Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saisir le terrain ou l’invention des sciences empiriques en France et en Allemagne

 | 
Jean-Louis Georget
, 
Gaëlle Hallair
, 
Bernhard Tschofen

Les outils du terrain : méthodes et relais

Le savoir ethnographique entre spécialité administrative et recherche scientifique – Statistiques d’État, topographie et ethnographie dans le royaume de Wurtemberg

Lioba Keller-Drescher
Traduction de Jean-Louis Georget

Résumé

En partant de la fondation et de l’activité du bureau de la topographie et des statistiques du royaume du Wurtemberg depuis 1820, l’exposé se propose de présenter les conditions et les modes d’accès au savoir ethnographique dans le cadre de la recherche administrative. C’est au sens d’une recherche historique scientifique que l’on cherchera quelle place occupe le savoir à proprement parler, la manière dont se développent les pratiques pour y accéder et la manière dont les différents acteurs construisent leur espace de transaction. On argumentera le fait que la participation à la description d’un pays telle que peut la concevoir une administration pose des structures importantes pour l’établissement d’une ethnographie régionale et préfigure la manière dont elle procédera.

Ethnografisches Wissen zwischen zwischen Ressortforschung und Wissenschaft – Staatliche Statistik, Topografie und Ethnografie im Königreich Württemberg
Ausgehend von der Gründung und Tätigkeit des statistisch-topografischen Büros für das Königreich Württemberg seit 1820 wird der Vortrag Voraussetzungen und Formatierungen ethnografischen Wissens im Rahmen behördlicher Forschung vorstellen. Im Sinne einer historischen Wissensforschung wird nach dem Stellenwert des Wissens überhaupt, den sich entwickelnden Wissenspraktiken und nach den Transaktionsräumen unterschiedlicher Akteure gefragt. Es wird dabei argumentiert, dass die Beteiligung an behördlicher Landesbeschreibung wichtige Strukturen für die Etablierung regionaler Ethnographie (Volkskunde) bereitstellte und deren Wissensmodi präfigurierte.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Considérée historiquement, la diversité de nos matières et disciplines universitaires, qui semble aujourd’hui relever de l’évidence, se constitua principalement dans la seconde partie du XIXe siècle. La différenciation scientifique ne fut pas seulement la résultante de logiques universitaires, mais aussi d’une demande sociétale d’expertise, qui se déplaça de plus en plus vers les établissements d’enseignement supérieur et les académies. La Volkskunde qui nous intéresse particulièrement ici en tant que science ne s’établit institutionnellement que dans la première moitié du XXe siècle.

Elle n’apparaissait auparavant que dans la forme matricielle d’une science qui s’élaborait dans les cénacles scientifiques, chez les savants d’autres disciplines comme les germanistes, dans des associations citoyennes qui se consacraient à l’histoire ou à l’anthropologie, dans les bureaux de statistiques, chez les enseignants du supérieur au statut précaire et les amateurs de science patriotique, parmi ...

Auteur

Ludwig-Uhland-Institut, université de Tübingen

Jean-Louis Georget (Traducteur)

Institut franco-allemand de sciences historiques et sociales/ Centre Georg Simmel (UMR 8131 CNRS/EHESS)

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540