets.

Les phénomènes antisémites des années 1958-60

7Dès 1958, le ministère fédéral des Affaires étrangères constata que l’American Jewish Committee (AJC), puissante organisation juive qui entretenait d’excellents contacts avec le gouvernement américain, avait utilisé les résultats d’un sondage confidentiel commandité par Bonn pour dénoncer la résurgence de l’antisémitisme en Allemagne fédérale. L’Auswärtiges Amt recommanda à ses légations aux États-Unis et au Canada de répliquer qu’il s’agissait de données isolées, et qu’aucune tendance n’avait été établie de façon scientifique ; devant les remous qui agitèrent le public américain, il s’accorda avec le BMI et le BPA pour demander aux postes diplomatiques de continuer à proscrire la communication de résultats de sondages officiels à la presse. L’argumentation destinée à rassurer le public étranger au sujet de l’antisémitisme reposait sur deux types d’éléments : le premier insistait sur l’attitude de la presse ouest-allemande et de la société civile (partis, syndicats, églises), laquelle condamnait unanimement les actes antisémites présents – en l’occurrence, des profanations de tombes juives – et passés, revenus dans l’actualité à la faveur du procès contre Ludwig Zind, un enseignant d’Offenbourg reconnu coupable d’insulte à la mémoire des victimes de l’Holocauste. L’effort d’éducation et les initiatives privées en direction de la jeunesse devaient également être mis en avant. L’autre partie de l’argumentation consistait à rappeler les réparations versées par le gouvernement fédéral ; un état des lieux avait été publié à cet effet dans le Bulletin du BPA.

8En France, la réaction de la presse et de l’opinion fut, dans l’ensemble, plus mesurée. Certes, l’Office de presse s’inquiéta d’une prise de position de L’Aurore, relayée par l’agence Reuters fin 1958, selon laquelle l’antisémitisme d’une grande partie du peuple allemand restait indéracinable, augurant de sombres perspectives pour le cas où surgirait « un nouvel Hitler ». Mais Blankenhorn fit savoir que la majorité des journaux français traitait la question avec une « remarquable objectivité » ; les initiatives du gouvernement ouest-allemand étaient appréciées, notamment son projet d’élargissement du cadre de la loi sur l’indemnisation des victimes des persécutions nazies (Bundesgesetz zur Entschädigung für Opfer der nationalsozialistischen Verfolgung), et sa conduite dans le « cas Nieland », une affaire déclenchée par la publication à Hambourg d’un traité négationniste et antisémite. L’ambassadeur n’omit cependant pas de signaler qu’en dépit d’un ton objectif, Le Monde ne tranchait pas entre l’interprétation optimiste, qui faisait de l’affaire Nieland un cas isolé, et celle, plus négative, qui y voyait l’indice d’une tendance de fond.

9Par l’intermédiaire de son Bloc-Notes dans L’Express, l’écrivain François Mauriac se révéla au même moment appartenir à la seconde catégorie. Sa condamnation des manifestations antisémites en République fédérale, qui prenait appui sur les récentes impressions de voyage de Michel del Castillo, rencontra un certain écho ; et l’ambassade envisagea un temps d’intervenir, bien qu’elle considérât l’influence politique de l’auteur comme minime. Le germaniste Alfred Grosser et le consul général français à Hambourg Jean Fernand-Laurent la devancèrent en protestant par le biais de lettres à l’hebdomadaire ; Mauriac lui-même campa sur ses positions, citant la mise en garde de l’évêque de Limbourg, Walther Kampe, dont le quotidien catholique La Croix s’était fait le relais, et soulignant à quel point il était satisfait, dans de telles conditions, de savoir l’Allemagne divisée. L’ambassadeur s’estima donc heureux de ne pas avoir provoqué de polémique avec le Prix Nobel de littérature, qui se caractérisait à son avis par une considérable « étroitesse d’esprit en matière politique » (politische Engstirnigkeit).

10Avec la vague d’actes antisémites de l’hiver 1959-60, le problème prit une tout autre ampleur. La profanation à Cologne de la synagogue et du monument aux victimes du nazisme, dans la nuit de Noël, fut suivie d’une multitude d’incidents sur le territoire fédéral, et même à l’étranger (Londres, Paris, New York, Tel Aviv). Le Livre blanc édité par le gouvernement et traduit en urgence par le BPA dès février en recensa pas moins de 470 pour la seule République fédérale, et pour le seul mois de janvier. La publication de cette documentation et la condamnation rapide des coupables – dans le cas de la synagogue de Cologne, deux membres du parti d’extrême droite Deutsche Reichspartei (DRP) – furent décidées en réaction au tollé déclenché par cette série d’actes antisémites dans l’opinion mondiale. L’Office de presse et les représentations ouest-allemandes à l’étranger, qui surveillaient quotidiennement les nombreuses retombées de ces incidents dans les médias, furent chargés pour l’un de publier, pour les autres de diffuser 15 000 exemplaires en français et 25 000 en anglais du Livre blanc préparé en toute hâte par le BMI. Ces versions comportaient une annexe d’une trentaine de pages entièrement consacrée à la réaction de l’opinion publique ouest-allemande, qui venait à nouveau faire la démonstration que la culture politique de la République fédérale avait changé, et qu’elle excluait toute forme d’antisémitisme. En réalité, comme l’indiquaient les résultats des sondages menés annuellement par l’Institut für Demoskopie (IfD) d’Allensbach, le retentissement de la vague de profanations (puis du procès Eichmann) dans la population ouest-allemande n’était pas tout à fait aussi explicite. Par peur de la réprobation sociale, les Allemands firent souvent le choix d’une absence temporaire de réponse, pour mieux revenir plus tard à leur position d’origine. Une grande partie de l’opinion (35 %) n’approuvait par ailleurs pas la décision de dénoncer publiquement les actes antisémites. Le gouvernement fédéral n’avait donc aucun intérêt à ce que ces statistiques soient communiquées à l’étranger, encore moins à ce qu’elles parviennent aux mains des lobbys juifs américains.

11La large diffusion du Livre blanc sur les incidents antisémites et nazis répondait en ce sens à une volonté de saturer l’espace public par la communication officielle. La visite par le chancelier du camp de Bergen-Belsen, en février 1960, sa rencontre avec le premier ministre israélien David Ben Gourion, en mars, les débats sur la révision du Code pénal et des livres d’histoire, qui se prolongèrent toute l’année, y contribuèrent eux aussi à un échelon supérieur à celui de la PÖA. L’urgence était d’autant plus présente que la vague de profanations servait pleinement les objectifs de la RDA, en lui permettant de relancer et d’étendre la campagne qu’elle menait depuis 1957 contre la présence d’anciens nazis dans la justice ouest-allemande. Bonn répliqua en insinuant que les communistes étaient impliqués dans ces incidents. La tactique était risquée, car les preuves étaient rares. Dans le Livre Blanc, le ministre fédéral de l’Intérieur Gerhard Schröder ne se hasardait d’ailleurs pas à confirmer la théorie d’une action entièrement coordonnée par la RDA. Au Quai d’Orsay, le sous-directeur pour l’Europe Bruno de Leusse soupçonnait lui aussi les Allemands de l’Est d’en être à l’origine ; mais le gouvernement fédéral manquait à son avis de preuves pour pouvoir convaincre efficacement l’opinion. Le Figaro souscrivait également à la thèse d’une « provocation communiste ». Sans surprise, L’Humanité et Libération profitèrent du contexte pour renouveler leurs attaques contre la République fédérale et le chancelier, dont ils pointèrent la responsabilité dans la vague d’incidents antisémites. Le reste des titres français commentait le phénomène en insistant sur le fait que l’antisémitisme latent n’était pas spécifique à l’Allemagne, mais que ses racines y avaient jusqu’ici été insuffisamment combattues. La jeunesse devait bénéficier d’un effort d’éducation, et les coupables être punis de manière plus sévère. Consciente de ces enjeux, la communication officielle mit très tôt en avant les poursuites engagées contre les auteurs des méfaits et l’initiative qui visait, par l’intermédiaire d’une commission de pédagogues et d’historiens, à réformer l’enseignement pour mieux faire connaître les persécutions des Juifs.

12Peu de temps après la capture d’Adolf Eichmann, qui déboucha l’année suivante sur son procès à Jérusalem, les services fédéraux durent gérer une nouvelle affaire en relation avec le passé nazi, qui démontra que celui-ci pouvait facilement s’interposer entre Bonn et Paris. Le 11 juin, Bruno de Leusse fit part à l’ambassade allemande du « très profond malaise » de son gouvernement à l’annonce dans la presse d’un rassemblement d’anciens SS dans la ville franconienne de Windsheim, au cours duquel avait été entonné le chant de la « garde noire » d’Adolf Hitler. Le fait que la police n’ait pas empêché l’hymne d’être chanté, et que l’événement ait coïncidé avec un discours appuyé de réconciliation du ministre français des Affaires étrangères envers l’Allemagne, prononcé pour l’anniversaire du débarquement, fut qualifié de sérieuse menace potentielle pour la coopération franco-allemande. Cette mise en garde fut renouvelée dix jours plus tard, à Bonn, par un conseiller de l’ambassade de France à Bad Godesberg, Jacques Schricke. Les paroles prononcées par le secrétaire d’État au BMG, Franz Thedieck, lors du rassemblement fédéral des Associations régionales d’expulsés de Prusse Occidentale (Landsmannschaft Westpreußen), n’avaient pas non plus été appréciées : Thedieck avait laissé entendre que la réunification devait inclure des territoires situés au-delà des frontières de 1937, et avait fait allusion dans ce contexte au Traité de Versailles. Concernant l’affaire de Windsheim, l’Auswärtiges Amt demanda aux postes diplomatiques aux États-Unis, au Canada et en Europe de procéder à un démenti complet des affirmations de la presse : selon ses informations, la référence au chant nazi était apparue à la suite d’une plainte déposée par un ancien membre du parti communiste KPD (interdit en 1956), qui tenait lui-même la nouvelle d’un de ses acolytes, présent dans une brasserie de Windsheim au soir du rassemblement. Le scandale se réduisait par là même à peau de chagrin. Les ambassades devaient le mettre en avant en prouvant que la manifestation n’avait rien de politique, et que l’évocation de troubles néo-nazis était injustifiée.

Le procès Eichmann (1961)

  • 4 Les quatres idées principales dominant l’opinion du monde libre sur l’Allemagne étaient selon Diehl (...)

13À l’approche du procès d’Adolf Eichmann, prévu pour s’ouvrir le 11 avril 1961 à Jérusalem, soit un an après la spectaculaire capture de l’ancien officier SS par les services secrets israéliens, les responsables du bureau 993 de l’AA et de la direction de l’étranger au BPA préparèrent pour leurs supérieurs respectifs des synthèses consacrées à « l’ambiance anti-allemande » dans le monde (Antideutsche Stimmung im Ausland). Pour le premier, « l’hypothèque du passé » constituait le principal problème. La propagande est-allemande en jouait habilement grâce à une accumulation d’événements favorables : la vague d’incidents antisémites de l’hiver 1960, la démission du plus célèbre ancien nazi des instances dirigeantes de Bonn, le ministre fédéral des expulsés Theodor Oberländer, et son procès-spectacle intenté par contumace en RDA, ou bien encore les « beaux discours » de certains représentants des partis au pouvoir devant les associations d’expulsés. Pour Diehl, l’évocation des crimes nazis contribuait à raviver quatre préjugés fondamentaux contre les Allemands, qui s’exprimaient différemment selon les pays et devenaient particulièrement préoccupants aux États-Unis4 ; le procès Eichmann n’arrangerait donc pas la situation.

14Au même moment, la PÖA ouest-allemande créée à la charnière 1959/60 entrait dans sa phase de rodage et bénéficiait d’un budget conséquent. Les événements de l’été 1961 n’étant pas encore prévisibles, une grande partie de l’effort de communication politique fut portée sur la préparation du procès de Jérusalem. Sur les indications du rédacteur du Bulletin en anglais Richard Yahraes, l’Office de presse entreprit la réalisation d’une interview avec un universitaire allemand, dont la diffusion était destinée à prévenir les retombées négatives du procès Eichmann dans la presse étrangère. Après avoir un temps envisagé de s’adresser au politiste et économiste Ferdinand Hermens, il convainquit le sociologue Max Horkheimer de participer au projet. Celui-ci ne comptait pas que des partisans : le député de la CDU et économiste Franz Böhm déconseilla la démarche à son collègue de l’École de Francfort ; l’ambassadeur allemand à Washington, Wilhelm Grewe, considérait pour sa part que seuls des annonceurs privés – c’était, par exemple, le cas de Springer – pouvaient se permettre de présenter de tels supports politiques aux médias. L’interview d’Horkheimer connut donc une diffusion moins importante que ne l’espérait à l’origine le comte Schweinitz, chef du service Amérique du Nord au BPA : le 15 avril, elle passa sur une radio de Chicago et fut ensuite diffusée sous la forme de brochures dans les écoles, universités, et le milieu intellectuel américain. Grâce à ses contacts avec l’Atlantik-Brücke, l’Office s’assura le soutien logistique sur place de l’American Council on Germany.

15Un effort financier conséquent, issu du fonds 300, fut par ailleurs consacré à l’envoi d’observateurs ouest-allemands à Jérusalem. Le chef du service Europe de l’Ouest et Israël au BPA, Hans Stercken, reçut ainsi pour mission de couvrir la première partie du procès pour le gouvernement fédéral, d’entretenir les relations avec les correspondants ouest-allemands présents sur place, et de rapporter les réactions de la presse étrangère ; sur la consigne de Günter Diehl, ces informations furent traduites et transmises quotidiennement à l’ensemble du réseau diplomatique par l’intermédiaire de l’Informationsfunk. Un dossier de presse fut également remis à l’avance à l’ensemble des représentations ouest-allemandes. L’accent fut mis sur une préparation minutieuse, car le BPA appréhendait fortement les effets de l’accumulation de reporters internationaux au même endroit, qui plus est dans un contexte d’attaques communistes – pas moins de 600 lignes téléphoniques directes avaient été installées dans la salle de tribunal (en revanche, le fait que les sessions aient pour la première fois bénéficié d’un filmage intégral en vidéo ne semble pas avoir retenu l’attention des services de communication fédéraux). Schweinitz jugea qu’une intervention a posteriori risquait d’être perçue comme une tentative de fuite devant les responsabilités allemandes ; l’action d’information devait donc commencer avant le début du procès, posséder un contenu « objectif » et respectueux vis-à-vis des victimes, et mettre en valeur l’idée selon laquelle la population allemande aurait vécu la période nazie dans une attitude de « distance intérieure » à l’égard d’Hitler. Des précautions particulières furent prises à l’encontre des pays non alignés, notamment des nations arabes, pour ne pas risquer de dévoiler la stratégie de communication de Bonn à l’adversaire politique. La PÖA autour du procès Eichmann devait être gardée secrète, si bien que tous les frais afférents provinrent du titre 300 : ils servirent à financer les voyages vers Israël de journalistes allemands proches des instances de Bonn, à régler des achats de matériel d’information pour le dossier de presse, à organiser des réceptions informelles avec les correspondants israéliens, allemands et américains, ou encore à envoyer à Tel-Aviv une délégation de jeunes Allemands engagés en politique, dans le syndicalisme et les associations. Malgré cet effort de discrétion, le quotidien israélien Haaretz révéla avant même le début du procès l’existence de la mission de presse fédérale. Le Spiegel ironisa lui aussi sur l’ampleur des initiatives du BPA, en particulier sur les contacts de Schweinitz avec l’organisation juive américaine B’nai B’rith, laquelle fut invitée pendant le procès à une visite organisée du camp de concentration de Dachau.

