Version classiqueVersion mobile

Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques

 | 
Sylvie Fol
, 
Yoan Miot
, 
Cécile Vignal

Première partie - Les mobilités résidentielles : déterminants et effets socio-spatiaux

Les dynamiques urbaines au prisme des mobilités résidentielles longues

François Cusin

Texte intégral

1Le thème de la métropolisation occupe aujourd’hui une place centrale dans la production scientifique consacrée à l’étude des dynamiques urbaines et territoriales. Au niveau le plus général, la métropolisation peut être définie comme un processus qui tend à renforcer la concentration des populations, des emplois et des richesses dans un nombre limité de villes (Ascher, 1995). Aujourd’hui, la concomitance de ces trois formes de concentration s’observe principalement dans les villes des pays émergents où, en quelques décennies, sont apparues ce que Dominique Lorrain (2011) appelle les « métropoles XXL » à travers un processus d’« inflation urbaine du tiers-monde » (Bairoch, 1997). Dans les pays occidentaux, la métropolisation se renforce sur le plan économique mais avec des effets démographiques beaucoup plus mesurés que par le passé, du moins sur le plan strictement quantitatif. Les métropoles, en concentrant les activités les plus créatrices de valeur ajoutée et les emplois les plus qualifiés, accroissent néanmoins leur avance économique sur les autres villes.

2Dans le registre de la compétitivité, de nombreux travaux soulignent l’avantage des métropoles à l’ère de la mondialisation. L’intégration croissante des marchés, la contraction des espaces-temps, la recomposition du rôle des États ont contribué à renforcer la concurrence directe entre les territoires. En raison des externalités d’agglomération qu’elles offrent aux entreprises (Combes, Mayer et Thisse, 2006 ; Scott et Storper, 2006), des opportunités d’« urbanisation du capital » qu’elles représentent (Harvey, 2011), des fonctions financières et directionnelles qu’elles assurent (Sassen, 1991 et 2007), de leur capacité d’innovation (Halbert, Cicille et Rozenblat, 2012), de la grande diversité de leurs ressources (Halbert, 2010), de leur insertion dans des réseaux de territoires (Veltz, 2005 et 2008) ou de leur position dominante au sein d’un « système de villes » (Pumain, 2006 a et b ; Bretagnolle, Pumain et Vacchiani-Marcuzzo, 2009 ; Paulus, 2007), les grandes métropoles et les « méga-régions urbaines » apparaissent comme les territoires gagnants de la mondialisation. Profitant de processus cumulatifs de développement, elles sont devenues les principaux lieux de la croissance économique (Thisse et Ypersele, 1999), alors que certains avaient annoncé leur déclin sous l’effet de forces de dispersion économiques et résidentielles (Berry, 1976).

3Ce registre de la compétitivité est désormais complété par celui de l’attractivité, terme dont l’utilisation a connu une croissance exponentielle depuis une quinzaine d’années, tant dans le discours des élus et des experts en développement local que dans les médias ou dans les travaux académiques. La notion d’attractivité attire l’attention sur le fait que, dans une économie ouverte où les ressources sont de plus en plus mobiles, le développement économique local peut de moins en moins être assuré de manière endogène. La compétitivité économique et les marges d’action des politiques urbaines dépendent de la capacité à faire converger toutes sortes de ressources : des capitaux, des entreprises, des emplois, des compétences, des innovations, des habitants, etc.

4Le volet résidentiel de l’attractivité occupe une place importante dans les débats et les travaux actuels. Est-ce contradictoire avec l’idée que dans les pays occidentaux, la métropolisation ne reposerait plus sur l’afflux massif de populations ? S’il y a un paradoxe, il n’est qu’apparent. L’enjeu de l’attractivité est aujourd’hui d’autant plus prégnant que les villes sont dans une situation concurrentielle et que les habitants constituent la ressource la moins mobile. On est donc bien loin de la société d’« hypermobilité » décrite par un auteur comme John Urry (2000). Si la mobilité résidentielle est un enjeu pour les territoires, ce n’est donc pas parce qu’elle se serait généralisée, mais au contraire parce qu’elle reste l’exception. De fait, la concurrence que se livrent les villes les conduit à promouvoir des formes de plus en plus sélectives d’attractivité, à grand renfort de marketing urbain (Cusin, 2012b). Il ne s’agit pas pour elles d’attirer en nombre des habitants, mais d’attirer ceux qui, en tant qu’actifs, résidents, contribuables ou consommateurs, sont susceptibles d’accélérer le développement économique local. Dans une économie où la capacité à innover est déterminante, le capital humain est perçu comme un enjeu central de la concurrence territoriale (Glaeser, 2011 ; Veltz, 2012). En outre, l’essor des emplois les plus qualifiés augmente les besoins en services moins qualifiés, que ce soit dans le domaine des services aux particuliers ou dans celui des services aux entreprises (Sassen, 1991 et 2007). L’attractivité, aussi sélective soit-elle, se double donc d’autres types de flux de populations qui constituent le plus souvent la partie immergée de l’iceberg. Enfin, l’attractivité urbaine ne se limite pas à la métropolisation. Des villes de moindre rang attirent à elles en raison du développement d’activités spécialisées. D’autres tirent leur avantage comparatif de la qualité de vie qu’elles offrent et captent des revenus en attirant de nouveaux habitants (Davezies, 2008). D’autres enfin, sans être très attractives, doivent leur stabilité démographique à l’ancrage fort de leur population.

  • 1 Cette analyse prolonge les travaux menés depuis 2010 dans le cadre du programme collectif de recher (...)

5Véritable leitmotiv des discours qui accompagnent les nouvelles stratégies urbaines, l’attractivité résidentielle reste cependant un concept flou et un phénomène rarement mesuré de manière rigoureuse (Alexandre, Cusin et Juillard, 2010 ; Cusin, 2012b). L’objectif de la première partie sera de mettre en évidence les différentes facettes de l’attractivité résidentielle à partir d’une pluralité de mesures empiriques (soldes migratoires, taux de migration, insertion dans les réseaux de mobilité résidentielle) réalisées à l’échelle des cent principales aires urbaines françaises durant la période 1999-2006 (encadré 1)1. Nous verrons comment les mobilités longues – à savoir les mobilités entrantes et sortantes enregistrées pour chacune des aires urbaines – différencient nettement les villes françaises, et comment s’opposent ou se combinent les logiques de métropolisation économique et celles de l’attractivité résidentielle. La seconde partie proposera un approfondissement de l’analyse des dynamiques urbaines à partir de l’étude des caractéristiques des personnes engagées dans les mobilités longues. Le profil des mobiles permet en effet de proposer une typologie des aires urbaines. Se distinguent ainsi les villes qui polarisent les cadres de celles qui présentent une forte spécialisation, que ce soit dans l’attraction des retraités ou des étudiants. Enfin, nous nous pencherons sur le cas des villes qui enregistrent le plus fort déficit d’attractivité, à savoir les villes à spécialisation industrielle ancienne. Cette typologie n’épuise pas la question des différenciations urbaines mais elle permet de mettre en lumière la manière dont les dynamiques résidentielles et les évolutions économiques concourent à la restructuration du territoire français.

Mesurer l’attractivité résidentielle

6Selon les indicateurs retenus, différentes facettes des dynamiques d’attractivité urbaine peuvent être mises en évidence. L’approche par les soldes migratoires discrimine fortement les aires urbaines françaises. Elle fait globalement apparaître une ligne d’opposition tranchée entre une France attractive sur le plan résidentiel et une France qui l’est beaucoup moins. Depuis plusieurs décennies, cette opposition tend à se renforcer non seulement en raison des choix de cadre de vie opérés par les ménages, mais aussi en raison des dynamiques économiques favorables au développement des emplois tertiaires dans les territoires peu marqués par un passé industriel ancien. L’approche par les flux entrants et sortants permet quant à elle de comparer la capacité des villes à attirer de nouveaux habitants et à conserver ceux déjà présents. Enfin, la mesure du poids de chacune des villes dans l’ensemble des mobilités longues conduit à passer du registre de l’attractivité résidentielle à celui de la métropolisation.

Encadré 1 : La définition des aires urbaines

D’après le zonage en aires urbaines (ZAU) établi par l’INSEE en 1999, les aires urbaines se composent de trois zones : la ville-centre, la banlieue et la couronne périurbaine. La ville-centre et la banlieue constituent un sous-ensemble appelé « pôle urbain » (unités urbaines ou agglomérations qui rassemblent plus de 5 000 emplois). Si la définition du pôle urbain repose sur le critère de la continuité du bâti, celle du périurbain renvoie aux liens fonctionnels que les navettes domicile-travail tissent entre le pôle urbain et sa frange périurbaine. Appartiennent à la couronne périurbaine d’un pôle urbain les communes dont 40 % au moins de la population active travaillent dans ce pôle ou dans les communes attirées par celui-ci (les autres communes périurbaines).

En 2010, un nouveau zonage a été établi par l’INSEE à partir des données du recensement de la population 2008. Parmi les changements que révèle ce nouveau zonage, on notera les recompositions de l’espace à l’origine de la fusion d’aires urbaines (Floch et Levy, 2011). C’est notamment le cas de Saint-Chamond, Villefranche-sur-Saône, Elbeuf et Forbach qui ont respectivement rejoint les aires urbaines de Saint-Étienne, Lyon, Rouen et Sarrebruck (Allemagne). Ces fusions ne sont pas prises en compte dans l’étude présentée ici car les travaux statistiques accomplis sont antérieurs à la publication du nouveau zonage de l’INSEE.

L’approche par les soldes migratoires : une France urbaine « coupée en deux »

  • 2 Le solde migratoire ou « solde apparent des entrées et des sorties » est calculé à partir de la par (...)

7Sur la période 1999-2006, 58 aires urbaines présentent un excédent migratoire2 tandis que les 42 autres sont déficitaires. La localisation de ces aires urbaines fait apparaître une France qui semble coupée en deux sur le plan de l’attractivité résidentielle. Cette coupure géographique suit un axe Est-Ouest qui relie l’extrémité Nord de la Haute-Savoie à l’extrémité Sud du département de la Manche (carte 1).

8Au Sud de cet axe, la très grande majorité des aires urbaines a enregistré un solde excédentaire durant la période (54 sur 62). Brest, Angers, Châteauroux, Bourges, Roanne, Saint-Étienne, Saint-Chamond et Grenoble font figure d’exception. Toulouse occupe la première place avec ses 95 200 habitants gagnés au jeu des entrées et des sorties entre 1999 et 2006. Suivent Nice, Bordeaux, Marseille-Aix, Montpellier, Toulon, Annemasse, Perpignan, Rennes et Nantes. Au Nord, mises à part Strasbourg, Colmar, Besançon et Troyes (faiblement excédentaires), toutes les aires urbaines sont déficitaires. L’aire parisienne enregistre un déficit record de 115 400 habitants, devant Lille, Douai-Lens, Dunkerque, Le Havre, Rouen et Valenciennes.

