Version classiqueVersion mobile

La RDA et la société postsocialiste dans le cinéma allemand après 1989

 | 
Hélène Camarade
, 
Elizabeth Guilhamon
, 
Matthias Steinle
, 
et al.

CHAP. 5/ Le cinéma d’auteur face à la RDA à l’exemple de Christian Petzold

« Un spectre hante l’Allemagne »: Yella ou les fantômes de la RDA

Hélène Yèche

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sorti sur les écrans en 2007, le film Yella du réalisateur Christian Petzold fait le portrait d’une Allemagne intermédiaire, toujours partagée et encore en devenir depuis l’unification : plus de quinze ans après la chute du Mur de Berlin, l’Allemagne n’a pas encore recouvré son homogénéité territoriale comme en témoigne une cartographie politique et économique qui continue de souligner l’opposition entre anciens et nouveaux Länder1. Né en 1960, Christian Petzold est un des metteurs en scène allemands les plus influents de sa génération. Tout en prolongeant une réflexion sur l’omniprésence du passé, déjà engagée dans plusieurs longs-métrages précédents dont le dernier en date à l’époque est précisément intitulé Fantômes (Gespenster, Petzold, 2005)2, son film Yella souligne le fossé économique qui divise la société allemande post-unification et va bien au-delà des fantômes intérieurs qui hantent le quotidien aseptisé et désincarné du personnage principal.

Ce long-métrage résolument spe...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search