Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Promouvoir la RFA à l’étranger (1958-1969)

 | 
Ariane d'Angelo

Introduction générale

Texte intégral

  • 1 Encore cette souveraineté resta-t-elle alors assortie de restrictions, puisque les trois alliés occ (...)
  • 2 Konrad Adenauer, Teegespräche 1955-1958, hg. von Rudolf Morsey und Hans-Peter Schwarz, bearb. von H (...)

1Dès son arrivée aux commandes de la République fédérale d’Allemagne, la priorité du premier chancelier Konrad Adenauer alla tout entière à la politique étrangère, en vue de conquérir pour le pays le statut de partenaire égal en droits au sein de l’alliance formée par le camp occidental après la Seconde Guerre mondiale. L’objectif était ambitieux ; il l’était d’autant plus que la promulgation de la constitution ouest-allemande, la Loi fondamentale, n’avait pas coïncidé avec la levée de l’occupation du territoire par les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne : la souveraineté nationale en matière d’affaires étrangères ne devint une réalité qu’à l’entrée en vigueur du traité général sur l’Allemagne (Deutschlandvertrag), le 5 mai 19551. Cette situation atypique contraignit le chef du gouvernement fédéral, comme il l’a lui-même décrit et résumé, à mettre en place une action tournée vers l’établissement de la confiance2. Les relations qu’il noua avec les médias étrangers occupèrent une place de choix dans ce processus, à tel point que la recherche allemande parle à ce sujet, depuis la fin des années 1960, d’une « politique de l’interview » (Interviewpolitik). Dès sa prise de fonctions, le chancelier se dota par ailleurs d’une institution inédite, l’Office de presse et d’information du gouvernement fédéral, qui vint pallier l’absence de ministère des Affaires étrangères par l’accomplissement d’une double mission d’observation de la presse internationale et d’entretien des relations avec les journalistes. En dehors de cet aspect compensatoire, l’amélioration de l’image du pays fut perçue comme un élément décisif pour la réussite du projet de politique extérieure. C’est à cette entreprise de relations publiques (Öffentlichkeitsarbeit – le terme lui-même n’émergea dans son emploi gouvernemental qu’au cours des années cinquante) qu’est consacré le présent travail.

2Le fait que l’aspect prioritaire conféré à la communication officielle ait été le résultat de calculs pragmatiques n’enlève rien à l’étonnement que suscite, du point de vue du questionnement historique, l’investissement d’un domaine où le pouvoir nazi s’était illustré avec une remarquable intensité. L’équation consistant à corriger activement l’image de l’Allemagne sans éveiller le souvenir de la propagande de Goebbels semblait bien difficile à résoudre. D’emblée, on observe que le risque d’analogie fut écarté par l’affirmation du caractère démocratique de l’entreprise, qui transparaissait notamment à travers le langage : le nom de la nouvelle institution, qui n’avait pas rang de ministère, faisait référence à l’information, dont des brochures expliquèrent ultérieurement qu’elle concernait autant le pouvoir que l’opinion, et qu’elle répondait à de strictes contraintes d’objectivité. La communication acquérait ainsi une base de légitimité conforme au nouvel ordre incarné par la jeune République fédérale. Celle qui visait l’étranger fut même dotée, un peu plus tard, de son propre intitulé, qui contenait un terme à l’ambiguïté bienvenue puisqu’il pouvait à la fois désigner un travail avec, dans et pour le public (Öffentlichkeitsarbeit). Ce n’est effectivement que dans un contexte de réplique contre le camp soviétique, au tournant des années 1960, que le Bundestag reconnut à son tour l’importance de la communication politique à l’étranger (Politische Öffentlichkeitsarbeit im Ausland) et la dota d’un budget idoine.

  • 3 Eckart Conze / Norbert Frei / Peter Hayes / Moshe Zimmermann (Hg.), Das Amt und die Vergangenheit. (...)

