Version classiqueVersion mobile

Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques

 | 
Sylvie Fol
, 
Yoan Miot
, 
Cécile Vignal

Première partie - Les mobilités résidentielles : déterminants et effets socio-spatiaux

Les choix résidentiels : une approche par les modes de vie

Marie-Paule Thomas

Texte intégral

  • 1 Recherche financée dans le cadre du Programme National de Recherche (PNR54) « Développe­ment durabl (...)

1Depuis une cinquantaine d’années, de nombreux changements sont survenus en Europe, tant en matière de développement territorial que d’évolution socio-démographique. La société industrielle est progressivement devenue une société informationnelle : accroissement de la mobilité, développement des technologies de l’information et de la communication, transformation du rapport au travail, de la vie sociale et politique, modification des structures familiales. L’évolution de nos sociétés a profondément modifié nos valeurs, nos modes de vie et nos rapports à l’environnement. Cette série de mutations socio-économiques engendre des rapports au territoire et à la ville renouvelés. Dans cette perspective, ce chapitre aborde la dynamique des arbitrages de localisation résidentielle des familles en se fondant sur les résultats d’une recherche de trois années portant sur les choix résidentiels et les modes de vie en Suisse1 analysés au moment où une famille décide de changer de lieu de vie. Partant du constat que le processus d’individualisation de la société, et par conséquent de la famille, produit de nouvelles différenciations sociales, nous sommes partis de l’hypothèse principale selon laquelle les arbitrages de localisation résidentielle des familles ne relèvent pas uniquement d’une comparaison en terme de prix et de taille de logement mais aussi de facteurs fonctionnels, sensibles et sociaux déterminant la qualité de vie dans un lieu donné. Un des enjeux de notre recherche est donc d’analyser le lien entre les préférences résidentielles, caractérisées par des idéaux-types, le mode de vie résidentiel, et le lieu où les familles habitent effectivement, ce que nous pouvons considérer comme les choix réels. Afin d’examiner cette hypothèse et cet enjeu, nous présenterons successivement l’approche théorique et la méthodologie retenue puis nous nous attarderons sur quelques résultats principaux de cette recherche. Dans cette seconde partie, nous présenterons d’abord une typologie des quartiers des agglomérations puis nous mettrons en avant sept idéaux-types de modes de vie résidentiels. Pour terminer, nous présenterons la répartition socio-spatiale des modes de vie résidentiels selon leurs revenus sur le territoire. Nous rendrons ainsi compte dans cet article de la forte diversité des « modes de vie résidentiels » que l’on peut observer chez les familles en Suisse et de ce que cela suppose en termes d’action publique.

Choix résidentiels et modes de vie

Approche théorique

  • 2 Elles s’inspirent des travaux de Laurent Thévenot sur les régimes d’engagement (Thévenot, 2006, Bre (...)

2Les approches en termes de choix résidentiel sont très diverses et reposent sur des présupposés épistémologiques et méthodologiques différents. Nous trouvons d’une part des approches économiques et démographiques fondées sur une théorie de l’acteur rationnel cherchant à optimiser sa localisation en fonction de caractéristiques économiques et fonctionnelles (prix, taille, distance au travail) et, d’autre part, des approches sociologiques et anthropologiques reposant sur des théories de l’action sociale où tout choix est « socialement » déterminé que ce soit par ses appartenances familiales, ses traditions, sa culture, son mode d’habiter ou encore sa position sociale (Authier et al., 2010). Ainsi, le choix résidentiel est soit la résultante de considérations écologiques et utilitaires, soit la résultante de considérations sociales. Dans le premier cas, le ménage ou l’individu détermine sa localisation en fonction d’une vision « fonctionnelle » et stratégique. Il choisira ainsi un lieu qui minimise ses déplacements domicile-travail tout comme ses déplacements vers les lieux importants de la ville. Dans le second cas, le choix du lieu de vie peut ainsi être influencé par des logiques familiales, des logiques statutaires (exigence de distinction ou de reproduction sociale) et/ou des logiques culturalistes (valeurs, normes, mode d’habiter). D’autres dimensions peuvent également influencer le choix, telles que la dimension sensible qui renvoie à tout ce qui relève de l’expérience physique et émotionnelle de l’espace (troubles, nuisances, attachements, parcours familiers). Nous considérons ainsi que les arbitrages résidentiels renvoient à trois principales logiques d’engagement2 qui sont un engagement sensible lié à l’expérience corporelle de l’environnement construit, un engagement social régulé par les conventions sociales et, enfin, un engagement fonctionnel guidé par un rapport rationnel et normé à l’envi­ronnement construit.

  • 3 Le mouvement de mai 1968 et la naissance de la contre-culture aux États-Unis sonnent la véritable é (...)
  • 4 Pour définir les classes moyennes, à l’instar de Chauvel (2006), nous proposons de retenir une défi (...)

3Dans ce cadre, nous posons l’hypothèse qu’en fonction de leur mode de vie, les ménages arbitreront ou hiérarchiseront leurs critères de choix de manière différente. En effet, aux variables socio-démographiques classiques s’ajoutent désormais des variables relatives aux modes de vie pour expliquer la localisation résidentielle. (Brun et Fagnani, 1994 ; Pinkster et Van Kempen, 2002). Toutefois, rares sont encore les enquêtes qui proposent de lier systématiquement les approches sociologiques en termes de modes de vie et leur spatialisation dans l’environnement construit. Historiquement, les modes de vie sont issus de la sociologie classique qui traite des relations sociales, des formes d’expression et des conséquences de l’individualisme (Bögenhold, 2001). Les théories actuelles quant au mode de vie oscillent entre les théories de l’habitus de Bourdieu (1979) et celles de l’individualisation de Beck (1983). Ces deux positions théoriques sont ajustées au monde qu’elles décrivent. Sous l’influence de la première modernité et de la rationalité déterminante, les sociologues structuralistes – et en particulier Bourdieu – s’attachent à décrire les oppositions de classes entre bourgeois et ouvriers. Au tournant postmoderne3, avec l’apparition du concept de « nouvelles classes moyennes », les auteurs s’orientent progressivement vers la description d’une pluralisation et d’une différenciation des classes moyennes4.

