Version classiqueVersion mobile

Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques

 | 
Sylvie Fol
, 
Yoan Miot
, 
Cécile Vignal

Postface - « Bouge de là » ? La mobilité résidentielle comme mot d’ordre

Fabien Desage

Texte intégral

  • 1 « Bouge de là », dans Qui sème le vent récolte le tempo, Musicrama Records, 1991.

« Alors, j´ai bougé. J´ai dû m´en aller, partir, bifurquer
J´ai dû m´évader. J´ai dû m´enfuir. J´ai dû partir. J´ai dû m´éclipser
J´ai dû me camoufler. J´ai dû disparaître... pour réapparaître.
Oh ! Oh ! Bouge de là »1

MC Solaar

  • 2 Et en particulier du Programme national de rénovation urbaine (PNRU) lancé en 2003.

1La mobilité résidentielle des ménages défavorisés fait figure d’objectif et de justification de nombreuses politiques urbaines conduites en France ces dix dernières années2. L’un des grands mérites de cet ouvrage est d’abord de nous encourager à questionner ce nouveau leitmotiv de l’action publique qui, à force d’être ressassé, semble aller de soi. Cette incitation à la mobilité des plus pauvres, pourtant, apparaît de prime abord comme un singulier retournement de l’histoire. Les travaux canoniques de Bronislaw Geremek (1987) ou de Robert Castel (1999) ont bien montré la hantise des élites nobiliaires et religieuses du moyen-âge vis-à-vis du vagabondage. Ce dernier est durement réprimé et les mendiants errants sont enfermés dans des institutions ou dans des enclaves urbaines, où il est plus aisé de les contrôler et de les soumettre. La révolution industrielle n’altère pas cette appréhension à l’égard de la mobilité des indigents, auxquels s’ajoutent désormais certains travailleurs paupérisés des usines. Le risque de subversion et de contagion associé à l’essor du mouvement ouvrier, mais aussi les pressions patronales dans le sens d’une fixation de la main-d’œuvre, favorisent le contrôle des déplacements et les mesures de sédentarisation. En France, le « livret d’ouvrier » instauré au début du 19e siècle reste ainsi en vigueur jusqu’en 1890, moment où les contraintes de production et la volonté de contrôle social sont à l’origine du développement des premières cités ouvrières dans les régions industrielles. Après la Seconde Guerre mondiale, les moyens d’intervention renforcés des pouvoirs publics se traduisent par la réalisation des « grands ensembles » d’HLM, dans les quartiers anciens « rénovés » et dans les périphéries des grandes villes. Si ces politiques de fonction­nalisation de l’espace tendent à séparer et à éloigner lieux de travail et de résidence, rien ne semble alors « faire problème » dans la concentration spatiale du logement social et de ses habitants. Les élus locaux de gauche soutiennent d’ailleurs ce mouvement, qui leur permet de stabiliser dans leurs communes une clientèle électorale et militante jugée acquise et captive.

  • 3 Parmi lesquels Jean-Louis Borloo en 2003 ou, plus récemment, le ministre de l’Intérieur Manuel Vall (...)

2Autrement dit, prendre la mesure de la montée en puissance de l’injonction à la mobilité résidentielle des plus pauvres implique d’abord de comprendre comment ce qui fut longtemps perçu comme une « solution » – i.e. leur fixation spatiale – est progressivement devenu un « problème », aux yeux des gouvernants nationaux mais aussi locaux. Depuis les années 1990 – et de manière accrue depuis le début des années 2000 – en effet, c’est bien l’« immobilité » réelle ou présumée de ces populations et leur concentration spatiale qui (pré) occupent les pouvoirs publics. Les thématiques de la « relégation » ou de la « ségrégation » font florès et il s’agit désormais de « casser les ghettos », pour reprendre une expression employée par plusieurs ministres successifs, de droite comme de gauche3. Inutile de préciser que ce ne sont pas les « ghettos du gotha » (Pinçon, Pinçon-Charlot, 2007) qui sont ici visés, mais bien les banlieues populaires périphériques des grandes villes, ces « quartiers dont on parle » (Collectif, 2001) et qui sont l’objet de politiques publiques spécifiques – les « politiques de la ville » – depuis une trentaine d’années. Eux-seuls sont considérés comme des enclaves sociales, même quand leur population est à maints égards plus diversifiée que celle des espaces urbains les mieux nantis.

