Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fuite et expulsions des Allemands : transnationalité et représentations, 19e-21e siècle

 | 
Carola Hähnel-Mesnard
, 
Dominique Herbet

Approches historiographiques avant et après 1989

« Renversements sémantiques » - Mémoire des « expulsions » chez les Saxons de Transylvanie

Pierre de Trégomain

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Charte des expulsés, solennellement proclamée le 5 août 1950 à Stuttgart, est motivée par une expérience fondatrice qui se veut commune à tous les représentants qui la signent : « Nous avons perdu notre patrie (Heimat) »1. Cette perte semble représenter le plus petit dénominateur commun de ces signataires, tant leurs sensibilités politiques autant que leurs origines géographiques sont diverses2. Elle n’est pourtant pas partagée par tous : les Saxons de Transylvanie, représentés à cette occasion par Erwin Tittes, n’ont pas quitté dans leur grande majorité le territoire roumain et, contrairement à la Hongrie, la Tchécoslovaquie et la Pologne, Bucarest n’a pas procédé à l’expulsion de ses citoyens germanophones. Malgré une tendance croissante à l’émigration durant la période communiste, ce n’est qu’après la chute du Mur de Berlin que cette minorité quittera dans son ensemble la Roumanie.

Les Saxons de Transylvanie constituent donc un paradoxe de taille dans le paysage des expulsés de...

Auteur

Sorbonne Nouvelle – Paris 3

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540