4À cet égard, plusieurs auteurs allemands proposent une conceptualisation qui fait figure de compromis entre ces deux positions antagonistes structuralistes et individualistes par un jeu de combinaison entre les formes classiques (verticales) et nouvelles (horizontales) d’inégalités sociales (Ohnmacht et al, 2009). Suivant ces théories, nous définissons le mode de vie au croisement de deux dimensions. Les dimensions verticales concernent les distinctions en termes de statut, classe et prestige qui sont déterminées par la formation, le revenu, le genre ou l’âge. Ces éléments structurels constituent les ressources et contraintes des ménages. Le revenu, notamment détermine la marge de manœuvre des choix.

  • 5 Forme d’habitat intermédiaire entre la location et la propriété, gérée par des membres coopérateurs (...)

5Les différenciations horizontales distinguent les ménages en termes de pratiques et d’évaluation de l’environnement. Nous lions chaque logique d’action (fonctionnelle, sociale et sensible) à une sphère d’activité de la vie quotidienne et à un mode d’évaluation de l’environnement construit (Pattaroni et al., 2009). Il s’agit pour chacun de pouvoir « utiliser », « rencontrer » et « habiter ». Tout d’abord « utiliser » : la poursuite de projets et des activités quotidiennes (mobilité quotidienne, fréquentation du quartier) qui amène à évaluer la qualité fonctionnelle de l’environnement (accessibilités, services). Ensuite « rencontrer » : le développement de relations sociales privées ou publiques (ancrage social local, engagement associatif, relations de voisinage, envie de vivre en coopérative5, positionnement politique) qui amène à évaluer la qualité sociale de l’environnement. Enfin « habiter » (qualité sensible) : l’expérience corporelle de l’environnement construit (préférences sensibles : moderne/ancien, nature/urbain ; pratiques culturelles) qui amène à évaluer la qualité sensible de l’environnement. L’intérêt d’une telle analyse est donc de pouvoir saisir comment les diverses facettes de la vie quotidienne font système. Chacun de ces types renvoie donc à un « mode de vie résidentiel » spécifique, c’est-à-dire à la rencontre entre des formes distinctes d’organisation du quotidien de la famille, de tissage des réseaux sociaux et d’habitat avec des préférences en matière de localisation résidentielle. L’idée centrale est qu’il n’y a pas une « qualité de vie » que l’on pourrait définir abstraitement et valant pour tous mais des « qualités de vie », liées aux diverses aspirations et modes de vie des familles

6Les modes de vie des ménages peuvent ainsi être décrits grâce à cette double dimension. L’arbitrage résidentiel apparaît comme un processus d’exploration et d’évaluation des qualités de l’environnement construit au travers duquel les ménages cherchent à faire correspondre au mieux leur lieu de vie et la manière dont ils vivent et veulent vivre.

Méthodologie

7La Suisse constitue notre terrain d’étude. Au cœur de l’Europe, elle s’avère un cas intéressant, car elle se situe aux carrefours d’aires culturelles différentes en termes d’influences linguistiques, religieuses et idéologiques. Nous étudierons un cas suisse-allemand, celui de l’agglomération de Berne, et un cas suisse romand, l’agglomération de Lausanne. Ces deux métropoles urbaines présentent des caractéristiques socio-historiques et une structure urbaine diversifiées en termes de développement territorial et de système de réseaux de transport. Toutes deux au centre d’un grand canton, elles sont fortement contrastées du point de vue de la compacité de l’urbanisation, des aménités urbaines disponibles dans les quartiers et des accessibilités par les différents moyens de transport.

  • 6 Ménage familial : présence d’au moins un enfant de moins de 25 ans vivant au domicile familial.

8Au-delà, la recherche s’est décomposée en deux phases principales mélangeant des méthodes d’enquête qualitatives et quantitatives. D’une part une phase qua­litative avec la réalisation d’une quarantaine d’entretiens semi-directifs avec des familles réparties dans les deux agglomérations. D’autre part une phase quan­titative avec la passation d’un questionnaire téléphonique d’une durée de 25 mi­nutes sur les choix résidentiels des familles administré à 1 000 ménages familiaux6 repré­sentatifs des agglomérations de Berne et Lausanne soit 500 ménages dans chaque agglomération.

9Nous avons introduit dans notre enquête une série de variables verticales et horizontales reprenant les trois grandes dimensions du mode de vie (utiliser, rencontrer, habiter). Soucieux de rendre compte de la complexité des dynamiques réelles d’arbitrage de localisation résidentielle, nous avons opté pour une approche mixant les préférences résidentielles déclarées (les modes de vie résidentiels) et la localisation résidentielle effective à travers la géolocalisation de nos ménages.

Vers une typologie des territoires

  • 7 L’unité statistique d’analyse est le quartier dans les villes de Berne et de Lausanne et la commune (...)

10Avant de décrire les différents modes de vie, il est important de décrire nos contextes bernois et lausannois. En effet, les territoires présentent des différences en termes de distribution des caractéristiques fonctionnelles, sociales et sensibles (morphologiques), offrant un cadre de vie plus ou moins accueillant pour les différents modes de vie. Pour effectuer une typologie des quartiers, nous nous sommes appuyés sur ces trois types de variables7.

  • 8 Les variables suivantes du recensement de la population suisse 2000 ont été intégrées dans les anal (...)
  • 9 La définition de « bobos » – bourgeois bohème – a notamment été développée par D. Brooks, journalis (...)

11À partir de l’analyse spatiale de ces variables, trois axes sociaux principaux8 nous permettent de caractériser la structuration socio-spatiale des agglomérations. La première dimension oppose des quartiers sédentaires où les personnes sont relativement ancrées à des quartiers mobiles (à plus fort taux de rotation). Les deux dimensions suivantes sont construites à partir des catégories socio-pro­fession­nelles détaillées à l’instar des travaux de Préteceille (2003) : un axe classique de stratification et de hiérarchisation sociale opposant les quartiers pauvres aux quartiers riches et un axe plus original opposant les professions classiques, typiques de la société industrielle et de nouvelles professions, caractérisant les nouvelles classes moyennes. L’émergence de ces nouvelles classes moyennes est fortement liée à la critique « artiste » du capitalisme des années 1960, s’appuyant sur la tradition bohème du xixe siècle (Boltanski et Thévenot, 1991). Ces professions s’éloignent de la sphère du pouvoir traditionnel (droit, finance, ingénierie) et prennent forme dans les services de santé, d’enseignement, du travail social, de loisirs, d’activités culturelles et artistiques, de professionnels de l’environnement et de l’urbanisme (Bell, 1973 ; Bosc, 2008). Porteuses d’un fort capital culturel et intellectuel, les dénominations des nouvelles classes moyennes sont variées dans la littérature internationale : tantôt bobos9, yuppies, « new middle class », créatifs culturels, classe créative.