3Plusieurs arguments viennent justifier ce changement d’optique et cette volonté politique affichée de « faire bouger » les pauvres. On en retiendra trois :

  • d’abord, une lecture de ces espaces qui privilégie leur dangerosité sociale potentielle, et incite – « classiquement » pourrait-on dire – les pouvoirs publics à disperser pour rétablir l’ordre. Les émeutes de novembre 2005 sont passées par là, accusant une lecture déjà bien ancrée. L’injonction à la mobilité est donc bien ici un « mot d’ordre », dans tous les sens du terme.
  • dans les plis de ce premier argument se glisse un second, plus implicite et souvent indicible, qui s’appuie sur une lecture de plus en plus ethnicisée des problèmes de ces quartiers. La concentration de populations « racialisées »4 est ainsi rendue responsable des désordres mais porte également une « menace » plus diffuse, que l’on pourrait qualifier – faute de mieux – de majoritarisation des minorités. Cette appréhension n’est pas sans évoquer, dans un contexte certes différent, la hantise du pouvoir colonial français en Algérie face au poids démo­graphique croissant d’une population « indigène » discriminée5. L’« ordre » n’est donc pas seulement ici l’absence de troubles ou la paix sociale. Il est aussi un horizon, une manière de concevoir la population d’un espace donné et ses propriétés souhaitables ou, au contraire, indésirables (Desage, Morel Journel, Sala Pala, 2014). Ainsi, entraver la mobilité des pauvres à une époque, ou contraindre une partie d’entre eux à se déplacer à une autre, n’est pas si contradictoire qu’il y paraît6. Ces deux mouvements constituent plutôt deux facettes d’une même gouvernementalité moderne, pour reprendre les mots et concepts de Michel Foucault, où les institutions politiques ne cherchent pas seulement à contrôler les individus, de manière « simplement coercitive » pourrait-on dire, mais également à agir sur leurs caractéristiques sociales et biologiques en tant que population, ce que Foucault a également qualifié de biopouvoir. L’injonction contemporaine à la mobilité, si elle a bien quelque chose à voir avec le « nouvel esprit du capitalisme » (Boltanski, Chiapello, 1999)7, s’inscrit donc également dans des formes d’autorité de l’État plus anciennes, qui touchent notamment à la maîtrise du peuplement.
  • le troisième et dernier argument mobilisé, qui est directement questionné dans cet ouvrage, insiste sur les effets bénéfiques supposés de la mobilité pour les populations concernées. Ainsi, la mobilité résidentielle offrirait des gains de multiples sortes aux ménages modestes, en les éloignant notamment d’un environnement jugé néfaste, quand il n’est pas carrément décrit comme pathogène. La contribution centrale du livre, contre cette perspective misérabiliste si fréquente quand il s’agit d’aborder le populaire8, est certainement de montrer combien l’« immobilité » résidentielle n’est pas seulement une contrainte, un piège ou une tare pour les populations concernées. Mais qu’elle permet aussi – pour nombre d’entre eux – l’accès à un ensemble de ressources, sociales et économiques, parfois décisives. Ce que les coordinateurs du livre nomment joliment les « ressources de l’ancrage »9, dont l’importance est très souvent sous-estimée voire ignorée par les acteurs des politiques de rénovation urbaine, fussent-ils emplis des meilleures intentions.

4Si la grande enquête empirique sur les représentations et motivations de ces derniers reste à entreprendre, on peut faire l’hypothèse provisoire que se joue quelque chose d’un « ethnocentrisme de classe » dans la manière dont ils tentent d’imposer aux classes populaires un modèle de la mobilité qui correspond à leurs propres représentations, socialement situées. Les contributions réunies dans l’ouvrage montrent d’ailleurs clairement que l’injonction à la mobilité résidentielle prend des formes diverses selon les groupes concernés. Il y a loin de l’incitation douce à la mobilité des « classes moyennes » (dont la venue dans les quartiers populaires est encouragée, notamment par des interventions sur le marché immobilier privé et sur les prix), jusqu’aux formes beaucoup plus contraignantes, qui visent des ménages modestes dont l’immeuble est démoli et qui subissent cette décision. Avant même d’évaluer les effets positifs ou négatifs de telles opérations urbaines, on ne peut que constater cette différence radicale et irréductible, expression des rapports de domination sociale.