3L’existence de ces éléments n’a jusqu’ici jamais été prise en compte par la recherche, bien qu’elle présente un potentiel heuristique intéressant pour l’histoire de l’Allemagne fédérale. L’insistance sur la nature démocratique des procédés de relations publiques ouest-allemands fonctionne comme une invite à explorer la réalité des faits, ce qui rattache l’étude à l’un des principaux questionnements historiographiques sur l’Allemagne d’après-guerre. L’exploration du paradoxe soulevé par l’insistance sur la notion de rupture au lendemain de la fin du régime nazi, retenue par la postérité sous le nom d’année zéro (Stunde Null), et la présence plus ou moins sous-jacente de continuités, a animé les discussions entre intellectuels avant de passer, pendant les années 1970, aux mains des historiens. Le phénomène de permanence des élites a plus particulièrement concentré les analyses ; un ouvrage récent, controversé en raison de ses méthodes et de l’origine officielle de son financement, a contribué à porter ces résultats à la connaissance du grand public : le sujet en était le comportement du personnel du ministère des affaires étrangères Auswärtiges Amt (AA) pendant le régime nazi3. Par bien des aspects, et déjà le simple fait que la communication politique à l’étranger ait été élaborée en commun par l’AA et l’Office de presse – certains de ses principaux acteurs servirent successivement l’une et l’autre institution –, l’investigation de ce secteur d’activité gouvernementale s’appuie sur des travaux existants. Le rappel de ces différentes approches permettra de définir plus avant les contours de cette nouvelle étude sur un sujet en grande partie inexploré.

  • 4 Thomas Mergel, Propaganda nach Hitler. Eine Kulturgeschichte des Wahlkampfs in der Bundesrepublik 1 (...)
  • 5 Christina von Hodenberg, Konsens und Krise: Eine Geschichte der westdeutschen Medienöffentlichkeit (...)

4La réflexion s’inscrit dans le cadre général d’une observation historique de la relation du pouvoir politique à l’opinion et profite ainsi d’apports préalables, dont la plupart concernent cependant le seul contexte intérieur ouest-allemand. Les recherches sur la communication politique des deux décennies d’après-guerre se sont récemment multipliées et portent souvent soit sur les campagnes électorales, soit sur les rapports des chanceliers fédéraux aux médias4. Le rythme des effets de personnalisation et d’américanisation de ces domaines représente leur angle d’analyse principal. Suivant une autre démarche, certains travaux entreprennent de retracer l’évolution de l’espace public ouest-allemand en mettant au jour les dynamiques concurrentes du pouvoir et de l’opinion5. Sur ce thème, les études des décennies 1970-80 au sujet de la politique médiatique adenauérienne fournissent un point de départ incontournable. Il est donc possible d’obtenir une image non seulement assez juste des phénomènes de continuité, voire de restauration, à l’œuvre dans le positionnement vis-à-vis des médias, mais aussi des influences extérieures qui contribuèrent à le modifier.

  • 6 Gerhard Wettig, Politik im Rampenlicht, Frankfurt/M., Fischer, 1967 ; Anita M. Mallinckrodt, Die Se (...)
  • 7 Christopher Oesterreich, « Umstrittene Selbstdarstellung. Der deutsche Beitrag zur Weltaustellung i (...)

5En revanche, l’histoire de la communication gouvernementale de Bonn à l’étranger attend encore d’être écrite. Certaines perspectives ont été ouvertes par des politistes et par l’historien Gerhard Wettig dès la fin des années 1960 : elles insistent sur l’importance, à l’époque grandissante, de la communication en tant qu’instrument de la politique étrangère6. Plus récemment, la « représentation de soi » (Selbstdarstellung) de la République fédérale dans le monde a fait l’objet de plusieurs ouvrages : sous ce terme sont regroupés des sujets très différents, allant de la participation aux expositions universelles jusqu’à l’organisation des voyages officiels, en passant par des aspects de politique culturelle extérieure7. Nulle part n’apparaît la définition par Bonn du secteur de la communication à l’étranger, qui fut pourtant soigneusement distingué de cette dernière.

  • 8 Arnulf Baring, Außenpolitik in Adenauers Kanzlerdemokratie, München, Oldenbourg, 1969, p. 6-12, 37- (...)