12Suite à ces différentes analyses statistiques, pour réaliser notre typologie, nous avons ajouté des indicateurs fonctionnels et sensibles permettant de décrire les deux agglomérations Au niveau fonctionnel, nous avons décrit les territoires étudiés à l’aide de deux indicateurs : l’accessibilité par les transports publics et la densité d’aménités de proximité à l’échelle d’un quartier. Au niveau sensible, nous avons établi une typologie des quartiers en fonction de leur morphologie urbaine, distinguant les quartiers à tissu urbain des quartiers à tissu pavillonnaire et les quartiers récents des quartiers anciens. Au niveau sensible, nous avons établi une typologie des quartiers en fonction de leur morphologie urbaine, distinguant les quartiers à tissu urbain des quartiers à tissu pavillonnaire et les quartiers récents des quartiers anciens. De ces différentes analyses a émergé une typologie en sept classes des quartiers des agglomérations de Berne et de Lausanne.

Des quartiers centraux « gentrifiés », espace des nouvelles classes moyennes

13Ces quartiers se localisent dans les quartiers centraux de la ville ayant subi des phénomènes de gentrification (Smith, 1987). Ce phénomène est notamment expliqué par le développement des nouvelles classes moyennes valorisant l’habitat urbain. Nous distinguons deux types de quartiers :

14Les quartiers « bohème » (type 1) : ces quartiers sont composés d’habitants à faible capital économique. Ils rassemblent une majorité de cadres et de professions intellectuelles et intermédiaires caractéristiques des nouvelles classes moyennes (surreprésentation des professions dans le domaine des sciences sociales, des sciences de la vie et sciences physiques, bibliothécaires, artistes, professions dans l’enseignement, la santé, le travail social, cadres des services publics, architectes) ainsi que le personnel de service. Ces quartiers se situeraient plutôt dans la première phase de gentrification mise en évidence par Neil Smith (1987), qui concerne l’arrivée d’artistes et d’intellectuels dans d’anciens quartiers populaires. Les quartiers « bohème » sont en majorité des quartiers urbains anciens denses. La plupart des ménages résidant dans ces quartiers bénéficient d’une très bonne accessibilité par les transports publics. Ces quartiers sont plutôt bien dotés en commerces de proximité.

15Les quartiers « bourgeois-bohème » (type 2) : ces quartiers sont composés d’habitants à fort capital économique. Ils rassemblent une majorité de cadres et de professions intellectuelles et intermédiaires dans le domaine de la santé, artistique, de l’enseignement, des sciences sociales, mais aussi dans le domaine juridique, celui de l’ingénierie ; on y trouve aussi des médecins, commerciaux, membres exécutifs et dirigeants de petites entreprises. Ces quartiers ont achevé leur processus de gentrification (Smith, 1987) et accueillent majoritairement des ménages à plus fort capital économique de par le prix de l’immobilier élevé dans ces secteurs. Les quartiers « bourgeois-bohèmes » sont tous des quartiers urbains denses ou des cités-jardins à Berne. Ces quartiers disposent d’une très bonne accessibilité par les transports publics.

Des quartiers suburbains et périurbains, espace des classes moyennes classiques et supérieures

16Ces quartiers se localisent dans les espaces suburbains et périurbains de l’agglo­mération. La classe moyenne classique a en effet jeté son dévolu sur les espaces de la ville périurbaine autour de la figure de la maison individuelle, lui permettant d’affirmer l’aboutissement d’un parcours résidentiel traditionnel et l’affirmation de son statut social. En fonction de leur capital économique, ces ménages habitent tantôt des communes suburbaines à l’urbanisme rationaliste constitué de petits collectifs s’ils ont peu de moyens, ou, s’ils sont plus aisés, de maisons mitoyennes ou de grandes maisons individuelles. Nous distinguons trois types de quartiers :

  • 10 Ces trois communes suburbaines pourraient être considérées comme l’équivalent des espaces de bourge (...)

17Les quartiers « bourgeois » (type 3) : ces quartiers sont habités par des résidents à fort capital économique. Ils rassemblent majoritairement des directeurs de société, les dirigeants de petites entreprises, les membres exécutifs, les professions intellectuelles juridiques et commerciales, les informaticiens, ingénieurs, médecins et, dans une moindre proportion, des enseignants, quelques professions intellectuelles. Certains auteurs ont étudié notamment les classes privilégiées classiques qui met en évidence une localisation de la bourgeoisie ou de l’aristocratie dans les « beaux quartiers » des agglomérations. (Pinçon, 2002). Les quartiers « bourgeois » sont pour la plupart des communes périphériques au tissu villageois et pavillonnaire. Trois de ces quartiers sont des communes suburbaines des agglomérations, historiquement considérées comme des espaces de la bourgeoisie aisée10. Près de trois quarts de ces quartiers ne sont pas ou peu desservis par les transports publics. Ces quartiers comprennent de manière générale très peu de services.

18Les quartiers « petits-moyens » : ces quartiers comprennent des habitants à capital économique et social moyen (Cartier et al., 2008). Ils rassemblent des classes populaires stabilisées et des petites classes moyennes (les professions intermédiaires techniques, les employés de bureau, les ouvriers-artisans, le personnel de vente, les employés de réception, les conducteurs de machines, les agriculteurs, les ouvriers non qualifiés, les professions intermédiaires dans les domaines de l’enseignement, de la finance, de la gestion, des de la santé, des sciences et vie ainsi que des ingénieurs). Ces quartiers sont dans l’ensemble mieux dotés en aménités de proximité et plus accessibles en transports publics que les quartiers précédents. Au-delà de leurs carac­téristiques sociales communes, ces quartiers se divisent en trois types distincts se distinguant à la fois par leur morphologie et leur mobilité résidentielle : les quartiers « petits-moyens villageois » sont majoritairement des communes périurbaines dans lesquelles prédominent les tissus pavillonnaires et villageois. Nous distinguons les communes connaissant une forte mobilité résidentielle : les quartiers « petits-moyens mobiles » (type 4) et les quartiers « petit-moyens villageois sédentaires » (type 5) qui comprennent une grande proportion de ménages ancrés qui habitent depuis plusieurs années dans leur commune.

  • 11 Morphologie urbaine datant des années 50-70 : en Suisse principalement des barres, petits ensembles (...)

