Version classiqueVersion mobile

Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques

 | 
Sylvie Fol
, 
Yoan Miot
, 
Cécile Vignal

Troisième partie – L’impensé de l’ancrage face à l’injonction à la mobilité résidentielle

Vivre à Gambetta, l’ancrage local. Lorsque la proximité devient ressource

Martin Omhovère

Texte intégral

  • 1 Le « marché aux légumes » qui se tient quotidiennement sur la place Roger Salengro.

1Situé au sud-ouest du centre ville historique de Montpellier, Gambetta est l’un des plus vieux faubourgs de la ville. Son urbanisation débute à la fin XIIe siècle et il accueille alors tous ceux qui ne peuvent pas habiter intramuros, soit parce qu’ils sont rejetés aux marges de la société, soit parce que leur arrivée dans la cité est encore trop récente. La fonction d’accueil et de passage du faubourg s’est perpétuée jusqu’à nos jours (Fabre, Lochard, 1992). Le quartier accueille successivement des Gitans, au début du XXe siècle, des Espagnols, à partir des années vingt, avant que les Algériens s’installent à Gambetta dans les années soixante, rapidement suivis par les Tunisiens et les Marocains. Chaque vague migratoire s’y est sédimentée, essaimant ses commerces au gré des rues et imprégnant ainsi le quartier de son identité. Aujourd’hui, Gambetta constitue un espace économique partagé (Mekdjian, 2009). De la place Salengro à celle du Plan Cabanes, les passants, badauds à la recherche de bonnes affaires chez « Tati Montpellier », les commerces « ethniques », boucheries halal, restaurants et bazars, les commerçants du marché de Figuerolles1 comme les vendeurs de menthe et de coriandre ambulants reproduisent une animation urbaine propre aux quartiers d’immigration maghrébine.

  • 2 Dossier « Projet urbain de Montpellier : Opération Grand Cœur 2003-2013 », 2010. Source : services (...)
  • 3 Un projet de rénovation urbaine en quartier ancien, appel à contribution, document d’information de (...)
  • 4 Calculs réalisés pour les IRIS 2501 et 2601 de Montpellier, recensement général de la population de (...)
  • 5 idem.

2Au fil du temps, la fonction d’accueil du quartier s’est accompagnée de son déclin à la fois sur le plan symbolique, puisque la permanence de ce quartier d’immigration à quelques encablures du centre-ville historique et commerçant de Montpellier ne satisfait pas les édiles locales qui ont initié le projet « Grand Cœur », notamment pour lutter contre « l’obsolescence et l’ethnicisation de certains locaux commerciaux »2, et à la fois sur le plan matériel car la fuite des investisseurs a conduit à une détérioration des conditions d’habitation (Faure, 1998) : 60 % des logements sont en situation d’insalubrité ou de vétusté3. Les petits immeubles de deux ou trois étages édifiés par des artisans et des commerçants entre 1800 et 1850 ont fait l’objet de divisions lors des successions ou à l’instigation de marchands de biens. Progressivement, les cours ont été comblées par de nouveaux bâtiments, les locaux des artisans et des commerçants situés en rez-de-chaussée ont été convertis en logements. De ce fait, le taille des logements est plus faible à Gambetta que dans le reste de Montpellier : trois quarts des résidences principales comptent trois pièces ou moins4. Dans les îlots les plus anciens et les plus denses, les appartements ne disposent souvent que d’une fenêtre, en façade. Certains ne bénéficient ni de chauffage, ni de douche ou de baignoire dans leur salle de bain. Si ces logements forment une minorité au sein des résidences principales de Gambetta (respectivement 6 % et 5 %5), leur occurrence et leur nombre y sont sensiblement plus élevés qu’ailleurs à Montpellier. La municipalité, qui dénonce l’activité des « marchands de sommeil » à Gambetta, a entrepris une Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat et de Renouvellement Urbain afin d’améliorer les conditions de logement des habitants. Alors que cette opération appelle des interventions lourdes sur la structure des immeubles et nécessite souvent le relogement de leurs occupants, les services municipaux sont en proie à des difficultés avec certaines familles immigrées qui souhaitent à tout prix rester dans le quartier.

3Si les familles modestes privilégient généralement d’une part la taille de leur logement et d’autre part la maîtrise des dépenses qu’ils y consacrent (Lelévrier, 2008), les entretiens menés auprès de familles d’origine maghrébine résidant à Gambetta révèlent que d’autres paramètres prévalent dans leurs choix. En partant du postulat que le refus d’un relogement est l’expression d’un arbitrage dont il est possible de rendre compte avec précaution en identifiant ce qui relève, d’une part, des choix des familles et, d’autre part, du poids que font peser les déterminants structurels (Authier, 2010), les entretiens réalisés auprès de familles d’origine maghrébine révèlent que leur mode de vie se caractérise par un fort ancrage local qui se manifeste dans la valorisation des ressources présentes dans leur « espace de vie ». L’expérience migratoire a plongé ces familles dans un grand dénuement tout en les confrontant à un espace dans lequel elles n’ont souvent aucune attache. Ainsi, l’imbrication entre la sphère domestique, centrée sur le lieu de résidence, et la sphère économique, structurée par les réseaux sociaux d’entraide et d’accès aux offres d’emplois précaires, se cristallise dans la formation d’un espace de vie où les rapports de proximité, véritables ressources fondées sur un environnement urbain qui concentre fonctions commerciales, résidentielles et de transit, interviennent comme substitut à la rareté du capital social et économique dont souffrent les familles immigrées.

  • 6 Ici « l’espace de vie » est entendu au sens strict, c’est-à-dire comme l’ensemble des lieux fréquen (...)

4L’analyse des pratiques spatiales observées et de celles décrites par les personnes rencontrées révèle que la valorisation de Gambetta par ces personnes repose autant sur sa spécificité ethnique que sur le mode de vie que le quartier permet d’adopter. Cela apparait clairement dans le discours des femmes puisque, pour la plupart d’entre elles, Gambetta concentre l’ensemble des lieux que leur statut de mère, souvent d’épouse, les amène à fréquenter. Espace commercial, espace de loisir, espace de services et, pour certaines, espace de travail se regroupent à Gambetta pour former un « espace de vie »6 ramassé et centré sur leur lieu d’habitation. Cet « espace de vie » se fonde sur la proximité unissant le lieu d’habitation et les différents équipements et services du quartier. Cette organisation de l’espace donne lieu à l’élaboration de stratégies qui permettent aux familles de tirer parti au maximum des opportunités présentes dans le quartier tout en limitant les pertes de temps et les coûts liés au transport. La proximité unissant lieu d’habitation, lieu de travail, lieux commerciaux et lieu de scolarisation des enfants, associée à une importante mobilité piétonne, est favorable à un mode de vie fondé sur la recherche d’autonomie, autonomie qui autorise le ou les parents à saisir des offres d’emplois précaires qui circulent dans le quartier tout en continuant à assurer la garde de leurs enfants les midis ainsi qu’à la sortie des classes. En enchaînant des contrats de travail précaires et pas toujours formels ainsi qu’en économisant les coûts liés au transport et à la garde de leurs enfants, les familles adoptent un mode de vie économe fondé sur les ressources présentes à Gambetta. In fine cela a pour effet d’accroitre la « dépendance locale » des ménages (Fol, 2009). Du fait de leur attachement au quartier et aux ressources de la proximité, le déménagement est parfois inenvisageable. Pour ces personnes, le « choix » de vivre à Gambetta s’apparente à un choix de mode de vie.