  • 5 « Im deutschen Volkskörper, im moralischen Leben des deutschen Volkes gibt es heute keinen National (...)

16L’objectif de la PÖA fédérale était bien, comme le raillait l’hebdomadaire de Hambourg, de montrer à quel point le nazisme et l’antisémitisme avaient été éliminés de la réalité de l’Allemagne moderne. La déclaration télévisée d’Adenauer, qui fut rédigée par Günter Diehl et diffusée la veille de l’ouverture du procès Eichmann, l’affirma de manière catégorique : « Dans le corps social allemand (Volkskörper[sic]), dans la vie morale du peuple allemand, il n’y a aujourd’hui plus de national-socialisme, plus de sentiment national-socialiste. Nous sommes devenus un État de droit »5. Le chancelier rappela l’importance des réparations et de la « relation d’amitié entre la nouvelle Allemagne et Israël ». Vis-à-vis de la presse internationale rassemblée à Jérusalem, l’Office de presse mit en avant les résultats obtenus par le Service central d’enquêtes de Ludwigsbourg ; la RDA se servait, elle aussi, d’une « documentation », destinée à montrer que le cas Eichmann n’était pas isolé. Conformément à la stratégie de l’évitement, ou de la réponse discrète, l’AA et le BPA proscrivirent néanmoins une réponse systématique – ou tout du moins sous la même forme – à ces attaques. La conférence de presse de l’avocat vedette Friedrich Karl Kaul ne fut donc pas suivie d’une manifestation identique côté ouest-allemand ; l’information rapportée par un journal israélien selon laquelle les journalistes français et italiens avaient quitté la salle en signe de protestation contre la propagande est-allemande conforta le bien-fondé de cette décision.

17La sentence de mort contre Eichmann fut qualifiée par la communication officielle de « clémente » ; le Bulletin insista sur l’unanimité du gouvernement fédéral, des partis politiques et de l’opinion publique ouest-allemande à ce sujet.

18Bien que l’ambassade d’Allemagne à Paris se soit fortement inquiétée avant le procès de son retentissement potentiel dans l’opinion française, en raison de la présence d’un grand nombre d’envoyés spéciaux, sa couverture par la presse s’avéra remarquablement mesurée et objective. Les journaux populaires et à sensation avaient certes appâté leurs lecteurs avec des images illustrant les atrocités contre les Juifs, mais nulle part n’apparaissait une condamnation à l’encontre de l’ensemble du peuple allemand. Chaque jour du procès était attentivement suivi, et l’énigme de la personnalité d’Eichmann, tout à la fois monstre et brave homme lambda, faisait couler beaucoup d’encre. Seul Alain Clément, le 12 avril, porta un regard critique sur le discours d’Adenauer et sur ses remerciements à Israël, un procédé qui manquait selon lui d’inspiration ; le journaliste du Monde jugea par ailleurs que la situation plongeait la presse ouest-allemande dans une certaine confusion, car elle était peu habituée à ce que la vérité soit dite à propos du « Troisième Reich ». Dans un rapport daté du 5 juin, l’ambassade confirma qu’en dehors des journaux communistes, la presse française ne témoignait d’aucun anti-germanisme. La façon dont Le Figaro et Le Monde suivaient le déroulement du procès ne différait pas fondamentalement de celle de leurs équivalents ouest-allemands ; cette objectivité était mise sur le compte d’un assentiment collectif à la coopération franco-allemande : l’évocation des crimes nazis, qui avait si souvent été citée en frein à la réconciliation, avait fini au fil du temps par perdre de sa vigueur.

19À la différence des États-Unis, l’opinion française semblait moins sensible au retour des crimes antisémites sur le devant de la scène publique qu’à l’apparition de phénomènes laissant penser que la page du nazisme n’était pas encore tout à fait tournée. On constate donc sans surprise qu’une grande partie de l’effort de communication en matière de judiciarisation des crimes nazis visa le public américain (en France, l’attention fut davantage dirigée sur les suites de la guerre et de l’occupation, cas particulier qui sera traité dans la dernière partie de ce chapitre). Des documentations comme les synthèses annuelles du BMI sur la « lutte contre les tendances d’extrême droite et antisémites » furent néanmoins traduites en anglais, français et espagnol. Aux États-Unis, la Ligue anti-diffamation (Anti-Defamation League / ADL) de l’organisation juive B’nai B’rith fit elle-même paraître une brochure récapitulant les plus importants éditoriaux et discours politiques ouest-allemands au sujet du procès Eichmann. L’événement fut l’occasion pour le BPA d’établir des liens solides avec des représentants de la communauté juive dans le monde et en Allemagne, et de lancer un processus de PÖA qui leur était entièrement destiné. Une coopération étroite existait déjà avec l’Allgemeine Wochenzeitung der Juden in Deutschland, dont l’éditeur, le journaliste Karl Marx, avait interviewé Adenauer dès novembre 1949, avant de devenir un acteur des négociations sur l’accord de réparations. Le voyage en Israël pour le procès Eichmann du rédacteur de l’Allgemeine Wochenzeitung Alfred Wolfmann, qui écrivait également pour l’hebdomadaire du DGB Welt der Arbeit, fut financé par le BPA. Mais l’Office de presse renonça finalement à faire paraître sa grande documentation sur le procès, dont l’élaboration dura plus de deux ans, chez un éditeur juif : le choix se porta sur l’Econ Verlag de Düsseldorf. La rédaction de l’ouvrage de plus de 300 pages impliqua le directeur de l’Office gouvernemental de presse israélien, David Landor, le journaliste Schalom Ben-Chorin, et l’attaché de presse de la mission israélienne à Cologne, Moshe Tavor (Fritz Tauber). L’accent fut mis sur une reproduction minutieuse des actes d’accusation et des pièces du procès.

  • 6 Klaus Wiegrefe, « Der Fluch der bösen Tat. Die Angst vor Adolf Eichmann », Der Spiegel 15, 2011, p. (...)
  • 7 Rolf Vogel (Hg.), Deutschlands Weg nach Israel. Eine Dokumentation, Stuttgart, Seewald, 1967 ; —, E (...)

20Enfin, le BPA conclut un contrat régulier avec le journaliste Rolf Vogel, auquel avait été confiée en 1961 la seconde moitié de la couverture du procès Eichmann, après Stercken. Vogel était lui-même à moitié Juif et avait souffert des persécutions nazies, mais s’efforçait de promouvoir le dialogue. En 1956, il avait déjà produit un moyen-métrage pour l’Office de presse (Israel – Staat der Hoffnung). Selon l’historien et rédacteur du Spiegel Klaus Wiegrefe, Vogel était cependant aussi un agent du Bundesnachrichtendienst (BND), les services secrets ouest-allemands, envoyé à Jérusalem en 1961 pour prendre la défense éventuelle du secrétaire d’État à la Chancellerie Hans Globke, qui risquait une mise en implication par Eichmann6. Le journaliste joua vraisemblablement le rôle de spécialiste des questions israéliennes pour plusieurs institutions de Bonn. Les archives de l’Office fédéral de presse montrent qu’il fut pressenti en 1963 pour coordonner l’ensemble de la PÖA à destination d’Israël et de la communauté juive mondiale. Diehl souhaita toutefois maintenir un contrôle sur son travail. Un contrat fut conclu avec Vogel en 1964. L’établissement des relations diplomatiques entre la République fédérale et Israël, l’année suivante, rendit moins urgent le développement de la PÖA, par le biais de laquelle Diehl souhaitait approfondir les contacts du BPA avec Israël. Le journaliste se vit par la suite confier l’édition d’un service régulier de presse, les Deutschland Berichte, qui étaient distribués à l’étranger – à l’exception des pays arabes – en versions anglaise, française et espagnole. Par ailleurs, il rédigea plusieurs ouvrages pour le compte de l’Office de presse, dont une chronique historique retraçant Le Chemin de l’Allemagne vers Israël et une documentation sur la prescription des crimes nazis en République fédérale7.

Les attaques ad hominem du début des années 1960 (Oberländer, Globke, Blankenhorn, Kutscher)

21Le procès Eichmann servit à la RDA pour donner une nouvelle ampleur à une pratique devenue célèbre en 1959 lors d’une procédure intentée contre le ministre ouest-allemand des expulsés, Theodor Oberländer : la campagne médiatique visant à discréditer une personnalité de Bonn aux yeux du monde. L’amorce en était en général donnée par des conférences de presse devant des journalistes ouest-allemands et internationaux, qui étaient suivies d’un procès-spectacle en RDA et d’une condamnation par contumace. Les premières accusations est-allemandes contre Oberländer eurent lieu dès 1954, alors qu’il venait d’entrer au gouvernement ; à l’été 1959, la RDA se mit à dénoncer son implication dans des massacres commis à l’Est. L’ancien participant au putsch d’Hitler à Munich, en 1923, et président de l’Association pour le « germanisme » à l’étranger (Volksbund für das Deutschtum im Ausland) nazie à partir de 1934, prêtait particulièrement le flanc aux attaques communistes. En dehors de son rôle de théoricien de la « supériorité de la race allemande » et de l’expansion à l’Est, il fut pendant la guerre le commandant de différents bataillons soupçonnés d’avoir perpétré des massacres de Juifs, de communistes et de prisonniers russes.

22Malgré plusieurs procédures lancées par des tribunaux ouest-allemands, aucune preuve ne permit d’établir la responsabilité d’Oberländer. Devant la pression médiatique et celle du SPD, il se retira néanmoins au moment d’atteindre l’âge de la retraite, le 3 mai 1960, en rejetant l’ensemble des accusations portées contre lui. Quelques jours plus tôt, le tribunal suprême de la RDA avait condamné le « meurtrier de Lemberg », du nom de la ville d’Ukraine associé à un massacre, à la prison à vie. En France, la campagne est-allemande avait été soutenue par les Échanges franco-allemands, qui avaient organisé conférences et projections de diapositives pour discréditer le ministre fédéral. Sans surprise, L’Humanité fit une abondante publicité au procès-spectacle ; mais dès le mois d’avril, l’ambassade nota que la plupart des journaux, y compris Libération et France-Soir, se contentaient de reproduire des dépêches d’agences. En juin, Le Monde adopta une ligne plus critique : le 8, un éditorial dénonça les rassemblements d’anciens SS ou réfugiés en Allemagne fédérale ; le 28, Henry Torrès exposa dans la rubrique « Libres opinions » les raisons de son inquiétude à l’égard du révisionnisme allemand, que le départ d’Oberländer n’était pas parvenu à apaiser.

23Les attaques ad hominem de la RDA ne semblaient donc pas impressionner beaucoup l’opinion française ; c’est davantage leur concomitance avec des événements soulevant les enjeux des frontières et du révisionnisme, et ravivant le souvenir de la guerre, qui provoqua des manifestations d’hostilité. La question nationale, sur laquelle portèrent la plupart des efforts de PÖA vers la France, était donc bien au cœur des tensions entre les deux pays. L’ambassadeur Herbert Blankenhorn résuma du reste en réponse à une circulaire de l’Auswärtiges Amt :

  • 8 « Die französische öffentliche Meinung wird von der gegen die Bundesrepublik gerichteten Diffamieru (...)

« L’opinion publique française n’est presque pas affectée par la campagne de diffamation contre la République fédérale et la publicité pour la SBZ. Les Français sont par nature critiques et peu réceptifs à la propagande. Plus primitives sont les attaques contre la République fédérale, plus désuets paraissent les ressentiments anti-allemands qu’elles sont censées raviver, et plus l’effet contredit l’intention d’origine. »8

24Le proche collaborateur d’Adenauer Hans Globke fit également l’objet d’attaques précoces, dès le succès électoral de 1953. Celles-ci prirent un tour très virulent après la capture d’Eichmann, et dans le contexte de son procès : la RDA accusa d’une part le secrétaire d’État à la Chancellerie fédérale d’avoir permis la fuite en Amérique du Sud de l’ancien SS en lui procurant un passeport mis à disposition par le Vatican. D’autre part, alors que l’activité de Globke comme commentateur des lois raciales sous le national-socialisme était déjà régulièrement dénoncée, y compris par le SPD, la tête pensante de la propagande est-allemande, Albert Norden, passa à l’offensive en l’accusant d’avoir lui-même rédigé les Lois de Nuremberg. Le secrétaire général de la Commission pour l’Unité allemande (Ausschuss für Deutsche Einheit) et membre du bureau politique du SED organisa le 28 juillet 1960 une grande conférence de presse internationale à Berlin-Est, au cours de laquelle fut diffusée une brochure intitulée Globke et l’extermination des Juifs (Globke und die Ausrottung der Juden), qui fut éditée au total à 100 000 exemplaires. La presse et la radio-télévision est-allemandes, ainsi que les organes des associations à l’étranger relayèrent immédiatement l’information.

25En France, les attaques de la part de journaux et d’organisations communistes furent régulières. En mars 1961, par exemple, le chancelier Adenauer s’inquiéta d’une lettre reçue dans sa villégiature de Cadenabbia, dans laquelle le président de l’Union des Juifs pour la Résistance et L’Entr’aide, Charles Ledermann, l’exhortait à congédier Hans Globke. La demande était contresignée par une trentaine d’intellectuels de gauche, au nombre desquels figuraient Vladimir Jankélévitch, Charles Hernu, Robert Merle ou encore Jean-Paul Sartre. Dans ce type de situations, la Chancellerie fédérale faisait souvent demander des précisions à l’ambassade, avant de lui transmettre des consignes par l’intermédiaire de l’Auswärtiges Amt. Globke était lui-même très curieux des réactions de la presse étrangère, en particulier celles des trois alliés occidentaux. En 1963, décision fut prise de devancer l’ouverture du procès-spectacle du secrétaire d’État à Berlin-Est par une série de mesures de communication politique : un texte dénonçant le caractère strictement propagandistique de la procédure et l’absence de preuves contre Globke fut envoyé à toutes les représentations diplomatiques en versions française, anglaise et espagnole. Le gouvernement fédéral ne prévoyait aucune autre prise de position. Ce communiqué fut reproduit dans le Bulletin et cité par le porte-parole Karl-Günther von Hase en ouverture de la conférence de presse fédérale du 8 juillet ; le chef du BPA mit par ailleurs en doute la probité de l’assesseur du tribunal, Hans Reinwart, et insista sur le fait que la RDA ne disposait ni des prérequis moraux, ni juridiques, pour rendre un verdict à l’encontre de Globke.

  • 9 Nationalrat der Nationalen Front des Demokratischen Deutschland (Hg.), Braunbuch. Kriegs- und Naziv (...)