9Ces résultats renvoient à des mouvements migratoires par ailleurs observables à l’échelle régionale et à l’œuvre depuis plusieurs décennies (Baccaïni, 2007). En cinquante ans, le sens des courants migratoires a profondément changé. Des régions auparavant attractives ne le sont plus aujourd’hui. C’est le cas de toutes les régions situées au Nord de l’axe Est-Ouest. Les déficits migratoires sont particulièrement accentués dans le Nord-Pas-de-Calais, la Haute-Normandie, la Picardie, la Champagne-Ardenne et la Lorraine. Durant les années 1960, l’Île-de-France est devenue déficitaire, tandis que le Languedoc-Roussillon, le Midi-Pyrénées, l’Aquitaine, mais aussi, le Poitou-Charentes, les Pays-de-Loire, la Bretagne, ou encore le Limousin et l’Auvergne sont peu à peu devenus excédentaires. Aujourd’hui, le Languedoc-Roussillon, le Midi-Pyrénées et l’Aquitaine s’avèrent même plus attractifs que la région PACA. La Bretagne et le Poitou-Charentes ne se situent pas très loin derrière, ce qui souligne l’existence d’un tropisme Ouest. La région Rhône-Alpes et les Pays-de-Loire sont plus en retrait. En Rhône-Alpes, les villes les plus attractives se concentrent dans le nord des Alpes.

Carte 1 : L’attractivité des cent principales aires urbaines selon leur solde migratoire (en volume)

Carte 1 : L’attractivité des cent principales aires urbaines selon leur solde migratoire (en volume)

Carte conçue par Paris-Dauphine avec le logiciel Philcarto.

Source : INSEE, Recensement de la population 2006.

  • 3 Une analyse économétrique multivariée a permis de mesurer la force du tropisme sud en testant simul (...)

10Le clivage entre une France du Nord et une France du Sud, observable aussi bien à l’échelle des villes qu’à celle des régions, suggère la force d’un héliotropisme qui pousserait les ménages à quitter le Nord pour des lieux au climat plus attractif. L’héliotropisme joue à plein pour les jeunes retraités. Le tropisme sud se vérifie également « toutes choses égales par ailleurs » pour l’ensemble des ménages engagés dans des mobilités longues (Alexandre, Cusin et Juillard, 2010)3. Autrement, dit, à offre équivalente de nouveaux logements, d’équipements, de commerces de proximité et d’emplois, les aires urbaines situées plus au sud ont une attractivité supérieure aux autres. Les mobilités observées ne se limitent pas à des déplacements de très longue distance allant du nord de la France aux zones littorales du Sud : le tropisme sud agit de proche en proche. La plupart des départements et régions affichent des échanges déficitaires de population avec ceux ou celles situés plus au Sud (Baccaïni, 2007). Mais plusieurs facteurs conduisent à relativiser l’action de l’héliotropisme. La recherche d’une meilleure qualité de vie s’exprime également à travers un tropisme Ouest. À l’attrait du littoral s’ajoute celui de villes situées dans des zones globalement moins urbanisées (Baccaïni et Lévy, 2009 ; Laganier et Vienne, 2009). La recherche de densités urbaines moindres, d’une nature plus facilement accessible et de logements moins chers oriente également une partie des mobilités longues.

11La force de ce double tropisme, Sud et Ouest, s’explique en outre par les dynamiques de l’emploi. Les actifs engagés dans les mobilités longues n’empruntent pas seulement des chemins analogues à ceux qu’empruntent les vacanciers. Ils se dirigent vers les marchés du travail leur offrant des opportunités. Or, le clivage Nord-Sud recoupe celui qui oppose les territoires de tradition industrielle ancienne, aujourd’hui confrontés au déclin des activités qui avaient fondé leur attractivité aux 19e et 20e siècles, aux villes du Sud et de l’Ouest de la France qui, pour beaucoup, étaient restées en dehors du mouvement de la « première industrialisation ». Ce basculement de l’attractivité des territoires peut d’abord être interprété comme un recentrage dans le « système des villes » au profit des villes peu industrialisées (Pumain 2006 a et b), qui ont développé des activités touristiques et une forte spécialisation dans l’« économie présentielle » (encadré 2).

12Mais l’économie présentielle n’est pas seule en jeu. Le dynamisme des villes de l’Ouest et du Sud est également porté par le développement rapide des fonctions tertiaires supérieures. La forte progression des cadres des fonctions métropolitaines (CFM) dans les grandes aires urbaines (de plus de 200 000 emplois) comme Toulouse, Grenoble, Rennes, Nantes et Lyon en témoigne. Sur ce plan, Nantes et Rennes font actuellement partie des « aires métropolitaines » (encadré 3) les plus dynamiques sur le plan économique. Cette dynamique s’observe aussi dans des villes intermédiaires comme Le Mans, Vannes, La Rochelle et La Roche-sur-Yon, qui ont connu une forte progression dans le classement des villes selon la part des CFM (FNAU, 2012). Marseille-Aix offre quant à elle l’image plus contrastée d’une aire urbaine qui tend à combler son déficit de fonctions métropolitaines supérieures mais qui reste encore en retrait par rapport aux autres « aires métropolitaines ». Pour certaines aires, comme Lyon, Toulouse et Grenoble, le dynamisme économique repose également sur des spécialisations industrielles et technologiques dans des secteurs porteurs (Paulus, 2007). Montpellier illustre quant à elle le cas d’une ville qui a rattrapé son retard économique en investissant massivement, depuis les années 1980, dans l’enseignement supérieur et la recherche, ainsi que dans la valorisation à l’extérieur de cette nouvelle spécialisation (Veltz, 2008 et 2012). À l’arrivée, si Paris maintient sa prédominance en termes de fonctions métropolitaines supérieures, le rééquilibrage au profit des villes de l’Ouest et du Sud est significatif (Van Puymbroeck et Reynard, 2010). L’amélioration de la connexion à la capitale de villes comme Lyon, Bordeaux, Rennes, Nantes, Montpellier ou encore Aix-Marseille, grâce au développement des réseaux de transport (autoroutes, TGV, liaisons aériennes) a largement favorisé ce rééquilibrage.

13Le développement économique est un processus cumulatif. La création d’emplois de la « sphère productive » ou « sphère non présentielle », en moyenne plus qualifiés et mieux rémunérés (Basso, Gaudron et Morel, 2006), stimule la demande locale de services aux particuliers, donc la création d’emplois dans la « sphère présentielle » (FNAU, 2012). À cela s’ajoute le fait que, pour nombre de villes figurant parmi les plus attractives, ce nouveau dynamisme s’accompagne de politiques urbaines qui, en matière d’aménagement des espaces urbains, de reconversion des friches industrielles, de construction de logements, d’animation culturelle, participent à l’amélioration de la qualité de vie et accroissent le rayonnement de la ville (Ingallina, 2009 ; Pinson, 2010 ; Cusin, 2012b).

Encadré 2 : Sphères économiques « présentielle » et « non présentielle »

L’INSEE partitionne l’économie en deux sphères d’activités afin de rendre compte des logiques de spatialisation de l’activité (Sourd, 2012). La sphère « présentielle » (anciennement appelée « économie résidentielle ») correspond aux emplois qui répondent aux besoins en biens et services des populations effectivement présentes sur un territoire donné (qu’il s’agisse de résidents, de résidents secondaires, de navetteurs ou de touristes). La sphère « non présentielle » (anciennement appelée « économie productive ») correspond aux emplois liés à la production de biens et services majoritairement consommés hors de la zone. Elle inclut les activités de services tournées vers les entreprises qui assurent cette production. Les emplois publics se répartissent entre sphère présentielle et non présentielle. Le secteur de l’agriculture n’est en revanche pas pris en compte dans cette nomenclature.

Encadré 3 : Les métropoles au sens « d’aires métropolitaines »

Parmi les 354 aires urbaines du zonage de 1999, l’INSEE distingue douze « aires métropolitaines », sur la base du poids qu’y occupent les fonctions économiques à forte valeur ajoutée, appelées « fonctions métropolitaines supérieures » (Van Puymbroeck et Reynard, 2010 ; Brunel, 2011). Il s’agit de Paris, Lyon, Toulouse, Marseille-Aix, Bordeaux, Lille, Nantes, Nice, Rennes, Montpellier, Grenoble et Strasbourg. Ces douze aires métropolitaines concentrent cinq fonctions (conception-recherche, prestations intellectuelles, commerce inter-entreprises, gestion, culture et loisirs) à fort potentiel de développement économique et à contenu décisionnel élevé. Le nombre de « cadres des fonctions métropolitaines » (CFM), comprenant des cadres, professions intellectuelles supérieures et chefs d’entreprise, différencie nettement ce groupe de tête des autres aires urbaines. Ces métropoles ont à la fois plus de 500 000 habitants et plus de 20 000 CFM.

L’approche par les flux résidentiels entrants et sortants : le poids des métropoles

14L’analyse des soldes migratoires a permis de dresser un premier bilan de l’attractivité résidentielle des villes françaises tout en faisant apparaître d’importants contrastes dans les dynamiques territoriales. Cependant, ces soldes ne disent rien de l’ampleur des flux entrants et sortants de chaque aire urbaine. L’exploitation de la base de données Migcom de l’INSEE relative aux emménagés récents permet l’analyse de ces flux (encadré 4). En ressortent de nouvelles lignes de différenciation des villes s’appuyant à la fois sur leur capacité à attirer de nouvelles populations et sur leur capacité à retenir celles déjà présentes. L’étude des flux permet en outre de déterminer le poids des aires urbaines dans l’ensemble des circulations résidentielles. Cette mesure constitue un pas en direction d’une analyse des réseaux d’échange de populations entre les villes. Elle fait ressortir la position centrale des métropoles, Paris en tête.

Encadré 4 : Méthodologie de l’analyse de la base Migcom

La base Migcom 2006 est construite par l’INSEE à partir des données du recensement. Cette base relative aux « emménagés récents » est représentative de tous les individus âgés de 5 ans ou plus à la date du recensement, vivant en France métropolitaine et dans les départements d’Outre-Mer (Dom).

À partir de Migcom, à l’échelle de chaque aire urbaine, on peut distinguer trois ensembles de population : 1/ la population « stable » qui résidait déjà dans l’aire urbaine cinq ans auparavant ; 2/ les « entrants » qui résidaient hors de l’aire cinq ans auparavant ; 3/ les « sortants » qui ont quitté cette aire urbaine durant les cinq dernières années.

Une grande partie des entrants des aires urbaines font partie des sortants d’autres aires. Mais les 100 principales aires urbaines échangent aussi avec les aires de plus petite taille, l’espace rural, les départements d’outre-mer et l’étranger. Notons que les habitants qui ont quitté l’une des aires urbaines françaises pour l’étranger ne sont pas inclus dans la base, leur nouveau domicile n’étant pas couvert par le recensement français. Ceci conduit donc à interpréter les flux sortants avec précaution.

L’interprétation des données doit par ailleurs prendre en compte le flou qui entoure certaines situations. On connait par exemple la PCS des mobiles au moment du recensement 2006, mais pas la PCS qu’ils avaient lorsqu’ils ont déménagé. Un cadre en 2006 qui a déménagé durant les cinq dernières années a pu le faire en étant déjà cadre ou par exemple avant d’entrer sur le marché du travail, une fois son diplôme obtenu. En toute rigueur, ces deux mobilités ne sont pas équivalentes. La même incertitude plane sur l’âge ou sur le statut d’emploi (en activité/au chômage) au moment de la mobilité.

