Version classiqueVersion mobile

La RDA et la société postsocialiste dans le cinéma allemand après 1989

 | 
Hélène Camarade
, 
Elizabeth Guilhamon
, 
Matthias Steinle
, 
et al.

CHAP. 5/ Le cinéma d’auteur face à la RDA à l’exemple de Christian Petzold

Barbara de Christian Petzold : Émotions, sentiments, corps et raison

Valérie Carré

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 2012, Christian Petzold présente son onzième long-métrage au Festival International du Film de Berlin où il reçoit l’Ours d’Argent. Pour la première fois dans un film de l’École de Berlin, un réalisateur s’aventure dans un récit dont l’action se déroule à une époque révolue, en l’occurrence, la RDA du début des années 19801. Dans une plaquette éditée pour la sortie du film, Petzold déclare :

Quelque part, la RDA dans les films de ces dernières années apparaît pour ainsi dire désaturée. Pas de couleurs pas de vent, le gris des postes-frontières domine, et les visages sont aussi fatigués que ceux des passagers d’un train-couchettes Interzone à la gare de Gera. Pour nous, il ne s’agissait pas de dresser le portrait d’un État oppresseur et de lui opposer l’amour, innocent, pur et libérateur2.

De toute évidence, émotions et sentiments jouent un rôle important dans le film. Puisque Petzold présente cette histoire de la naissance d’un amour comme constitutive de sa représentation de la RD...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search