26En dépit de ces attaques incessantes, et de l’importance du procès-spectacle qui en constitua le point d’orgue à l’approche de la date de départ à la retraite de Globke, le chancelier fédéral conserva son conseiller auprès de lui jusqu’à ses propres adieux au pouvoir, le 15 octobre 1963. Les campagnes est-allemandes contre les personnalités de Bonn n’en cessèrent pas pour autant. En juin 1964, c’est le président fédéral Heinrich Lübke qui tomba dans le viseur d’Albert Norden. Un an plus tard, la RDA attira l’attention du monde entier avec la publication du Livre brun [sur] les criminels de guerre et nazis en Allemagne occidentale (Braunbuch)9. L’ouvrage, dont le titre faisait référence au Livre brun de 1933 sur l’implication des nazis dans l’incendie du Reichstag, mettait en accusation pas moins de 21 ministres et secrétaires d’État ouest-allemands, 100 généraux et amiraux de la Bundeswehr, 828 hauts fonctionnaires de la justice, 297 de la police et de la sécurité fédérale, et 245 diplomates. Le bureau de communication politique de l’AA (L3) demanda aux postes ouest-allemands à l’étranger d’éviter tant que possible le sujet. Parmi les diplomates cités dans le Livre brun en poste en France se trouvaient les noms d’Herbert Blankenhorn et de l’ancien conseiller d’ambassade Ernst Kutscher. Günter Diehl, Fritz von Twardowski et Harald Zühlsdorff, du BPA, figuraient au nombre des « idéologues nazis manipulateurs de l’opinion publique », et Felix von Eckardt était cité pour son activité de « scénariste de films fascistes ». Conformément à la tactique qui consistait à ne pas relever les attaques pour ne pas leur donner de l’ampleur, la PÖA n’entreprit pas de démentir ces éléments, qui reposaient sur des données biographiques précises (et souvent exactes). La réaction de l’opinion française prouva qu’il s’agissait de la bonne stratégie : malgré les nombreuses attaques menées par Norden contre Blankenhorn depuis le début des années 1950, l’ambassadeur ne fut jamais vraiment inquiété. Seule sa comparution dans l’affaire Strack, en 1959, menaça de lui faire quitter son poste prématurément. Au même titre que l’ancien secrétaire d’État à la Chancellerie fédérale Walter Hallstein, Blankenhorn dut répondre des chefs d’accusation de dénonciation mensongère et d’injure lancés par Hans Strack, un fonctionnaire du ministère fédéral de l’Économie mis en cause pour corruption, et muté pour cette raison du service Proche Orient au service Extrême Orient du BMWi. En première instance, l’ambassadeur fut condamné à quatre mois de prison avec sursis pour avoir relayé les soupçons de corruption sans les vérifier (Hallstein fut pour sa part acquitté). La presse française s’intéressa à l’affaire sans témoigner – à l’exception de Libération – d’hostilité à l’égard de Blankenhorn ; Paris Journal, Combat et France-Soir s’interrogèrent surtout sur l’identité de son remplaçant à Paris, car il était pour eux peu probable qu’il soit maintenu dans son poste ; Libération, enfin, fit allusion au volet politique de l’affaire, puisque Blankenhorn et Hallstein étaient des proches conseillers du chancelier, tandis que Strack était celui du ministre fédéral de l’Économie Ludwig Erhard.

  • 10 Alain Clément, « La carrière de M. Blankenhorn, ambassadeur à Paris, paraît gravement compromise », (...)

27Un article du journaliste du Monde Alain Clément montre que l’ambassadeur était même plutôt apprécié. Clément considéra que le jugement était exagéré et injuste à l’encontre du diplomate, en qui il voyait « un des artisans les plus efficaces de la réconciliation de l’Allemagne nouvelle avec ses adversaires d’hier »10. Ce verdict trop sévère était pour lui la preuve qu’il y avait en République fédérale non seulement une justice, mais une « super-justice », dont la « grandiose perspective morale » avait conduit, à force de vouloir assimiler les gouvernants aux gouvernés, à « venger une injustice par une autre ». Ces développements sont remarquables dans ce qu’ils révèlent du regard porté sur la justice ouest-allemande et de la sympathie manifestée vis-à-vis de l’ambassadeur fédéral, le tout venant, comme le nota Jansen, d’un journaliste habituellement réservé à l’égard de l’Allemagne. En seconde instance, l’année suivante, la peine du diplomate fut d’ailleurs commuée en acquittement, et il resta en poste jusqu’à sa mutation pour Rome, à l’automne 1963.

28Le conseiller de politique étrangère de Blankenhorn à Paris, Ernst Kutscher, fut aussi la cible d’attaques communistes. Juriste de formation, Kutscher (1909-1974) entra en 1933 au NSDAP et occupa diverses fonctions au sein de l’Auswärtiges Amt, notamment celles, pendant la guerre, de chef du service spécialisé dans les voyages de personnalités étrangères en Allemagne (subdivision de la direction du protocole) et de chargé des questions d’information au sein de l’équipe personnelle de Ribbentrop. Mais c’est sa participation à la conférence de Krummhübel, les 3-4 avril 1944, qui le poursuivit dès la fin des années quarante, à la suite de révélations issues des procès de Nuremberg. Cette conférence avait rassemblé les responsables des questions juives (Judenreferenten) du réseau diplomatique nazi dans le but d’intensifier la propagande anti-juive en Europe, et Kutscher y avait entre autres déclaré : « Les Juifs sont à l’origine de la guerre […]. Les Juifs sont la malédiction de tous les peuples […]. Avec cette guerre, les Juifs ont creusé leur propre tombe. » Après une courte détention par les Américains, le diplomate reprit rapidement pied, gravissant les échelons de la bizone dans le domaine de l’économie et des réparations jusqu’à devenir, en septembre 1949, l’attaché personnel de Ludwig Erhard. Les différentes procédures menées à son encontre, dont l’une sollicitée par lui-même, n’avaient rien pu prouver. Le tribunal de Marbourg, présidé par un historien (Schilling), l’acquitta à deux reprises (1947 et 1949) et considéra même qu’il s’était comporté en résistant contre le nazisme. Par la suite, Kutscher profita d’être impliqué dans les négociations israélo-allemandes sur les réparations pour arranger son retour dans le service diplomatique, qu’il obtint fin 1952 par l’intermédiaire de Blankenhorn, et au regret de son supérieur Ludwig Erhard. Cette transition controversée fut facilitée par les contacts établis par Kutscher avec des personnalités juives et israéliennes, qu’il activa à cette fin. L’éditeur de l’Allgemeine Wochenzeitung der Juden in Deutschland, Karl Marx, l’assura notamment de son soutien.

  • 11 La FNDIRP comptait à l’époque environ 30 000 membres. Sur le paysage mémoriel français et ses cliva (...)

29Cette aide vint à point nommé, en juin 1963, quand le diplomate subit les attaques de la Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes (FNDIRP), une des principales associations du paysage mémoriel français, qui possédait des liens étroits avec le PCF11. La démarche consista en l’envoi d’une lettre au ministère français des Affaires étrangères, lui demandant d’intervenir pour que Kutscher quitte Paris. Pour l’ambassade, le problème provint de ce que l’information parut dans le journal Le Monde ; quelques jours plus tard, cependant, elle put rassurer la centrale en annonçant que Karl Marx s’était personnellement adressé à son rédacteur en chef, Hubert Beuve-Méry, pour nier toutes les accusations portées contre le diplomate, et que sa lettre avait été publiée par le journal. Comme son supérieur, Kutscher quitta donc Paris fin 1963 pour regagner Bonn, où il monta en grade et dirigea le service consacré à l’URSS. Le reste de sa carrière, jusqu’en 1974, le mena comme conseiller d’ambassade à Bruxelles, puis comme consul à Buenos Aires et Madras, avant un retour à la direction du protocole, puis du droit, à l’Auswärtiges Amt.

Le procès d’Auschwitz à Francfort (1963-65)

  • 12 M. Delvaux-Couvin, « Les criminels de guerre devant leurs juges. 1. Vingt ans après : Pourquoi ? », (...)

30À Francfort-sur-le-Main s’ouvrit le 20 décembre 1963 le procès de 22 membres de l’administration du camp de concentration nazi ; bien qu’il ne se soit plus agi de la première garde hitlérienne, mais plutôt de la « troisième garniture », comme l’appela la presse française, l’événement eut un fort retentissement en République fédérale et dans le monde : c’était la première fois qu’une juridiction ouest-allemande abordait de manière systématique la question des crimes nazis, après de longues investigations menées par des individus comme le procureur général Fritz Bauer, et par le Service central d’enquêtes de Ludwigsbourg. Les envoyés spéciaux à Francfort du Monde et du Figaro, Roland Delcour et Dominique Auclères, commencèrent l’un et l’autre par s’interroger sur le caractère tardif de la procédure, et narrèrent tous deux la découverte fortuite, par le rescapé des camps Emil Wulkan, de documents sauvés de l’incendie de l’hôtel de ville de Wrocław (Pologne). La communication officielle ouest-allemande, de son côté, insista sur le fait que l’apparition tardive des documents était due à leur rétention par les Alliés. Le 24 avril 1963, le Bulletin cita ainsi en première page une déclaration du Conseil de l’Église évangélique en Allemagne (Evangelische Kirche in Deutschland / EKD), dans laquelle celle-ci exposait avoir été informée par des « milieux compétents » que « les anciennes puissances d’occupation [avaient] gardé secrètes, même après le procès de Nuremberg, les archives saisies ». L’argumentation servit à plusieurs reprises, en réponse aux voix qui s’élevèrent dans le monde à ce sujet. Elle apparut d’ailleurs mot pour mot sous la plume du correspondant particulier de La Croix à Bonn, Marcel Delvaux-Couvin, dont certains indices laissent penser qu’une collaboration étroite le liait au BPA12 : la justice allemande avait pâti du manque de coopération avec les Alliés, qui avaient auparavant détenu l’entière compétence pour juger les crimes nazis, et gardé en leur possession des millions de documents. Mais depuis la création du Service central d’enquêtes de Ludwigsbourg, en 1958, des milliers de personnes avaient pu être mises en accusation et condamnées (les chiffres étaient ensuite cités avec précision).

31L’opiniâtreté du Service central d’enquêtes fut mise en valeur au même titre que les mesures de réparation en faveur des victimes du nazisme, dont les montants faisaient déjà l’objet de rappels réguliers dans le Bulletin. En référence à la promesse faite par le chancelier Erhard lors de sa déclaration d’investiture, le 18 octobre 1963, la publication officielle du gouvernement annonça pour les années à venir la somme de 12 milliards DM de dédommagements ; elle rappela que la RDA, de son côté, ne pratiquait aucune indemnisation. Ses accusations à l’encontre du néo-nazisme en République fédérale n’étaient donc pas fondées.

32Comme lors du procès Eichmann, les services gouvernementaux de communication politique menèrent plusieurs initiatives spéciales à Francfort, en toute discrétion. Mais les mesures de PÖA à destination du public furent dans l’ensemble très peu nombreuses. La concomitance du procès avec une période (1964-65) importante sur le plan mémoriel, puisqu’associée dans de nombreux pays aux commémorations du 20e anniversaire de la fin de la Seconde guerre mondiale, et en France au surplus avec un net refroidissement des relations avec Bonn, ne fournit pas un cadre favorable à la PÖA. Les réactions de la presse française allaient des propos révoltés de L’Aurore aux descriptions détaillées des exactions nazies, du sadisme et de la lâcheté de leurs auteurs, jusqu’aux photos grand format de cadavres émaciés gisant par grappes dans la terre d’Auschwitz. Sur un mode moins sensationnel, Le Monde faisait un compte rendu exhaustif du déroulement du procès de Francfort et des autres procédures en cours (Treblinka à Düsseldorf, Hans Hefelmann à Limbourg). À la veille des consultations franco-allemandes d’avril 1964, à Bonn, le bureau de presse de l’AA diagnostiqua un niveau historiquement haut de l’anti-germanisme dans la presse française.

33Ces circonstances expliquent la discrétion des services fédéraux de communication. La seule initiative d’une quelconque envergure apparue au cours des recherches est la décision de contribuer à l’encadrement des groupes d’étrangers venus témoigner à Francfort. L’idée fut émise par Fehr, d’Inter Nationes, qui, comme il l’expliqua à von Hase, utilisa ses contacts avec la Croix-Rouge locale pour « dissiper la méfiance des témoins ». En échange d’une contribution financière, le BPA s’assura de la coopération des deux accompagnatrices de la Croix rouge, Emmi Bonhoeffer et Ursula Wirt. Celles-ci fournirent un certain nombre de prestations – médicaments, collants nylon, sorties du week-end dans des familles allemandes du Taunus –, d’abord accueillis avec une grande méfiance par les participants ; les médias, très curieux d’en apprendre davantage, furent strictement tenus à l’écart. 149 témoins furent encadrés de cette manière, pour la plupart des Polonais.

  • 13 En référence au pamphlet de 1937 de Louis-Ferdinand Céline. « Bagatelle pour un massacre », Le Mond (...)

34Avec une nouvelle flambée d’événements antisémites, la controverse au sujet de la prescription, et un jugement d’Auschwitz considéré dans l’ensemble comme trop clément par la presse française – Le Monde parla de « Bagatelle pour un massacre »13 –, le contexte de 1965 fut particulièrement chargé. Il ne fit pourtant que préfigurer les événements des années 1966-68. La PÖA dut gérer une série de processus qui démentait les fondamentaux de son entreprise de relations publiques en faveur d’une Allemagne nouvelle et digne de confiance. Non seulement les plus hauts personnages de l’État fédéral furent attaqués pour leur passé sous le nazisme, mais surtout, l’extrême droite connut un succès spectaculaire dans les suffrages.

II. La problématique nazie sous la Grande coalition (1966-69)

Des nazis au sommet de l’État ? La gestion de l’image de Kiesinger et Lübke par la PÖA

  • 14 H. Miard-Delacroix, Willy Brandt, p. 143.

35Le nouveau gouvernement Erhard formé après les élections au Bundestag de septembre 1965 se délita un an plus tard avec le départ des ministres du FDP et sous l’influence d’une perte d’autorité massive de la CDU, déstabilisée par plusieurs revers électoraux et par les succès simultanés du Parti national-démocrate d’Allemagne (Nationaldemokratische Partei Deutschland / NPD) aux scrutins régionaux. Bien que le chancelier en poste s’accrochât au pouvoir, le groupe parlementaire chrétien-démocrate confia au ministre-président du Bade-Wurtemberg, Kurt-Georg Kiesinger, la responsabilité de former une nouvelle alliance gouvernementale. C’est ainsi que vit le jour la première Grande coalition de l’histoire de la République fédérale entre la CDU/CSU et le SPD, alors présidé par le maire-gouverneur de Berlin (Ouest) Willy Brandt. Le « compromis bariolé »14 qu’elle incarnait du point de vue politique en était aussi un sous l’angle du passé de ses deux têtes de file sous le nazisme, et même sous celui des relations avec la sphère médiatique : l’ancien émigré Brandt, devenu ministre fédéral des Affaires étrangères, côtoyait l’ancien membre du NSDAP Kiesinger au sommet du pouvoir ; Franz Josef Strauss, impliqué en 1962 dans l’affaire du Spiegel en tant que ministre de la Défense, et désormais aux Finances, faisait face à l’auteur de l’article qui l’avait compromis, Conrad Ahlers, devenu le deuxième personnage de l’Office de presse et d’information.

  • 15 L’ancien ministre fédéral des Affaires étrangères G. Schröder (à la Défense sous la Grande coalitio (...)