Les personnes engagées dans des mobilités longues représentent 11,4 % de la population 2006 des cent aires urbaines de l’étude ; soit 4,2 millions sur 36,7 millions d’habitants. Cinq ans auparavant, 62 % d’entre eux habitaient une autre aire urbaine, 20 % une commune de l’espace rural, 2 % un département d’Outre-mer, 5 % un autre pays de l’Union Européenne et 11 % un pays hors Union Européenne.

  • 4 Au sein de ce groupe, Annemasse et Thonon-les-Bains se différencient en raison du poids des échange (...)

15Il existe une corrélation positive entre les taux d’entrée et les taux de sortie mesurés durant la période 2001-2006. Parmi les aires qui ont un taux d’entrée non seulement élevé mais très supérieur à leur taux de sortie, on trouve notamment Annemasse, Arcachon, Thonon-les-Bains, Fréjus, Vannes, Montauban, Poitiers, Toulouse, etc. (partie droite de la figure 8)4. Ajaccio et Bastia, les deux plus attractives selon les taux de migration, obéissent à une dynamique spécifique. Comparativement à leur taille, leurs flux entrants et sortants sont de faible ampleur. Leur modèle d’attractivité repose donc sur une forte propension à retenir leurs habitants. On retrouve un modèle analogue à Toulon.

16Parmi les villes intermédiaires enregistrant des déficits migratoires, plusieurs situations sont à distinguer. D’un côté, des aires urbaines comme Creil, Évreux, Belfort, Bourges, Chartres, Beauvais, se caractérisent à la fois par des taux d’entrée et de sortie élevés. À l’opposé, Valenciennes, Douai-Lens, Dunkerque, Forbach, Calais, Le Havre, Boulogne-sur-Mer, Béthune et Maubeuge affichent des taux d’entrée et de sortie très faibles (en bas à droite de la figure 8). Leur déficit migratoire n’est donc pas dû à une hémorragie de leur population (l’ancrage s’y révèle fort), mais à leur mise à l’écart des dynamiques de flux résidentiels alliée à une très faible capacité à attirer de nouveaux habitants.

17Au sein du groupe des « aires métropolitaines », il existe plusieurs cas de figure. Toulouse possède le plus fort écart entre taux d’entrée et taux de sortie. Bordeaux et Nantes ont un profil analogue, mais avec des écarts plus faibles entre les deux taux. Toujours parmi les aires excédentaires, Montpellier et Rennes se démarquent par des taux d’entrée beaucoup plus élevés que les autres (et par des taux de sortie relativement élevés aussi). À l’opposé, Marseille-Aix et Nice se distinguent par des taux d’entrée et de sortie particulièrement bas. À l’image des villes intermédiaires du sud de la France citées plus haut, leur attractivité repose plus sur un fort ancrage local des populations, avec une capacité plus limitée à attirer de nouveaux habitants. Paris et Lille, les deux seules métropoles au solde migratoire déficitaire, se caractérisent toutes les deux par la faiblesse relative du poids de leurs flux entrants et sortants. Cette situation est particulièrement marquée pour Paris. Vu sous cet angle quantitatif, la métropolisation économique de Paris repose sur des flux quantitatifs limités au regard de son poids démographique.

Figure 8 : Position des aires urbaines en fonction de leurs taux d’entrée et de sortie (2001-2006)

Figure 8 : Position des aires urbaines en fonction de leurs taux d’entrée et de sortie (2001-2006)

Source : INSEE, Migcom 2006 – Traitements Paris-Dauphine.

18Lecture de la figure : 1/ À droite de la ligne, se situent les aires urbaines ayant un taux d’entrée supérieur à leur taux de sortie (ce qui correspond le plus souvent à au solde migratoire excédentaire, mais ce n’est pas toujours le cas en raison des différences de source statistique entre les deux indicateurs ; 2/ Le groupe central rassemble les aires dont les taux d’entrée et de sortie sont compris entre plus ou moins un écart-type de la moyenne ; 3/ Par souci de lisibilité, certains noms d’aires urbaines de l’étude n’apparaissent pas sur la figure.

19Les villes ont jusqu’ici été appréhendées à travers la comparaison de leurs dynamiques migratoires. Mais les villes ne sont pas des entités autonomes les unes des autres. Elles forment un « système de villes » (Pumain, 2006 a et b), structuré à la fois d’un point de vue hiérarchique (au sein d’une armature urbaine) et d’un point vue réticulaire (réseaux de villes). C’est à travers ce double niveau de structuration que doivent être analysées les relations d’interdépendance des aires urbaines, afin de prendre en compte les logiques de concurrence et de complémentarité qui définissent leurs trajectoires respectives, de même que la dynamique plus générale de leur co-évolution (Paulus, 2007).

  • 5 Selon l’analyse de réseau, la « centralité » d’un nœud est forte si celui-ci est relié à un grand n (...)

20À défaut de proposer une analyse des réseaux de circulation résidentielle longue, qui sera l’objet de travaux ultérieurs, on peut calculer une estimation du degré de centralité5 des aires urbaines en rapportant la somme de leurs entrées et sorties au nombre total des entrées et des sorties des 100 aires. Cet indicateur place les douze « aires métropolitaines » aux douze premières positions (tableau 13). Un autre indicateur fait clairement ressortir l’importance des métropoles dans les circulations résidentielles : durant la période, 51 % des personnes engagées dans des mobilités longues ont transité par les douze « aires métropolitaines ». Et 21,4 % de ces mobilités ont transité par Paris. Lyon (4,6 %) arrive en deuxième position, loin derrière. Suivent Toulouse, Marseille-Aix, Lille et Bordeaux. Malgré leur poids démographique, Douai-Lens (11e aire française par sa population et 23e en termes de poids dans les circuits de mobilité), Valenciennes (respectivement 19e et 37e) ou, dans une moindre mesure, Metz (respectivement 16e et 22e) sont très en retrait par rapport aux « aires métropolitaines ». Parmi les villes du nord de la France, Lille est la seule à avoir un poids dans les circulations résidentielles (6e) relativement proche de son poids démographique (4e).

  • 6 Parmi les ménages qui se sont installés dans l’aire parisienne entre 2001 et 2006, 26 % résidaient (...)

21Paris affiche certes un poids dans les mobilités longues moindre que son poids dans l’ensemble de la population des 100 aires urbaines (30 %). Comme nous l’avons vu précédemment, Paris enregistre des taux d’entrée et de sortie très bas comparativement aux autres aires urbaines. L’effet d’inertie d’une métropole de cette taille joue ici, ainsi que sa forte sélectivité à l’entrée, nous y reviendrons. Mais, cela n’empêche pas l’aire parisienne de garder son rôle de « plaque tournante » des mobilités longues, avec 835 300 entrants et 914 400 sortants entre 2001 et 2006. Même si des centralités secondaires se renforcent en France avec une organisation plus polycentrique du territoire français, Paris conserve néanmoins sa position de nœud central dans les réseaux de circulation résidentielle. En outre, la capitale est bien insérée dans les réseaux de mobilité internationale. Comme Londres ou New York, elle attire en nombre des nouveaux habitants venant de l’étranger. Le solde migratoire excédentaire avec l’étranger de l’aire parisienne compense en partie son déficit structurel dans ses échanges avec les autres régions françaises6.

  • 7 L’indicateur de poids dans les mobilités est obtenu en faisant pour chaque aire la somme des entran (...)

Tableau 13 : Cadres des fonctions métropolitaines (CFM) et indicateur du poids7 dans les mobilités des aires métropolitaines en 2006

Aire urbaine Nombre de CFM en 2006 Part des CFM en 2006 (en %) Indicateur de poids dans les mobilités (en %) Rang poids dans les mobilités
Paris 1 019 219 18,3 21,4 1
Lyon 98 024 12,1 4,6 2
Toulouse 69 151 13,7 3,5 3
Marseille- Aix 59 137 9,5 3,4 4
Bordeaux 42 559 9,5 2,9 5
Lille 49 547 9,9 2,8 6
Nantes 36 770 10,5 2,5 7
Nice 37 489 9,7 2,2 8
Rennes 27 558 10 2,1 9
Montpellier 23 374 11 2 10
Grenoble 35 186 14 1,7 11
Strasbourg 29 660 10,1 1,6 12

Source : INSEE, Migcom 2006 et recensement de la population 2006 – Traitements Paris-Dauphine

22À l’opposé, les villes ayant le plus faible poids dans les circuits de mobilité résidentielle sont de deux types. On y retrouve d’une part des villes intermédiaires qui bénéficient d’une forte dynamique d’attractivité résidentielle mais qui pèsent finalement peu à l’échelle des mobilités nationales. C’est en particulier le cas d’Ajaccio, Bastia, Menton-Monaco ou encore de Sète. Ces villes occupent une position très périphérique dans les réseaux de mobilité. Grâce à leur situation géographique et à leur spécialisation dans les activités présentielles, elles captent de petits flux (de retraités et d’employés venant travailler dans la « sphère présentielle »).

23Parmi les plus périphériques, on retrouve d’autre part les villes déficitaires du nord et du nord-est de la France (Maubeuge, Forbach, Calais, Charleville-Mézières, Saint-Quentin, Boulogne-sur-Mer, Épinal). Celles-ci se trouvent marginalisées par rapport aux principaux circuits de mobilité. Elles s’inscrivent dans des réseaux locaux de mobilité. Cela confirme que leur déficit migratoire est avant tout dû à leur faible capacité à attirer des nouveaux habitants plutôt qu’à une véritable hémorragie de leur population.

24Si la métropolisation n’implique pas nécessairement une forte attractivité résidentielle, elle est plus directement liée à la centralité au sein des réseaux d’échange de populations. Une analyse plus approfondie devrait permettre de reconstituer ces réseaux et de mesurer précisément le degré de centralité des différentes aires urbaines. Les premiers travaux exploratoires menés par l’équipe de recherche de Paris-Dauphine, dans le prolongement des travaux présentés ici, suggèrent notamment que l’avantage en termes de centralité de Paris est double : 1/ c’est la seule aire urbaine à échanger des populations avec l’ensemble des 100 autres aires ; 2/ sa centralité s’appuie sur des échanges intenses avec les onze autres aires métropolitaines, particulièrement avec Lyon et Toulouse, elles-mêmes bien reliées avec les autres villes. La capitale bénéficie donc à la fois de liens diversifiés avec l’ensemble des aires urbaines et de liens forts avec les métropoles.

  • 8 Selon le nouveau zonage des aires urbaines établi par l’INSEE, Villefranche-sur-Saône fait désormai (...)