19Les quartiers « petits-moyens suburbains sédentaires » (type 6) sont des communes à tissu suburbain11 avec une grande proportion de ménages ancrés.

Des quartiers populaires

20Les quartiers populaires (type 7) rassemblent une population à faible capital économique et culturel : y résident le personnel de service et de vente, les employés de réception et de bureau, les ouvriers-artisans, les ouvriers non qualifiés et les conducteurs de machines. Ces quartiers se répartissent entre quartiers suburbains, où prédominent les barres de logement et les tours, et les quartiers urbains centraux. Aucun de ces quartiers ne se trouve dans les zones périurbaines. Nos résultats sont en accord avec le constat de certains auteurs qui ont montré que les quartiers « populaires » se situaient souvent soit dans les quartiers anciens des villes centres, soit très souvent dans les zones suburbaines où les grands ensembles des années 1970 prédominent (Grafmeyer, 1994). La plupart des ménages de ces quartiers disposent d’une relativement bonne accessibilité en transports publics. Ces quartiers sont bien dotés en aménités de proximité.

Carte 2 : Typologie des quartiers des agglomérations de Berne et de Lausanne

Carte 2 : Typologie des quartiers des agglomérations de Berne et de Lausanne

Source : Thomas, 2011

21Ainsi, la périphérie est majoritairement constituée de communes « petites-moyennes » et « bourgeoises », tandis que le centre concentre les quartiers « bourgeois-bohèmes » et « bohèmes » et quelques quartiers populaires. Nos résultats sont convergents avec les théories sur la gentrification qui montrent que les nouvelles classes moyennes se localiseront plutôt dans les centres urbains anciens, à la recherche de convivialité urbaine et d’historicité (Bourdin, 1984 ; Genard, 2009) tandis que la classe moyenne classique privilégiera l’accession à une villa individuelle en périphérie. Le tissu suburbain offre un potentiel d’accueil compromis pour différents groupes de population. En effet, le suburbain est la zone qui comprend la plus grande diversité de profils de quartiers.

22L’analyse du potentiel d’accueil des deux agglomérations de Berne et de Lausanne nous permet de prouver qu’une certaine stratification sociale de la ville existe entre quartiers pauvres et quartiers aisés mais qu’elle est traversée par de nouvelles différenciations professionnelles permettant de distinguer les espaces des classes moyennes traditionnelles et ceux des nouvelles classes moyennes. Au-delà de ce marquage territorial classique, il existe néanmoins une différenciation dans les arbitrages de localisation résidentielle où les facteurs structurels individuels, notamment économique, s’estompent.

Les modes de vie résidentiels : sept visions de la qualité de vie

  • 12 Afin d’observer les proximités entre les variables, nous avons eu recours à une analyse en composan (...)
  • 13 Pour plus de détails sur ces groupes, voir (Pattaroni, Thomas et Kaufmann, 2009 ; Thomas, 2011 ; Th (...)

23Pour identifier les manières dont les familles regroupent les critères de préférences résidentielles, nous avons réalisé une classification qui nous a permis d’isoler sept idéaux-types distincts que nous avons ensuite mis en rapport, pour les profiler, avec les caractéristiques des modes de vie des familles12. Les groupes sont constitués de six axes de différenciation des préférences résidentielles qui représentent six manières d’évaluer l’environnement où l’on souhaiterait vivre. En d’autres termes, ces axes indiquent les qualités recherchées par les familles dans leur environnement quotidien : est-ce qu’elles cherchent à vivre avant tout dans un environnement sûr, dense, convivial, traditionnel, calme ou élitiste ? Puis nous avons confronté ces préférences résidentielles aux modes de vie des familles (variables horizontales : pratiques de mobilité, pratiques sociales, valeurs, etc. et variables verticales : revenu et formation). Il est frappant de constater que les différences de préférences résidentielles renvoient principalement à des différences dans les pratiques. La combinaison des préférences résidentielles et du mode de vie donne naissance à notre concept de « mode de vie résidentiel ». Attardons-nous sur la description des sept modes de vie résidentiels13.

Les citadins engagés

24Les citadins engagés aiment les environnements denses et urbanisés et la vie de quartier. Ils accordent une grande importance à la proximité des aménités et de la vie culturelle, à la présence d’associations socioculturelles et à la diversité sociale. Ces familles se déplacent plus que les autres en transports publics et à vélo, privilégient fortement le fait d’habiter en ville dans un immeuble ancien, préfèrent les environnements compacts où l’on peut tout faire à pied et expriment un fort penchant pour les quartiers populaires et animés, ainsi que le logement en coopérative. Ce sont en outre les plus actives dans les domaines politiques, artistiques et écologiques : elles fréquentent les événements culturels trois fois plus que la moyenne. On trouve dans ce groupe une proportion significativement plus importante de familles diplômées universitaires (33 % vs 25 % dans l’échantillon), qui votent à gauche, dont les deux parents travaillent à temps partiel ou encore de familles monoparentales.

Les citadins individualistes

25Les citadins individualistes cherchent avant tout un environnement dense et bien connecté avec une bonne offre culturelle à proximité. Ils tiennent peu compte de la sécurité ou de la convivialité de voisinage. Un positionnement qui semble révéler un goût assumé pour les environnements urbains, ce qui les rapproche des citadins engagés, avec lesquels ils partagent certaines caractéristiques des nouvelles classes moyennes urbaines ou « gentrifieuses », tout en étant moins engagés dans le voisinage. Ces familles se déplacent plutôt en transports publics ou à vélo. Elles aspirent donc à vivre dans un lieu pratique et bien connecté en transports publics. Elles ont tendance à être plus éduquées (universitaires : 36 % vs 25 %), à voter à gauche et être bi-actives à temps partiel.

Les paisibles

26Le seul critère de localisation résidentielle des paisibles est la présence d’un environnement calme et vert. L’important pour eux est donc avant tout de trouver un logement paisible et confortable, de préférence une villa, d’où ils pourront poursuivre leurs activités essentiellement en voiture. Ces familles ont des réseaux sociaux dispersés en Suisse et ailleurs, n’ont pas d’ancrage social là où elles vivent et ne cherchent pas particulièrement à s’y engager. Elles ont en général vécu un certain temps à l’étranger ou ailleurs en Suisse dans le passé. Ce groupe se retrouve dans toutes les catégories socio-professionnelles. Le modèle sociologique se rapproche de la figure du « cosmopolite », servant la nouvelle économie mondiale et alimentant les processus de métropolisation. (Sassen, 1991).