36Les deux niveaux étaient étroitement liés : en novembre 1966, par renvoi d’ascenseur, Ahlers avait aidé le futur chancelier à s’innocenter des accusations portées contre lui, soupçonnait-il, par ses concurrents chrétiens-démocrates Barzel et Krone, en diffusant un document daté de 1944 qui le présentait comme un adversaire du régime nazi. Kurt Georg Kiesinger (1904-1988) avait un passé problématique : avocat entré au parti nazi en mars 1933, il fut affecté en 1940 à l’Auswärtiges Amt, où il succéda à Hans Schirmer au poste d’adjoint du chef de la direction radiophonique, Gerhard Rühle, et assura la liaison avec le ministère de la Propagande. Interné de 1945 à 1946, il fut dénazifié puis amnistié en 1948, et entra l’année suivante au Parlement fédéral. Ce passé, qui comprenait encore certaines zones d’ombre inconnues du public15, ne parvint cependant véritablement sur le devant de la scène qu’en novembre 1968, quand Beate Klarsfeld gifla Kiesinger lors du congrès de la CDU à Berlin. Mais les archives de l’Office fédéral de presse montrent qu’on prit les devants pour éviter qu’il resurgisse. Dès la désignation par les partis chrétiens-démocrates, certains titres français firent part de leurs interrogations sur la personnalité de l’adversaire d’Erhard : pour Le Figaro, il s’agissait d’un cas de conscience pour l’Allemagne tout entière, et L’Humanité n’eut pas de mots assez durs pour condamner l’« ex-nazi » Kiesinger. Mais le BPA et les postes diplomatiques à l’étranger (notamment celui de Washington) constatèrent que le ton de la presse mondiale s’améliora nettement dès la fin de la crise de transition gouvernementale. Dans les pays neutres et occidentaux, seuls les journaux communistes et quelques titres de gauche continuèrent de relayer des informations en provenance de la propagande est-allemande ; en France, L’Humanité publia par exemple des documents issus des archives de l’ancien Auswärtiges Amt.

37Alors que l’ensemble de la presse française guettait les déclarations d’intention du nouveau chancelier en matière de politique étrangère, l’Office de presse réserva à Paris-Match l’exclusivité d’un reportage qui faisait de Kiesinger le Kennedy (« KGK ») de la nouvelle Allemagne et laissait envisager non seulement un assouplissement de la doctrine Hallstein, mais aussi un renoncement à l’arme atomique. L’article parut même trois jours avant la déclaration de politique générale du chancelier (13.12.1966). Le chef du BPA, Karl-Günther von Hase, soigna particulièrement la préparation de la première visite officielle à Paris : Kiesinger s’entretint d’abord à Bonn avec les correspondants français, au sujet desquels lui furent transmises des informations synthétiques, et parfois quelques mises en garde ; des entrevues confidentielles furent prévues à Paris avec la presse, en présence de Von Hase ; des discours furent également préparés à destination de la radiodiffusion-télévision française et de ses équivalents ouest-allemands. Le porte-parole avertit par ailleurs le chancelier du risque de manifestations communistes et d’anciens combattants à son encontre une fois sur place, mais l’informa du soutien du président de l’Association centrale des combattants de la résistance allemande « et de ses amis français ». L’opération médiatique fut une réussite, et Kiesinger impressionna autant par sa volonté de rapprochement avec la France, qui tendait à effacer le clivage entre atlantistes et gaullistes, que par sa maîtrise des relations avec les journalistes.

38Les interactions du chancelier fédéral avec les médias français furent toutefois soumises à un strict contrôle, et ne dépassèrent pas un cadre conventionnel composé de réceptions par l’Association de la presse diplomatique française et de thés informels organisés lors des différentes visites à Paris, toujours en présence du chef du BPA. Conrad Ahlers échoua semble-t-il à conclure des pourparlers engagés avec l’ORTF dans le but de réaliser une émission où Kiesinger se serait entretenu en direct avec plusieurs journalistes pendant une heure (Diehl s’opposa au projet). De même, une nouvelle interview par le magazine Paris-Match, en 1968, fit l’objet de multiples interventions de la part de l’Office : dans le catalogue de questions initialement transmis par le journaliste Raymond Tournoux, Stercken supprima toutes les demandes relatives à la concurrence économique entre la France et la République fédérale, ainsi qu’à l’entrée de la Grande-Bretagne dans le Marché commun ; il en ajouta sur les conceptions philosophiques et politiques du chancelier – rapport au pouvoir, à l’idée démocratique et au nationalisme – avec l’intention de dissiper les doutes concernant son passé. Comme le nota Klaiber, les attaques dans la presse française de gauche étaient fréquentes, et il était important que Kiesinger prenne position sur ses rapports au nazisme et à l’interdiction du KPD. Le service de rédaction du BPA (Pätzold) prépara ensuite les réponses par écrit, qui servirent d’ailleurs pour compléter l’interview puisque celle-ci se déroula dans de mauvaises conditions. La version définitive fut contrôlée par Diehl, et envoyée à la Chancellerie fédérale pour vérification.

  • 16 Beate Klarsfeld, Die Geschichte des PG 2633930 Kiesinger. Dokumentation mit einem Vorwort von Heinr (...)
  • 17 « […] mal aimée et s’aimant mal, jouant la mijaurée avec ses protecteurs occidentaux mais bonne fil (...)

39Les années 1968-69 se révélèrent à nouveau très problématiques pour l’entreprise ouest-allemande de relations publiques vers la France : d’une part, on assista à une multiplication des revendications et actions des organisations communistes ou affiliées (FNDIRP, CGT) ; Kiesinger fut plusieurs fois publiquement pris à partie par Beate Klarsfeld, au Bundestag et par le biais d’une publication16, et l’écrivain ouest-allemand Heinrich Böll, qui soutenait l’activiste, critiqua violemment le chancelier fédéral dans L’Express. Au même moment, l’hebdomadaire était en première ligne pour dénoncer la façon dont Bonn proclamait la « toute-puissance » du Deutsche Mark. Car la crise monétaire et les peurs ressenties face à la concurrence allemande formaient la toile de fond de cette dégradation générale du climat. Alfred Grosser, dans Le Monde, avait beau démontrer qu’en raison d’une criante impuissance politique, la République fédérale n’imposerait pas sa domination économique à l’Europe, le portrait tiré par le rédacteur spécialisé du journal, Paul-Jean Franceschini, à l’occasion des 20 ans du pays, frisait la caricature17.

  • 18 Annexe n° 11.

40La controverse autour du président fédéral Heinrich Lübke, qui toucha alors à sa fin par le retrait anticipé de ce dernier, le 30 juin 1969, ne constitua ici qu’un élément aggravant parmi d’autres, mais intéressant par ce qu’il révèle des méthodes de communication politique employées pour le défendre. La raison officielle invoquée en octobre 1968 pour justifier cette décision était la tenue simultanée de l’élection présidentielle et du scrutin au Bundestag ; en réalité, en plus de troubles de la mémoire de plus en plus gênants dans ses activités de représentation, Lübke (1894-1972) subissait depuis 1964 les conséquences d’une campagne de dénonciation continue en provenance de RDA. Président fédéral depuis 1959, il travailla pendant la guerre pour le cabinet d’architecture et d’ingénierie Walter Schlempp, qui construisit notamment sous les ordres du ministre de l’Armement Albert Speer les baraquements de la base militaire de Peenemünde, sur les bords de la Baltique. En tant que chef de chantier, Lübke avait fait appel à des travailleurs forcés et des prisonniers de camps de concentration. Le 24 janvier 1966, Albert Norden produisit devant la presse internationale des plans présentant sa signature et destinés à étayer la thèse du « maître d’œuvre de camps de concentration » (KZ-Baumeister). La façon dont les services fédéraux gérèrent la crise fut complètement chaotique : le 16 février, l’Auswärtiges Amt ordonna aux postes diplomatiques de répandre l’idée selon laquelle « il était en dessous de la dignité du président fédéral de réagir à ces accusations ou de les soumettre à un examen de fond ». Or, en septembre, l’Administration de la présidence fédérale contesta l’authenticité des signatures, et le 28 octobre, l’AA émit une circulaire contenant une documentation très complète du BMI à ce sujet, avec les résultats d’une enquête de l’Office fédéral de police criminelle (Bundeskriminalamt) qui montraient, preuves à l’appui, que la RDA s’était servie de photocopies du paraphe de Lübke18.

  • 19 Herbert Wehner, ancien membre du KPD et, comme Brandt, émigré sous la période nazie. Entré au SPD e (...)

41L’affaire connut un nouveau rebondissement fin 1967 – début 1968, quand une expertise de l’Américain J. Howard Haring confirma l’authenticité des signatures sur différents plans originaux. Elle fut révélée par le magazine ouest-allemand Stern et provoqua d’importants remous dans la presse du pays et à l’international, si bien que Lübke intervint à la télévision et à la radio le 1er mars 1968 pour récuser les accusations portées contre lui. Pendant ce temps, l’AA et le BPA enquêtèrent sur Haring et aboutirent à la conclusion qu’il s’agissait d’un « spécialiste reconnu, fiable et doté d’une bonne réputation ». Un sondage mené en République fédérale montra que seuls 17 % des personnes interrogées accordaient du crédit aux déclarations du président. Les médias français prirent notent de la courte allocution de Lübke (5 minutes) sur un mode très variable : le correspondant du Figaro De Kergorlay souligna l’honnêteté foncière du président mais s’interrogea sur sa capacité à convaincre l’opinion ; L’Aurore trouva sa conduite évitante ; L’Humanité fut rejoint par Combat dans des attaques qui s’élargissaient à l’Allemagne fédérale dans son ensemble ; Le Monde, pour sa part, constata que Lübke n’était pas parvenu à dissiper le « malaise » provoqué en Allemagne et à l’étranger par les révélations de Stern et avait trop attendu pour se défendre. Qui plus est, il aurait mieux valu qu’il reçoive le soutien de Brandt et Wehner19 plutôt que celui de Speer et Kiesinger. Les difficultés dans la gestion de cette crise médiatique indiquent en effet au mieux de graves problèmes de coordination entre les différents services de presse fédéraux concernés, et trahissent au pire des manœuvres politiques internes à la coalition gouvernementale.

42Pour la communication officielle à l’étranger, il s’agit là d’un sévère passage à vide. L’ambassade d’Allemagne à Washington rapporta au sujet de la presse américaine des réactions similaires à celles des journaux français. Suite à l’allocution télévisée de Lübke, la PÖA dut au surplus tourner bride : le chef de l’État fédéral avait clairement laissé entendre qu’il ne se souvenait plus très bien des documents qu’il avait signés. Le bureau L3 de l’AA s’appuya sur ces citations pour justifier l’arrêt immédiat de la diffusion de la documentation de 1966 ; le sujet devait désormais être à nouveau strictement évité. Cette communication incohérente ruina d’une part les efforts entrepris par Inter Nationes pour la traduction et la publication du rapport du BMI, qui coûtèrent 12 000 DM au BPA, et n’eut d’autre part certainement aucune influence bénéfique sur l’opinion. L’épisode illustre les problèmes de coordination des bureaux de presse, qui furent semble-t-il dépassés par l’impulsivité du président fédéral, et les problèmes engendrés par le retour permanent du passé nazi sur la scène médiatique et son exploitation par la RDA. Dans l’ensemble, c’est Hans Globke (au plus haut niveau de l’État) qui bénéficia de la sortie la plus honorable : un simple communiqué, une surveillance attentive de l’écho rencontré par la campagne est-allemande et une stricte discipline de communication fondée sur l’évitement du sujet s’avérèrent dans son cas des outils efficaces.

La montée du néo-nazisme : 1. L’affaire Paris-Match (juin – juillet 1966)

43 Avant même les succès électoraux du parti d’extrême droite NPD et son entrée dans deux, puis quatre parlements régionaux supplémentaires en 1966-67, les services de la communication fédérale furent mis à rude épreuve par une série d’articles de la presse française qui dénonçaient violemment une montée du néo-nazisme. Coup sur coup, en juin 1966, parurent dans les hebdomadaires Témoignage Chrétien et Paris-Match des reportages mettant la croix gammée à l’honneur. Côté BPA et ambassade, la réaction fut d’abord l’incrédulité : pour le premier, la journaliste Ève Dessarre était allée jusqu’à s’entretenir avec Stercken, du BPA, sans rien laisser paraître de ses convictions ni de ses objectifs éditoriaux ; au sujet du second, l’ambassadeur Manfred Klaiber soupçonna d’emblée une mystification : le magazine de J. Prouvost étalait les photographies pleine page de jeunes Allemands qui festoyaient en uniforme SS et faisaient le salut hitlérien. Or, une légende révélait imprudemment le nom du collectionneur munichois d’uniformes chez lequel se rassemblaient ces peu farouches néo-nazis. L’affaire, en apparence anodine, prit rapidement une ampleur inédite, entraînant démarches de Bonn auprès du gouvernement français, enquête de police, procès, et une querelle sans fin avec l’hebdomadaire qui fit du bruit dans le monde entier. Il faut dire que le contexte prédisposait à la vigilance : la multiplication des articles dans la presse française sur le danger du néo-nazisme allemand attirait déjà depuis plusieurs semaines l’attention de l’ambassade. En outre, la parution ne précédait que de deux jours le départ du général de Gaulle pour Moscou, prévu le 20 juin.

44Le chef de l’Office de presse, K.-G. von Hase, réagit dès le 21 juin en écrivant au secrétaire français à l’Information Yvon Bourges, car il apprit entre-temps que le magazine avait vendu les photos de l’article au Daily Express, tabloïd de Manchester. Comme il le confirma à la conférence de presse fédérale du 22 juin, des investigations avaient déjà permis d’établir qu’au moins deux clichés étaient truqués, puisqu’ils représentaient en fait des étudiants français de Munich. Le Bulletin s’en fit l’écho dès le même jour, sous le titre « Documentation d’une falsification ». Toujours le 22 juin, Von Hase rencontra les principaux correspondants français à Bonn afin de traiter du problème « en famille », comme il le dit lui-même ; le chef du BPA ne mâcha pas ses mots et qualifia le canular de Paris-Match de « méthode nazie ». Il redoutait son exploitation par le bloc de l’Est, qui n’hésiterait pas à profiter de la réputation et du fort tirage de l’hebdomadaire pour conspuer Bonn. Devant ce petit comité, il avoua penser que la rédaction de l’hebdomadaire avait elle-même été la victime d’une tromperie, car c’était bien le même magazine qui avait prié huit jours plus tôt le chancelier fédéral de s’exprimer sur le voyage du président français à Moscou.

45Les courriers affluèrent à l’Office de presse, de la part du journaliste de Die Welt Armin Mohler, qui entreprenait une véritable croisade contre Paris-Match au nom de l’entente franco-allemande, de l’historien juif allemand Josef Wulf, qui demandait pourquoi le BPA ne sévissait pas avec la même sévérité contre la National- und Soldatenzeitung, et de l’ambassadeur Klaiber, affolé par l’ampleur prise par la vague anti-allemande. Le Figaro et Combat relayèrent le démenti opposé par Paris-Match aux déclarations du porte-parole de Bonn : selon le magazine, les photos étaient tout à fait authentiques. Pire pour l’Office de presse, elles se répandaient comme une traînée de poudre, puisque ce fut au tour du magazine italien Epoca de les publier. L’enquête menée au même moment par le ministère d’État bavarois (Bayrisches Staatsministerium) pour le BMI révéla que Von Hase avait involontairement commis une maladresse : les hommes venus louer les uniformes étaient bien allemands, mais parlaient parfaitement français. Le chef du BPA s’était exprimé avec trop de précipitation en se fondant sur la déposition du marchand de farces et attrapes Peter Breuer, que ces circonstances avaient induit en erreur. Paris-Match sut exploiter cette faille pour se dédouaner.