5Il s’agit d’identifier quelles sont les ressources que les familles rencontrées valorisent dans le quartier et de voir comment leur mode de vie permet d’en maximiser l’usage et de parer à la rareté du capital dont souffre la plupart des familles immigrées.

6Nous verrons d’abord en quoi l’ancrage local est une donnée incontournable pour l’accès à l’emploi des immigrés maghrébins ; on le constate évidemment par le biais des offres d’emploi proposées par les commerçants maghrébins du quartier, mais cela est également vrai pour celles du secteur du bâtiment relayées localement par les réseaux immigrés. Dans un second temps, nous présenterons comment le recours aux ressources de la proximité s’impose comme élément de stabilisation de la sphère familiale ; à cette occasion nous constaterons que l’ancrage des familles n’est pas exclusif de toute forme de mobilité et que leur mode de vie économe se traduit par de très nombreux déplacements dans le quartier.

Méthodologie

  • 7 L’indice de peuplement, dit « norme Insee », caractérise le degré d’occupation du logement, par com (...)

7Cet article est issu d’un mémoire universitaire, Gambetta : une centralité ethnique de Montpellier, stratégies d’ancrage de la population immigrée d’origine maghrébine (Omhovère, 2011), lui-même fondé sur des entretiens semi-directifs menés entre le mois d’avril et de juillet 2011 auprès de quinze familles habitant ou ayant habité Gambetta. Ces derniers ont permis d’obtenir l’histoire de vie des personnes rencontrées qui, dans deux tiers des cas, vivaient dans des logements dégradés. Sur les quinze familles rencontrées, tous les parents étaient d’origine maghrébine ; si quelques époux vivaient à Montpellier depuis plus de quinze ans, les femmes étaient, elles, arrivées depuis le milieu des années 2000. Toutes ces familles ont effectué une étape de leur parcours résidentiel dans des logements du parc locatif privé de Gambetta. Trois ont déménagé dans d’autres quartiers de Montpellier (deux dans des logements sociaux et une dans un logement privé). Les treize autres familles vivent toujours à Gambetta, pour la plupart dans des logements très dégradés et, à l’exception d’une famille, systématiquement surpeuplés7.

8Couplés à un travail d’observation – nécessaire à une « approche sensible » (Sansot, 1984) de l’ambiance urbaine du quartier – ces entretiens donnèrent de nombreuses informations sur l’inscription actuelle des ménages dans le quartier : leurs pratiques spatiales, leurs activités sociales et économiques, leurs représentations de l’environnement urbain. Les personnes étaient également incitées à partager le sens qu’elles donnaient à leur localisation et à expliquer en quoi celle-ci avait des répercussions sur leur mode de vie.

Carte 4 : Localisation du quartier Gambettta dans Montpellier

Carte 4 : Localisation du quartier Gambettta dans Montpellier

Source : Omhovère, 2011

Gambetta, un quartier au cœur des réseaux immigrés

9Non seulement la migration confronte les immigrés à un espace inconnu mais elle fragilise aussi leur capital social et économique. Cela fut particulièrement le cas des personnes rencontrées qui, à l’exception de deux d’entre elles, n’avaient aucune famille à Montpellier. Les entretiens menés à Gambetta révèlent, qu’en l’absence de solidarités familiales, les réseaux immigrés se sont avérés cruciaux dans l’installation pérenne des migrants. Bien des années après que les migrants se sont installés, le rôle de ces réseaux perdure lorsqu’il s’agit de trouver du travail. Leur solidité repose manifestement sur une appartenance culturelle commune, appartenance renforcée par l’éloignement de la terre d’origine, ainsi que sur le partage d’une expérience migratoire liant anciens et nouveaux migrants. C’est en ce sens que ces réseaux peuvent être qualifiés « d’ethniques ». Mais l’activation de ces réseaux repose également sur une fréquentation assidue des espaces dans lesquels ils s’inscrivent. Les entretiens réalisés auprès des familles montrent ainsi que vivre à Gambetta leur confère un avantage pour accéder aux offres d’emploi véhiculées par les réseaux ancrés dans le quartier.

Le lieu des solidarités immigrées ?

  • 8 Traduction par l’auteur du texte original : “immigrant groups which concentrate in a distinct spati (...)

10Gambetta, de par sa situation centrale dans la ville à proximité d’axes de circulation majeurs, mais aussi par l’entreprenariat ethnique (Ma Mung, 1992) qui s’y concentre et qui attire une population immigrée parfois mise en marge de la société, est un lieu où se concentrent des réseaux sociaux qui offrent aux immigrés l’occasion de reconstituer un capital social – et par la suite économique – perdu au cours de leur expérience migratoire. En effet, les aléas inhérents à une migration souvent illégale conduisent à une précarisation à la fois sociale et économique des immigrés. L’arrivée et l’installation des migrants dans une ville dépendent dès lors des opportunités que cette dernière a à leur offrir. À Montpellier, Gambetta concentre les réseaux économiques et sociaux permettant aux immigrés de reconstituer un capital social, c’est-à-dire l’ensemble des « liens, de norme et de confiance, facilitant la coordination et la coopération au sein de la société » (Putnam, 2000). Dans un contexte où l’arrivée des immigrés se fait d’abord par l’installation des hommes, qui, une fois leur situation stabilisée sur le plan économique et légal, recourent à des procédures de regroupement familial pour que femmes et éventuellement enfants les rejoignent, l’accès aux réseaux sociaux joue un rôle crucial dans l’installation pérenne des immigrés. En effet, nombreux sont les chercheurs à avoir démontré l’importance de « l’économie de l’enclave ethnique » (Portes, Bach, 1985) ou des « marchés ethniques du travail » (Ma Mung, 1992) comme pourvoyeur d’emplois pour les nouveaux arrivés. Alejandro Portes et ses collègues (Portes, Wilson, 1980 ; Bach, Portes, 1985) ont ainsi démontré que les enclaves, constituées de « groupes immigrés qui se concentrent dans un espace précis et qui dirigent une variété d’entreprises qui servent leur propre marché ethnique et/ou l’ensemble de la population »8, offrent aux immigrés des opportunités d’emploi auxquelles ils accèdent difficilement sur le marché du travail traditionnel ; autrement dit, les réseaux ethniques fondés sur les obligations réciproques unissant les membres d’un même groupe ethnique (Sanjuan, 2002) permettraient aux immigrés d’échapper aux discriminations juridiques et sociales ainsi qu’aux barrières cognitives qui contraignent leur entrée sur le marché du travail conventionnel.

11À Montpellier, les quelques entretiens réalisés avec des travailleurs immigrés d’origine maghrébine confirment le rôle, momentané mais néanmoins essentiel, joué par le « marché ethnique du travail » de Gambetta dans leurs trajectoires professionnelles. Les récits convergent : les hommes ont tous bénéficié, à un moment de leur parcours, d’un emploi au sein d’une entreprise « ethnique ». Cela s’applique à ceux pour qui Montpellier constituait la première étape de leur parcours migratoire mais aussi à ceux qui avaient acquis une expérience professionnelle lors d’une étape antérieure, en Espagne notamment. Chaque migration s’accompagne d’une dévalorisation des compétences des travailleurs qui, bien souvent, les laisse sans ressource. Pour ces travailleurs, Gambetta et plus particulièrement les cafés arabes qui s’y concentrent sont des lieux incontournables pour accéder à des réseaux de solidarité fondés sur une culture et des parcours migratoires semblables. Parmi les personnes rencontrées, Monsieur Ghaliba, arrivé en 2008, est celui dont l’installation à Gambetta est la plus récente ; l’expérience dont il nous fait part illustre parfaitement celles de ses prédécesseurs.