  • 10 On pense notamment ici aux travaux d’Anne-Catherine Wagner (2007) sur la mobilité des élites intern (...)

5Les contradictions de cette injonction à la mobilité – qui pèse davantage sur les plus démunis – sont pourtant nombreuses. Ainsi, la mobilité résidentielle dont se prévalent les ménages les plus aisés est loin de s’accompagner de l’extraversion sociale réclamée aux plus pauvres. Même (surtout ?) à l’étranger, ces derniers retrouvent des groupes et des modes de vie qui leur sont familiers10. Les groupes les plus « mobiles » ne sont donc peut-être pas ceux que l’on croit, pour autant que l’on reconnaisse que le véritable « ailleurs », plus que géographique ou même culturel, reste surtout social.

  • 11 En ce sens, l’injonction à la mobilité résidentielle (et la stigmatisation de l’immobilité qui l’ac (...)

6Il ne s’agit pas de nier ici les opportunités que la mobilité résidentielle peut offrir à certains ménages. Plusieurs contributions de cet ouvrage montrent d’ailleurs avec finesse la diversité des cas en présence, et la nécessité d’évaluer les situations de manière circonstanciée. Mais on gagne déjà beaucoup à ne pas considérer que la mobilité résidentielle produit nécessairement et par elle-même des effets positifs. Plus encore peut-être, et de manière un peu inattendue, ce livre nous invite finalement à remettre la question de la mobilité résidentielle à sa place. C’est-à-dire notamment à ne pas la considérer comme une variable explicative (qui agirait sur toutes les autres), mais plutôt comme la résultante d’un ensemble d’autres variables plus structurantes. Pour le dire autrement, le déplacement des ménages touchés par des processus de disqualification sociale et/ou de discri­mination systémique ne remplacera jamais l’action (ou ne palliera jamais l’inaction) sur ces processus. Si les « effets de lieux » acquièrent parfois une certaine performativité sociale (notamment quand habiter le quartier devient stigmate collectif), ils se situent toujours en aval des dynamiques sociales multiples qui les produisent11. De sorte qu’on sous-estime beaucoup la force des inégalités et des discriminations quand on espère en suspendre l’effet par le simple fait de déplacer ceux qui les subissent. Sans compter que, comme le soulignent S. Borja, G. Courty et T. Ramadier (2012), « en étant mobiles, les individus ne capitalisent pas : ils se soumettent à ces injonctions et, grand paradoxe, dans la grande majorité des cas, ils restent à la place sociale, économique et spatiale qui étaient la leur ».

  • 12 Et notamment pour les populations les plus modestes.

7Ceci nous conduit à une dernière interrogation qui jaillit avec force à la lecture de l’ouvrage, et interpelle le chercheur en sciences sociales autant que le citoyen : s’il est bien établi par les recherches académiques qu’il n’y a pas de lien direct entre mobilité résidentielle et mobilité sociale12 ; si, au contraire, de nombreux travaux insistent sur les « ressources de l’ancrage » au sein des quartiers populaires – depuis les travaux pionniers de l’école de Chicago dans les années 1930 jusqu’aux contributions ici réunies –, comment expliquer que les politiques urbaines semblent, aujourd’hui plus que jamais, guidées par ce paradigme de la mobilité ?

  • 13 Voir, dans le même sens, les conclusions du récent manifeste « La connaissance libère », signé par (...)
  • 14 On pense notamment ici aux enquêtes réalisées autour de Paul-Henry Chombart de Lauwe ou, dans un au (...)