  • 20 Seydoux de Clausonne (Bonn) au MAE Dir. Europe, 24.6.1966, MAE EU 44-60 All. 1423 [réservé-confiden (...)

46L’ambassadeur de France à Bonn Seydoux de Clausonne suivit attentivement l’affaire et transmit au Quai d’Orsay les soupçons de Stercken selon lesquels « on voulait alimenter une campagne anti-allemande au moment où le général de Gaulle [était] en visite officielle en Union soviétique »20. Comme l’avait fait remarquer Die Welt, la télévision de Moscou avait en effet inséré les photos de Paris-Match dès le 23 juin dans un reportage consacré au 25e anniversaire de l’invasion de la Russie par l’Allemagne nazie, lui-même diffusé juste après des séquences de la visite de De Gaulle à l’université Lomonossov de Moscou. Les soupçons de Stercken étaient attisés par l’inflexibilité du propriétaire de l’hebdomadaire, J. Prouvost, alors que la rédaction lui avait informellement avoué regretter la falsification. Mais la réponse du gouvernement français, transmise par le Quai d’Orsay au nom d’Yvon Bourges avec plus de dix jours de délai, fut évasive et refusa toute intervention au nom de la liberté de la presse et de la publicité déjà trop grande faite de l’affaire dans l’opinion.

  • 21 Cf. supra.

47Encore très vive début juillet, la controverse s’essouffla d’elle-même dans le courant du mois. En dehors de ses propres mises au point dans ses organes semi-officiels à l’étranger, le BPA constata avec satisfaction que Le Monde prit le parti de Bonn contre Paris-Match. Il était sans doute moins profitable que l’hebdomadaire d’extrême droite Minute ait fait de même, allant jusqu’à dépêcher un envoyé spécial à Munich pour apporter de nouvelles preuves de l’imposture. Le dénouement ultime montre que Bonn passa très vite l’éponge sur cet épisode dont il avait fait un temps une affaire politique. Le loueur de costumes Peter Breuer remporta en effet en 1969 un procès intenté contre Paris-Match pour avoir vu son nom mêlé à l’affaire, mais l’ambassade et l’Office de presse, qui trouvaient que la rédaction avait depuis fait amende honorable, s’accordèrent pour lui déconseiller d’exiger de l’hebdomadaire une publication judiciaire. Comme cela était déjà arrivé par le passé, Bonn semblait ne pas pouvoir se résoudre à faire l’impasse sur la coopération avec le magazine à fort tirage, en dépit de sa tendance manifeste à refléter « la courbe des relations franco-allemandes »21 (l’Office de presse était convaincu que le gouvernement français était impliqué, mais ces présomptions n’ont pas pu être confirmées). Aucune autre affaire médiatique entre les deux pays n’eut à cette période une telle ampleur, qui déclencha une série de questions orales au gouvernement fédéral devant le Bundestag et déchaîna la presse ouest-allemande. Côté français, comme le nota le directeur de Documents Antoine Wiss-Verdier à l’adresse du BPA, il était plutôt heureux que Paris-Match ait attendu les vacances d’été pour sortir son « monstre du Loch Ness », car la controverse se tint malgré tout dans certaines limites.

La montée du néo-nazisme : 2. Les succès électoraux du NPD (1966-1968)

  • 22 Pierre Milza, L’Europe en chemise noire. Les extrêmes droites en Europe de 1945 à aujourd’hui, Pari (...)

48L’insistance sur les aspects extérieurs du folklore néo-nazi fit oublier la trame principale du reportage de Paris-Match, qui alertait l’opinion sur les récents succès du Parti national-démocrate d’Allemagne (Nationaldemokratische Partei Deutschlands / NPD) aux scrutins municipaux et sur ses visées électoralistes en vue d’une entrée au Bundestag. Fondé à Hanovre en novembre 1964, ce parti nationaliste avait été conçu pour drainer le plus grand nombre possible de mécontents – notamment d’anciens expulsés des territoires de l’Est – tout en se conformant au cadre démocratique de la République fédérale : il ne faisait donc pas ouvertement profession de foi de racisme et d’antisémitisme22, dans le double but d’attirer à lui les classes moyennes et d’éviter une interdiction. Une conjoncture politique et économique favorable, ainsi que le charisme de son leader Adolf von Thadden, permirent au NPD d’accumuler les bons résultats, puisqu’il obtint dès 1965 2 % des suffrages à l’échelle fédérale. La récession traversée par le pays en 1966-67 contribua ensuite à son succès : l’événement marquant fut l’entrée du parti, en novembre 1966, aux parlements des Länder de Hesse et de Bavière, avec respectivement 8 mandats (sur 96) et 15 (sur 204), c’est-à-dire entre 7 et 8 % des suffrages.

49En septembre, la gravité de l’affaire Paris-Match conduisit l’AA à demander à l’Office de presse d’élaborer un argumentaire à destination des missions diplomatiques, qui contenait des données chiffrées et des mises au point concernant le NPD, la Deutsche National- und Soldatenzeitung et les incidents antisémites. Mais Bonn fut complètement dépassé par les résultats des élections de novembre et les réactions qu’ils engendrèrent à l’étranger. En Europe de l’Ouest, leur annonce provoqua un « choc », aux États-Unis la « consternation ». La presse française s’alarma de l’intérêt des jeunes pour le parti et du caractère fondamentalement antiparlementaire du NPD (Le Figaro, Le Monde du 21 novembre). L’Aurore parla d’« hitlérisme », du danger d’une rupture avec l’Ouest et d’une entente avec les Russes. Le 5 décembre, l’ambassade d’Allemagne à Paris fut la cible d’une manifestation organisée par le Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et pour la paix (MRAP), qui était proche du PCF. Le consul à Lyon Walter Holz reçut même des menaces de mort. Comme le remarquèrent les services de l’ambassade, la controverse fut amplifiée par deux types de médias, les magazines d’actualité (L’Express, Le Nouvel Observateur) et la télévision. Un reportage de Marcel Ophüls pour la seconde chaîne avec une interview d’Adolf von Thadden et un commentaire de l’ancien commissaire de police et résistant Jacques Delarue fut particulièrement critiqué pour sa propension « à éveiller chez le spectateur des associations avec les figures et les buts du nazisme ». Les revendications territoriales du NPD furent présentées sous un aspect d’autant plus menaçant que le reportage se concluait sur les images d’un discours prononcé par Jean-Louis Tixier-Vignancour, adversaire d’extrême droite du général de Gaulle à la présidentielle de 1965, à l’invitation de l’association allemande d’expulsés BdV lors d’un rassemblement organisé à la frontière française (Kehl). Jacques Delarue était l’auteur d’une Histoire de la Gestapo, parue chez Fayard en 1962, et multiplia à cette période des prises de position qualifiées de germanophobes par les services fédéraux ; militant antinazi comme Beate Klarsfeld, il apparut en tant qu’orateur lors de meetings du MRAP contre la prescription des crimes du national-socialisme.

  • 23 Avec comme légende « Déguerpis, t’as des puces ! ». Bulletin fr. n° 48, 20.12.1967, p. 375 ; voir a (...)

50Le mouvement de protestation fut rejoint par la Section française du Congrès juif mondial et par la Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes (FNDIRP), qui envoya une délégation soutenue par une cinquantaine de manifestants à l’ambassade d’Allemagne à Paris, en janvier 1967. La revendication politique principale était l’interdiction du NPD, suivie de la levée de la prescription. Dès cette période, Klaiber remarqua que ce qui apparaissait comme une « double mesure » dans le traitement du KPD (interdit depuis 1956) et du NPD provoquait un malaise perceptible dans l’opinion, même parmi les Français habituellement bien disposés à l’égard de l’Allemagne fédérale. Le Bulletin tenta de montrer que tant que le parti ne violait pas l’ordre démocratique de la Loi fondamentale, il ne servait à rien de lancer une procédure d’interdiction auprès de la Cour constitutionnelle fédérale. L’argumentation reposait sur l’unanimité des trois grands partis ouest-allemands dans leur rejet de l’extrémisme de droite ; elle donnait par ailleurs des informations précises sur la structure de l’électorat du NPD, cherchait à minimiser l’importance des néo-nazis dans les rangs du parti, mais pas son succès auprès des jeunes, auquel on expliquait vouloir remédier fermement et méthodiquement. L’année suivante, alors que le NPD venait d’entrer dans quatre nouveaux parlements régionaux (Brême, Rhénanie-Palatinat, Basse-Saxe et Schleswig-Holstein), le Bulletin s’appuya sur des statistiques indiquant que 90 % des jeunes Allemands rejetaient tout extrémisme politique. Une caricature issue du journal Die Welt servit à illustrer l’idée principale, qui était restée la même, à savoir l’unanimité des grands partis démocratiques allemands, élargie dans le texte aux organisations syndicales et aux mouvements de jeunesse : elle représentait quatre chiens – les partis SPD, CDU, FDP et CSU – au pied de l’arbre de la démocratie, qui tenaient à l’écart le chien noir du NPD23.

51Plus que les résultats des élections régionales de 1967, c’est le congrès du Parti national-démocrate à Hanovre, en novembre, qui déclencha une deuxième vague de commentaires alarmants dans les médias français. Pour la première fois, le parti présentait un programme politique complet, qui contenait un certain nombre de thèses sur la Seconde guerre mondiale et faisait de la perte des territoires de l’Est le résultat d’un pillage organisé (Raubaktion). Selon les observations de l’ambassade, seuls Le Monde, La Croix et le journal de l’UNR La Nation restèrent mesurés et rappelèrent que la démocratie ouest-allemande était stable et en bonne santé. Paul-Jean Franceschini et Alfred Grosser s’exprimèrent en ce sens à la télévision, tandis qu’André François-Poncet expliquait aux lecteurs du Figaro s’efforcer de maintenir un regard objectif sur la situation. France-Soir et L’Aurore employèrent quant à eux les qualificatifs les plus dramatiques pour dénoncer le nationalisme et les revendications territoriales de Von Thadden. Comme le constata l’ambassade, l’alerte se maintint des semaines durant et fournit un terrain idéal aux attaques communistes : le Nouvel Observateur n’hésita pas à illustrer sa une d’un portrait de Von Thadden grimé en Hitler et sous-titré « L’Allemagne du nouvel Adolf » ; aux côtés de Combat et de l’organe de l’aile gauche du parti gaulliste Notre République, L’Humanité était en première ligne pour dénoncer l’inaction du gouvernement fédéral. Cette agitation se propagea à l’opinion, comme le révéla un sondage IFOP paru dans France-Soir en décembre 1967 : 60 % des Français interrogés y déclarèrent redouter qu’un nationalisme de type nazi s’implante en Allemagne dans les années à venir. Mais les postes diplomatiques de Bonn s’inquiétèrent surtout des doutes qui surgirent parmi les étudiants, voire parmi certains enseignants des disciplines en lien avec l’Allemagne : le 4 décembre 1967, l’ambassade s’alarma d’une résolution remise par une délégation d’étudiants de l’Institut d’Études Germaniques de l’Université de Paris en signe de protestation contre l’annonce faite par Europe 1 de l’interdiction par la police ouest-allemande d’une manifestation contre le NPD. L’ambassade y vit un signe de la « profonde méfiance » engendrée par cette question dans les cercles intellectuels et estudiantins, et diagnostiqua là une sérieuse menace potentielle pour l’avenir du travail culturel allemand en France.

  • 24 Kommunistische Tätigkeit in der Bundesrepublik im Jahre 1964, in : APuZ 33/1965, p. 3-36.
  • 25 A. François-Poncet, « Malaise allemand », Le Figaro, 17.11.1967, p. 1.

52Pour la PÖA « préventive » de Bonn sur les problèmes d’extrémisme – de gauche comme de droite – en République fédérale, c’était en tout cas un constat d’échec. Le rapport du BMI sur les tendances d’extrême droite et antisémites, publié chaque année depuis la vague d’incidents de 1959-60, était synthétisé dans une version destinée à la presse (en particulier étrangère). Depuis 1964 existait un rapport équivalent sur « les activités communistes en République fédérale »24. L’Office fédéral de presse alimentait par ailleurs le réseau diplomatique avec des revues de presse comprenant divers articles allemands et étrangers jugés particulièrement intéressants, par exemple celui d’André François-Poncet sur le « malaise allemand » de l’automne 196725. Les succès du NPD entraînèrent la publication de nouvelles brochures, dont l’une, éditée dans un relatif anonymat par le « Service d’information allemand », était intitulée Folies et faits et présentait un contre-argumentaire point par point d’une centaine de pages contre le programme du parti d’extrême droite. Mais ces efforts demeurèrent en France relativement vains : début 1968, à l’inverse de leurs collègues britanniques et américains, les commentateurs de la presse française n’approuvèrent pas la décision de maintenir la règle électorale en l’état et continuèrent pour la plupart de réclamer une interdiction du NPD. L’ambassade à Paris constata la multiplication de manifestations à caractère public, comme les rassemblements, marches, dépôts de gerbes et lettres de protestation adressées au chef de la diplomatie allemande en France Manfred Klaiber. Le gouvernement français fut aussi destinataire de lettres visant l’interdiction du NPD, et faisant allusion aux engagements pris à Potsdam par les alliés en vue de la dénazification de l’Allemagne ; l’ambassade interpréta l’option du Quai d’Orsay pour une réponse de routine parfaitement neutre comme un encourageant signal de solidarité envers Bonn. Dans tout le pays, la FNDIRP se montra très active dans l’organisation de manifestations devant les consulats, mettant la pression sur les diplomates allemands. Même à l’annonce du recul du parti d’extrême droite aux élections communales de l’automne 1968, la presse française demeura prudente et envisagea les différents facteurs conjoncturels qui pouvaient avoir conduit à l’insuccès temporaire du NPD. La crise tchécoslovaque fut davantage évoquée que la fin de la récession économique, moins visible, semble-t-il, mais tout aussi inéluctable et puissante que les mouvements d’hostilité qui se réveillaient cycliquement dans l’opinion, et contre lesquels la PÖA se révélait désarmée.

III. La mémoire de la Seconde Guerre mondiale

  • 26 Robert Frank, « Les Français et la 2e Guerre mondiale depuis 1945 », Histoire et temps présent. Jou (...)
  • 27 Henry Rousso, La dernière catastrophe. L’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gallimard, 2 (...)

53S’il y a bien un point sur lequel on s’efforça d’adopter une stricte attitude de profil bas vis-à-vis de la France, c’est celui de la Seconde Guerre mondiale, qui se maintint sur le devant de la scène publique par le biais des commémorations, des émissions télévisées et à travers l’intérêt suscité par le sort des derniers prisonniers de guerre allemands. L’ampleur de ces manifestations sociales, désignées en histoire sous le nom de mémoire collective, contribua de manière décisive à façonner le « paysage mental, social et politique » français26. Cette fixation nationale sur la « dernière catastrophe »27 était omniprésente à l’esprit des spécialistes ouest-allemands de la communication à l’étranger. D’un côté, elle suscitait l’irritation ; mais, en règle générale, on l’envisagea avec pragmatisme comme un facteur incontournable, qui commandait une attitude précautionneuse et exigeait de trouver de nouveaux moyens d’action discrets en vue de délivrer de l’Allemagne une image plus positive. La PÖA se fit ainsi le support d’une mémoire officielle fondée sur l’idée de résistance au nazisme, qu’elle tenta de propager par divers moyens.