Encadré 10 : Synthèse de l’entretien réalisé avec Monsieur Ghaliba*

Après avoir fui la crise espagnole, Monsieur Ghaliba est arrivé à Montpellier sans aucune ressource. Nouveau dans le quartier, il a travaillé quelques mois dans la boulangerie tunisienne située sur Plan Cabanes. Il y travaillait de cinq heures à sept heures et aidait à la préparation des pains arabes. Obtenu grâce à un ancien ami retrouvé à la terrasse d’un café du Plan Cabanes, ce travail lui permettait tout juste de survivre car il ne gagnait pas plus de quinze euros par jour. Pendant ces premiers mois, sa famille et lui ne mangeaient presque que les pains qu’on lui laissait ramener de la boulangerie. Aujourd’hui, toujours en situation illégale, il préfère travailler dans le bâtiment, ce qui, même payé au noir, lui permet de gagner plus d’argent. Mais lui et sa femme sont devenus amis avec le propriétaire de la boulangerie tunisienne du Plan Cabanes.
*Pour préserver l’anonymat des familles, leurs noms ont été modifiés.

12Ce parcours est représentatif de ceux des immigrés plus âgés. Les emplois procurés par l’entreprenariat maghrébin du quartier apparaissent comme des pis allers, des emplois peu qualifiés, le prix à payer pour ces offres de recrutement informelles (Fong, Shen, 2011). Il s’agit de solutions de travail temporaire auxquelles les immigrés ont recours pour survivre lorsqu’ils arrivent à Montpellier et, pour eux, c’est là le principal. D’ailleurs, il n’est pas certain que le boulanger du Plan Cabanes ait vraiment eu besoin d’un assistant ; dans bien des cas, la co-ethnicité de l’employeur et de l’employé intervient comme élément déclencheur de l’embauche. L’amitié qui lie aujourd’hui la famille Ghaliba à celle du boulanger est manifestement le signe d’une entraide qui a permis à Monsieur Ghaliba de s’installer à Montpellier après avoir épuisé toutes ses économies en Espagne.

13Toutefois, si l’entreprenariat ethnique du quartier occupe une place déter­mi­nante pour l’installation pérenne des hommes à Montpellier, son rôle reste transitoire dans la trajectoire professionnelle des immigrés. En effet, tout porte à penser que l’économie de l’enclave est trop restreinte pour que les immigrés y poursuivent leur carrière. Parmi les dix hommes dont l’activité professionnelle a pu être identifiée au cours des entretiens (soit directement, soit par l’intermédiaire de leur épouse), seul Monsieur Oubaliba a aujourd’hui trouvé une place dans l’entreprenariat maghrébin ; trente ans de vie à Gambetta lui auront été nécessaires avant d’obtenir la gérance d’un café arabe. Les immigrés récemment arrivés, comme c’est le cas de la majorité des familles rencontrées, n’ont pas encore eu le temps de gagner la confiance des réseaux les mieux implantés. Pour ces nouveaux arrivants, l’entrée sur le « marché ethnique du travail » de Gambetta est d’autant plus difficile qu’ils sont en concurrence avec les membres de la famille des commerçants maghrébins, une main-d’œuvre de confiance et souvent bon marché, qui selon Monsieur Letaief, président de l’association des commerçants de Figuerolles, constitue l’essentiel des personnes qui travaillent dans les commerces maghrébins. À l’image des trajectoires d’immigrés d’origine mexicaine étudiés par Bach et Portes (1980), les parcours des immigrés d’origine maghrébine rencontrés à Montpellier les conduisent à sortir rapidement de l’économie de l’enclave pour s’orienter vers le marché de l’emploi traditionnel et, singulièrement, vers le secteur du bâtiment.

Le secteur du bâtiment, le pourvoyeur d’emplois du Plan Cabanes

14Tous les hommes dont l’activité professionnelle a pu être identifiée au cours des entretiens menés à Gambetta ont travaillé dans le bâtiment. Ce secteur apparait comme le principal pourvoyeur d’emplois des immigrés maghrébins et, même s’il ne peut pas être qualifié d’ethnique, il est alimenté par des travailleurs immigrés recrutés grâce aux réseaux, plus ou moins légaux, installés à Gambetta ; les plus informels s’adressent aux immigrés illégaux et sont constitués des travailleurs immigrés eux-mêmes et des artisans qui se rendent sur les terrasses des cafés du Plan Cabanes, tandis que les agences d’intérim font le relais entre les grands groupes de construction et les travailleurs légaux.

15Les réseaux de travailleurs immigrés sont difficiles à pénétrer. Personne n’en parle, les réponses aux questions sont évasives et suivies d’un silence éloquent : les personnes qui animent ces réseaux ont tout à perdre et rien à gagner dans un entretien avec une personne dont elles ne savent rien. Pourtant, tous les matins, les camionnettes se succèdent sur le Plan Cabanes, embarquent un ou deux hommes, rarement plus, et repartent rapidement. Parmi les hommes rencontrés, un seul, après que nous nous étions croisés plusieurs fois, a accepté d’aborder cette question. Monsieur Ghaliba est sans-papiers. Après avoir passé la frontière hispano-française en 2008, il échoue à Montpellier où sa voiture tombe en panne. Quelques jours passent avant qu’il croise un ancien ami dans un café du Plan Cabanes. Ce dernier lui parle d’un artisan français, installé près de Mauguio, qui cherche un carreleur pour l’un de ses chantiers. Monsieur Ghaliba saisit cette opportunité. Depuis, il effectue régulièrement des travaux pour cet artisan : du carrelage, parfois des plaques. Bien souvent, il se rend sur des chantiers situés en dehors de Montpellier comme à Aigues-Mortes, Palavas, Mauguio ou Lodève, car les contrôles de l’inspection du travail y sont moins présents. Pour Monsieur Ghaliba, ce travail est une solution qu’il n’aurait pas pu trouver ailleurs qu’à Plan Cabanes. Encore aujourd’hui, lorsqu’il n’a pas de travail, il fréquente les cafés de la place – plutôt Le Babotin que le café arabe voisin qui ne vend pas d’alcool bien qu’il appartienne au même propriétaire – car, explique-t-il, c’est sur les terrasses du Plan Cabanes que l’information circule, ici que l’on rencontre un vieil ami qui a eu vent d’une place qui se libérait chez un artisan ou d’un chantier où il manquait une paire de bras.

16Ici, du fait de l’illégalité des travailleurs et de la courte durée des contrats, c’est de la permanence des « liens forts » (Granovetter, 1973 ; Granovetter, 1983), réactivés quotidiennement sur la place, que découlent les opportunités d’embauche. Les travailleurs illégaux sont ceux pour qui le « commutateur social » de Gambetta profite le plus, puisque par l’intermédiaire d’une tierce personne bien connue, souvent immigrée elle-même mais arrivée depuis plus longtemps, les nouveaux immigrés ont accès à des cercles de petits entrepreneurs qui ne fréquentent pas Gambetta. Ces informations sont très précieuses pour les immigrés sans-papiers car, d’après Monsieur Ghaliba, aucune entreprise ayant pignon sur rue à Montpellier n’embaucherait un travailleur qui n’a pas son titre de séjour. Grâce à l’informalité des conversations, mais aussi du fait de la concentration des informateurs potentiels, Plan Cabanes est l’espace où se nouent les contrats « au noir ». Les agences d’intérim ouvrent leurs portes aux immigrés qui disposent d’un titre de séjour. Ces derniers ont ainsi accès aux offres d’emploi des grandes entreprises de construction telles qu’Eiffage ou Bouygues. Parmi les trois agences que compte le quartier, une est tenue par un ami et ancien collègue de Monsieur Oubalib, un hasard qui illustre l’importance des réseaux immigrés dans les filières de recrutement du bâtiment.