Les communautaristes

27Les communautaristes sont très exigeants envers les trois qualités – sensibles, sociales et fonctionnelles – de leur cadre de vie. Ils valorisent plus que les autres la réputation et la sécurité du quartier, et la présence d’un tissu social traditionnel : amis, famille, travail à proximité. Ils apprécient fortement un environnement élitiste et la convivialité du voisinage.

28Plus traditionnelles, ces familles sont moins directement urbaines que les citadins engagés. Leur idéal n’est pas d’habiter en ville, mais d’être socialement ancrées. Conservatrices dans leurs valeurs, la bonne communauté est pour elles homogène plutôt qu’ouverte et mixte. Elles fréquentent de manière importante leur quartier, mais utilisent plus facilement la voiture que les citadins engagés. Ces familles communautaristes ont une plus grande proportion de personnes ayant une formation professionnelle (55 % vs 45 % dans l’échantillon) ainsi que de ménages où la femme reste au foyer. Elles tendent à voter plutôt au centre droit.

Les bourgeois

29Les bourgeois placent en haut de leurs critères de choix résidentiel le sentiment de sécurité et la réputation du quartier. Ils s’intéressent peu aux relations de voisinage et ne cherchent pas particulièrement à habiter près de leurs amis ou de leurs familles. Ces préférences indiquent une posture plutôt conservatrice et individualiste, typique des formes de relation à l’environnement construit de la bourgeoisie traditionnelle. Ces familles s’engagent peu dans la vie associative et ne fréquentent le quartier que pour leurs achats. Elles sont les seules à déclarer ouvertement préférer vivre dans un quartier chic et résidentiel plutôt que populaire et animé. Et privilégient vivre en périphérie, au calme et au vert, si possible dans une villa. Il est toutefois important pour elles d’être bien connectées, car elles combinent souvent l’usage de la voiture aux transports publics. De manière peu étonnante ces familles, qui comptent une nettement plus grande proportion de ménages dans lesquelles la femme reste au foyer, votent clairement à droite. Ce groupe se retrouve à tous les niveaux de formation sans sur-représentation. Néanmoins, les revenus supérieurs sont légèrement surreprésentés. (31 % vs 24 %)

Les champêtres ancrés 

30Les champêtres ancrés affectionnent un environnement calme et vert, socialement ancré. Ils sont très dépendants de la voiture, car ils habitent souvent en périphérie. Leur lieu de résidence idéal est un village de campagne. L’éparpillement de leurs activités quotidiennes ne les dérange pas. Ce sont des familles plutôt jeunes, qui n’ont en général jamais séjourné à l’étranger, apprécient le calme et la nature et tendent à habiter dans des communes où elles ont des attaches affectives, près de leur famille et de leurs amis. Ces familles ont une plus grande proportion de ménages ayant une formation professionnelle (55 % vs 45 %).

Les indifférents insatisfaits

31Ce type rassemble les familles qui ont un rapport plutôt passif à leur choix résidentiel. En effet, elles ne mettent pas en avant de critères prédominants dans leur choix. De l’ensemble des familles, ce sont celles qui sont le moins satisfaites de leur localisation et de leur logement. Cela pourrait être lié à un faible revenu. Cependant, nous ne trouvons pas de surreprésentation, ni en termes de revenu, ni en termes de catégories socio-professionnelles, ni en termes de formation. Par contre, ce sont nettement plus des jeunes familles ayant un statut de locataire en immeuble qui déclarent avoir trouvé rapidement ce qu’elles voulaient et qui ont un peu moins tendance à dire qu’elles seront encore là dans cinq ans. On peut dès lors peut-être émettre l’hypothèse qu’on est ici en présence de familles qui sont dans un logement qu’elles considèrent comme provisoire et qu’elles n’ont pas vraiment choisi en fonction de leur idéal.

32Il est possible de classer en deux groupes les sept modes de vie résidentiels. D’un côté, nous trouvons des idéaux-types relativement conservateurs : les « bourgeois », les « communautaristes » et les « champêtres ancrés » se rapprochant des formes de vie analysées dans le cadre de la société dite moderne. Ces modes de vie résidentiels sont caractérisés par des valeurs morales et des aspirations résidentielles conservatrices et élitistes, un rapport au territoire privilégiant l’entre-soi et des formes de vie familiales classiques. De l’autre côté, se distinguent des idéaux-types que l’on appellera « postmodernes » : les « citadins engagés », les « citadins individualistes », les « paisibles » privilégiant des valeurs d’autonomie et d’épanouissement personnel, des aspirations résidentielles conviviales et « authentiques », et des formes de vie familiales égalitaires. La diversité des modes de vie résidentiels révèle une sédimentation historique des différentes manières de se rapporter au territoire, apparues durant les siècles précédents. En d’autres termes, les transformations sociétales et économiques ont favorisé l’émergence de nouvelles formes de vie sans toutefois faire disparaître les modes de vie résidentiels antérieurs, plus traditionnels. Aux modèles d’ascension sociale classiques fondés sur la réussite matérielle répondent des modèles reposant sur l’épanouissement personnel et la critique des valeurs dites bourgeoises (Thomas, 2011 ; Thomas et Pattaroni, 2012).

Figure 10 : Les modes de vie résidentiels - résultats de l’analyse

Figure 10 : Les modes de vie résidentiels - résultats de l’analyse

Source : Thomas, 2011

  • 14 Comme variables structurelles classiques, nous choisissons de retenir le revenu et la formation.

33Nos analyses multivariées confirment que les variables horizontales constitutives des différences en matière de pratiques et de représentations, ont un plus grand pouvoir explicatif que les variables structurelles14. Au regard de nos résultats, les variables structurelles verticales ont un effet plus ambivalent dans l’explication des préférences résidentielles. À la lecture de la figure suivante, qui présente les sept modes de vie résidentiels en fonction des classes de revenu, on constate clairement que les différences de revenu jouent un rôle relativement faible dans la distribution des familles parmi les différentes classes et sont de plus rarement linéaires. D’une manière générale, l’association est faible (V de Cramer de 0,13), et chaque classe de revenu se caractérise par une gamme très large de modes de vie.

