Version classiqueVersion mobile

La RDA et la société postsocialiste dans le cinéma allemand après 1989

 | 
Hélène Camarade
, 
Elizabeth Guilhamon
, 
Matthias Steinle
, 
et al.

CHAP. 2/ Les films qui dominent la mémoire : Sonnenallee, Good Bye, Lenin! et La Vie des autres

Fiction et genre dans la représentation filmique de la RDA1

Thomas Lindenberger
Traduction de Hugo Remark

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Ce qui est fait pour être ensemble doit croître ensemble » – au lendemain de la chute du Mur de Berlin, Willy Brandt annonçait avec cette formule à la fois empreinte de pathos et étrangement laconique ce qui serait désormais à l’ordre du jour pour les Allemands : faire naître de deux communautés une seule et même entité en s’appuyant sur la conviction qu’il existait plus de choses pour les unir que pour les séparer, et cela en dépit d’une séparation ayant duré plusieurs décennies. L’optimisme de Willy Brandt en matière de politique intérieure n’était pas vraiment partagé par les leaders sociaux-démocrates de l’époque. Aussi cette phrase n’aurait-elle pu être pensée et encore moins prononcée par ses « héritiers » politiques, Oskar Lafontaine ou bien Gerhard Schröder.

Le fait que la métaphore du « croître ensemble » évoque non pas un but atteint mais un chemin restant à parcourir – qui, du reste, devait s’avérer long – échappa à une large majorité des contemporains. Les années qui su...

Auteur

Hugo Remark (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search