Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saisir le terrain ou l’invention des sciences empiriques en France et en Allemagne

 | 
Jean-Louis Georget
, 
Gaëlle Hallair
, 
Bernhard Tschofen

Les savoirs sur le terrain : entre théorie et empirisme

Du terrain régional au terreau idéologique : la construction d’une science de l’Allemagne

Jean-Louis Georget

Résumé

L’ethnologie germanique, qui connaît son essor à la fin du XIXe siècle et trouve son ancrage universitaire dans les années 1920, se voit d’emblée confrontée à une partition disciplinaire bien connue entre Volkskunde d’une part et Völkerkunde d’autre part, la première ethnographie concernant l’aire germanophone dans son ensemble tandis que la seconde s’était développée suite à la colonisation tardive de territoires lointains par l’Empire wilhelminien. Pourtant, cette fracture connue occulte sans doute une autre différenciation qui la préfigure à l’intérieur même du champ de la discipline sur son terrain européen : celle d’une ethnologie endogène, au service de l’Empire allemand en construction, et celle d’une ethnologie hétérogène, tentant de maintenir les liens territoriaux de l’Empire autro-hongrois malmenés par la lourde défaite de Sadowa.

Vom regionalen Terrain zur ideologischen Grundlage: Der Aufbau einer deutschen Wissenschaft
Die deutsche Ethnologie nahm ihren Aufschwung am Ende des XIX. Jahrhunderts und fand in den 1920er Jahren Eingang in die Universitäten. Sie unterteilte sich bekanntlich in die Volkskunde einerseits, die sich mit dem deutschsprachigen Raum insgesamt beschäftigte, und die Völkerkunde andererseits, die sich nach der spät erfolgten Kolonialisierung entfernter Territorien durch das Wilhelminische Kaiserreich entwickelte. Dieser allgemein bekannte Bruch verdeckte jedoch zweifellos eine andere Differenzierung, die ihr im Feld selbst der Fachrichtung auf seinem europäischen Terrain vorausgeht: Differenzierung zwischen einer endogenen Ethnologie im Dienste des sich im Aufbau befindenden deutschen Kaiserreichs und einer heterogenen Ethnologie, die versucht, die territorialen Verbindungen der durch die Niederlage von Sadowa schwer getroffenen österreichisch-ungarischen Monarchie zu erhalten.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Contrairement aux ethnologies anglo-saxonnes, bien connues et diffusées en France, l’ethnologie allemande reste un territoire méconnu et délaissé des épistémologues français. Cela tient vraisemblablement, au-delà de sa difficile accessibilité linguistique, à son objet, essentiellement national, et à la portée éminemment politique qu’elle n’a cessé d’occuper. La courte période coloniale allemande n’a pas donné à la discipline la visibilité qu’elle a pu gagner ailleurs.

Mais s’ajoute pour l’amateur intéressé une difficulté supplémentaire, celle de sa dualité polysémique qu’induisent les termes de Volkskunde et Völkerkunde ; ils sont autant d’obstacles à sa lisibilité et à ses contenus et signifient une coupure entre deux zones géographiques bien délimitées, l’Allemagne et les continents extra-européens. Les méthodes des deux ethnologies ont d’ailleurs été différentes, la Völkerkunde partant plutôt des acquis du terrain pour consolider, modifier ou construire ses théories propres, la Vo...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540