Observation, conciliation et profil bas : l’attitude face à la France

54La prudence et l’observation attentive furent les maîtres-mots de l’entreprise ouest-allemande de communication sur les sujets touchant à la Seconde Guerre mondiale. Dans sa fonction de stéthoscope orienté vers l’opinion étrangère, la PÖA s’intéressa au traitement et à la plus ou moins grande publicité faite par la presse française aux manifestations de type commémoratif : en 1960, l’ambassade se félicita par exemple de l’objectivité avec laquelle les journaux commentèrent l’inauguration du Mémorial de la déportation au Struthof, sur les lieux de l’ancien camp de concentration de Natzweiler, près de Strasbourg ; dans un article long de 190 lignes, Le Monde ne mentionna pas une seule fois l’Allemagne, ni n’évoqua les responsables des crimes commis dans ce camp. Seul L’Humanité exploita l’événement contre la République fédérale. Depuis Lyon, le consul Peter Yorck von Wartenburg alerta au contraire sa centrale sur la façon dont le quotidien régional Le Progrès relayait les initiatives d’associations d’anciens combattants, notamment une projection de films organisée dans le cadre de la Journée nationale des martyrs de la déportation, où les abominations nazies furent relatées en détail et à fins pédagogiques. Le diplomate se dit régulièrement inquiet de l’état de l’opinion dans la « capitale de la Résistance » et de la récurrence des actions en souvenir de la dernière guerre, qui faisaient à son avis le jeu de la propagande anti-allemande du bloc de l’Est. Bonn s’efforça en conséquence de promouvoir le rapprochement entre les anciens combattants allemands et français. L’Auswärtiges Amt répondit ainsi favorablement aux sollicitations de groupements à la recherche de subventions, comme les Prêtres anciens combattants (PAC), côté français, et soutint les initiatives de l’Association des rapatriés, des prisonniers de guerre et des parents de disparus d’Allemagne (Verband der Heimkehrer, Kriegsgefangenen und Vermisstenangehörigen Deutschlands / VdH). En 1968, Klaiber jugea l’influence des organisations d’anciens combattants en France suffisamment décisive pour octroyer une subvention de 10 000 DM au projet de colloque commun du Cercle des associations de soldats allemands (Ring Deutscher Soldatenverbände) et de l’Union nationale des combattants, en vue de sceller un pacte d’amitié.

55À ces efforts discrets s’ajoutait la plus grande prudence dans le traitement des informations en lien avec la Seconde Guerre mondiale, qu’elles soient de nature historique ou aient trait à des questions actuelles. Celle des criminels de guerre était à cet égard à double tranchant : s’il était urgent, d’une part, de régler le sort des neuf Allemands encore détenus dans les prisons françaises en 1959 – Oberg, Knochen, Floreck, Heimann, Stengritt, Seuss, Ehrmanntraut, Fuchs et Kuhl –, toute volonté trop manifeste de la part de Bonn d’apurer le contentieux risquait de braquer inutilement les projecteurs sur les crimes passés. Les services ouest-allemands connaissaient la tendance de la presse communiste française à utiliser ce sujet contre la République fédérale. C’est donc dans la plus grande discrétion que Weinhold, de l’Auswärtiges Amt, se rendit à Paris les 17-18 février 1959 pour sonder les chances de succès de la demande de recours en grâce adressée par le député de la CDU Heinrich Höfler au général de Gaulle. En 1961, les démarches en faveur du règlement des trois derniers cas de prisonniers de guerre, ceux d’Oberg, Knochen et Ehrmanntraut, furent remises à une date ultérieure en raison du contexte peu favorable du procès Eichmann. L’Auswärtiges Amt se distancia l’année suivante d’une initiative du VdH qui encourageait le chancelier Adenauer à promouvoir lui-même le recours en grâce auprès du président français. Enfin, à la nouvelle de la libération des derniers criminels de guerre, quelques semaines avant la signature du traité de l’Élysée, le ministère fédéral des Affaires étrangères décida de ne fournir aucune publicité à la décision du général de Gaulle, qui fut également traitée avec une grande discrétion côté français.

  • 28 L’AA s’opposa en 1959 à la publication de cet échange, projetée par Hans-Adolf Jacobsen, politiste (...)

56Dans plusieurs situations, la prise en compte de l’hypersensibilité de l’opinion française sur les sujets touchant la Seconde Guerre mondiale et l’Occupation conduisit Bonn à éviter ou à retarder la communication de certaines informations issues de recherches historiques : il en alla ainsi des congratulations mutuelles de l’empereur Guillaume II et d’Adolf Hitler, échangées après l’invasion de la France en juin 194028. De même, l’Auswärtiges Amt établit des consignes de prudence pour la publication des travaux de la Commission scientifique sur l’histoire des prisonniers de guerre allemands (Wissenschaftliche Kommission für deutsche Kriegsgefangenengeschichte), présidée à Munich par Erich Maschke et financée par le BMVt. Il envisagea les problèmes que pourrait engendrer la réception de cette documentation à l’étranger, et suggéra dès 1962 de décaler la sortie des monographies en fonction des pays et de leurs susceptibilités. On remarque ainsi que le tome concernant la France ne parut qu’en 1971, bien après ceux consacrés à la Yougoslavie et à l’Union soviétique. Toutes les directions du ministère se montrèrent particulièrement vigilantes face à ces enjeux : celle du droit s’accorda par exemple avec le service de communication politique (993) pour prendre en compte les risques de fausse interprétation qui pesaient sur le projet de loi concernant l’apurement des dettes nazies sur le territoire fédéral, en 1962, et pour doter les postes diplomatiques d’un argumentaire conséquent.

  • 29 Forster (AA I A 3) à l’ambassade à Paris, 3.12.1968 ; Limbourg (Paris) à l’AA (I A 3), 20.12.1968, (...)

57Les années 1964-65 présentèrent la particularité d’être à la fois un temps fort mémoriel et de correspondre à une période de crise dans les relations entre Paris et Bonn. L’ambassade observa la manière dont la presse française releva l’irritation, considérée comme exagérée, du gouvernement ouest-allemand à l’encontre du général de Gaulle : dans son discours pour l’anniversaire de la libération de Paris, en 1964, celui-ci avait en effet omis de mentionner la réconciliation franco-allemande. La vigilance vis-à-vis des usages commémoratifs français était plus que jamais de mise : en 1965, le ministre des Postes et Télécommunications Richard Stücklen alerta l’AA à propos d’une nouvelle parue dans la revue Michel Rundschau, selon laquelle la France se préparait à éditer un timbre spécial à l’occasion du 20e anniversaire de la capitulation de l’Allemagne ; le secrétaire d’État aux Affaires étrangères Karl Carstens se tint prêt à intervenir, mais parvint entre-temps à établir que le timbre servirait en fait à commémorer la fin de la guerre de 1939-45. Les diplomates ouest-allemands redoutaient en outre que la date du 8 mai redevienne journée de commémoration nationale à caractère férié : en tant que telle, elle avait été supprimée par le général de Gaulle le 11 avril 1959, qui souhaitait mettre en avant la célébration du 18 juin 1940. À l’AA, le 8 mai était vu comme le jour de la capitulation allemande, et les bruits laissant entendre qu’il pourrait redevenir férié, en 1968, furent enregistrés avec inquiétude : par décret du général de Gaulle, le 8 mai acquit en fait cette année-là le statut de journée de commémoration nationale, tout en demeurant jour ouvré ; mais c’est bien inutilement, semble-t-il, que l’ambassade attira l’attention de sa centrale sur le fait que la France associait officiellement cette date non pas à la capitulation allemande, mais à l’armistice de 194529.

58En dépit de ces susceptibilités bien présentes de part et d’autre, Bonn n’évita pas non plus certaines maladresses. Il est par exemple très étonnant de constater que dans le cadre de l’inauguration de la nouvelle résidence de la diplomatie allemande à Paris, l’Hôtel de Beauharnais situé rue de Lille, le programme initialement établi par l’ambassade prévoyait la participation de soldats de la Bundeswehr en uniformes prussiens ; il fallut une objection du ministère fédéral de la Défense pour décider l’Auswärtiges Amt à intervenir auprès de l’ambassade, qui renonça finalement tout à fait à convier des unités de la Bundeswehr aux festivités. Bien que la presse française – en particulier Paris-Match et le Figaro – ait bien accueilli les efforts de restauration accomplis par Bonn après la rétrocession du bâtiment par la France, en 1962, le palais constituait en lui-même un sujet délicat, puisqu’il avait été la résidence du roi de Prusse et l’ambassade de l’Empire allemand de 1871 jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale ; Steg, du service I A 3 de l’AA, se déclara pour sa part opposé à la tenue de festivités « trop spectaculaires » dans un lieu associé au souvenir de l’ambassadeur nazi Otto Abetz. Mais Klaiber ne retint dans son rapport que les voix célébrant l’entente franco-allemande, au terme de deux réceptions en grande pompe qui rassemblèrent l’une et l’autre 800 et 1 200 invités sous l’égide du président fédéral Heinrich Lübke, les 3-4 février 1968.

  • 30 De Boissieu à Ruete (Paris), 13.7.1971, PA AA B125-119.969.

59Un cas de figure similaire se présenta à propos de la « cité martyr » d’Oradour-sur-Glane, montrant que les services ouest-allemands avaient différents niveaux d’appréciation du risque que constituait une démarche de réconciliation dans ce haut lieu de la mémoire collective française, devenu symbole officiel du sacrifice de la France dès la fin de la guerre : en 1946, une loi fit des ruines du village, brûlé après le massacre de ses habitants par la deuxième division blindée SS Das Reich, un monument historique. C’est ainsi sans consultation préalable de l’ambassade ni de la centrale à Bonn que le consul à Bordeaux Christian Sell programma une visite officielle à Oradour pour la date du 2 novembre 1968. Le représentant de la République fédérale prévoyait un dépôt de gerbe, une projection de diapositives sur la coopération franco-allemande en Haute-Volta et la remise au maire d’une œuvre de l’artiste Käthe Kollwitz. Le ministre plénipotentiaire à Paris Peter Limbourg et l’Auswärtiges Amt s’opposèrent néanmoins immédiatement au projet : pour une grande partie de l’opinion française, Oradour constituait en effet « le point le plus névralgique dans le dépassement du passé » et symbolisait les crimes du nazisme au même titre qu’Auschwitz, Treblinka ou Lidice ; une « démarche de réconciliation » (Versöhnungsgeste) apparaissait prématurée, et il s’agissait de se demander si l’impulsion ne devait pas plutôt venir de la France, en direction d’un représentant ouest-allemand de plus haut rang. Toute prise de contact de Sell, qui effectua pendant l’été une cure en Bavière, avec les autorités d’Oradour fut aussitôt empêchée. Malgré cet épisode, l’AA envisagea à nouveau en 1971 d’accomplir une démarche de réconciliation dans le village martyr : l’initiative vint cette fois-ci du président du Cercle franco-allemand, Charles-Albert de Boissieu, qui suggéra d’organiser une rencontre entre son cousin le général Alain de Boissieu, beau-fils du général de Gaulle, et le chef d’état-major de l’armée fédérale à Oradour-sur-Glane. L’ambassade convint de pourparlers avec le ministère fédéral de la Défense et le coordinateur pour la coopération franco-allemande, malgré certaines réserves concernant une participation de la Bundeswehr à l’événement. Après s’être entretenu avec son cousin, C.-A. de Boissieu revint cependant sur son idée, car l’initiative risquait d’être mal accueillie par la population du village, qui « confond[ait désormais] toutes les armées dans une même réprobation et envisageait de manifester en cas de présence de soldats français armés »30. L’affaire n’eut donc pas de suite, mais illustre la volonté de Bonn d’apurer le contentieux mémoriel en suspens ; cette volonté n’était du reste pas limitée à l’Allemagne fédérale, mais se heurtait à l’état de l’opinion française et à une mémoire collective encore trop à vif pour accepter de superposer au souvenir de la guerre les signes de l’entente présente avec la « nouvelle Allemagne ». Dans ce contexte délicat, la PÖA ne fit pas preuve d’insistance, car l’expérience avait démontré que l’évocation des crimes passés, même si c’était pour mieux se tourner vers l’avenir, ne pouvait que desservir l’entreprise d’établissement de la confiance : elle s’orienta donc vers une tentative de rénovation de l’image de l’Allemagne sous le nazisme en mettant en valeur l’idée de résistance, notion qui possédait justement une importance toute particulière en France.

La mémoire ouest-allemande au prisme de la PÖA

  • 31 Jürgen Danyel, « Der 20. Juli » in : E. François / H. Schulze (Hg.), Deutsche Erinnerungsorte, Bd. (...)

60Les recherches en archives ont montré qu’au début des années 1960, dans le cadre de la réaction à la pression soviétique sur Berlin, la PÖA recourut de manière renforcée à la célébration du 17 juin 1953, le Jour de l’Unité allemande qui était immédiatement devenu férié en République fédérale. Il en alla progressivement de même pour une date plus controversée, à savoir celle du 20 juillet, qui correspondait à l’attentat manqué contre Hitler de 1944. En 1960, l’Office fédéral de presse édita des versions en anglais, français et espagnol d’un ouvrage initialement publié par la Centrale fédérale pour l’éducation politique (Bundeszentrale für politische Bildung / BPB) en 1952 ; le 20e anniversaire de l’attentat bénéficia en 1964 d’une publicité jusque-là inédite. Le caractère relativement tardif de l’exploitation de cette date symbolique par la communication politique à l’étranger n’est en rien surprenant : en Allemagne fédérale même, avant de devenir un lieu de mémoire, le 20 juillet fut d’abord oublié, voire refoulé, pendant de longues années31. Contrecoup de la propagande nazie, les conspirateurs restèrent longtemps considérés comme des traîtres par les Allemands. Par ailleurs, leur évocation était trop inconfortable pour la population des suiveurs (Mitläufer), ainsi que pour les alliés, dont elle contredisait l’entreprise de dénazification et rééducation. Ce n’est qu’à la création de la République fédérale et au début des années 1950, à une époque où Bonn acquit plus d’assise grâce à son intégration dans l’alliance occidentale, que cette date commença à être envisagée comme fondatrice, et que le fait de concéder qu’il y eut des Allemands résistants n’agit plus comme un facteur de déstabilisation ; au cours de ce processus, les hommes du 20 juillet devinrent une surface de projection sur laquelle se constitua l’identité d’après-guerre. Ce phénomène ne fut pas exempt d’une volonté de récupération politique, qui tendit à gommer les particularités des différents mouvements impliqués et à donner de la résistance une image idéalisée, parfaitement adaptée aux objectifs d’une République fédérale à la recherche d’un mythe fondateur : devenu la métaphore de l’« autre Allemagne » et de la « révolte de la conscience » (Aufstand des Gewissens), le 20 juillet tendit un pont entre les conspirateurs d’hier et la République de Bonn, laquelle fit par là même, de façon assez indue, l’acquisition d’une base de légitimation historique. Comme le 17 juin, la date présentait en outre un intérêt politique immédiat, puisqu’elle était érigée en symbole de la lutte antitotalitaire et contribuait à styliser l’Allemagne fédérale en antithèse des régimes nazi et communiste.