6Cette remarque laisse deviner le poids qui sera conféré à l’analyse du métadiscours institutionnel. Au centre du propos, toutefois, se trouveront les institutions et le parcours des acteurs. L’histoire de l’Office de presse et d’information attend elle aussi d’être écrite : le présent travail s’en veut une amorce, sur la base des recherches menées par les politistes et les juristes, qu’il convient de replacer sous un éclairage historique grâce aux travaux portant sur les institutions précédentes, depuis le Reich wilhelminien jusqu’à la période nazie. Ce faisant, il s’agit d’observer l’évolution de la façon de concevoir la communication politique à l’étranger et d’aborder le problème des méthodes. L’affirmation de la rupture avec les pratiques nazies et leur remplacement par une véritable doxa démocratique de l’Allemagne fédérale se refléta par l’éviction du terme de propagande et son remplacement par de nouveaux concepts. Mais quelle fut l’étendue réelle de cette prétendue table rase ? Pour répondre à cette interrogation, il est nécessaire d’examiner la nature des structures et l’identité des personnes qui étaient à la manœuvre. Celles-ci présentaient-elles un ou des profils particuliers, quels étaient leur vision du monde et leur savoir-faire ? Appartenaient-elles à certains groupes politiques ou religieux, à des générations précises, s’étaient-elles déjà côtoyées dans l’exercice de leur métier ? L’analyse du statut et du fonctionnement des institutions est tout aussi importante : l’Office de presse fit lui-même l’objet d’attaques dans les médias et de la part de l’opposition. Dans la recherche, nombreux sont ceux qui, dans la lignée du politiste Arnulf Baring, voient en lui l’un des indices les plus manifestes de la « démocratie du chancelier », c’est-à-dire des tendances autocratiques du pouvoir adenauérien8.

  • 9 Dorothee Röseberg (Hg.), Frankreich und „das andere Deutschland”, Tübingen, Stauffenburg, 1999 ; Ul (...)

7Enfin, il faut poser un regard attentif sur les méthodes, qui constituent, comme le montrera une première partie destinée à approfondir l’ensemble des notions nécessaires à l’analyse, l’un des principaux critères proposés par les spécialistes pour distinguer les relations publiques de la propagande. La communication politique de la République fédérale à l’étranger, telle qu’elle est ici exposée, est avant tout comprise comme une entreprise dirigée vers le monde occidental et non aligné. C’est le sens qui lui fut donné au tournant des années 1960 ; les trois vainqueurs occidentaux de l’Allemagne nazie continuèrent dans ce cadre, à l’image de la période antérieure, à revêtir un aspect de premier plan. Si l’on voulait être exhaustif, il faudrait retracer les activités de l’ensemble des services de l’Office de presse, dont chacun était affecté à une région du monde. Le cas de la France a été choisi pour sa capacité à renseigner sur la nature des méthodes employées et sur la dichotomie éventuelle avec la façon de présenter ce projet de promotion politique : dans un pays habité par le souvenir de l’occupation nazie et par un contentieux tenace avec l’Allemagne, on peut s’attendre à ce que la communication politique de Bonn se soit contentée de célébrer les vertus de la réconciliation, à l’image du traité de l’Élysée qui est au cœur de la période. La réalité est différente. L’investigation de ce pan inédit des relations franco-allemandes tend plutôt à remettre en cause une vision convenue des rapports bilatéraux. L’exhumation des raisons de l’institutionnalisation de la Politische Öffentlichkeitsarbeit im Ausland (PÖA) et le focus sur la France révèlent en outre le caractère incontournable de la République Démocratique Allemande. Ses activités dans le domaine de l’influence sur l’opinion eurent, comme on le verra, un rôle de déclencheur et d’aiguillon permanent pour le travail de relations publiques de Bonn. Sans prétendre réaliser une histoire intégrée de la communication politique est- et ouest-allemande, il convient de ne pas perdre de vue l’existence de l’autre État allemand, et d’examiner les tensions qui résultèrent de cette triangulation. Les phénomènes non seulement de concurrence, mais aussi d’interdépendance entre les deux systèmes orientent de plus en plus de travaux d’historiens. De même, depuis la fin des années 1990, la recherche sur les relations franco-allemandes inclut de manière croissante la RDA9. En tant qu’instrument majeur de la politique extérieure, la PÖA subit les mêmes contraintes et fut sous-tendue par les mêmes objectifs. Dans l’affrontement entre les deux blocs de la Guerre froide, elle chercha par ailleurs en toute hypothèse à se distancier des buts et méthodes de son homologue est-allemande. Le métadiscours évoqué plus haut ne revêtait-il pas, en sus de sa fonction de légitimation démocratique, un intérêt politique immédiat ? La confrontation avec les faits est donc susceptible d’apporter un nouvel éclairage sur l’évolution de la concurrence inter-allemande.

