Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Promouvoir la RFA à l’étranger (1958-1969)

 | 
Ariane d'Angelo

Troisième partie. L’entreprise de communication politique ouest-allemande dans la France de l’ère gaullienne (1958-1969)

Chapitre 3. « Inspirer confiance ». L’entreprise de communication ouest-allemande en France dans un contexte de controverse sur les crimes et les résurgences du nazisme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans une enquête d’opinion réalisée en 1961 par le Bureau International de Liaison et Documentation, et achetée par l’Office fédéral de presse en raison de résultats jugés « exceptionnels », 52 % des Français sondés déclarèrent qu’il était nécessaire de « maintenir en éveil les “mémoires” françaises à l’égard de l’Allemagne ». Seule une petite minorité (19 %) pensait le contraire. Au-delà du caractère avant-gardiste de la question, qui préfigurait l’idée d’un « devoir de mémoire » vis-à-vis des victimes de l’« Allemagne d’hier », ce chiffre révélait à quel point l’évocation du voisin faisait resurgir les représentations issues du passé. L’établissement de la confiance, qui sous-tend toute entreprise de relations publiques et constitue, depuis sa création, le but déclaré de la PÖA de la République fédérale, se heurtait là à son obstacle le plus sérieux. À la question « peut-on faire confiance aux Allemands d’aujourd’hui ? », posée immédiatement après, moins de la moitié des sondés (4...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540