17L’hégémonie exercée par le secteur du bâtiment sur l’emploi des immigrés d’origine maghrébine repose sur deux éléments qui s’entretiennent mutuellement. Premièrement, les « liens forts » fondés sur le partage d’une même ethnicité, sur le voisinage et sur de nombreux échanges de services réciproques qui leur confèrent une forte intensité émotionnelle (Granovetter, 1973) et qui structurent le marché de l’emploi illégal du Plan Cabanes ont leurs contreparties : ils font circuler une information largement redondante et maintiennent les immigrés dans le secteur du bâtiment où ils poursuivent leur carrière une fois leur situation régularisée grâce aux agences d’intérim. Le bâtiment devient un passage obligé pour la quasi-totalité d’entre eux, même les plus qualifiés qui, comme Monsieur Altoubah, licencié de chimie, deviennent coffreurs tout en disposant de diplômes universitaires obtenus dans leur pays d’origine. Deuxièmement, la vulnérabilité économique et légale des travailleurs immigrés contribue à en faire les cibles privilégiées d’un secteur d’activité. Par ailleurs, deux éléments rendent ce secteur attractif : dans une région reconnue pour son dynamisme démographique, les offres d’emploi du bâtiment sont nombreuses et, au fur et à mesure que les travailleurs immigrés se forment, ils peuvent espérer progresser dans la hiérarchie de la profession et prétendre à des emplois de plus en plus techniques. Mais si ce secteur d’activité permet aux travailleurs de se former « sur le tas », il leur impose également des conditions de travail difficiles (sur le plan physique, des rémunérations, de l’irrégularité de l’activité, de l’éloignement).

18L’éloignement des chantiers est une des difficultés auxquelles doivent faire face les ouvriers du bâtiment. Pour les sans-papiers, travailler à Montpellier reviendrait à s’exposer de façon inconsidérée aux contrôles de l’inspection du travail. Aussi, la plupart d’entre eux part, chaque matin, pour des chantiers situés à Aigues-Mortes, Mauguio, Lodève, la Grande Motte, des villes situées dans un rayon de vingt à cinquante kilomètres autour de Montpellier. Quant aux travailleurs légaux, ils sont recrutés par les agences d’intérim pour le compte de grands groupes du BTP mandatés sur des chantiers situés autour de Montpellier comme dans d’autres régions de France. Les parcours des travailleurs rencontrés laissent penser qu’ils doivent d’abord faire leurs preuves sur les chantiers éloignés de leur domicile avant de pouvoir travailler aux alentours de Montpellier. Les travailleurs légaux et illégaux ont ainsi en commun de devoir se déplacer sur les sites de leurs chantiers. Pour limiter les coûts liés au transport ou simplement parce que tous les immigrés ne disposent pas de voiture (ce qui était le cas de huit familles), le Plan Cabanes, situé à la convergence de plusieurs axes radiaux de la ville, est un lieu où se retrouvent les travailleurs pour partager un même véhicule. Utilisé comme indicateur du niveau de capital social par Kerwin K. Charles et Patrick Kline (2006) dans le cas des États-Unis, l’importance du covoiturage atteste de la solidité des liens d’entraide qui unissent les travailleurs immigrés du quartier. Ainsi, pour une part importante de ces personnes, habiter à Gambetta offre non seulement un accès cognitif mais aussi physique à l’emploi. Madame Altoubah reconnait que, pour elle et son mari, la perspective de devoir assumer l’intégralité des frais de transport liés aux déplace­ments professionnels de son mari a joué un rôle important dans leur refus d’un loge­ment social à Prades le Lez, une commune située à treize kilomètres au nord de Gambetta. Pour cette famille, déménager si loin de Montpellier allait se traduire par la perte d’opportunités d’embauche, mais surtout par une augmentation de leurs dépenses en déplacements, induite par un logement situé à l’écart du foyer résidentiel des autres travailleurs. C’est ainsi que les six membres de la famille Altoubah sont restés dans un deux pièces du quartier alors que les services sociaux leur proposaient un pavillon de cinq pièces avec jardin.

19Dépendantes du secteur du bâtiment pour leurs ressources économiques, les familles se heurtent aux contraintes inhérentes à ce secteur d’activité : chantiers qui éloignent les maris du logement familial et irrégularité de l’activité (facteur d’incertitude quant aux revenus) mettent en péril l’équilibre de la sphère familiale. Dans ce contexte, l’accessibilité des réseaux de travailleurs immigrés implantés à Gambetta associée à la réactivité des immigrés qui vivent à proximité constituent une première protection face aux aléas économiques et explique l’attachement des familles au quartier. Les entretiens révèlent également que l’ancrage local du mode de vie familial intervient comme second élément stabilisateur des foyers.

Une sphère familiale ancrée localement

20En s’installant à Gambetta, les familles d’origine maghrébine tirent parti des réseaux qui s’y articulent pour reconstituer un capital social perdu au cours de leur migration. Leur inscription résidentielle à Gambetta se révèle être un atout considérable pour accéder aux offres d’emploi qui circulent dans ces réseaux. Mais si ces emplois, faiblement qualifiés, donnent aux immigrés les moyens de subvenir aux besoins vitaux de leurs familles, ils ne mettent pas fin à leur vulnérabilité : l’instabilité des contrats, la faiblesse des rémunérations ainsi que la mobilité professionnelle imposée aux ouvriers du bâtiment sont autant d’éléments qui fragilisent la sphère familiale et, en particulier, l’économie domestique. Pour faire face à ces contraintes, une majorité des familles rencontrées adopte un mode de vie économe et porteur de stabilité grâce à la valorisation des ressources présentes dans le quartier. Dans ce contexte, les femmes jouent un rôle clef.

Un espace « sécurisé », favorable aux mobilités

21Âgées de vingt à quarante cinq ans, les femmes rencontrées présentent des profils très différents. Dix sont mariées tandis que cinq élèvent seules leurs enfants. La majorité des femmes mariées ne travaille pas, seules deux d’entre elles sont auxiliaires parentales. À l’inverse, celles qui sont célibataires exercent toutes des activités qui leur permettaient de concilier travail et garde des enfants : ménages ou travail de nuit. Mariées ou non, toutes assurent le fonctionnement de la sphère familiale et ce quand bien même leurs maris sont absents. Cela se traduit par un fort attachement pour Gambetta, un espace dans lequel elles se sentent légitimes et libres de se déplacer ce qui, vraisemblablement, n’est pas forcément le cas dans d’autres quartiers de Montpellier. Cela apparaît clairement dans leurs discours ; à la sortie des classes, Madame Mourhadi me raconte qu’elle est allée voir son mari hospitalisé dans une clinique de Castelnau – un village résidentiel huppé situé au nord-est de Montpellier – et m’affirme qu’elle a eu très peur après s’être égarée dans les rues tortueuses et désertes bordées de murs qui isolent les propriétés de l’espace public ; elle décrit son impression en ces mots : « Ou là ! Ca craint, eh ça craint là bas ! J’aime pas ! Ca craint, je n’y retournerai pas ! ». Madame Badramsour, qui elle a bénéficié d’un logement social avenue de Lodève, me dit qu’elle préfère le quartier, qu’il est plus sûr car Gambetta « c’est en centre ville, c’est vivant… les commerces » et parce qu’il « y a du monde ».

