Version classiqueVersion mobile

Les protestantismes en Lorraine (XVIe-XXIe siècle)

 | 
Laurent Jalabert
, 
Julien Léonard

Sixième partie. Protestantisme et politique

Une carrière tournée vers les « Provinces perdues ». Oscar Burckhardt (1855-1934), de l’Alsace à Paris, en passant par la Lorraine

Jean-Noël Grandhomme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après l’annexion d’une partie de l’Alsace et de la Lorraine par l’Allemagne en vertu du traité de Francfort du 10 mai 1871, plusieurs dizaines de milliers d’habitants des régions concernées par le changement de souveraineté exercent leur droit d’option pour la France, ou leurs parents l’exercent en leur nom1. La bourgeoisie protestante fournit un nombre non négligeable d’optants, même si la grande majorité d’entre eux est catholique, à l’image de la population du « Pays annexé ». Nombreux sont ceux qui mènent ensuite une carrière militaire, certains jusqu’au rang de général, comme Hirschauer (né à Saint-Avold)2, Armau de Pouydraguin (né à Sélestat)3, Reibell4, Faes5, Taufflieb6 (nés à Strasbourg), Adrian (né à Metz)7, l’inventeur du casque des « poilus », Cremer (né à Sarreguemines)8, et bien d’autres encore.

Une famille protestante libérale entre France et Allemagne

Oscar Burckhardt, l’un de ces optants, est le fils de Léonard Émile Burckhardt9, né à Strasbourg en 1818 de Jean Léonar...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search