8Ce paradoxe en dit long – me semble-t-il – sur un mouvement plus général de marginalisation des sciences sociales critiques, dans le débat public et auprès des décideurs politiques13. Si dans les années 1960 les opérations d’aménagement ont donné lieu à de nombreuses recherches attentives à leurs effets sociaux14, les acteurs contemporains des politiques de rénovation urbaine ne semblent pouvoir compter que sur de bien pauvres « enquêtes de satisfaction », réalisées a posteriori par des cabinets privés. Dans le domaine des politiques urbaines, on a par ailleurs assisté ces vingt dernières années à la montée en puissance de disciplines revendiquant une expertise à mi-chemin entre savoirs professionnels et académiques. Les urbanistes-aménageurs semblent ainsi devenus les « savants les plus demandés », pour reprendre l’expression de Gilles Massardier (1996) à propos des géographes, laissant en friche un ensemble de terrains de recherche pour lesquels, à quelques exceptions près, ils ne sont pas outillés.

9Les acteurs des politiques publiques – élus, fonctionnaires ou praticiens – seraient dès lors bien inspirés de lire ce livre collectif (auquel certains d’entre eux ont d’ailleurs contribué), qui a quelque chose d’un premier opus « post PNRU ». Il paraît une dizaine d’années après le lancement d’opérations urbaines qui ont profondément remanié la forme urbaine des quartiers, faute d’avoir répondu aux maux qui les rongent. Ces acteurs n’y trouveront pas de raisons de renier ce qu’ils font, mais plutôt des outils pour mieux interpréter certains effets contradictoires et limites des politiques publiques mises en œuvre au nom de la mobilité. Plusieurs contributeurs de cet ouvrage montrent ainsi que les déplacements de populations dans d’autres quartiers ou, a fortiori, dans d’autres communes, ont finalement été beaucoup moins nombreux que prévus. Justement parce que la plupart des ménages modestes se sont accrochés aux ressources de l’ancrage, en souhaitant être relogés dans leur quartier d’origine. À l’inverse, les « classes moyennes » extérieures, dont les élus des banlieues souhaitaient tellement l’arrivée, ne sont pour la plupart pas venues…

  • 15 Pour faire écho au titre du manifeste évoqué plus haut.

10La connaissance offerte par cet ouvrage est donc « libératrice »15 à plusieurs titres. Elle libère d’abord des nombreux préjugés en vigueur quant aux raisons et aux effets de l’immobilité résidentielle des classes populaires. De la sorte, elle prévient les tentations les plus démiurgiques en matière de peuplement, et invite les aménageurs à la prudence et, aimerions nous ajouter, à la prévenance. Enfin et surtout, elle appelle à ne pas confondre les symptômes (ici la localisation résidentielle) et leurs causes profondes et, dès lors, à ne pas lâcher la proie pour l’ombre... Si cette confusion offre un « substitut » commode pour l’action publique (tant il est toujours plus aisé d’intervenir sur les symptômes que sur les causes..), elle n’évitera pas les lendemains qui déchantent, comme le montrent déjà les premières évaluations de l’action de l’ANRU (Epstein 2013). La dimension « critique » des savoirs réunis patiemment ici pourrait donc bien être le gage de leur utilité sociale et politique à venir.

11Les intérêts sociaux et politiques qui alimentent une « volonté de ne pas savoir » sont nombreux. Gageons malgré tout que cet ouvrage, en ébréchant quelques certitudes et en rappelant des « évidences » acquises par la connaissance sociologique, favorise un débat sur les politiques urbaines en France qui, précisément, ne se cantonnera plus aux seules réponses par l’urbain.

Bibliographie

Blevis L., 2003, « La citoyenneté française au miroir de la colonisation : étude des demandes de naturalisation des ‘sujets français’ en Algérie coloniale », Genèses, 53, décembre.

Castel R., 1999, Les métamorphoses de la question sociale, Folio éd. Gallimard.

Coing H., 1966, Rénovation urbaine et changement social. L’ilot n° 4 (Paris 13e), Paris, Les éditions ouvrières.

Collectif, 2001, Ces quartiers dont on parle, Éditions de l’Aube.

Collectif, 2013, Manifeste. La connaissance libère, Éditions du Croquant/La dispute.

Desage F., Morel Journel C., Sala Pala V., « Le peuplement : couvrez ce dessein que nous ne saurions voir ? », dans Desage F., Morel Journel C., Sala Pala V., dir., Le peuplement comme politiques, Presses universitaires de Rennes, 2014 (à paraître).