22Les hommes sont également conscients de ce que le quartier peut apporter aux membres de leurs familles. Comme dans le discours des femmes rencontrées, cela se traduit par une parole qui loue la sécurité du quartier ou, du moins, celle de certaines de ses parties. Ainsi Monsieur Oubalib, gérant de café à la Paillade – un quartier de grands ensembles de l’ouest de la ville – explique qu’il tient absolument à ce que sa famille continue d’habiter Gambetta car « dans ce quartier tout se passe bien si on ne fréquente pas les mauvaises personnes, celles qui, plutôt que de travailler, gagnent leur vie autrement ». S’il a quelques réticences à préciser qui sont ces « mauvaises personnes », il affirme néanmoins que pour éviter de les fréquenter, il suffit de s’en éloigner. Pour cela, il faut contourner les espaces de sociabilité masculine comme les cafés, mais aussi, selon l’heure de la journée, la place Salengro et certaines rues, notamment la rue Adam de Craponne et ses « cabarets » une fois la nuit tombée.

23La mobilité des femmes et le sentiment de sécurité qu’elles et leurs maris décrivent découlent d’une norme sociale, spécifique à Gambetta, qui régit la fréquentation des espaces publics. En effet, une observation attentive de la vie du quartier à différentes heures de la journée révèle que Gambetta se caractérise par une subtile différenciation des espaces en fonction des genres. Espaces masculins et féminins s’articulent selon deux dynamiques. La première relève d’une logique centre-périphérie. Le cœur de « l’espace économique partagé maghrébin » de Gambetta est un espace masculin. L’étroitesse des trottoirs de la rue du faubourg de Figuerolles et de la rue Daru permet à peine de se croiser sans se toucher et de ce fait il est rare d’y croiser des femmes qui ne soient accompagnées par un homme. Ces dernières préfèrent circuler en marge de cet espace, notamment dans la rue de la Palissade qui permet de relier le boulevard Gambetta et la place Salengro sans passer par la rue Daru ou celle du faubourg de Figuerolles. Ce parcours leur permet également d’éviter les terrasses des cafés qui demeurent des lieux qui leur sont formellement interdits (Nigaud, 2004). Les comportements individuels aboutissent, à l’échelle du quartier, à la matérialisation spatiale d’une norme dans laquelle la place des femmes dans l’espace public joue un rôle central. Cette dernière leur offre une « liberté de mouvement » négociée. Libérées de leur traditionnelle assignation au domicile familial, les femmes peuvent saisir les ressources que recèle le quartier.

Carte 5 : Gambetta, un espace public genré

Carte 5 : Gambetta, un espace public genré

Source : Omhovère, 2011

Des commerces ethniques au rôle symbolique

24Parmi ces ressources, les personnes rencontrées au fil des entretiens font systématiquement figurer l’offre de commerces et de services disponibles à Gambetta comme l’une des grandes qualités du quartier. Mais étrangement, lorsqu’elles décrivent plus précisément les commerces dans lesquels ils ont l’habitude de se rendre, on découvre que les commerces « ethniques » ne sont pas ceux qu’ils fréquentent le plus régulièrement. Pour beaucoup, c’est la recherche des prix les moins élevés et l’accessibilité des commerces qui priment.

25La place symbolique occupée par la cuisine explique le décalage observé entre la spontanéité avec laquelle les personnes immigrées rencontrées placent les boucheries halal et les bazars au premier rang de la « scène commerciale » (Bredeloup, 2007) du quartier et la réalité de leur utilisation, souvent épisodique, de ces commerces. Ce qui peut apparaître comme une contradiction n’en est pas une. En fait, les vitrines de ces commerces ethniques ont un sens pour les habitants d’origine immigrée qu’un regard non averti ne perçoit pas. Boucheries halal et bazars sont des signes matériels qui permettent aux immigrés de relier leur lieu de vie actuel à l’espace dont ils ont été séparés suite à leur expérience migratoire. Ainsi, ces signes réactivés par une fréquentation périodique de ces commerces placent véritablement Gambetta dans leur espace de vie puisqu’ils font entrer ce quartier en résonance avec l’espace familier de leur pays d’origine. Ils constituent des symboles qui facilitent leur « réenracinement » ou plutôt, puisqu’ils n’y sont pas nés, leur « ancrage » dans un quartier. C’est ce que souligne Madame Ghaliba : elle connait la présence d’un vendeur d’épices qui propose les mêmes produits que ceux qu’elle trouve en Tunisie, même si, dans les faits, elle ne se rend pas dans ce commerce.

« Oui pour les épices je trouve, il y a un grand magasin marocain près du Tati, il y a des épiceries… Mais nous, lorsque l’on part en Tunisie on ramène des choses avec nous. »
Entretien réalisé avec Madame Ghalida

  • 9 Un mélange d’épices diverses dont la composition varie d’une personne à l’autre.

26L’art culinaire demeure néanmoins un moyen d’expression identitaire. Si pour des raisons économiques et pratiques, le régime alimentaire quotidien de certaines familles tend à s’occidentaliser (pâtes, riz), à certains moment de l’année, lors du Ramadan ou à l’occasion d’un anniversaire, la cuisine redevient « emblématique » de la culture maghrébine des familles. De ce fait les bazars restent importants pour certains produits alimentaires (le ras el hanout9, la farine de semoule, l’huile d’arachide etc.) ou cosmétiques (henné) qui ne se trouvent pas dans le commerce « classique ». Les interdits alimentaires jouent un rôle décisif dans le maintien des boucheries halal du quartier. Si certaines familles admettent ne consommer de la viande que pour les grandes occasions, aucune famille de culture musulmane ne mangerait de la viande qui aurait été achetée dans une boucherie occidentale, a fortiori au supermarché. L’interdiction de manger de la viande qui ne soit pas halal – ce qui signifie « licite », « permis » – explique que les boucheries du quartier fassent partie des commerces qui se portent le mieux à Gambetta. Contrairement aux magasins d’alimentation générale, ils profitent d’une niche commerciale qui, en plus des habitants du quartier, attire les personnes qui ne vivent pas à Gambetta.

Une immédiate proximité avec une multitude de commerces et des services

27Si les commerces ethniques jouent un rôle symbolique important pour les femmes rencontrées, leurs pratiques de consommation révèlent que la richesse et la spécificité du quartier reposent surtout sur la concentration d’un nombre important de commerces plus conventionnels et de services. Cette concentration et l’accessibilité de ces aménités se cristallisent dans un espace de vie compact et familier. Pour les familles qui résident dans le quartier, cela donne lieu à un mode de vie qui tire parti des avantages procurés par la proximité.