25L’approche par les réseaux de circulation résidentielle mériterait aussi d’être couplée avec une analyse des réseaux de déplacement domicile-travail. On observe en effet une déconnexion croissante entre lieux de travail et lieux d’habitat (Davezies, 2008). Ce phénomène est marqué dans le cas de Paris qui a la particularité de concentrer plus d’emplois (22 %) que d’habitants (19 %). Environ 263 000 actifs ne résidant pas dans l’aire parisienne viennent quotidiennement y travailler (FNAU, 2012). Or ce chiffre ne s’explique pas seulement par la dilatation des territoires urbains qui nourrit un étalement diffus et une rurbanisation des zones entourant l’Île-de-France. La métropolisation conduit également à la mise en réseau de son pôle d’emplois avec des bassins d’habitat situés dans des villes satellites comme Senlis ou Creil. Il en va de même pour Marseille-Aix qui attire dans son orbite Salon-de-Provence, ou pour Lyon avec Villefranche-sur-Saône et Saint-Étienne8. L’intensification des navettes quotidiennes entre les pôles d’emplois et les villes qui gravitent autour, voire des villes beaucoup plus éloignées, témoignent du renforcement des « systèmes métropolitains » qui débordent de plus en plus le cadre géographique des aires urbaines pour se situer désormais à une échelle régionale, voire interrégionale. Émerge ainsi l’image d’une « métropolisation élargie » articulant des territoires proches et des territoires plus lointains (FNAU, 2012).

26Cette facette de la métropolisation explique pourquoi la hiérarchie économique des villes se renforce au sommet sans nécessairement que les migrations ne suivent dans des proportions équivalentes. L’intégration fonctionnelle croissante des villes se réalise sur la base de formes diversifiées de mobilité. La mobilité résidentielle n’en constitue qu’une des modalités possibles, à côté des déplacements professionnels, des communications et des échanges d’information à distance. Pour un nombre croissant d’actifs, l’ancrage géographique peut en effet être couplé à des déplacements domicile-travail longs ou à des formes de nomadisme professionnel. Ce découplage croissant entre lieux de travail et lieux de résidence contribue à expliquer le décalage entre l’attractivité économique et l’attractivité résidentielle de Paris. Si le développement des réseaux de transports rapides est de nature à stimuler le développement de villes intermédiaires ou des zones rurales ayant une bonne accessibilité, la métropolisation s’en trouve in fine confortée. Comme le souligne Anne Bretagnolle : « les nouveaux tracés sillonnent le monde à chaque époque, en creusant des déformations déjà établies » (Bretagnolle, 2009, p. 128). Les progrès en matière de transports ou de moyens d’information contribuent ainsi à renforcer les hiérarchies urbaines plutôt qu’à les affaiblir.

Profils de mobiles et profils de villes

27Jusqu’ici, la question des mobilités résidentielles a été abordée d’un point de vue quantitatif. Cependant, les aires urbaines ne se différencient pas seulement par leur capacité à attirer et à conserver des populations ou à s’insérer dans les circuits de mobilité. Elles se différencient également en fonction du profil socio-démographique de leurs entrants et sortants. L’étude du profil des mobiles permet d’esquisser celui des aires urbaines et de prolonger ainsi l’analyse des ressorts des mobilités longues.

28Les aires qui captent prioritairement des flux de cadres, en premier lieu les métropoles, se distinguent des autres aires urbaines. La spécialisation dans l’accueil des retraités ou celui des étudiants repose sur d’autres modèles d’attractivité. Enfin, les villes à spécialisation industrielle constituent un type bien à part. Cette première approche n’épuise pas la question des spécialisations urbaines et des formes d’attractivité résidentielle. Par exemple, la spécialisation dans les hautes technologies (les télécom­munications à Lannion, le génie pétrolier et l’aéronautique à Pau) ou dans les services (la banque et l’assurance à Niort) débouche également sur des modèles d’attractivité sélective (Sourd, 2010) qui mériteraient une analyse spécifique.

  • 9 D’après les données de la base Migcom, les cadres et professions intellectuelles supérieures représ (...)

29Le profil des entrants contribue à modifier la structure sociale des villes. Inversement, cette structure sociale influe sur la propension des habitants à la mobilité sortante. Toutes les catégories de population n’ont en effet pas la même propension à la mobilité (Bonvalet et Brun, 2002). De manière générale, la mobilité résidentielle diminue avec l’avancée dans le cycle de vie. Elle augmente en revanche avec le revenu et, plus encore, avec le niveau de diplôme (Gobillon, 2001 ; Debrand et Taffin, 2005 et 2006). Parmi les actifs, ce sont les cadres et les professions intellectuelles supérieures qui enregistrent les taux de mobilité les plus élevés, et les ouvriers les taux les plus faibles. Enfin, les propriétaires sont beaucoup moins mobiles que les locataires (Couet, 2006). Dans le cas des mobilités longues, les différences de propension à la mobilité des groupes sociaux sont plus prononcées encore que pour les mobilités internes aux aires urbaines (Collet, Cusin et Juillard, 2011)9.

Des métropoles qui captent les flux de cadres

  • 10 Annemasse profite de sa situation frontalière et de son intégration à l’aire urbaine de Genève. Dan (...)

30Durant les quatre dernières décennies, les « aires métropolitaines » ont connu une tertiairisation plus rapide que les autres (Paulus, 2007). Elles se distinguent aujourd’hui très nettement par leur capacité à attirer des cadres et des professions intellectuelles supérieures. Compiègne, Belfort et Annemasse rejoignent également ce groupe de tête10. Comme le montre la figure 9, la surreprésentation des cadres parmi les entrants est maximale à Paris (34 %), suivie de près par Grenoble (32 %). Lille, Lyon et Toulouse affichent quant à elles une part de cadres d’environ 28 %. Bordeaux et Nice ferment la marche des aires métropolitaines avec environ 23 %. Toutes ces aires urbaines affichent également une part importante de cadres parmi les sortants. Ceci s’explique par la structure de leur population, à savoir la surreprésentation locale de cette PCS qui s’avère être la plus mobile. Paris et Toulouse sont les aires les plus bénéficiaires en termes de solde migratoire des cadres.

31La mesure du poids des douze « aires métropolitaines » dans les mobilités de cadres montre de manière plus nette encore l’effet de polarisation des cadres relativement aux autres catégories de mobiles. Sur les 600 000 cadres et professions intellectuelles supérieures engagés dans une mobilité longue entre 2001 et 2006, 63 % se sont répartis entre ces douze aires urbaines, contre 50 % des mobiles. Paris a capté plus de 30 % des cadres mobiles, soit 183 000 personnes durant la période (elle en a perdu 125 000 dans le même temps). Suivent dans l’ordre, Lyon, Toulouse, Marseille-Aix, Bordeaux, Nantes, Lille, Nice, Rennes, Grenoble, Montpellier et Strasbourg.

  • 11 Paris possède un solde naturel record (+6,4 %), à comparer avec son déficit migratoire (-1 %).

32La capacité de Paris à attirer des cadres, à la fois en nombre et en proportion des entrants, ainsi que son solde très excédentaire pour cette catégorie de la population, tranche avec son déficit migratoire structurel (Berger, 2011). Paris se distingue également des autres aires métropolitaines françaises en raison de la part importante d’employés (notamment en provenance de l’étranger) parmi les entrants. À l’image d’autres « villes globales », Paris concentre à la fois la main-d’œuvre la plus qualifiée et la main-d’œuvre moins qualifiée employée dans l’industrie des services (Sassen, 1991). Son solde migratoire est en outre très excédentaire pour les jeunes et les diplômés (Biasi et Beaufils, 2010). Non seulement Paris forme du capital humain, mais elle a aussi une forte capacité à l’« importer », d’autant que, pour les cadres et professions intermédiaires, elle offre plus de chances de connaître une trajectoire professionnelle ascendante (Brutel, Jegou et Rieu, 2000). In fine, Paris concentre 50 % des emplois de cadres des « fonctions métropolitaines », ou encore, selon une autre nomenclature, 45 % des emplois des industries créatives françaises (Camors, Omont et Soulard, 2011 ; Omont, 2011). Le modèle d’attractivité de l’aire parisienne est donc très sélectif. Compte tenu de sa tendance structurelle à attirer des jeunes et à refouler des actifs plus âgés et des retraités, ce modèle fondé sur l’attractivité économique stimule la croissance démographique, en dépit de son déficit migratoire global11. Paris refoule aussi en nombre des employés, des ouvriers, des professions intermédiaires et des cadres (principalement des familles). Pour un nombre croissant d’entrants, notamment cadres ou professions intermédiaires, Paris ne constitue qu’une étape de leur parcours résidentiel (Biasi et Beaufils, 2010). Après y avoir fait leurs études, trouvé leur premier emploi, progressé sur le plan professionnel ou y avoir achevé leur carrière, nombre de ménages quittent la région capitale pour d’autres horizons offrant une meilleure qualité de vie, un coût de la vie moins élevé et/ou des opportunités d’emploi (Davezies, 2008 ; Cusin et Juillard, 2010 ; Cusin, 2012a).

33Le modèle de métropolisation de Toulouse est aujourd’hui celui qui se distingue le plus nettement de celui de Paris. Il est porté par une forte spécialisation économique dans des secteurs très porteurs (au premier rang desquels le secteur aéronautique). Toulouse enregistre actuellement la plus forte progression de cadres de fonctions métropolitaines supérieures, devant Nantes, Lille, Rennes, Niort, Clermont-Ferrand, Brest, Le Mans, Caen et Vannes (FNAU, 2012). À la différence de Paris, l’attractivité de Toulouse s’avère moins sélective. La part des cadres parmi les entrants y est en effet plus faible. Bénéficiant d’une bonne image, d’un environnement urbain moins dense et d’un coût de la vie moins élevé, Toulouse conjugue métropolisation économique et dynamique migratoire fortement excédentaire. La dynamique de Montpellier s’en rapproche, mais sa spécialisation est davantage tournée vers la recherche et l’économie « présentielle » (liée à l’afflux de retraités) que vers l’« économie productive ». La moindre propension de Nice et de Marseille-Aix à attirer des diplômés s’explique, pour la première, par le poids de sa spécialisation résidentielle et touristique et, pour la seconde, par le développement encore insuffisant des fonctions métropolitaines supérieures.

Figure 9 : Part des cadres parmi les entrants et les sortants (en %) sur la période 2001-2006

Figure 9 : Part des cadres parmi les entrants et les sortants (en %) sur la période 2001-2006

Source : INSEE, Migcom 2006 – Traitements Paris-Dauphine.

Les villes spécialisées dans l’accueil des retraités

34La carte de l’attractivité résidentielle que dessinent les mobilités longues des retraités correspond à celle de l’attractivité touristique (Paris non compris). Ces territoires sont prisés pour leur qualité de vie (climat, bord de mer, proximité des zones rurales, etc.). En dehors de Bergerac et de Vichy, les aires les plus attractives se situent à proximité des littoraux méditerranéens (Fréjus, Sète, Béziers, Toulon, Perpignan, Menton-Monaco, Nice, Alès, Ajaccio) et de la façade atlantique (Arcachon, Bayonne, Saint-Nazaire et Vannes) (tableaux 14 et 15). Fréjus et Arcachon se distinguent nettement avec respectivement 28 % et 20 % de retraités parmi les entrants. À l’opposé, Paris, Lyon, Lille, Strasbourg et Grenoble sont les moins attractives pour cette catégorie de population. Les aires spécialisées dans l’accueil des retraités figurent toutes parmi les plus attractives.

  • 12 Pecqueur et Talandier (2011) soulignent la distinction à faire entre la « base ou économie résident (...)