Epstein R., 2013, La rénovation urbaine. Démolition-reconstruction de l’État, Paris, Les Presses de Sciences po.

Fol S., 2010, « Encouragement ou injonction à la mobilité ? », Projet, n°314, Janvier 2010.

Geremek B., 1987, La potence ou la pitié : l’Europe et les pauvres du Moyen-âge à nos jours, Nrf Gallimard.

Grignon C., Passeron J.-C., 1989, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Le Seuil.

Jenni A., 2011, L’art français de la guerre, Gallimard.

Borja S., Courty G., et Ramadier T., 2012, « La mobilité serait un capital : doutes et interrogations », Forum Vies Mobiles. Consulté le 21 Août 2013, URL: http://fr.forumviesmobiles.org/controverse/2012/12/11/mobilite-comme-capital-488

Massardier G., 1996, « Les savants les plus “demandés”. Expertise, compétences et multi­positionnalité. Le cas des géographes dans la politique d’aménagement du territoire », Politix, vol. 9, n°36.

Pincon M., Pincon-Charlot M., 2007, Les ghettos du gotha. Comment la bourgeoisie défend ses espaces, Seuil.

Renahy N., 2006, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La découverte.

Tissot S., Poupeau F., 2004, « La spatialisation des problèmes sociaux », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 159.

Wagner A.-C., 2007, « La place du voyage dans la formation des élites », Actes de la recherche en sciences sociales, n°170.

Notes

1 « Bouge de là », dans Qui sème le vent récolte le tempo, Musicrama Records, 1991.

2 Et en particulier du Programme national de rénovation urbaine (PNRU) lancé en 2003.

3 Parmi lesquels Jean-Louis Borloo en 2003 ou, plus récemment, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, indiquant au journal Le Monde du 23 juillet : « La femme qui m’a interpellé reprochait au maire de construire des logements pour accueillir d’autres populations, mais c’est précisément la bonne politique qu’il faut mener dans ces villes, c’est-à-dire qu’il faut casser la ségrégation, il faut casser les ghettos territoriaux, sociaux, ethniques parfois ».

4 C’est-à-dire appréhendées d’abord comme « arabes », « noires », soit à travers des catégories naturalisantes et culturalisantes qui les distinguent des autres populations à partir d’autres critères que sociaux.

5 Sur le maintien, via le droit colonial, d’une inégalité politique et sociale entre la minorité d’origine européenne et la population algérienne (afin de conjurer notamment le poids démographique de la seconde), voir notamment les travaux de Laure Blévis (2003). Dans un autre registre, romanesque cette fois, mais sur le même sujet, on peut se reporter au chef d’œuvre d’Alexis Jenni, L’art français de la guerre (2011), dont la lecture m’a inspiré en partie cette hypothèse.

6 On doit d’ailleurs souligner que ces politiques de déplacement visent plus à fixer ailleurs les individus concernés qu’à leur donner les moyens d’une mobilité autonome.

7 Comme l’a justement souligné Sylvie Fol (2010).

8 Claude Grignon et Jean-Claude Passeron (1989).

9 Et que d’autres, à la suite de Jean-Noël Retière, ont pu qualifier de « capital d’autochtonie ». Voir par exemple le livre essentiel de Nicolas Rénahy (2006).

10 On pense notamment ici aux travaux d’Anne-Catherine Wagner (2007) sur la mobilité des élites internationales.

11 En ce sens, l’injonction à la mobilité résidentielle (et la stigmatisation de l’immobilité qui l’accompagne) sont l’une des déclinaisons de la « spatialisation de la question sociale » à laquelle ont participé les politiques de la ville depuis 30 ans. Voir sur ce point Sylvie Tissot et Franck Poupeau (2005).

12 Et notamment pour les populations les plus modestes.

13 Voir, dans le même sens, les conclusions du récent manifeste « La connaissance libère », signé par un collectif de sociologues et co-édité par les Éditions du Croquant et de La Dispute (2013).

14 On pense notamment ici aux enquêtes réalisées autour de Paul-Henry Chombart de Lauwe ou, dans un autre registre, au travail de référence d’Henri Coing (1966) sur le 13e arrondissement à Paris.

15 Pour faire écho au titre du manifeste évoqué plus haut.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search