28Les grandes surfaces et les hard-discounters qui proposent un éventail de produits très large à des prix bon marché sont, en réalité, les commerces que les familles rencontrées fréquentent le plus régulièrement. Pour celles qui ne sont pas motorisées, le magasin Lidl, situé à l’est du quartier, offre une alternative aux magasins d’alimentation générale et aux bazars, deux types de commerces emblématiques de Gambetta. Comme le souligne Mademoiselle Benberim, la belle-fille de Monsieur Oubalib :

« Il y a les bazars, pour acheter les épices, pour acheter plein de trucs. Celui à côté de chez Tati est très bien pour ça, on y trouve tout. Mais bon, après il y a Lidl aussi. Il n’y a pas longtemps qu’ils sont ouverts. Mais c’est bien aussi. »
Entretien réalisé avec Mademoiselle Benberim

29Mademoiselle Benberim traduit bien ce que Madame Altoubah, Madame Bouhamed et Madame Ghaliba disent en d’autres mots. L’ouverture de ce magasin en février 2010 semble avoir profondément modifié les habitudes de consommation des habitants du quartier. Lidl a détrôné le bazar qui était le lieu où les familles s’approvisionnaient pour les denrées qu’elles ne trouvaient pas sur le marché. Aujourd’hui l’huile, le lait, la semoule, les boissons, les conserves et les épices courantes y sont moins chères qu’au bazar d’Agadir. Difficile de savoir si le magasin a adapté son offre à la clientèle du quartier ou si la présence de ces produits « ethniques » découle d’une tendance générale au développement de rayons « exotiques » que l’on observe dans tous les segments de la grande distribution.

30Enfin, le marché aux légumes – le marché « arabe » de la ville – occupe une place centrale dans les habitudes de consommation des ménages. Les prix qui y sont pratiqués sont à l’origine d’un succès qui ne se dément pas. D’après Monsieur Létaief, il serait le moins cher de la ville, et même les grandes surfaces ne parviendraient pas à faire de l’ombre aux commerçants arabes qui s’y rendent quotidiennement. Pour beaucoup de familles, c’est le marché qui offre le moyen de se nourrir pour le moins cher. D’ailleurs toutes les familles qui habitent à Gambetta le fréquentent au moins une fois par semaine. Madame Chadid et Madame Boualienne, qui viennent toutes les deux de quitter le quartier, continuent de s’y rendre – en voiture ou en bus – pour acheter leurs légumes.

Une hyper-mobilité source d’économie

31Gambetta permet aux familles qui y résident de déroger à la norme sociale fixée par l’automobile en matière de mobilité et d’accessibilité qui pèse habituellement sur les individus (Caubel, 2006 in Fol, 2009). Alors que cette norme tend à défavoriser les ménages les plus modestes et ceux qui dépendent des transports publics dans l’accès qu’ils ont aux aménités urbaines, Gambetta offre à ce type de ménage un accès privilégié à ces ressources. En effet, l’observation de la mobilité des familles, et notamment de celle des femmes, révèle qu’une part importante d’entre elles tire véritablement parti de la proximité des commerces et des divers services présentés précédemment. Si la mobilité de ces familles s’exerce sur un territoire moins vaste, celle-ci n’en est pas moins intense. Elles se saisissent de leur « ancrage » dans le quartier comme d’un moyen de constituer des ressources ou plutôt de ne pas les gaspiller. Cela se traduit par exemple par une indépendance face à l’automobile. Libérée d’un usage contraint de l’automobile et des coûts qui y sont associés, les familles effectuent la plupart de leurs déplacements à pied. Comme cette mobilité se déploie dans un espace de vie compact, cela leur permet de multiplier les déplacements. On assiste à l’émergence d’une « hyper-mobilité » qui, exercée à partir du domicile, permet aux familles de maximiser l’exploitation des ressources présentes à Gambetta.

32Il faut souligner que cette « hyper-mobilité » n’est pas le fait de toutes les familles rencontrées et qu’elle ne saurait être étendue à l’ensemble des habitants de Gambetta. Néanmoins, elle est commune à toutes les familles qui souhaitent continuer à y habiter et est un élément décisif de leur attachement pour ce quartier. Il est donc pertinent de montrer comment cette mobilité quotidienne et pédestre s’exerce à partir de l’exemple de deux familles dont la situation sociale et l’ancienneté de l’installation dans le quartier n’est pas la même. Tandis que la famille Benberim est installée dans la région depuis plus de quinze ans, que le père de famille a obtenu la nationalité française et qu’il gère un café arabe à la Mosson, le plus grand quartier d’habitat social de la ville, la famille Ghaliba est arrivée à Montpellier en 2009 et ne dispose pas de titre de séjour à ce jour.

Encadré 11 : Synthèse de l’entretien avec Mademoiselle Benbérim*

*Mademoiselle Benberim est la belle fille de Monsieur Oubalib.
Mademoiselle Benberim a vingt-deux ans. Depuis 1999 elle vit à Montpellier avec sa mère, son beau-père et ses trois demi-frères. Tous habitent dans un F3 situé au début de la rue Adam de Craponne. Bien qu’ils vivent à six dans un petit logement et que Mademoiselle Benberim travaille, elle ne pourra pas quitter le domicile familial tant qu’elle ne sera pas mariée. Ses journées sont partagées entre le temps qu’elle passe à son travail et celui qu’elle consacre à sa famille.
Depuis peu de temps, Mademoiselle Benberim travaille comme femme de ménage dans une entreprise de nettoyage. Auparavant elle était assistante de vie aux familles, un emploi pour lequel elle avait obtenu un diplôme en 2008, mais une de ses amies lui a conseillé de venir faire des ménages avec elle. Ensemble elles nettoient des bureaux, des banques, des locaux commerciaux situés à proximité de Gambetta, à la Préfecture, à la Comédie ou à Clémenceau. Pour Mademoiselle Benberim cela est très pratique car elle peut faire tous ses déplacements à pied et elle peut arriver rapidement sur son lieu de travail si on lui propose un ménage supplémentaire. En plus, ses horaires de travail sont regroupés aux deux extrémités de la journée, entre cinq heures et huit heures le matin et de dix-huit heures à vingt heures, parfois vingt et une heures le soir. Cela lui permet d’assister sa mère dans la gestion de la vie familiale le reste de la journée.
La mère de mademoiselle Benberim, madame Oubalib, ne sort presque jamais de son appartement. Comme son mari travaille tous les jours de la semaine dans un café, c’est sa fille qui assure toutes les démarches nécessitant de sortir du domicile. Tous les jours, Mademoiselle Benberim accompagne à l’école son dernier demi-frère âgé de quatre ans. Les jours d’école cela représente quatre allers retours entre l’appartement et l’école maternelle qui s’ajoutent à ses déplacements professionnels. Les enfants rentrent manger à la maison tous les midis ce qui permet à la famille d’économiser les frais de cantine. C’est également elle qui se déplace lorsqu’il faut accompagner les enfants au parc Clémenceau, chez le médecin, ou pour les papiers (inscriptions scolaires, sécurité sociale etc.). Pour finir, c’est elle qui, accompagnée d’un de ses frères, va faire les courses ; elle va au marché aux légumes trois à quatre fois par semaine non pas parce que n’est pas cher mais parce que certains légumes s’abiment vite ; pour le reste elle va chez Lidl et transporte ses achats dans un chariot.
Mademoiselle Benberim dit elle-même qu’habiter à Gambetta « c’est pratique car il y a tout ici ! Il y a tous les bazars, toutes les boucheries, le marché, il y a tout à côté ! » alors que cela n’est pas le cas ailleurs. Cela lui permet de faire tous ses déplacements à pied, sans même avoir à utiliser les transports en commun. Seul son beau-père utilise la voiture pour allez à son travail ; elle, par contre, « marche beaucoup ».