61L’aspect tardif et le caractère controversé de l’utilisation du 20 juillet par la politique ouest-allemande ont été abondamment commentés par la recherche. L’événement le plus important, et qui reçut à l’époque le plus d’écho dans l’opinion internationale, fut le discours prononcé par le président fédéral Theodor Heuss à l’Université Libre de Berlin, en 1954. L’année précédente, le maire de Berlin Ernst Reuter inaugura un mémorial situé dans le Bendlerblock, lieu de réunion des planificateurs de l’attentat contre Hitler. L’exploitation de la date du 20 juillet dans le cadre de la PÖA coïncida avec le lancement de cette dernière, au début des années 1960. Le BPA produisit divers types de supports destinés à être diffusés par l’intermédiaire des services d’information à l’étranger (Deutsche Korrespondenz, Dienst aus Deutschland, Europress, Inter Nationes) à l’occasion des journées de commémoration (Gedenktage) du 17 juin et du 20 juillet. Le cas de l’ouvrage de référence sur la résistance mérite également attention : il fut à l’origine publié sous la forme d’un supplément au journal de la BPB Das Parlament, sous le titre La vérité sur le 20 juillet 1944. L’introduction était l’œuvre d’Hans Rothfels, un historien et rémigrant allemand d’origine juive, connu pour ses positions conservatrices et anticommunistes, auteur aux États-Unis en 1948 d’un des premiers livres sur le sujet. À l’intention du lecteur (français, puisque la version à laquelle on fait ici référence est la française), il concédait que l’ouvrage, intitulé La Résistance Allemande contre Hitler. 20 juillet 1944, ne prétendait pas à l’exhaustivité et se concentrait sur certaines catégories de personnes, par exemple les notables groupés autour de Goerdeler, le groupe des jeunes, animé par Stauffenberg, ou encore le cercle de Kreisau, dominé par la personnalité du comte Moltke. Mais Rothfels ajoutait aussitôt :

  • 32 H. Rothfels, « Hommage à la résistance allemande » in : Service de presse et d’information du gouve (...)

« Il convient cependant de souligner qu’en dépit de toutes ces distinctions, les divers groupes de résistance avaient en fin de compte un point commun : la révolte morale et religieuse contre le mal »32.

  • 33 Cf. supra, deuxième partie, chapitre 3.

62D’une manière intéressante, si l’on considère les caractéristiques de la doxa de communication de Bonn, évoquées plus haut sous les dénominateurs d’objectivité et d’Aufklärung33, le livre se présentait sous la forme d’une somme de documents historiques, qui retraçait le déroulement des événements avant, pendant et après l’attentat du 20 juillet 1944. La dernière partie contenait des « expertises » sur « le droit de résistance et le devoir de résistance », notamment une expertise théologique sur le droit de résistance d’après la doctrine catholique (Rupert Angermair) et un projet d’expertise au sujet du droit de résistance d’après la doctrine protestante (Hans-Joachim Iwand). L’ouvrage se concluait par une cinquantaine de pages de photos, principalement des portraits, et une chronologie. Sous l’aspect d’une documentation objective, doublée de commentaires de spécialistes qui apportaient une justification métaphysique aux actes des conjurés du 20 juillet, il conférait à l’attentat une portée universelle, et à ses auteurs une aura de sainteté.

63L’utilisation de ces symboles et interprétations dans le contexte français n’avait rien d’évident : la possibilité même d’une résistance allemande contre Hitler faisait partie des impensés de la France d’après-guerre, au même titre que le passé national de la collaboration et le régime de Vichy. En un sens, le processus de reconstruction de l’identité nationale ne pouvait d’abord fonctionner qu’en s’appropriant tout à fait la notion de résistance, et en rejetant les Allemands du côté d’une faute collective qui excluait tout sursaut en faveur du Bien. Après la fondation de la République fédérale, en revanche, s’élevèrent des voix qui reprochaient à Bonn de ne pas honorer suffisamment la mémoire des résistants allemands contre Hitler : ce fut notamment le cas du Haut-Commissaire français André François-Poncet et de son adjoint Armand Bérard. Durant les années 1950, Le Monde procéda à une condamnation encore plus vive des autorités ouest-allemandes et rappela chaque année à ses lecteurs la signification de la date du 20 juillet. Le renforcement de la communication à ce sujet vint donc à point nommé. En novembre 1959, l’AA frappa un grand coup en invitant une délégation de 32 dirigeants de mouvements européens de résistance anticommunistes à un voyage à travers l’Allemagne, le long de la frontière avec la RDA et à Berlin ; c’est toutefois moins le souvenir de la Seconde Guerre mondiale qui fut convoqué que l’évocation, actuelle, de Berlin comme « ville de la résistance » contre le totalitarisme. Comme le montre cet exemple, la PÖA tint compte de la partition du paysage mémoriel français et se dirigea vers les associations anticommunistes fédérées dans la FILDIR (Fédération Internationale Libre des Déportés et Internés de la Résistance), celle-là même qui œuvrait à la réconciliation avec l’Allemagne et qui engagea dans la seconde moitié des années 1950 des pourparlers avec le gouvernement fédéral et le Bundestag pour des réparations aux victimes du nazisme.

64Dans les années 1960, les efforts pour faire connaître les faits de résistance se multiplièrent, tous centrés sur la date du 20 juillet 1944 : en dehors de l’ouvrage précité introduit par Hans Rothfels, la PÖA en France utilisa La Grande Conjuration contre Hitler de l’historien français spécialiste de l’Allemagne Maurice Baumont, qui avait valeur de référence depuis sa parution en 1963 et interprétait l’attentat en des termes similaires à ceux de Bonn, c’est-à-dire comme « une révolte morale contre la barbarie ». Des films, enregistrements sonores et des articles produits par Inter Nationes furent envoyés à l’étranger, ce qui n’empêcha pas le gouvernement fédéral de s’attirer à l’intérieur le reproche d’une publicité insuffisante, et en tout cas partiale en faveur de la résistance allemande, puisqu’elle négligeait certains mouvements comme celui de la Rose blanche (Weiße Rose). À l’occasion du 20e anniversaire de l’attentat contre Hitler, en 1964, l’AA demanda aux postes diplomatiques d’organiser une fête du souvenir, tout en les laissant juger de l’opportunité d’y convier la colonie allemande locale. Ce ne fut par exemple pas le cas à Lyon, où le consul Walter Holz renvoya à la faible cohésion de la colonie allemande (ainsi qu’à l’absence de Goethe-Institut). Le service L3 de l’Auswärtiges Amt envisagea l’année suivante d’améliorer la visibilité de l’événement, en évoquant notamment la possibilité d’un recours à des journalistes et à des personnalités étrangères influentes. Un projet de film du BPA associant Geo Kelber (Paris-Match) et Hubertus zu Löwenstein ne vit cependant pas le jour. De son côté, l’ambassade consigna en 1964 un intérêt un peu plus prononcé de la presse française pour la date du 20 juillet, avec des reportages sur l’attentat et la personnalité du comte Claus von Stauffenberg, l’officier qui déposa la bombe dans la Wolfsschanze ; mais la plupart des titres, à l’exception notable du Monde qui continuait à honorer la mémoire des conspirateurs, se contentèrent d’une brève allusion aux commémorations en République fédérale. En 1969, le grand quotidien du soir fut le seul à commenter l’événement, mettant comme toujours en valeur le courage des officiers allemands et regrettant que certains, en République fédérale, continuassent à interpréter le complot comme un coup de poignard dans le dos de la nation.

  • 34 « Es erscheint wichtig, auf deutscher Seite darauf zu achten, dass Erinnerungsveranstaltungen an de (...)

65Bonn n’éveillait pas vraiment l’intérêt de l’opinion française avec ses propres célébrations. Même le 20e anniversaire de la promulgation de la Loi fondamentale, le 23 mai 1969, passa presque inaperçu. En ce qui concerne la presse, l’ambassade ne nota un traitement conséquent de l’événement que dans Le Monde, avec un dossier retraçant l’histoire de la République fédérale depuis sa fondation. Le ton en était parfois critique, jamais hostile. À la différence de la télévision, qui ne diffusa aucune émission d’envergure, France Inter organisa une table-ronde de 50 minutes avec des correspondants de l’ORTF et des journalistes extérieurs ; elle traita des aspects politiques et économiques de l’évolution de l’Allemagne fédérale sous un angle que l’ambassade jugea particulièrement équilibré et favorable. Ce relatif désintérêt n’empêcha pas les services de Bonn de prendre de multiples précautions en vue de la commémoration de la guerre de 1870-71 et de la fondation du Reich allemand, qui donna lieu à d’intenses échanges entre l’AA, les coordinateurs pour la coopération franco-allemande Carlo Schmid et Pierre-Olivier Lapie, et le secrétaire d’État à l’Information Léo Hamon. Ces dates furent entourées de nombreuses initiatives de communication de la part de Bonn, mais on veilla prudemment à les maintenir « exemptes de manifestations nationalistes, ou autres déclarations publiques susceptibles de nuire à l’idée de la réconciliation avec la France »34. Tout à l’inverse de son partenaire, Bonn conserva dans ce domaine une attitude de profil bas, qui contrastait aussi avec ses entreprises dans d’autres pays, notamment aux États-Unis, où l’Office de presse lança au même moment de coûteux projets destinés à convaincre les élites de la fiabilité et de la modernité de l’Allemagne nouvelle. Dans le délicat contexte français, la PÖA se contenta souvent, comme cela a été évoqué plus haut à différents endroits, de mesures discrètes mais non moins ciblées : c’est ce que révèle en particulier la coopération avec l’émission de l’ORTF Les Dossiers de l’Écran.

Les Dossiers de l’Écran (1967-69)

  • 35 « Le nazisme, débat », Les Dossiers de l’Écran, ORTF Télévision 2, 6.4.1967, INAthèque, notice CPF8 (...)

66La liaison entre Bonn et les Dossiers de l’Écran est d’autant plus intéressante que la grande émission de télévision française, diffusée entre le 6 avril 1967 et le 6 août 1991, a elle-même été très critiquée et accusée de manipuler le public. À l’origine du projet, l’ancien résistant et journaliste de presse et de radio Armand Jammot souhaitait relancer la seconde chaîne de l’ORTF, créée en 1964 mais en quête d’identité et d’audience, par le biais d’une émission qui incluait la participation des téléspectateurs. La première partie était constituée d’un film, la seconde d’un débat en direct, au cours duquel le public posait des questions par l’intermédiaire du standard téléphonique SVP. La programmation était à dominante historique et concernait de préférence la Seconde Guerre mondiale : au cours de la première année, toutes les soirées eurent pour thèmes des sujets historiques, à l’exception de dix Dossiers diffusés pendant les vacances ; de manière significative, l’émission-pilote du 6 avril 1947 porta sur la traque des anciens criminels de guerre nazis. La diffusion du film Les Maudits, de René Clément, fut suivie d’un débat conduit par Yves Courrière et réunissant différents acteurs et spécialistes de la question : le colonel Leon G. Turrou, ancien du FBI à l’origine – selon ses propres mots – d’une « usine de la justice » (Factory of Justice) chargée de retrouver les criminels de guerre, le journaliste et ancien agent secret Alain Pujol, l’ancien procureur français à Nuremberg Jean-Bernard Herzog, les journalistes Lothar Rühl et Jean-Marc Théolleyre, enfin le politiste Gilbert Ziebura et le germaniste Alfred Grosser35. La discussion fut animée, en raison notable de la présence de l’historien du ghetto et ancien résistant polonais Michel Borwicz ; elle s’intéressa successivement aux problèmes laissés en suspens par le procès de Nuremberg et à la question de la prescription. La distinction entre les notions de culpabilité et de responsabilité collective des Allemands constitua le pivot de la réflexion, qui, il faut bien le remarquer, ne se contenta pas d’une approche superficielle : Ziebura rappela les thèses du philosophe Karl Jaspers, qui relient la culpabilité aux individus et envisagent seulement la possibilité d’une responsabilité collective ; Grosser pointa la principale erreur de Nuremberg, qui consista selon lui à mettre en accusation sans distinction l’ensemble du peuple allemand. Les succès du NPD constituèrent le sujet des questions SVP, auxquelles le journaliste allemand Lothar Rühl répondit de façon rassurante en procédant à une analyse de l’électorat.

  • 36 « La montée du nazisme », Les Dossiers de l’Écran, ORTF Télévision 2, 11.5.1967, INAthèque, notice (...)
  • 37 « La résistance à Hitler en Allemagne », Les Dossiers de l’Écran, ORTF Télévision 2, 18.5.1967, INA (...)
  • 38 Premier président de l’Office fédéral de protection de la Constitution (Bundesamt für Verfassungssc (...)

67La hauteur indéniable de ces débats contraste avec le contenu des 6e Dossiers de l’Écran, lesquels, dès le 11 mai 1967, portèrent avant tout sur la figure d’Hitler et des questions bien plus prosaïques, voire des anecdotes (le dictateur était-il fou, impuissant, avait-il un astrologue ; quel invité s’était approché de lui au point de le toucher ?)36. Une discussion d’un plus haut niveau s’ensuivit néanmoins, qui impliqua les historiens Saul Friedländer, Helmut Krausnick et le rédacteur en chef de la revue Documents René Wintzen : la réflexion porta sur les raisons de l’arrivée au pouvoir des nazis et plaida dans l’ensemble pour davantage d’indulgence envers la population allemande, dont les conditions de vie difficiles et les tentatives de résistance furent mises en avant. Or, dès la semaine suivante, l’émission fut consacrée à « la résistance à Hitler en Allemagne », avec diffusion du film d’Helmut Käutner Le Général du Diable (1955), tourné d’après une pièce de Carl Zuckmayer qui s’inspirait du destin d’un général de la Luftwaffe37. Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que l’Office fédéral de presse et l’ambassade se soient rapidement intéressés aux Dossiers de l’Écran. Au plus tard en août 1968, des contacts furent établis avec Armand Jammot pour trouver des intervenants allemands francophones, tout d’abord en vue d’une soirée sur L’Amiral Canaris, d’après le titre d’un film d’Alfred Weidenmann qui s’inspirait de la vie d’un officier impliqué dans la résistance et exécuté peu de temps avant la fin de la guerre, Wilhelm Canaris. L’ambassade vit là l’occasion idéale de promouvoir l’idée de la résistance allemande auprès du public français. Le ministère fédéral de la Défense et le BPA se mirent à la recherche des témoins d’époque idéaux et s’assurèrent la participation de deux anciens collaborateurs de Canaris (Hans Kaltenhäuser et Hans Buchheit). En dépit de ces efforts, la soirée fut considérée comme un échec par l’ambassade, qui déplora le faible contenu informatif du film et de la discussion, la mauvaise tenue des débats et la sélection des autres invités, soit fondamentalement anti-allemands – Jacques Delarue, Alain Guérin (L’Humanité) –, soit visiblement drogués ou sous l’influence de l’alcool, comme Otto John38. La coopération avec Armand Jammot n’en fut pas moins poursuivie, et même de manière assez intense, par considération pour les quelque 12 millions de téléspectateurs de l’émission : en février 1969, l’ambassade se félicita du succès de l’émission-débat sur le général Rommel, à laquelle on était parvenu à convier son fils, Manfred Rommel, et son chef d’état-major, le général Westphal. Le premier traita avec clarté et objectivité de la mort de son père, contraint au suicide par Hitler, le second eut l’habileté d’évoquer les campagnes militaires de Rommel en reconnaissant les mérites de ses adversaires. Ajoutés à cela les témoignages d’estime des généraux britannique et français Belchem et Masson, la soirée fut une franche réussite pour la communication de Bonn, qui constata de très bonnes retombées dans la presse.

