Version classiqueVersion mobile

La RDA et la société postsocialiste dans le cinéma allemand après 1989

 | 
Hélène Camarade
, 
Elizabeth Guilhamon
, 
Matthias Steinle
, 
et al.

CHAP. 2/ Les films qui dominent la mémoire : Sonnenallee, Good Bye, Lenin! et La Vie des autres

« La Sonate de l’homme bon », esthétique de l’écoute dans La Vie des autres

Alexandra Toporek

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsque l’on demande à Florian Henckel von Donnersmarck comment lui est venue l’idée du film La Vie des autres (Das Leben der Anderen, 2006), il explique qu’il avait imaginé au départ un homme contraint d’écouter des choses qu’il ne voulait pas entendre1. Il mène sa réflexion à partir de l’idée d’une obligation d’écouter liée à un manque de contrôle sur le contenu de l’écoute, si bien que celui qui écoute finit par perdre pied, par être touché par « l’univers sonore » espionné. Henckel von Donnersmarck pense alors au thème de l’espionnage, « l’une des plus vieilles pratiques repérées de l’écoute ou de l’auscultation du monde »2, pour exploiter la situation paradoxale créée par l’injonction d’écouter et le refus d’entendre. Il choisit de montrer la relation singulière entre l’officier chargé de l’écoute et les sujets mis sur écoute à travers la mise en scène du travail de la police secrète.

L’histoire de La Vie des autres est celle de Gerd Wiesler, un agent de la Stasi qui a pour miss...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search