Encadré 12 : Synthèse de l’entretien avec Madame et Monsieur Ghaliba

Madame et Monsieur Ghaliba sont arrivés à Montpellier en 2009. Depuis juin 2010 ils vivent avec leurs deux enfants dans un F2 en location libre situé rue de la Merci. Ils ne disposent pas de titre de séjour français et leurs seuls revenus proviennent des chantiers que Monsieur Ghaliba réalise au noir.
Pour trouver du travail Monsieur Ghaliba passe beaucoup de temps dans les cafés de Plan Cabanes. Il sait être présent sur les terrasses en tout début de matinée pour bénéficier des éventuelles opportunités d’emploi de la journée. Même s’il est arrivé à Montpellier depuis plus d’un an et qu’il est connu dans le milieu du bâtiment, selon lui il est indispensable d’être présent sur place pour obtenir les opportunités de chantier qui se présentent. Il possède une voiture qu’un ami lui a donnée et de ce fait il n’est pas dépendant des autres ouvriers pour ses déplacements et peut accepter plus facilement de petits chantiers situés en périphérie de Montpellier. Malgré cela il travaille rarement plus de quinze jours par mois.
Au quotidien, le mode de vie de la famille est régulé par le souci de faire des économies. Si Monsieur Ghaliba est forcé de se déplacer sur ses chantiers, le reste de la famille sort rarement de Gambetta. Bien qu’ils disposent d’une voiture, les membres de la famille effectuent tous leurs achats dans le quartier, soit chez Lidl, soit au marché. Comme leurs enfants sont trop petits pour les aider à porter leurs achats (l’ainé a trois ans, le petit dix-huit mois) Madame et Monsieur Ghaliba font leurs courses plusieurs fois par semaine ; une à deux fois chez Lidl et deux à trois fois au marché. Madame Ghaliba explique également que les promotions faites par les marchands de légumes l’incitent à fréquenter le marché plus régulièrement. Elle ajoute aussi que faire les courses plus régulièrement leur permet de gagner de la place dans une cuisine qui n’est pas bien grande. Occasionnellement ils achètent de la viande chez un boucher marocain halal, mais cela est rare. Pour finir ils accompagnent à tour de rôle leur fils ainé, Abdejamen, à l’école. En général, c’est sa mère qui l’amène le matin et en début d’après midi. Lorsqu’il ne travaille pas, il n’est pas rare que ce soit Monsieur Ghaliba qui vienne chercher son fils en fin de matinée et le soir. Quoi qu’il arrive, Abdjamen mange chez ses parents le midi afin que ces derniers n’aient pas à payer les frais de cantine.

33Ces deux exemples présentent volontairement le cas de deux familles qui dis­posent d’une voiture. En effet, la possession d’une voiture apporte un avantage comparatif aux hommes sur le plan professionnel et ils n’ont pas systéma­tiquement recours au covoiturage pour aller travailler. Par ailleurs, l’exemple de ces deux familles révèle que « l’hyper-mobilité » n’est pas le simple fruit d’une assignation à l’espace local résultant de la non-motorisation du ménage. Ces deux exemples montrent que des familles qui disposent d’une voiture comme d’une alternative peuvent faire le choix d’une mobilité quasiment exclusivement piétonnière.

34Dans le cas de la famille Ghaliba comme dans celui de la famille de Mademoiselle Benberim, « l’hyper-mobilité » épargne des dépenses aux familles, parce que la substitution de déplacements pédestres à des déplacements automobiles permet d’économiser le coût économique lié à l’usage de la voiture. Libéré de toute contrainte budgétaire, le nombre de déplacements peut être considérablement augmenté (sous contrainte de temps). La fréquence avec laquelle les familles font leurs courses chaque semaine découle de ce processus. Dans un contexte où le capital économique dont elles disposent est relativement limité, elles font le choix de faire leurs courses à pied même si cela implique de retourner les faire plus souvent pour pouvoir transporter tous les achats. Évidemment ce système repose en grande partie sur les femmes qui doivent se rendre disponibles. Il ne faut pourtant pas penser que ces dernières sont systématiquement les victimes d’une conception traditionnelle du rôle de la femme maghrébine. D’une part parce que si, comme il l’a déjà été dit, les femmes d’origine maghrébine sont tradition­nellement assignées au domicile familial, l’hyper-mobilité a pour effet inverse de leur offrir une certaine liberté. Et d’autre part parce que cette disponibilité n’interdit pas l’exercice d’une activité (comme dans les cas de Mademoiselle Benberim et Madame Boualienne) ou la reprise d’une activité une fois les enfants plus âgés. Dans la plupart des cas, l’inactivité des femmes apparait bien plus comme le résultat d’un arbitrage entre un éventuel salaire, forcément faible compte tenu des métiers envisagés, et les coûts supplémentaires que représenterait cette activité de la personne pour le ménage. Ainsi la proximité et la mobilité des femmes permettent aux familles du quartier de réaliser des économies sur la garde des enfants ; parmi les treize enfants des familles enquêtées qui résident à Gambetta, aucun n’était inscrit à la cantine. Rentrer manger le déjeuner préparé par leur mère représente une solution moins coûteuse. De la même façon, aucun de ces enfants n’est inscrit à l’étude, ce qui représente une économie supplémentaire pour les familles. À titre de contre exemple, le cas de Madame Marraoui qui a déménagé à Grabbels (un village de la banlieue nord de Montpellier) est révélateur. Depuis que sa famille y vit, elle doit accompagner ses enfants en voiture tous les matins et ne retourne les chercher qu’à la fin de la journée pour limiter les dépenses liées à ses déplacements motorisés.

35« L’hyper-mobilité » autorise également des modes de consommation éco­nomes. Parmi les quinze familles rencontrées, quasiment toutes fréquentent le marché aux légumes de la Place Salengro pour profiter des prix qui y sont pratiqués. Mais si la plupart d’entre elles s’y rendent une fois par semaine, celles qui vivent à Gambetta ont tendance à le fréquenter plus régulièrement, souvent deux à trois fois par semaine. Comme madame Ghaliba le révèle au fil de l’entretien réalisé auprès d’elle, les marchands de légumes du marché retirent les produits qui sont les plus abîmés des étalages et constituent des paniers promotionnels vendus à des prix défiant toute concurrence. Fréquenter assidument le marché permet d’acheter ces légumes qui doivent être cuisinés très rapidement.

Conclusion

36Gambetta est un lieu central dans l’ancrage des familles immigrées, un espace dont l’ambiance urbaine est propre aux quartiers d’immigration maghrébine, un espace à haute valeur symbolique qui joue un rôle de médiateur et leur permet de replacer leur lieu de vie actuel dans ceux traversés au cours de leur vie, notamment leur lieu d’origine. Cet ancrage repose sur la spécificité du quartier, véritable enclave résidentielle et commerciale maghrébine au cœur de Montpellier. Les réseaux immigrés qui y sont implantés le rendent incontournable pour les migrants à la recherche d’une activité professionnelle, que celle-ci soit formelle ou non. L’ancrage des familles est renforcé par la nécessité d’entretenir et d’activer régulièrement les réseaux qui s’y articulent : réseaux de solidarité ethnique et réseaux qui transcendent les frontières communautaires jouent un rôle essentiel dans l’insertion des immigrés sur le marché du travail – souvent illégal avant d’accéder à un marché légal – et leur permettent de reconstituer un capital économique et social perdu au cours de leur parcours migratoire.