35À travers leurs choix de localisation, les retraités contribuent (avec les résidents secondaires, les navetteurs et les touristes) à ce que Laurent Davezies (2008) appelle la « circulation invisible des richesses », depuis les territoires les plus productifs (d’où ces ménages viennent le plus souvent) vers leur nouveau lieu d’ancrage. Ces flux de revenus extérieurs dont les nouveaux entrants sont les vecteurs se traduisent par une augmentation de l’emploi dans la « sphère présentielle » lorsqu’ils sont dépensés localement12. C’est pourquoi, pour les élus locaux, la capacité à attirer de nouveaux habitants aisés est de plus en plus perçue comme un levier du développement territorial, et ceci d’autant plus lorsque les possibilités de développement de la « sphère productive » apparaissent plus limitées.

  • 13 Pour Laurent Davezies (2008), cette tendance contribue, avec les mécanismes de redistribution socia (...)

36Laurent Davezies souligne deux types de problèmes résultant du déve­loppement de cette forme d’attractivité résidentielle. D’abord, ce développement est de nature à pénaliser les territoires productifs qui voient partir des populations avec les retraites et le patrimoine qu’ils y ont accumulé. Ce phénomène est renforcé par les mobilités de tourisme et celles liées à la possession d’une résidence secondaire13. En outre, ce modèle d’attractivité n’est pas sans poser des problèmes en termes d’équilibre à la fois économique, social et démographique des territoires qui accueillent les retraités. Du fait du vieillissement de leur population locale, des aires urbaines comme Bayonne, Béziers, Alès, Arcachon, Bergerac, Vichy ou Menton-Monaco possèdent aujourd’hui un solde naturel négatif. D’autres, comme Perpignan, Ajaccio, Fréjus, Toulon, Sète et Nice ont enregistré un solde naturel faible (moins de 1 %) durant la période 1999-2006. Leur croissance démographique se réalise donc aujourd’hui au prix d’un déséquilibre croissant de leur pyramide des âges. Et comme les retraités sont aussi des électeurs, la tentation est forte pour les élus de satisfaire leurs demandes plutôt que d’investir dans des équipements ou des services à destination de populations plus jeunes. En outre, cette attractivité se traduit par une hausse des prix immobiliers nettement supérieure à la moyenne, d’autant que les retraités ont un fort pouvoir d’achat immobilier (Alexandre et Juillard, 2012). L’éviction par les prix immobiliers des populations locales est particulièrement forte à Nice (Cusin et Juillard, 2012 ; Cusin, 2013). À cela s’ajoute la difficulté que rencontrent les saisonniers pour se loger. Bien qu’elles bénéficient de la manne touristique et résidentielle, les villes spécialisées dans l’accueil des retraités sont donc confrontées au problème des inégalités sociales et de l’exclusion. Dans l’ensemble du pourtour méditerranéen, elles affichent des taux de chômage et une proportion de Rmistes importants (Marchand, 2010 ; Dumont, 2011). Peu diversifiés, les marchés locaux de l’emploi ne permettent pas d’absorber tous les actifs que ces villes attirent. Montpellier en fournit un bon exemple.

Tableau 14 : Les 15 aires urbaines ayant la plus forte part de retraités durant la période 2001-2006

Aire urbaine Part des retraités parmi les entrants
(en %)
Taux de migration
(en %)
Rang attractivité
Fréjus 27,6 10,2 6
Arcachon 20,4 12,2 3
Bergerac 18,4 6,0 21
Sète 18,0 10,9 4
Béziers 17,6 9,2 9
Vichy 16,4 3,6 36
Toulon 16,3 5,1 27
Perpignan-Monaco 15,7 10,1 7
Menton-Monaco 15,6 7,2 16
Nice 15,1 5,9 22
Bayonne 15,1 7,6 15
Saint-Nazaire 14,5 5,6 24
Alès 14,4 7,7 14
Vannes 13,7 8,8 10
Ajaccio 12,7 19,3 1

Source : INSEE, Migcom 2006 et recensement de la population 2006.Traitements Paris-Dauphine.

Tableau 15 : Les aires urbaines ayant la plus forte croissance démographique entre 1999 et 2006

Aire urbaine Évolution de la population en (en %) Solde naturel (en %) Taux de migration
(en %)
Ajaccio 19,9 0,7 19,3
Annemasse 14,9 4,4 10,5
Bastia 14,9 1,1 13,8
Toulouse 14,3 4,4 9,9
Vannes 12,6 3,8 8,8
Thonon-les-Bains 11,4 3,0 8,4
Sète 11,3 0,4 10,9
Montpellier 11,0 4,2 6,8
Perpignan 10,9 0,8 10,1
Arcachon 10,9 -1,3 12,2
Fréjus 10,7 0,5 10,2
Nîmes 10,1 3,1 7,0
Rennes 9,7 5,6 4,1
Agen 9,5 1,7 7,8
Montauban 9,3 2,8 6,5
Béziers 8,9 -0,3 9,2

Source : INSEE, Migcom 2006 et recensement de la population 2006. Traitements Paris-Dauphine.

Les villes étudiantes : une attractivité paradoxale

37Avec plus d’un demi-million d’étudiants, Paris est la première ville étudiante française et européenne. Elle concentre 46 % des étudiants français âgés de 18 à 24 ans (Brutel, 2010). Lyon, Toulouse et Lille sont respectivement en 2e, 3e et 4e positions. À l’exception de Nice, les douze aires métropolitaines occupent les premières places en termes de nombre d’étudiants. La polarisation des étudiants va donc de pair avec la métropolisation.

38La mesure de la part des étudiants dans la population des aires urbaines révèle une autre hiérarchie qui fait ressortir les villes à forte spécialisation dans l’offre de formations supérieures. Parmi les vingt premières de ce classement, douze ne sont pas des « aires métropolitaines » (tableau 16). Poitiers est à la fois l’aire qui comprend la part la plus importante d’étudiants dans sa population et dans les entrants durant la période 1999-2006.

39Si le statut de ville étudiante est un élément de rayonnement et permet de bénéficier de flux réguliers d’entrants, il ne suffit pas pour avoir une attractivité globale. Au sein des vingt aires urbaines les plus attractives pour les étudiants, la moitié seulement présente un solde migratoire excédentaire. Une analyse économétrique menée sur les cent principales agglomérations françaises confirme ce résultat. Toutes choses égales par ailleurs, la densité d’établissements d’enseignement supérieur est corrélée négativement avec l’attractivité résidentielle (Alexandre, Cusin et Juillard, 2010). Comment expliquer ce paradoxe ? Pourquoi Nancy, Grenoble, Lille, Reims, Amiens, Dijon, Rouen, Caen, Angers ou Brest ne concrétisent-elles pas en termes d’attractivité globale leur spécialisation dans la formation du capital humain, pourtant décisive dans une économie de plus en plus axée sur la connaissance et l’innovation ? Les réponses varient selon les cas. Certaines de ces villes étudiantes sont touchées par une perte d’attractivité liée aux effets de la désin­dustria­lisation. Leur part importante d’étudiants parmi les entrants n’est pas seulement le résultat de leur offre de formations supérieures, mais également la conséquence d’une faible capacité à attirer des actifs (Julien, Laganier et Pougnard, 2001). De plus, en raison de leur forte dépendance à l’évolution des flux étudiants, certaines d’entre elles, comme Reims, Metz ou Amiens, se trouvent aujourd’hui déstabilisées par la baisse des effectifs universitaires, particulièrement dans les formations généralistes.

40Plus globalement, les villes à forte spécialisation étudiante forment des jeunes dont les plus diplômés ont une propension élevée à s’engager dans des mobilités longues à la fin de leurs études. L’offre de formation, même de haut niveau, ne suffit pas pour fidéliser les diplômés si le marché local du travail est de taille insuffisante. Les villes en question voient ainsi ces compétences partir vers les bassins d’emplois plus importants. C’est particulièrement le cas de Nancy, Dijon, Reims, Angers, Amiens, Brest ou Caen qui possèdent des soldes migratoires négatifs. Des métropoles comme Grenoble, Rennes ou Montpellier affichent également un nombre élevé d’étudiants qui deviennent cadres ailleurs (Collet, Cusin et Juillard, 2011). À la différence des villes spécialisées dans l’accueil des retraités qui capitalisent leur attractivité au plan démographique, les villes étudiantes ne représentent pour beaucoup qu’une étape dans le parcours résidentiel. Elles s’inscrivent plus dans une relation de complémentarité avec les principaux bassins d’emplois qualifiés que dans une relation de concurrence avec eux. Et c’est l’un des enjeux des stratégies locales de développement des pôles de compétitivité que d’améliorer les synergies entre organismes de formations et tissu d’entreprises afin de retenir les plus diplômés.

Tableau 16 : Les 20 aires urbaines ayant la plus forte part d’étudiants dans la population

Aire urbaine Part des étudiants dans la population totale (en %) Part des étudiants dans les entrants
(en %)*
Taux de migration
1999-2006
(en %)
Poitiers 8,6 36 4,5
Montpellier 8,1 31 6,8
Rennes 7,7 28 4,1
Nancy 7,6 38 -1,5
Grenoble 7,1 28 -1,5
Besançon 6,8 31 0,8
Dijon 6,7 29 -0,8
Reims 6,5 32 -3,3
Angers 6,5 30 -0,5
Toulouse 6,5 26 9,9
Amiens 6,1 31 -2,5
Lille 5,8 31 -3,5
Clermont-Ferrand 5,8 31 2,0
Strasbourg 5,7 29 0,2
Bordeaux 5,6 27 4,9
Tours 5,6 26 2,0
Limoges 5,3 28 3,7
Nantes 5,3 23 2,4
Brest 5,3 23 -0,8
Caen 5,2 24 -0,3

Source : INSEE, Migcom 2006 et recensement de la population 2006 – Traitements Paris-Dauphine.

*Cette part a été calculée à partir de la variable des ménages dont le chef est étudiant.

Les villes industrielles : une décroissance limitée par l’ancrage des populations

41Depuis la fin des Trente glorieuses, le mouvement de désin­dustriali­sation de l’économie française se traduit à la fois par la baisse tendancielle de l’emploi industriel et par la diminution de la part de l’industrie dans le PIB (Demmou, 2010). La concurrence des pays à bas coût en main-d’œuvre a conduit à la fermeture de nombreux sites de production en raison de la cessation d’activité des entreprises et à la suite de la délocalisation à l’étranger d’une partie de celles-ci. La nouvelle division internationale du travail a particulièrement touché les villes à forte tradition industrielle du nord de la France, du couloir rhodanien et de la Normandie, entrainant des destructions massives d’emplois. Mais la mondialisation de la production n’est pas seule en cause. Les gains de productivité résultant des progrès technologiques et les transformations des modes d’organisation des entreprises y sont aussi pour beaucoup (Krugman, 1996 ; Demmou, 2010).