  • 10 Johannes Paulmann, « Deutschland in der Welt: Auswärtige Repräsentationen und reflexive Selbstwahrn (...)

8Les décisions des spécialistes gouvernementaux de la communication à l’étranger et des diplomates qui furent impliqués dans sa mise en œuvre n’en demeurent pas moins au centre du propos. À ce sujet, il est indispensable de situer le niveau politique pris en considération, qui est celui des chefs de services, chefs de directions et secrétaires d’État à l’Office de presse et au ministère fédéral des affaires étrangères. L’organisation des voyages officiels par le protocole et la Chancellerie fédérale, par exemple, n’entre pas dans la définition au sens strict de la Politische Öffentlichkeitsarbeit im Ausland. Après avoir identifié les acteurs principaux, on s’intéressera à leur perception des enjeux de ce travail dans un contexte international en mutation. L’étude des mesures prises en France permet d’apprécier le déploiement de différentes initiatives dans un environnement soumis à de fortes contraintes externes et internes. Y eut-il plusieurs objectifs, et certains n’entrèrent-ils pas en contradiction au point de poser des problèmes pratiques, comme l’idéal de rapprochement bilatéral et la défense, plus pragmatique, des intérêts nationaux ? Comment jugea-t-on, côté allemand, de la meilleure manière de diffuser les messages dans le public français ? Ces choix témoignaient-ils d’une vision à long terme ou de calculs à moindre échéance ? Le sujet invite également à analyser le degré de réaction aux événements politiques et à déterminer, in fine, la nature de la posture adoptée par Bonn dans son dessein d’autopromotion à l’étranger : certes, ce dernier incarnait à n’en pas douter une véritable obsession10 ; peut-on toutefois souscrire aux thèses qui mettent en valeur et illustrent la retenue, d’aucuns diraient le profil bas qui, paradoxalement, sont censés caractériser cette attitude ?

  • 11 « inner[e] Prozess[e] und Wertvorstellungen [der französischen Außen- und Deutschlandpolitik] ». U. (...)
  • 12 Donald Cameron Watt, Britain Looks to Germany, British Opinion and Policy Towards Germany since 194 (...)
  • 13 Pierre Renouvin / Jean-Baptiste Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, (...)
  • 14 Alfred Grosser, La IVe République et sa politique extérieure, Paris, Armand Colin, 1961, p. 171 ; D (...)
  • 15 Robert Jervis, Perception and Misperception in International Politics, Princeton, Princeton Univers (...)

9L’influence des perceptions, « processus internes et jugements de valeur »11 représente aujourd’hui un élément d’analyse bien établi de l’histoire des relations internationales. Dès les années soixante, les relations germano-britanniques ont fourni un champ de prédilection de cette approche centrée sur l’influence des critères individuels et générationnels sur les choix des acteurs politiques12. En matière d’histoire des relations franco-allemandes, il s’agit d’une évolution plus récente, mais dont les prolongements sont patents dans de nombreux domaines, qu’il s’agisse de l’économie ou des enjeux politiques et sociaux. L’originalité de l’étude qui porte sur la communication officielle tient à ce qu’elle observe des décisionnaires dont la préoccupation quotidienne était l’opinion publique. Or, si l’on considère l’ampleur de la recherche sur les stéréotypes, on tient là sans nul doute un point névralgique des rapports franco-allemands ; étant entendu qu’il s’agit aussi d’un facteur d’ordre intérieur à ne pas négliger. Sa prise en compte en histoire des relations internationales demeure d’un abord délicat13, bien qu’elle ait souvent été reconnue indispensable et ait engendré, à différentes époques et notamment sur le terrain des relations bilatérales, des cheminements novateurs14. L’intention est ici différente, puisqu’elle ne prend pas pour objet central l’opinion elle-même, mais la perception qu’en eurent les diplomates et les spécialistes gouvernementaux de la communication, et les moyens qu’ils sélectionnèrent pour leur capacité à agir sur elle en un sens favorable à leurs propres buts. L’observation de l’opinion conquit justement au même moment, avec la nouvelle priorité donnée aux sondages, une image de précision et d’expertise qui concordait avec le projet d’autopromotion de la PÖA. Ne convient-il pas au contraire de s’attarder sur les déformations15 dont témoigne le processus de prise de décision ?

