Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saisir le terrain ou l’invention des sciences empiriques en France et en Allemagne

 | 
Jean-Louis Georget
, 
Gaëlle Hallair
, 
Bernhard Tschofen

Les savoirs sur le terrain : entre théorie et empirisme

Réflexions sur l’épistémologie de l’espace ethnographique européen

Bernhard Tschofen
Traduction de Jean-Louis Georget

Résumé

Cet article interroge la dimension culturelle du savoir attenant au territoire et à la société dans les processus de formation des États à l’époque moderne. Il s’agit de retranscrire une relation à double entrée car la description et l’introspection de la nature et de la culture d’une région respectent d’un côté des contours territoriaux et politiques et participent d’un autre côté à la constitution d’ordres sociétaux et spatiaux. Cela engendre au moins deux formes de questionnement : de quelle façon les disciplines ethnographiques et ethnologiques en voie de constitution durant le XIXe siècle ont-elles contribué au développement de paradigmes relevant de la culture spatiale et ayant un effet sur l’opinion publique ? Et quelles traces durables a laissé une production de savoir liée au domaine de l’espace dans la pensée des sciences de la culture agissant dans l’intérêt public – comme héritage sur lequel il convient de réfléchir ?

Überlegungen zur volkskundlich-ethnographischen Raum-Epistemik
Der Beitrag fragt nach der kulturellen Dimension des Wissens über Territorium und Gesellschaft in den Staatsbildungsprozessen der Moderne. Dabei geht es darum, eine doppelte Beziehung zu skizzieren, denn Beschreibung und Untersuchung von Landesnatur und Kultur folgen einerseits politisch-territorialen Gefügen und leisten andererseits ihren Beitrag zur Konstituierung räumlicher und sozialer Ordnungen. Das verlangt nach zumindest zwei Fragerichtungen: Wie sind die im Verlauf des XIX. Jahrhunderts sich entwickelnden volkskundlich-ethnografischen Fächer an der Entwicklung öffentlich wirksamer raumkultureller Paradigmen beteiligt ? Und welche nachhaltigen Spuren hat eine im öffentlichen Interesse agierende Wissensproduktion im Raumdenken der Kulturwissenschaften – als zu reflektierendes Erbe – hinterlassen?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le thème du présent recueil intitulé « Saisir le terrain » en français et « Terrain et culture » en allemand est le fruit d’une invitation qui a été lancée à l’initiative de Jean-Louis Georget au Centre de Recherches Interdisciplinaires sur l’Allemagne (CRIA) à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. De ces discussions intensives qui ont eu lieu à l’automne 2009 a germé l’idée de la possibilité d’un projet bilatéral d’épistémologie et d’anthropologie du savoir : son point de départ devait mettre en lumière la différence de positionnement entre les deux pays en matière de savoir ethnographique et interroger les traditions scientifiques respectives dans leur rapport à l’espace et à la culture.

Nous avions alors évoqué l’idée d’organiser un colloque commun auquel participeraient des universitaires d’horizons nationaux différents pour affiner le cadre conceptuel et le contenu. La question de la représentation que ces sciences se font d’elles-mêmes et leur épistémologie figurait a...

Auteur

ISEK – Institut d’anthropologie sociale et de sciences empiriques de la culture, université de Zurich

Jean-Louis Georget (Traducteur)

Institut franco-allemand de sciences historiques et sociales/ Centre Georg Simmel (UMR 8131 CNRS/EHESS)

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540