42À l’échelle nationale, une partie de la baisse des emplois dans l’industrie a été compensée par l’augmentation des emplois dans les services à mesure que les grandes entreprises industrielles ont externalisé une partie de leurs activités (Veltz, 2008 ; Van Puymbroeck et Reynard, 2010). Mais cette tendance est très variable selon les territoires. Dans les territoires spécialisés dans les industries de pointe, à forte valeur ajoutée et à haut degré technologique, l’effet de substitution a joué, entrainant la création d’emplois dans les services aux entreprises. C’est le cas de Paris, Lyon ou Toulouse qui ont pu profiter de cette dynamique. En revanche, les villes qui ont acquis une forte spécialisation économique lors de la « première révolution industrielle », comme Douai-Lens, Thionville, Saint-Étienne ou encore Valenciennes, sont restées très en retrait par rapport à cette dynamique de tertiarisation de l’emploi. La reconversion économique de ces villes s’avère d’autant plus difficile que leur économie reposait sur des emplois peu qualifiés, donc facilement délocalisables. Mise à part Lille qui a été la première à s’engager sur la voie de la reconversion, les villes industrielles profitent en outre peu de l’essor de l’économie des savoirs et des loisirs (Paulus, 2007). L’emploi reste majoritairement peu qualifié et les taux de chômage élevés (Basso, Gaudron et Morel, 2006). À cela s’ajoute un déficit d’image lié à leur passé industriel, au caractère très urbanisé de leur territoire et à leur situation géographique.

43Peu attractives pour les cadres, les retraités et les touristes, les villes à forte spécialisation industrielle peuvent difficilement compenser leur déclin productif par le développement de leur économie « présentielle ». Elles enregistrent d’importants déficits migratoires. Les aires où l’emploi industriel reste prédominant, comme Dunkerque, Maubeuge, Mulhouse, Forbach, Belfort, Valenciennes ou Le Havre, affichent un solde migratoire déficitaire pour les actifs de l’industrie (tableau 17). Cette situation contraste avec celle des aires urbaines qui bénéficient du redéploiement des activités industrielles sur le territoire français. Cluses ou Elbeuf, auxquelles s’ajoutent des aires où l’emploi industriel est moins prédominant, comme Toulouse, Annemasse, Pau, Annecy, Thonon-les-Bains, Villefranche-sur-Saône, Saint-Nazaire ou même Nice, attirent aujourd’hui plus d’actifs de l’industrie qu’elles n’en perdent. Toulouse, Saint-Nazaire et Pau ont même vu le nombre des emplois industriels augmenter entre 1999 et 2008.

44Pour certaines villes industrielles, le déclin économique s’accompagne d’un déclin démographique. Durant la période 1999-2006, celui-ci est particulièrement prononcé à Forbach, Maubeuge, Charleville-Mézières et Dunkerque (tableau 18). Parmi les cent plus grandes aires urbaines françaises, seize font partie de ce que les anglo-saxons appellent les « shrinking cities ». Et pour quinze d’entre elles, ce déficit est imputable au déficit migratoire. Mais leur situation n’est pas aujourd’hui comparable aux villes industrielles allemandes et américaines en déclin. Les contextes sont à bien des égards différents. Dans le cas allemand, le déficit d’attractivité des villes de l’Est se conjugue avec un déficit du solde naturel dans un contexte de vieillissement de la population (Cunningham-Sabot et Fol, 2007 ; Roth, 2011). Au contraire, les villes françaises en déclin industriel ont des soldes naturels positifs. En particulier, celles du nord de la France possèdent une population plus jeune que la moyenne nationale (tableau 18). C’est en revanche moins le cas pour les villes du couloir rhodanien (Saint-Étienne, Roanne). Montluçon, dans le centre de la France, a quant à elle un solde naturel négatif.

  • 14 L’article de Cécile Vignal, dans le présent ouvrage, fournit une analyse détaillée des ressorts de (...)

45Dans le cas américain, le déclin industriel s’est traduit par une véritable hémorragie de population. Les villes de la Rust Belt, comme Detroit, Buffalo, Cleveland, Pittsburg ou Saint-Louis ont en effet perdu plus de la moitié de leurs habitants depuis la fin des années 1950, notamment au profit de la Sun Belt (Bretagnolle, 2009 ; Glaeser, 2011). La meilleure capacité des villes françaises à résister au déclin conduit à s’interroger sur les forces de l’ancrage résidentiel et territorial de populations confrontées à la suppression ou à la délocalisation de leur emploi. Plusieurs raisons sont susceptibles d’expliquer cet ancrage : l’attachement au lieu et aux liens de proximité (familiaux et amicaux), les ressources identitaires et relationnelles que constitue le territoire (Vignal, 2005 ; Fol, 2010). La force de l’ancrage varie selon l’appartenance sociopro­fession­nelle, la position dans le cycle de vie, le fait d’être propriétaire ou de disposer d’un logement social. En particulier, pour les plus exposés aux suppressions d’emplois ou à leur relocalisation dans une autre région, la stratégie d’adaptation peut conduire à favoriser la sédentarité plutôt que la mobilité résidentielle14. Et ceci d’autant plus qu’ailleurs leur horizon tant professionnel que résidentiel apparaît incertain (Authier, 2010). Pour les moins diplômés, la mobilité est plus coûteuse en raison du capital relationnel que procure l’ancrage localisé, que ne peut compenser le capital économique ou scolaire en cas de changement de ville ou de région (Baccaïni, 2001 ; Gobillon, 2001 ; Vignal, 2005). Dans un contexte de montée des incertitudes professionnelles, l’ancrage local et l’investissement dans le logement correspondent pour nombre de ménages à une logique de sécurisation (Cusin, 2012a).

46Contrairement au cas américain où la mobilité résidentielle de longue distance est structurellement plus forte, les ménages français qui changent de villes restent majoritairement dans la même région. Laurent Davezies (2012) souligne que les ménages qui quittent les territoires en difficulté vont vers les territoires un peu plus dynamiques mais proches (Lille, Reims, Nancy), et beaucoup plus rarement vers les villes les plus dynamiques (Toulouse, Nantes et Rennes). Les circuits de mobilité restent donc très locaux. C’est pourquoi on trouve peu de « réfugiés économiques » dans les métropoles les plus actives, selon la formule de Davezies (2012). Ceci suggère l’existence d’un « effet de barrière », à la fois géographique, sociologique et résidentiel (Baccaïni, 2007).

47Au-delà des différences culturelles entre Français et Américains, le rôle des politiques publiques et leurs effets sur les mobilités résidentielles longues sont à prendre en compte. Là où les États-Unis mettent plus volontiers en œuvre des politiques d’incitation à la mobilité des actifs (Bacqué et Fol, 2007), la France investit nettement plus dans ses territoires à travers des politiques publiques (financement d’équipements publics, construction de logements sociaux, politiques de la ville et de rénovation urbaine). Par ailleurs, les emplois publics, les services publics ou encore les politiques de redistribution constituent autant d’amortisseurs des chocs économiques structurels et conjoncturels. L’État-providence à la française résiste malgré un contexte général de libéralisation des économies (Chenu et Herpin, 2006). Ceci est loin d’être neutre du point de vue de l’ancrage résidentiel et de la capacité de résistance des villes industrielles en difficulté. Au contraire, les villes industrielles américaines en déclin ne bénéficient pas des mêmes filets de protection. Au bord de la faillite, elles ont vu leurs services urbains se dégrader et elles se sont vidées de leurs classes moyennes et supérieures, d’où un renforcement de la spirale du déclin et de la désorganisation sociale (Glaeser, 2011).

Tableau 17 : Migrations des actifs de l’industrie dans les 15 aires les plus industrielles durant la période 2001-2006

Aire urbaine Part des actifs de l’industrie parmi les actifs entrants
(en %)
Part des actifs de l’industrie parmi les actifs sortants
(en %)
Solde migratoire des actifs de l’industrie
(en volume)
Taux de migration 1999-2006
(en %)
Évolution de l’emploi industriel 1999-2008
(en point)
Cluses 26,3 24,3 482 1,8 -11,4
Montbéliard 25,5 23,0 -18 -3,1 -9,4
Elbeuf 23,5 19,2 423 -0,8 nd
Maubeuge 20,9 14,9 -232 -6,2 -5,6
Forbach 19,2 20,7 -223 -4,4 nd
Saint-Chamond 19,1 15,9 39 -3,4 nd
Roanne 16,7 17,5 -56 -1,8 -8,8
Mulhouse 19,7 21,1 -626 -1,2 -5,8
Dunkerque 21,2 16,1 -438 -5,9 -2,8
Compiègne 18,2 17,3 -12 -2,2 -5,2
Valenciennes 18,7 15,1 -56 -2,9 -1,9
Cherbourg 16,7 15,7 -53 -4,4 -3
Belfort 19,1 19,1 -230 -1,0 -3,5
Villefranche-s/S 15,7 17,5 10 2,5 nd
Béthune 15,1 15,6 -114 -1,7 -6,3

Source : INSEE, Migcom 2006 et recensement de la population 2008 – Traitements Paris-Dauphine.

Tableau 18 : Les aires urbaines en déclin démographique entre 1999 et 2006

Aire urbaine Évolution de la population
(en %)
Solde naturel (en %) Taux de migration
(en %)
Forbach -3,5 0,9 -4,4
Maubeuge -2,9 3,3 -6,2
Charleville-Mézières -2,6 2,9 -5,5
Dunkerque -2,2 3,7 -5,9
Saint-Quentin -2,2 2,8 -5,0
Le Havre -2,0 3,3 -5,3
Boulogne-sur-Mer -1,4 3,2 -4,6
Douai-Lens -1,1 2,8 -3,8
Cherbourg -1,1 3,3 -4,4
Roanne -0,9 0,8 -1,8
Saint-Étienne -0,9 1,9 -2,8
Montluçon -0,5 -1,2 0,6
Saint-Chamond -0,5 2,9 -3,4
Montbéliard -0,2 2,9 -3,1
Valenciennes -0,2 2,7 -2,9
Calais -0,03 4,6 -4,6

Source : INSEE, recensement de la population 2006 – Traitements Paris-Dauphine.

Conclusion

48Nous l’avons vu, les mobilités résidentielles constituent un révélateur des dynamiques territoriales. L’analyse de différents indicateurs d’attractivité rési­dentielle permet d’appréhender la manière dont se différencient les villes françaises. Les combinaisons entre attractivité économique et attractivité résidentielle sont variables. D’une part, les métropoles se différencient nettement des aires urbaines dont les principaux ressorts d’attractivité sont liés au développement d’une « économie présentielle » (accueil de retraités, de résidents secondaires et de touristes) ou à une spécialisation universitaire. Au sein même du groupe des « aires métropolitaines », plusieurs modèles peuvent être distingués. L’aire parisienne constitue un modèle à part avec une forte spécialisation dans les fonctions métropolitaines supérieures, une attractivité résidentielle très sélective (jeunes diplômés, cadres et professions intellectuelles supérieures) et un déficit migratoire important nourri par le départ en nombre de cadres, de retraités et d’ouvriers. Paris conserve néanmoins une très forte centralité, que celle-ci soit mesurée à travers les échanges économiques, les flux résidentiels ou les navettes quotidiennes de longue distance. Ce modèle est à comparer avec celui des autres « villes globales ».