10Ainsi formulées, les questions qui président à la réflexion montrent que la démarche historique sera double, c’est-à-dire d’une part phénoménologique, car s’intéressant aux institutions et à l’évolution d’une action gouvernementale, et d’autre part constructiviste, dans la mesure où elle les mettra en résonance avec les discours autoproduits sur la communication. Conformément au premier axe, les résultats des recherches en archives constituent le matériau principal : ils proviennent en majorité des fonds de l’Office de presse et d’information, plus particulièrement de ceux qui concernent la direction de l’étranger. Les archives fédérales de Coblence contiennent également des legs, ainsi que les documents de la Chancellerie fédérale. La réalisation de ce travail systématique a permis d’esquisser les contours institutionnels du fonctionnement de la PÖA, et conduit à compléter ces données à Berlin au sein des archives du ministère fédéral des Affaires étrangères. À l’examen extensif des documents du service d’information à l’étranger, créé fin 1959, et de celui spécialisé dans les relations avec la France, s’est ajoutée la consultation des fonds du bureau des secrétaires d’État et des différents services (presse, réunification) associés aux activités des acteurs centraux. La possibilité qu’offre l’Auswärtiges Amt d’explorer les parcours des diplomates par le biais de dossiers et legs personnels a aussi été mise à profit. En France, on s’est utilement référé aux archives du ministère des Affaires étrangères, dans la série consacrée à l’Allemagne et dans les fonds de la direction de la presse et de l’information, afin d’élucider la position du Quai d’Orsay à certains moments clés mettant en jeu les relations bilatérales et les médias. En revanche, les recherches dans les collections documentaires de l’Institut national de l’audiovisuel (INAthèque), à Paris, se sont révélées plus fructueuses que celles dans les archives de l’Office de radiodiffusion-télévision française, situées à Fontainebleau.

11Pour la plupart, ces sources historiques pourtant très complètes ne contiennent en effet pas les supports de communication proprement dits. Au-delà du problème spécifique aux documents audiovisuels, qui fut en partie résolu grâce à l’INAthèque et aux archives du film de Berlin-Wilmersdorf, il fut donc nécessaire de rassembler les ouvrages et périodiques mentionnés dans les échanges institutionnels. La publication officielle hebdomadaire de Bonn à l’étranger, le Bulletin de l’Office de presse et d’information du Gouvernement fédéral, livra en outre une grande quantité d’informations et justifia un dépouillement approfondi. Les journaux français furent quant à eux exploités sous deux formes, d’une part au moyen des dossiers thématiques rassemblés par la Fondation nationale des sciences politiques, d’autre part sous leur forme originale, quand s’imposait l’analyse détaillée d’un article.

12La consultation de la presse allemande donna de nombreux éléments complémentaires au sujet des acteurs et des débats que déclencha l’Office de presse au cours des deux décennies qui suivirent sa fondation. L’hebdomadaire d’investigation Der Spiegel se révéla à la fois très bien informé et particulièrement critique vis-à-vis du discours officiel en faveur de l’appareil gouvernemental de communication. Pour bien déterminer la teneur de ce dernier et son éventuelle évolution, il fallut retrouver les brochures et articles publiés à titre d’expertises par les acteurs institutionnels. Considérés avec toute la distance qui s’impose, les mémoires fournirent aussi un outil utile, dans la mesure où ces personnages centraux, dans leur immense majorité, ne sont plus en vie.