  • 39 André Gisselbrecht, « Un instrument éducatif dévoyé : Les Dossiers de l’écran », La Nouvelle Critiq (...)

68Les services ouest-allemands continuèrent donc de fournir des intervenants à l’ORTF, le plus souvent des officiers – car la question des diplomates en activité était délicate – et des historiens spécialisés. La requête émanait de la production des Dossiers de l’Écran, et l’ambassade y répondait toujours dans les meilleurs délais. Certains invités pressentis demandaient à ce que le film de la première partie de soirée leur soit projeté à l’avance, pour mieux préparer leur intervention ; ce fut ainsi le cas de l’historien Hanns von Krannhals, auquel revint la tâche de représenter la « partie allemande » dans un débat sur l’invasion de la Pologne. Un officier, le colonel Volkmar Schöne, fut également fourni par l’ambassade. Malgré ces préparatifs, le débat en direct présentait par nature la particularité d’être largement imprévisible, ce que regrettaient certains intervenants. Si l’on se place du côté du public, cette fois-ci, alors plusieurs considérations s’imposent qui rejoignent les critiques, voire les condamnations à l’encontre de l’émission : de toute évidence, effectivement, « le factice » était bien à l’œuvre ; on ne peut qu’abonder dans le sens d’André Gisselbrecht, quand celui-ci distingue trois types d’invités des Dossiers de l’Écran : d’une part, les « Autorités », issues de l’appareil étatique, l’Église, la police, l’université ; d’autre part, les « témoins-verrous », souvent en lien avec les autorités précitées et dont le rôle semblait être de corseter le débat ; enfin, les « témoins oculaires », dont la crédibilité était censée aller de soi39. Certains rapports de l’ambassade allemande révèlent le dessous des cartes, qui restait invisible du téléspectateur, comme dans le cas d’un débat sur l’insurrection de Varsovie d’août-octobre 1944, qui dégénéra en bataille rangée entre des membres de l’ambassade polonaise à Paris et des exilés polonais soutenus par des historiens français. L’identité ou la fonction des témoins et des experts n’était pas toujours exposée avec clarté, encore moins le fait que leur sélection avait souvent reposé sur des pourparlers entre la production et les diplomates étrangers.

  • 40 I. Veyrat-Masson, L’Histoire à la télévision française 1953-1978, p. 430-433.

69L’émission pose donc le problème de la manipulation du public, d’autant que la marge de manœuvre d’A. Jammot vis-à-vis du pouvoir fait question : sur les 332 Dossiers de l’Écran étudiés par I. Veyrat-Masson pour la période 1967-78, aucun ne concerne le régime de Vichy ou la collaboration40. Du point de vue de la communication politique de Bonn, la coopération avec ce programme représentait une opportunité inespérée : il aurait été inconséquent de renoncer à la possibilité d’influencer des millions de téléspectateurs, sans compter qu’elle n’entraînait aucun effort particulier, pas même financier, puisque la production de l’émission payait le voyage des intervenants allemands. La situation présente de nombreuses analogies avec le cas de la collaboration avec Paris-Match. Certes, l’entreprise avait ses limites, puisque les débats étaient strictement sous contrôle. Le film diffusé en première partie contenait par ailleurs souvent des erreurs et tendait vers une vision stéréotypée de l’Histoire ; un téléspectateur sur deux éteignait en outre son récepteur avant le début de la discussion. Mais l’intensité de la participation d’intervenants briefés par les services ouest-allemands devant les quelque 6 millions de téléspectateurs restants eut sans nul doute une influence non négligeable. Les procédés de la PÖA s’accordaient idéalement aux exigences des Dossiers de l’Écran, dont l’objectif était de renforcer l’effet de réalité et de sérieux du débat en assignant aux invités, témoins et experts, le rôle de passeurs de connaissances. Dans certains cas, comme celui de l’émission-pilote sur les anciens criminels de guerre nazis, la qualité des interventions permet d’affirmer que la poursuite par Jammot d’une mission éducative ne fut pas tout à fait vaine. Resterait à observer si l’instrument ne fut pas – assez rapidement – détourné de ses buts. Enfin, il s’agit de remarquer le retard des services ouest-allemands sur les intellectuels de l’époque, journalistes ou universitaires comme Alfred Grosser, qui contribuèrent de manière décisive à amender l’image de l’Allemagne et occupèrent une place au moins équivalente à celle de la communication officielle de Bonn dans l’espace public français. Mais leur propre inscription dans ce système médiatique fournirait en elle-même matière à une nouvelle étude.

Notes

1 Norbert Frei, « Deutsche Lernprozesse. NS-Vergangenheit und Generationenfolge seit 1945 » in : N. Frei, 1945 und wir. Das Dritte Reich im Bewusstsein der Deutschen, München, Beck, 2005, p. 23-40 (p. 35).

2 Voir le résumé des travaux de Michael Greve et Annette Weinke par Udo Wengst, « 1969. Das vorzeitige Ausscheiden von Heinrich Lübke aus dem Bundespräsidentenamt. Zweierlei »Vergangenheitsbewältigung« im Systemkonflikt » in : Udo Wengst / Hermann Wentker (Hg.), Das doppelte Deutschland. 40 Jahre Systemkonkurrenz, Berlin, Ch. Links, 2008, p. 161-182 (p. 173).

3 Valérie-Barbara Rosoux, Les usages de la mémoire dans les relations internationales : le recours au passé dans la politique étrangère de la France à l’égard de l’Allemagne et de l’Algérie, de 1962 à nos jours, Bruxelles, Bruylant, 2001, p. 24-37.

4 Les quatres idées principales dominant l’opinion du monde libre sur l’Allemagne étaient selon Diehl les suivantes : 1. Les Allemands sont riches et égoïstes ; 2. Les Allemands méprisent les petits États ; 3. Les objectifs nationaux des Allemands sont une menace pour la paix ; 4. Les buts politiques des Allemands sont indéchiffrables. Notes de Diehl (BPA), 26.2.1961, PA AA B6-20.

5 « Im deutschen Volkskörper, im moralischen Leben des deutschen Volkes gibt es heute keinen Nationalsozialismus mehr, kein nationalsozialistisches Empfinden. Wir sind ein Rechtsstaat geworden. » Bulletin des Presse- und Informationsamtes der Bundesregierung, 11.4.1961, p. 641. Employé dans ce contexte, le terme de Volkskörper est très problématique, puisqu’il s’agit justement d’une métaphore organiciste typique du langage nazi. Johann Chapoutot, « Nazisme et guerre totale : entre mécanique et mystique », Sens public 3, 2005, p. 1-32 (p. 15), URL : http://sens-public.org/IMG/pdf/SensPublic_JChapoutot_nazisme.pdf [18.7.2014].

6 Klaus Wiegrefe, « Der Fluch der bösen Tat. Die Angst vor Adolf Eichmann », Der Spiegel 15, 2011, p. 44-50 (p. 44). Cf. infra, troisième partie, chapitre 3, sous-partie I.

7 Rolf Vogel (Hg.), Deutschlands Weg nach Israel. Eine Dokumentation, Stuttgart, Seewald, 1967 ; —, Ein Weg aus der Vergangenheit. Eine Dokumentation zur Verjährungsfrage und zu den NS-Prozessen, Frankfurt/M., Ullstein, 1969.

8 « Die französische öffentliche Meinung wird von der gegen die Bundesrepublik gerichteten Diffamierungskampagne und dem Werbefeldzug für die SBZ kaum beeindruckt. Die Franzosen sind kritisch eingestellt und wenig anfällig gegen Propaganda. Je plumper die Angriffe gegen die Bundesrepublik sind, je antiquierter die anti-deutschen Ressentiments erscheinen, die dadurch wiederbelebt werden sollen, um so eher schlägt ihre Wirkung in das Gegenteil des beabsichtigten Effekts um. » Blankenhorn (Paris) à l’AA, 30.5.1960, PA AA B24-348.

9 Nationalrat der Nationalen Front des Demokratischen Deutschland (Hg.), Braunbuch. Kriegs- und Naziverbrecher in der Bundesrepublik. Staat, Wirtschaft, Armee, Verwaltung, Justiz, Wissenschaft, Berlin, Staatsverlag der Deutschen Demokratischen Republik, 1965.

10 Alain Clément, « La carrière de M. Blankenhorn, ambassadeur à Paris, paraît gravement compromise », Le Monde, 24.4.1959, p. 1 et p. 6.

11 La FNDIRP comptait à l’époque environ 30 000 membres. Sur le paysage mémoriel français et ses clivages idéologiques de 1945 à 1965, voir Pieter Lagrou, Mémoires patriotiques et occupation nazie, Bruxelles, Complexe, 2003.

12 M. Delvaux-Couvin, « Les criminels de guerre devant leurs juges. 1. Vingt ans après : Pourquoi ? », La Croix, 18.3.1964. Dossiers de presse de l’IEP de Paris, Crimes nazis 63-66, All 29/41 t. 2. Les archives du BPA contiennent des factures au nom du journaliste pour des traductions. BArch Koblenz B145-1289.

13 En référence au pamphlet de 1937 de Louis-Ferdinand Céline. « Bagatelle pour un massacre », Le Monde, 20.8.1965. Dossiers de presse de l’IEP de Paris, Crimes nazis 63-66, All 29/41 t. 2.

14 H. Miard-Delacroix, Willy Brandt, p. 143.

15 L’ancien ministre fédéral des Affaires étrangères G. Schröder (à la Défense sous la Grande coalition) disposait ainsi d’éléments prouvant que Kiesinger avait été Blockwart, c’est-à-dire un espion de la NSDAP chargé de la surveillance d’un pâté de maisons. Tim Szatkowski, Karl Carstens: eine politische Biographie, Köln-Weimar-Wien, Böhlau, 2007, p. 164.

16 Beate Klarsfeld, Die Geschichte des PG 2633930 Kiesinger. Dokumentation mit einem Vorwort von Heinrich Böll, Darmstadt, Melzer, 1969.

17 « […] mal aimée et s’aimant mal, jouant la mijaurée avec ses protecteurs occidentaux mais bonne fille, enlaidie par les bourrelets d’une prospérité trop voyante, cette Germania-là n’a plus, et c’est beaucoup, les nattes et le casque cornu qu’on lui voyait sur les dessins de Hansi ». P.-J. Franceschini, « L’Allemagne mal-aimée », Le Monde, 21.5.1969, p. 9 ; Von Braun (Paris) à l’AA (I A 3), 20.5.1969, PA AA B24-628.

18 Annexe n° 11.

19 Herbert Wehner, ancien membre du KPD et, comme Brandt, émigré sous la période nazie. Entré au SPD en 1946, il fut nommé à la tête du ministère pour l’Allemagne entière (BMG) sous la Grande coalition.

20 Seydoux de Clausonne (Bonn) au MAE Dir. Europe, 24.6.1966, MAE EU 44-60 All. 1423 [réservé-confidentiel].

21 Cf. supra.

22 Pierre Milza, L’Europe en chemise noire. Les extrêmes droites en Europe de 1945 à aujourd’hui, Paris, Fayard, 2002, p. 121.

23 Avec comme légende « Déguerpis, t’as des puces ! ». Bulletin fr. n° 48, 20.12.1967, p. 375 ; voir aussi Bulletin fr. n° 44, 21.11.1967, p. 343.

24 Kommunistische Tätigkeit in der Bundesrepublik im Jahre 1964, in : APuZ 33/1965, p. 3-36.

25 A. François-Poncet, « Malaise allemand », Le Figaro, 17.11.1967, p. 1.

26 Robert Frank, « Les Français et la 2e Guerre mondiale depuis 1945 », Histoire et temps présent. Journées d’études des correspondants départementaux 28-29 novembre 1980, Comité d’histoire de la deuxième guerre mondiale et Institut d’histoire du temps présent, CNRS, 1981, p. 25-39, cité par Henry Rousso, « Pour une histoire de la mémoire collective : L’après-Vichy » in : Denis Peschanski / Michal Pollak / Henry Rousso (éd.), Histoire politique et sciences sociales, Bruxelles, Complexe, 1991, p. 243-264 (p. 245).

27 Henry Rousso, La dernière catastrophe. L’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gallimard, 2012.

28 L’AA s’opposa en 1959 à la publication de cet échange, projetée par Hans-Adolf Jacobsen, politiste et historien alors en poste à l’École de la Bundeswehr pour la innere Führung, devenue en 1981 Centre de formation de l’armée fédérale (Zentrum Innere Führung) ; cf. Jérôme Vaillant, « Quelle place pour le “citoyen en uniforme” dans la nouvelle Bundeswehr ? » in : Corine Defrance / Françoise Knopper / Anne-Marie Saint-Gille (éd.), Pouvoir civil, pouvoir militaire en Allemagne. Aspects politiques, sociaux et culturels, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2013, p. 219-233 [p. 224]). Sarrazin (AA 204) à l’AA (117), 16.4.1959, PA AA B24-287.

29 Forster (AA I A 3) à l’ambassade à Paris, 3.12.1968 ; Limbourg (Paris) à l’AA (I A 3), 20.12.1968, AV Neues Amt 5.198.

30 De Boissieu à Ruete (Paris), 13.7.1971, PA AA B125-119.969.

31 Jürgen Danyel, « Der 20. Juli » in : E. François / H. Schulze (Hg.), Deutsche Erinnerungsorte, Bd. II, München, Beck, 2001, p. 220-237 (p. 227).

32 H. Rothfels, « Hommage à la résistance allemande » in : Service de presse et d’information du gouvernement fédéral allemand (éd.), La Résistance Allemande contre Hitler. 20 juillet 1944, Bonn, Berto-Verlag, 1960, p. 9-14 (p. 9).

33 Cf. supra, deuxième partie, chapitre 3.

34 « Es erscheint wichtig, auf deutscher Seite darauf zu achten, dass Erinnerungsveranstaltungen an den deutsch-französischen Krieg von 1870/71 im Jahre 1970 frei von nationalistischen Kundgebungen oder sonstigen öffentlichen Äußerungen bleiben, die dem Gedanken der Aussöhnung mit Frankreich abträglich wären. » Schmid (AA I A 1 – Koordinator), neuvième rapport de la commission interministérielle du gouvernement fédéral sur l’état de la coopération franco-allemande, période du 1.7 au 31.12.1969, p. 48, PA AA B125-119.972.

35 « Le nazisme, débat », Les Dossiers de l’Écran, ORTF Télévision 2, 6.4.1967, INAthèque, notice CPF88005335.

36 « La montée du nazisme », Les Dossiers de l’Écran, ORTF Télévision 2, 11.5.1967, INAthèque, notice CPF92011541.

37 « La résistance à Hitler en Allemagne », Les Dossiers de l’Écran, ORTF Télévision 2, 18.5.1967, INAthèque, notice CPF92006138.

38 Premier président de l’Office fédéral de protection de la Constitution (Bundesamt für Verfassungsschutz), passé à l’Est en 1954. L’ambassade obtint des excuses de la production pour ne pas avoir été informée de sa participation à l’émission. Limbourg (Paris) à l’AA (I A 3), 22.1.1969, PA AA B24-624.

39 André Gisselbrecht, « Un instrument éducatif dévoyé : Les Dossiers de l’écran », La Nouvelle Critique 66/août-septembre 1973, cité par I. Veyrat-Masson, L’Histoire à la télévision française 1953-1978, p. 447 sq.

40 I. Veyrat-Masson, L’Histoire à la télévision française 1953-1978, p. 430-433.

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site