37L’ancrage des familles repose également sur un mode de vie centré sur le quartier qui permet d’économiser leurs ressources. Gambetta, du fait de sa situation centrale dans la ville, du fait du nombre important de commerces et de services qui s’y trouvent concentrés, et surtout du fait de l’existence d’un espace public genré qui facilite la mobilité des femmes, est favorable à un ancrage local qui leur permet de maximiser les ressources de la proximité : accès à l’éducation doublé de la possibilité d’assurer elles-mêmes la garde des enfants ainsi que l’accès aux moyens d’alimentation les plus économiques font partie de ces ressources.

38Les entretiens réalisés ont par ailleurs révélé que l’attention portée par les familles à la scolarité de leurs enfants venait renforcer leur attachement au quartier, qui, de par sa mixité sociale, leur semblait constituer un environnement plus favorable à la réussite scolaire – et à terme sociale – de leurs enfants. Un espoir d’ascension sociale, donc, car si certaines familles voient dans Gambetta un « cocon protecteur », le quartier représente aussi une « cage » (Clark, 1965 in Kokoreff, 2009), notamment parce qu’il conduit les familles à accepter des conditions de logement difficiles (surpeuplement, insalubrité) pour des loyers souvent prohibitifs.

Bibliographie

Authier, J-Y. (dir), 2010, État des lieux sur les trajectoires résidentielles, Lyon, PUCA.

Bach, R., Portes, A., 1985, Latin Journey : Cuban and Mexican Immigrants in the United States, Berkeley, University of California Press.

Bach, R., Portes, A., 1980, « Immigrant Earnings : Cuban and Mexican Immigrants in the United States », International Migration Review, vol. 14 n°3, p. 315-341.

Battegay, A., 1992, « L’actualité de l’immigration dans les villes françaises : la question des territoires ethniques », Revue européenne de migrations internationales, vol. 8 n°2, p. 83-100.

Bredeloup, S., 2007, « À propos des centralités immigrées », Rives méditerranéennes, n° 26, p. 47-51.

Charles, K., Kline, P., 2006, « Relational Costs and the Production of Social Capital : Evidence from Carpooling », The economic Journal, vol. 116, p. 581-604.

Fabbre, G., Lochard T., 1992, Montpellier ville médiévale, Paris, Imprimerie nationale, Études du patrimoine.

Faure, P., 1998, Un quartier de Montpellier, Plan Cabanes : étude ethnologique, Paris, L’Harmattan, Villes et entreprises.

Fol, S., 2009, La Mobilité des pauvres : pratiques d’habitants et politiques publiques, Paris, Belin, Mappemonde.

Fong, E., Shen, J., 2011, « Explaining Ethnic Enclave, Ethnic Entrepreneurial and Employment Niches : A Case Study in Canadian Immigrant Gateway Cities », Urban Studies, vol. 48 n°8, p. 1605-1633.

Granovetter, M., 1973, « The strength of weak ties », American journal of sociology, n°78, p. 1361-1380.

Granovetter, M., 1983, « The Strength of Weak Ties : A Network Theory Revisited », Sociological Theory, Vol. 1, p. 201-233.

Kokoreff, M., 2009, « Ghetto et marginalité urbaine. Lectures croisées de Didier Lapeyronnie et Loïc Wacquant », Revue française de sociologie, vol. 50, p. 553-572.

Lelevrier, C., 2008, Mobilités et trajectoires résidentielles des ménages relogés lors d’opérations de renouvellement urbain, Paris, PUCA.

Ma Mung, E., 1992, « L’expansion du commerce ethnique : Asiatiques et Maghrébins dans la région parisienne », Revue européenne de migrations internationales, vol. 8 n°1, p. 39-59.

Mekdjian, S., 2009, De l’enclave au kaléidoscope urbain. Los Angeles au prisme de l’immigration arménienne, Thèse, Géographie, Université Paris 10, 6 novembre 2009, 357 p.

Nigaud, K., 2004, « Appropriation de l’espace public des femmes maghrébines immigrées en France », Revue ESO, n° 21, 41-44.

Omhovere, M., 2011, Gambetta : une centralité ethnique de Montpellier, stratégies d’ancrage de la population immigrée d’origine maghrébine, Mémoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Géographie, 15 septembre 2011, 141 p.

Portes, A., 1981, « Modes of structural incorporation and present theories of labor immigration », in Kritz, M., Keely, C., Tomasi, S. (dir.), Global Trends in Migration : theory and research on international population movements, New York, Center for Migration Studies, p. 279-297.

Portes, A., Wilson, K., 1980, « Immigrant Enclaves : An analysis of the Labor Market Experiences of Cubans in Miami », American Journal of Sociology, vol. 86, n° 2, p. 295-319.

Putnam, R., 2000, Bowling alone, The Collapse and Revival of American Community, New York, Simon and Schuster.

Sanjuan, T., 2002, « En deçà du “religieux” chinois » Réflexions sur les valeurs, l’espace et l’organisation sociale en Chine continentale », Hérodote, 2002/3 n° 106, p. 123-132.

Sansot, P., 1984, Poétique de la ville, Paris, Payot, Petite bibliothèque Payot.

Notes

1 Le « marché aux légumes » qui se tient quotidiennement sur la place Roger Salengro.

2 Dossier « Projet urbain de Montpellier : Opération Grand Cœur 2003-2013 », 2010. Source : services de la SERM.

3 Un projet de rénovation urbaine en quartier ancien, appel à contribution, document d’information de la Mission Grand Cœur, Ville de Montpellier, p. 10.

4 Calculs réalisés pour les IRIS 2501 et 2601 de Montpellier, recensement général de la population de 2007.

5 idem.

6 Ici « l’espace de vie » est entendu au sens strict, c’est-à-dire comme l’ensemble des lieux fréquenté par un individu ou par un groupe d’individu.

7 L’indice de peuplement, dit « norme Insee », caractérise le degré d’occupation du logement, par comparaison entre le nombre de pièces qu’il comporte avec un nombre de pièces considérées comme nécessaires au ménage. Cette norme, arrêtée en 1968 en accord avec le ministère en charge de l’équipement, dépend de la taille du ménage, ainsi que de l’âge et de la situation familiale de ses membres. Elle attribue à chaque ménage :

- une pièce de séjour pour le ménage- une pièce pour chaque couple

- une pièce pour les célibataires de 19 ans et plus et, pour les célibataires de moins de 19 ans : une pièce pour deux enfants s’ils sont de même sexe ou s’ils ont moins de sept ans ; sinon, une pièce par enfant.

Un logement auquel il manque une pièce est en situation de surpeuplement modéré. S’il manque deux pièces ou plus, il est en surpeuplement accentué. Noter que selon cette norme, les studios sont surpeuplés par construction. À l’inverse, on parle de sous-peuplement modéré si le logement compte une pièce de plus que la norme, de sous-peuplement prononcé s’il compte deux pièces de plus et de sous-peuplement très accentué s’il compte au moins trois pièces de plus.

Source : Définitions et Méthodes, INSEE site : http://www.insee.fr.

8 Traduction par l’auteur du texte original : “immigrant groups which concentrate in a distinct spatial location and organize a variety of enterprises serving their own ethnic market and/or the general population” (Portes, 1981, p. 289-290).

9 Un mélange d’épices diverses dont la composition varie d’une personne à l’autre.

Table des illustrations

Titre Carte 4 : Localisation du quartier Gambettta dans Montpellier
Crédits Source : Omhovère, 2011
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/3205/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Titre Carte 5 : Gambetta, un espace public genré
Crédits Source : Omhovère, 2011
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/3205/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 540k

Auteur

Chargé d’études, Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Ile-de-France

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search