Figure 11 : Modes de vie résidentiels triés par revenu

Figure 11 : Modes de vie résidentiels triés par revenu

Source : Thomas, 2011

34Il existe toutefois certains effets qu’il est intéressant d’analyser, en particulier autour des classes moyennes (6 000-11 000 fr.). Ces dernières se concentrent un peu plus sur les modes de vie résidentiels localisés hors des villes (types 6 « Champêtres ancrés » et 7 « Paisibles »), ce qui est en accord avec les théories de la périurbanisation. Néanmoins, la partie supérieure des classes moyennes – et notamment les familles plus aisées – adopte aussi de manière plus marquée les modes de vie « citadins individualistes », « citadins engagés » et « bourgeois ». On entrevoit ici les tendances favorables à un maintien ou un retour en ville des familles des classes moyennes et aisées et, plus spécifiquement en termes de modes de vie, des familles bi-actives, pratiquant une mobilité axée autour des transports publics et dotées d’un goût pour la vie culturelle.

35Ces résultats mettent en exergue le fait que les modes de vie résidentiels ne dépendent qu’en partie du revenu. Nous retrouvons tous les modes de vie résidentiels dans toutes les classes de revenu. En d’autres termes, que l’on soit pauvre ou riche, l’on peut privilégier un mode de vie résidentiel « citadin » ou « champêtre ». À même niveau de revenu, les ménages peuvent avoir différents modes de vie résidentiels.

36Néanmoins, les modes de vie résidentiels sont construits à partir des préférences résidentielles. L’idéal-type des modes de vie résidentiels correspond-il à leur localisation réelle ? Ou au contraire y a-t-il un impact des contraintes du marché du logement et/ou des contraintes individuelles financières sur la localisation ? Jusqu’à maintenant, nous avons déconnecté les modes de vie résidentiels de leur ancrage géographique, à savoir leur localisation réelle. Quels liens peut-on finalement faire entre ces modes de vie résidentiels et leur inscription socio-spatiale dans le territoire ?

Modes de vie résidentiels, revenu et localisation

37Dans cette dernière analyse, nous montrons l’effet des contraintes du marché du logement et des contraintes financières individuelles sur la localisation, liant ainsi le mode de vie résidentiel et la localisation résidentielle effective. Nous avons démontré précédemment que le revenu seul ne peut expliquer les préférences résidentielles. Chaque classe de revenu se caractérise par une gamme très large de modes de vie. Par contre, comme l’ont montré les théories rationalistes, le revenu a un impact sur la localisation effective et le choix de son logement. Plus les ménages ont un revenu élevé, plus ils peuvent se permettre d’être propriétaires, d’avoir un logement spacieux au loyer plus élevé, et plus ils auront effectivement des chances d’habiter dans leur quartier idéal-type. Au contraire, les ménages à faible revenu seront plus fortement contraints par les mécanismes de filtrage du marché immobilier, lié notamment aux prix des loyers, et devront parfois se contenter d’habiter dans les quartiers « populaires ». L’augmentation du revenu élargit la liberté de choix des familles et accroît leur chance de trouver une localisation et un logement qui leur conviennent parfaitement. Cependant, que les ménages aient un faible revenu ou non, certains quartiers de l’agglomération n’entreront même pas en considération dans leur recherche, si ces lieux sont considérés comme des repoussoirs où ils ne voudront jamais habiter car ne correspondant pas à leur mode de vie résidentiel (par exemple, un quartier mal desservi pour les « citadins engagés » ou encore un quartier hypercentral pour les « champêtres ancrés »). Attardons-nous sur la description de la localisation de chacun de nos modes de vie résidentiels en fonction de leur revenu.

38Les quartiers idéaux-types des « citadins engagés » sont les quartiers « bohèmes » et « bourgeois-bohèmes ». Parmi les « citadins engagés » les plus aisés, près de la moitié habite dans ce type de quartier. Les moins aisés de ce groupe arbitrent pour des quartiers en frange de ville, tels que les quartiers « populaires » (en voie de gentrification probable) ou les quartiers « petits-moyens sédentaires » bien desservis par les transports publics. Ce groupe peut être qualifié de très exigeant, car même parmi les moins aisés, les quartiers « bourgeois » ou « petits-moyens » mal desservis constituent des lieux repoussoirs.

39Le quartier idéal-type pour les « citadins individualistes » est le quartier « bourgeois-bohème ». Un tiers des « citadins individualistes » les plus aisés habitent les quartiers « bourgeois-bohème », le reste se répartit dans les quartiers « populaires » (en voie de gentrification probable), « bourgeois » et « petits-moyens cosmopolites ». Les « citadins individualistes » les plus aisés sont souvent des cadres qui ont une forte exigence de mobilité. Cela explique pourquoi ils privilégieront une localisation dans les quartiers les mieux desservis en termes d’accessibilité, quitte à devoir s’installer dans des quartiers « bourgeois » ou « populaires ». Les « citadins individualistes » les plus pauvres habitent majoritairement dans les quartiers « populaires » et les quartiers « petits-moyens sédentaires » bien desservis par les transports publics.

40Les « bourgeois » privilégient les quartiers « bourgeois ». Dans toutes les classes de revenus, nous remarquons que les quartiers hypercentraux sont clairement des lieux repoussoirs pour ce groupe. Près de la moitié des « bourgeois » les plus aisés habitent dans les quartiers « bourgeois » et les villages « petits-moyens cosmopolites », leurs lieux de prédilection. Ils sont également légèrement surreprésentés dans les quartiers « petits-moyens sédentaires » mal desservis. Les plus pauvres de ce groupe sont surreprésentés dans les quartiers « populaires » et « petits-moyens suburbains sédentaires ».

41Les trois classes de revenu des « communautaristes » sont surreprésentées dans les quartiers « petits-moyens sédentaires » bien desservis. Les plus pauvres, comme les autres groupes, sont en surnombre dans les quartiers « populaires », tandis que les plus aisés sont plus présents dans les quartiers « bourgeois-bohèmes » mais aussi « bourgeois ». Les « communautaristes » sont quasiment absents des contextes qui ne sont pas du tout desservis par les transports en commun.

42Les « paisibles » les plus aisés sont surreprésentés dans les quartiers « bourgeois », « petits-bourgeois villageois sédentaires » et « cosmopolites ». Les plus pauvres sont nettement surreprésentés dans les quartiers « populaires ».

43Les « champêtres » les plus aisés sont nettement surreprésentés dans les quartiers « petits-moyens villageois ». Les plus pauvres sont aussi surreprésentés dans ce type de quartiers, mais dans une moindre mesure. Ils sont plutôt dans les quartiers suburbains sédentaires. Toutes classes de revenu confondues, aucun ménage « champêtre » n’habite dans les quartiers centraux.