49Par ailleurs, le rééquilibrage en faveur des autres métropoles françaises se renforce. Celui-ci est à la fois économique (croissance des fonctions métropolitaines supérieures) et résidentiel (excédents migratoires en particulier pour les cadres). Toulouse, mais aussi Rennes, Nantes et Montpellier profitent à plein de cette tendance. Lyon, deuxième espace économique français, bénéficie d’une dynamique résidentielle moins forte que les villes précédentes. Marseille-Aix se caractérise quant à elle par sa capacité à attirer et surtout par le fort ancrage local de sa population, mais elle peine pour le moment à rattraper son retard en termes de fonctions métropolitaines supérieures. Lille, enfin, a largement engagé sa reconversion mais reste déficitaire sur le plan migratoire. C’est le cas de l’ensemble des villes à tradition industrielle ancienne, particulièrement nombreuses dans le Nord. L’image de la France des mobilités résidentielles apparait ainsi coupée en deux. Les régions de l’Ouest, du Sud-Ouest et du Sud-Est profitent d’une dynamique marquée par le développement des emplois tertiaires. L’image de territoires offrant une bonne qualité de vie renforce cette tendance.

  • 15 L’article de Sylvie Fol et Yoan Miot dans le présent ouvrage analyse les contradictions des politiq (...)

50Dans un contexte de recomposition du rôle de l’État, de mise en réseau des territoires et de concurrence territoriale accrue, l’attractivité économique et rési­dentielle est devenue un enjeu majeur pour les villes. Celles-ci s’engagent dans des politiques de plus en plus actives afin de restructurer leur territoire, d’amé­liorer leur image et d’attirer les ressources financières et humaines nécessaires à leur développement, contribuant ainsi à ce que David Harvey (2011) a appelé l’« urbanisation du capital ». Ces évolutions posent notamment la question des conséquences locales des « politiques d’attractivité ». Malgré quelques succès retentissants comme celui de Bilbao, souvent cité en exemple, les stratégies visant à attirer des habitants, des entreprises et des capitaux ne s’avèrent pas toujours payantes. Les politiques urbaines s’appuyant sur des mégaprojets pénalisent durablement les finances locales de nombreuses villes et oblitèrent les chances d’un développement socialement équilibré de la ville (Fainstein, 2011), sans pour autant offrir des garanties en termes d’attractivité. À contre-courant des politiques d’attractivité contemporaines, Edward Glaeser (2011) insiste sur le fait que les grands projets urbains devraient être la conséquence d’une attractivité économique et résidentielle retrouvée, non un moyen de la retrouver. L’accent doit pour lui être mis sur la qualité de vie des habitants, la sécurité, l’investissement dans la formation du capital humain et le développement d’un tissu économique dans les secteurs innovants. Les expérimentations menées dans les villes de l’Est de l’Allemagne proposent d’autres pistes pour les territoires en déclin. Les politiques urbaines visent actuellement à y organiser la décroissance plutôt qu’à l’endiguer à tout prix. Ceci conduit à dé-densifier l’habitat à travers la destruction des bâtiments obsolètes, à reconvertir les friches industrielles en espaces verts et à promouvoir la construction de bâtiments durables (Cunningham-Sabot et Fol, 2007 ; Fol et Cunningham-Sabot, 2010 ; Roth, 2011). À défaut de pouvoir attirer en nombre de nouveaux habitants, les politiques urbaines peuvent donc chercher à inciter les populations présentes à rester tout en changeant l’image du territoire. On assiste peut-être à l’émergence de modèles de « politiques d’ancrage »15. Reste néanmoins en suspens la question du développement de l’emploi qui, pour assurer un développement équilibré du territoire urbain, ne peut pas être uniquement « présentiel ».

  • 16 Pour une présentation des théories et des débats sur les processus de gentrification : voir notamme (...)

51Enfin, lorsque l’attractivité économique et résidentielle est forte, quelles sont les conséquences socio-spatiales pour les villes en question ? Comment les équilibres internes sont-ils modifiés ? La question a fait l’objet de nombreux travaux en ce qui concerne les centres urbains, notamment à travers les analyses consacrées à la gentrification16. L’étude des conséquences de l’attractivité à une échelle plus globale est complexe mais nécessaire. On sait que les mouvements centripètes qui favorisent les centres urbains se doublent de puissants mouvements centrifuges qui nourrissent l’étalement urbain, notamment parce que des activités et des populations ne trouvent plus à se loger dans les parties agglomérées des villes. Dans quelle mesure ces forces centrifuges entrainent-elles des départs des plus grandes aires urbaines ? Quelle est l’influence des externalités négatives que génère la grande ville dans ces départs ? Dans quelle mesure les villes les plus dynamiques sont-elles « victimes » de leur succès économique ? En ce qui concerne les villes globales, Saskia Sassen (1991) a émis l’hypothèse de leur dualisation sous l’effet du développement des emplois dans les services avancés et des emplois peu qualifiés et souvent précaires de l’industrie des services. Si l’idée de dualisation doit être nuancée (Préteceille, 1995), elle a néanmoins le mérite de poser la question du développement équilibré des grandes métropoles. Au-delà des dynamiques de métropolisation, cette question se pose également à toutes les échelles pour les territoires attractifs. L’un des effets le plus directs auxquels sont confrontées les populations locales ou nouvellement arrivées est le renforcement des tensions sur les marchés du logement. L’étude récente des relations entre attractivité résidentielle et évolution des prix immobiliers à l’échelle des 100 principales aires urbaines françaises est à ce titre sans équivoque. Durant les années 1999-2006, Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Marseille-Aix, Toulon, Annemasse et Fréjus ont connu des hausses de prix parmi les plus fortes en France (Alexandre et Juillard, 2012 ; Cusin, 2013). Or la ville n’est pas seulement un lieu de travail mais aussi un lieu de vie, où il faut pouvoir se loger. Les politiques urbaines doivent donc essayer d’anticiper les évolutions démographiques plutôt que de tenter de s’y adapter, car le temps de la production de la ville est un temps long au regard des évolutions qui la traversent.

Bibliographie

Alexandre, H., Cusin F., Juillard C., 2010, « L’attractivité résidentielle des agglo­mérations françaises. Enjeux, Mesure et facteurs explicatifs », L’Observateur de l’immobilier, n° 76, juillet, p. 3-65.

Alexandre, H., Juillard, C., 2012, « La flambée des prix immobiliers dans les villes françaises, une question d’attractivité résidentielle ? », L’observateur de l’immobilier, 84, p. 34-47.

Ascher, F., 1995, Métapolis ou l’avenir des villes, Paris, Odile Jacob.

Authier J-Y., (dir.), 2010, « État des lieux sur les trajectoires résidentielles », Rapport pour le PUCA, 85 p.

Baccaïni, B., 2001, « Les migrations internes en France de 1990 à 1999 : l’appel de l’Ouest », Économie et statistique, n° 344, p. 39-79.

Baccaïni, B., 2007, « Les flux migratoires interrégionaux en France depuis 50 ans », Population, vol. 62, p. 143-160.

Baccaïni, B., Levy, D., 2009, « Les migrations entre départements : le Sud et l’Ouest toujours très attractifs », INSEE Première, n° 1248, juillet.

Bacqué, M-H., FOL, S., 2007, « L’inégalité face à la mobilité : du constat à l’injonction », Revue Suisse de Sociologie, vol. 33-1, p. 89-104.

Bairoch, P., 1997, Victoires et déboires. Histoire économique et sociale du monde du XVIe siècle à nos jours, Paris, Gallimard (3 tomes).

Basso, C., Gaudron, G., Morel, B., 2006, « La répartition spatiale de l’emploi et des salaires en 2004 », Insee Première, n° 1100, septembre.

Berger, M., 2011, « La mobilité des ménages accélère le changement social en Ile-de-France », Insee Ile-de-France notes rapides, n°559.

Berry, B., (ed.), 1976, Urbanization and Counter-urbanization, Beverly Hills, Sage.

Biasi, K., (de), Beaufils, S., 2010, « L’Ile-de-France, de plus en plus une étape dans les parcours résidentiels », Insee Ile-de-France à la page, Notes rapides, n° 508.

Bonvalet, C., Brun, J., 2002, « État des Lieux des Recherches sur la Mobilité Résidentielle en France », dans J.-P. Levy et F. Dureau, L’accès à la ville : les mobilités spatiales en question, Paris, L’Harmattan, p. 15-64.

Bretagnolle, A., 2009, « Villes et réseaux de transport : des interactions dans la longue durée (France, Europe, États-Unis) », Thèse d’Habilitation à Diriger des Recherches, vol. 3, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, UFR de Géographie, 203 p.

Bretagnolle, A., Pumain, D., Vacchiani-Marcuzzo, C., 2009, « The Organization of Urban Systems », dans D. Lane, D. Pumain, S. Van Der Leeuw, G. West (eds.), Complexity Perspective in Innovation and Social Change, New York, Springer, p. 197-220.

Brutel, C., 2010, « Jeunes et territoires. L’attractivité des villes étudiantes et des pôles d’activité », Insee Première, n° 1275.

Brutel, C., 2011, « Un maillage du territoire français. 12 aires métropolitaines, 29 grandes aires urbaines », Insee Première, n° 1333, janvier.

Brutel, C., Jegou, M., Rieu, C., 2000, « La mobilité géographique et la promotion pro­fessionnelle des salariés : une analyse par aire urbaine », Économie et Statistique, n° 336, p. 53-68.

Camors, C., Omont, L., Soulard, O., 2011, « La diversité des emplois créatifs : une richesse pour l’Île-de-France », Insee Ile-de-France à la page, n° 371.

Chalaye, S., Massard, N., 2012, Géographie de l’innovation en Europe. Observer la diversité des régions françaises, Datar, « Travaux n° 15 », La Documentation Française.

Chenu, A., Herpin, N., 2006, « Le libéralisme économique gagne les pays nordiques, la France résiste », dans H. Lagrange (dir.), L’épreuve des inégalités, Paris, PUF, p. 41-66.

Collet, A., Cusin F., Juillard C., 2011, « Dynamiques migratoires et capacité à attirer les cadres : le tableau des 100 principales aires urbaines françaises », L’Observateur de l’immobilier, juillet, n° 79, p. 23-50.

Combes, P-P., Mayer, T., Thisse, J-F., 2006, Économie géographique. L’intégration des régions et des nations, Paris, Economica.

Couet, C., 2006, « La mobilité des adultes : existe-t-il des ‘parcours type’ ? », France, Portrait social, Paris, INSEE, p. 159-179.

Cunningham-Sabot, E., Fol, S., 2007, « Shrinking Cities in France and Great Britain : A Silent Process ? », dans K. Pallagst, et al. (dir.), « The Future of Shrinking Cities - Problems, Patterns and Strategies of Urban Transformation in a Global Context », Center for Global Metropolitan Studies, Institute of Urban and Regional Development and the Shrinking Cities International Research Network, February, p. 17-27.

Cusin, F., 2012a, « Le logement, facteur de sécurisation pour des classes moyennes fragilisées ? », Espaces et sociétés, n° 148-149, p. 17-36.

Cusin, F., 2012b, La ville à l’épreuve du marché, Habilitation à diriger des recherches en sociologie, Tome II, Université Paris-Dauphine, soutenue le 8 décembre 2012, 401 p.

Cusin, F., 2013, « Derrière la flambée des prix immobiliers, la crise du logement », Revue de l’OFCE, 128, p. 125-162.

Cusin, F., Juillard, C., 2010, Le logement, facteur d’éclatement des classes moyennes ?, Paris, CFE-CGC, 120 p.

Cusin, F., Juillard, C., 2012, Les marchés immobiliers des métropoles françaises, Paris, Publi.not/Éditions du Notariat.