13Le cadre temporel de l’étude est compris entre les années 1958 et 1969. La période de fondation de la République fédérale ne sera abordée qu’en tant que socle préalable à l’analyse historique du déploiement de la Politische Öffentlichkeitsarbeit im Ausland, d’abord au cours d’une campagne de grande ampleur en soutien à Berlin-Ouest, ensuite sous la forme d’un nouveau titre budgétaire instauré par le Bundestag. L’ultimatum de Khrouchtchev sur Berlin, le 27 novembre 1958, revêtit à cet égard le statut d’événement déclencheur, à l’issue duquel le secteur de l’information politique à l’étranger connut une croissance exponentielle. Cette césure du point de vue de l’histoire diplomatique correspondit, selon les hypothèses formulées en lisière de ce travail, à une ligne de faille sur le plan de la communication gouvernementale, où s’observent les effets d’une globalisation de la lutte idéologique entre les blocs de la Guerre froide. D’autre part, le seuil des années 1960 possède aussi une signification du point de vue de l’histoire des médias, puisqu’il coïncide avec l’émergence de la télévision dans la plupart des foyers occidentaux, donc à une massification de l’information et à une restructuration de l’espace public. Quant à la borne de clôture, 1969, elle s’explique par le changement de majorité gouvernementale en République fédérale, qui eut d’importantes conséquences sur la politique étrangère ouest-allemande, malgré la présence du SPD à l’Auswärtiges Amt dès 1966 (époque dite de « grande coalition »). La PÖA étant indissolublement liée à la politique extérieure, cette date signifia pour elle aussi un tournant majeur. Si l’on considère à son tour l’analyse empirique consacrée au contexte français, ce bornage temporel se justifie aisément. Le général de Gaulle revint au pouvoir le 1er juin 1958 et en démissionna le 28 avril 1969. Le soulèvement de la fin de la période n’occupe toutefois pas de rang capital pour la réflexion.

14L’évocation des différents types de rythmes décelables sur l’étendue de ces onze années montre que le questionnement s’est nourri de plusieurs approches disciplinaires. Cela justifie de consacrer une première partie au socle théorique et conceptuel, afin de faire ressortir les acquis issus de recherches antérieures et la spécificité de la communication gouvernementale comme objet d’étude. Une exploration des notions qui coexistent pour désigner d’une part ce qu’on entend communément par l’opinion publique, d’autre part les tentatives du pouvoir politique pour agir sur celle-ci, forme une étape essentielle pour la suite. Un retour sur le contexte historique dégagera par ailleurs la trame principale autour de laquelle s’axera le propos, ainsi que celles des questions dominantes de l’historiographie qui s’avèrent les plus signifiantes en regard du sujet posé.

15Au moyen de ces outils, le deuxième temps sera occupé par l’analyse des biographies et des structures. Dans les deux cas, l’attention sera dirigée à la fois vers le passé et vers la façon dont s’organisa le nouvel appareil de communication, enfin vers le discours qui accompagna, parfois avec un certain décalage temporel, cette création institutionnelle. On peut se demander si le durcissement du conflit idéologique avec le bloc soviétique et la nécessité de renforcer la communication à l’étranger, au seuil des années 1960, ne firent pas ressortir les contradictions sous-jacentes à cet édifice, et si l’on ne tenta pas de les contourner en baptisant plus ou moins consciemment l’entreprise d’un nom ambigu (Politische Öffentlichkeitsarbeit im Ausland). L’exploration des techniques employées dans le contexte d’essor initial de la PÖA, contemporain des années 1959-1961, permettra de vérifier cette hypothèse.

16L’application concrète au cas des relations avec la France poursuivra cette interrogation sur les méthodes à l’exemple d’un contexte particulièrement révélateur : en dépit du souvenir laissé par les manifestations publiques du rapprochement franco-allemand entre De Gaulle et Adenauer, les buts de politique étrangère des deux pays divergeaient de manière significative. Que se passa-t-il au niveau moins visible de la diplomatie médiatique quotidienne, celle de l’ambassade, des consulats et de l’Office de presse ? De quelle manière fut investi l’espace public français, très différent de celui de l’Allemagne, et verrouillé à certains égards par le pouvoir ? Renonça-t-on, devant le poids du passé et une conjoncture défavorable qui ne cessa de mettre les crimes nazis sur le devant de la scène, non seulement à tenter de combattre les stéréotypes, mais aussi à promouvoir le règlement de la question nationale ? Voilà quelques-unes des questions majeures qui amèneront à examiner les tensions internes d’une entreprise attentive à se présenter elle-même comme démocratiquement irréprochable.

Notes

1 Encore cette souveraineté resta-t-elle alors assortie de restrictions, puisque les trois alliés occidentaux maintinrent leurs droits et responsabilités sur Berlin et l’Allemagne dans son ensemble.

2 Konrad Adenauer, Teegespräche 1955-1958, hg. von Rudolf Morsey und Hans-Peter Schwarz, bearb. von Hanns Jürgen Küsters (Rhöndorfer Ausgabe), Berlin, Siedler, 1986, p. 61.

