Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saisir le terrain ou l’invention des sciences empiriques en France et en Allemagne

 | 
Jean-Louis Georget
, 
Gaëlle Hallair
, 
Bernhard Tschofen

Les outils du terrain : méthodes et relais

Le terrain dans les carnets et les photographies des géographes français et allemands (fin XIXe – mi XXe siècle)

Gaëlle Hallair

Résumé

Après avoir défini rapidement le « terrain » des géographes de la période étudiée et avoir passé en revue les raisons scientifiques et politiques qui les y poussent, nous nous interrogerons sur trois enjeux importants de la saisie du terrain par les géographes. Nous croiserons les approches méthodologiques du Practical turn, de l’Iconic turn et du Cultural turn et nous nous appuierons sur des carnets et des photographies d’Emmanuel de Martonne (1873-1955), de Siegfried Passarge (1867-1958), de Carl Uhlig (1872-1938) et de Fritz Jäger (1881-1966). Si les carnets et les photographies représentent à l’époque des outils pour appréhender le terrain en complémentarité avec d’autres, constituent-ils pour autant un marqueur disciplinaire ? Dans quelle temporalité de la recherche s’inscrivent-ils ? Quelles traces de la méthode géographique laissent-ils transparaître ?

Das Terrain in den Notizbüchern und Bildern der französischen und deutschen Geografen (Ende des 19. – Mitte des 20. Jahrhunderts)
Nach einer kurzen Definition des „Terrains“ der Geografen dieser Zeit und der Darlegung ihrer wissenschaftlichen und politischen Beweggründe beschäftigt sich dieser Beitrag mit drei wichtigen Problemen bei der Besetzung des Terrains durch die Geografen. Wir vergleichen die methodologischen Ansätze des Practical turn, des Iconic turn und des Cultural turn, wobei wir uns auf die Notizbücher und Fotografien von Emmanuel de Martonne (1873-1955), Siegfried Passarge (1867-1958), Carl Uhlig (1872-1938) und Fritz Jäger (1881-1966) stützen. Die Notizbücher und Fotografien waren zur damaligen Zeit Instrumente zur Erfassung des Terrains in Ergänzung zu anderen, sind sie aber auch ein charakteristisches Merkmal der Disziplin ? Wie sieht ihr zeitlicher Rahmen für die Forschung aus ? Welche Spuren der geografischen Methode lassen sie erkennen ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Entre la fin du XIXe siècle et la Seconde Guerre mondiale, l’étude de terrain constitue, en France comme dans les pays de langue allemande, l’essence de la discipline géographique académique : paradoxalement, aucun géographe ne problématise son rapport au terrain et tous le considèrent comme une évidence. Les enquêtes sur le terrain légitiment la reconnaissance et l’adoubement académiques par les pairs. C’est en publiant en 1904 les résultats de plusieurs mois d’exploration au Kalahari pour le compte d’une société privée d’exploitation diamantifère que le géologue allemand Siegried Passarge1 (1867-1958) obtient son habilitation à diriger les recherches en 1905 sous la direction du géographe Ferdinand von Richthofen. Grâce à ce titre universitaire et grâce à la reconnaissance de son statut de géographe, S. Passarge poursuit une longue carrière académique de géomorphologue à Hambourg2. En France, la thèse de terrain constitue le chef-d’œuvre monumental ouvrant les portes de l’Universi...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540