Davezies, L., 2008, La république et ses territoires. La circulation invisible des richesses, Paris, Seuil.

Davezies, L., 2012, La crise qui vient : La nouvelle fracture territoriale, Paris, Seuil.

Debrand, T., Taffin, C., 2005, « Les facteurs structurels et conjoncturels de la mobilité résidentielle depuis 20 ans », Économie et statistique, n° 381-382, octobre, p. 125-146.

Debrand, T., Taffin, C., 2006, « Les Changements de résidence : entre contraintes familiales et professionnelles », Données sociales. La Société française, Paris, INSEE, édition 2006.

Degenne, A., Forsé, M. 1994, Les réseaux sociaux. Une analyse structurale en sociologie, Paris, Armand Colin.

Demmou, L., 2010, « Le recul de l’emploi industriel en France entre 1980 et 2007. Ampleur et principaux déterminants », Économie et statistique, n° 438-440, p 273-276.

Dumont, G-F., 2011, Géographie urbaine de l’exclusion dans les grandes métropoles françaises, Paris, L’Harmattan.

Fainstein, S., 2011, The Just City, Londres, Cornell University Press.

FNAU, 2012, « Les grandes aires urbaines françaises. Un essai de typologie », Les dossiers FNAU, n° 124, 16 p.

Fol, S., 2010, « Mobilité et ancrage dans les quartiers pauvres : les ressources de la proximité », Regards sociologiques, n° 40, p. 27-43.

Fol, S., Cunningham-Sabot, E., 2010, « Déclin urbain et Shrinking Cities : une évaluation critique des approches de la décroissance urbaine », Les Annales de Géographie, N 674, p. 359-383.

Glaeser, E., 2011, Des villes et des hommes. Enquête sur un modèle de vie planétaire, Paris, Flammarion.

Gobillon, L., 2001, « Emploi, logement et mobilité résidentielle », Économie et Statistique, n° 349-350, p. 77-98.

Halbert, L., 2010, L’avantage métropolitain, Paris, PUF.

Halbert, L., Cicille, P., Rozenblat, C. 2012, Quelles métropoles en Europe ? Des villes en réseau, Datar, « Travaux n°16 », La Documentation Française.

Harvey, D. (2011), Le capitalisme contre le droit à la ville. Néolibéralisme, urbanisation, résistances, Paris, Éditions Amsterdam.

Ingallina, P., 2009, « L’attractivité des territoires », dans PUCA, L’attractivité des territoires : regards croisés, Paris, Actes des séminaires, février-juillet 2007, p. 9-19.

Julien, P., Laganier J., Pougnard, J., 2001, « Les études supérieures : un motif de migration », Insee Première, n° 813, novembre.

Krugman, P., 1996, La Mondialisation n’est pas coupable. Vertus et limites du libre-échange, Paris, La Découverte, 2000.

Laganier, J., Vienne, D., 2009, « Recensement de la population de 2006. La croissance retrouvée des espaces ruraux et des grandes villes », Insee Première, n°1218.

Lees, L., Slater, T., Wyly, E., 2008, Gentrification, New York, Routledge.

Lorrain, D. (dir.), 2011, Métropoles XXL en pays émergents, Paris, Presses de Sciences Po.

Marchand, O., 2010, « Une cartographie de l’emploi régional d’après le recensement de la population de 2006 », Insee Première, n° 1280, février.

Omont, L., 2011, « Un emploi métropolitain sur deux est occupé par un cadre dans l’aire urbaine de Paris », INSEE Ile-de-France à la page, n° 370, 6 p.

Paulus, F., 2007, « Trajectoires économiques des villes françaises entre 1962 et 1999 », dans M.-F. Mattei, D. Pumain (dir.), Données urbaines. Volume 6, Paris, Anthropos, p. 211-223.

Pecqueur B., Talandier M., 2011, « Les espaces de développement résidentiel et touristique. État des lieux et problématiques », dans « Des systèmes spatiaux en perspective. Territoires 2040 », DATAR, La Documentation Française, Revue d’étude et de prospective, n° 3, p. 121-138.

Pinson, G., 2009, Gouverner la ville par projet. Urbanisme et gouvernance des villes européennes, Paris, Presses de Sciences Po.

Préteceille, E., 1995, « Division sociale de l’espace et globalisation. Le cas de la métropole parisienne », Sociétés contemporaines, n° 22-23, p. 33-67.

Pumain, D., 2006a, « Systèmes de villes et niveaux d’organisation », dans P. Bourgine, A. Lesne (eds.), Morphogenèse, Paris, Belin, p. 239-263.

Pumain, D., 2006b, « Villes et systèmes de villes dans l’économie », Revue d’économie financière, n° 86, p. 29-46.

Roth, H., 2011, « Les ‘villes rétrécissantes’ en Allemagne », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/2, http://geocarrefour.revues.org/8294

Sassen, S., 1991, La ville globale. New York, Londres, Tokyo, Paris, Descartes & Cie, 1996.

Sassen, S., 2007, La globalisation. Une sociologie, Paris, Gallimard.

Scott, A.J., Storper, M., 2006, « Régions, mondialisation et développement », Géographie, Économie, Société, 8, p. 169-192.

Sourd, C., 2012, « L’attractivité économique des territoires. Attirer des emplois, mais pas seulement, Insee Première, n° 1416, octobre.

Thisse, J-F., Van Ypersele, T., 1999, « Métropoles et concurrences territoriale », Économie et statistique, n° 326-327, 6/7, p. 19-30.

Urry, J., 2000, Sociologie des mobilités. Une nouvelle frontière pour la sociologie ?, Paris, Armand Colin, 2005.

Van Puymbroeck, C., Reynard, R., 2010, « Répartition géographique des emplois. Les grandes villes concentrent les fonctions intellectuelles, de gestion et de décision », Insee Première, n° 1278, février.

Veltz, P., 2005, Mondialisation, villes et territoires. L’économie d’archipel, Paris, PUF.

Veltz, P., 2008, La grande transition. La France dans le monde qui vient, Paris, Seuil.

Veltz, P., 2012, Paris, France, Monde. Repenser l’économie par le territoire, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Vignal, C., 2005, « Les espaces familiaux à l’épreuve de la délocalisation de l’emploi : ancrages et mobilités de salariés de l’industrie », Espaces et sociétés, n° 120-121, p. 179-187.

Notes

1 Cette analyse prolonge les travaux menés depuis 2010 dans le cadre du programme collectif de recherche de la Chaire Ville & Immobilier de l’Université de Paris-Dauphine, auxquels ont également participé : Hervé Alexandre, Anaïs Collet et Claire Juillard.

2 Le solde migratoire ou « solde apparent des entrées et des sorties » est calculé à partir de la part de l’évolution de population qui n’est pas imputable au solde naturel.

3 Une analyse économétrique multivariée a permis de mesurer la force du tropisme sud en testant simultanément 200 variables issues des recensements de la population de 1999 et 2006 et de la base permanente des équipements de l’Insee. Ces variables concernent la population, le logement, la localisation géographique, les commerces, les services, les équipements et la situation économique des cent principales agglomérations françaises.

4 Au sein de ce groupe, Annemasse et Thonon-les-Bains se différencient en raison du poids des échanges de populations avec la Suisse. Il faut cependant souligner que la base Migcom enregistre les entrants en provenance de la Suisse mais pas ceux qui quittent le territoire français pour l’étranger.

5 Selon l’analyse de réseau, la « centralité » d’un nœud est forte si celui-ci est relié à un grand nombre d’autres nœuds et si les échanges ainsi noués sont intenses (Degenne et Forsé, 1994).

6 Parmi les ménages qui se sont installés dans l’aire parisienne entre 2001 et 2006, 26 % résidaient à l’étranger cinq ans auparavant (Biasi et Beaufils, 2010). Ce chiffre comprend à la fois des étrangers et des Français qui étaient expatriés.

7 L’indicateur de poids dans les mobilités est obtenu en faisant pour chaque aire la somme des entrants et des sortants rapportée au nombre total des entrants et des sortants des 100 aires.

8 Selon le nouveau zonage des aires urbaines établi par l’INSEE, Villefranche-sur-Saône fait désormais partie de l’aire urbaine de Lyon.

9 D’après les données de la base Migcom, les cadres et professions intellectuelles supérieures représentent près du quart des actifs mobiles engagés dans des mobilités longues, contre 18 % de l’ensemble des actifs des 100 principales aires urbaines françaises. Parmi les PCS affichant une « sur-mobilité », suivent les professions intermédiaires (29 % contre 26 %). A l’opposé, les employés (28 % des mobiles contre 30 % des actifs) et surtout les ouvriers (16 % contre 21 %) sont sous-représentés parmi les mobiles. Lorsque la part des cadres parmi les entrants d’une aire urbaine est forte, celle des ouvriers est faible, et réciproquement. En revanche, les professions intermédiaires, catégorie la plus nombreuse, est mieux répartie entre les différentes aires urbaines. Les employés se situent entre les cadres et les professions intermédiaires (Collet, Cusin et Juillard, 2011).

10 Annemasse profite de sa situation frontalière et de son intégration à l’aire urbaine de Genève. Dans une moindre mesure, Belfort bénéficie de sa proximité avec la Suisse et l’Allemagne. Quant à Compiègne, elle accueille de plus en plus d’actifs travaillant dans l’aire urbaine de Paris.

11 Paris possède un solde naturel record (+6,4 %), à comparer avec son déficit migratoire (-1 %).

12 Pecqueur et Talandier (2011) soulignent la distinction à faire entre la « base ou économie résidentielle » qui, selon la terminologie de Davezies, correspond à des revenus captés à l’extérieur d’un territoire donné, et la « sphère ou économie présentielle » qui, selon l’INSEE, correspond aux emplois fournissant des biens et services aux ménages présents sur le territoire.

13 Pour Laurent Davezies (2008), cette tendance contribue, avec les mécanismes de redistribution sociale et les emplois publics, à réduire les inégalités socio-économiques entre les régions françaises. Mais dans le même temps, elle accroît le creusement des inégalités intra-métropolitaines et la fragmentation socio-spatiale en Île-de-France.

14 L’article de Cécile Vignal, dans le présent ouvrage, fournit une analyse détaillée des ressorts de l’ancrage local, notamment dans les classes populaires.

15 L’article de Sylvie Fol et Yoan Miot dans le présent ouvrage analyse les contradictions des politiques urbaines menées dans les villes en déclin de ce point de vue.

16 Pour une présentation des théories et des débats sur les processus de gentrification : voir notamment Lees, Slater et Wyly(2008) et Cusin (2012b).

Table des illustrations

Titre Carte 1 : L’attractivité des cent principales aires urbaines selon leur solde migratoire (en volume)
Légende Carte conçue par Paris-Dauphine avec le logiciel Philcarto.
Crédits Source : INSEE, Recensement de la population 2006.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/3187/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Figure 8 : Position des aires urbaines en fonction de leurs taux d’entrée et de sortie (2001-2006)
Crédits Source : INSEE, Migcom 2006 – Traitements Paris-Dauphine.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/3187/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre Figure 9 : Part des cadres parmi les entrants et les sortants (en %) sur la période 2001-2006
Crédits Source : INSEE, Migcom 2006 – Traitements Paris-Dauphine.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/3187/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 316k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search