3 Eckart Conze / Norbert Frei / Peter Hayes / Moshe Zimmermann (Hg.), Das Amt und die Vergangenheit. Deutsche Diplomaten im Dritten Reich und in der Bundesrepublik, München, Karl Blessing, 2010.

4 Thomas Mergel, Propaganda nach Hitler. Eine Kulturgeschichte des Wahlkampfs in der Bundesrepublik 1949-1990, Göttingen, Wallstein, 2010 ; Daniela Münkel, Willy Brandt und die »Vierte Gewalt«, Frankfurt/M., Campus, 2005.

5 Christina von Hodenberg, Konsens und Krise: Eine Geschichte der westdeutschen Medienöffentlichkeit 1945-1973, Göttingen, Wallstein, 2006.

6 Gerhard Wettig, Politik im Rampenlicht, Frankfurt/M., Fischer, 1967 ; Anita M. Mallinckrodt, Die Selbstdarstellung der beiden deutschen Staaten im Ausland. „Image“-Bildung als Instrument der Außenpolitik, Köln, Verlag Wissenschaft und Politik, 1980.

7 Christopher Oesterreich, « Umstrittene Selbstdarstellung. Der deutsche Beitrag zur Weltaustellung in Brüssel 1958 », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte 48, 2000, H. 1, p. 127-153 ; Frieder Günther, Heuss auf Reisen. Die auswärtige Repräsentation der Bundesrepublik durch den ersten Bundespräsidenten, München, Frank Steiner, 2006 ; Johannes, Paulmann (Hg.), Auswärtige Repräsentationen. Deutsche Kulturdiplomatie nach 1945, Köln, Böhlau, 2005 ; —, Die Haltung der Zurückhaltung: Auswärtige Selbstdarstellungen nach 1945 und die Suche nach einem erneuerten Selbstverständnis in der Bundesrepublik, Bremen, Kaisen-Stiftung, 2006.

8 Arnulf Baring, Außenpolitik in Adenauers Kanzlerdemokratie, München, Oldenbourg, 1969, p. 6-12, 37-47, 293-328.

9 Dorothee Röseberg (Hg.), Frankreich und „das andere Deutschland”, Tübingen, Stauffenburg, 1999 ; Ulrich Pfeil, Die „anderen“ deutsch-französischen Beziehungen, die DDR und Frankreich 1949-1990, Weimar, Böhlau, 2004 ; Corine Defrance / Ulrich Pfeil (éd.), Le traité de l’Élysée et les relations franco-allemandes : 1945-1963-2003, Paris, CNRS, 2005.

10 Johannes Paulmann, « Deutschland in der Welt: Auswärtige Repräsentationen und reflexive Selbstwahrnehmung nach dem Zweiten Weltkrieg – eine Skizze » in : Hans Günter Hockerts (Hg.), Koordinaten deutscher Geschichte in der Epoche des Ost-West-Konflikts, München, Oldenbourg, 2004, p. 63-78 (p. 66).

11 « inner[e] Prozess[e] und Wertvorstellungen [der französischen Außen- und Deutschlandpolitik] ». U. Pfeil, « Comme un coup de tonnerre dans un ciel d’été ». Französische Reaktionen auf den 17. Juni 1953. Verlauf – Perzeptionen – Interpretationen, Berlin, Berliner Wissenschafts-Verlag, 2003, p. 10.

12 Donald Cameron Watt, Britain Looks to Germany, British Opinion and Policy Towards Germany since 1945, London, O. Wolff, 1965.

13 Pierre Renouvin / Jean-Baptiste Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris, Armand Colin, 1991, p. 3.

14 Alfred Grosser, La IVe République et sa politique extérieure, Paris, Armand Colin, 1961, p. 171 ; D. Hüser, « Frankreich, Deutschland und die französische Öffentlichkeit 1944-1950. Innenpolitische Aspekte deutschlandpolitischer Maximalpositionen » in : S. Martens (Hg.), Vom „Erbfeind“ zum „Erneuerer“. Aspekte und Motive der französischen Deutschlandpolitik nach dem Zweiten Weltkrieg, Sigmaringen, Thorbecke, 1993, p. 19-64 (p. 23 sq.).

15 Robert Jervis, Perception and Misperception in International Politics, Princeton, Princeton University Press, 1976.

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site