Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA et la société postsocialiste dans le cinéma allemand après 1989

 | 
Hélène Camarade
, 
Élizabeth Guilhamon
, 
Matthias Steinle
, 
et al.

CHAP. 1/ Essai de périodisation : films, cinéastes, genres

« Ressuscitée des ruines » : la RDA et la société postsocialiste à l’écran en Allemagne. Proposition de périodisation

Matthias Steinle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme un zombie, un mort-vivant, la RDA hante le présent. Pour les uns, elle est le spectre par excellence, pourri et infâme dès ses débuts, alors que d’autres l’idéalisent comme un espoir perdu. La haine et la nostalgie troublent le regard que l’on peut porter sur le contexte et les mentalités de l’époque1.

Ce constat datant du début du nouveau millénaire semble toujours d’actualité. Car malgré la tendance à ajouter des adjectifs ou des préfixes comme « ex- », « ancienne » ou « disparue »2 dès lors que l’on évoque la RDA – comme s’il fallait s’assurer qu’elle est bien morte –, la RDA est vivante, du moins au niveau médiatique, comme l’indique la référence cinématographique à la figure du zombie : quotidiennement elle ressuscite des ruines3 sur les petits et grands écrans du monde entier. Et cela non seulement dans des films d’auteur comme celui d’Andreas Dresen Le Temps des rêves (Als wir träumten, 2015), mais aussi dans le cinéma hollywoodien avec par exemple L’Enquête (The Interna...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540