Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saisir le terrain ou l’invention des sciences empiriques en France et en Allemagne

 | 
Jean-Louis Georget
, 
Gaëlle Hallair
, 
Bernhard Tschofen

Introduction

Jean-Louis Georget et Gaëlle Hallair

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si les « sciences du terrain » que sont notamment l’ethnologie, la géographie, la géologie, l’archéologie et la sociologie entretiennent un rapport étroit au « terrain » dans sa dimension spatiale, sociale et heuristique, elles le pratiquèrent de manière empirique avant d’en proposer une définition claire. En effet, ces disciplines n’éprouvèrent pas le besoin de circonscrire « leur » terrain avant de l’arpenter en raison de son caractère sensible, donné et évident. Pour les chercheurs d’aujourd’hui, il n’est donc pas aisé de proposer une définition univoque du « terrain » dans laquelle se retrouvent les disciplines qui s’y réfèrent. Le terrain est à la fois une donnée identifiable et un questionnement permanent pour les spécialistes en sciences humaines et sociales : qu’il soit perçu comme une donnée naturelle ou comme un objet construit, le terrain définit un objet, une méthode mais aussi des différenciations entre des disciplines comme l’ethnologie, la géographie, la géologie, l’a...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540