Version classiqueVersion mobile

La RDA et la société postsocialiste dans le cinéma allemand après 1989

 | 
Hélène Camarade
, 
Elizabeth Guilhamon
, 
Matthias Steinle
, 
et al.

CHAP. 4/ Topographies de l’Allemagne de l’Est revisitées

La vie juive en RDA dans le cinéma allemand post-réunification

Laurence Guillon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est de notoriété publique que la RDA a bien peu mis en valeur son patrimoine juif, alors que de nombreuses institutions juives, ayant par miracle survécu aux destructions nazies, se situaient justement dans la partie Est de l’Allemagne. Ce n’est qu’à la toute fin des années 1980 que la société est-allemande semble avoir redécouvert « ses » Juifs1 (alors qu’ils n’étaient plus que quelques centaines) et leur patrimoine culturel, comme en témoigne la réfection de la synagogue de l’Oranienburger Straße, laissée à l’abandon durant des décennies. Les cinéastes est-allemands s’étant risqués à aborder des thématiques juives, en particulier la Shoah, sont également bien peu nombreux, si l’on excepte quelques œuvres « antifascistes » canoniques, dans lesquelles les Juifs occupent souvent un rôle secondaire, ou plus atypiques comme Étoiles (Sterne, Konrad Wolf, 1959) et Jacob le menteur (Jakob der Lügner, Frank Beyer, 1974)2. Certes, Cyril Buffet a nuancé le propos dans son ouvrage sur la D...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search