44Les « indifférents » les plus aisés sont surreprésentés dans les quartiers « bourgeois-bohèmes » et « petits-moyens villageois cosmopolites ». Les plus pauvres sont en surnombre dans les quartiers « populaires ».

45Certains groupes seront très exigeants en termes de localisation, tels les « citadins engagés », les « bourgeois » et les « champêtres », tandis que d’autres seront plus flexibles : les « paisibles », les « communautaristes », les « citadins individualistes » et les « indifférents ». Ainsi, si chacun de ces modes de vie résidentiels est présent dans les différents quartiers étudiés, ils le sont à des degrés divers, et surtout, ils semblent tenus en échec dans certains cas.

Conclusion

46Dans cette partie, nous avons ainsi fait le lien entre les modes de vie résidentiels (préférences résidentielles déclarées) et les lieux réellement habités (localisation résidentielle effective). Nous démontrons ainsi que plus les ménages ont un revenu élevé, plus ils auront effectivement des chances d’habiter dans leur quartier idéal-type. En fonction de leur mode de vie (évaluation, pratiques et ressources), ils arbitreront en faveur d’un lieu de vie présentant le meilleur compromis entre leurs aspirations résidentielles idéales et les contraintes structurelles du marché immobilier. L’atteinte ou non de son idéal-type dépend ainsi de son revenu. L’ensemble des analyses présentées jusqu’ici montre que les aspirations résidentielles des habitants de l’agglomération sont assez fortement diversifiées. Il apparaît de plus que cette diversité ne peut pas être complètement expliquée par les variables structurelles comme le revenu. En d’autres termes, nous ne sommes plus dans une situation où la population a des aspirations homogènes en matière de préférences résidentielles selon sa position sociale. Au vu de nos résultats, il ne nous semble pas exagéré de dire qu’il a existé des espaces d’arbitrage voire de choix pour une majorité des ménages de nos deux agglomérations. Quel que soit leur pouvoir d’achat, certains lieux de la ville n’entreront jamais en ligne de compte. Nous pouvons conclure que les stratifications sociales classiques persistent dans l’accès à une localisation résidentielle idéale. Les contraintes sont plus ou moins importantes en fonction du revenu. Cependant, en termes d’idéaux résidentiels, de nouvelles différenciations en termes de pratiques quotidiennes, de valeurs, de représentations permettent de segmenter la société. Les choix résidentiels et les mécanismes de filtrage dépendent ainsi tout autant du revenu que de l’ensemble des pratiques et expériences de la vie quotidienne : le mode de vie.

47La typologie des modes de vie résidentiels présente l’intérêt de pouvoir estimer – de manière sommaire – l’impact de tel ou tel projet urbain et son public potentiel. Ainsi, pour garantir la réussite d’une opération ou d’une politique urbaine, les acteurs opérationnels de l’aménagement du territoire pourraient évaluer le potentiel d’accueil de leurs projets tant en termes de mixité sociale de revenu que de mixité des modes de vie, garantissant l’accès du territoire à des classes variées de revenus et de modes de vie résidentiels. L’urbanisme des modes de vie est par conséquent l’une des principales conclusions opérationnelles de cette recherche.

Bibliographie

Authier, J.-Y. (dir.) et al., 2010, Élire domicile : la construction sociale des choix résidentiels,, Presses universitaires de Lyon, Lyon.

Bagley, M. N., Mokhtarian, P. L., 2002, “The impact of residential neighborhood type on travel behavior : a structural equations modeling.” The Annals of Regional Science.

Beck, U., 1983, Risikogesellschaft : auf dem Weg in eine andere Moderne, Edition Suhrkamp. Frankfurt am Main.

Bell, D., 1973, The coming of post-industrial society : a venture in social forecasting, New York, Basic Books.

Bidou-Zachariasen, C., 1984, Les Aventuriers du quotidien : essai sur les nouvelles classes moyennes, Presses universitaires de France, Paris.

Bogenhold, D., 2001, « Social Inequality and the Sociology of Life Style : Material and Cultural Aspects of Social Stratification », American Journal of Ecomonics and Sociology, n° 60 (4), p. 829-847.

Boltanski, L., Thevenot, L., 1991, De la justification : les économies de la grandeur, Gallimard, Paris.

Bosc, S., 2008, Sociologie des classes moyennes, coll. Repères 515. Sociologie, La Découverte, Paris.

Bourdieu, P., 1979, La distinction : critique sociale du jugement. Le sens commun, Éditions de minuit, Paris.

Bourdin, A., 1984, Le patrimoine réinventé. Espace et liberté, Presses universitaires de France, Paris.

Breviglieri, M., Pattaroni, L., 2005, « Le souci de propriété : vie privée et déclin du militantisme dans un squat genevois » in Haumont, B., Morel, A. (dir.), 2005, La société des voisins : partager un habitat collectif, Ed. de la Maison des sciences de l’homme, Paris, pp. 276-289.

Brun, J., Fagnani, J., 1994, “Lifestyles and Locational Choices–Trade-offs and Compromises : A Case-study of Middle-class Couples Living in the Ile-de-France Region.” Urban Studies, vol. 31 (6), pp. 921-934.

Brooks, D., 2000, Bobos in Paradise : the New Upper Class and how They Got there, Simon & Schuster, New-York.

Cartier M., Coutant I., Masclet O., Siblot Y., 2008, La France des « petits-moyens » : Enquêtes sur la banlieue pavillonnaire, La Découverte, Paris.

Chauvel, L., 2006, Les Classes moyennes à la dérive, Seuil, Paris.

Donzelot, J., 2004, « La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification. » Esprit, n° 303, mars 2004, pp.14-39

Faure, A., 2000, L’habitant, l’État et le logement social, Rapport de recherche dans le cadre du projet Logement à qualité et à coûts maîtrisés, PUCA, Paris, 95 p.

Genard, J.-L., 2009, « Architecture et réflexivité », Les cahiers de la Cambre, n° 6

Grafmeyer, Y., 1994, Sociologie urbaine, Nathan, Paris.

Mcdowell, L. M., 1997, “The new service class : housing, consumption, and lifestyle among London bankers in the 1990s”, Environment and Planning A vol. 29 (11), pp. 2061-2078.

Ohnmacht, T., Maksim, H. et al., 2009, Mobilities and inequality. Transport and society, Ashgate, Farnham.

