Version classiqueVersion mobile

La RDA et la société postsocialiste dans le cinéma allemand après 1989

 | 
Hélène Camarade
, 
Elizabeth Guilhamon
, 
Matthias Steinle
, 
et al.

CHAP. 5/ Le cinéma d’auteur face à la RDA à l’exemple de Christian Petzold

Le cinéma de Christian Petzold : figurer le social et l’histoire

Pierre Gras

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Reconnu par le public français depuis Barbara (2012) et Phoenix (2014), Christian Petzold, né en 1960, est un des cinéastes allemands les plus importants de ceux révélés après la réunification. Après des études à la Deutsche Film- und Fernsehakademie Berlin (dffb), la grande école de cinéma de Berlin, il réalise son premier long-métrage en 1994 et a proposé au public quatorze films à ce jour, collaborant pour ses scénarios avec le documentariste et essayiste de cinéma Harun Farocki jusqu’à la disparition de celui-ci en 2015.

Avec son intrigue située dans une petite ville de la RDA durant les années 1980, Barbara (2012) est le premier film historique de Christian Petzold. Jusqu’ici, le cinéaste avait toujours filmé l’Allemagne contemporaine : son cinéma en proposait une manière d’observation anthropologique sous la forme d’un cinéma narratif faisant la part belle au cinéma de genre et au mélodrame féminin. Il lui fallait évoquer les traces du terrorisme d’extrême-gauche dans l’Allemag...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search