Pattaroni, L., Thomas, M-P. et al., 2009, Habitat urbain durable pour les familles, PNR54, EPFL, Lasur, Lausanne.

Phe, H., Wakely H., Wakely, P., 2000, “Status, Quality and the Other Trade-off : Towards a New Theory of Urban Residential Location.” Urban Studies vol. 37 (1), pp. 7-35.

Pincon, M., et Pincon-Charlot, M., 2002, Voyage en grande bourgeoisie : journal d’enquête, Presses universitaires de France, Paris.

Pinkster, F., Van Kempen, R., 2002, Leefstijlen en woonmilieu­voorkeuren, Urban and Regional Research Centre, Universiteit Utrecht, Utrecht.

Pinson, D., 1993, « L’usager de la ville » in Paquot, T., Lussault, M., Body-Gendrot, S., 1993, La ville et l’urbain, l’état des savoirs. La Découverte, Paris, pp. 233-243.

Preteceille, E, 2003, « La division sociale de l’espace francilien : typologie sociopro­fession­nelle 1999 et transformations de l’espace résidentiel 1990-1999. » Observatoire sociologique du changement, consulté le 12 mars 2014 : http://www.sciencespo.fr/osc/sites/sciencespo.fr.osc/files/DivSocIdF99.pdf

Rapoport, A., Sayegh, S. E., 2003, Culture, architecture et design. Collection Archigraphy. Témoignages. Gollion, InFolio Éditions.

Sassen, S., 1991, The global city : New York, London, Tokyo, Chichester : Princeton Univ. Press, Princeton N.J.

Smith, N., 1987, “Gentrification and the Rent Gap”, Annals of the Association of American Geographers 77 (3): 462-465.

Thevenot, L., 2006, L’action au pluriel : sociologie des régimes d’engagement, La Découverte, Paris.

Thomas, M.-P., 2011, En quête d’habitat : choix résidentiels et différenciation des modes de vie familiaux en Suisse, Thèse de doctorat sous la direction de Vincent Kaufmann. École Polytechnique Fédérale de Lausanne, Lausanne, 557 p.

Thomas, M.-P., 2013, Urbanisme et modes de vie : enquête sur les choix résidentiels des familles en Suisse, Alphil, Presses universitaires suisses, Delémont.

Thomas, M.-P., Pattaroni, L., 2012, « Choix résidentiels et différenciation des modes de vie des familles de classes moyennes en Suisse », Espaces et sociétés, n° 148-149 (1-2), pp. 111-129.

Notes

1 Recherche financée dans le cadre du Programme National de Recherche (PNR54) « Développe­ment durable de l’environnement construit », du Fonds national Suisse de la Recherche Scientifique.

2 Elles s’inspirent des travaux de Laurent Thévenot sur les régimes d’engagement (Thévenot, 2006, Breviglieri & Pattaroni, 2005).

3 Le mouvement de mai 1968 et la naissance de la contre-culture aux États-Unis sonnent la véritable éclosion de la société postindustrielle et des courants théoriques autour de la postmodernité.

4 Pour définir les classes moyennes, à l’instar de Chauvel (2006), nous proposons de retenir une définition englobante les situant autour du ménage moyen à la fois par leur position intermédiaire dans les hiérarchies sociales et professionnelles et d’autre part par un niveau de rétribution s’approchant de la moyenne.

5 Forme d’habitat intermédiaire entre la location et la propriété, gérée par des membres coopérateurs dans un esprit de solidarité, de vivre-ensemble et un sens partagé des responsabilités.

6 Ménage familial : présence d’au moins un enfant de moins de 25 ans vivant au domicile familial.

7 L’unité statistique d’analyse est le quartier dans les villes de Berne et de Lausanne et la commune dans le reste de l’agglomération. Pour plus de détails sur la méthodologie de construction des axes et de la typologie voir Thomas, 2011.

8 Les variables suivantes du recensement de la population suisse 2000 ont été intégrées dans les analyses statistiques : l’origine ; le statut d’activité ; le plus haut niveau de formation obtenu ; le taux de chômage; le type de ménage ; l’adresse auparavant (où habitiez-vous il y a cinq ans ?); le domicile au moment de la naissance ; les âges de la vie ; la catégorisation socio-professionnelle détaillée ISCO, nomenclature internationale des professions (ISCO = International Standard Classification of Occupations).

9 La définition de « bobos » – bourgeois bohème – a notamment été développée par D. Brooks, journaliste.

10 Ces trois communes suburbaines pourraient être considérées comme l’équivalent des espaces de bourgeoisie traditionnelle française très implantée dans les quartiers centraux des villes.

11 Morphologie urbaine datant des années 50-70 : en Suisse principalement des barres, petits ensembles collectifs de trois étages.

12 Afin d’observer les proximités entre les variables, nous avons eu recours à une analyse en composantes principales (ACP) sur les 19 variables ordinales de choix du quartier (sécurité routière, réputation des écoles, sentiment de sécurité, desserte par les transports publics, proximité des commerces et des services, proximité d’une gare, proximité des écoles, proximité de la vie culturelle et artistique, vie associative et socio-culturelle, diversité sociale, charme du quartier, proximité de la famille, proximité des amis, proximité du travail, calme/tranquillité, proximité d’espaces verts/nature, accessibilité en voiture, charge fiscale, réputation du quartier). Les six premiers axes factoriels sont significatifs et ont une valeur propre supérieure à 1 qui expliquent 58 % de la variance. Suite à l’ACP, nous avons réalisé une classification ascendante hiérarchique sur les six premiers axes factoriels (cluster) qui a permis de retenir une partition en sept classes. Afin de mieux pouvoir interpréter cette classification, nous avons caractérisé nos axes et nos « clusters » par nos variables illustratives « modes de vie ».

13 Pour plus de détails sur ces groupes, voir (Pattaroni, Thomas et Kaufmann, 2009 ; Thomas, 2011 ; Thomas et Pattaroni, 2012).

14 Comme variables structurelles classiques, nous choisissons de retenir le revenu et la formation.

Table des illustrations

Titre Carte 2 : Typologie des quartiers des agglomérations de Berne et de Lausanne
Crédits Source : Thomas, 2011
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/3189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 10 : Les modes de vie résidentiels - résultats de l’analyse
Crédits Source : Thomas, 2011
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/3189/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Figure 11 : Modes de vie résidentiels triés par revenu
Crédits Source : Thomas, 2011
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/3189/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search